Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Apocalyptica de Drayker



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Drayker - Voir le profil
» Créé le 07/09/2017 à 22:30
» Dernière mise à jour le 14/12/2017 à 17:55

» Mots-clés :   Drame   Présence de poké-humains   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre -12 : A travers la tempête
Will marchait dans le tunnel, maintenu debout par l'adrénaline et la détermination pure. Les coups qu'il avait reçu, et la difficile réalisation qu'il n'était plus au meilleur de sa forme et qu'il s'était émoussé au fil des années, tout cela rendait chaque pas plus douloureux que le précédent. S'il avait été plus vif, plus alerte, peut-être que Fenrir n'aurait pas été blessé.

Mais il avançait, d'un bon pas, la Pokéball de l'Arcanin à la main. Derrière lui, il entendait Tia qui le suivait en silence. Elle n'osait probablement pas lui adresser la parole. Peut-être que le massacre qu'il venait de faire subir à Edge effrayait la jeune femme.

Si c'était le cas, c'était tant mieux.

Il commençait à en avoir plus que ras le bol de la manie qu'avait la fille du Chancelier de vouloir tout contrôler. Probablement quelque chose hérité de son père. Un trait qui se retrouvait dans le fonctionnement de l'organisation quelle avait créé. La Résistance, qui divulguer les informations qu'à la dernière minute, lorsqu'elle y est obligée. La Résistance, qui maintient ses membres dans l'ignorance, jusqu'au dernier moment.

C'est probablement ce qui avait causé la perte de l'organisation. Et c'était ce qui causerait la perte de Tia.

Will savait que derrière lui, la jeune femme devait nourrir des pensées similaires. Mais il n'en avait cure. En cet instant, il n'était pas un garde du corps chargé de ramener la fille du Chancelier en sécurité.

En cet instant, il était un homme dont le meilleur ami et compagnon de toujours avait besoin de soins. Et c'était ce qu'il allait faire. Que Tia le suive ou non lui importait peu.

« Qu'est-ce que tu vas faire ? » demanda la jeune femme, comme si elle avait lu ses pensées.

Elle s'était elle aussi mise à le tutoyer, naturellement. Après tout, ils étaient tous deux en danger de mort imminente. Son ton était assuré, contrôlé. Si elle avait peur, elle le masquait bien.

« Emmener Fenrir dans un Centre Pokémon.
- Où ? La plupart des centres de la surface ont été fermés depuis que les émeutiers ont commencé à attaquer les Élitiens avec des Pokémon, répondit calmement Tia.
- Dans la ville haute, alors.
- Et comment est-ce que tu comptes passer les contrôles de sécurité, avec tout le sang qu'il y a sur ton imperméable et tes mains ?
- Alors qu'est-ce que tu proposes ? rétorqua Will, irrité.
- De quitter Omnia. Le Rex ne va pas renoncer de sitôt ; il va envoyer d'autres tueurs à ma poursuite. Même si je demandais la protection du Commissariat, il a suffisamment d'Elitiens à sa solde pour me faire assassiner discrètement.
- Ça ne me concerne pas. C'est ta peau qu'ils veulent, pas la mienne.
- Tu viens de tuer cinq de ses hommes, dont son bras droit. On est tous les deux dans le même bateau. » répliqua Tia sans se démonter.

Will ne répondit rien. Il continua de marcher, mettant de longues secondes à admettre que Tia n'avait pas tort.

« Ton cabinet, nos appartements, tout doit être surveillé. Même si tu m'abandonnais, ils s'en prendraient sûrement à toi en espérant que tu leur révèles où je suis.
- Et ton père ? Il ne pourrait pas te protéger ?
- Edge était un traître, donc il y a de fortes chances que le Rex sache que j'étais l'une des dirigeantes de la Résistance. Et donc que mon père soit aussi au courant.
- Donc tu veux quitter Omnia ?
- Il y a un endroit où on peut se cacher. Un endroit que ni mon père, ni le Rex ne connaissent.
- Ah oui ? Et c'est où ? grogna Will.
- Je ne te le dirai que si tu acceptes de m'y suivre, répondit calmement Tia en secouant la tête.
- Je n'abandonnerai pas Fenrir.
- Je ne t'ai pas demandé ça. Il pourra être soigné là-bas. Et on te posera moins de questions dans un Centre Pokémon hors d'Omnia. »

Will ne répondit pas. Un flot de lumière illuminait une portion du tunnel un peu plus loin. Ils approchaient des quais d'une station encore en service.

