Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 24/06/2012 à 08:11
» Dernière mise à jour le 12/03/2018 à 23:42

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 107 : La saveur de la vengeance
La région Mandad.

Zeff était né ici, il y avait passé sa petite enfance, puis la totalité de son adolescence. Pourtant, cette partie du monde était celle qu'il vomissait le plus, et y revenir après six années passées à Johkan lui donnait la nausée. Pourtant, il avait un double intérêt à revenir. Un, accomplir la mission pour laquelle Maître Zelan l'avait engagé. Et deux, pour affaires personnelles. L'un n'excluait pas l'autre, surtout si l'homme qu'il devait rencontrer pour sa mission était l'un de ceux qu'il recherchait pour sa vengeance.

Mandad se trouvait dans la partie Est du globe, par rapport à Johkan. Bien après Sinnoh. C'était une région hostile, dans tous les sens du terme. Les Pokemon qui s'y trouvaient étaient les plus sauvages et les plus dangereux du monde. La région, autrefois une concentration de petits états souverains, était aujourd'hui totalement dirigée d'une main de fer par une junte militaire tyrannique : la Garde Noire. C'était l'une des Quatre Eclipses, organisation rivale de la Team Rocket, qui adulait le combat et le meurtre. Même la végétation était dangereuse à Mandad. Des plantes sauvages et carnivores avaient tôt fait de dévorer le premier insouciant qui s'aventurerait trop près.

Zeff détestait cet endroit, pourtant, il admettait bien volontier que tant d'années passées dans cet environnement inhospitalier l'avait endurci. C'était le cas de tous ceux qui vivaient à Mandad. Il n'existait pas de mandadiens faibles, car Mandad n'avait aucune pitié pour les faibles. C'était la loi de la survie élémentaire qui régnait sur ces terres ; la loi du plus fort. Il fallait s'y plier, ou mourir. Zeff avait fait son choix depuis longtemps. Ses parents étaient des mandadiens qui avaient fait le choix de vivre éloignés des villes, et de l'emprise toujours grandissante de la Garde Noire. Ça avait été une décision du père de Zeff, qui avait fait partie de la Garde Noire avant de la quitter. Il ne voulait pas que son fils grandisse et évolue auprès de ces gens là.

Mais sa décision lui avait couté la vie. Dans la Garde Noire, il fallait servir ou mourir. On ne la quittait pas avec une simple lettre de démission. Alors que Zeff était âgé de six ans, un groupe de la Garde Noire avait attaqué la petite maison en bordure de la forêt dans laquelle Zeff et ses parents vivaient. Son père avait été tué immédiatement alors qu'il tentait de protéger sa femme et son fils. Sa mère, elle, avait été enlevée, et après des mois de tourments aux mains de la Garde Noire, avait fini par mourir.

Mais la Garde Noire n'avait pas trouvé le jeune Zeff, caché par ses parents dans une pièce secrète bâtie par son père justement pour ce genre d'occasion. Zeff se souvenait de cette époque. Pendant plusieurs semaines, il était resté dans les ruines de sa maison, s'occupant lui-même du cadavre de son père, et se nourrissant de racines et d'eau boueuse. Il avait fini par se résoudre à périr ici, quand une expédition de la Team Rocket l'avait trouvé et recueillit.

Zeff n'était resté que trois ans auprès de la Team Rocket. À neuf ans, il était revenu à Mandad, bien décidé à trouver les responsables de son malheur et à retrouver sa mère, dont il ignorait alors si elle était encore vivante. Pour ça, il avait intégré la Garde Noire, pour rencontrer et tuer l'homme qui avait mené l'attaque contre sa maison. Et il l'avait trouvé. Ou plutôt, c'était cet homme qui avait trouvé Zeff. Douze ans passés au service du meurtrier de ses parents. Douze années d'horreur, mais douze années nécessaires. Car l'homme qu'il désirait tuer avait fait de lui son élève, et lui avait enseigné le pouvoir qu'il possédait aujourd'hui ; celui dont il comptait se servir pour enfin accomplir sa vengeance.

Cet homme se nommait Targan, et il était l'un des deux Maîtres de Guerre qui commandaient la Garde Noire. Il était fort, même trop pour que Zeff, à l'époque, n'ose l'attaquer directement. C'était pour cela qu'il avait quitté la Garde Noire, qu'il avait quitté Mandad, pour parcourir le monde à la recherche de la force nécessaire pour éliminer Targan. Il avait voyagé de régions en régions pendant deux ans, affrontant tous ceux qui lui passaient sous la main. C'était à cette époque qu'il avait capturé Scalproie, alors un petit Scalpion. Puis il avait rencontré, durant ses voyages, Maître Zelan.

