Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 14:13
» Dernière mise à jour le 13/03/2019 à 14:13

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 30 : Le garçon imprudent
Trois jours s'étaient écoulés depuis le périple de Tsubasa et Victoria au sein de l'entreprise de robotique Phoenix System. En ce samedi soir où la pauvre Stella devait rester au boulot pour effectuer des heures supplémentaires, la brunette avait décidé de rendre visite à son professeur d'informatique, qui finalisait le programme qui leur permettrait par la suite de stocker les mystérieuses Cybéri-attaques. Leur puissance de feu s'en retrouvait alors décuplée.

Assise sur le petit lit de la femme blonde, Tsubasa usait d'une tablette informatique pour lire l'actualité du Réseau Codélia sans grande conviction. Elle se surprenait à le faire chaque jour depuis quelques temps, espérant que les Proxys fassent quelque chose pour que leur enquête avance. Mais pour le moment, silence complet. Tous les articles, certains écrits par Shironeko en personne, traitaient du match retour entre Cataclysme et Elkira effectué la veille.

Comme il fallait s'y attendre, le champion incontesté de la plate-forme conserva son titre une fois de plus. Elkira était restée sur la défensive pendant toute la confrontation, comme si la victoire ne l'intéressait pas. Beaucoup prétendaient que la fille ninja avait préféré user de ses capacités d'analyse quitte à en perdre la rencontre afin de revenir en force lors de la prochaine édition du Festival Numérique. Tsubasa espérait que son conflit serait résolu d'ici-là, histoire de ne pas encore perturber les événements du Codélia.

- C'est vraiment dommage que Cataclysme n'ait pas accepté de nous aider, soupira la jeune fille. Avec lui à nos côtés, je pense que les Proxys nous auraient davantage craint.

- On ne peut pas le forcer à s'allier à nous dans une affaire contre des cyber-terroristes, ajouta Victoria sans détourner le regard de son écran. Quand je l'ai affronté, il m'a clairement donné l'impression de travailler pour le CNI à contrecœur. C'est à nous de combattre ces gens-là, il faut laisser Cataclysme en dehors de ça.

- C'est vrai que vu le niveau de miss Axerola, un dresseur de plus ne serait pas de refus, intervint Cyby sur son habituel ton moqueur.

A cette heure avancée de la journée, Tsubasa n'avait pas la force ni l'envie d'entretenir une conversation avec l'envoyé du Cybéria. Après la rencontre avec Mister Phoenix, elle s'était empressée de le réprimander pour avoir caché son année de création, qui était tout sauf anodine. Mais bien évidemment, l'intelligence artificielle avait rétorqué qu'il suffisait de lui demander et qu'il aurait alors répondu avec plaisir. Le prenant au mot, Tsubasa avait approfondi son interrogatoire avec lui.

Mais si Cyby se souvenait de l'année où son programme fut complété, il ne savait pas qui en était responsable, ni dans quel but les entités Cybériennes existaient. CE-01 ne semblait pas être au courant de quoi que ce soit concernant l'Incident Effacé non plus. Si la brunette était maintenant persuadée qu'il existait un lien entre le Cybéria, les Proxys et son passé trouble, il lui manquait encore des informations cruciales pour cerner pleinement la situation.

- Tsubasa, le programme des Cybéri-attaques est prêt. Tu peux me prêter ta Codéwatch pour que j'effectue le transfert ? demanda alors le professeur d'informatique, ses yeux quittant enfin son écran d'ordinateur pour croiser le regard de son élève.

- Ah, Vicky compte regarder mes parties intimes à nouveau, comprit Cyby. C'est du voyeurisme à ce stade, il faudra que je porte plainte.

La brunette s'exécuta, détachant l'appareil de son poignet pour le tendre à Victoria. Se posant de nombreuses questions sur les Cybéri-attaques, Tsubasa avait hâte de pouvoir les utiliser et comprendre leur fonctionnement. Mais cela pouvait prendre du temps. Pour éviter de s'exposer, ni elle ni son institutrice ne pouvaient s'amuser à s'en servir sur le Réseau Codélia. Les collecter allait également devoir se faire dans la plus grande discrétion.

