Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Une leçon de vie de MissDibule



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : MissDibule - Voir le profil
» Créé le 30/10/2017 à 04:55
» Dernière mise à jour le 23/11/2017 à 20:51

» Mots-clés :   Alola   Présence de personnages du jeu vidéo   Slice of life   Unys

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 7 : Des vertes et des pas mûres
Ludvina aidait prudemment ses élèves à descendre de la passerelle du bateau. Exceptionnellement, le capitaine avait accepté de les débarquer sur la route 8, près d’un petit motel, et non à l’embarcadère d’Akala. Ainsi, ils se trouvaient tout près de leur destination : la Jungle Sombrefeuille. Il était deux heures de l’après-midi, et le jour de la sortie était enfin arrivé. La jeune femme était aussi enthousiaste qu’inquiète. Elle aurait été bien plus sereine si la directrice ne lui avait pas donné toute une liste de recommandations peu engageantes. Enfin, Ludvina savait que Severa Kaena ne la portait pas dans son cœur, et elle la soupçonnait de lui avoir donné toutes ces contraintes uniquement dans le but de l’angoisser.

Elle cessa de penser à la directrice et se reconcentra sur ses élèves : ils étaient enfin tous descendus de la passerelle. Elle s’enquit de l’état de Nuha, qui avait été malade durant la traversée. La fillette faisait la fière, mais elle n’en menait pas large. « Enfin, ça ira mieux maintenant qu’elle a mis pied à terre, je pense. Du moins, j’espère. », songea la professeure en rajustant sa casquette. En effet, pour la sortie, elle avait décidé de remettre sa tenue d’antan : short en jean, t-shirt blanc, veston noir, baskets, et bien sûr, casquette ! En la voyant de nouveau habillée ainsi, la directrice n’avait fait aucun commentaire, mais lui avait jeté un regard dédaigneux qui signifiait sans aucun doute : « Au moins comme ça, vous ne salirez pas vos autres vêtements...».

Habillée ainsi, Ludvina White ressemblait plus à une monitrice de colonie de vacances qu’à une professeure en sortie avec ses élèves. Mais cela lui importait peu. Elle avait privilégié le confort à l’esthétique, ce qui était préférable pour une sortie en extérieur. Après avoir remercié le capitaine du bateau –celui-ci reviendrait les chercher dans trois heures- la jeune institutrice s’adressa à ses élèves :
- Bien ! Nous sommes à présent sur l’île d’Akala, ici, expliqua-t-elle en désignant l’île sur la carte d’Alola que lui avait fournie la directrice.
Sa supérieure lui avait fourni deux cartes : une d’Alola et une autre de la Jungle Sombrefeuille, où elle avait tracé l’itinéraire qu’elle souhaitait que la classe D emprunte durant sa sortie.

Ludvina se sentait légèrement bridée de ne pas pouvoir faire comme elle le voulait, mais c’était devenu une habitude avec la directrice. La professeure soupira : mieux valait ne pas désobéir à la psychorigide Severa Kaena une fois de plus. Elle avait retenu la leçon durant ces deux derniers mois.
- Nous allons maintenant nous diriger vers la Jungle Sombrefeuille, qui abrite énormément de plantes aux vertus médicinales. Une fois que nous serons devant, je vous demanderai de m’écouter bien attentivement avant d’entrer à l’intérieur. C’est compris ?
- Oui ! répondirent en chœur ses huit élèves.
- Parfait ! Alors en route, mauvaise troupe !

Le petit groupe marcha à peine quelques minutes pour atteindre l’entrée de la jungle, délimitée par les deux totems colorés du Tour des îles. Désormais bien renseignée sur les rites et coutumes d’Alola, Ludvina sourit en pensant que ses élèves reviendraient sans doute ici l’année prochaine lorsqu’ils effectueraient leur propre Tour des îles.
- Maintenant les enfants, j’aimerais que vous sortiez tous vos Pokémon de leurs Poké Balls, s’il vous plaît. La Jungle Sombrefeuille n’est pas un endroit sans danger. Vous devez donc être en permanence accompagnés de vos Pokémon, pour qu’ils puissent vous protéger en cas de problème.
Les enfants s’exécutèrent, et bientôt une horde de Pokémon hétéroclites fut libérée de leurs balles dans un éclair blanc.