Zeff avait tenté de le combattre pour s'entraîner. Il n'avait jamais connu pareille défaite. Les pouvoirs de Maître Zelan étaient absolus. Mais au lieu de tuer Zeff, Zelan, impressionné par son pouvoir de manipulateur l'argent, l'avait prit sous son aile, et avait fait de lui une de ses Armes Humaines. Maître Zelan lui avait expliqué son plan, et Zeff et lui avaient passé un marché. Puis, Zeff était retourné auprès de la Team Rocket, à la fois pour l'entraînement qu'elle pourrait lui prodiguer, mais aussi car c'était les souhaits de Maître Zelan, qui voulait un espion là-bas, pour garder le général Tender à l'œil. Et comme Zeff avait passé trois années de sa jeunesse auprès du général, il était le mieux placé pour ça.

Zeff s'était séparé de son unité, la X-Squad, depuis près d'un mois, lors de la bataille contre les Shadow Hunters sur l'île de Marinea. Le plan de Maître Zelan ayant débuté, Zeff était retourné à ses cotés pour le servir. Il se demandait vaguement ce que devenaient les gamins Crust. Il lui en coutait de l'avouer, même à lui seul, mais au cour de l'année précédente pendant laquelle il avait combattu à leur coté, il s'était prit d'attachement pour ces mômes. Il espérait que Maître Zelan suivrait ses conseils et essaierait de les avoir avec lui plutôt que contre lui.

Zeff était à Mandad pour trouver l'une des trois pierres de l'obscurité, comme les nommait Maître Zelan. Ce dernier en avait déjà une, et il avait apprit que la seconde était la possession du commandant Meseel, de la Garde Noire. À quoi servaient ces pierres et pourquoi Zelan les voulait, Zeff n'en savait trop rien. Maître Zelan n'a jamais été trop clair sur le sujet. Mais leur utilité était le dernier des soucis de Zeff. Meseel, celui qui avait la pierre, était un des bras droits de Targan, l'homme dont Zeff voulait se venger. Meseel lui-même avait fait partie de l'unité de la Garde Noire qui avait attaqué sa maison, tué son père et enlevé sa mère. Après que lui avoir prit la pierre, Zeff lui aurait demandé où se trouvait Targan, puis enverrait ce chien dans le royaumes des ombres éternelles.

Dès son arrivée dans la région, Zeff avait tué un sbire de la Garde Noire et enfilé son uniforme. L'avantage de ces combinaisons toutes noires et assez lourdes, c'était qu'elles ne laissaient rien paraître de celui qui la portait, vu qu'il y avait des masques intégrés. Ça arrangeait Zeff. Il connaissait bien les habitudes des soldats de la Garde Noire, pour en avoir été un pendant douze ans, donc il pouvait facilement passer inaperçu derrière son uniforme. En revanche, son visage était assez connu dans la Garde Noire, comme ancien apprenti du Maître de Guerre Targan et déserteur. S'il se faisait attraper, il irait directement au peloton d'exécution, et encore, avec de la chance. Mais il ne se fera pas attraper. Car il était Zeff Feurning, et que personne ne tuait mieux que lui les sbires de la Garde Noire.

Avant de se rendre jusqu'à la base de Meseel, Zeff avait fait un petit détour à son ancienne maison, celle où il était né, et celle où il avait passé les meilleures années de sa vie, comme un enfant normal, avec un père et une mère. Il n'y avait trouvé que des ruines, bien sûr. Il était resté là longtemps à les contempler, les souvenirs remontant à sa mémoire. Il se rappelait ce jour là, où il avait rencontré la Team Rocket pour la première fois. Il pleuvait. Zeff était lové sur lui-même au milieu des ruines, brûlant de fièvre et souffrant de malnutrition. Un groupe de la Team Rocket était alors passé par là. C'était une mission scientifique, un détachement spécial pour aller trouver un métal très rare provenant de l'espace qui s'était écrasé à Mandad.