Pour autant que le détective pouvait en juger, les quais où il avait affronté les hommes du Rex n'étaient pas ceux de la station de métro abandonnée par laquelle ils étaient entrés. Fenrir les avait probablement guidés vers une autre sortie.

Will n'avait aucune idée de la ligne de métro sur laquelle il se trouvait ; mais cela faisait quelques minutes qu'ils marchaient, et il ne faisait aucun doute que la rame suivante ne tarderait pas. Si des hommes du Rex les attendaient sur les quais, ils n'auraient d'autre choix que de les confronter.

Vérifiant que ses deux armes étaient chargées, Will approcha de la sortie du tunnel et jeta un discret coup d’œil aux quais illuminés par les néons blafards des souterrains d'Omnia. Une demi-douzaine de personnes d'âges variés se trouvaient là, l'air inquiet. Elles avaient probablement entendu les coups de feu qui avaient été tirés par Will.

Pas d'homme du Rex en vue.

Rengainant son arme, Will grimpa sur les quais, ignorant les regards surpris et méfiants qui se tournèrent vers lui. Il ôta son imperméable et le roula en boule pour cacher ses mains pleines de sang, avant de se diriger d'un pas pressé vers les toilettes publiques de la station.

« Service d'inspection du réseau de transport d'Omnia, annonça alors Tia, montée à sa suite. On nous a signalé des coups de feu. Vous avez vu des individus suspects ?»

Alors qu'un voyageur arrogant affirmait qu'il s'agissait de règlement de comptes entre gangs, Will profita de la diversion pour s'éclipser dans les toilettes et laver le sang qui maculait ses mains et son visage. Après s'être débarbouillé, il s'examina dans le miroir couvert de graffitis.

Sa lèvre supérieure était gonflée ; il avait également hérité de plusieurs bosses et hématomes au visage qui ne manqueraient pas de lui attirer des questions gênantes.

Baissant le regard, Will palpa son flanc droit, douloureux depuis l'affrontement. Ses phalanges étaient elles aussi abîmées, probablement à cause de la rage qui s'était emparée de lui quand il avait frappé Edge à mort.

Son imperméable, tâché lui aussi, était trop voyant. Le détective ne put cependant se résoudre à l'abandonner, et se le noua autour de la taille, masquant le sang comme il pouvait.

Les gens allaient se poser des questions. On allait le remarquer. L'interroger.

Tia avait raison. Il fallait qu'ils fuient.

Lorsque le détective ressortit des toilettes, Tia était seule sur les quais, adossée à un pilier, bras croisés. Devant le regard interrogateur de Will, elle se contenta de hausser les épaules.

« Je les ai convaincus d'évacuer, au cas où ça dégénère à nouveau, expliqua-t-elle calmement.
- Tu n'as pas peur qu'ils aillent chercher les Élitiens ?
- J'espère qu'ils iront chercher les Élitiens. Peut-être que s'ils arrivent assez vite, ils pourront mettre le grappin sur quelques-uns des hommes du Rex.
- Et sur quelques Résistants.
- Je pense que la plupart des survivants sont déjà partis. Ils connaissaient les tunnels, eux. »

Will jeta un coup d’œil à l'écran indiquant le temps d'attente avant la prochaine rame. Pas d'indication.

« Ils ont dû arrêter le métro. Il faut qu'on bouge, lâcha le détective.
- Pour aller où ?
- A la surface. Si on se fait coincer dans les tunnels par le Commissariat, on est foutus.
- Ce n'était pas ce que je demandais. »

L'ex-Elitien grogna.

« Tu me jures qu'il y aura quelqu'un pour s'occuper de Fenrir si je t'accompagne dans ta foutue planque ?
- Il y a un Centre Pokémon pas loin. Ce n'est pas un endroit coupé du monde. »

Nouveau grommellement, suivi de quelques secondes de silence. Tia le regarda de ses yeux pétillants, patiente. Will prit soudain conscience d'à quel point il s'était trompé en la prenant jadis pour une simple bourgeoise excentrique. La fille du Chancelier n'avait pas cessé de le détromper ; mais aujourd'hui, il comprenait vraiment la détermination, la maturité et la maîtrise de Tia. Il n'avait pas devant lui une riche héritière née avec une cuillère en argent dans la bouche. Il n'avait pas non plus devant lui la belle jeune femme au charme magnétisant qu'il avait connue ces dernières semaines.

