Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 11/09/2011 à 10:10
» Dernière mise à jour le 26/07/2017 à 23:30

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 45 : Sous terre
Siena se réveilla avec l'impression que tous les os de son corps étaient brisés. C'était d'ailleurs plus qu'une impression, c'était la pure réalité. Elle mit plus d'une minute à se rendre compte qu'elle ne pouvait faire aucun geste, si ce n'était cligner des yeux. De toute façon, elle pouvait le faire tant qu'elle voulait, elle ne voyait rien du tout, comme si elle était aveugle. Elle se rappela ensuite de pourquoi elle était dans cet état. Elle se rappela d'une longue chute dans l'obscurité. Elle se rappela que le prince Octave tombait à ses côtés, qu'elle l'avait agrippé et mis au-dessus d'elle pour qu'il tombe sur elle et ainsi survive à la chute.

Elle n'aurait pas pensé survivre et c'était une agréable surprise, même si à en juger par l'état de corps, elle n'allait peut-être pas rester vivante bien longtemps. Elle avait du mal à respirer. Ce n'était pas à cause du manque d'air qui n'allait pas tarder à se manifester, mais à cause de plusieurs côtes cassées et de ses poumons qui eux aussi devaient avoir pris cher. Elle ne sentait plus ses jambes ni ses bras, signe que sa colonne vertébrale avait subi de grands dommages et que même si elle survivait, elle serait peut-être tétraplégique à vie. Bref, elle avait connu mieux.

Bon, ce n'était pas le moment de s'appesantir sur un hypothétique futur. Il fallait se concentrer sur le moment présent si elle voulait s'en sortir. Elle se rappela d'une des consignes que son père répétait souvent : « Préoccupe-toi de ce qui est, pas de ce qui sera ». Une des règles d'or en de telles situations désespérées est de faire l'inventaire. Elle avait fait le point sur son propre corps. Elle ne pouvait pas voir les dégâts, mais elle était sûre que sans soin rapide, elle n'allait pas tenir longtemps. Elle devait savoir si le prince Octave était vivant et où il était. Ensuite, elle devrait s'inquiéter de l'endroit où elle était et comment en sortir.

Un programme chargé, en somme. Elle tenta à nouveau de bouger ne serait-ce qu'un doigt, et ne reçut qu'en retour une douleur qui lui arracha un long cri. C'était plutôt bon signe. Si elle pouvait ressentir la douleur, sa colonne vertébrale et ses nerfs étaient encore opérants. Penan disait souvent : « Tant que tu as mal, c'est que tu es encore en vie ». Son cri alerta quelqu'un. Siena entendit des bruits de pas, vit sa vision s'éclaircir sous l'effet d'une flamme au bout d'une torche que ce quelqu'un tenait.

- Vous êtes réveillée ! S'exclama la voix du prince Octave avec un soulagement évident. Surtout, ne bougez pas.

Conseil quelque peu inutile. Dans son état actuel, Siena n'allait pas se mettre à courir un marathon. Sous la lueur des flammes, Siena vit le visage blafard et inquiet du prince se pencher vers elle.

- Vous allez bien... Altesse ? Demanda Siena d'une voix faible.

- Idiote, répliqua le prince. C'est de vous qu'il faut vous inquiéter ! Vous êtes restée inconsciente pendant près d'une journée, j'ai cru que jamais vous ne vous réveilleriez ! Votre état est très grave ! J'ai bien failli vous perdre au moins trois fois ! Je vous ai sans doute cassé d'autres côtes en tentant de vous refaire respirer !

À l'idée que le prince ait dû pratiquer du bouche à bouche sur elle, elle se sentit étrangement honteuse et gênée. Se faire sauver était toujours embarrassant pour Siena, mais se faire sauver par un prince, qui était resté pour veiller sur elle pendant une journée ! De plus, elle se rendit compte que la plupart de ses vêtements avaient été enlevés, que sa poitrine avait été recouverte par la cape du prince et qu'une espèce de crème jaunâtre avait été enduite sur une grande partie de son corps. Se rendant compte du regard de Siena, Octave prit bien soin de rougir un peu.