Zeff avait d'abord prit peur en les voyant. Jamais il n'avait vu des hommes pareils, et les mandadiens racontaient souvent des histoires à propos des autres puissants groupes rivaux de la Garde Noire. Des histoires qui n'inspiraient guère la confiance. Mais alors, elle s'était approchée, et elle lui avait parlé. Une jeune femme qui faisait partie de l'expédition. Elle n'était pas armée, et ne portait même pas la tenue noire ornée d'un R rouge que portaient les autres. Sa voix était douce et avait immédiatement ouvert le cœur de Zeff.

- N'aie pas peur, mon chéri. Nous ne te voulons pas de mal. Viens là, tu as l'air en sale état. Viens manger un peu.

Zeff, qui n'avait rien mangé depuis Arceus savait quand, s'était jeté sur la barre de ration qu'elle lui avait tendu. Il se rappelait n'avoir rien manger d'aussi bon, malgré leur gout insipide bien connu. Puis elle l'avait fait examiner par le médecin du groupe, et malgré les ordres du militaire qui commandait le détachement, elle l'avait amené avec eux. Zeff sentit la nostalgie et la peine l'envahir. Il chassa ces émotions. Il devait être concentré sur l'instant présent. Il prit donc la route jusqu'à la petite ville de Candos, fief du commandant Meseel.

Dans chaque ville de Mandad, le chaos devenait vite la règle. Anarchiste par principe, la Garde Noire encourageait un mode de société dit « du non-droit ». En clair, tout le monde faisait ce qu'il voulait, tant qu'il obéissait à la Garde Noire. Dès lors, il y avait des règlements de compte à chaque coin de rue, des meurtres en pagailles, des vols, des viols, et tout ça sous le nez de la Garde Noire qui s'en fichait royalement, car leur idéologie était axée sur la loi de plus fort.

La ville de Candos était un bon exemple d'une de ces villes. Les gens courraient en gueulant de droite à gauche, et beaucoup se battaient, souvent à mort. Leurs Pokemon faisaient la même chose. Il fallait préciser qu'à Mandad, on ne se servait pas de Pokeball. Pour capturer un Pokemon, il fallait que l'humain le batte lui-même, alors le Pokemon reconnaîtrait sa force et le servirait. Encore une prolongation d'un mode de vie axé sur la force. Et inutile de préciser donc qu'il y avait beaucoup moins de dresseurs que dans d'autres régions.

Zeff fit sortir son Scalproie. Il était de nature courante que les membres de la Garde Noire aient leurs Pokemon à leurs coté, pour impressionner. Ceci dit, Zeff prit note de bien cacher sa Pokeball, car ça aurait été le moyen le plus sûr de le faire démasquer. Puis il traversa la ville nonchalamment, sans être inquiété de quoi que ce soit. Si le chaos le plus total régnait, il y avait une règle qui demeurait : s'en prendre à un membre de la Garde Noire était le plus sûr moyen d'aller rejoindre Giratina, avec toute sa famille en prime.

Ainsi, à chaque fois qu'il croisait un villageois en train de crier contre son voisin, de voler ou de commettre un meurtre, ce dernier arrêtait immédiatement ce qu'il faisait pour s'incliner bien devant Zeff. De même, à chaque fois qu'il rencontrait un sbire de la Garde Noire, se dernier saluait Zeff avec effusion. C'était un trait de la Garde Noire ; c'était des brutes avec les autres, certes, mais entre eux, ils étaient soudés comme les cinq doigts de la main. Ça expliquait aussi le nombre anormalement élevé d'engagements pour la Garde. Pourtant, ils étaient moins nombreux que la Team Rocket. Ça s'expliquait facilement par le fait que leurs « épreuves d'admissions » étaient souvent mortelles, dans tous les sens du terme.

La base qui dominait la ville avait la porte grande ouverte et n'était même pas gardée. Pour la Garde Noire, ce n'était pas de la négligence, mais encore une preuve de la confiance mutuelle entre ses membres. Ça arrangeait Zeff. Bien sûr, il aurait pu foncer et tuer tout le monde pour arriver jusqu'à Meseel, mais il tenait à garder son énergie et sa colère pour le commandant lui-même. Entrer dans la base était facile, mais parvenir jusqu'au commandant était une autre paire de manches. Il y avait quand même un minimum de sécurité dans la Garde Noire, même si la confiance mutuelle était la règle.

