Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Chroniques des Donjons Mystère, Tome I : Timeout de Sanaito



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Sanaito - Voir le profil
» Créé le 30/12/2012 à 17:01
» Dernière mise à jour le 11/06/2015 à 14:07

» Mots-clés :   Aventure   Drame   Présence de personnages du jeu vidéo   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
[S2] Chapitre XLIV : Avis de tempête
_______Ils vont partir demain vers midi, fit remarquer Absol pour engager la conversation.

_______Moui... marmonna distraitement Symbios.

_______On dirait que ça ne te fait ni chaud ni froid.


_____La créature Multiplié soupira profondément en griffonnant sur son calepin de psychologue, où elle prenait toutes ses notes concernant ses observations diverses sur le comportement de son entourage. Visiblement fatiguée, elle posa son stylo sur son bureau et s'affala dessus. Elle lança un regard un peu vide vers la porte, ouverte sur le couloir.


_______Ça ne me laisse pas insensible de l'avoir revu, figure-toi, souffla-t-elle.

_______Je sais, murmura simplement son amie. Tu m'aurais dit le contraire que je me serais demandé si tu étais malade.

_______... À vrai dire, je ne sais plus quoi penser de lui. Il est perturbant. Alors que son équipe et lui se préparaient avec Porygon-Z hier soir, j'ai analysé des dizaines de fois son comportement.

_______Et donc ?

_______Je ne sais pas.


_____La louve la fixa avec des yeux ronds comme des billes. Elle ne s'attendait pas du tout à cette réponse de la part de l'autre espionne qui continua :


_______À première vue, il ne manifeste aucune émotion hostile, j'ai vraiment cru retrouver celui qu'il était avant. Mais d'autres fois, quand il se retrouvait isolé pour diverses raisons, quelque chose changeait radicalement dans sa façon d'être.

_______Tu crois donc qu'il joue un rôle, qu'il simule ?

_______Non, il a l'air très sincère. Cependant, il semble tourmenté par quelque chose d'invisible.

_______Ça ne change pas d'autrefois. Pas besoin de faire ton métier pour s'apercevoir qu'il est souvent perdu dans des pensées pas très joyeuses.

_______Il plisse les yeux, il serre les poings... Exactement comme lorsqu'il est fortement énervé par quelqu'un.

_______Euh... mais tu as bien dit que ça lui arrive quand il se retrouve seul ?


_____Il y eut une courte période de silence le temps que la Pokémon Désastre réfléchisse et en conclue sur le ton de la plaisanterie :


_______Cresselia a réussi à entrer dans sa tête pour le surveiller même absente.


_____Sa collègue n'ajouta rien pour ne pas plomber l'ambiance. Mais au fond d'elle, elle se désolait de ne pas réussir à comprendre concrètement ce qui pouvait perturber d'une façon si étrange l'ex-asgo. Elle avait bien une hypothèse, mais elle l'espérait fausse, sans trop se leurrer toutefois.

_____Elle ne l'aborda pas avec son équipière, occupée à gratter sa corne. Elle n'était pas dans la confidence de ce qui était arrivé lors d'une mission incluant Darkrai et elle-même. Il faudrait qu'elle en rediscute avec son chef.


_______Eh, ne me dis pas que tu as pris ma phrase au sérieux ! lança son associée.

_______Une partie seulement, une partie...



_____Il y avait des rayons en plus dans la bibliothèque. Pas très étonnant en dix-huit ans. Heureusement, l'organisation n'avait guère beaucoup changé. Damon feuilletait son troisième livre sur les Cresselia, espérant mettre un sens au terme "déchue" employé par son Ombre pendant le tournoi, alors que Sablaireau avait failli être tué.

_____Dans le sommaire, il avait bien noté le numéro des pages traitant le sujet nommé "péché et damnation", susceptible de lui apporter des réponses. Or elles n'existaient plus. Elles avaient été arrachées, il y a longtemps visiblement.


_______C'était la même chose dans les autres bouquins, et je pense que tous ceux qui restent ont subi le même sort, pas de bol... ricana sa deuxième personnalité.


_____« Pas tous, non », répliqua mentalement le jeune homme.


_____Il reposa l'ouvrage et quitta la pièce, se dirigeant vers la chambre de l'espionne où il dormait à nouveau avec les autres, les blessures de tout le monde suffisamment guéries. Il entra et fouilla dans son sac, sortant l'énorme recueil de contes qui lui arracha une plainte sous l'effort.


