Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Apocalyptica de Drayker



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Drayker - Voir le profil
» Créé le 21/02/2016 à 20:06
» Dernière mise à jour le 04/12/2017 à 19:45

» Mots-clés :   Drame   Présence de poké-humains   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 47 : Gueule de poussière
« Qu'est-ce que c'est que ça ? » bafouilla Lina, stupéfaite.

Elle fixa l'Arcanin, qui somnolait paisiblement près du foyer. Impressionnée par l'air majestueux du Pokémon et sa taille imposante, elle mit quelques secondes à retrouver ses esprits.

« Tu te souviens de ce qu'il s'est passé ? demanda Thrak.
- Non. Enfin... Je me rappelle de toi qui vient me décrocher, mais...
- Quand on s'est séparés, quasiment toute la meute vous a suivies, expliqua Jade. Thrak a tiré sur les quelques Carmache qui nous ont pris en chasse, puis on a viré à gauche en essayant de vous rattraper, mais on vous avait perdues de vue.
- On a fini par vous apercevoir au loin. On t'a vue ouvrir les portes et commencer à leur tirer dessus, et on les a vu sauter sur le fourgon. On a accéléré pour vous rejoindre, mais vous étiez beaucoup trop loin. Et puis, vous avez percuté le rocher. C'est là que la camionnette a basculé.
- Kate a perdu connaissance, acquiesça Lina. Un Carmache l'a sacrément amochée.
- On a vu. Je t'avoue qu'on a eu une sacrée peur quand on vous a vu faire une embardée. Le Carchakrok accroché à l'arrière a été projeté, mais il s'est relevé et a foncé vers vous. Et c'est là que l'Arcanin est apparu.
- Comment est-ce qu'un Arcanin seul peut mettre un banc de Pokémon comme ça en déroute ? s'interrogea Lina. Ça n'a pas de sens.
- Il n'a pas fait que le mettre en déroute. Il est sorti de derrière une dune, il a foncé sur le Carchakrok, et... » commença Jade.

Elle s'interrompit et frissonna, l'air mal à l'aise. Lina haussa un sourcil.

« Il lui a arraché le bras, acheva Thrak, imperturbable.
- Je... Je n'ai jamais vu de Pokémon faire ça, renchérit Jade. Les combats de Dresseur n'ont jamais été aussi... violents...
- Ce n'était pas un combat de Dresseurs, répliqua Thrak. C'était un combat entre deux Pokémon, dans un monde où seul le plus fort survit. »

Un silence accueillit cette maxime. Lina, méfiante, fixait l'Arcanin d'un air mal à l'aise. Il était difficile d'imaginer qu'un Pokémon si majestueux puisse se révéler être aussi sanguinaire.

« Quoi qu'il en soit, son petit manège a effrayé le reste du banc, et ils se sont rapidement enfuis, reprit Thrak en jetant un regard à l'Arcanin.
- Donc il a mis le banc en déroute à lui tout seul, résuma Lina. Un banc de Pokémon dragons, en plus.
- Il faut croire.
- Les dragons sont pas censés être naturellement résistants au feu ?
- Il n'a pas eu besoin de cracher la moindre flamme. Il a tout fait à coups de crocs et de griffes.
- Putain, c'est du délire. » conclut Lina en s'asseyant près du foyer.

Le Pokémon à la crinière de neige ouvrit un œil tranquille et l'observa quelques instants. Le Riolu de Jade profita de l'occasion pour sauter sur l'Arcanin, et s'accrocher à sa fourrure pour lui grimper sur le crâne. Le gigantesque Pokémon Feu regarda le petit bonhomme faire, impassible. Jade esquissa un sourire fatigué.

« D'où est-ce qu'il peut bien venir ? demanda Lina.
- Aucune idée. Je ne sais pas pourquoi il nous a aidés, ni ce qu'il fait encore là. Ça me dépasse, répondit Thrak.
- Il a peut-être été envoyé. » suggéra Jade.

Les regards se tournèrent vers elle. L'ex-étudiante en médecine rougit, et continua précipitamment :

« Un Pokémon comme ça, en plein désert, qui sauve des inconnus, ça ne peut pas être une coïncidence. Surtout s'il est aussi fort. »

Lina haussa les épaules. Elle était trop épuisée mentalement et physiquement pour s'interroger sur la provenance de l'Arcanin. Qu'il reste avec eux s'il le voulait. Elle n'en avait cure.

