Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Chroniques des Donjons Mystère, Tome I : Timeout de Sanaito



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Sanaito - Voir le profil
» Créé le 24/08/2010 à 00:39
» Dernière mise à jour le 11/06/2015 à 18:41

» Mots-clés :   Aventure   Drame   Présence de personnages du jeu vidéo   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
[S1] Chapitre I : Voler de ses propres ailes
Theme Song S1 : Vocaloid [Gumi] - Suicide game


Cher Journal... Ouais, un peu banal comme début. Bref, avant toi je ne te cache pas qu'il y a eu beaucoup d'autres journaux intimes commencés, puis abandonnés. Pourtant je réessaie encore une fois ! Qui sait, j'aurai peut-être des chose intéressantes à raconter désormais.

Il faut que je fasse quelque chose de ma vie. Que je prenne les rennes et que j'avance par moi-même, que je me forge un avenir, que je sois maître de mon destin ! Cette première page signe le commencement de cette résolution. Je me sens forte, prête à tout affronter, libre de toutes contrain



___Rosélia, petit-déjeuner !

___Oui maman...


_____Rosélia finit sa phrase et referma à regret son petit journal intime, dont la couverture rigide était recouverte d'un beau tissu brun, sur lequel était brodé un motif en forme de feuille d'érable. Elle écrivait dedans pour la première fois. Habituellement, elle en commence un mais l'abandonne ou le perd.


_____« Cette fois-ci, il faut que je le remplisse, ce journal. À mon âge tout de même, je dois être capable de tenir mes engagements ! », se dit-elle.


_____Elle le déposa dans son coffre de rangement et s'apprêtait à sortir lorsqu'elle passa devant son miroir. Elle ne put s'empêcher de se regarder, d'inspecter le moindre détail.

_____Tout d'abord, elle s'assura que la grande feuille qui lui recouvre la poitrine et les jambes n'était pas froissée, car la pointe a tendance à traîner par terre lorsqu'elle se penche.

_____Elle fit de même pour celles de ses épaules, plus petites et plus fragiles, puis retira les pétales fanés des roses au bout de ses bras, protégeant ses lianes et cachant ses mains, dont elle ne se sert que très peu, seulement en hiver, quand ses fleurs se dépouillent et les dévoilent.

_____Quand vint le moment de s'occuper du visage, elle ne put s'empêcher de faire une grimace.


_______Argh, j'ai une de ces têtes, il faut que j'arrange ça ! s'exclama-t-elle, recoiffant avec soin les deux mèches vert marin retombant devant son visage rayonnant.

_______Bon, Rosélia, nous feras-tu l'honneur de ta présence un jour ? s'impatienta son père.

_______Ça va, du calme, j'arrive... répondit-elle d'un ton las.


_____Elle les rejoignit et s'assit lourdement sur un des mini-bancs de la table de la cuisine, l'une des pièces les plus agréables, avec ses couleurs relaxantes et sa lumière tamisée.

_____Elle leva les yeux vers la porte d'entrée au plafond, et la verrouilla avant de s'affaler de nouveau sur la table. Sa maison n'étant pas très grande – creusée par des ouvriers Minotaupe sous les racines d'un vieux pommier –, il suffisait que quelqu'un ouvre cette porte pour qu'elle se prenne l'échelle de cordes dans la tête lors de sa chute. C'est pour cela qu'il valait mieux la fermer à clé pendant les repas.

_____Accolé à la cuisine, le salon, avec juste la place pour y mettre une étagère en rondins chargée de livres de botanique et un canapé. Mais malgré sa taille réduite, c'était tout de même un lieu reposant, où flottait une odeur spécifique aux Rozbouton et à ses évolutions. Il s'agissait d'un parfum enivrant diffusé par l'Encens Fleur.

_____Coincée entre une racine apparente et le divan, l'étroite échelle de chêne menant à l'étage inférieur, là où se trouvait la jeune fille précédemment. La première pièce à droite, la chambre des parents, très simpliste, sans rien de superflu, et celle de gauche, la sienne, de loin la plus inédite et la plus soignée de toute la maison.

_____Elle est assez petite, il y a à peine la place pour y mettre un lit de feuilles mortes, une armoire, son coffre et son miroir, placé de façon stratégique à côté de la porte, pour qu'elle n'oublie pas de se rendre présentable le matin, comme pour aujourd'hui, par exemple. Elle avait tout décoré à sa façon, sa famille lui en avait laissé le droit. Par conséquent, tout ici reflétait son imagination, d'où l'originalité.

