Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 08/10/2017 à 08:46
» Dernière mise à jour le 08/10/2017 à 08:46

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 332 : Rencontres au mess
Galatea détestait les ambiances lourdes et maussades, et sa nature profonde d’éternelle optimiste la forçait à détendre l’atmosphère avec des blagues ou des sourires. Pourtant, actuellement, même elle aurait été incapable de détendre quoi que ce soit. Difficile de paraître enjouée après ce qu’il s’était passé. L’enlèvement d’Erend avait porté un rude coup dans le moral de la Confédération, et on ignorait si cette dernière allait s’en relever. Et surtout, Galatea s’inquiétait pour son neveu Julian, de retour entre les mains maléfiques de sa mère. En un an, Galatea s’était beaucoup attachée à ce bambin, qui semblait être la gentillesse et la douceur incarnée. De songer à ce que Venamia allait lui forcer de faire lui comprimait tellement l’estomac qu’elle n’aurait pu rien avaler ensuite.

Pourtant, c’était bien au mess de la base qu’elle se trouvait, à pousser son plateau repas en choisissant les plats. Elle n’avait rien mangé depuis l’attaque d’il y a trois jours, et bien qu’elle n’avait aucune envie d’aller s’asseoir avec tous ces soldats maussades, elle se disait qu’elle ne serait utile à rien à la Confédération si elle n’avait rien dans l’estomac. Plus que jamais, Eryl et les autres dirigeants comptaient sur elle, leur seul Mélénis restant. Galatea se serait bien passée de cette pression supplémentaire, mais elle était habituée. Elle était membre de la X-Squad, même si ça ne voulait plus dire grand-chose aujourd’hui.

Les autres se trouvaient plus ou moins dans le même état, si ce n’est qu’ils n’avaient pas à souffrir autant qu’elle de la disparition de Julian. Enfin, à part Bertsbrand bien sûr, qui essayait en vain de remonter le moral de ses troupes à grand renfort de discours swag. Zeff était juste furax de ne pas avoir pu terminer son combat contre son compatriote de la Garde Noire. Le plus impacté par tout cela était sans conteste Ithil. Bien que membre de la X-Squad, il se considérait toujours comme le garde du corps et premier serviteur de son demi-frère Erend. Son enlèvement l’avait plongé dans une catatonie permanente. Il s’accusait de tous les maux de la terre, et avait même tenté de se suicider en se faisant seppuku avec son long poignard, avant de se rendre compte que le couteau avait simplement traversé son corps immatériel de G-Man de type Spectre. Pour éviter qu’il ne recommence, Imperatus se trouvait toujours avec lui, en s’efforçant de le réconforter.

Il n’était pas le seul à se sentir coupable. Les membres de l’unité DUMBASS avaient fini par revenir de leur île où ils étaient coincés. Quand ils avaient appris l’enlèvement de leur patron alors qu’ils étaient bloqués là-bas de leur propre fait, c’était à peine s’ils n’étaient pas partis rejoindre Ithil pour trouver une façon grandiloquente de se donner la mort. Pour le coup, ce fut Eryl qui avait réussi à les remotiver, et à les prendre à son propre service. Galatea trouvait qu’elle faisait du bon boulot pour remplacer Erend, mais ignorait si ça allait tenir longtemps. En cherchant une table vide pour éviter d’avoir à parler, elle tomba sur Régis Chen, qui se trouvait justement seul à table. Si Galatea cherchait à éviter la compagnie des gens, Régis était un cas un peu à part. Elle aimait bien être avec lui, comme si son instinct lui soufflait de toujours chercher une façon de l’embêter.

- Yo, beau gosse, fit-elle en posant son plateau à côté de lui. Ça faisait un bail…

Régis avait l’air aussi morne qu’elle, mais ne lui dit pas de se trouver une autre table, ce qui était en soi une amélioration.

- Comment ça se fait que le chef des champions d’arène de Kanto et demi-frère de Madame Boss bouffe tout seul comme un sans ami ? Demanda-t-elle.

- Si des gens venaient manger avec moi uniquement parce que je suis le chef des champions d’arène ou le demi-frère d’Estelle, ce ne serait pas mes amis, mais des lèches bottes, rétorqua le jeune homme. Et toi ? Tu n’es pas avec ton merveilleux commandant Swagertsbrand ?

Galatea retint un léger sourire. Elle savait que Régis ne pouvait pas encadrer Bertsbrand depuis que ce dernier l’avait proprement humilié lors d’un combat Pokemon dans la région Bakan, devant des centaines de spectateurs. Et ça ne s’était clairement pas arrangé depuis qu’il avait appris que c’était lui qui avait récupéré Excalord, un Pokemon que n’importe quel dresseur devait espérer avoir pour lui.