- Ah oui, désolé. C'est moi qui vous ai déshabillée. J'ai fait attention à ne pas trop regarder, mais je voulais vous passer cette mixture. C'est du jus de fruits de mon Tropius. Ça a des vertus thérapeutiques assez intéressantes. La plupart de vos blessures extérieures ont déjà presque disparu. Ah, par contre... j'espère que vous ne teniez pas trop à votre uniforme. J'ai dû le déchirer avec mon épée pour vous déshabiller. Je ne pouvais pas déplacer un seul de vos membres sans le casser encore plus.

- Vous auriez dû me laisser et tenter votre chance pour sortir d'ici, lui reprocha Siena.

- Ça aurait été faire bien peu de cas de l'honneur duttelien ! Laisser mourir la fille qui vous a sauvé la vie en essayant de s'échapper seul... D'ailleurs, pourquoi avez-vous fait ça ? Pourquoi vous êtes-vous sacrifiée pour moi ?!

Siena ne sut que répondre au prince qui semblait en colère. Ça lui avait semblé tout évident. Lui était un prince, elle un simple soldat. C'était toujours au plus important dans la hiérarchie de survivre. Mais l'attitude d'Octave la troublait. Elle l'avait considéré comme un enfant gâté noble et arrogant, qui attendait de tous qu'ils se plient à ses caprices. Apparemment, ce n'était pas le cas.

- Je déteste avoir une dette de vie avec des gens comme vous, conclut le prince.

- Si ne n'est que ça, répondit Siena, dites-vous qu'on est quitte, vu que vous m'avez soignée et veillée depuis pendant toute une journée.

- Ce qui n'aura servi à rien si vous mourrez entre temps. Non, on sera quitte que lorsqu'on sera sorti d'ici, tous les deux et en vie.

Siena ne voyait que peu de chance pour ce plan, mais dans leur situation, espérer était la seule chose qui leur restait.

- Vous avez visité les alentours ? Demanda Siena. D'où vient cette torche ?

- Ce sont les ruines de l'ancienne Duttelia, des siècles plus tôt, expliqua le prince. On a abandonné cette ville et on en a bâti une au-dessus. J'ai trouvé ce morceau de bois dans l'une des anciennes maisons. Il ne reste pas grand-chose, mais ça peut nous offrir un abri provisoire.

- Aucun moyen de remonter ?

- J'ai essayé à dos de mon Tropius, mais le tunnel d'en haut est bouché, si on tente de creuser avec nos Pokemon, on va tout se prendre sur la tête. Mais en cherchant dans les ruines, on trouvera peut-être une autre sortie. Nos ancêtres étaient comme nous ; ils aimaient bien les sorties de secours un peu partout.

- Parfait. On va chercher alors. Aidez-moi à me re...

Mais sa phrase se finit en un autre cri de douleur quand elle tenta inconsciemment de se redresser.

- Vous êtes dingue ! S'écria Octave, affolé. Vous ne devez pas bouger !

- Et comment on pourra sortir d'ici si je ne dois pas bouger ? Riposta Siena en serrant les dents face à la douleur de son dos. La situation est grave, il faut vite rejoindre les autres. On ne doit pas perdre de temps.

- Soyez raisonnable, dit le prince en la maintenant couchée. Vous risquez de vous tuer rien qu'en vous levant. De toute façon, vous ne pourrez pas faire un pas.

Siena essuya la sueur qui coulait sur son front. Rien que ce geste lui valut une autre bonne dose de souffrance.

- Alors laissez-moi et partez, si je ne peux pas bouger. Si vous trouvez une issue et si vous tenez tant que ça à honorer votre dette, vous pourrez toujours revenir me chercher.

- Laissez-moi essayer de vous soigner, demanda le prince.

- Comment ?

- Vos os sont mal en point et vos côtes cassées ont sans doute endommagé vos poumons, mais je ne pense pas que vous ayez d'hémorragie interne. J'ai un Lockpin comme Pokemon. Il peut utiliser Vœu soin. Je ne sais pas trop ce que ça donnera comme résultat, mais...

- Vœu soin est une attaque qui met K.O le Pokemon lanceur, lui rappela Siena.

- Je sais, mais Lockpin s'en remettra.

- Dans ce cas, pourquoi n'avoir pas tenté ça durant la journée où j'étais inconsciente ?

Le prince hésita, mal à l'aise.

- Eh bien, comme je l'ai dit, je ne sais pas ce que ça fera. C'est une attaque dans le temps qui fonctionne uniquement pour le Pokemon suivant le lanceur. Ce n'est pas prévu pour les humains, encore moins pour ressouder des os. Ça pourrait vous guérir, ou tout aussi bien vous achever. Je voulais votre accord pour le tenter.