Comme Mahina et Ao n’avaient toujours pas de Pokémon, Ludvina leur prêta les siens. Elle confia Malika, sa Lakmécygne, à Mahina et Stormy, son Zéblitz, à Ao. Ses élèves étaient désormais parés. La jeune femme s’apprêtait à leur faire une ultime recommandation, mais Laka ne lui en laissa pas l’occasion :
- Oh, regardez, Maîtresse ! Demain, il y aura la “Parade des Guérilande“ ! s’exclama-t-elle, enthousiasmée.
Ludvina suivit du regard ce que son élève lui désignait du doigt : un grand panneau de bois où était collée une affiche colorée représentant un Guérilande. Le texte de l’affiche indiquait effectivement que la “Parade des Guérilande“ aurait lieu le lendemain.

Intriguée, elle demanda à Laka si elle en savait plus au sujet de cet événement.
- La “Parade des Guérilande“ ? C’est une super fête, qui se déroule tous les ans ! Le même jour chaque année, les Guérilande viennent offrir des colliers de fleurs aux humains. Mon papa m’a raconté que c’est comme ça qu’il a attrapé Guérila.
- Mais ils viennent d’eux-mêmes ? s’étonna sa professeure.
Cela lui semblait difficile à croire que les Pokémon viennent d’eux-mêmes se présenter aux humains, chaque année le même jour de surcroît.
- Euh ça je sais pas… avoua Laka, confuse.

Elle n’y avait visiblement jamais réfléchi.
- En tout cas, c’est très intéressant, affirma Ludvina. Bon, les enfants, il est temps d’entrer dans la jungle !
Sans plus de discours, le petit groupe pénétra alors dans la Jungle Sombrefeuille. En effet, Ludvina, perturbée par l’intervention de Laka à propos de la “Parade des Guérilande“, avait oublié de préciser à ses élèves de ne s’éloigner d’elle sous aucun prétexte…

***
Cela faisait environ une demi-heure que Pokémon et humains cheminaient côte à côte dans la luxuriante Jungle Sombrefeuille. La pénombre offerte par les immenses arbres aux feuilles vert foncé -qui donnaient son nom à la forêt- était la bienvenue. Ainsi, le petit groupe pouvait découvrir la faune et la flore de la jungle en toute tranquillité. Ludvina s’arrêtait régulièrement pour parler de telle ou telle plante à ses élèves. Ils lui prêtaient tous plus ou moins attention : Akamai griffonnait dans son carnet à la vitesse de l’éclair, Nani humait les fleurs environnantes, Nele jouait avec son Caninos et Iki faisait de son mieux pour noter l’essentiel pendant que Nuha lui jetait des graines miracle au visage, dans le dos de leur professeure. Mahina et Ao, eux, se contentaient d’écouter sagement.

Quant à Laka… Alors que son institutrice présentait un plant d’Herbes Rappel au reste de ses camarades, la Guérilande de la jeune fille s’écarta soudainement du chemin, visiblement attirée par quelque chose.
- Guérila ? Où vas-tu ? Attends-moi ! s’écria Laka, paniquée de voir son Pokémon s’éloigner.
La jeune fille aux cheveux platine se lança alors à la poursuite de son amie en forme de collier de fleurs à travers les fourrés.
Pendant ce temps, le reste du groupe progressait sur le chemin principal, et venait de s’arrêter au pied d’un immense chêne pour observer une Grosse Racine.
- Pff… Une plante qui ressemble à un Octillery desséché, génial… Qu’est-ce qu’on s’ennuie, tu trouves pas, Laka ? se plaignit Nani.

Ne recevant pas de réponse, la fillette aux yeux azurés regarda tout autour d’elle et constata la disparition de son amie :
- M-maîtresse ! hurla-t-elle.
- Nani ? Qu’est-ce qu’il y a ? demanda sa professeure qui cueillait un bout de la Grosse Racine pour le montrer à ses élèves.
- Laka a disparu !!
- Quoi ? Oh, par Arceus, non !! s’exclama Ludvina en se redressant soudainement, catastrophée.
La panique s’empara soudainement du groupe d’enfants et de leur institutrice. Même le placide Akamai semblait inquiet.