Alors que la Codéwatch de Tsubasa se retrouvait branchée sur la grande installation de Victoria, cette dernière entreprit d'expliquer correctement à son élève tout ce qu'elle avait pu comprendre des Cybéri-attaques. Comme elles étaient liées au circuit Haute-Vitesse, il fallait attendre d'effectuer un match sur la mer numérique pour se les procurer, en plongeant sa main dans les données jusqu'à ce que le programme soit assimilé par la Codéwatch.

Chaque branche du circuit disposant de sa propre signature, il n'était possible de récupérer seulement qu'une seule Cybéri-attaque par affrontement Haute-Vitesse. Mais comme ils se retrouvaient stockés dans l'appareil par la suite, les utiliser dans un combat traditionnel sur la terre ferme était faisable. En revanche, leur existence se montrait bien trop liée à celle du Réseau Codélia ce qui empêchait de s'en servir au sein du monde réel.

- Tu as entendu les rumeurs à propos du Codélia ? poursuivit alors Victoria. Apparemment, depuis un ou deux jours, il semblerait qu'un dresseur combatte des sbires du Cercle des Proxys dans l'ombre. Personne ne l'a encore vu en vrai et le CNI n'a fait aucun rapport à ce sujet donc impossible de savoir si c'est vrai…

- Je n'étais pas au courant, admit Tsubasa, perplexe. Je croyais que nous étions les seules à taper sur les sbires bas de gamme. Il y a quelqu'un d'autre qui en veut aux Proxys ?

- Tu connais le vieil adage, les ennemis de nos ennemis sont nos amis. Si jamais ces rumeurs se retrouvent vérifiées, ce serait bien de tenter un contact. Face à ces cyber-terroristes, il vaut mieux s'entourer de gens qui n'ont pas peur de les affronter.

Même si leur duo pouvait se défendre, Tsubasa ne cachait pas que son niveau de dressage restait médiocre. Depuis la finale du Festival Numérique, elle consacrait une partie de son temps libre à se perfectionner en compagnie de son Roussil. Si elle n'était déjà plus la même que lors de son affrontement avec Ethergeist, elle ne pouvait pas assurer avec certitude de pouvoir le vaincre si jamais elle recroisait sa route. Et si les Proxys comptaient dans leurs rangs des dresseurs encore plus puissants, la situation se compliquerait.

Si Victoria se défendait correctement, toutes ces années consacrées à ses études plutôt qu'au Réseau Codélia lui avaient fait perdre l'habitude de se battre régulièrement. Elle avait un peu rouillé. Même si elle fut capable de lutter quelques temps contre le grand Cataclysme, elle savait pertinemment qu'elle pouvait mieux faire. Mais contrairement à Tsubasa, elle ne disposait pas de suffisamment de temps libre pour entraîner ses différents Pokémon.

- On dirait qu'il y a du grabuge dans la cité Codélienne, déclara soudainement la brunette en portant son attention sur l'un des écrans qui diffusaient ce qu'il se passait dans la dimension numérique. Il s'est passé quelque chose ?

- Ils ont l'air tous captivés par une des branches du circuit Haute-Vitesse, nota Cyby. Un utilisateur populaire qui vient de se montrer en dehors des moments de compétition, peut-être ?

- Quand on parle du loup…

En zoomant directement sur l'amas de données où le regard de bon nombre de joueurs était porté, Tsubasa et Victoria notèrent immédiatement une présence bien familière. Le fameux programme prenant la forme d'un manteau noir à capuchon qui permettait aux sbires du Cercle des Proxys de masquer leur pseudonyme lorsqu'on se rendait dans leur profil. Même si la nuit était déjà tombée, ce n'était pas commun de les voir s'exposer de la sorte sur le circuit Haute-Vitesse.

