Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Une Vie Mouvementée  de Bleu2MéthylN



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Bleu2MéthylN - Voir le profil
» Créé le 15/07/2020 à 11:08
» Dernière mise à jour le 28/08/2020 à 18:51

» Mots-clés :   Amitié   Aventure   Drame   Galar   Présence de personnages du jeu vidéo

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 5 : Une Vie de Champion
Pendant plusieurs années, j’étais resté au stade de Corrifey pour me consacrer entièrement dans mon rôle de Champion. Tous les jours, on effectuait un entraînement avec les autres dresseuses de l’arène, Simone, Améline et Théodora. Lors de mon arrivée en tant que champion, les jumelles Améline et Simone m’accueillirent très chaleureusement. Au début, Elles étaient indulgentes envers moi car j'avais du mal à m'habituer à ma nouvelle activité. Par contre, Théodora était un peu froide et distante avec moi. Elle était mitigée par le fait que Sally n'était plus la championne mais que c'était moi dorénavant. Mais plus le temps passait, plus elle s'ouvrait à moi et devenait gentille. Les trois filles se connaissaient déjà très bien lors de mon arrivée, elles travaillaient ensemble déjà depuis quelques années avec Sally ici. Elles étaient devenues très proches assez rapidement, pourtant elles avaient des caractères totalement différents et qui, à première vue, n'allaient pas du tout ensemble. Comme quoi, les opposés s'attirent !

Améline était originaire de Kalos, elle emporta avec elle son Fluvetin et son Cupcanaille pour garder un souvenir de son ancienne vie. Elle voulait briser sa routine qui la lassait beaucoup à Romant-sous-Bois. Elle avait envie de découvrir une nouvelle culture, de nouvelles personnes et de nouveaux pokémons. Elle avait toujours été fan des pokémons de type fée. Elle avait vécu son enfance à Romant-sous-Bois où la championne, Valériane, possédait des pokémons de type Fée. Elle avait toujours vécu dans la même ville, mais ni celle-ci, ni la région ne la rendait vraiment heureuse. Calme et introvertie à première vue, c'était une fille très gentille et respectueuse qui arrivait même à être drôle. Elle connaissait parfaitement ses pokémons et était une dresseuse redoutable. Elle était la première dresseuse à affronter dans l'arène, comme ça, les dresseurs participant au Défi savaient à quoi s'attendre dans ce stade.

Simone, sœur jumelle d'Améline, elle, avait décidé de suivre sa sœur pour pouvoir réaliser son rêve absolu, faire un tour du monde. Contrairement à sa sœur, elle appréciait toujours sa petite ville natale. Avant cela, elle n'était jamais allée ailleurs qu'à Kalos, sa région d'origine. Arrivée à Galar, elle réalisa que son rêve n'était pas de faire un tour du monde, mais d’étudier la faune et la flore locale de la région de cette région qui en possédait une particulière. Elle s'installa à Corrifey avec sa sœur pour pouvoir étudier les êtres vivants dans la Forêt de Lumirinth. Après avoir étudié longuement les spécimens vivants là-bas, elle s'était découvert une passion pour les pokémons de type fée, nombreux d’entre eux vivaient dans cette forêt. Elles décidèrent, avec sa sœur, de postuler dans l'arène de cette ville. Elle avait un Sucroquin et un Cocotine en contradiction avec sa sœur. En effet, elles avaient un caractère totalement différent : elle était très sociable et extravertie, elle n’hésitait pas à dire ce qu'elle pense d'une chose, pokémon, ou même d'une personne alors qu'Améline était plutôt dans la retenue.

Théodora était Originaire de Galar, elle avait toujours vécu avec ses parents à Corrifey. Depuis toute petite, elle était fan de Sally et de ses pokémons Fée. Elle voulait absolument être une grande dresseuse comme elle. Elle avait donc décidé de tenter le Défi des arènes pour montrer sa puissance. Arrivée au stade de Corrifey, elle avait pu rencontrer et affronter son idole, Sally était très impressionnée par son talent de dresseuse et lui avait donc proposé de rester au stade pour être une dresseuse de l’arène. Elle accepta directement, elle était très heureuse de travailler avec son modèle. Ses pokémons étaient Fourbelin et Gardevoir. Son équipe était très puissante. Son caractère était plutôt spécial, indifférente voire méprisante envers les personnes qu'elles ne connaissaient pas, mais très attentionnée et aimable quand on apprenait à la connaitre. Mais elle pouvait être parfois un peu naïve, mais bon, on lui en voulait pas chacun a ses défauts.

