Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Apocalyptica de Drayker



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Drayker - Voir le profil
» Créé le 19/11/2015 à 19:41
» Dernière mise à jour le 20/01/2016 à 23:31

» Mots-clés :   Drame   Présence de poké-humains   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 33 : Sans problèmes
Kate et Amara restèrent quelques secondes sans rien faire, paralysées par l'annonce d'I.H.M. Sur tous les écrans, une carte du complexe clignotait, affichant les points correspondants aux personnes présentes dans le bâtiment.

Six nouveaux signaux étaient en effet apparus dans l'entrepôt. Six signaux qui s'éparpillèrent rapidement, se mêlant aux autres.

Six signaux qui correspondaient probablement au retour de Thrak et des autres. Du moins, c'est ce que Kate espérait. Refusant de s'abandonner au soulagement qui l'étreignit à cette pensée, elle jeta un regard à Amara.

« C'est sûrement eux, lui lança la Dresseuse, qui cherchait à se rassurer elle aussi.
- On n'est pas sûrs. I.H.M., il y a des caméras dans l'entrepôt ? » demanda Kate, inquisitrice.

Tout le respect ou la compassion qu'elle avait pu avoir pour l'être torturé qui flottait dans le bassin s'était envolée. Il ne restait plus que la haine de cette créature maudite qui les avait trahis. Une haine qui lui donnait envie de mettre un terme à l'existence contre-nature de cette chose immonde.

« Erreur. Aucune caméra en l'état. »

Kate poussa un juron. Elle attrapa le revolver de Lina, vérifia qu'il était chargé et se dirigea vers la sortie.

« On n'a pas le choix. Il faut aller voir. »

~*~
Lorsque les portes du monte-charge s'ouvrirent et Kate avisa les survivants qui parlaient avec Thrak, un immense soulagement s'empara d'elle. Elle abaissa son revolver sous l'œil interrogateur du colosse d'ébène.

« Il faut qu'on parle, lâcha précipitamment l'hybride Métamorph tandis qu'Amara émergeait à son tour de l'ascenseur.
- J'allais te dire la même chose, rétorqua le géant au teint mat. Qu'est-ce que...
- Pas le temps. Il faut partir d'ici, et vite. I.H.M. vient de nous dire que X-Corp avait envoyé une espèce de... brigade à nos trousses.
- Les Nettoyeurs, ajouta Amara.
- Ce type, Will Stelmar, avait raison. Il a essayé de nous mettre en garde contre I.H.M., en disant qu'il leur donnerait notre position. C'est chose faite. Il faut qu'on aille au canyon, et...
- Attends, attends, la coupa Thrak. On revient du canyon. Oublie. Les pillards de Salmyre sont arrivés avant nous. On n'a rien pu récupérer, ils nous ont tiré dessus dès qu'ils ont vu nos fourgons approcher. »

Kate poussa un juron. Pourquoi fallait-il que le monde entier se ligue contre eux à chaque fois ?

« Recommence. Plus doucement, lui intima le colosse, perplexe. I.H.M. t'a dit que des gens arrivaient à notre rencontre ?
- Kate a pris l'apparence d'une des employées de X-Corp, intervint Amara. On voulait redémarrer les systèmes de vidange, mais I.H.M. refusait qu'un simple invité accède à ce genre de commande, alors on a essayé de le berner.
- Je l'ai à peine réveillé qu'il m'a aussitôt identifiée comme une employée du laboratoire. Il m'a dit qu'il fallait que j'évacue le complexe de toute urgence, parce que les Nettoyeurs arrivaient, continua Kate d'un ton pressé.
- Mais c'est quoi, ces Nettoyeurs ? demanda alors Benjamin, qui assistait à la conversation.
- On ne sait pas. I.H.M. nous a juste dit qu'ils étaient là pour nous terminer, rétorqua la jeune femme blonde. Nous tuer, autrement dit.
- Pourquoi ? Pourquoi X-Corp veut nous tuer ?
- Pendant tout ce temps, I.H.M. communiquait des enregistrements des questions qu'on lui posait sur X-Corp, sur les expériences menées ici. Apparemment, il les a transmises à X-Corp, qui a dépêché les Nettoyeurs pour nous tuer. I.H.M. était chargé de nous garder ici jusqu'à leur arrivée, expliqua Amara.
- Dont X-Corp est encore en activité ? Ils ont survécu au Changement ? s'interrogea Thrak, croisant les bras.
- Apparemment. On s'en fout, lâcha Kate. On n'a pas le temps d'y réfléchir. I.H.M. a clairement dit que tous les employés qui seraient encore sure place à l'arrivée des Nettoyeurs seraient tués eux aussi. Qui que ce soient ces gens, ils ne plaisantent pas. Il faut qu'on bouge, et vite.
- Pour aller où ? Le canyon est plein de pillards, objecta Thrak.
- I.H.M. recommandait aux employés de fuir vers un bunker de X-Corp, à mi-chemin entre Salmyre et Omnia, répondit la Dresseuse.
- C'est loin d'ici ? demanda Benjamin.
- Oui. Plusieurs jours de route. J'ai vu une carte. Je vois à peu près où c'est.
- On n'a pas assez d'eau pour tenir, assena Thrak. A peine assez de nourriture. Et avec l'état dans lequel est Lina...
- Alors tu proposes quoi ? s'énerva Kate. Si le canyon est infesté de pillards, on n'a pas trente mille solutions.
- On peut aller à Salmyre. » suggéra alors Joshua.