Ludvina réfléchit à toute vitesse : bon sang, que faire ? Elle devait retrouver Laka, et vite ! Mais elle ne pouvait pas laisser ses élèves tout seuls ! Et pourtant, il le fallait.
- Écoutez, les enfants. Je vais aller chercher Laka. Personne ne bouge d’ici pendant ce temps-là ! Je ne tiens pas à ce que vous vous perdiez aussi. Je vous promets de vite revenir, d’accord ?
L’air inquiet, ses élèves hochèrent néanmoins la tête, tandis que leur maîtresse faisait demi-tour pour aller chercher leur camarade.
- Pas question que je reste là alors que Laka est peut-être en danger ! Je la connais mieux que quiconque. C’est moi qui vais la retrouver ! s’écria Nani d’une voix angoissée, dès que Ludvina fut partie.

Déterminée, la fillette tourna les talons, suivie par sa Goupix blanche, Neige.
- Attends, Nani.
Surprise, la jolie blonde se retourna. Elle ne s’attendait pas vraiment à ce qu’on la retienne. Au fond, elle savait que son caractère avait tendance à agacer, voire même irriter les gens. Jusqu’à cet instant, elle aurait juré que tous ses camarades la détestaient, à l’exception de Laka, son unique amie. C’était Akamai qui avait parlé :
- C’est dangereux de partir seule. Laisse-moi t’accompagner, lui proposa-t-il en rajustant ses lunettes.

Hein ? Était-ce vraiment Akamai qui venait de dire ça ? Décidément, elle allait de surprise en surprise
- Quoi ? Tu veux dire que tu ne vas m’empêcher d’y aller ? demanda-t-elle avec méfiance.
- Non. Je comprends que tu sois inquiète pour Laka.
- Oh… Dans ce cas… M-merci, Akamai, répondit-elle, gênée.
Elle prononçait si rarement ce mot… Mais ce n’était le moment de faire la pimbêche.
- Nani, je… Je viens avec toi aussi, intervint à son tour le jeune Iki. J’ai peur, mais… Je m’inquiète pour Laka. Elle doit avoir encore plus peur que moi, à l’heure qu’il est.
Nani et Akamai hochèrent la tête : il n’y avait pas temps à perdre.

Nuha, qui entretemps s’était nonchalamment étendue dans l’herbe, ajouta :
- Ouais, ouais. Nous on reste là au cas où la prof revienne.
- D’accord, on va essayer de faire vite ! affirma Nani.
- Bon courage… fit Nele, l’air sincèrement inquiet.
Mahina et Ao, quant à eux, se contentèrent de jeter un regard compatissant au trio qui s’aventurait déjà dans les buissons, à la recherche de leur camarade.

*
Quelques minutes plus tôt…

Ludvina nageait en plein cauchemar, c’était la seule explication… Elle venait de quitter ses élèves pour partir à la recherche de Laka. Malgré l’air assuré qu’elle avait pris afin de ne pas plus paniquer ces pauvres enfants, elle était elle-même complètement affolée. Elle progressait à vive allure dans la Jungle, animée par l’énergie du désespoir. Il fallait absolument qu’elle retrouve la petite Laka. Elle contourna agilement un gigantesque palmier, quand soudain sa tête reçut un terrible choc. La dernière chose que vit Ludvina White fut un épais voile noir recouvrant ses yeux.

*
Laka était à la fois fascinée et vaguement inquiète. Guérila l’avait amenée dans une jolie clairière où trônait un gigantesque hêtre, dont le tronc était badigeonné d’une enivrante substance rose. Autour de l’arbre, des dizaines de Guérilande s’agitaient. Les Pokémon Tressefleur semblaient comme attirés par cette sève gluante. Bien malgré elle, Laka avait découvert le secret qui se cachait derrière la “Parade des Guérilande“ : les Pokémon venaient voir les humains et leur offraient des colliers de fleurs en remerciement de cet élixir sucré.

Le spectacle de ces Pokémon flottant autour de l’arbre touffu était absolument magnifique, mais Laka n’était pas sereine : elle s’était éloignée de sa classe, et elle commençait à avoir peur.
- Guérila… Il faut absolument qu’on rejoigne le groupe !
- Guériii ? fit la petite créature sans comprendre.
Laka hésitait à partir chercher de l’aide… Mais seule dans la jungle sans son Pokémon, elle pourrait courir un grand danger…
- Oh… J’ai peur… frissonna la petite métisse en se recroquevillant sur elle-même au milieu des Pokémon Fée qui virevoltaient.