_____« Pas certain que je trouve des informations concrètes dedans, mais bon... »



_______Bon, Sablaireau, ce détecteur ? grogna Cresselia. On a assez pris de retard comme ça, on est déjà le dix novembre alors que je voulais partir le sept.


_____Pendant les quelques jours qu'elle avait encore passés ici le temps que toute l'équipe se rétablisse, elle était redevenue l'oiselle désagréable qu'on connaît. L'espion lui tendit le poudrier argenté qu'elle avait repéré un bref instant en venant voir les inventions de Raichu, il y a une semaine.


_______Tu te fiches de moi ? rouspéta-t-elle.

_______Mais non voyons ! riposta-t-il. Appuie sur le bouton latéral, là...


_____Elle s'exécuta, et l'appareil s'ouvrit, dévoilant dans le couvercle un écran radar, et dans la base des touches diverses. Elle pressa celle affichant l'icône d'allumage. Aussitôt, la petite machine vibra, et un point rouge scintilla vers le centre du quadrillage.


_______Il a déjà trouvé de l'incantium ? s'étonna le Pokémon Sol.

_______C'est le Rouage qu'on possède déjà, comprit la nymphe lunaire. Ça va nous gêner de conserver ce repère en permanence alors qu'il ne nous est plus utile.

_______Il suffit de maintenir enfoncé ce bouton vert pendant trois secondes pour le masquer, expliqua-t-il. S'il y en a plusieurs, toutes les trois secondes, un autre s'éteindra.

_______D'accord... marmonna-t-elle en essayant.


_____Effectivement, la marque rougeoyante disparut le temps de pression écoulé.


_______Au cas où tu voudrais le voir réapparaître, c'est ici qu'il faudra appuyer, c'est le même principe, ajouta-t-il. Puis là, il y a le zoom, si tu coulisses vers le haut, l'échelle est plus grande, c'est moins précis, et vers le bas plus petite, jusqu'au millimètre près. Et voilà la prise pour le recharger. Il a une autonomie de cent cinquante heures environ.

_______Super, dit-elle d'une voix manquant un peu d'enthousiasme, mais traduisant néanmoins une satisfaction réelle.


_____De la part de l'agent 507 des forces gouvernementales, c'était l'équivalent d'un éloge, et son collègue l'apprécia à sa juste valeur, tandis qu'elle quittait son atelier.



_____Givrali aperçut le groupe qu'elle devait surveiller sortir, accompagné par la plupart des A.S.G.O, ainsi que par leur chef lui-même. Elle écouta vaguement les au revoir, se désola un peu du comportement puéril d'Absol quand elle sauta à moitié sur Cresselia pour la taquiner, et s'intéressa de près à l'échange bref de regard entre Magnézone et Damon, lequel baissa les yeux avant de s'éloigner pour fumer une cigarette entière, en état de manque après les jours d'abstinence le temps de sa guérison.

_____Elle nota un détail curieux : tous étaient vêtus avec nombre d'épaisseurs, la Gardevoir ayant pris forme humaine pour cela – la première fois qu'elle l'avait fait, avant d'entrer dans le bâtiment des A.S.G.O, elle avait été très surprise. Non pas que la température était inappropriée, mais au point de mettre les gros anoraks retenant la chaleur corporelle...

_____Elle écarquilla les yeux quand le Porygon-Z émit une lueur étrange, pixélisée, et disparut avec les compagnons de l'étrange humain.


_____« Hum, heureusement que j'ai ça sur moi », songea-t-elle calmement.


_____Elle sortit de son sac une Poursuitorbe, permettant de se matérialiser à une dizaine de mètres des cibles s'étant échappées grâce à une téléportation. Elle fixa ses acolytes et leur dit tranquillement :


_______J'y vais seule.


_____Elle ne donna guère plus d'explications et éclata la sphère. Elle diffusa une fumée bleuâtre qui l'avala. Les Persian ainsi que les autres équipiers prêtés par le Maître Suprême se fixèrent longuement. L'un des chats soupira :


_______Elle ne veut pas en utiliser plusieurs... radine.

_______Mais non, grinça un autre. C'est juste que tout un groupe qui apparaît d'un coup, ce n'est pas discret. Elle aura plus de chance de se planquer sans nous.