Comme il fallait s'y attendre, ce sbire ne naviguait pas seul. Si l'avatar ne parlait pas vraiment à Tsubasa, le Pokémon qui se trouvait en sa compagnie la fit frissonner. Un Blizzi. Comme le Réseau Codélia comptait plusieurs millions d'utilisateurs, cela relevait certainement de la coïncidence. Même si sa relation avec Dennis demeurait tendue depuis quelques jours, pourquoi irait-il se battre contre des Proxys décrits comme terriblement dangereux dans la presse ?

- Une simple étude de son profil me donne le pseudonyme de Brave, annonça Victoria. Cela ne me dit rien. Et compte tenu de son classement à six chiffres, cela n'est pas vraiment étonnant.

- B-Brave ? balbutia la brunette, comprenant que ses soupçons étaient fondés.

- Tu le connais ?

- C'est... Dennis Keyton, il est dans ma classe.

Si le garçon avait au moins pris la peine de changer son avatar, ce qui expliquait pourquoi Tsubasa ne l'avait pas reconnu immédiatement, le profil ne mentait jamais. Son camarade de classe et habituel confident en dehors de cette affaire se trouvait en ce moment même à l'intérieur du Réseau Codélia pour affronter un cyber-terroriste dans un combat certainement dangereux. Le premier sentiment de la jeune fille en apprenant la nouvelle fut la culpabilité. C'était entièrement de sa faute.

Victoria préféra ne rien ajouter. Contrairement à Tsubasa, elle ne connaissait Dennis qu'en tant que simple élève. Mais en prenant en compte ce que la brunette lui avait dit à son sujet, il devait certainement agir avec l'intention de venir en aide à son frère aîné, un employé du Codélia Network Industries directement impliqué dans la récupération de CE-01. Sans parler du fait que Tsubasa avait accidentellement révélé à Dennis l'existence de l'intelligence artificielle, même si elle n'était pas entrée dans les détails.

- Cet idiot... marmonna la jeune fille en récupérant sa Codéwatch, quittant sa chaise pour rejoindre la porte arrière du camping-car.

- Attends, tu ne vas pas te connecter au Codélia pour lui venir en aide ? demanda immédiatement Victoria.

- C'est déjà trop tard, ils sont sur le circuit Haute-Vitesse. Le temps que nous puissions cracker le mot de passe qui nous permettra d'accéder à la branche, le combat aura déjà pris fin. Je ne vais pas prendre de risques et me rendre immédiatement chez lui pour le déconnecter de force. Il habite juste à côté de chez moi, ce n'est pas très loin d'ici.

- Tu ne veux pas que je t'y emmène ? proposa le professeur bien trop tard, Tsubasa ayant déjà refermé la porte du véhicule derrière elle.

A présent seule dans la petite pièce, la femme blonde lâcha un soupir. La déconnexion forcée ne se révélait pas la plus sage des solutions. Certes sans danger techniquement, les personnes au cœur trop fragile pouvaient avoir un choc en se retrouvant ramené brutalement dans le monde réel contre leur gré. Lors de la finale du Festival Numérique, Victoria avait grandement hésité à rappeler Tsubasa avec cette méthode. Mais le temps qu'elle rallie le véhicule, Axerola avait déjà été prise en charge par Elkira.

Comprenant qu'elle ne pouvait rien faire pour altérer la situation, Victoria ne put que se contenter de regarder la suite de l'affrontement. Si elle affirmait juste avant qu'entrer en contact avec le mystérieux dresseur des rumeurs pourrait être intéressant, elle n'aurait jamais pensé qu'il puisse s'agir d'un camarade de classe de Tsubasa, l'un de ses propres élèves. Déjà réticente à laisser la brunette s'impliquer dans l'affaire, permettre à Dennis de les assister demeurait hors de question quoi qu'il arrive.

Effectuant un zoom sur la branche du circuit où la bataille faisait rage, Victoria put étudier plus en détail la situation. Dennis combattait aux côtés d'un Blizzi tandis que le Proxy encapuchonné avait fait appel à un Ténéfix. Un combat dépourvu d'avantages ou désavantages de type donc. Néanmoins, l'institutrice d'informatique sentit son corps rater un battement en observant le garçon plonger sa main dans l'amas de données comme s'il souhaitait obtenir quelque chose.