Siena eut un sourire sans joie.

- Je crois que je n'ai pas d'autre possibilité. Faites ce que vous pouvez, je ne vous en voudrai pas si ça foire.

- Très bien.

Octave prit l'une de ses Pokeball et invoqua son Lockpin, un Pokemon considéré comme l'un des plus mignons existant, que Siena imaginait bien avec Octave et son physique de mannequin. Le prince lui dit ce qu'il attendait de lui. Le Pokemon acquiesça sans hésiter. Octave était de toute évidence un dresseur compétant qui était parvenu à gagner la confiance et le respect de ses Pokemon.

Le Pokemon pelucheux leva ses petits bras. Une espèce de boule rose lumineuse se créa au-dessus d'eux. Elle voleta une seconde puis alla percuter Siena en lui rentrant dans le corps, tandis que Lockpin s'effondrait. Siena sentit comme une chaleur pénétrer tout son être de part en part. Ses muscles se contractaient d'eux-mêmes, mais elle n'en ressentit aucune douleur. Elle ne ressentait plus rien, du reste. Une formidable insouciance l'envahit, dans les dernières secondes de lucidité qui lui restait avant qu'elle ne s'endorme, elle espérait que cette béatitude était celle de la guérison et non de la douce approche de la mort.


***


Octave regarda la jeune fille Rocket retomber dans l'inconscience après que l'attaque Vœu soin l'eut touchée. Il fut rassuré quand il l'entendit respirer. Il rappela dans son Pokeball son Lockpin hors d'haleine, non sans avoir oublié de le remercier, puis s'assit et attendit anxieusement de voir les résultats que ça aurait sur Siena. Cette dernière avait l'air paisible, mais Octave savait que les mourants avaient souvent cette même expression. Il se surprit à contempler d'un air songeur le visage de la jeune Rocket. Une mercenaire qui n'avait pas hésité à sacrifier sa vie pour le sauver lui, un prince d'un pays étranger, qui ne leur avait jamais manifesté la moindre sympathie...

La raison en restait un mystère pour lui. Si encore elle avait pensé s'attirer les faveurs du roi en agissant ainsi, mais là ça n'avait aucun sens, car le royaume de Duttel était en ruine. Même si il l'avait voulu, le roi n'aurait rien pu donner comme récompense. À moins que ce soit simplement par loyauté. Duttel était l'allié de la Team Rocket et par extension, Octave était donc l'allié de Siena Crust. Mais le jeune prince n'avait jamais entendu parler de mercenaire qui mettait sa vie en péril pour un allié sans rien en attendre en retour.

Cette Siena... Elle était différente de son frère Mercutio et de sa sœur Galatea. Ces deux-là étaient des excités sentimentaux qui ne voyaient pas plus loin que leur propre vision du monde, de l'avis d'Octave. Siena, en revanche, paraissait plus réfléchie, plus calme, plus froide, d'une certaine manière. Octave l'avait souvent vue avec des soldats dutteliens. Elle avait une âme de guerrière et de meneuse. Même physiquement, elle se différenciait de ses frère et sœur. Certes, elle avait les mêmes yeux que Mercutio, mais la ressemblance s'arrêtait là. Mercutio et Galatea avaient le même visage de poupin, tandis que Siena présentait un visage plus mûr, plus franc, mais de l'avis d'Octave, aussi engageant que possible. En des circonstances différentes et si Siena avait été une duttelienne, Octave se serait sans doute intéressé à elle.

Comme au bout d'une heure, aucun changement n'apparut chez Siena, Octave laissa avec elle son Dimoret, pour qu'il veille sur elle et l'appelle en cas de changement. Il entreprit d'explorer un peu plus ces catacombes sous-terraines. Ce qui restait de l'ancienne Duttelia était vraiment des ruines au sens strict du terme. Même les murs des maisons se transformaient en terre. C'était étrange. L'ancienne Duttelia n'était pas si vieille que ça. Trois siècles, tout au plus. Octave aurait plutôt songé trouver d'anciennes demeures en mauvais état, certes, mais toujours debout.