Elle observa Kate, qui dormait à poings fermés. Les cheveux blonds de l'hybride Métamorph étaient tâchés de sang et de crasse ; son visage était émacié, creusé par la fatigue et la privation. Lina soupira. Il en était de même pour chacun d'eux. Même Thrak, qui s'était énormément sacrifié pour le groupe depuis le départ du canyon, commençait à présenter des signes de faiblesse. Le manque d'eau, de nourriture, de repos, d'espoir - tout cela les rongeait de plus en plus. Les stigmates de leur survie précaire étaient en train de les transformer en squelettes.

« Elle va bien ? demanda Lina en voyant les bandages qui entouraient l'avant-bras et la main droite de Kate.
- Elle a les tendons sectionnés, répondit Jade d'une voix d'outre-tombe.
- Les... tendons sectionnés ?
- Oui. Le Carmache dont tu parlais... il lui a troué la main. Elle n'arrive plus à bouger ses doigts, expliqua Thrak.
- C'est grave ? s'inquiéta Lina. Ça guérira, hein ?
- Il faudrait opérer... » balbutia Jade.

Elle n'eut pas besoin d'en dire plus. Lina sentit un fardeau s'abattre sur ses épaules. Kate avait perdu l'usage de sa main.

Combien de temps avant qu'ils ne finissent tous tués par ce voyage sans but ?

~*~
« AIDE-MOI, VITE ! » cria Joshua pour couvrir le bruit du vent.

La tempête de sable était presque sur eux, obscurcissant le ciel. Ils avaient roulé pendant des heures, plus vite que de raison, mais l'immense rugissement ocre qui volait derrière eux les avait rattrapés. Le soleil s'était couché, et la visibilité était quasi nulle.

Joshua avait alors arrêté le véhicule, et, craignant que du sable ne s'infiltre sous le capot et ne noie le moteur, avait sorti une bâche du coffre pour en recouvrir le fourgon.

Lyrian attrapa l'autre extrémité de la bâche et l'aida à l'installer par-dessus le capot.

« SI Y'A DU SABLE QUI RENTRE, CA RISQUE DE NOYER LE MOTEUR !
- AVEC QUOI EST-CE QUE TU COMPTES LA FIXER ? »

Joshua allait répondre lorsqu'une bourrasque plus forte que les autres le déstabilisa. Il s'étala dans le sable tandis que Lyrian lâchait la bâche, perdant lui aussi l'équilibre.

« NON ! » s'écria Joshua.

Il se releva tant bien que mal, luttant contre le vent qui hurlait à ses oreilles. Le sable emporté par les courants d'air brûlant lui volait droit dans les yeux et lui irritait la peau. Il distingua à peine la bâche qui s'envolait au loin, raclant contre le sable.

Lyrian bondit en avant à une vitesse inouïe et se mit à courir après la bâche, si vite que les yeux de Joshua peinèrent à le suivre. Ce dernier, médusé, regarda son compagnon disparaître dans le nuage de poussière qui les entourait.

« LYRIAN ! » hurla-t-il.

Une nouvelle bourrasque manqua de lui faire perdre l'équilibre, et il se raccrocha au rétroviseur pour ne pas chuter à nouveau. Il avait l'impression que le vent allait l'emporter. La tempête était presque sur eux, et il était presque obligé de fermer les paupières, sous peine de recevoir des projections de sable dans les yeux. La visibilité était si mauvaise qu'il distinguait à peine l'arrière du fourgon.

La silhouette de Lyrian émergea bientôt du nuage de poussière. L'hybride borgne avançait face au vent -chose dont Joshua aurait été incapable-, traînant derrière lui la bâche gonflée par les bourrasques. Plié en deux, Lyrian lui-même semblait avoir du mal à progresser.

Voyant que son compagnon approchait du fourgon, Joshua ouvrit la porte passager, qui claqua violemment et manqua de s'arracher. Il la retint de toutes ses forces, mais ne put la refermer. Poussant un juron, le garçon s'engouffra à l'intérieur et attrapa le rouleau de scotch qui traînait dans le coffre, avant de ressortir précipitamment.

Lyrian grimpa sur le toit d'un bond et traîna la bâche derrière lui, de manière à recouvrir la camionnette.

« ACCROCHE-LA, JE LA TIENS ! » hurla-t-il.