Dès qu'il fut rentré, un officier de la Garde, accompagné d'un Scarhino, vint à sa rencontre, se tapant du poing contre le cœur, salut traditionnel des mandadiens. L'officier s'exprima en mandados, la langue originelle Mandad. Sans doute un traditionnaliste, car maintenant, quasiment tous le monde à Mandad parlait la langue universelle. Tout les mandadiens se devaient de la connaître, même s'ils ne l'utilisaient guère. Zeff l'avait apprise lors de ses années passées avec la Garde Noire, et bien qu'il soit un peu rouillé, il comprit l'essentiel.

- Combat et honneur pour toi, frère.

- Combat et honneur pour toi, frère, répéta Zeff avec un accent un peu hésitant.

Cette phrase était le salut de la Garde Noire. Rien ne comptait plus pour elle que les combats et l'honneur. Et dans la Garde Noire, tout les membres se tutoyaient et étaient des frères, quelque soit leur grade.

- Quelle mission t'amène dans la demeure de notre frère-commandant Meseel ? Poursuivit l'officier, toujours en mandados.

- Des informations en provenance des terres des faiblards, répondit Zeff. Je suis un espion du frère-commandant.

Les faiblards étaient l'affectueuse dénomination par laquelle la Garde Noire désignait tous ceux qui n'étaient pas mandadiens, et plus particulièrement, ceux qui usaient de Pokeball pour capturer les Pokemon.

- Je vois, fit l'officier. J'ai entendu dire que les faiblards se font la guerre entre eux, encore une fois. À croire qu'ils aiment ça autant que nous, finalement !

- La Team Rocket est encore concernée.

- Bien sûr. Faire la guerre à ses ennemis est le meilleur moyen d'asseoir sa domination. Même les faiblards comprennent ça. Allez viens, frère. Je vais te conduire au frère-commandant.

Zeff fit un sourire derrière son masque tandis qu'il s'engageait à la suite de l'officier. Chez la Team Rocket, si quelqu'un de masqué affirmait être un espion au service de Tender, par exemple, il serait proprement fouillé, interrogé, et serait même passé aux rayons de mémoire d'un Pokemon Psy. Arrivé devant la porte des quartiers du commandant Meseel, l'officier dit :

- Je vais annoncer ta venue.

- Ce ne sera pas nécessaire, rétorqua Zeff.

Il tira de son uniforme une barre d'argent. Il aurait aimé amené carrément sa pistolame, mais ça aurait semblé suspect à Mandad. Et cette barre suffirait amplement. Il se concentra et fit ressortir de ses mains son pouvoir de Modeleur. Il existait sur Terre, depuis plusieurs années, de rares hommes et femmes qui avaient en eux la capacité de pouvoir contrôler un élément particulier. D'où provenait ce pouvoir, personne ne le savait vraiment. Il y avait des théories comme quoi les Modeleurs seraient les descendants de cobayes humains de laboratoire pour des expériences. D'autres affirmaient que le pouvoir d'un Modeleur s'obtenait par un gène qui avait une chance sur dix-mille d'apparaître au cour de l'enfance. Bref, même si on ne savait pas comment, les Modeleurs existaient bel et bien, et après un rude entraînement, ils étaient capables de contrôler les molécules de leur élément. Il n'y avait pas deux Modeleurs similaires. Chacun contrôlaient un élément différent. Pour Zeff, c'était l'argent. Il était le Silvermod.

Le lingot d'argent, sous l'action de la main de Zeff, changea de forme pour devenir un poignard, qui fila au travers de la gorge de l'officier, qui mourut sans comprendre comment. Son Scarhino n'eut pas plus le temps que lui de donner l'alarme, après que Scalproie lui ait passé une de ses lames sur la partie molle et non protégée sous sa carapace. Zeff n'aimait pas trop tuer les Pokemon, mais c'était parfois obligatoire. Ceci fait, il rappela le poignard argenté à lui, et pénétra dans le bureau de Meseel. D'ordinaire, les membres de la Garde Noire n'avait que mépris pour le luxe et la richesse. Seul comptait la force pour eux. Pourtant, Meseel aimait l'argent, et ne s'en cachait pas. Et l'art aussi. Et apparemment, l'art qui valait beaucoup d'argent. Son bureau ressemblait presque à un musée.

Meseel était là, reconnaissable à son masque rouge, et aux bandes argentées sur son uniforme noire qui attestaient de son grade. Pendant les douze ans où Zeff avait fait parti de la Garde Noire, il en avait apprit assez sur Meseel pour le haïr. Cet homme n'avait aucun honneur, et les raisons qui expliquaient son entrée dans la Garde Noire était son gout pour le sang et les occasions de piller les villages qu'il brûlait pour accroitre sa fortune et sa galerie d'art.