À moins que... ces ruines dataient peut-être d'encore plus loin dans le temps que l'ancienne Duttelia ? C'étaient peut-être les vestiges d'une ville encore plus vieille. Dans ce cas, l'ancienne Duttelia devrait se trouver un peu plus en haut. S'ils la trouvaient, ils auraient une chance de regagner la surface. Après une bonne heure de fouilles, Octave se sentit soudain observé. Bien qu'il ne pouvait les voir, il sentait les présences de plusieurs yeux qui le suivaient dans le noir. Le jeune prince se raidit et prit au hasard une de ses Pokeball. C'était celle de Mémorios.

- Qui est là ? s'écria-t-il d'une voix qu'il tentait de rendre ferme. Montrez-vous !

Plusieurs silhouettes sortirent de l'ombre. C'était tout un troupeau de Pokemon roches de toute sorte. Il y avait des Racaillou en pagaille, des Gravalanch et quelques Grolem, en passant par les Rhinocorne, les Armaldo, les Embrylex, les Tarinor et les Galekid et leur famille. Le plus costaud et remarquable de la bande était un Rhinastoc d'une taille anormale. Alors que cette espèce de Pokemon atteignait en moyenne les deux mètres et demi, celui-là devait en faire quatre. À en juger par sa peau rocailleuse et son air, il avait l'air très vieux.

Le Rhinastoc, qui devait être le chef, grogna quelque chose et aussitôt, les autres Pokemon roches se mirent à encercler Octave. Inquiet, le prince se demandait si ces Pokemon mangeaient les humains. En plus de son Mémorios, il appela son Tropius. C'était tout ce qu'il avait. Dimoret était resté avec Siena et Lockpin était encore trop affaibli après le Vœu soin. Il se traita d'idiot en songeant qu'il aurait pu prendre avec lui les Pokemon de Siena. Nullement impressionnés, les Pokemon continuèrent à se rapprocher dangereusement.

- Reculez, ordonna Octave. Je suis prince de Duttel et toute attaque contre ma royale personne vous assurera à tout jamais l'inimitié du royaume !

Il aurait tout aussi bien pu leur parler de la météo. En désespoir de cause, il sortit son épée, bien qu'elle n'ait guère d'effet sur la peau rocheuse de ces Pokemon. Alors qu'il se résolut à défendre chèrement sa peau d'une façon que ces ancêtres auraient applaudit, deux jets de glace simultanés firent se disperser les Pokemon, tandis que le sol devenait froid et glissant. Octave vit avec soulagement Siena courir vers lui, accompagnée de Dimoret et de son Givrali.

- Vous avez l'air d'aller mieux, sourit le prince.

- Ne vous fiez pas aux apparences, dit la Rocket en se mettant dos à dos avec Octave. J'ai l'impression que mes jambes vont tomber en morceaux à chaque pas, mais nous nous en soucierons plus tard.

- Vous tombez à pic. Pourquoi ces Pokemon nous attaquent-ils ?

Siena dévisagea d'un air indifférent l'immense Rhinastoc qui ordonnait à ses sbires de revenir entourer les humains.

- Sans doute parce qu'on a atterri sur leur territoire, répondit Siena. Ce genre de Pokemon qui vivent si loin de la civilisation et des êtres humains doivent être terriblement sauvages.

- Dans ce cas, pourquoi ne pas leur dire qu'on est pas venu ici de notre plein gré et que l'on s'excuse ? Proposa Octave alors que les Pokemon revenaient à la charge.

- Je doute que vos talents de diplomate ne les convainquent.

- Alors quoi ?

- Ces Pokemon ne doivent comprendre qu'une seule chose : la force. Ils vont se battre pour leur territoire. Notre seul moyen de survie et de se battre nous aussi pour le leur prendre.

- Non mais vous avez vu combien ils sont ? S'exclama Octave. Vous êtes dingue ?!

Siena hocha la tête, comme si elle avait envisagé cette possibilité et qu'elle la trouvait tout à fait raisonnable. Mais de toute façon, ils n'eurent d'autre option que de se défendre quand les Pokemon passèrent à l'attaque. Siena appela en plus le reste de ses Pokemon, à savoir Pharamp, Hariyama et Tentacruel et une bataille rangée s'en suivit.