La toile claquait au vent, et Lyrian, debout sur le toit du fourgon, peinait à tenir en place. Joshua se précipita et plaqua la bâche sur le capot, avant de dérouler le ruban adhésif et de la fixer sur la tôle de la fourgonnette.

Luttant contre les bourrasques et le sable qui le rendait presque aveugle, le garçon fit le tour du fourgon, scotchant la bâche en de multiples endroits. Il n'avait aucune envie qu'elle se décolle une fois qu'ils seraient rentrés dans l'habitacle.

« ATTACHE-LA AU TOIT ! » cria-t-il à l'hybride borgne en lui passant le rouleau.

Lyrian s'accroupit et s'exécuta prestement, avant de rejoindre Joshua en contrebas d'un saut.

« J'ARRIVE PAS A REFERMER LES PORTIERES ! Y'A TROP DE VENT ! hurla le garçon.
- RENTRE A L'INTERIEUR, JE M'EN CHARGE ! » répondit l'hybride.

Joshua ne discuta même pas et s'engouffra dans l'habitacle, trop heureux de se soustraire à l'emprise agressive du vent. La bâche, qui couvrait le pare-brise, claquait violemment, mais semblait tenir bon. Après qu'il fût rentré, Lyrian referma sans difficultés la porte conducteur, avant de faire le tour du fourgon et de pénétrer à son tour à l'intérieur. Il claqua la porte passager sans trop de problèmes, et le rugissement du vent se fit moins violent.

Joshua soupira, exténué.

« Putain. Merci, Lyrian.
- Pas de quoi. »

Le silence s'installa, uniquement troublé par la respiration haletante de Joshua, et le crissement de la tempête qui semblait vouloir avaler le fourgon dans sa gueule ensablée.

« J'en ai jamais vu d'aussi violente... souffla Joshua, hors d'haleine.
- Ce genre de tempête arrive souvent ?
- Tous les habitants de Salmyre connaissent les tempêtes de sable, expliqua le garçon. J'en ai connu quatre ou cinq depuis ma naissance. Mais avant le Changement, les autorités nous prévenaient, et on s'organisait pour limiter les dégâts. On rentrait les voitures, on restait chez soi, les gamins n'allaient pas à l'école... En général, ça se passait bien. Mais là, en plein désert, c'est pas la même histoire... »

Lyrian acquiesça et regarda la bâche claquer au vent.

Les bourrasques étaient telles que la tôle du fourgon gémissait de douleur. Tâchant d'oublier les rugissements de la tempête au-dehors, Joshua s'enfonça dans son siège et ferma les yeux.

« Dis, Lyrian.
- Mmh ?
- Tu feras quoi, quand on rattrapera les autres ? Enfin, si on les rattrape un jour.
- Comment ça ?
- Tu sais bien de quoi je veux parler, grommela Joshua. Élise.
- Je te l'ai déjà expliqué, rétorqua Lyrian. C'était l'Autre, pas moi.
- Ouais. Ben il faudra le leur expliquer aussi. Et de manière convaincante, parce que moi aussi, j'ai du mal à y croire.
- S'ils ne veulent pas de moi, je comprendrai. Ce n'est pas grave.
- Vraiment ? Et tu ferais quoi ? questionna Joshua, suspicieux.
- Je partirai.
- Pour aller où ? On est en plein désert.
- Je ne sais pas. » répondit simplement Lyrian.

Joshua ouvrit l’œil droit et lui jeta un regard en coin. Le visage éborgné de Lyrian n'exprimait aucune émotion, comme d'habitude, mais le garçon croyait avoir entendu une pointe de tristesse dans la voix de l'hybride. Du moins l'espérait-il.

~*~
Lina s'étira en grimaçant. Sa plaie à la hanche commençait enfin à cicatriser, mais la douleur était toujours là. Son état s'améliorait doucement, mais chacun des sursauts du fourgon la faisait souffrir.

Elle était assise à l'arrière de la camionnette de Jade et Thrak - la seule qu'il leur restait, désormais. Le Carchakrok avait sévèrement endommagé l'autre fourgon, et la pirouette que lui avait imposé le rocher qu'ils avaient percuté avait achevé le pauvre véhicule.

