Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 14:11
» Dernière mise à jour le 13/03/2019 à 14:11

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 29 : Phoenix System
Tsubasa ressentit un élan de sympathie pour Mister Phoenix en voyant l'état de son bureau personnel. Une véritable catastrophe, les croquis de robots recouvrant presque le sol sans parler du meuble en lui-même, qui en plus des trois ordinateurs comportaient des manuels et dossiers dans le désordre le plus complet. La brunette avait la même impression que lorsqu'elle pénétrait dans sa chambre. Ce léger malaise mais le sentiment que tout ranger prendrait bien trop de temps.

Cela rendit la situation plus confortable pour la jeune fille. L'idée de se retrouver seule en tête à tête avec un parfait inconnu ne lui plaisait guère, même si Mister Phoenix avait fait une bien meilleure impression auprès d'elle que Charlotte Linday. Quoi qu'il puisse se dire entre ces quatre murs, Tsubasa n'avait pas l'intention de retirer la Codéwatch de son poignet ni de faire le moindre transfert. Le directeur de Phoenix System se contenterait d'une simple conversation avec l'envoyé du Cybéria.

Après avoir refermé la porte derrière lui, l'homme tout de violet vêtu attrapa un fauteuil rangé dans l'un des coins de la pièce pour que son invité puisse s'installer confortablement. Il prit ensuite place sur le sien. Si Tsubasa ne parvenait pas à voir correctement les yeux de son interlocuteur à cause des vitres teintées de ses lunettes de soleil, elle pouvait sentir son excitation sans le moindre problème. Cyby devait vraiment l'intriguer au plus haut point.

- Pardonne-moi d'avoir forcé une séparation entre toi et ton amie mais je préférais tenir Marie à l'écart pendant notre entrevue. Même si je ne pense pas qu'elle soit contre vous, j'ai parfois du mal à savoir ce qui se passe dans sa tête, révéla Phoenix, le sourire aux lèvres.

- Elle aurait tenté de dérober CE-01 dans son propre intérêt ? demanda Tsubasa, préférant rester sur la défensive. Pourtant elle avait l'occasion de le faire quand nous étions encore à l'Université, pourquoi attendre d'arriver jusqu'à votre entreprise ?

- De ce que Marie m'a dit, elle ne veut pas prendre parti entre votre petit groupe et le Codélia Network Industries. En revanche, je pense qu'elle souhaite vraiment la défaite des Proxys le plus rapidement possible et elle doit juger que la meilleure solution est de laisser l'intelligence artificielle avec vous pour le moment. Mais assez parlé de Marie ! Ce n'est pas pour ça que je souhaitais vous inviter à Phoenix System.

La jeune hackeuse avait remarqué que Cyby se faisait bien discret depuis leur entrée dans la société de robotique. Peut-être se contentait-il d'analyser la situation pour savoir s'il pouvait faire confiance à Mister Phoenix ou non. Toujours déterminée à conserver la Codéwatch sur elle par mesure de précaution, Tsubasa posa simplement son bras sur le bureau, afin que l'homme proche de la quarantaine puisse observer l'écran de l'appareil sans difficulté.

Mister Phoenix resta silencieux pendant une bonne minute, semblant étudier ce qui se trouvait sous ses yeux. Charlotte Linday n'avait pas pu récolter beaucoup d'informations concernant le fameux CE-01, mis à part qu'il s'agissait d'une intelligence artificielle assez spéciale. Mais Phoenix n'aurait pas pu deviner en quoi elle était spéciale. Bien plus qu'une simple suite de lignes de codes, CE-01 semblait posséder sa propre apparence, bien que confiné à l'intérieur de la Codéwatch.

- Bien le bonjour, CE-01. Je suppose que tu as dû écouter toutes les conversations auxquelles a pris part cette jeune demoiselle donc je ne vais pas te faire l'affront de me présenter devant toi. Je souhaitais discuter un peu en ta compagnie.

- Je crains de ne pas pouvoir vous éclairer, avoua Cyby. Après l'attaque du Cercle des Proxys sur mon monde d'origine, j'ai subi des dégâts qui ont endommagé certaines parties de ma mémoire. Même miss Axerola et Vicky n'ont pas pu tirer grand chose…

- Dans ce cas, je vais tenter ma chance en espérant que ces données figurent toujours sur ta mémoire interne. A quand remonte ta création exactement ?