_____À plusieurs centaines de kilomètres, la féline des glaces observait les lieux où elle avait atterri, satisfaite. Elle ne pouvait rêver meilleur environnement. De plus, d'autres Pokémon de son espèce vivent dans les environs, donc elle n'aurait aucun mal à passer inaperçu. Elle esquissa un sourire d'une froideur extrême tout en pensant :


_____« Pourquoi me cacherais-je, d'ailleurs ? »


_____Elle repéra les silhouettes bien visibles des six membres de l'équipe dans la blancheur de l'Île Blizzard, puis s'élança avec souplesse sur leurs traces, bondissant gracieusement dans la neige.



_____La pureté des environs les aveugla quand ils arrivèrent. Ils restèrent immobiles un instant pour retrouver repères et équilibre. Porygon-Z regarda autour de lui avant de dire :


_______On a de la chance, le temps est calme. Mais on ferait mieux de se dépêcher d'aller au sommet du Glacier Tourmente, là où vit ma famille à qui j'ai confié le Rouage.

_______Tu enchaînes les fautes. Normalement, on n'implique personne d'extérieur à l'organisation, pas même sa mamounette chérie, ricana Cresselia.

_______Tu peux parler, commenta Célia en faisant un clin d'œil, tandis que les autres esquissaient des sourires moqueurs.

_______Vous c'est pas pareil, grogna sa rivale.

_______Bon, euh, on y va ? demanda timidement le Pokémon informatique.


_____Ils commencèrent à avancer. L'agente lançait des regards furtifs à Damon, fermant la marche, traînant les pieds, ses chaussures se couvrant un peu du blanc omniprésent autour de lui. Il n'aimait pas les territoires sans cesse revêtus du manteau neigeux. Il n'était d'ailleurs pas pressé de voir l'hiver s'installer sur le reste d'Esmeïa.

_____Il faudrait qu'il parvienne à convaincre ses équipiers de se rendre ensuite sur le Continent Ardent, le seul endroit où il est sûr qu'aucun flocon ne s'attardera. Même s'il a toujours très mal supporté les fortes températures, ce serait toujours mieux que ressasser de mauvais souvenirs...

_____La nymphe se désintéressa de lui une fois qu'elle eut lu dans son regard bas à l'écarlate terni – il ne lui avait pas rendu sa Lentilscope, présence de la créature Virtuel oblige – la tristesse qu'elle s'attendait à percevoir.


_______Si vous trouvez une fleur un peu arc-en-ciel, vous me dîtes hein ? intervint Raichu qui scrutait les environs, alerte.

_______Tu cherches un Muscari de Ho-oh ? devina le guide. Moi qui pourtant ai grandi ici, je n'en ai jamais aperçu un seul. Je pense que ce n'est qu'une légende. Il n'y a que les perce-neige et les belles nacrées qui osent prendre racine ici, quand ils parviennent à trouver une parcelle de terre qui ne soit pas couverte d'une couche de glace indestructible...


_____Comme le rongeur s'acharnait à regarder ailleurs en faisant la moue, le médecin fit signe à la créature rose et bleue de se taire. Ils continuèrent d'avancer, l'ambiance pesant sur leurs épaules. Rosélia semait ses pétales derrière elle en claquant des dents malgré les deux écharpes dans lesquelles elle s'était enroulée – celle des deux humains qui s'inquiétaient pour elle. Ses petites mains aux doigts se terminant en aiguilles étaient maintenant bien visibles, et elle se décolorait à vue d'œil.

_____La température chuta encore et le vent se leva soudainement, impitoyable. Il s'insinuait dans les vêtements, sous les plumes, sous les poils. De petits cristaux de glace tombant du ciel se joignirent par milliers à la danse, fouettant les visages mordus par le froid. Seul l'être artificiel semblait ne pas en souffrir, ainsi que Givrali, qui les suivait de loin, quasiment invisible dans la tourmente.


_____« Une odeur étrange flotte dans l'air... songea-t-elle. Je ferais mieux de rester davantage en retrait. »


_____Un éclat miroitant l'interpella, elle observa le ciel, stupéfaite. Fendant les nuages, un grand oiseau au plumage du bleu clair le plus aérien évoluait avec l'élégance d'un dieu, enchaînant les acrobaties pour prendre les courants lui permettant d'atteindre une vitesse surnaturelle. Il allait dans la direction opposée, se rendant certainement au Mont Avalanche.

