Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Apocalyptica de Drayker



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Drayker - Voir le profil
» Créé le 14/05/2016 à 21:48
» Dernière mise à jour le 17/11/2017 à 21:56

» Mots-clés :   Drame   Présence de poké-humains   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 51 : Faire un choix
Lorsque Lina ouvrit les yeux, une lumière abondante lui inonda les rétines, l'éblouissant totalement. Une étrange impression de confort lui fit penser qu'elle flottait. Était-elle morte ? La sphère lumineuse qui l'entourait, qui la berçait, était-elle le paradis ?

Et puis, l'état déplorable de son corps la ramena sur terre. Sa hanche, sa cheville brisée, sa trachée meurtrie par Lyrian, tout cela se chargea de la ramener à la réalité : elle était bien vivante.

Remuant faiblement, elle comprit que la lumière provenait d'un néon blafard accroché au plafond de béton. Cela faisait des mois qu'elle n'avait pas vu de lumière artificielle en si bon état. Elle essaya de se redresser, mais ses muscles étaient incroyablement fatigués. Elle comprit alors qu'elle était allongée sur un lit moelleux.

Quatre murs de béton grisâtres l'entouraient. Lina essayait de rassembler ses souvenirs, cherchant à déterminer où elle pouvait bien se trouver.

Le bunker. Elle était au bunker.

Cette réalisation eut l'effet d'un électrochoc, et elle se sentit soudain beaucoup plus alerte. Était-elle en danger ? Où était Lyrian ? Joshua, Thrak et Kate avaient-ils survécu ? Quid des deux mystérieux personnages qui étaient sortis par la porte blindée juste avant qu'elle ne perde conscience ?

Incroyablement faible, elle réussit cependant à se redresser et remarqua qu'elle portait toujours ses habits crasseux et pleins de sable. La tête lui tournait et elle dut s'appuyer sur le mur pour ne pas s'effondrer.

Un panneau de métal lisse semblait être l'unique sortie de la pièce. Elle s'en approcha, et la porte s'ouvrit dans un chuintement discret. Il n'y avait pas de poignée.

Elle se retrouva alors dans un couloir sur lequel s'ouvraient une multitude de portes identiques. Déboussolée, elle chercha à appeler ses compagnons, mais ne parvint qu'à émettre un râle rauque.

Elle se sentait mal, très mal. Quelque part, dans les recoins de son esprit embrumé par la fatigue, une petite voix réaliste lui murmura qu'elle ferait mieux de se recoucher et d'oublier. Lina secoua la tête et sortit dans le couloir.

Elle devait savoir ce qui était arrivé aux autres.

Une douleur fulgurante à la cheville lui rappela qu'elle avait été soulevée dans les airs avant de chuter de plusieurs mètres. Lina serra les dents et boitilla courageusement vers la droite, sans savoir où elle allait. Baissant les yeux, elle remarqua de nombreuses gouttes de sang qui formaient une traînée encore récente. Dans un éclair de lucidité, elle décida de les suivre.

Perdue, nauséeuse et au bord de l'évanouissement, la jeune fille puisa dans des réserves insoupçonnées pour continuer malgré tout. Autour d'elle, le monde n'était qu'un dédale de béton et d'acier qui tournoyait furieusement, éclairé par quelques néons inquiétants. Le couloir était moins éclairé que la pièce où elle s'était réveillée, et l'atmosphère oppressante du lieu lui donnait envie de fuir. Elle avançait difficilement, incapable de poser son pied droit sur le sol.

Les traces de sang étaient abondantes. Cela n'augurait rien de bon quant au sort de ses compagnons, mais elle devait savoir. Son esprit défectueux ne parvint même pas à imaginer ce qu'elle ferait si elle tombait le cadavre de Thrak, ou Kate, ou Joshua… ou si elle croisait Lyrian dans les couloirs. Où était passés les deux individus qu'elle avait aperçus avant de sombrer ? L'homme… son nom, il lui disait quelque chose. Et l'autre silhouette ? Celle aux longs cheveux blancs ? On aurait dit un ange.
Un ange qui avait affronté Lyrian de face.