- L'an 2038. J'ai ensuite passé les années suivantes jusqu'à aujourd'hui en compagnie de mes congénères sur le Réseau Codélia où nous avons créé un espace personnel pour nous... jusqu'à ce que les Proxys finissent par nous retrouver en tout cas.

Tsubasa manqua de tomber de son fauteuil mais parvint à se retenir au dernier moment. En voilà des informations que l'envoyé du Cybéria n'avait pas pris la peine de leur révéler jusqu'à présent. L'an 2038 laissait un goût amer dans la bouche de la jeune fille. Douze ans auparavant, lorsque l'Incident Effacé avait déchiré sa vie. Ainsi donc leur otage existait depuis cette période mais n'avait pas jugé utile de le mentionner jusqu'à présent.

Elle se promit de réprimander Cyby comme il le faudrait une fois qu'ils seraient partis de Phoenix System. Le pire, c'est que Tsubasa ne doutait pas que l'intelligence artificielle se contente de se moquer d'elle, affirmant qu'il fallait tout simplement lui poser la question et qu'il aurait alors répondu avec plaisir. Ce n'était pas la première fois qu'il commettait un tel coup bas, la brunette se rappelait encore que Cyby avait attendu un bon moment avant de leur parler de MoonCross, l'énigmatique chef du Cercle des Proxys.

- Tes congénères, tu dis ? répéta Mister Phoenix qui notait bien dans un coin de sa tête chaque mot que prononçait CE-01. Il est vrai que ton acronyme laisse supposer que tu es le premier d'une série. Dans ce cas, peut-être que tu peux me parler de tes camarades ? Combien êtes-vous ?

- Ce doit être l'une des rares choses dont je me souviens toujours, affirma Cyby. Les Cybériens sont au nombre de six. En dehors de moi, il y a CE-02, notre chef. CE-03 qui officie un peu en tant que sous-chef et qui nous surveille. Elle est aussi très jolie, un véritable rayon de soleil. CE-04 ne mérite pas qu'on s'intéresse à lui. CE-05 est un vrai farceur, parfois il m'inquiète. Et CE-06, qui s'enflamme un peu trop facilement pour des choses banales.

Mister Phoenix buvait les paroles de l'intelligence artificielle avec un enthousiasme non dissimulé, posant de nombreuses questions souvent en rapport avec la robotique qui parfois trouvaient leur réponse parfois non. Tsubasa se contentait quant à elle de se rappeler des éléments importants délivrés par Cyby qu'il avait préféré omettre jusqu'à maintenant. Il était préférable que madame Victoria soit mise au courant après leurs retrouvailles.

Cette histoire des douze ans ne pouvait pas être une simple coïncidence. Si jusqu'ici, Tsubasa n'avait pas été capable de confirmer de la bouche d'un Proxy que leur groupe était bel et bien associé à l'Incident Effacé, les derniers soupçons qu'elle avait conservé jusqu'ici venaient de dissiper entièrement. Puisque Cyby disposait de la déplaisante manie de conserver tout pour lui tant qu'on ne lui posait pas la question, elle se ferait un plaisir de lui parler plus en détail de l'incident plus tard.

Après une discussion haute en couleur, Mister Phoenix reporta son attention sur la jeune fille, lui posant alors une autre question. Le gérant de la société de robotique souhaitait savoir ce que Tsubasa comptait faire de CE-01 une fois qu'elle aurait réglé ses comptes avec le Cercle des Proxys. Elle ne doutait pas que l'intention de Phoenix était clairement de récupérer l'intelligence artificielle lorsqu'elle n'en aurait plus la moindre utilité. Elle ne pouvait pas lui en vouloir de tenter sa chance.

- Je ne sais pas encore à vrai dire, admit-elle en haussant les épaules. Apparemment, le Codélia Network Industries voudrait récupérer le programme au plus vite. Comme le grand frère de l'un de mes amis travaille là-bas, je pensais leur rendre service…

- Puisque tu es indécise, que penses-tu de me céder CE-01 ? Je comprends que tu souhaites le conserver dans ta Codéwatch pour sa première entrevue. Mais je serais ravi de l'étudier plus en profondeur par la suite. L'idée de pouvoir le placer dans le disque dur d'un androïde serait fort séduisante, cela lui permettrait de posséder une présence physique dans notre monde.