- L’chef n’aime pas s’entourer de « femelles » durant son temps libre, surtout qu’il en a une à ses côtés à longueur de journée.

- Je crois qu’on peut remercier Arceus que ce mec soit allergique aux femmes. Ça nous évitera qu’il ait à se reproduire un jour, car dieu sait quel cas il aurait pu engendrer…

- Et toi ? Tu comptes perpétuer la lignée Chen un jour ? Faut pas trop attendre ; tu te fais déjà vieux, en plus de causer comme un vieux.

- Comme si la lignée Chen avait besoin de moi en particulier… répliqua Régis. Estelle m’a dit que notre vieux a eu tellement de gosses avec tellement de femmes différentes que personne n’a été capable de faire un listing complet, même lui !

- Mais la plupart ne doivent pas s’avoir que monsieur Giovanni était leur père. Quant à ceux qui savent, soit ils ignorent son nom, soit ils l’ont renié. J’en ai rencontré un une fois, un gars aux cheveux rouges qui se faisait appeler Silver.

- Ouais, je le connais, répondit Régis. C’est un pote à Leaf ; on s’est battu ensemble y’a un bail avec un autre dresseur nommé Red contre la Neo Team Rocket. J’ignorais que c’était mon demi-frère à l’époque bien sûr. Et heureusement, car étant donné le trou du cul qu’il était alors, ça ne m’aurait pas trop plu.

- En parlant de demi-frère trou du cul, il semblerait que la boss se soit en quelque sorte réconciliée avec Vilius. Il est repartit chez Venamia, mais elle a dit avoir bon espoir qu’il tente quelque chose contre elle.

Régis haussa les épaules.

- Advienne que pourra. C’est pas comme si je connaissais ce gars, à part sa coiffure qui ressemble à une glace à l’eau avec plusieurs couleurs.

Ils mangèrent un moment en silence après ça. Le silence n’était pas quelque chose dont raffolait Galatea, mais parler de famille lui avait refait songer à Julian, et des pensées noires et tristes avaient ressurgi. Régis dut s’en rendre compte, car il dit à un moment :

- Je suis désolé pour ton neveu au fait. J’aurai aimé revenir plus tôt, avec Mewtwo et les autres. Si Mewtwo avait été dans le coin dès le début, personne ne se serait trop approché de la base.

- Vous étiez au front, sans moyen de savoir ce qui se passait à Algatia, lui dit Galatea. Mais vous êtes revenus bien assez tôt. On commençait à galérer contre ces deux Démons Majeurs !

- En parlant de Démon Majeur… mates-moi un peu ça !

Régis indiqua une direction de sa fourchette. Seul à une grande table, avec pas moins d’une dizaine de plateau repas et une vingtaine de tubes de mayonnaises dispersés un peu partout, un petit garçon rondouillard était en train de se goinfrer avec passion. Tout le monde semblait l’éviter, et quand quelqu’un devait passer près de lui, il faisait un détour monstre juste pour ne pas avoir à le croiser.

- Depuis quand on autorise ces monstres à venir bouffer au mess avec nous ? S’interrogea Régis.

- C’est un allié maintenant à ce qu’on dit. Puis il n’est pas sans surveillance.

En effet, deux soldats armés encadraient la table, même si Galatea savait très bien que si Gluzebub décidait d’agir, ils ne pourraient absolument rien faire. Intriguée et curieuse, Galatea se leva, prit son plateau repas et déclara à Régis :

- Je vais aller lui dire bonjour.

- T’es pas bien ?! S’exclama Régis. Tu sais ce qu’il y a sous ce corps de môme ?!

- Mieux que toi. Je l’ai combattu à la bataille de Nenucrique il y a trois mois.

- Et tu peux faire ami-ami avec lui maintenant, sur sa seule parole qu’il veut bien nous venir en aide en échange de putains de pots de mayonnaise ?!

- La comtesse Divalina s’est portée garante de lui, lui rappela Galatea.

- Ouais, mais la comtesse n’a pas l’air de base de réfléchir comme le commun des mortels, si tu vois ce que je veux dire.

- Monsieur Wasdens aussi dit qu’on doit lui laisser sa chance, et c’est un gars raisonnable. Puis faut que je le remercie de m’avoir sauvé contre Mavarice.

