Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Apocalyptica de Drayker



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Drayker - Voir le profil
» Créé le 15/05/2018 à 22:32
» Dernière mise à jour le 15/05/2018 à 22:34

» Mots-clés :   Drame   Présence de poké-humains   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 70 : Accord précaire
Allongé sur le dos, Will fermait les yeux en priant pour que le plafond cesse de remuer. Fenrir étant toujours à l’infirmerie, il se retrouvait seul dans sa chambre pour la première fois depuis des mois.

Enfin, pas tout à fait seul.

« Tu ne t’es jamais dit que l’Autre pouvait peut-être profiter que tu sois ivre pour rentrer dans ta tête ? lança la voix de Tia non loin de lui.
- Si c’était le cas, on serait au courant, depuis le temps, rétorqua l’ex-Elitien sans prendre la peine d’ouvrir les paupières.
- Regarde-toi. Tu es revenu au même stade que celui où tu étais avant qu’on se rencontre.
- Un alcoolique, tu veux dire ? ironisa l’ancien détective, l’élocution difficile.
- C’est toi qui l’a dit, pas moi.
- Toi, moi, c’est la même chose, non ? »

L’hallucination ne répondit pas. Intrigué, Will ouvrit ses yeux troublés par l’alcool et l’aperçut, assise sur le bureau de sa chambre, qui agitait ses longues jambes dans le vide comme à son habitude. Il fixa le mouvement quelques secondes avant d’avoir la nausée.

« A quoi tu penses ? demanda-t-il en détournant le regard.
- Est-ce que tu crois que tu es fou ?
- A toi de me le dire, non ? C’est toi qui squatte ma tête.
- Peut-être que c’est l’inverse, ricana Tia. Peut-être que c’est toi qui est mort dans la salle du sarcophage ce jour-là, et que tout ça se passe dans ma tête, pas la tienne.
- Dans ce cas, mademoiselle Taylor, je ne vous félicite pas pour votre alcoolisme. » s’efforça d’articuler Will.

La jeune femme eut un léger rire.

« Tu as encore de la répartie, pour quelqu’un qui a presque descendu toute une bouteille de whisky.
- J’étais en train de me dire la même chose, répondit Will, pince-sans-rire.
- Qu’est-ce que tu vas dire à Joshua quand il va voir Lyrian ?
- J’ai plutôt peur de ce que Lyrian dira à Joshua quand il le verra.
- L’Autre gagne en intelligence au fur et à mesure. Il essaye de vous retourner les uns contre les autres, avança Tia.
- J’avais deviné, merci, grommela Will.
- Il faut que tu convainques Joshua de t’aider. C’est le seul qui ait un minimum de discernement chez eux. Lina s’est calmée ces derniers temps, mais son tempérament commence à ressurgir. Kate t’en veut de ne pas avoir pris le message radio au sérieux, et Jade…
- Je sais, Tia, s’irrita le barbu. Je sais. Pas la peine de formuler mes pensées à voix haute.
- Ça a le mérite de les rendre claires, au moins. Vu ton état actuel, pas sûre que ce qui te traverse la tête mérite le terme de « pensée ».
- Faudra m’expliquer comment tu fais pour réfléchir alors que je suis en vrac, pesta Will.
- C’est pour ça que tu te saoules ? Pour me tenir à l’écart ?
- Je t’avoue que j’aimerai bien avoir un peu de calme pour dormir, là tout de suite.
- Pour cuver, tu veux dire. Fais des efforts, Will, je t’en prie. Ils vont se méfier de toi, et l’alcool ne va pas aider.
- Suis pas là pour faire ami-ami avec qui que ce soit, rétorqua le survivant.
- Tu m’as promis de veiller sur Lina.
- Et c’bien la seule raison qui m’ait empêché de la dégager du bunker dès le départ.
- Tu ne penses pas ce que tu dis.
- Je ne pense pas tout court, c’est toi qui l’a dit. »

Il entendit le petit grognement agacé de Tia, et eut un ricanement. Elle n’avait rien à répondre.

« C’est comme ça que je sais que t’es pas la vraie Tia, lança-t-il. Juste une hallucination.
- Comment ça ?
- J’aurais jamais réussi à la moucher de son vivant. Encore moins en étant saoul.
- Ce que tu deviens pénible quand tu bois, parfois. » soupira la jeune femme.

Will haussa les épaules et jeta un regard machinal à son réveil.

« C’est l’heure, lança Tia, faisant écho à ses pensées. Joshua doit t’attendre. »

Un violent haut-le-cœur saisit Will, qui eut juste le temps de se ruer dans les toilettes avant que son estomac ne rende grâce.