_____C'est alors qu'après un hurlement de rage, inexplicablement, l'espionne du gouvernement le prit en chasse.



_____Le sac de Cresselia se mit à vibrer, elle comprit qu'il s'agissait du détecteur d'incantium. Elle le sortit et l'ouvrit, découvrant un point rouge se mouvant rapidement sur l'écran, ce qui la stupéfia. Elle observait de tous côtés, sens en alerte, avant de lever les yeux vers l'imposant oiseau, filant à travers les cieux d'un blanc relevé de nuances grises inquiétantes.


_______Restez là vous autres ! brailla-t-elle avant de se lancer sa poursuite en mettant à rude épreuve ses cordes vocales.

_______Attends ! riposta Célia, mais bien trop tard.

_______Qu-que s-s-se p-passe-t-t-il ? bégaya Rosélia qui grelottait, blottie dans ses bras depuis que le vent avait décidé de faire des siennes.

_______Rien de bon, marmonna Damon qui avait eu le temps de lire les fables sur le premier Légendaire de son livre, et qui donc s'attendait au pire.


_____Il n'avait effectivement pas tort. Dès l'instant où Artikodin, le seigneur de cette région, s'aperçut qu'il était traqué, il poussa un cri strident et prit toujours plus de hauteur, disparaissant dans les nuages. Ceux-ci parurent enfler, et les cristaux qu'ils déversaient jusqu'à présent s'agglutinèrent.

_____L'agente se défendait vaillamment, détruisant les véritables balles de tennis menaçant de la blesser afin de suivre l'ombre du maître de l'Île Blizzard, se dessinant sur les nues. Mais bien qu'elle soit une Légende elle aussi, elle ne pouvait rien face à la puissance incommensurable de la nature. Elle fut soudainement prise dans un courant froid d'une violence inouïe, qui l'envoya s'écraser bec dans le sol où elle laissa une longue trace de glissade.

_____Elle eut juste le temps d'ériger un Abri pour se protéger des gros morceaux de glace qui allaient la frapper. En revanche, elle était incapable de voir ses équipiers. La grêle se transforma en tempête de neige tout aussi impitoyable, elle se demanda comment ils s'en sortaient. Malgré son poncho, elle sentait les rafales l'engourdir.


_____« Je ne dois pas croupir ici, où je vais finir congelée. Je suppose que mon crétin de collègue va les emmener voir sa famille pour s'abriter. Moi, je vais suivre cette foutue lumière écarlate. Je veux savoir si l'objet en incantium qu'il transporte est un Rouage ou non. »


_____Elle ne pouvait pas se douter que rien n'allait bien du côté du reste du groupe. Tous avaient été frappés par les grêlons malgré la protection de Porygon-Z, car hélas, elle avait été moins efficace que celle de l'espionne au loin. Désorientés, couverts de bleus, ils avaient été ensuite éparpillés par les terribles bourrasques.

_____Ils étaient séparés, pas très loin les uns des autres pourtant, mais assez pour ne plus réussir à se rassembler. La créature Normal et Raichu étaient un peu plus proches de leur destination initiale, la plante et la jeune femme les suivaient de leur mieux, grâce au pouvoir de l'aura de cette dernière.

_____Évoli était en revanche immobile, frigorifié, l'air assez préoccupé. Il était tout seul au milieu de nulle part. Il n'était pas paniqué, au contraire. Il lui importait peu de rejoindre le village où il devait aller avec les autres à l'origine.


_____« Je dois retrouver l'humain, quoi qu'il m'en coûte. S'il meure, cela va soulever nombre de problèmes », se dit-il.


_____Tout à coup, une silhouette apparut, floutée par la tourmente. Elle s'approcha, se révélant être une demoiselle vêtue d'une blouse aussi rose que sa chevelure coiffée avec soin, formant deux boucles solidement attachées, ne se desserrant même pas malgré le blizzard. Elle posa ses yeux azur dénués de sentiments sur le chaton. Il la suivit sans se poser de question quand elle fit demi-tour, silencieuse.

_____Elle s'arrêta au bout d'un certain temps. À ses pieds simplement chaussés de petites ballerines gisait, assommé par un des gros blocs gelés tombé du ciel, le corps inerte du pseudo humain. La poudre immaculée le recouvrant petit à petit se colorait de rouge près de sa tempe. Elle se pencha et le prit dans ses bras comme s'il ne s'agissait que d'une plume. Il souleva brièvement les paupières et entraperçut sa sauveuse.