- Oh mais je peux déjà me matérialiser chez vous ! intervint Cyby. Enfin... je le pouvais auparavant. Comme mon programme a été endommagé lors de l'assaut du Cybéria, je suis pour le moment confiné de l'autre côté de l'écran.

Tsubasa préférait ne même pas imaginer le chaos si jamais l'intelligence artificielle, avec son apparence, pouvait les rejoindre comme si de rien n'était. Certes, sa morphologie était la même que celle des êtres humains mais son corps noir et violet, son visage dépourvu d'organes mis à part les deux lumières jaunes qui lui servaient de regard et l'arrière de sa tête en forme de cornet de glace pourrait causer la panique auprès des personnes extérieures à l'affaire.

Ces derniers mots semblaient avoir enflammé Mister Phoenix comme jamais. Une intelligence artificielle capable de converser comme n'importe quel être humain mais qui pouvait en plus passer du monde virtuel au réel à sa guise, quels autres secrets CE-01 pouvait encore renfermer ? Lorsque l'homme en violet lui demanda s'il était possible de restaurer son code pour tenter l'expérience, Cyby ne se révéla toutefois pas très optimiste.

- Mon code, en plus d'être endommagé, est aussi incomplet. Je pense que c'est MoonCross des Proxys qui a dû en récupérer une partie lors de notre rencontre. Je ne sais pas s'il a pu en tirer quoi que ce soit mais tant que je n'aurais pas repris ce qu'il possède, je ne pense pas pouvoir effectuer ce genre de prouesses…

- C'est bien dommage, moi qui rêvait de pouvoir serrer la main d'un être tel que toi, soupira Mister Phoenix, la déception bien apparente. En tout cas, c'est une raison supplémentaire de te laisser entre les mains de ces braves filles, quoi que puisse en penser Marie. Après tout, si un Proxy possède une partie de ton programme, il est fort possible que tu puisses la récupérer si tu continues à leur faire face, non ?

- On peut envisager cette éventualité.

Cyby le gardait pour lui mais cette sensation de servir de monnaie d'échange lui déplaisait fortement. Si pour le moment, il était contraint de rester en compagnie de Tsubasa et Victoria, il comptait bien retrouver ses amis Cybériens une fois cette affaire conclue. Il n'avait pas l'intention de poursuivre sa vie en rat de laboratoire pour Phoenix System et craignait ce que le Codélia Network Industries pourrait lui faire. Quitte à choisir, il préférait encore l'homme en violet.



***


- Un café ? proposa aimablement Charlotte en s'approchant de la machine.

- Volontiers, accepta calmement Victoria en prenant place autour de l'une des tables de la salle de pause.

Même si l'institutrice appréciait la visite guidée de Phoenix System réalisée par la cyber-chasseuse, elle ne pouvait pas s'empêcher de penser à ce qui pouvait bien se passer quelques étages plus haut avec son élève. Si le chef de l'entreprise lui avait paru honnête, elle regrettait presque d'avoir laissé Tsubasa seule avec lui et hésitait à monter la rejoindre. La brunette lui avait envoyé un rapide message pour lui dire que « tout se passait bien ».

Charlotte ne savait pas vraiment pourquoi elle avait accepté cette requête de Phoenix. Certes, la robotique ne restait qu'un hobby pour elle mais passer un peu de temps avec cette intelligence artificielle lui aurait plu à elle aussi. La grande curieuse qu'elle était adorait se mêler de ce qui ne la regardait pas. En apprendre davantage sur les entités Cybériennes pourrait se montrer utile. Si Edouard n'avait pas encore fait appel à ses services, elle n'était pas à l'abri d'une mission de capture de CE-01 contre une prime imposante.

- Je peux vous poser une question ? intervint soudainement Victoria alors que Charlotte déposait la tasse de café devant elle.

- Je vous écoute, madame Viltrust, déclara la cyber-chasseuse d'un ton nonchalant en s'asseyant sur la chaise en face de celle de son interlocutrice.