Joshua allait devoir attendre encore un peu.

~*~
Joshua envisageait sérieusement de retourner se coucher quand il entendit l’ascenseur se mettre en branle. Adossé au sas du dixième, il attendit encore quelques secondes, écoutant la cabine descendre en grinçant.

Puis les portes s’ouvrirent, dévoilant un Will empestant l’alcool.

« Vous êtes en retard, lâcha Joshua. Ça fait une demi-heure que je suis là.
- J’ai été retenu. »

Le jeune homme retint un grognement exaspéré.

« Sanae dit que l’Autre profite de la colère ou de la peur pour rentrer dans les esprits. Ça ne vous est jamais venu à l’esprit qu’il puisse aussi profiter que vous soyez ivre ?
- Bon sang, mais qu’est-ce que vous avez tous, ce soir ? » pesta l’ex-Elitien.

Il s’approcha du sas d’un pas mal assuré et déboutonna le col de sa combinaison, dévoilant un pass accroché autour de son cou par une chaînette. Il sortit la carte et la posa contre le panneau digital.

Une diode verte s’alluma, et l’énorme porte blindée se mit en branle. Joshua sentit les battements de son cœur s’accélérer.

« Vous ne comptez toujours pas me dire ce qu’il y a de l’autre côté ?
- Je vais te le montrer.
- J’ai des raisons d’avoir peur ? »

Will ne répondit pas. La porte avait fini de s’ouvrir, et tous deux avancèrent dans ce qui ressemblait à une sorte de sas. Face à eux, une seconde entrée, identique à la première, demeurait fermée. Will écrasa un bouton sur le mur et la porte remonta derrière eux, les plongeant rapidement dans la pénombre.

« Je te rappelle que tu as promis de ne rien dire aux autres sans mon accord.
- Mmh. » bougonna Joshua.

A dire vrai, il était à présent convaincu d’avoir commis une grave erreur en promettant de garder le secret.

Après une attente qui parut interminable, le sas finit enfin par s’ouvrir, et tous deux pénétrèrent dans un couloir sombre. Contrairement aux neufs autres étages, qui baignaient généralement dans une lumière aseptisée, celui-ci était si mal éclairé que Joshua parvenait à peine à distinguer le fond du couloir.

De part et d’autre de ce dernier s’ouvraient de nombreuses portes de sécurité, semblables à celle qu’ils venaient de traverser, mais à taille humaine cette fois. A l’entrée du corridor se trouvaient ce qui ressemblait à des armoires médicales, face à une sorte de bureau surmonté d’une multitude d’écrans de surveillance.

« Qu’est-ce qu’il y a dans les armoires ? demanda Joshua.
- Du Vortex.
- Et toutes ces portes, c’est quoi ? Des cellules ?
- Oui. Jette un œil aux caméras. »

Le jeune homme s’avança vers le poste de surveillance et jeta un coup d’œil aux écrans. Chaque caméra donnait visiblement sur une cellule ; avec surprise, Joshua constata que ces dernières étaient capitonnées, comme les chambres d’asile psychiatrique.

Il aperçut Sanae dans l’une d’elles, lovée comme un Ponchien à même le sol. Visiblement, elle dormait.

En temps normal, Joshua aurait ressenti de la compassion pour elle en la voyant enfermée ainsi. Mais il n’en eut pas le loisir.

Son regard était tombé sur la dernière cellule et son occupant, et son cœur rata un battement.

L’individu enfermé était méconnaissable. Maigre, les cheveux mi-longs et crasseux, il portait une tenue maculée de sable et de sang, dont Joshua ne connaissait que trop bien l’origine.

Lyrian tourna la tête et posa son regard d’acier sur la caméra, comme s’il pouvait voir le jeune homme à travers l’écran.

Puis, il lui sourit, et Joshua eut la certitude qu’il le voyait bel et bien.

Une seconde.

Il fallut une seconde à Joshua pour pivoter et laisser éclater sa rage.

« VOUS VOUS ÊTES FOUTU DE NOUS ! » rugit-il.

L’ex-Elitien, bras croisés, essuya sans ciller le crachat enragé du jeune homme..

