Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 01/10/2017 à 09:23
» Dernière mise à jour le 14/10/2017 à 00:53

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 331 : La rancoeur des ténèbres
Zelan Lanfeal évoluait sous l’œil attentifs des Agents de la Corruption, qui scrutaient chacun de ses gestes. Pas tellement pour le surveiller - il n’avait plus aucun des pouvoirs qu’il avait de son vivant - mais pour vérifier qu’il n’allait pas tomber raide mort d’une seconde à l’autre, ou se décomposer sous leurs yeux. La résurrection n’était pas spécialement une pratique courante. Giratina pourrait revenir sur sa promesse et reprendre l’âme de Zelan à l’instant. Ou bien le corps que ce Silas lui avait créé grâce à un pouvoir étrange pouvait lâcher dans la seconde. Zelan préférait donc ne pas trop s’attacher à cette nouvelle vie qui lui était étrangement offerte.

Il était conscient, du reste, d’être totalement à la merci des personnes qui l’avaient ressuscité. Cet homme qui disait s’appeler Silas Brenwark et ce Pokemon Spectre du nom de Fantastux l’avaient amené ici, dans une espèce de base secrète souterraine. Une autre personne les attendait. Une jeune femme du nom de Lyre. Les trois individus s’étaient présentés comme étant des Agents de la Corruption, au service du Seigneur Horrorscor. Zelan n’ignorait rien de ce titre. Dans sa première vie, il s’était lui aussi affublé de ce qualificatif.

- Où… où sommes-nous ? Demanda faiblement Zelan.

Il avait encore du mal à bien maîtriser tous les aspects de son corps, que ce soit le déplacement, la vue ou la parole. Comme si la mort était un peu comme un très long sommeil d’où il fallait un petit moment pour se réveiller vraiment.

- C’est notre repère provisoire, lui dit Silas. Notre forteresse à Dolsurdus a été détruite récemment, et depuis nous nous réunissons ici, dans les sous-sols du Palais Suprême. Lady Venamia a accepté de nous héberger gratuitement.

Venamia… il connaissait ce mot également. C’était de l’ancien langage, un mot voulant dire « renaissance », mais aussi le nom d’un monde idyllique et idéal, dans lequel les humains vivraient libérés des Pokemon. Créer ce fameux monde avait été le but de la précédente vie de Zelan. Par contre, il ne connaissait aucune Lady Venamia. Il y avait bien des choses qu’il ne connaissait pas, en premier lieu la date d’aujourd’hui. Difficile de voir le temps passer quand on était mort…

- Nous sommes… en quelle année ? demanda-t-il.

- N’aie crainte, mon ami, sourit Silas. Il ne s’est passé que quatre ans depuis ta mort. Tu ne devrais pas trouver le monde actuel trop différent de celui dont tu te souviens. Encore que, avec la Guerre Mondiale et tout ça…

- La… Guerre Mondiale ? Répéta Zelan, perdu.

- Oui, le monde est plongé dans un conflit international depuis plus de six mois maintenant. Une guerre que nous avons partiellement provoquée, nous autres les Agents de la Corruption, pour servir les intérêts du Seigneur Horrorscor. Mais nous parlerons de la politique plus tard. Dis-moi, comment te sens-tu ?

Ce Silas avait une voix douce et compatissante, et on pouvait lire une extrême gentillesse sur son beau visage aux yeux roses. Mais Zelan savait d’expérience que les personnes les plus avenantes pouvaient dissimuler une cruauté sans pareille. Lui-même avait été comme ça autrefois. Il ne prit donc pas l’inquiétude apparente de Silas à son égard pour argent comptant, mais lui répondit néanmoins.

- J’ai l’impression… que mon corps pèse des tonnes. Mes gestes sont lents et lourds. J’entends mal, et mon œil cybernétique ne marche pas.

- Ah oui, ça… c’était juste pour la déco, fit Silas en un sourire d’excuse. Je sais reproduire des trucs cybernétiques en surface, mais je n’ai aucune idée de comment ils fonctionnent. C’est comme les corps humains. Je ne suis pas biologiste. Le tien est donc approximatif, ce qui peut entraîner quelques désagréments. Mais ne t’en fais pas, nous te recréerons bientôt ton corps d’origine, avec tous les pouvoirs que tu tenais du Seigneur Horrorscor.

- Tu te rappelles de quelque chose d’après ta mort ? Demanda Lyre. Du genre comment se passe la « vie » dans le Monde des Esprits de Giratina ?

Zelan secoua la tête.

- Je me rappelle ma mort, mais ce qui a suivi après est… trop flou. Comme un rêve qui se dissipe très rapidement après votre réveil. Pourtant, il y a eu quelque chose, c’est certain.