Octave se contenta d'ordonner attaque sur attaque à ses Pokemon quand les ennemis arrivaient, mais il se rendit vite compte que cette stratégie allait vite tomber à l'eau sous le nombre de plus en plus croissant de ses adversaires. Siena, elle, avait monté une véritable stratégie en combinant différentes attaques comme le Pistolet à O de Tentacruel combiné au Laser glace de Givrali pour le rendre plus puissant, ou encore en combinant l'attaque Cyclone d'Hariyama à l'attaque Tonnerre de Pharamp qui provoqua une espèce de tornade orageuse qui balayait les rangs adverses.

- Givrali, recule de deux mètres et attaque Ball-Ombre à 80 degrés en hauteur, disait-elle. Pharamp, attaque Rayon Gemme sur Ball-Ombre puis Spore Coton sur l'ennemi. Hariyama, sers-toi de la Ball-Ombre comme d'une balle et renvoie là sur tes ennemis. Tentacruel, défends les flans avec Pistolet à O sans t'arrêter !

Octave pouvait apprécier dans toute sa splendeur des tactiques de haut vol qu'il n'aurait jamais réussi à mettre en œuvre, même en étant dresseur depuis dix ans. Les talents de dresseur de Siena combinés à ceux de tacticienne militaire étaient quelque chose d'impressionnant.

- Je crois que vous feriez mieux de commander à mes Pokemon à ma place pour ce combat, lui dit Octave, non sans une petite touche de honte. Vous tous, obéissez à Siena !

Avec les trois Pokemon d'Octave en plus, Siena parvint à mettre en œuvre un mur défensif impénétrable. Les Pokemon roches, ne comprenant pas grand-chose à la stratégie, fonçaient un à un ou à plusieurs sur leurs ennemis. Au bout d'un moment, il n'en resta plus beaucoup debout et l'énorme Rhinastoc s'approcha en mugissant.

- Il veut se rendre ? Demanda bêtement Octave.

- Je doute qu'il connaisse ce mot. Non, il a admis notre valeur de combattant et maintenant, il désire un combat un contre un. Si on le bat, on aura gagné leur territoire comme il faut.

- Génial, j'ai toujours rêvé d'un petit coin de paradis comme ces ruines... Mais vous comptez affronter ce monstre à un seul Pokemon seulement ? Vous êtes dingue !

- Si c'était la taille qui faisait les résultats des combats Pokemon, ça se saurait, rétorqua Siena en envoyant face au Rhinastoc son Hariyama.

Le Pokemon Combat de Siena était le plus gros et grand qu'elle possédait, pourtant, face à Rhinastoc, il ne payait pas de mine. Son type combat n'allait pas l'avantager, car bien que les Pokemon roches soient sensibles aux attaques combats, Rhinastoc possédait une capacité spéciale, Solide Roc, qui faisait que les dégâts super efficaces n'étaient que des dégâts normaux pour lui. A cela fallait-il ajouter sa défense monstrueuse. Octave pensait que Siena aurait été plus inspiré en envoyant contre lui son Givrali, un Pokemon plus rapide qu'Hariyama et qui, de plus, pouvait faire très mal à Rhinastoc avec ses attaques spéciales glaces que l'énorme Pokemon craignait en raison de son type Sol. Rhinastoc chargea sur Hariyama, sa corne meurtrière devant. Hariyama parvint à le stopper à bout de bras en reculant quelque peu toutefois. Dès lors, les deux Pokemon se livrèrent à un duel de force qui sembla durer aux yeux d'Octave bien dix minutes. Mais Hariyama commençait à faiblir. Siena intervint :

- Hariyama, attaque Frappe Atlas !

À la grande stupéfaction d'Octave - et aussi de Rhinastoc - Hariyama parvint à soulever carrément l'énorme Pokemon de roche puis à sauter ensuite, son ennemi toujours dans ses bras. Ils retombèrent, Rhinastoc devant. Cela ne semblait pas beaucoup l'affecter, car il se releva immédiatement, mais Hariyama, sous ordre de Siena, contre-attaqua immédiatement avec Coup-Croix. Rhinastoc fut sonné, mais répliqua avec une attaque Marto-Poing. Coup-Croix était l'une des meilleures attaques combat, si ce n'était la meilleure. Rhinastoc allait poser des problèmes.