- Dennis... vient de récupérer une Cybéri-attaque ?



***


Assis à son bureau, Edouard Keyton étudiait péniblement la situation. Durant son entrevue avec la directrice Eleonore Nakano, cette dernière avait été formelle sur le fait que récupérer CE-01 restait la priorité sur tout le reste, y compris enquêter sur le Cercle des Proxys. Si elle n'avait pas donné de date limite au chef de la Sécurité pour mettre la main sur l'intelligence artificielle, il ne doutait pas que cela se compterait en jours. Cela faisait déjà un mois que le Cybéria était scellé et presque une semaine qu'Axerola l'avait devancé.

Ces derniers jours, Edouard avait laissé la surveillance la cité Codélienne à son équipe de techniciens, menée par son bras droit Henry Linday, afin de se consacrer uniquement à trouver une solution concernant Axerola. Pendant un moment, poussé à bout, il avait même envisagé de recontacter Virgil Aldren afin de le persuader de l'assister une nouvelle fois. Le pizzaïolo s'était pourtant montré très clair sur son ambition de demeurer à l'écart de tout conflit.

Le budget accordé à Edouard pour l'opération de capture ne permettrait pas d'offrir de belles primes aux possibles chasseurs de primes qui accepteraient de coopérer. Le plus fiable sur le marché, Bloody Braxter, avait aussitôt décliné la proposition, expliquant qu'il travaillait déjà sur une autre mission qui rapportait davantage. Et même si elle faisait régulièrement du bon travail, l'homme aux lunettes carrées émettait quelques réserves à l'idée de faire participer Charlotte.

La demoiselle de la famille Linday était très dangereuse. En la mettant dans la confidence, nul doute qu'elle apprendrait des choses concernant le Cybéria qui devaient rester secrètes, Edouard n'étant lui-même pas au courant de tout ce qui se tramait à ce sujet. Charlotte n'hésiterait d'ailleurs sûrement pas à revendre des informations au prix fort. Après une carrière de plusieurs années en tant que cyber-chasseuse, elle devait s'être construite un sacré réseau personnel.

- Inutile de rester ici à se morfondre, songea-t-il avec amertume, se levant de son fauteuil. Autant aller voir si la surveillance du Codélia se passe correctement.

En quittant son bureau, Edouard ne pouvait s'empêcher de penser à son petit frère. Même en l'ayant prévenu de faire attention avec la dimension numérique tant que les Proxys seraient présents, Dennis avait décidé de continuer à se connecter. Il ne pouvait pas l'en empêcher bien entendu mais étant déjà anxieux à cause de tout ce qui lui tombait dessus ces derniers temps, le chef de la Sécurité ne souhaitait pas avoir à s'inquiéter pour son cadet en plus de ça.

Une fois dans la salle réservée à la surveillance, Edouard s'approcha de son bras droit qui supervisait les actions des techniciens. Une pièce suffisamment grande pour accueillir plusieurs dizaines d'ordinateurs réparties en deux rangées verticales, chacun d'entre eux étant utilisé par un employé. C'était là notamment que le scan du Réseau Codélia pendant la finale avait eu lieu, bien que cette opération ne leur ait pas permis d'atteindre les objectifs demandés.

- Rien à signaler je suppose ? interrogea Edouard alors que le regard de Henry Linday fut jusqu'ici rivé sur l'écran accroché sur le mur du fond, filmant une zone précise de la ville virtuelle.

- Bien au contraire monsieur Keyton, répondit calmement l'assistant-chef, le doigt posé entre ses deux verres. Il semblerait qu'un Proxy ait décidé de combattre sur le circuit Haute-Vitesse. Nous avons identifié l'utilisateur qui l'affronte en ce moment.