- Je ne sais pas si Giratina a déjà laissé s’échapper une de ses âmes, réfléchit Silas, et même si c’était le cas, elles n’auront pas pu revenir dans notre monde faute de corps. Je pense que tu es le premier à ressusciter réellement.

Silas se leva pour aller servir à Zelan un verre de vin, qu’il but lentement et avec précaution.

- Vois-tu, tu n’es pas le premier que je m’amuse à ressusciter, poursuivit Silas. Lyre et moi, nous avons fait une première expérimentation. Elle s’appelait Lilwen, et c’était une G-Man. Son corps n’était pas trop abîmé, et il aurait été intéressant d’avoir un G-Man de notre côté. Mon amie Lyre ici présente sait réanimer les cadavres. Quant à moi, je dispose d’un pouvoir qui me permet de matérialiser à peu près tout ce que je peux imaginer. Lyre a donc réanimé le corps, et moi, je lui ai imaginé une âme. Mais ce n’était pas son âme d’origine, qui elle est toujours dans le Monde des Esprits. Lilwen avait son corps originel avec ses pouvoirs G-Man, mais c’était devenue une autre personne, sans souvenir ou personnalité. C’est le contraire de toi, qui possède ton âme originelle avec tes souvenirs et ta personnalité, mais sans ton vrai corps. Nous avions absolument besoin de récupérer ton âme, afin que nous sachions où tu avais dissimulé le Cœur d’Horrroscor.

Zelan se souvenait que Silas lui avait demandé cela juste après sa résurrection, mais il ignorait ce qu’était ce « Cœur d’Horrorscor », et le leur fit savoir.

- Je crois savoir que tu appelais ça la Pierre d’Obscurité, expliqua Silas. Il y en avait trois morceaux, que tu as cherché à obtenir avant de la reconstituer.

Là, Zelan venait de comprendre. Ces Agents de la Corruption voulaient les pierres dans lesquelles se trouvaient autrefois les différents morceaux d’âmes d’Horrorscor. Zelan les avait effectivement rassemblées dans le but de ressusciter Horrorscor, puis les avait ensuite confié à une de ses Armes Humaines, Xan, pour qu’il cache la pierre dans un endroit connu que d’eux seuls.

- C’était une bonne idée d’utiliser le Rituel de la Corruption dans la Tour de Babel pour ramener notre seigneur, poursuivit Silas, mais le résultat aurait été limité. Maître Horrorscor n’aurait pas bénéficié de toute la corruption qu’il a pu emmagasiner depuis, et son corps spectral n’aurait pas été stable, vu que son cœur se trouvait ailleurs. Nous comptons nous utiliser la bonne vieille méthode, plus lente, mais plus efficace : rassembler son âme dans un seul hôte qui tiendra le Cœur d’Horrorscor. Nous le ferons quand la corruption de ce monde sera à son paroxysme, pour qu’il revienne plus puissant que jamais.

- Nous allons lever une armée pour cela, kish kish, ajouta le Pokemon Spectre en haut de forme, Fantastux. L’Armée des Ombres se chargera de répandre la corruption partout sur cette terre et éliminera nos ennemis restants. Ensuite seulement, notre maître le Marquis des Ombres tuera le second hôte d’Horrorscor pour prendre en lui son morceau d’âme, et deviendra l’incubateur par lequel le Maître de la Corruption reviendra !

- Mais pour cela donc, il nous faut le Cœur d’Horrorscor, conclut Silas. Où l’as-tu caché, Zelan ?

Ce dernier avait conservé un silence impassible pendant que les Agents de la Corruption clamaient haut et fort leur plan. Il avait plus ou moins saisi la situation actuelle. Il y avait deux hôtes d’Horrorscor pour trois morceaux d’âmes initiaux. Cela était dû à la fusion momentanée entre Zelan et Ophiuton, le Pokemon du Serpentaire, durant la bataille de la Tour de Babel il y a quatre ans. Zelan et Ophiuton ayant tout deux un morceau d’âme en eux, ces derniers ont fusionné en même temps qu’eux. Et ensuite, après que ce Mélénis Mercutio Crust eut défait Zelan, le morceau reconstitué d’âme avait quitté son corps pour se trouver un nouvel hôte. Si cette Guerre Mondiale faisait partie du plan d’Horrorscor, ce dernier était plutôt avancé, et sa résurrection toute proche. Mais il leur fallait à tout prix la Pierre d’Obscurité pour la réaliser, d’où la nécessité de ressusciter Zelan. Mais ce dernier, à la grande surprise des trois Agents présent, dit simplement :

- Je ne vous le dirai pas.