_____Le plafond était parcouru d'étranges lierres d'un orange sanguin, débordant un peu sur les murs où grimpaient des impatients d'Himalaya, prêts à fleurir, ainsi que des roses flavescentes, aux reflets d'or, très épanouies, dont quelques pétales se détachaient parfois pour se poser en douceur sur le sol.

_____Celui-ci était en parquet, mais parfois, des planches avaient été arrachées, remplacées par de la terre meuble et fertile, où poussaient des champignons divers et variés, parfois assez solides et larges pour servir de tabourets. Celui devant son bureau était le plus gros de tous, et ressemblait beaucoup à un Trompignon – sans en être un pour autant, elle avait vérifié.

_____Toute la pièce se parait des couleurs de l'automne, la saison préférée de l'adolescente. Grâce à ses dons naturels, elle est capable d'apporter à toutes ses fleurs les nutriments dont elles ont besoin pour vivre, malgré l'absence de soleil.


_______Alors, que faisais-tu pour avoir mis autant de temps à venir manger ? C'est pour le premier jour des vacances que tu traînes ? s'enquit son père, un Cacturne aux yeux durs, intimidants.

_______J'écrivais mon journal, si tu veux savoir, répliqua-t-elle, sortant de ses pensées.

_______Combien en as-tu commencé, déjà ?... Au moins une vingtaine, commenta sa mère, une Roserade svelte et gracieuse, en amenant le pot de miel sur la table.

_______Mais cette fois, c'est différent, assura Rosélia. Je me suis rendu compte que si je cessais vite de l'écrire, c'est parce que ma façon de rédiger était trop basique, du genre "Aujourd'hui, j'ai fait ceci, cela, etc....", alors que maintenant, je vais l'écrire en prenant du recul, en soumettant mon point de vue. Je pense que ce sera plus amusant comme ça.

_______C'est bien ! On pourra t'aider, si tu veux ! proposa le Pokémon Ténèbres.

_______Papa, journal intime, ça signifie que personne ne peut lire mes aventures à part moi ! soupira la jeune fille. Bien sûr, pour que j'aie des choses intéressantes à raconter, il faudrait que vous me laissiez partir en exploration.


_____Un silence de mauvaise augure vint glacer la conversation qui pourtant semblait tout à fait banale.


_______Pas question ! hurla-t-il, renversant son café, et faisant sursauter sa femme. On en a déjà discuté avec toi, ta mère et moi, et on est tombés d'accord sur le fait que tu ne partiras pas avant ta majorité !

_______Mais je suis assez grande ! Et nous avons déjà monté notre équipe, Momartik, Roucoups et moi ! Il ne nous reste plus qu'à nous inscrire à la Guilde de Grodoudou ! renchérit-elle, soutenant tant bien que mal son regard.

_______Je t'ai dit non ! Avec le dérèglement du temps, les Donjons sont trop dangereux ! Tes amis attendront avant de t'emmener avec eux, fin de discussion !

_______Je vous déteste ! lança-t-elle spontanément, au bord des larmes.


_____Rosélia se leva brusquement, en repoussant violemment son siège qui tomba à la renverse. Elle descendit à l'échelle en sautant la moitié des barreaux et s'enferma dans sa chambre en claquant la porte. De rage, elle pulvérisa son armoire à grands coups de Fouet Lianes. Mal lui en prit, car les copeaux de bois volèrent en tous sens et manquèrent de la blesser.

_____Abattue, elle se jeta sur son lit et, la tête dans les feuilles, étouffa ses sanglots. Elle rêvait de partir. Elle en avait toujours éprouvé le besoin. Découvrir de nouveaux horizons, des contrées lointaines, ressentir la fierté d'avoir accompli un exploit en franchissant un obstacle difficile.

_____Elle s'en sentait capable, même si ses parents essaient de la persuader du contraire. Et puis, pourquoi sa sœur aînée avait eu le droit de s'en aller à quatorze ans, et pas elle ? Elle n'est pourtant pas d'un niveau inférieur ! Elle sait qu'elle est forte, qu'elle a du talent, comme sa frangine Roserade. Elle voulait faire ses preuves, se tester, trouver ses limites.