Lina s'arrêta, haletante. Sa hanche la brûlait, et ses yeux étaient embués de larmes. La lumière des néons dansait devant ses yeux, même lorsqu'elle fermait ses paupières. Jamais dans sa vie n'avait-elle autant rêvé de s'allonger et de dormir à tout jamais.

Elle reprit sa marche insensée et continua à longer le mur qui semblait menacer de se dérober à chaque pas.

Soudain, elle aperçut le rectangle de lumière qui s'ouvrait dans un des murs du couloir. Les traces de sang se dirigeaient vers cette pièce blanche, puis disparaissaient, englouties par l'intense lueur des néons.

« Bon sang, Taylor nous a bien eus. » fit une voix masculine.

Avec un effort surhumain, Lina avança jusqu'à la porte inondée de lumière. De l'autre côté, elle ne discernait rien. A moitié aveuglée, elle s'approcha et s'appuya à grand-peine sur les gonds de la porte.

Un murmure faible répondit à la question de l'homme, si bas que Lina ne parvint pas à l'entendre. Aveuglée par les néons de la pièce, qui semblaient se refléter sur le carrelage blanc qui couvrait le sol et les murs, la jeune fille discerna à peine les deux silhouettes qui lui tournaient le dos.

Elle poussa un râle rauque, semblable à un appel à l'aide, juste avant que ses jambes ne se dérobent sous son poids. Elle s'effondra au sol et attira l'attention des deux individus, qui pivotèrent immédiatement vers elle. Elle reconnut l'homme qui l'avait traînée à l'intérieur.

« Lina… J'aurai dû me douter que tu ne serais pas restée allongée sans rien dire. » soupira Will Stelmar.

Lina eut un mouvement de recul en avisant la combinaison grise dont était vêtu l'homme – une combinaison de X-Corp. Hélas, elle était trop faible pour s'enfuir. L'individu avança vers elle et s'accroupit près d'elle avant de lui passer un bras autour des épaules. La jeune fille sentit qu'elle perdait connaissance.

« Tu ne dois pas rester là. Il faut que tu te reposes.
- Je ne peux pas tous les stabiliser, Will. Il va falloir faire un choix. »

Lina leva les yeux vers celle qui avait parlé. Il s'agissait d'une femme, manifestement ; elle était vêtue d'une combinaison d'un blanc immaculé. De longs cheveux albinos encadraient un visage d'une pâleur fantomatique, mais la vision de Lina était trop floue pour qu'elle puisse lui donner un âge. Elle dodelina de la tête, au bord de l'effondrement, et lutta pour rester consciente. Elle comprenait à peine ce que ce disaient ces deux personnes.

« Tu peux en soigner combien ? questionna Will.
- Un. Peut-être deux. Mais pas les trois.
- Donc tu me demandes de choisir qui laisser mourir ?
- Oui.
- Pas sûr d'avoir le droit de décider de qui doit vivre ou mourir.
- On pourrait peut-être le lui demander. » répondit calmement la femme blanche en pointant Lina du doigt.

La jeune fille cligna des yeux, essayant de comprendre ce dont ils parlaient. En vain. Elle sentait que l'affaire était dramatique et qu'il était question du sort de ses compagnons, mais son esprit embrumé ne parvenait plus à fonctionner correctement. Elle sentit ses paupières se fermer, et les voix de Will et de son interlocutrice ne devinrent plus que des murmures sourds à ses oreilles.

« Hors de question. Je ne vais pas lui infliger ça, disait l'homme.
- Alors dites-moi qui je dois sauver. Si on n'agit pas vite, ils mourront tous les trois. Il est déjà presque trop tard pour le garçon. »

Lina sentit qu'on la soulevait du sol. Elle comprit qu'on la portait hors de la pièce.

Son corps, poussé dans ses derniers retranchements, la lâcha avant qu'elle n'entende la réponse de Will.