- Quelle est votre position dans toute cette histoire ? Certes, vous avez affirmé à l'Université Vermillion que vous ne preniez pas parti mais si vous vous impliquez de la sorte, vous devez bien avoir un avis sur la question, non ? Est-ce que Mister Phoenix ne vous aurait pas écarté de cette entrevue parce que vous souhaitiez nous dérober Cyby par le plus grand des hasards ?

La demoiselle retira son haut-de-forme pour le déposer sur la table circulaire. Bien sûr au fond d'elle-même, elle savait pertinemment que les questions tomberaient vite dans ce territoire. Charlotte avait l'habitude qu'on lui dise qu'elle était indéchiffrable et ce, même avant de commencer sa profession sur le Réseau Codélia. En temps normal, elle s'en amusait et laissait même planer le doute mais elle comprenait que dans la situation actuelle, Victoria souhaitait avec une réponse claire pour cesser de rester sur la défensive.

Même si elle ne pouvait pas s'empêcher de laisser quelques mystères, c'était dans sa nature après tout, Charlotte tâcha d'expliquer proprement son point de vue sur les événements actuels. Si la demoiselle brune avait un ennemi à l'heure actuelle, il s'agissait plutôt du Cercle des Proxys. Ce groupe finirait certainement par nuire à ses affaires sur le long terme si personne ne s'occupait de les arrêter. La plus jeune fille du chancelier Linday voyait toujours sur le long terme.

- Je possède des liens étroits avec le Codélia Network Industries, je n'ai jamais cherché à le cacher, admit-elle après avoir bu une gorgée de son café. Si jamais on venait me proposer de récupérer l'IA contre de l'argent, il est possible que j'y réfléchisse. Même si pour l'instant, tout ce qu'on m'a demandé c'était d'enquêter sur Axerola. Et même là, je n'ai ni mentionné sa véritable identité ni parler de votre implication, madame Viltrust.

- Dois-je en conclure que vous puissiez devenir une ennemie du jour au lendemain alors ? D'autant plus que vous connaissez nos identités et le secteur d'Ebravia où nous vivons. Cela ne devrait pas être trop compliqué pour vous de dérober Cyby.

- Pas nécessairement. Oui, j'aime l'argent mais je sais réfléchir au-delà des billets que l'on me promets. Le Cercle des Proxys fait parler de lui depuis déjà un bon mois et le CNI ne fait absolument rien pour les empêcher de nuire. Contrairement à vous en fait. C'est pour ça que je pense qu'à l'heure actuelle, il est plus judicieux de laisser CE-01 avec vous. Après, quand les Proxys seront de l'histoire ancienne, il n'est pas impossible que nous devenions adversaires si vous le conservez.

Le professeur d'informatique commençait à cerner la position de Charlotte dans toute cette histoire. Si cette dernière ne leur était pas hostile pour le moment, cela pourrait se révéler intéressant. Un cyber-chasseur se tenait toujours informé de ce qui se passait sur le Réseau Codélia et le réseau d'informations de la demoiselle pourrait peut-être leur venir en aide dans le futur. Même en refusant de laisser Cyby à Phoenix System, Victoria ne regrettait pas d'être venue.

Depuis la finale du Festival Numérique, le Cercle des Proxys se faisait bien discret. L'Ethergeist qui avait attiré leur attention étant en réalité Cataclysme, il ne restait aucune trace des cyber-terroristes. Certes, les sbires encapuchonnés ignorants traînaient toujours dans certaines ruelles le soir aux heures les moins actives mais Axerola ne risquait rien en restant dans le monde réel. Victoria s'inquiétait de découvrir qui ferait le premier pas, leurs ennemis ou bien eux. Ils ne pouvaient pas continuer de tourner en rond.

- La prochaine fois que le CNI fera appel à moi, même si ce n'est pas en rapport avec vous, je compte bien me rendre sur place et tenter de déceler quelques données sur le Cybéria. Il est évident qu'ils en sachent plus qu'ils ne le prétendent à ce sujet, autrement ils ne chercheraient pas à récupérer CE-01 au plus vite, expliqua Charlotte.