Zeff respectait la soif de combat. Lui-même l'avait. Il comprenait aussi la nécessité de tuer ses ennemis, et en lui, savait que la loi du plus fort était une chose naturelle. Pour autant, il méprisait la violence gratuite, le sadisme, et plus que tout, le fait de s'en prendre aux plus faibles. Or, ces trois caractéristiques étaient celles dans lesquelles Meseel brillait le plus. Rien ne l'enchantait plus que de tourmenter les innocents et les civils. Il brillait particulièrement dans ce domaine, pour être devenu un homme de main du Maître de Guerre Targan. Zeff se réjouissait qu'aujourd'hui, ce monstre ferait face à son destin. Quand il entra, suivit de son Scalproie, Meseel l'interpella.

- Comment oses-tu entrer chez moi sans y avoir été invité, frère soldat ?!

- Je ne suis pas ton frère, vermine, Arceus en soit remercié.

Zeff retira son masque, appréciant dans toute son ampleur l'expression de terreur sur le visage de Meseel. Pour sûr, il se rappelait de lui.

- Z... Zeff... ça alors... Je suis... très heureux de te revoir ! Le Maître de Guerre Targan se faisait beaucoup de soucis pour toi...

- Je m'en doute. C'est pour ça que dans sa bonté, il a envoyé plusieurs de ses sbires me traquer et me tuer.

- Il... Il était en colère... Mais c'est fini maintenant. Et si tu revenais parmi nous ? On pourrait tirer un trait sur le passé, et...

- Tu as raison. Il faut que je tire un trait sur mon passé.

Il transforma son poignard an argent en un fin trait long et brillant qui alla transpercer l'épaule du commandant, qui hurla à s'en rompre les cordes vocales. Zeff s'en souvenait. Meseel était un lâche, qui craignait la douleur.

- Pi...Pitié... gémit-il.

- Pitié ? Je ne pensais pas que tu connaissais ce mot. Dis-moi, as-tu fait preuve de pitié quand tu as attaqué ma maison, que tu as rigolé quand Targan a tué mon père, et que tu as toi-même assommé ma mère pour l'amener, et sans doute la violer un bon paquet de fois avec tes amis avant que Targan consente à la libérer de ses tourments en la tuant ?

- Mais Zeff...

- Silence ! Hurla Zeff en changeant l'axe de direction de son trait d'argent, de telle sorte qu'il se contorsionne pour se déplacer dans le corps de Meseel. J'ai deux questions pour toi ; réponds-y et ça augmentera ta durée de vie. Mais avant, enlève ton masque, que je contemple la peur qui empoisonne ton cœur de lâche.

Avec des gestes lent et des sanglots, Meseel retira son masque rouge. Zeff affronta le regard larmoyant de cet homme de la cinquantaine, à l'allure si distinguée qu'il devait se différencier parmi toute cette bande de sauvage qu'étaient la Garde Noire. Zeff retira le trait d'argent et le transforma en boule, qu'il fit voler autour de lui, bien en vue de Meseel qui la contemplait, presque hypnotique.

- Une bien belle collection que tu as là, commenta Zeff. Il se trouve que je recherche une pièce en ta possession. Une pierre. Très ancienne, avec un symbole dessus. Tu vois de quoi je veux parler ?

- Ou... Oui. Oui, elle est là... Prend-là, je te la donne !

- Que tu es bien aimable.

Zeff avança vers la vitrine que désignait Meseel, puis en retira la pierre. Zeff ne voyait pas bien pourquoi Maître Zelan les appelait « Pierres de l'obscurité ». Elle était presque blanche, avec un petit cercle gravé sur un de ses bords triangulaires. Ces mêmes bords indiquaient que cette pierre était un morceau d'une pierre bien plus grande. Sans doute les trois devaient pouvoir se combiner en une seule.

- Que sais-tu sur cette pierre ? Demanda Zeff.

- C'est... c'est juste une pièce archéologique ! Je l'ai... volé à un chercheur qui disait que c'était sa plus précieuse pièce. Selon lui, elle aurait un lien avec un Pokemon légendaire et oublié... Mais je n'en sais pas plus, je le jure !

Zeff voulait bien le croire. Dès qu'un objet avait de la valeur, Meseel ne cherchait pas à savoir pourquoi ; il voulait l'obtenir.