Elle voulut crier… Quand soudain elle crut entendre des voix. Elle tendit l’oreille : mais oui ! Il y avait bel et bien des voix. Des voix qui l’appelaient, elle, Laka :
- Laka !! Es-tu là ?
- Réponds-nous !!
- Laka ?
La jeune fille reconnut les voix de ses trois camarades Akamai, Nani et Iki.
- Je suis là !! hurla-t-elle en retour.
Bientôt elle fut rejointe par ses trois amis. Qu’est-ce qu’elle était heureuse de les revoir !

Nani se précipita dans ses bras. Laka ne l’avait jamais vue ainsi. Elle avait eu très peur pour son amie :
- Oh, Laka, idiote !! Ne me refais plus jamais ça !
- Je suis désolée, Nani… Mais ne t’en fais, je vais bien…
Les enfants étaient soulagés d’avoir retrouvé leur camarade. Ces retrouvailles touchantes achevées, Iki s’extasia devant les Guérilande :
- Quel spectacle grandiose…
- Oui, c’est magnifique, hein ? fit Laka.
- En effet, Laka. Mais il faut se dépêcher de rentrer, notre professeure est toujours en train de te chercher ! leur rappela Akamai.

Nani tapota doucement l’épaule de son camarade :
- Euh, Akamai ? Je crois qu’on a un plus gros problème…
- De quoi parles-tu ?
Elle désigna un buisson juste derrière le jeune garçon aux cheveux foncés. Un buisson duquel venait de surgir un Pokémon ressemblant à une effrayante araignée jaune qui s’avançait vers eux d’un air menaçant. Son sifflement strident provoqua un cri d’effroi collectif :
- AAAAH !!!
- Mais c’est quoi ce truc ?! hurla Laka, en proie à la panique.
- Je… Je ne sais pas, mais il a l’air d’être de Type Insecte !! cria Akamai.
- Mais on s’en fiche de ça !! brailla Nani.

Le Mygavolt se dirigea vers Iki, dont le teint blême indiquait qu’il n’allait pas tarder à tourner de l’œil. L’araignée s’apprêtait à sauter sur le jeune garçon quand soudain celui-ci fut balayé par une gerbe de flammes. Les jeunes enfants se tournèrent vers l’origine du feu : un Caninos très fier, accompagné d’un dresseur tout aussi fier, d’une fillette rondouillarde et d’une Snubbull au regard mauvais.
- Nele !! s’exclama Nani, ravie.
- Merci… murmura Iki.
- De rien, mon pote ! Remercie Akamai et notre super prof aussi, sans qui je ne me serais jamais souvenu que le Type Insecte était faible face au Feu !

Akamai s’étonna :
- Vous n’étiez pas restés au plant de Grosse Racine ?
- Si, mais Nuha s’inquiétait trop, et moi aussi, alors on vous a suivis.
- C’est même pas vrai, d’ab… commença Nuha.
Mais Nani la coupa :
- Euh, je ne veux pas vous interrompre, mais le Pokémon revient à la charge ! Neige, utilise Laser Gl… voulut ordonner la jeune fille à son Pokémon.
- Non attends, Nani ! Souviens-toi de ce que la maîtresse avait dit sur les Guérilande ! On peut s’en sortir grâce à eux ! Guérilande, aidez-nous, je vous en prie !! les implora Laka.

Suite à ces paroles, les Guérilande se rassemblèrent tous, puis, menés par Guérila, décrochèrent tous l’une de leurs fleurs et l’envoyèrent sur le Mygavolt, qui tomba à terre, perdant brusquement toute combativité.
- Bravo Laka ! la félicitèrent ses camarades.
- Félicitez plutôt les Guérilande !
- Euh, les gars, faudrait peut-être y aller avant que la bête sorte des vapes, nan ? suggéra Nele.
- Excellente idée, Nele ! Barrons-nous d’ici ! s’écria Nuha.

Les six camarades et leurs Pokémon rebroussèrent alors chemin en courant, le cœur léger suite à leur victoire, plus unis que jamais. Ils ignoraient alors la situation délicate dans laquelle se trouvait leur institutrice…

**
Au même moment, dans le bureau de la direction de l’École des Dresseurs d’Alola

La directrice Severa Kaena contemplait la vue qui s’offrait à elle, depuis son fauteuil capitonné de rouge, tout en caressant sa magnifique Léopardus au pelage bordeaux :
- Ne t’en fais pas, Carmina, nous serons bientôt vengées, déclara-t-elle avec un indéchiffrable sourire.