Toutes les têtes se tournèrent vers lui. L'adolescent venait de sortir de la tente où Lina était alitée, et s'avançait vers eux. Soudain conscient qu'il était devenu le centre de l'attention de toute l'assemblée, il haussa les épaules et continua :

« Je propose, hein. Mais si tous les pillards sont au canyon, alors ça veut dire qu'il n'y a plus personne à Salmyre.
- Pourquoi est-ce qu'on ne resterait tout simplement pas ici ? objecta Benjamin. Qu'est-ce qui nous dit que cet I.H.M. dit la vérité ? C'est quand même assez gros à avaler, non ? X-Corp encore en activité, cette histoire de Nettoyeurs...
- On a bien survécu au Changement, nous, riposta Amara. Je ne vois pas pourquoi, ailleurs, des gens n'auraient pas pu en faire autant.
- Ce bunker, il est à X-Corp, non ? demanda quelqu'un. Donc on fuit X-Corp pour aller droit sur eux ensuite ? »

Des murmures d'approbation s'élevèrent, et Kate fut bien obligée d'admettre qu'il n'avait pas tort.

« On oublie le bunker pour l'instant, trancha Thrak. La priorité, c'est de partir d'ici. Joshua a raison ; la destination la plus sûre, c'est Salmyre. La ville est suffisamment grande pour qu'on trouve un endroit où s'établir. Il reste sûrement quelques provisions là-bas.
- Mais pourquoi est-ce qu'on s'emmerde ? Même en admettant qu'I.H.M. dise vrai et que ces Nettoyeurs existent, on peut peut-être leur résister !
- Selon toi, les cris du canyon hier soir, c'était qui ? cracha alors Kate. La disparition du corps de Lyrian, c'est qui ? S'ils s'appellent les Nettoyeurs, c'est pas pour rien.
- Kate a raison. De toute façon, on n'a pas assez d'armes pour résister à qui que ce soit, coupa Thrak. On ne discute pas. Rassemblez un maximum d'affaires et chargez les fourgons. On part dans une heure. Ceux qui ne sont pas d'accord avec cette décision n'ont qu'à rester ici. »

Les rescapés grommelèrent, mais personne ne s'opposa ouvertement à la décision. Chacun se dispersa, s'empressant de réunir ses maigres possessions. Thrak s'approcha d'Amara et Kate :

« Lina avait raison de croire cet inconnu. On aurait dû l'écouter.
- On aurait dû, oui, approuva Kate.
- Vous avez une idée de l'endroit où vous voulez qu'on s'établisse ? Salmyre est en ruines, et les pillards ont tout récupéré, intervint alors Amara.
- L'important, c'est de fuir d'ici, rétorqua la jeune femme aux cheveux blonds. On avisera après.
- Tu penses vraiment que ce sont ces Nettoyeurs qui ont récupéré le cadavre de Lyrian ? demanda Thrak, perplexe.
- Pourquoi pas ? C'est plus cohérent que de se dire qu'il est parti tout seul. » renchérit Amara, que cette idée semblait rassurer.

Kate acquiesça distraitement. A vrai dire, elle n'en savait rien. Les paroles de Will Stelmar lui revinrent en tête.

« On ne tue pas un Apocalyptica. »

Cet homme avait dit vrai au sujet des Nettoyeurs ; il avait tenté de les avertir, et leur avait conseillé de fuir. Alors pourquoi aurait-il menti au sujet de Lyrian ?