Étant champion, j'avais dû revoir la configuration de mon équipe. Malheureusement j'avais dû me séparer de Kiwi, mon allié de toujours, pour les combats, il n’était pas de type Fée, mais il restait malgré tout près de moi lors des entraînements et des combats pour m’encourager. Sally avait accepté de s'en occuper pendant mon temps de travail, ça l'occupait un peu. Mon équipe avait donc légèrement changé, Wizard était toujours là accompagné de Victoria, le Gardevoir de Raymonde et Mysdibule, ancien pokémon de Sally. Il me fallait donc au moins un autre pokémon pour avoir une équipe convenable. Un matin, à mon habitude, je me baladais dans la Fôret de Lumirinth quand, tout à coup, j’aperçus une étrange lumière qui émanait d'un buisson. Je m'approchai et contre toute attente je vis que, c'était un Ponyta de Galar. Cette espèce était assez rare dans cette forêt et cette région. J'avais eu de la chance de tomber sur lui. Il avait l'air perdu le pauvre, il avait peut-être perdu sa maman ? Pour l'aider, Je décidais donc de le capturer et donc de m'en occuper. Je l'avais nommé Light de part sa crinière qui s'illuminait de temps à autre et la façon dont je l'avais trouvé. Il avait finit par évoluer en Galopa de Galar à l'issue de plusieurs jours d’entraînements.

Les entraînements, quant à eux, se passaient toujours de la même façon, la routine c'est essentiel pour être performant et organisé ! Le matin, on commençait par un enchaînement de plusieurs combats pour augmenter l'endurance des pokémons, et la nôtre au passage. Le Midi, un cuisinier nous faisait des repas équilibrés pour garder la forme, pour les pokémons et les dresseurs. Édouard venait de temps en temps nous les préparer. C'était un plaisir de le revoir. Il restait parfois pour admirer la suite de notre entraînement, comme au bon vieux temps... il venait parfois accompagné de Mme Reyes, ils s'étaient liés d'amitié. Ça me faisait un grand plaisir des les revoir ! Les après-midi, les dresseuses de l’arène enchaînaient des épreuves essentiellement à l’extérieur du stade, capturer un pokémon spécifique dans la fôret comme un Théffroi par exemple, extrêmement rare dans la région. Il ne vivait que dans cette forêt. Trouver une baie ou un objet particulier dans les environs était une épreuve assez classique que je proposais aux trois dresseuses. Ce genre d'épreuve leur servait pour affiner leurs sens et pour être plus attentif aux détails. Et enfin, avant la fin de journée, nous avions des cours de stratégies d'une heure environ, ils nous permettaient d'en savoir plus sur toutes les combinaisons possibles pour parvenir à remporter un combat, même s'il y en avait une toute une infinité.

Une fois par mois était organisé un tournoi de combat pokémon au stade réservé exclusivement aux dresseurs de la ville de Corrifey. Étant champion d'arène, Je ne pouvais pas participer à ce tournoi sauf exception, personne ne pouvait m'égaler de toute façon. Mais Améline, Simone et Théodora, elles, avaient le droit, c’était un très bon entraînement pour elles. Les conditions de combat de ce tournoi étaient strictement les mêmes que celles dans les matchs d'arènes officiels. Elles avaient toutes gagnées au moins une fois, mais c'est Théodora qui détenait le plus de victoires à son actif, elle avait remporté ce tournoi trois fois. De quoi ravir son ego ! Une fois même, les trois premières du classement de ce tournoi étaient les trois dresseuses de l'arène. Contre toute attente, c'était Simone la grande gagnante de ce tournoi-ci. J'étais si fier d'elles ! À la clé de ce tournoi, il y avait un pass pour participer au Défi des Arènes, cette récompense permettait de motiver les dresseurs à participer au tournoi et peut-être même au Défi des Arènes s'ils parvenaient à gagner. Le vainqueur était recommandé par moi-même, un grand honneur pour moi de le faire au possible futur Maître de la Ligue. Mais il avait le droit de refuser l'offre, dans ce cas-là, le prix revenait au deuxième ou au troisième si le deuxième refusait également. Si le troisième ne l'acceptait pas, le prix ne revenait à personne. Les trois dresseuses du stade ne l'avaient jamais accepté. Elles préféraient rester à l'arène plutôt que de parcourir la région en quête de tous les badges.

La venue des dresseurs de tous horizons pour le Défi des Arènes étaient un très bon entraînement pour nous tous ! En effet, On pouvait affronter de nombreux pokémons différents et faire face à des multitudes de stratégies diverses et variées. On pouvait même recroiser des dresseurs qui avaient gagné notre tournoi local. C'était tout de même assez rare. Notre stade était devenu l'un des plus redoutés par les dresseurs. Peu d'entre eux arrivaient à passer notre arène. Notre entraînement avait porté ses fruits. Les filles et moi étions devenus très puissants, si puissant que, lors de chaque Défi des Arènes, entre cinq et sept dresseurs arrivaient à nous vaincre. Ceux qui y arrivaient ne l'avaient pas démérité. Très peu arrivaient donc au Tournoi des Champions, mais ceux qui réalisaient l'exploit étaient les meilleurs dresseurs de la région entière.
Tout se passait très bien dans ma vie lorsqu'un événement vint la bouleverser, encore une fois...