Il avait devant lui un chef de guerre. Quelqu'un qui venait de perdre une bataille, mais qui ne se démontait pas et réfléchissait déjà à la prochaine. Quelqu'un qu'il pouvait suivre.

Alors, Will accepta.

~*~
Un cocktail molotov explosa non loin de Will, qui fit un brusque écart, attrapant la main de Tia pour l'entraîner à sa suite.

La foule hurlait sa haine à l'encontre des Élitiens qui tâchaient de disperser les manifestants. La colère générale était communicative, et Will fut plusieurs fois tenté de se laisser happer par le tourbillon d'émotions environnant et d'évacuer sa fureur en brisant une vitrine ou en insultant un Élitien.

Dès leur sortie des tunnels, lui et Tia avaient été avalés par une monstrueuse manifestation, qui s'étendait du centre-ville jusqu'aux quartiers industriels. Will avait immédiatement compris pourquoi les Élitiens avaient été si lents à intervenir après la fusillade des souterrains : la quasi-totalité des effectifs devait être mobilisés pour contenir l'émeute généralisée qui couvait.

D'un œil aguerri, Will avait rapidement identifié les signes qui montraient que la situation n'allait pas tarder à dégénérer. Ici, un Élitien un peu trop jeune serrait le manche de son fusil à caoutchouc à s'en faire blanchir les phalanges. Là, un trio de manifestants encagoulés tapotaient leur Pokéball, attendant visiblement le moment opportun pour s'en servir ; plus loin, une jeune femme se faisait taser à répétition par un Élitien visiblement aussi énervé que les manifestants.

Le chaos menaçait, enflait dans les cœurs comme une bulle mortelle; et mieux valait être loin lorsqu'elle éclaterait. Le soleil était en train de se coucher, et la nuit allait être longue et violente.

Tout autour d'eux, les milliers de manifestants formaient une masse compacte, qui hurlait des insultes à l'encontre de Taylor, de son gouvernement et de ses Élitiens ; scandant en cœur des slogans révolutionnaires à la rythmique aussi simple que leur propos, ils multipliaient les gestes obscènes, les jets de cailloux et -parfois- de cocktails molotovs.

Jetant un regard derrière lui, Will aperçut le visage de fermé de Tia. Que pensait-elle à ce moment-là ? Ce chaos, elle l'avait déclenché. Elle l'avait instigué. En était-elle fière ? Regrettait-elle ce qu'elle et sa Résistance avait fait ?

Plusieurs fois, Will dut jouer des coudes pour circuler dans la foule, et faillit être emporté par la marée humaine à plusieurs reprises. Tia lui avait simplement indiqué qu'ils devaient se rendre à la gare est ; ils bataillèrent donc pendant de longues minutes au sein de la masse compacte des manifestants enfiévrés, avant qu'enfin, les rangs ne commencent à se dégarnir.

C'est à ce moment là que la main de Tia lâcha la sienne.

Se retournant brusquement, Will aperçut un type à la dégaine patibulaire agripper la jeune femme et la secouer en rigolant d'un air goguenard. Le détective ne chercha même pas à comprendre ce que l'homme disait ; tout dans sa gestuelle trahissait l'alcool, la drogue et les mauvaises intentions.

« Lâche-la ! » tonna l'ex-Elitien avec une autorité qu'il s'ignorait.

Le malfrat tourna la tête vers lui, et Will aperçut ses yeux injectés de sang. Vortex. Encore. Le poison du Rex était décidément partout.

Le type ouvrit la bouche pour lui répondre, mais n'émit qu'un couinement de douleur. Surpris, Will vit Tia décocher un coup de pied dans les parties génitales de l'homme, avant de lui fracasser le plexus d'un coup de coude d'une violence maîtrisée. L'homme s'effondra, hoquetant, tandis que la jeune femme se rapprochait du détective, qui restait la regarder, stupéfait.

« Ça t'étonne ? » lança-t-elle en voyant son air médusé, d'un ton légèrement sarcastique.