_______Tu aurais pu le lui dire calmement ! critiquait sa mère dans la cuisine.

_______Mais il faut sans cesse le lui répéter ! tonna son père.

_______C'est normal à son âge, qu'elle veuille devenir autonome ! ajouta-t-elle. Et ce n'est pas en lui hurlant dessus qu'elle comprendra plus facilement, au contraire ! Elle croira que tu cries parce que tu n'as pas d'arguments convaincants pour la retenir, et ça la vexera !


_____Rosélia, qui avait tout entendu, éprouva un fort sentiment de gratitude envers sa mère, mais aussi une grande tristesse. Car elle venait de faire un choix pénible, mais important. Et il n'était plus question de revenir dessus.


_______J'espère que tu me pardonneras pour ce que je vais faire, maman, murmura-t-elle, la voix encore tremblante à cause de ses pleurs.


_____Elle prit un sac dans lequel elle mit un petit miroir, tout son argent, quelques baies, son journal et sa précieuse Pierre Éclat, pour le jour où elle évoluera, quand le temps se remettra en marche normalement et que la Source Lumineuse retrouvera ses pouvoirs.

_____Cependant, elle n'est pas impatiente de changer de forme, bien que sa petite taille lui fait souvent défaut. En plus de démontrer sa force et son endurance, elle tient à prouver que l'on peut faire d'une soi-disant faiblesse un atout majeur, que ce soit au combat ou dans la vie quotidienne. Forcer l'admiration en étant indépendante et pleine de fougue.

_____Elle noua un Ruban Ardeur autour de son cou, quitta discrètement sa chambre pour aller dans celle de ses géniteurs. Normalement il lui est interdit de s'y rendre, cependant elle sait très bien qu'en cas de problème dans la maison, il y a une sortie de secours facilement accessible dans cette pièce, creusée dans le mur et remontant à la surface. Elle retira le panneau de bois qui la bouche et s'engouffra dans le tunnel.

_____Elle se retrouva au milieu d'un bosquet cachant l'issue, à plusieurs mètres de l'entrée principale. Cependant elle pouvait encore apercevoir leur pommier, majestueux, contemplant ses branches qui se dépouillaient de leurs feuilles, écoutant celles qui craquaient sous ses pas.

_____Tout ceci appartiendrait bientôt au passé, car elle n'avait plus l'intention de rester deux ans de plus cloîtrée dans sa chambre, à se morfondre, à se languir du jour où, sa majorité atteinte, elle pourrait enfin partir à la découverte du monde.

_____Elle savait que cette décision qu'avaient prise ses parents n'était pas pour la punir ou pour l'emprisonner, mais dans l'unique but de la préserver des souffrances extérieures. Seulement, c'en était presque étouffant, d'être choyée, surprotégée.


_____« Il faut que j'arrête de ressasser, je dois me concentrer sur mon présent et mon avenir dans l'exploration », pensa-t-elle en secouant la tête.


_____Elle s'aida de ses lianes pour grimper dans l'arbre n'ayant jamais été taillé. Malgré son âge avancé, il donnait toujours d'aussi beaux fruits que dans sa jeunesse.

_____L'épicarpe de ses pommes semblait avoir été poli tant le soleil levant les faisaient reluire, mettant en valeur leurs reflets dorés. Elle en cueillit deux, les rangea dans sa besace, en attrapa une autre dans laquelle elle croqua goulûment, calmant les plaintes de son estomac, puisqu'elle était sortie de table sans manger.

_____Rassasiée, elle regarda une dernière fois la demeure de son enfance, ce trou au cœur des racines, cette maison souterraine chaleureuse. Elle allait délaisser tant de si bons souvenirs d'enfance en fuguant, elle qui souhaite tellement voler de ses propres ailes...

_____Elle refoula les larmes qui refaisaient surface. Elle ne prenait aucun plaisir à fuir comme cela. Mais c'était indispensable, pour ses projets, ses ambitions démesurées. Elle se promit de revenir le jour où elle serait connue et respectée de tous, comme sa chère sœur qu'elle n'avait jamais rencontrée, en fin de compte, car elle était partie avant sa naissance.

_____Elle respira un grand coup, humant pour la dernière fois la douce odeur de sève flottant dans l'air, et s'enfonça dans la Forêt de l'Oubli, courant avec espoir chercher ses amis Momartik et Roucoups.