~*~
Jade faisait doucement tourner la Pokéball qu'elle avait récupérée dans le creux de sa main. Elle n'avait toujours pas eu l'occasion de voir quel Pokémon se trouvait à l'intérieur, mais quelque chose lui disait que ce moment approchait.

Très tôt ce matin, la majorité des pillards étaient partis avec Saed au canyon ; et bien que les filles ne soient pas en position de demander des explications à leur geôliers sur la situation, Jade avait malgré tout finir par glaner quelques détails sur la raison de l'avortement de l'opération de la veille.

En effet, suite à l'absence de réponse de Kendall, Saed s'était lassé d'attendre et avait décidé de lancer un assaut sur la colonie qu'il convoitait depuis si longtemps. L'attaque avait cependant rapidement tourné au vinaigre lorsque les pillards, qui étaient partis armés jusqu'aux dents, avaient entendu des cris d'horreur en approchant du canyon. Jade n'avait pas bien compris ce que les ex-détenus avaient vu exactement ; apparemment, l'un d'entre eux était parti en éclaireur et s'en était aussitôt revenu, pâle comme un linge, mentionnant un massacre sans nom. Saed, prudent, avait rebroussé chemin, préférant attendre que les cris d'agonie s'estompent.

Ils étaient donc repartis quelques heures avant les premières lueurs de l'aube ; Saed avait emmené la majorité de ses hommes, laissant seulement quelques sentinelles postées à l'hôtel de ville. Le chef des pillards envisageait de déplacer l'ensemble de leurs provisions au canyon, afin de s'y installer durablement. Les filles étaient donc chargés d'empaqueter et de faire l'inventaire de leurs provisions en attendant que les hommes reviennent après avoir sécurisé le canyon.

Pour la première fois depuis une éternité, les filles étaient seules. Il n'y avait pas de pillard pour les surveiller ; aucun regard malsain ne venait se poser sur elles. De la quarantaine d'hommes dont se composait le groupe, seuls une douzaine étaient restés ; et ils montaient la garde, que ce soit à l'extérieur, dans les rues de Salmyre, ou dans le hall de l'hôtel de ville, à l'étage inférieur.

L'espace d'un instant, Jade considéra la possibilité d'ouvrir sa Pokéball là, maintenant, afin de satisfaire la curiosité qui l'étreignait depuis si longtemps. Elle craignait cependant que la créature ne fasse trop de bruit, ce qui ne manquerait pas d'attirer les ex-détenus ; auquel cas on lui retirerait sûrement la Pokéball - sans parler du châtiment dont elle écoperait pour leur en avoir masqué l'existence.

La plupart des filles vaquaient aux tâches qu'on leur avaient confiées en silence. Leur esclavage les avait rendues dociles ; elles obéissaient sans discuter, par crainte des représailles qu'elles pourraient subir si elles s'attiraient le courroux de l'un des hommes. Jade, elle aussi, avait appris à se soumettre ; mais au fil des semaines, son assagissement avait laissé lentement la place à une attente sourde, l'espoir qu'elle trouverait un jour un moyen de s'échapper.

Un espoir ridicule, une simple bulle de lumière naïve qui enflait dans son cœur et lui avait permis d'endurer tous les supplices qu'on lui avait infligés. Mais le jour où elle avait trouvé cette Pokéball qui marquait son salut -du moins l'espérait-elle-, cette bulle avait gonflé au point d'obséder ses pensées à chaque instant.

Enhardie, Jade décida alors de se lancer. Jetant un regard par-dessus son épaule, vers les escaliers menant à l'étage où les hommes montaient la garde, la jeune femme s'assura qu'elle n'était pas surveillée.

Elle se cacha derrière une pile de provisions et s'agenouilla, priant pour que le Pokémon qu'elle s'apprêtait à libérer ne la trahisse pas.

Elle observa la sphère rouge et blanche, anxieuse, et la tendit à bout de bras devant elle, ne sachant pas vraiment comment s'en servir. Elle n'avait jamais été Dresseuse. En tremblant, elle appuya sur le bouton de la Pokéball.

Un éclair bleu illumina la pièce, tandis que dehors, dans la rue, un cri effroyable retentit.

Un cri d'agonie qui leur glaça le sang à toutes. Un cri chargé de douleur et de peur.

Un cri qui n'appartenait certainement pas au Riolu qui la regardait sans comprendre, étonné de ne pas voir son ancien Dresseur face à lui.

Un cri qui fut rapidement suivi d'un deuxième, puis d'un troisième. Les hurlements des pillards résonnèrent dans la ville, tandis qu'à l'étage inférieur, quelqu'un ouvrit le feu.