Surpris, Edouard porta son attention sur l'écran. Au premier regard, il ne fut pas capable de reconnaître la personne qui se trouvait sur la mer de données, même si la présence d'un Blizzi l'inquiétait au plus haut point. L'avatar ne correspondait pas à celui de Brave mais comme il était possible de modifier son apparence à volonté tant que l'on possédait les accessoires correspondants, cela ne permettait pas d'écarter l'hypothèse de l'implication de Dennis.

- Son profil nous indique que son pseudonyme est Brave, annonça Henry Linday sur son ton professionnel. Et mes recherches personnelles sur sa signature digitale m'a permis de trouver son nom complet. Dennis Keyton, c'est un membre de votre famille ?

- Mon petit frère... confirma Edouard qui tombait des nues.

Sa paranoïa l'incitant à envisager tous les pires cas de figure, le chef de la Sécurité n'avait jamais écarté la possibilité que Dennis finisse par se retrouver contre des Proxys. Surtout après avoir appris qu'il continuait à se connecter malgré le danger. Mais combattait-il de son plein gré ou avait-il été pris en otage par le cyber-terroriste ? Lors de la finale du Festival Numérique, un programme pirate avait été mis en place pour empêcher Axerola de se déconnecter.

La situation ne fit qu'empirer pour Edouard lorsque son bras droit ajouta qu'apparemment, Brave disposait de technologie Cybérienne et n'hésitait pas à s'en servir pendant ce combat. Edouard fut là complètement pris par surprise. Comment cela était-il possible ? Depuis tout ce temps, son petit frère entrait-il en contact avec l'intelligence artificielle qu'il s'acharnait à capturer par tous les moyens ? S'il n'avait pas pu outrepasser le secret professionnel envers Dennis, ce dernier lui avait visiblement caché des choses également.

- Le fait que votre petit frère soit capable d'utiliser des programmes Cybériens est assez étrange, monsieur Keyton. Vous ne seriez pas en train de mener en bateau le CNI depuis le départ ? Cela permettrait d'expliquer pourquoi vous n'avez toujours pas capturé CE-01…

- Je peux vous assurer que je ne suis au courant de rien, affirma son supérieur. Je ne rentre pas souvent à la maison et je ne peux pas voir mon frère aussi souvent que je ne le souhaiterai. Si Dennis est bel et bien entré en contact avec CE-01 alors il l'aura fait sans m'en parler. Je ne divulgue pas les secrets du CNI aux personnes extérieures, même lui ne sait pas que je travaille à la capture d'une intelligence artificielle.

Pour quelqu'un comme Henry Linday dont le seul objectif était de gravir tous les échelons de l'entreprise afin de parvenir au sommet, cette situation était une véritable aubaine. Même si à en voir l'expression faciale de son supérieur, affichant le choc, il était fort probable que Brave agisse indépendamment. L'assistant-chef comptait toutefois en profiter. Si cela permettait à Edouard Keyton de prendre la porte, il aurait accompli un de ses objectifs et poursuivrait son ascension.

Si Eleonore Nakano, directrice du département, était en congé le jour-même, nul doute qu'Edouard aurait des problèmes le lendemain. Mais si son cadet connaissait bel et bien l'emplacement de CE-01 alors il disposait encore d'une dernière chance de lui soutirer l'information afin de rétablir sa situation. Quittant la pièce, il resta dans le couloir et attrapa son téléphone portable pour tenter de contacter Dennis. Il fallait à tout prix qu'il entretienne une conversation avec lui.

- Il est connecté au Réseau Codélia en ce moment, il ne pourra pas accepter l'appel, se rappela-t-il, rangeant à nouveau l'appareil dans sa poche. Mais je ne peux pas prendre le risque qu'il lui arrive quelque chose avant la fin de son combat. Je ne peux pas quitter l'entreprise et rentrer à la maison pour forcer sa déconnexion, je n'aurais jamais le temps…

Edouard retroussa la manche de sa chemise, dévoilant une Codéwatch dont il ne se servait habituellement que pour lire l'heure. Si utiliser le numéro de téléphone de Dennis serait inefficace, il recevrait un message envoyé sur sa Codéwatch. Mais Dennis pourrait-il répondre tout en livrant un match face à un sbire du Cercle des Proxys ? Il en doutait. L'aîné ne pouvait pas non plus se connecter sur le Codélia sans connaître le mot de passe de la branche du circuit.