Lina avait accompagné Jade et Thrak jusqu'à l'épave, qui gisait à quelques dizaines de mètres de là où ils avaient posé leur camp. Leur fourgon n'était plus qu'un tas de tôle déchirée et retournée. Ils avaient récupéré tout ce qu'ils pouvaient à l'intérieur, avant de se décider à repartir.

Lina fit craquer les jointures de son cou et regarda autour d'elle. Kate était assise parmi les quelques sacs de vivres qu'ils n'avaient pas encore épuisées. Les cheveux blonds crasseux de l'hybride Métamorph tombaient devant son visage émacié, masquant ses yeux.

Lina était convaincue que Kate faisait semblant de dormir pour ne pas avoir à lui parler. Inquiète de ce comportement, elle eut envie de la réveiller, de la forcer à lui parler, à lui confier ses sentiments.

Quelle ironie. Quelques jours plus tôt, la situation était exactement la même, mais inversée : c'était elle qui était enfermée dans le mutisme, tandis que Kate tentait en vain de l'extirper de son silence morbide. Mais Lina ne connaissait que trop bien le besoin de solitude, aussi décida-t-elle de laisser sa « grande sœur » tranquille.

Elle a perdu l'usage de sa main. Fous-lui la paix.

Lina s'était attendue à ce que Jade ou Thrak lui fassent des remarques sur sa soudaine loquacité. Elle qui avait refusé d'adresser la parole à quiconque depuis son réveil, s'était soudain mise à parler des heures, au sujet de leur destination, de leur stock de vivres, d'essence, et de cet étrange Arcanin.

Ce dernier ne les avait pas quittés. Lina avait tout d'abord imaginé qu'il les abandonnerait lorsque le fourgon démarrerait ; de toute façon, ils n'avaient pas de Pokéball pour lui, ni de nourriture à lui offrir. Thrak avait essayé de faire comprendre à la créature qu'elle ne pouvait les accompagner, allant même jusqu'à lui crier dessus pour qu'elle reparte de là où elle venait.

Mais le Pokémon feu n'avait rien voulu savoir. Vaincu, Thrak fit signe au groupe d'embarquer, et le fourgon prit la route. Quelques secondes plus tard, l'Arcanin était apparu dans leur rétroviseur, courant tranquillement à leurs côtés, sans efforts.

Jade avait poussé un cri de surprise et de joie mêlées, tandis que Thrak avait prédit que le Pokémon ne pourrait de toute façon pas tenir le rythme bien longtemps.

Visiblement, le colosse s'était trompé.

Lina jeta un coup d’œil par la fenêtre des portes arrières et l'aperçut qui courait dans la nuit, sa crinière blanche flottant au vent. Le Riolu de Jade, qui ne supportait plus d'être enfermé, avait décidé de grimper sur le dos du Pokémon feu alors qu'ils prenaient une pause pour remplir le réserver d'essence. Jade l'avait laissé faire en haussant les épaules, et par le hublot, Lina aperçut le petit Pokémon qui s'accrochait à la fourrure de l'Arcanin, ravi par cette balade inespérée. Ces deux-là avaient déjà l'air inséparables.

« Hourra, d'après la carte, on a officiellement quitté le désert. » grommela alors Thrak, assis à l'avant.

Lina se retourna et se pencha au-dessus du frein un main pour jeter un coup d’œil à la carte que le colosse étudiait.

« Comment tu le sais ? » demanda-t-elle, intriguée.

Le géant au teint mat pointa le compteur kilométrique du menton.

« Quand on a quitté le labo, il affichait mille kilomètres de moins.
- On a roulé mille kilomètres en trois jours et demie ? s'étonna Jade, concentrée sur la route.
- Ben... On fait du vingt à l'heure en moyenne... donc ouais, ça fait à peu près quinze heures de route par jour, calcula Lina. Ça colle.
- Alors pourquoi est-ce qu'on roule encore dans le sable ? On s'est perdus ?
- Je ne pense pas. Le soleil se couche toujours à notre gauche, donc on est bons. Le problème, c'est qu'avec les détours qu'on a fait, on n'est pas trop sûrs d'où on est vraiment.
- On ne faisait pas tant de détours que ça, objecta Thrak. J'ai bien regardé à chaque fois. Même en admettant qu'on n'ait roulé plein nord que la moitié du temps, on devrait quand même être sortis du désert.
- Donc Andrew avait raison... soupira Lina en jetant un coup d’œil à travers le pare-brise.
- Oui. Le Changement a étendu le désert. Et pas qu'un peu, j'ai l'impression. » grogna Thrak.

