Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Apocalyptica de Drayker



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Drayker - Voir le profil
» Créé le 14/03/2016 à 22:33
» Dernière mise à jour le 07/11/2017 à 19:34

» Mots-clés :   Drame   Présence de poké-humains   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 48 : La dernière ligne droite
« Je ne vois plus l'Arcanin ! » gémit Jade, perdue.

La tempête de sable les enveloppait de son cocon hurlant. Le vent rugissait, agitait le fourgon, faisait grincer la tôle. Les grains de sable s'éclataient contre le pare-brise avec force, si violemment que quelques craquelures commençaient à apparaître sur la surface du verre.

Voilà de longues minutes qu'ils suivaient la course du Pokémon Feu, de longues minutes pendant lesquelles la masse de sable les avait rattrapés et dévorés, occultant la maigre lueur lunaire. A l'extérieur du fourgon, le monde n'était plus qu'une immense étendue ocre, qui dévorait le ciel et la terre.

« Bordel, on voit rien !
- Où est passé l'Arcanin ? questionna Thrak. Quelqu'un le voit ?
- On aurait jamais dû le suivre, grogna Lina.
- Il a dû arrêter de nous attendre pour se mettre à l'abri, suggéra Kate.
- Quoi ? Mais Riolu était sur son dos !
- On s'occupera du Riolu plus tard ! Il faut qu'on se planque nous aussi !
- Et où ? On voit rien ! » protesta Lina.

Elle disait vrai. Le sable recouvrait le pare-brise, et les pauvres essuie-glace, qui tournaient à plein régime, peinaient à déblayer la vitre. La visibilité était quasi nulle - pourtant, au loin, Jade crut discerner quelque chose.

« Là-bas ! C'est des montagnes, non ?
- Peut-être bien. » murmura Lina en plissant les yeux.

Une bourrasque plus violente que les autres secoua le fourgon, qui chassa. Jade serra fermement le volant pour tâcher de garder le contrôle de la direction. Lina et Kate, qui n'étaient pas attachées, furent brusquement projetées contre la paroi du fourgon.

« Putain ! jura la jeune fille, meurtrie.
- Fonce, ordonna Kate en se redressant. On n'a pas le choix. Si on reste exposés comme ça, la tempête va finir par déchiqueter le fourgon. »

Jade obtempéra et écrasa l'accélérateur. Le moteur peina, les roues tournèrent un instant dans le vide, avant que le fourgon ne s'élance finalement de plus belle au milieu de la tempête rugissante.

« Je vois rien ! On va finir par percuter quelque chose ! s'exclama Jade.
- Roule, je te dis ! »

Un craquement sinistre se fit entendre, et Thrak poussa un juron. Le rétroviseur côté passager s'était détaché, arraché par la force du vent, et avait été projeté en plein sur la vitre, qu'il avait fissurée.

« On ne va pas tenir longtemps ! tonna le colosse.
- Je fais ce que je peux ! » gémit Jade.

Un rocher jusqu'ici masqué par le sable apparut soudain dans son champ de vision. L'ex-étudiante donna un brusque coup de volant, qui envoya à nouveau ses compagnons contre les murs. Lina heurta la paroi tête la première, et sentit un liquide chaud et poisseux couler sur son front.

« BORDEL ! AU NOM D'ARCEUS, EST-CE QUE TU POURRAIS... » commença la jeune fille, furieuse.

Elle s'interrompit en apercevant Kate, inconsciente au milieu des sacs de matériel. Du sang coulait sur le visage de la jeune femme blonde. L'hybride Métamorph avait elle aussi heurté le mur du coffre de plein fouet, et semblait avoir perdu connaissance sur le coup, probablement à cause de son état de fatigue extrême.

« Kate s'est évanouie ! s'exclama Lina.
- Il y a bien des montagnes, là-bas ! lança Thrak. Vas-y ! On trouvera peut-être un recoin où s'abriter du vent ! Il faut... »

Il fut interrompu par le craquement soudain de la vitre à sa droite. Lina eut juste le temps de relever la tête pour voir la fissure s'agrandir d'un coup avant que la fenêtre ne vole en éclats, laissant des flots de sable se déverser à l'intérieur.

~*~
« Bon sang. » murmura Joshua en avisant l'épave du fourgon devant eux.