« Il n’a jamais fui ! Vous l’avez gardé ici pendant tout ce temps ! Et vous nous l’avez caché !
- Je n’avais pas le choix.
- Vous nous avez tous mis en danger !
- Et qu’est-ce que j’étais censé faire ? Vous le dire ? Vous étiez tous traumatisés, complètement paranoïaques, et incapables du moindre discernement. Lina aurait voulu fuir le bunker alors que vous étiez tous blessés. Vous seriez tombés sur je ne sais quelle saloperie dehors, une meute de Lougaroc, des Nettoyeurs, ou n’importe quoi d’autre, et vous seriez morts comme des merdes, voilà ce qui se serait passé ! tonna soudain Will.
- Traumatisés et paranoïaques ? C’est l’ex-Elitien alcoolique qui dit ça ? ricana Joshua. Celui qui cache un Apocalyptica et ne dévoile ses secrets que lorsqu’il est acculé ?
- J’avais mes raisons de ne pas vous faire confiance, grommela le survivant. Vous étiez des animaux blessés. Lina aboyait constamment. Toi et Kate étiez techniquement revenus d’entre les morts, avec tout ce que ça pouvait impliquer sur votre santé mentale.
- Mais bordel, vous parlez tout seul, et c’est notre santé mentale qu’on remet en doute ? » explosa Joshua, furax.

Will ne répondit rien, estomaqué.

« Vous êtes flingué, Will ! poursuivit le jeune homme, poussant son avantage. Je ne sais pas ce que vous avez vécu avant le Changement, mais vous avez besoin d’aide ! Et c’est pas l’alcool qui va vous l’apporter !
- Je ne t’ai pas fait venir pour que tu joues les psys, grogna l’ancien détective.
- Ah non ? Vous m’avez fait venir pour quoi, alors ? Pour que je fasse coucou à Lyrian ?
- Lyrian n’existe plus, rétorqua l’ex-Elitien. L’Autre l’a complètement remplacé. Et j’ai besoin que tu m’aides à comprendre ce qu’est ce truc avant qu’il ne nous arrive tous la même chose. »

Joshua marqua un temps d’arrêt, déstabilisé.

« Qu’est-ce que vous voulez dire quand vous dites que Lyrian n’existe plus ?
- Va lui parler. Tu verras toi-même. S’il te répond. » grommela Will.

Le jeune homme jeta un coup d’œil à l’écran de surveillance. Lyrian fixait toujours la caméra, souriant.

« Hors de question que je rentre là-dedans.
- Il y a un interphone près de la cellule. »

Joshua avisa le fond du couloir et aperçut ce dont Will parlait. Exaspéré, il se frotta les tempes du bout des doigts avant de capituler.

« Ok. Ok, je vais aller lui parler. Mais je veux savoir tout ce que vous savez sur l’Autre.
- Pas grand-chose de plus que toi.
- Vous l’avez gardé pendant presque un an, et vous n’avez rien appris ? » contra le jeune homme.

Will grimaça.

« J’ai appris que plus le temps passe, et plus il devient intelligent, avoua-t-il soudain. Pendant les premiers interrogatoires, il hurlait, frappait la paroi et m’ordonnait de le laisser partir. Quelques semaines plus tard, il a commencé à se calmer et à répondre aux questions. Au début, j’arrivais à le coincer et à tirer deux ou trois informations de nos échanges, mais ça n’a pas duré. Plus on parlait, plus il arrivait à anticiper mes pièges et à déjouer mes questions.
- Qu’est-ce que vous lui avez demandé ?
- Ce qu’il était. D’où il venait. Ce qu’il voulait.
- Et alors ? Ça a donné quoi ?
- Il m’a permis de confirmer deux ou trois choses que j’avais devinées sur le projet Apocalyptica. Quant au reste… Je pense honnêtement que même lui ne sait pas ce qu’il est. Il est forcément lié au sarcophage, mais ça ne lui parle absolument pas.
- Le sarcophage ? »

Le survivant le fixa quelques instants, massant sa barbe.

« Je t’explique si tu promets de ne pas m’interrompre.
- Pourquoi est-ce que j’ai l’impression que vous nous avez ENCORE caché quelque chose ? pesta Joshua.
- Alors ? Tu vas me laisser parler ? »

Le jeune homme croisa les bras et toisa son interlocuteur, le regard noir. Il ne pipa mot.