En effet, l'immense étendue désertique qui s'étendait devant eux ne semblait pas avoir de fin. La pâle lueur des phares du fourgon n'éclairait rien d'autre qu'un immense vide sablonneux.

« On est encore loin du bunker ? demanda Jade.
- Faudrait voir avec Kate, c'est elle qui a parlé à I.H.M. Elle avait l'air de dire que c'était par là, répondit le colosse en pointant un endroit de la carte du doigt.
- C'est pas si loin que ça, j'ai l'impression. » réfléchit Lina.

Le silence s'abattit sur la camionnette. Lina savait qu'ils pensaient tous à la même chose : qu'allaient-ils faire, s'ils atteignaient le bunker ? Qui était à l'intérieur ? Des gens de X-Corp, probablement. Mais ces gens seraient-ils prêts à les accueillir ? Quid des hybrides ? Comment réagiraient Thrak et Kate en rencontrant ceux qui étaient responsables de leur condition ? Ces scientifiques, ces chercheurs qui leur avaient volé la mémoire, en échange de pouvoirs contre-nature ?

Le groupe n'avait jamais vraiment parlé de ces questions. A quoi bon ? Ils ne seraient fixés que lorsque les portes du bunker s'ouvriraient - du moins, s'ils l'atteignaient un jour, et si les gens à l'intérieur acceptait de leur ouvrir.

« Hé, regardez. Qu'est-ce que fait l'Arcanin ? » lança soudain Jade.

Ils relevèrent la tête et jetèrent un coup d’œil à l'extérieur. L'Arcanin, qui courait d'ordinaire derrière eux, les avait dépassés, et semblait bifurquer sur la gauche.

« Par où est-ce qu'il va ?
- Il dévie à l'ouest. » remarqua Thrak.

Le Pokémon feu s'arrêta et se retourna vers eux, fixant la camionnette de son air calme. Jade ralentit et s'arrêta près de lui. Elle ouvrit sa vitre, et le vent s'engouffra dans l'habitacle, étonnamment violent.

« Putain, ça souffle ! s'étonna Lina.
- Qu'est-ce qui t'arrive ? Tu fatigues ? demanda Jade à l'Arcanin, haussant le ton pour couvrir le bruit des bourrasques.
- J'ai pas l'impression. On dirait qu'il nous attend, plutôt. »

L'Arcanin accueillit la remarque d'un aboiement majestueux, avant de reprendre sa course. Accroché à sa crinière, le Riolu de Jade pointa soudain l'arrière de leur fourgon, comme s'il cherchait à leur traduire les propos du Pokémon feu.

Intriguée, Lina jeta un coup d’œil au rétroviseur, et poussa un juron. Derrière eux, à quelques centaines de mètres du fourgon, un immense nuage de sable progressait étonnamment vite. La jeune fille comprit soudain pourquoi le vent était si fort, dehors.

« C'est quoi, ça ? s'étonna Thrak.
- Une tempête de sable, reconnut immédiatement Jade.
- C'est dangereux ? demanda le colosse.
- Exposés comme ça, oui. Il faut vite qu'on s'abrite, répondit précipitamment l'ex-étudiante en redémarrant.
- Et où ? On est en plein désert ! protesta Lina.
- Suivez l'Arcanin. » fit alors la voix de Kate derrière eux.

Lina se retourna et aperçut l'hybride Métamorph, debout derrière elle, qui regardait le rétroviseur côté conducteur. Ses yeux fatigués fixaient la tempête derrière eux, que l'on voyait progresser dans le rétroviseur.

« Pourquoi est-ce qu'il dévie à gauche comme ça ? demanda Jade en accélérant.
- Parce qu'il sait où aller, comprit soudain Thrak.
- Comment ça ?
- Vous ne trouvez pas ça étrange, un Arcanin sorti de nulle part, qui nous aide comme ça ? demanda Kate, qui semblait également avoir compris quelque chose.
- Si, mais... ? s'impatienta Lina, jetant des regards inquiets à l'immense masse de sable qui avançait derrière eux.
- Je ne vois pas trente mille solutions. Soit c'est une énorme coïncidence...
- Soit il a été envoyé par quelqu'un. Quelqu'un du bunker. » acheva Kate.