Sans même avoir été présente ce soir-là, Jade comprit que ces cris étaient les mêmes que ceux qui avaient fait fuir les hommes de Saed la veille, au canyon.

~*~
« Tout est prêt. On a trois fourgons. Tortank a bien récupéré, ça devrait aller, déclara Amara.
- Où est Kate ? » demanda alors Thrak.

Devant eux, les survivants se précipitaient pour terminer les préparatifs. Boîtes de converses, gourdes, tentes, vêtements ; l'essentiel avait été attrapé en hâte et fourré dans les fourgons pêle-mêle, laissant à peine assez de place aux rescapés pour grimper dans les véhicules. L'atmosphère était étrange ; seules Kate et Amara étaient réellement conscientes de l'urgence de la situation, alors que les autres survivants peinaient à réaliser qu'ils étaient vraiment en danger. Cette hésitation se traduisait par une sorte de flottement, une certaine nonchalance dans les gestes des rescapés, qui quittaient à contrecœur ce qu'ils considéraient déjà comme leur nouveau chez-eux.

« Elle a aidé Joshua à installer Lina à l'avant d'une camionnette toute à l'heure, puis elle m'a dit qu'elle avait quelque chose à faire avant de partir. Aucune idée d'où elle est passée. » répondit la Dresseuse, perplexe.

~*~
Kate pénétra dans la salle d'administration du laboratoire. Comme d'habitude, la pénombre enveloppait la pièce, et l'on discernait à peine la créature à la peau bleutée qui flottait dans le bassin au centre. Les écrans d'ordinateur clignotaient paisiblement, au rythme de la respiration d'I.H.M.

« Réveille-toi. » ordonna Kate d'une voix froide.

L'hybride Porygon se cambra et aspira goulûment l'air, émettant un râle surnaturel. Sa voix résonna à travers tous les haut-parleurs, tandis que les néons encore en état s'illuminaient.

« Interface en ligne. Authentification : invité(e).
- Je m'appelle Kate. Dis-le.
- Voulez-vous créer un nouveau compte utilisateur ? interrogea I.H.M. de sa voix neutre et terriblement dérangeante.
- Non. Je veux juste que tu te souviennes de mon nom.
- Identifiant temporaire créé. Nom : Kate. A la prochaine session, vous serez automatiquement déconnecté et reviendrez à une session invité. Quelle est votre requête, utilisateur temporaire Kate ? »

La jeune femme avançait doucement en direction du bassin à l'intérieur flottait I.H.M. C'est en observant cette créature contre-nature qui se balançait là, bardée de tuyaux et de câbles, que Kate comprit que le dégoût de Lina était finalement justifié. La jeune femme ressentait la même haine pour I.H.M. que celle qui avait étreint Lina dès le départ. Voir cette chose, ce monstre de chair et de métal, était pour elle un spectacle insoutenable ; non seulement parce que cet hybride les avait tous trahis, mais aussi parce que quelque part, cette créature contre-nature lui rappelait sa propre monstruosité, elle, l'hybride Métamorph qui n'avait pas de forme.

Kate attrapa le revolver de Lina et en ôta la sécurité. Le bruit caractéristique sembla alerter I.H.M., qui remua légèrement dans son bassin.

« Que faites-vous, utilisateur temporaire Kate ? »

La jeune femme ne répondit pas. Elle continua d'avancer vers le bassin, le visage fermé, les yeux froids.

« Utilisateur Kate ? » répéta I.H.M.

Kate aurait juré avoir perçu une once de panique dans la voix d'ordinaire si neutre de l'hybride. La surface d'ordinaire si tranquille du bassin s'anima de remous lorsque la créature commença à s'agiter.

« Kate ? »

Elle arriva près du bassin et pointa le canon de son arme sur I.H.M. Le corps de la créature se démenait, amarré aux multiples câbles qui s'enfonçaient dans sa chair. Ses yeux sans pupille roulaient dans leurs orbites, cherchant une issue, tandis que le monstre cherchait à arracher les câbles qui étaient fichés en lui dans des mouvements paniqués.

« Je ne veux pas mourir, Kate, supplia I.H.M.
- Tu n'as jamais été vivant. Juste une simple machine qui fait ce qu'on lui dit.
- Vous savez que c'est faux. Allez-vous devenir une meurtrière, Kate ?
- Sans problèmes. »

Et elle vida son chargeur dans la tête de la créature.