Galatea marcha vers la table de Gluzebub sous les regards inquiets des personnes présentes, et Régis, avec un juron, la suivit également. Il pensait sans doute devoir la protéger, malgré ses propres réticences à s’approcher du Démon Majeur. Galatea trouva ça touchant. Devant Gluzebub qui ne l’avait nullement remarquée, trop occupé à dévorer une entrecuisse de poulet d’une seule bouchée, Galatea se racla la gorge et dit d’un ton enjoué :

- Salut, Gluzebub. Je suis Galatea. Ça te dérange que je m’assois avec toi ?

Le Pokemon à forme humaine la lorgna du regard, puis s’arrêta plus longuement sur son plateau repas.

- Ta part de gâteau, tu vas la manger ? Demanda-t-il.

- Euh… si tu la veux, je te la donne volontiers.

- Alors tu peux t’asseoir.

Galatea le fit, mais avec quand même une place d’écart entre eux. Pas parce qu’elle se méfiait particulièrement, mais parce que Gluzebub mangeait de façon si répugnante qu’il envoyait des morceaux partout. Régis rejoignit la table à son tour, mais tout au fond. Galatea attendit que Gluzebub prenne la parole, mais à chaque bouchée de finie, il mettait autre chose dans sa bouche. Elle prit donc les devants.

- Je voulais te remercier. Tu nous a sauvées, mon amie et moi, quand nous combattions Mavarice.

- Pas de quoi, fit le Pokemon la bouche pleine. J’ai jamais aimé Mavarice, de toute façon. Elle n’arrêtait pas de me voler ma nourriture.

- Euh… tu te souviens peut-être pas de moi, mais on s’est déjà croisé à Nenucrique, il y a quelque temps. Désolée si je t’ai fait mal à l’époque.

Gluzebub cessa un instant d’empoigner les aliments à sa portée pour examiner Galatea et se gratter la tête d’un air un peu bête.

- J’ai affronté beaucoup d’humains, alors je ne me souviens pas de tous. À part si je les ai mangés bien sûr. Je me rappelle toujours du goût qu’on les choses.

- Je ne suis pas humaine, je suis Mélénis.

- Ça a un goût différent de celui des humains ?

- Euh, je sais pas trop…

- Si tu me laisses te goûter, je te le dirai, proposa Gluzebub comme s’il lui faisait une grande faveur.

- C’est gentil, mais ça ira je pense, lui assura Galatea. Tu as l’air d’avoir assez à manger.

- La nourriture humaine de votre époque est fabuleuse ! Je ne me rappelle pas comment elle était avant, car ma conscience est restée prisonnière d’un Pilier de l’Innocence pendant des siècles, mais vous avez fait un bon énorme dans la gastronomie ! Et cette mayonnaise, ce condiment ultime légendaire qui se mélange avec tout… C’est plus que divin, c’est cosmique !

- Ah ouais, carrément ?

- C’est pour ça que ce serait trop dommage de tous vous détruire, ou de détruire votre mode de vie, conclut Gluzebub. Vous reviendrez cinq cent ans en arrière niveau nourriture. Au fait ton morceau de gâteau, tu me le donnes ? Tu me l’avais dit, hein, HEIN ?!

Galatea se dépêcha de lui donner sa part de tarte au pomme comme si elle craignait qu’il ne se jette sur elle pour la lui voler de force. Gluzebub empoigna un de ses tubes de mayonnaise, versa près de la moitié du contenu sur la part de gâteau, et l’engloutit en une seule bouchée. Après quoi il se servit un verre de Coca-Cola, y ajouta une lampée de mayonnaise, et but à grand renfort de bruits écœurants. Galatea crut qu’elle allait se trouver mal. De l’autre côté de la table, Régis observait le Démon Majeur avec une répulsion ébahie.

C’est alors que Galatea vit Bertsbrand et Anna entrer dans le mess, visiblement en train de se disputer, comme toujours. Bertsbrand choisissait les plats les plus chers qu’il pouvait trouver, tandis qu’Anna ne prenait rien. Elle préparait toujours elle-même ce qu’elle mangeait, à savoir ses fameuses boulettes multi-nutritives qui avaient un goût venu d’un autre univers tant c’était infect.

- Arrête de me harceler, femme ! Fit Bertsbrand visiblement exaspéré. Ithil fait ce qu’il veut. Je croyais qu’Imperatus était avec lui ?

- Elle est apparemment parvenue à le convaincre de ne pas prendre d’assaut le Palais Suprême de Veframia à lui tout seul, mais ça n’a pas apaisé ses pulsions suicidaires, répondit Anna. En tant qu’chef de l’unité, c’est à toi de lui parler.