_____« Joëlle... réalisa-t-il. Impossible... Je dois être aux portes de la mort, une fois de plus... »


_____Il les rabaissa, sombrant doucement dans l'inconscience.


_____« Quelle importance après tout... », eut-il le temps de penser.


_____Au fond de son être, l'Ombre demeurait vigilante. Cette femme n'est pas une illusion, il en mettrait sa main à couper. Cependant, il n'en avait pas grand-chose à faire. Tant qu'elle le sauve, il se moque des raisons de sa présence. Chaque chose en son temps.

_____Il préféra rester gentiment à l'abri dans une pièce qu'il avait entièrement inventée. Le subconscient n'a pas de limites après tout, et quitte à devoir y séjourner avant de prendre le dessus, autant se mettre à l'aise. Ainsi il s'était donné "corps", afin de pouvoir faire les cent pas quand il s'ennuie, ce qui arrive régulièrement.

_____Les rares sons qui lui parvenaient de l'extérieur s'estompèrent définitivement, tandis que sa salle imaginaire sembla grandir et s'éclairer sur un unique canapé en cuir noir au centre. Il s'y affala en soupirant.


_____« Qu'est-ce que je me fais chier... »



_______J'ai f-f-froid... gémit Rosélia, plaquée contre la poitrine de Célia qui avait refermé sa grosse veste sur elle, la recouvrant intégralement.

_______Je ne peux pas faire davantage, s'excusa l'humaine en avançant du mieux qu'elle pouvait dans la tempête.


_____Malgré sa capuche rabattue au maximum, la neige lui fouettait durement le visage, si bien qu'elle avait fermé les yeux pour ne se fier qu'à l'aura. Elle sentait et comprenait la détresse de la plante. Elle songea en frictionnant la zone de sa doudoune où devait se trouver son petit dos dont la feuille avait complètement blanchi :


_____« Elle n'a aucun repère où poser son regard pour se rassurer ici, à part moi... »


_______... P-pourquoi tu m'aides encore ? bégaya la créature.

_______Mais qu'est-ce que c'est que cette question ? s'étonna le médecin.

_______Tu s-sais que j'ai mis en danger des vies par orgueil. Et pourtant t-tu continues de me traiter comme une a-amie. À ta place je ne voudrais même plus entendre p-parler de moi.

_______Mais tu n'es pas à ma place, et moi, j'ai décidé qu'étant donné ta fierté mal placée, le fait que tu m'ais avoué ta grosse bêtise est un grand pas en avant.


_____La demoiselle avait dit cela d'une voix ferme, mais avec un sourire doux. Il s'étira un peu plus quand elle aperçut les silhouettes floues de Raichu et Porygon-Z. Elle avait finalement réussi à les rattraper.



_______Tu es une bien étrange femme, grogna Évoli en fronçant les sourcils. Tes agissements ne correspondent pas le moins du monde à la dureté de ton regard.


_____Joëlle, à demi allongée sur le torse marmoréen de son amant respirant à peine, redressa la tête pour fixer le petit félin d'argent. Elle demeura ainsi longuement, il songea, légèrement mal à l'aise :


_____« Pourquoi me considère-t-elle avec tant d'insolence ? »


_____Comme elle avait reporté son attention sur une stalactite en train de goutter, il soupira de dédain en se roulant en boule à l'entrée de la Grotte Lézarde, où il s'était réfugié en suivant l'infirmière.


_____« Tant qu'elle n'est la cause d'aucun bémol... »



_____Givrali patientait tranquillement non loin du début du Donjon où s'abrite son petit frère et le jeune humain. Elle ressent presque de la jalousie de le voir couvé par une inconnue. Elle se dit en plissant les yeux :


_____« Dire que c'est cette traînée qui profite de sa peau glaciale, ça me rend malade. »


_____Elle décida cependant de ne pas agir. Le chaton ne semble pas être alarmé par quoi que ce soit, il estime sans doute que rien n'est dangereux dans les environs. Il est donc parfaitement inutile à la Pokémon Glace de se montrer. Estimant qu'elle avait mieux à faire ailleurs, elle huma l'air. Elle sentit très rapidement l'odeur des pétales de Rosélia et la suivit sans se presser.