Victoria s'apprêtait à lui confier ce que Cyby leur avait dit à ce sujet mais se ravisa au dernier moment. Avec le recul, il serait plus judicieux de ne pas mettre Charlotte au courant de l'importance du Cybéria pour alimenter le Réseau Codélia. Et encore moins du fait que si CE-01 ne libérait pas son territoire d'ici une petite année, la dimension numérique allait s'effondrer. Pour quelqu'un comme la demoiselle Linday qui vivait grâce à la plate-forme, cela pourrait l'inciter à prendre immédiatement position pour le CNI.

Sentant son téléphone portable vibrer dans sa poche, Victoria s'empressa de le prendre en main pour se rendre compte qu'elle avait reçu un autre message de Tsubasa. Visiblement, elle en avait terminé avec l'entrevue en compagnie de Mister Phoenix et descendait la rejoindre. Le texte était bref mais elle indiquait que tout allait bien et que CE-01 se trouvait toujours en sécurité avec elle. Cette excursion à Phoenix System pourrait peut-être leur apporter de solides alliés dans le futur.



***


- Monsieur Ivan, c'est quoi cette boite sur la table ? demanda Arisa, assise sur le lit en face de la télévision avec un pot de glace à la fraise entre les jambes. Je peux l'ouvrir ?

- La curiosité est un vilain défaut, Arisa... soupira le commercial en automobiles, venant toujours de revenir à l'appartement et rangeant son manteau dans l'armoire. Surtout que ce qui se trouve à l'intérieur est quelque chose d'assez important. Si je n'y fais pas attention, on va me réprimander.

La jeune fille blonde n'était pas dupe. Elle savait très bien que son bienfaiteur ne revenait pas du travail mais d'une autre réunion en compagnie des membres importants du Cercle des Proxys. Le contenu de cette mallette devait certainement être un objet de haute valeur qui leur permettrait de coincer Axerola plus rapidement. Arisa était toutefois presque vexée à l'idée qu'on puisse l'accuser de ne pas faire attention, elle voulait juste savoir ce qui se trouvait à l'intérieur.

Comprenant que sa petite protégée aux pulsions instables allait probablement le harceler toute la soirée concernant la mallette s'il ne lui donnait pas une réponse convenable, Ivan décida de l'ouvrir devant elle pour avoir la paix. Si les joues d'Arisa furent encore plus rouges qu'à l'ordinaire à cause de l'excitation, l'effet retomba assez vite lorsqu'elle comprit que l'attaché-case était vide. Du moins presque vide car une petite puce rectangulaire de cinq centimètres de périmètre logeait à l'intérieur.

- Qu'est-ce que c'est ?

- Un virus mis au point par... Vyrus, répondit Ivan qui trouvait la tournure de sa propre phrase un peu étrange. Il faut déposer cette puce sur une Codéwatch pour directement affecter l'avatar qui y est relié. Par contre, c'est à usage unique, je n'ai donc pas le droit à l'erreur. D'où le fait d'y faire très attention. Je préfère que tu ne t'en occupes pas, Arisa.

- Bien entendu, monsieur Ivan. Je suis déjà profondément honorée que vous ayez accepté de me mettre dans la confidence, s'exclama-t-elle à toute vitesse, manquant de se blesser avec le poignard qui lui servait de cuillère.

Pensif, le commandant du Cercle des Proxys tâchait de réfléchir à la façon dont il comptait exploiter cette puce maudite. Si Vyrus lui avait confié l'objet, sur ordre de MoonCross, c'était parce qu'il était le commandant Proxy qui s'occupait des patrouilles pour retrouver Axerola. Il n'aurait qu'une seule chance pour en faire usage et ne souhaitait pas commettre une erreur grave. Sirius Williams n'avait déjà pas apprécié l’agression d'Alphamarie, mettre en danger la vie d'un autre innocent risquait d'attiser sa colère.

Même si l'envie d'espionner la fameuse Tsubasa Albiki, l'Origine de CE-01, le démangeait au plus haut point, il préférait s’abstenir pour cette raison. Pour le moment, il ne pouvait pas confirmer qu'elle était Axerola ni même qu'elle possédait un compte sur le Réseau Codélia. Cette puce ne disposait pas de la moindre date de péremption, il pouvait la conserver précieusement jusqu'au moment venu. Ivan ne se doutait pas que l'occasion se présenterait d'ici seulement quelques jours.