Il ralentit et coupa les phares. Craignant le pire, Joshua saisit son fusil d'assaut et descendit en claquant la portière, suivi de Lyrian.

Pestant contre la pénombre qui s'était abattue sur eux, Joshua alluma péniblement sa lampe-torche et braqua le faisceau droit devant lui.

Là, en plein désert, les deux compagnons d'infortune venaient de tomber sur ce qu'il restait de l'un des deux fourgons X-Corp qu'avaient emmené Kate et les autres. Les débris étaient en piteux état. Le fourgon s'était retourné, et plusieurs vitres étaient brisées. Des portières étaient arrachées et gisaient des dizaines de mètres plus loin ; des traces de griffures impressionnantes entaillaient la tôle, et le capot fumait encore un peu.

« Un banc de Pokémon Sol, devina rapidement Joshua.
- Il y a un cadavre de Carchakrok là-bas, annonça Lyrian en désignant leur droite. Et d'autres Pokémon un peu partout. »

Sans se demander comment l'hybride faisait pour y voir aussi bien en pleine nuit, Joshua s'avança prudemment vers l'épave, craignant d'y trouver le corps de l'un de leurs compagnons. Il jeta un coup d’œil méfiant à l'intérieur de l’habitacle, où du sable se déversait à travers les entailles qui perçaient la tôle. Vide. Soulagé, il pénétra à l'intérieur du fourgon renversé et braqua le faisceau de sa lampe à l'avant du véhicule. Rien.

« Ils ne sont plus là.
- Je ne vois pas de traces dans le sable, fit remarquer Lyrian.
- La tempête a dû tout effacer. Mais ils s'en sont tirés, décréta Joshua avec espoir.
- Comment le sais-tu ? »

Joshua désigna le coffre vide, tandis que Lyrian le rejoignait à l'intérieur.

« Ils avaient deux fourgons. Ils ont récupéré tout ce qu'il y avait d'utile dans celui-là avant de continuer avec l'autre.
- Il y a du sang sur le volant. » lança alors l'hybride borgne.

Joshua se retourna, inquiet. Lyrian disait vrai. Des éclaboussures de sang séché souillaient le volant du fourgon.

« Je crois qu'on les rattrape.
- Oui, approuva Lyrian d'un ton satisfait. On les rattrape. »

Trop occupé à inspecter les traces de sang, Joshua ne vit pas le sourire prédateur qui se dessinait sur les lèvres de l'hybride borgne.

~*~
La lumière du petit matin transperça les paupières closes de Thrak, qui ouvrit les yeux en grommelant. Les rayons du soleil l'éblouirent, et il voulut placer sa main en visière ; c'est alors qu'il se rendit compte qu'il était embourbé dans le sable jusqu'au buste.

Clignant des yeux, étourdi et fébrile, il regarda autour de lui et reconnut leur fourgon. Il était toujours assis dans le siège passager ; seulement, l'habitacle était tellement ensablé qu'on discernait à peine le tableau de bord. L'airbag devant lui s'était déclenché. A travers le pare-brise, il aperçut le capot fumant, éventré par la falaise qu'ils semblaient avoir percutée.

En grommelant, il tourna la tête à sa gauche et aperçut Jade, la tête ensanglantée, avachie sur le volant. Son airbag ne s'était pas activé, et le colosse s'inquiéta. Pris au piège du sable, il était incapable de se tourner et ne put voir comment allaient Kate et Lina.

Il essaya de se dégager et grimaça. La plaie que lui avait infligée l'hybride Sépiatroce entre les omoplates était toujours douloureuse. Avec un grognement sourd, le colosse essaya de déplacer sa main droite vers la portière. Freiné par le sable, il avançait avec une extrême lenteur, tandis que les grains de sable lui griffaient les mains, s'immisçaient sous ses ongles et lui irritaient la peau. Dans un ultime effort, Thrak rencontra enfin la poignée, l'actionna et ouvrit la portière. Le sable s'écoula immédiatement à l'extérieur et il put enfin se dégager les bras et le haut du corps.

Hagard, il se retourna et aperçut les portes arrière grande ouvertes. Lina, le front ouvert, était enfoncée dans le sable jusqu'aux épaules. Quand à Kate, Thrak ne la trouva nulle part.