« Bien, approuva Will. Je t’ai déjà dit que j’étais le garde du corps de la fille du Chancelier, avant le Changement.
- Oui. La chef de la Résistance. Celle qui a découvert que Taylor était à l’origine du projet Apocalyptica.
- Exact. Ce que je ne vous ai pas dit, c’est que c’est son père lui-même qui nous a expliqué son projet.
- Donc vous savez quel est le but derrière leur création.
- Oui.
- Je le savais, siffla Joshua. Je le savais. Et vous n’avez rien dit. Encore.
- Vous ne m’auriez pas cru.
- Ah ouais ? Essayez, pour voir.
- Jack Taylor a eu une vision du futur et y a vu le Changement, lâcha alors Will d’un ton impassible. Il a compris qu’il ne pouvait pas l’empêcher et il a investi tous ses fonds dans un projet destiné à mettre au point la prochaine espèce dominante de la planète. Des individus capables de survivre à l’apocalypse, dotés de capacités de plusieurs Pokémon, et d’énormément d’empathie, afin de guider les survivants pour reconstruire une société plus juste.
- … Ok, je ne vous crois pas.
- Pourtant c’est vrai. X-Corp a commencé à créer des hybrides dans le but de faire des super-soldats en prévision d’une reprise des guerres de Sinnoh. L’une des premières réussites était un hybride Xatu, capable d’entrapercevoir le futur. Il s’appelait Jakar. Je crois que tu le connais. »

Joshua fit de gros efforts pour ne pas ouvrir des yeux ronds comme des billes. L’image fugitive de sa petite sœur, suspendue en l’air par la seule force mentale de Jakar, lui traversa l’esprit.

« Taylor a parlé de rapports sismiques et de dérèglements de la magnétosphère, poursuivit Will. Des signes avant-coureurs de la catastrophe, qui ont confirmé que ce que Jakar avait vu allait bientôt se produire. C’est pour ça qu’il a pris autant de risques politiques et financiers. Il a fait construire les bunkers pour que le personnel de X-Corp survive, et il s’est lancé à fond dans le projet Apocalyptica, parce qu’il pensait que c’était la dernière chance de l’humanité.
- Donc il a créé des monstres surpuissants en espérant qu’ils aideraient les survivants à reconstruire ? lança Joshua, éberlué. Tout ça sur la base d’une vision ? »

Will eut un ricanement ivre.

« C’est à peu près la réaction que j’ai eue quand il nous a dit ça. Mais il ne mentait pas.
- C’est du délire. Voir le futur ? C’est impossible.
- Certains Pokémon le font. Sanae aussi peut le faire. C’est elle qui m’a dit d’envoyer Fenrir vous aider face au banc de Carmache.
- Donc vous êtes en train de me dire que Taylor savait ? Que X-Corp savait, et qu’ils n’ont averti personne ?
- A mon avis, seule une petite poignée des gens d’X-Corp savait que l’apocalypse arrivait. Taylor n’a rien dit pour ne pas déclencher de mouvement de panique. Il savait que le temps lui était compté et qu’il fallait progresser vite.
- Combien d’années ça a pris ? Quand est-ce que Jakar l’a eue, sa vision ?
- Il y a une grosse vingtaine d’années.
- Et en vingt ans, tout ce qu’il a fait, c’est construire quelques bunkers et créer des mutants fous à lier ?
- C’est plus compliqué que ça. Le projet Apocalyptica a été retardé par la trahison d’un chef d’équipe, un généticien, qui a considéré que c’était trop dangereux et immoral. Et même sans ça, c’était un projet ambitieux et délirant. Il a fallu énormément de temps avant de mettre au point des spécimens viables. Le premier a été créé quelques semaines à peine avant le Changement.
- Donc il ne doit pas y avoir tant d’Apocalyptica que ça, suggéra Joshua.
- Sanae est le sujet 27. De ce que m’a dit l’Autre, Lyrian est le sujet 24, et ça a aussi été le premier à survivre. Les vingt-trois cobayes précédents sont morts pendant les expérimentations.
- Donc y’a au moins deux autres Apocalyptica quelque part dehors.
- Minimum, oui.
- Vingt ans… souffla Joshua, estomaqué. En vingt ans, il aurait pu trouver une autre solution que de créer des mutants, merde ! Construire des abris pour tout le monde, avertir les gouvernements… Même fuir dans l’espace, ça aurait marché !
- S’il avait averti les gouvernements, ça aurait été la panique mondiale. On se serait battu pour les ressources, on aurait abandonné les plus lents et les plus faibles, et les riches auraient probablement essayé de se catapulter en orbite dans des stations satellitaires.
- C’est quand même mieux que de laisser l’humanité se faire décimer !
- Taylor n’en avait plus rien à faire de l’humanité, lança Will en secouant la tête. Pour lui, le Changement était l’occasion de repartir à zéro. De rebâtir une société plus juste et plus équitable, guidée par les Apocalyptica et leur foutue empathie. Selon lui, si on les laisse faire, les survivants reconstruiront une société à l’identique de la nôtre. Pleine d’inégalités et d’injustices. On aurait recommencé à exploiter la planète et à polluer l’atmosphère.
- Jakar a vu l’apocalypse arriver, et il a fallu qu’il prévienne un connard misanthrope, grommela Joshua.
- Dit comme ça, il a effectivement l’air fou à lier, mais je t’assure qu’il avait mûrement réfléchi sa décision.
- C’est pour ça que Sanae arrive à deviner les pensées ? Parce que les Apocalyptica ont été créés pour être télépathes ?
- Télépathes, je ne sais pas. Hautement empathiques, en tout cas. Beaucoup plus que les humains. C’est censé les aider à comprendre nos peurs et nos craintes, et donc à nous guider.
- Sanae serait bien incapable de guider qui que ce soit, grommela Joshua. Elle a la maturité émotionnelle d’une enfant. J’ai plutôt l’impression que tout ce que Taylor a réussi à créer, ce sont des hybrides surpuissants qui nourrissent des envies de devenir des dieux.
- Il a manqué de temps pour les instruire correctement, selon lui.
- Donc il a mis au point des êtres capables de réduire l’humanité en esclavage s’ils en ont envie, et il les a lâchés dans la nature comme ça, sans sécurité ?
- Il y avait une sécurité, répondit calmement Will.
- Le fameux sarcophage.
- Oui. C’était une sorte de caisson caché dans un bunker privé sous Omnia. Si j’ai bien compris, il était destiné à transformer celui qui s’allongeait dedans en un Apocalyptica spécial, capable de contrôler les autres.
- L’Autre, murmura Joshua. Donc c’est ça ? Il y a quelqu’un qui s’est allongé dans ce sarcophage et qui est devenu l’Apocalyptica ultime ?
- C’est la seule explication que je vois. Mais ce n’est pas possible.
- Pourquoi ?
- On était trois à connaître l’existence de ce sarcophage. Jack Taylor, Tia Taylor et moi.
- Et qu’est-ce qui est arrivé aux deux autres ?
- Ils sont morts. » se contenta de répondre Will.