Silas se contenta d’hausser les sourcils, quand Lyre et Fantastux eurent l’air furieux.

- Enfoiré… t’as dis quoi ? Murmura dangereusement Lyre.

- Que je ne vous dirai pas où j’ai caché le Cœur d’Horrorscor, répéta calmement Zelan.

Silas fit signe à ses camarades de ne pas s’emporter, et demanda calmement :

- Et on peut savoir pourquoi ? N’as-tu pas juré fidélité au Seigneur Horrorscor comme nous ? N’as-tu pas passé ta vie à tenter de le ramener ? N’es-tu pas mort pour cela ?

- Non. Je suis mort justement parce qu’Horrorscor m’avait abandonné comme une vieille chaussette pourrie, répliqua Zelan avec un soupçon de colère. Lui qui m’avait promis un nouveau monde et moi comme son dirigeant, il m’a répudié quand il n’a plus eu besoin de moi pour se trouver quelqu’un d’autre. Celui qui m’a tué, le jeune garçon aux cheveux blancs, était clairement un Mélénis Noir et connaissait Horrorscor. Je les soupçonne d’être liés d’une façon ou d’une autre. Peut-être même qu’Horrorscor a ordonné ma mort.

- Il n’en est rien, je te l’assure, fit Silas. Ce Mélénis Noir, Yonis, est le fils d’Asmoth, le dieu des Mélénis Noirs, et aussi le probable Élu des Ténèbres. Il n’agit que sur ordre de son père.

- Et son père est le créateur d’Horrorscor, répliqua Zelan. Je connais moi aussi les Quatre Légendes de l’Elysium. Et vous, les fameux Agents de la Corruption… Pendant que j’agissais pour Horrorscor, vous n’avez rien fait. Vous êtes restés cachés, sans venir m’aider d’aucune façon. Vous vouliez que je me plante.

- Je te l’ai dit, nous avions notre propre méthode pour ressusciter notre maître, mais je t’assure que…

- Je n’étais qu’un pantin pour vous, tout comme je n’étais qu’un pantin pour Horrorscor, coupa Zelan. Mais ça, je m’en doutais. Malgré tout ce qu’il a pu faire pour me manipuler et me corrompre, il restait toujours cette partie lucide en moi qui savait que je ne pouvais pas lui faire confiance. Alors… j’ai moi aussi pris mes dispositions. Et c’est ce pourquoi vous m’avez ramené. Alors qu’il partageait mon esprit, Horrorscor ne sait pas où j’ai caché sa Pierre d’Obscurité. Ça ne vous interpelle pas ?

Lyre et Fantastux ne cachaient pas leur colère depuis un moment, mais pour la première fois, le visage de Silas se fit plus froid.

- Comment as-tu fait pour cacher cela à notre maître ? Demanda-t-il.

Zelan sourit et tapota son œil artificiel.

- Cet œil cybernétique que tu as si piètrement reconstitué ne me servait pas qu’à voir ou qu’à lancer des rayons. Il avait aussi une mémoire interne, totalement indépendante de mon cerveau, mais qui y était quand même relié. En clair, je pouvais y envoyer des informations ou des souvenirs. Ils étaient alors effacés de mon propre esprit, mais je pouvais les y remettre quand je le souhaitais. Voyez cela comme une sorte de disque dur externe. J’ai donc attendu un moment d’inattention d’Horrorscor pour dire à Xan où cacher la pierre. Et immédiatement après, j’ai retiré cette info de mon cerveau pour l’envoyer dans la mémoire de stockage de mon œil, là où Horrorscor n’avait aucun accès. Je n’ai pas envie de vous dire où est le Cœur, mais même si je le voulais, je ne le pourrai pas. Il me faudrait mon véritable œil cybernétique, qui doit toujours se trouver sur mon cadavre, quelque part… Ah, et même si vous le trouvez, il est inutile d’essayer de le lire vous-même. Mon œil est crypté par le code de mes propres neurones. Il ne fonctionnera que sur moi.

- Et pourquoi avoir caché cela à notre Seigneur Horrorscor ? Demanda Silas.

- Je vous l’ai dit : par précaution. Je ne faisais pas confiance à Horrorscor, et donc si jamais il m’avait trahi, même après sa résurrection, j’aurai eu un moyen de pression en gardant en otage sa Pierre d’Obscurité.

- Traître ! Gronda Fantastux. Tu as osé trompé notre maître ?!

- Il serait mal placé pour me le reprocher, lui qu’on surnomme le Maître de la Tromperie. J’ai juste bien appris de lui.

Silas le leva et se força à sourire.