- Et qu’est-ce que tu veux que je lui dise ? Que se suicider, c’est pas swag ? Ce gars ne comprend rien au swag de base, de toute façon, étant donné comment il s’habille et comment il parle…

Anna repéra Galatea et alla s’installer avec elle, entraînant Bertsbrand de force, qui n’était pas très chaud d’avoir en face de lui une autre femelle et surtout un gamin mal fagoté qui mangeait comme un malpropre. Il sourit toutefois en repérant Régis quelques places plus loin.

- Ah, mais c’est ce cher monsieur Chen ! C’est quand vous voulez pour un match revanche hein ? Je me dois à tout le monde, à mes fans comme à mes challengers.

Régis se renfrogna et se força à sourire, d’un sourire qui lui donnait l’air d’avoir attrapé le tétanos.

- Des problèmes avec Ithil ? Leur demanda Galatea.

- Apparement, il a tenté d’se jeter du haut du toit de la base, répondit Anna en sortant sa boite de boulettes. Mais au lieu de s’écraser au sol, il est simplement passé au travers, et a fini sous plusieurs mètres de béton sous l’île.

Ça aurait pu prêter à rire si la détresse d’Ithil n’était pas aussi grave.

- Selon Imperatus, son corps active inconsciemment son immatérialité de Spectre pour se protéger au dernier moment, expliqua Anna. Du coup quoi qu’il fasse, il n’arrive pas à se suicider.

- Il devrait te demander de lui passer quelques unes de tes boulettes, commenta Bertsbrand en dévisageant la nourriture d’Anna d’un air de dégoût. Il pourra difficilement trouver un poison plus mortel.

Comme Anna frappait Bertsbrand d’un revers du poing, Gluzebub regarda avec curiosité les boulettes multi-nutritives.

- Ce n’était pas à choisir ça. Qu’est-ce que c’est ?

Avant que Galatea n’ait pu discrètement le dissuader d’en demander plus, Anna répondit :

- Des boulettes de mon invention, qui résument à elles seules ce que doit être un repas varié et équilibré ! J’ai parfaitement dosé les lipides, glucides, protéines, vitamines et minéraux. Si tous les humains mangeaient ça à chaque repas, ils se porteraient tous en excellente santé, et il n’y aurait aucun problème d’obésité.

- Si tous les humains mangeaient ça à chaque repas, l’humanité disparaîtrait totalement en moins de deux jours, marmonna Bertsbrand, ce qui lui valu un autre coup.

- Donne-moi, donne-moi, demanda Gluzebub en tendant la main.

Ravie, Anna s’exécuta, et Gluzebub l’avala sans y ajouter de mayonnaise, probablement pour en mesurer le goût seul. Puis, l’air de rien, il retendit le bras pour en demander une autre. Galatea et Bertsbrand, qui avaient expérimenté les boulettes d’Anna, furent proprement ébahis. Quant à Anna, elle ne put retenir ses larmes. La froide et impassible Anna était carrément en train de pleurer de bonheur.

- Jamais… Jamais encore… C’est la première fois… que quelqu’un me redemande de mes boulettes…

- Ce gosse doit avoir un estomac en acier, murmura Bertsbrand à Galatea. Ou alors il est pas bien dans sa tête. C’est qui ?

- Gluzebub, Démon Majeur de la Gourmandise, répondit naturellement Galatea.

- HEIN ?!

Anna, elle, ne se soucia pas de son identité, et le prit carrément dans ses bras en pleurant à chaude larmes, et en lui promettant de lui faire autant de boulettes qu’il voudra, pour qu’ensemble ils démontrent au monde entier leurs bienfaits. Elle fut un peu moins reconnaissante quand Gluzebub mangea les autres en les recouvrant de mayonnaise. Galatea ne put s’empêcher de rire doucement, et trouva cela merveilleux après ce qu’il s’était passé.

C’est alors que les discussions et les bruits du mess se turent d’un seul coup. Des personnes venaient d’arriver, et avaient reçu l’attention silencieuse de tout le monde. C’étaient trois individus drapées d’une cape verte, qui prirent leur plateau, choisirent à manger et allèrent s’installer ensemble à une table vide plus loin, sous les murmures des personnes présentes.

- C’est qui, ces gus à cape ? Demanda Régis.

- Je reconnais la fille aux cheveux roses, répondit Galatea. Elle était là lors du bal du Sommet Mondial. C’est la fameuse Adélie Dialine, chef des Gardiens de l’Harmonie et envoyée de la région Naya. Ah, et celle aux cheveux violets, c’était une des nôtres avant qu’elle ne la rejoigne. Akenvas, je crois.