Joshua sentit que le barbu n’était pas à l’aise et devina immédiatement ce qui s’était passé.

« Vous les avez tués.
- Non.
- Alors qu’est-ce qu’il leur est arrivé ?
- Ils sont morts, c’est tout. Et dans tous les cas, j’ai saboté le sarcophage pour que personne ne l’utilise.
- Alors d’où sort l’Autre ? »

Will haussa les épaules.

« Je ne sais pas. C’est aussi pour ça que j’ai besoin de ton aide.
- Pour comprendre ce qu’il est ?
- Ce qu’il est et comment se protéger de lui. Tu as vu ce qui est arrivé à Riolu. Si ça se trouve, l’Autre a trouvé le moyen de prendre possession de n’importe qui. On doit vite trouver un moyen de le contrer, mais il me connaît trop pour que je puisse le piéger.
- J’étais étudiant en psy, pas flic, protesta Joshua.
- Moi, j’étais flic, répondit calmement Will. Mes cours de profilage sont loin, mais peut-être qu’à deux, on réussira à comprendre d’où sort l’Autre et comment il fonctionne. De toute façon, on n’a pas le choix. Si on ne trouve pas son point faible, c’est lui qui nous aura. »

Joshua gratta le chaume de ses joues, pensif. A nouveau, il se demanda comment il avait pu se fourrer dans pareil pétrin. Il savait qu’il allait devoir mentir à ses compagnons, leur masquer la vérité tout comme Will l’avait fait auparavant. Et cette perspective ne l’enchantait guère.

« Alors ? Qu’est-ce que tu en dis ? »

Le jeune homme releva les yeux vers l’ex-Elitien. Tout à coup, il comprenait les motivations de Will. Il n’approuvait pas ses méthodes, ses mensonges et ses secrets, il méprisait son alcoolisme et se méfiait de tout ce qu’il continuait à lui cacher, mais il comprenait ce qui le poussait à agir ainsi.

Joshua opina doucement. Oui, Will avait raison. Il fallait trouver un moyen de se protéger de l’influence de l’Autre – et pour ça, il fallait comprendre ce qu’il était.

« Ok. Je vais vous aider. Mais si vous me mentez encore une fois, je balance tout aux autres. »

Will eut un ricanement, puis acquiesça à son tour.

« Alors rendez-vous demain devant le sas, même heure, et on commencera l’interrogatoire. »