Il grommela un juron, la bouche pâteuse.

Que s'était-il passé ? Il se rappelait de sa vitre qui craquait, et des torrents de sable qui se déversaient à l'intérieur de l'habitacle. Ils avaient dû percuter un rocher peu après, et avaient perdu connaissance à ce moment-là. A en juger par la hauteur du soleil ans le ciel, ils approchaient du zénith. Il était resté inconscient plusieurs heures.

Le colosse au teint mat poussa de toutes ses forces sur son siège et se jeta hors du fourgon, extirpant ses jambes du sable. Il s'étala de tout son long à l'extérieur, avant de se relever en titubant. L'esprit embrumé, Thrak massa son front douloureux et constata qu'il avait une belle bosse. Il avait probablement heurté le pare-brise lors du choc.

Il leva la tête et aperçut le soleil de plomb qui écrasait déjà le désert de sa chaleur cuisante. Le ciel était presque blanc, comme un fer chauffé à haute température. L'air ondulait près du sol, rendu trouble par la canicule.

Thrak avisa alors l'immense formation rocheuse qu'il avait percutée, et comprit que ce n'était pas une falaise, mais bien une chaîne montagneuse qui s'étendait encore loin sur leur gauche.

Où étaient-ils ? Avaient-ils enfin atteint le défilé qui marquait la fin du désert, d'après leur carte ?

En grommelant, il se traîna jusqu'aux portières arrière et se hissa à l'intérieur du coffre où Lina gisait inconsciente. Un sang poisseux maculait ses cheveux crasseux, et son visage plein de poussière était luisant de sueur. Il essaya de l'attraper par les épaules et de la tirer du sable dans lequel elle était prise, mais elle semblait coincée.

Thrak grogna à nouveau, incapable de formuler d'autres sons. De ses mains de géant, il déblaya le sable près de la jeune fille, et finit par réussir à l'extirper. Il lui prit le pouls. Elle vivait. Il l'allongea dans le coffre, et sortit à nouveau sous la chaleur écrasante, se dirigeant cette fois vers la portière conducteur.

La poignée était là aussi incroyablement difficile à tourner, la faute à la masse de sable qui la bloquait de l'autre côté. Jade, inerte, était ensablée jusqu'aux épaules, et ne semblait pas respirer.

L'inquiétude s'empara de Thrak. Incapable de faire tourner cette foutue poignée, il opta pour une solution plus radicale et brisa la vitre d'un coup de coude. Il attrapa ensuite la portière, ignorant les bris de verre qui entaillaient ses mains calleuses.

Il pivota sur ses hanches, tira d'un coup sec et arracha la porte sans plus de ménagement, la jetant plus loin tandis que le sable de l'habitacle se déversait sur ses jambes. Des morceaux de verre étaient fichés dans ses mains. A peine conscient qu'il saignait, le colosse passa une main sous les genoux de Jade, passa le bras de cette dernière autour de ses épaules et arracha l'étudiante à sa prison de sable.

Elle respirait à peine. Le choc semblait avoir été violent pour elle ; l'airbag ne l'avait pas protégée, et elle saignait du crâne.

Perdu, blessé et épuisé, le colosse n'abandonna pas et déposa la jeune fille à côté de Lina, bien décidé à faire tout son possible pour les mettre à l'abri.

Mais où était Kate ?

Lorsqu'il s'était réveillé, les portes du coffre étaient ouvertes ; l'hybride Métamorph avait probablement été projetée hors du fourgon pendant la tempête. Si c'était le cas, et qu'elle était restée des heures inerte au soleil, elle risquait d'être gravement déshydratée. Inquiet, le colosse se retourna, mit sa main en visière et étudia l'étendue désertique qui l'entourait, cherchant vainement Kate du regard.

C'est alors qu'il le vit.

Loin à sa droite, vers l'ouest, un énorme édifice de béton semblait émerger de la montagne. Le bâtiment était loin, à un ou deux kilomètres, et vacillait dans l'air trouble. Thrak cligna des yeux et crut à un mirage, refusant de croire à ce miracle. Il plissa les yeux, et fut forcé de constater que le bâtiment semblait bien réel.

Ils avaient trouvé le bunker.