Comme ils étaient toujours générés automatiquement au moment où les demandes de combat étaient acceptés et effacés lorsque le combat prenait fin, même le CNI n'y avait pas accès sans passer par des moyens illégaux. Edouard ne disposait donc d'aucun moyen de parler avec Dennis tant qu'il ne serait pas descendu de sa planche. Excessivement inquiet, l'employé d'entreprise ne pouvait que prier pour qu'il ne se passe rien de grave pendant la bataille.



***


- On dirait bien que c'est cette maison dans le coin de la rue. La capacité Téléport fait des miracles.

Au beau milieu de la soirée, Ivan Malverik fit son apparition sur le toit d'un immeuble à locations en compagnie de son Xatu. Même s'il n'avait pas anticipé cette escapade nocturne, étant en congé tout le week-end et souhaitant se reposer, il avait hâte de passer à la suite des opérations. Ce Brave, dont le véritable prénom était Dennis Keyton, venait de leur offrir un sacré cadeau. Et le commercial comptait bien en profiter.

En apprenant que des sbires étaient vaincus les uns après les autres par un dresseur inconnu, Ivan avait ordonné à l'un d'entre eux de le forcer à se battre sur le circuit Haute-Vitesse pour gagner du temps. Ainsi, il avait pu obtenir les informations les plus intéressantes concernant ce Dennis Keyton, notamment son adresse. Même s'il sortait de nulle part, le fait qu'il utilisait de la technologie Cybérienne n'était pas à prendre à la légère. Il possédait un lien avec Axerola et CE-01 quel qu'il soit.

Ivan resserra son manteau contre son corps pour contrer le vent glacial. Le dernier message envoyé par Arisa il y a trois minutes lui confirmait que Dennis Keyton se trouvait toujours connecté sur le Réseau Codélia. Il n'avait pas beaucoup de temps pour agir et décida donc de passer immédiatement à l'étape suivante. Conservant son Xatu à ses côtés, il attrapa une autre Pokéball rangée dans sa sacoche pour faire sortir son Grodrive, le même qui avait affronté Axerola puis Cataclysme quelques jours auparavant.

- Je vais avoir besoin de tes facultés spectrales mon grand, expliqua le commandant Proxy en tendant à son partenaire la puce confiée par Vyrus. Il faudrait que tu entres discrètement dans la maison qui se trouve là-bas et que tu places cet objet à l'intérieur de sa Codéwatch avant qu'il ne revienne dans le monde réel. Quand ce sera fait, tu pourras revenir immédiatement jusqu'ici et nous rentrerons à l'appartement. J'ai peur de laisser Arisa sans surveillance trop longtemps.

Ayant compris les directives de son dresseur, Grodrive s'empressa de passer à l'action. Si accrocher la puce sur la Codéwatch pourrait suffire, Dennis Keyton se rendait compte de sa présence trop rapidement. En passant au travers grâce à un Pokémon Spectre serait tout aussi efficace. Ivan n'était pas dupe, il avait très bien noté que le domicile du garçon se situait juste en face de celle de Tsubasa Albiki, l'Origine de CE-01. Si cela ne confirmait rien, le commercial ne croyait pas aux coïncidences.

Grâce à cette puce, ils pourraient porter un coup fatal à Axerola et enfin récupérer CE-01. Que Brave soit une simple connaissance, un partenaire ou un ami de leur cible ne ferait pas la différence. En jetant un coup d’œil bref à son portable, Ivan nota que si sa petite protégée lui avait envoyé des messages réguliers toutes les deux minutes depuis son départ, elle avait subitement cessé de le faire. Nul doute que les soupçons de l'homme se révélaient fondés.

- Arisa, c'est bien beau d'avoir récupéré le mot de passe de la branche mais ne fais pas de bêtises alors que nous touchons au but...