Mais la résistance physique d'Hariyama était elle aussi impressionnante. Le Pokemon combat ne fut que peu perturbé par l'attaque Marto-Poing de Rhinastoc, pourtant dévastatrice. Il se relança dans un duel de force contre son adversaire, à la fin duquel Siena ordonna une nouvelle fois l'attaque Frappe Atlas. Elle comptait sans doute avoir Rhinastoc à l'usure. Mais cette fois, le Pokemon Roche ne s'écrasa pas par terre comme la fois précédente et utilisa son bras sur le sol pour stopper sa chute. D'un immense coup de tête, il se libéra de l'emprise d'Hariyama. Puis ensuite, alors qu'Hariyama était toujours projeté dans les airs, Rhinastoc prit une position que Siena et Octave connaissait : l'attaque Empal'korne qui, si elle était lancée avec succès, se soldait généralement par la fin du combat. Mais Siena ne fut pas inquiétée. Alors que Rhinastoc chargeait sur Hariyama avec son attaque meurtrière, elle dit calmement :

- Abri, Hariyama.

Un très léger mur transparent se dressa entre Hariyama et Rhinastoc au moment où ce dernier s'apprêtait à transpercer son ennemi de sa longue corne. Rhinastoc fut renvoyé au sol sans qu'Hariyama ne soit touché. Une belle ouverture se créa pour contre-attaquer, que Siena ne laissa pas passer.

- Poing-glace !

Le choc de l'attaque, alourdi par la chute d'Hariyama sur Rhinastoc, fut terrible, d'autant plus que Rhinastoc craignait la glace. Le Pokemon Roche ne parvint pas à se relever. La victoire était à Hariyama. Reconnaissant leur défaite, les Pokemon roches reculèrent, la tête baissée devant les humains en signe d'humilité. Mais ils semblaient tristes et abattus.

- Ne vous inquiétez pas, leur dit Siena. On a aucune envie de vous prendre votre territoire. On ne fait que passer.

Mais les Pokemon ne comprirent pas ses paroles, n'ayant jamais eu à affaire à des humains ou à leur langage. Octave eut une idée.

- Mémorios peut nous aider pour communiquer, dit-il. Son talent spécial est de faire revivre ses plus mauvais souvenirs à son adversaire, mais il peut manipuler et projeter des pensées aux autres.

Octave expliqua à son Pokemon noir et blanc ce qu'ils voulaient dire aux Pokemon roches. Siena trouvait que Mémorios avait une mauvaise mine, comme s'il était malade, ou bizarrement, triste. Hochant la tête comme s'il avait compris, les yeux bleus de Mémorios brillèrent et tous les Pokemon roches eurent le regard lointain, comme s'ils contemplaient un spectacle invisible. Après, leurs visages furent plus joyeux, plus soulagés. Rhinastoc se leva et regarda à son tour Mémorios. Puis le Pokemon d'Octave se tourna vers son dresseur et Siena.

- Il veut nous faire partager une pensée de Rhinastoc, expliqua Octave.

En effet, Octave et Siena furent submergés par des images et des émotions qui n'étaient pas les leurs. Ils virent Rhinastoc et ses amis Pokemon roches qui vivaient tranquilles et en paix dans une vaste cité abandonnée sous terre. L'ancienne Duttelia, comprit Octave. Mais alors, un Pokemon inconnu, à la haute silhouette sombre et aux pouvoirs terrifiants, les avait envahi, avait défié Rhinastoc en duel et avait pris possession de l'ancienne cité juste pour lui, et avait chassé tous les autres. Depuis, les Pokemon roches de Rhinastoc vivaient dans ces ruines, songeant avec tristesse à leur ancienne demeure qu'ils voulaient à tout prix récupérer. La vision prit fin et Siena, songeuse, se tourna vers Octave.

- J'ai vu une ville abandonnée, éclairée par le soleil. Ça veut dire qu'on peut rejoindre la surface à partir de là ?

- Sans doute. C'est l'ancienne Duttelia, qu'on a abandonnée il y a deux siècles. Un gros éboulement lui a fait tomber la montagne dessus, mais elle doit être encore bien conservée. Mais euh... que faites-vous du Pokemon mystérieux qui en a pris possession ?

- On va le battre et rendre leur maison à nos nouveaux amis avant de partir, dit Siena avec conviction.

Les Pokemon roches furent enthousiasmés après l'envoi de pensée de Mémorios concernant le plan de Siena et tous suivirent la jeune humaine qui prit leur tête comme un général menant ses troupes. Seul Octave secoua la tête, dépité, apparemment toujours convaincu que sa compagne d'infortune était bel et bien dingue.