Dépassant Will, elle reprit la route, tandis que d'autres junkies venaient en aide à celui que Tia venait de mettre hors d'état de nuire.

« J'ai été prise en otage, il y a huit ans, lui rappela alors la fille du Chancelier. Heureusement que j'ai appris à me défendre depuis.
- C'est à se demander pourquoi tu as demandé un garde du corps, grogna Will en la rattrapant.
- Je n'ai pas demandé un garde du corps. Je t'ai demandé toi, rétorqua Tia.
- Eh bien la prochaine fois que l'on se retrouve pris au piège sous terre face à cinq types du Rex, peut-être que tu pourras m'aider. »

Ils s'éloignèrent sans attendre leur reste, préférant éviter que les camarades du junkie ne viennent chercher vengeance.

« Merci, Will, lâcha Tia alors qu'ils distançaient le vacarme de la manifestation.
- Mmh ?
- Pour toute à l'heure. Tu m'as sauvé la vie. Une troisième fois.
- J'ai surtout sauvé la mienne. »

Ils remontèrent une avenue. Les riverains, debout sur leurs balcons ou massés aux fenêtres, semblaient s'étonner de leur direction, alors que tous les autres piétons convergeaient vers la manifestation dans leur dos.

« Pourquoi ? demanda soudain Tia.
- Pardon ?
- Pourquoi m'avoir sauvé la vie ? Je t'ai souvent caché la vérité. Je me suis trompée sur Edge. Fenrir a été blessé à cause de moi. Je me suis laissée piéger, et la Résistance a perdu tous ses chefs, à l'exception de moi et du traître qui a fait tuer les autres. J'ai perdu le contrôle.Alors pourquoi est-ce que tu me suis encore ? »

L'espace d'un instant, le masque du chef de guerre se craquela et Will entraperçut la détresse intérieure de Tia. L’œuvre de sa vie venait de s'effondrer, et elle ne l'avait pas vu venir. Outre le fait qu'elle ait frôlé la mort, elle venait surtout de perdre le contrôle de la Résistance, et vivait dans l'incertitude totale quand à l'avenir du mouvement et des émeutes qu'il avait déclenchées.

« Il faut bien un vieux râleur pour contrebalancer tes idéaux, grogna Will pour la forme.
- C'est ce que je suis ? Une idéaliste ? J'ai déclenché tout ça. Cette manifestation. Ça a l'air idéal, à tes yeux ?
- Tu regrettes de l'avoir fait ? contra le détective.
- Non. Que je regrette ou non, je dois en assumer la responsabilité, de toute façon.
- Et c'est pareil pour moi. Que je veuille te suivre ou non ne change rien. Je le fais parce qu'on est dans la même galère. »

C'était une réponse froide et distante, que Will savait fausse. Il ne se contentait pas de suivre Tia simplement parce qu'ils étaient alliés de circonstance. Il ne la suivait pas non plus parce qu'elle le payait rubis sur l'ongle pour ses services de garde du corps. En cet instant, rien n'aurait pu être plus insignifiant que l'argent.

Non, il savait pertinemment qu'ils étaient liés, tous les deux. Depuis l'instant où il avait appris la vérité sur la prise d'otage, huit ans plus tôt. Depuis l'instant où il s'était promis de tuer Jack Taylor.

Tia ne broncha pas, mais Will sut que sa réponse l'avait blessée. Était-ce volontaire ? Peut-être. Peut-être qu'il avait peur qu'ils ne se rapprochent trop. Peut-être que se donner des airs de garde du corps professionnel et bougon était pour lui le meilleur moyen de se protéger.

Et peut-être que Tia n'était pas dupe.

Soudain, le téléphone de la jeune femme se mit à sonner. Surpris, Will lui lança un regard interrogateur, regard que lui rendit la fille du Chancelier, visiblement prise au dépourvu. Elle fouilla sa poche et sortit son smartphone, lisant le nom du contact qui s'affichait à l'écran.

« Évidemment, marmonna-t-elle. Évidemment qu'il fallait que ce soit lui.
- Le traître ? Celui des dirigeants qui a fait tuer les autres ?
- Lui-même. » répondit Tia en tournant l'écran vers lui.

Le détective put alors lire le nom du contact, et sentit une colère sourde monter en lui.

« Frank Riviera. » grogna Will.