- Bien. Seconde question maintenant. Où est Targan ?

- Je... Je n'en sais rien...

Zeff haussa les sourcils, prenant sa boule argenté en main.

- Je le jure ! S'exclama Meseel. Le Maître de Guerre ne dit jamais où il va, et il peut être absent pendant des mois ! Jusqu'en février, il était dans sa base de Jastorin, mais il est parti depuis, et personne ne sais où, hormis peut-être le Kullad !

Le Kullad... Mot de la langue des mandadiens qui voulait dire « le chef ». Même en douze ans au sein de la Garde, et en étant proche d'un des deux Maître de Guerre, Zeff n'avait jamais vu une seule fois celui qui dirigeait l'organisation. Il n'était pas satisfait des réponses de Meseel, mais il le croyait. Ce gars n'était pas le genre à mentir quand il s'agissait de sa vie.

- Bon, je te crois. Tu m'as été utile, Meseel. Je vais être clément.

- A... Alors, tu m'épargnes ? Demanda le commandant, une note d'espoir dans sa voix chevrotante.

Zeff éclata de rire, puis envoya à toute vitesse sa boule d'argent sur le crâne du commandant. Il y eut un bruit écœurant, puis, après quelques spasmes, Meseel cessa de bouger à jamais.

- Je t'accorde une mort rapide, dit Zeff au cadavre. C'est plus que tu ne le mérites, et ça ne va pas soulager tes innombrables victimes, mais je suis un mec cool.

Il rappela sa boule pleine de sang et d'os, qu'il retransforma en lingot, puis se retourna pour quitter la pièce. Il se figea alors. Quelqu'un se trouvait sur le seuil. Un véritable géant, dans une armure complète dorée. Le masque, en or lui aussi, représentait vaguement la figure d'un rapace. Un masque qui hantait tous les rêves de Zeff depuis des années. Le Maître de Guerre Targan de la Garde Noire. Zeff hurla, et abandonnant toute logique et réflexion, il chargea sur celui qui avait ruiné sa vie. Mais son poing ne traversa que du vide. Targan avait disparu, et réapparut quelques mètres plus loin, près du corps de Meseel.

- Toujours aussi peu maître de tes émotions, Zeff Feurning, ricana Targan.

Mais ce n'était pas la voix de Targan. C'était une voix de femme, que Zeff connaissait. Il se rembrunit, honteux de s'être laissé avoir.

- Vous devriez faire attention, Licia. Vous connaissez les risques de prendre cette apparence en ma présence.

La silhouette de Targan se brouilla pour laisser apparaître celle d'une jeune femme séduisante, aux cheveux bruns et courts, qui gloussa faiblement.

- Je doute de n'avoir jamais rien à craindre de toi, Zeff. Ton esprit est si malléable.

Parmi toutes les Armes Humaines de Maître Zelan, Licia Spionie était celle dont il se méfiait le plus. Elle possédait plusieurs pouvoirs sur l'esprit assez terrifiants, comme celui de se rendre invisible, de changer d'apparence, de trafiquer la mémoire des autres, et même leur notion de vérité. En outre, elle était capable d'user de pouvoirs offensifs obscurs, comme des attaques Ténèbres de Pokemon. Elle était de loin la plus puissante des sept Armes Humaines, et Maître Zelan en avait fait sa seconde... et aussi son amante. Tous les serviteurs de Zelan avaient apprit à la traiter comme s'il s'agissait du maître en personne.

- Que faîtes-vous là ? Demanda Zeff.

- M'assurer que tu as bien accompli ta mission.

- Si Maître Zelan ne me faisait pas confiance pour récupérer sa pierre, pourquoi il ne vous a pas envoyé vous ?

- En effet, il aurait pu. Mais Maître Zelan est généreux ; il voulait te laisser t'amuser un peu avec tes... anciens amis. Maintenant, il est temps de se regrouper. Le Maître veut que l'on dirige les hommes sans lui à présent. Je vais prendre le commandement de la Team, avec Crenden et Vaxatos. Jensel est en train de s'occuper de la prise de contrôle de la Team Rocket, et Roseo surveille l'Elysium. Seul Xan est resté auprès de Maître Zelan.

- Parfait tout ça. Et moi ?

- Toi, tu vas prendre la section de Fiore, et préparer Capriel pour le plan. Il est enfin temps que les Pokemon du Zodiaques servent les projets de notre maître.