- Et l’homme, c’est l’ancien Maître Pokemon de Naya, Narek Congois, ajouta Bertsbrand qui s’y connaissait en dresseurs d’élite.

- Oncle Hegan m’en a parlé ce matin, dit Anna. Ils seraient arrivés hier soir, et ont promis à la Reine Eryl d’se battre pour elle contre Venamia. À ce qu’on dit, ils auraient des sacrés pouvoirs…

- Ils ont sans doute été attirés par mon swag légendaire, diagnostiqua Bertsbrand.

Galatea ne quitta pas Adélie Dialine du regard. Elle sentait effectivement quelque chose d’étrange en elle, une pression qu’elle n’arrivait pas à identifier, ainsi que chez les deux autres. Ce devait être le fameux Don, ce pouvoir donné aux Gardiens de l’Harmonie par leur dieu et maître Archangeos. Galatea en avait entendu parler par Maître Irvffus, son mentor Mélénis. Il avait clairement dit, et à plusieurs reprises, que jamais un utilisateur du Flux et un utilisateur du Don ne devaient se fréquenter. Mais cette règle existait pour éviter à tous prix qu’un enfant puisse naître d’une telle union ; un enfant qui aurait alors un pouvoir incontrôlable et distordu capable de menacer l’humanité entière.

Mais bon, comme Galatea doutait de pouvoir faire un gosse avec Adélie Dialine, elle ne voyait pas pourquoi elle ne pourrait pas lui parler, et n’allait d’ailleurs pas sans priver. Par contre, elle se souvenait que Mercutio lui avait dit être inexplicablement attiré par elle lors du bal, et Galatea avait alors théorisé que cette fille était peut-être une Favorable, les fameux humains avec lesquels les Mélénis pouvaient se reproduire pour transmettre le Flux à leur descendance. Vu que Galatea était du même sexe que Dialine, elle ne pouvait pas le sentir, mais si c’était vrai, il vaudrait mieux faire en sorte que Mercutio se tienne loin d’elle quand il rentrera à la base.

Galatea avait beau charrier son frère sur les filles, elle lui faisait quand même confiance pour ne pas s’aventurer dans le lit d’une nana avec laquelle il sait qu’il est interdit d’avoir une quelconque relation. Mais Galatea ignorait l’attrait que pouvait avoir un Favorable sur un Mélénis. Selon Maître Irvffus, c’était quelque chose de purement hormonal ; la présence d’un Favorable du sexe opposé augmentait fortement la libido du Mélénis. D’où l’intérêt de toujours laisser une distance de sécurité entre Mercutio et Dialine à l’avenir. Les hommes ne pouvaient pas toujours refréner leurs pulsions. Mais bon, Galatea doutait quand même que son frère, tout émoustillé qu’il puisse être, puisse succomber sans réfléchir aux conséquences, lui qui a déjà été forcé de coucher avec une femme qu’il n’avait pas choisi pour lui faire un enfant.

- On raconte un paquet de trucs sur cette Adélie Dialine, fit Anna d’un ton pensif. Y’a eu plein d’rumeurs, quand j’étais encore dans le Grand Empire. Il parait qu’elle peut tirer en même temps des centaines de flèches de lumières, et les téléguider comme des missiles. Elle peut vous forcer à faire quasiment tout pour elle rien qu’en vous parlant. Y’en a même qui disent qu’elle est morte une fois et qu’elle a ressuscité.

- Ce n’est pas possible de ressusciter, décréta Bertsbrand, l’air tout à fait sérieux. Même moi, je ne sais pas le faire. Donc si je ne sais pas faire un truc, c’est que c’est tout bonnement impossible.

- Pourtant, t’a jamais essayé, lui dit Anna. Si tu veux, je serai ravie d’te buter pour que tu puisses tenter le coup.

- Me semble que grand-père m’avait déjà parlé d’elle, intervint Régis. Ce serait une espèce de génie qui a inventé un paquet de trucs pour les Pokemon alors qu’elle avait même pas terminé son cursus scolaire. Le fameux involuteur, par exemple.

- Ouaip, approuva Anna. En plus, elle est pleine aux as et vient de la plus grosse famille de bourges de Naya. Et surtout, elle est célibataire.

- La fille idéale quoi, résuma Galatea.

Puis elle ajouta, à voix basse, pour elle-même :

- Faudra vraiment que je fasse gaffe avec Mercutio…