- Je dois dire que c’est bien joué de ta part, Zelan Lanfeal. Tu n’étais pas si incompétent et stupide qu’on aurait pu le croire. Mais ça ne fait rien. Le moment venu, Lyre et moi, nous te ressusciteront totalement, avec ton vrai corps, et donc ton fameux œil.

- Vous ne pourrez pas me forcer à vous le dire quand même.

- Non. Nous allons donc devoir te convaincre, n’est-ce pas ? L’inconvénient d’être à nouveau vivant, c’est que l’on peut ressentir la douleur. Nous avons pas mal de personnel dans nos rangs qui sont très compétents pour briser l’esprit des gens les plus farouches à l’aide de la souffrance. Et si jamais tu venais à mourir par mégarde, il nous suffira de redemander à ce cher Giratina ton âme, et à recommencer. Rien, ni même la mort, ne saura te délivrer de tes tourments, jusqu’à ce que tu acceptes de coopérer.

Zelan resta de marbre.

- Je vous souhaite bien du plaisir. J’étais l’Agent 002 de la Team Rocket, le plus craint de tous. La torture, ça me connait. Je savais l’infliger, et je savais aussi comment y résister. Je ne crains pas la douleur.

- La douleur physique, peut-être… Mais il y a d’autres possibilités. Je me demandais… tu sais quelle personne Horrorscor a possédé après t’avoir quitté ? Non ? Tu ne t’en es pas rendu compte à ce moment là, je pense…

Zelan devait effectivement avouer son ignorance à ce sujet. Il n’avait remarqué l’absence d’Horrorscor en lui qu’après avoir pris la fuite suite à sa défaite.

- C’est une vieille amie à toi, continua Silas avec un sourire cruel. À ce que je sais, l’une de tes motivations pour créer ton fameux monde idéal était de la protéger, et de vivre pleinement avec elle ? Oui, tu l’aimais… Elle aussi peut-être. Mais désormais, elle a bien changé. Pour tout te dire, même à ton plein niveau de corruption, tu faisais pâle figure comparé à ce qu’elle est devenue aujourd’hui. Elle s’est même dénichée un nouveau nom en ta mémoire, et en celle du monde que tu voulais forger.

Comme Zelan pâlit, se rendant compte de qui Silas voulait parler, ce dernier ricana.

- Je me demande quel effet ça va te faire, de la voir comme tu étais toi jadis, mais en dix fois pire. Elle a accompli des choses formidables en si peu de temps ! Et elle va continuer à en accomplir. Jusqu’à ce qu’on lève notre Armée des Ombres et qu’on te ressuscite totalement, tu vas pleinement assister au déchirement mondial que ta petite amie va provoquer.

Il fit signe à Fantastux de l’amener hors de la pièce, et ajouta :

- Bienvenu à nouveau dans le monde des vivants, Zelan. Nous allons te montrer ce qu’est la vraie corruption !


***


Le Pic Démoniaque, jadis la prison la plus gardée et la plus dangereuse du monde, était désormais le repère des Réprouvés. Leur chef, le Maître des Cauchemars, alias Aedan Vrakdale, avait libéré tous les prisonniers il y a un an pour en faire ses alliés. Pourtant, étaient enfermés dans cette prison les pires criminels de l’Histoire, la lie de la lie de l’humanité. Mais tous n’avaient pas hésité à se ranger derrière le Maître des Cauchemars. Par conviction peut-être, pour certain, mais surtout par peur. Car même ces criminels endurcis qui avaient commis des actes atroces tremblaient face au chef des Réprouvés, qui était pour ainsi dire la peur incarnée. Chaque homme avait une peur quelconque en soi, même profondément enfouie. La nature de Lord Vrakdale était de faire ressortir ces peurs et de les exploiter, en les transformant en cauchemar.

Avec tous les anciens prisonniers du Pic Démoniaque, et ceux que le Maître des Cauchemars avait recruté suite à son appel après les attentats de Doublonville, les Réprouvés comptaient environs quatre cents hommes, dont une vingtaine étaient des personnes surhumaines. Modeleurs, G-Man déchus, anciens sujets d’expérience d’une organisation quelconque… Tous s’étaient retrouvés dans le désir sauvage de Lord Vrakdale de détruire l’ordre établit qui les avait tous exploités puis rejetés. Le Grand Empire de Johkan, la Confédération Libre… pour eux, c’était exactement la même chose. Des puissants qui se battaient pour la domination du monde en exploitant les plus faibles, avec leurs lois qui opprimaient les malheureux. Toutes les structures devaient tomber, tous les puissants devaient être jetés à terre. Telle était la vision et le but des Réprouvés.

Lilwen était une Réprouvée de la première heure. Elle s’était mise au service de Lord Vrakdale avant même qu’il ne prenne le Pic Démoniaque. Avant cela, elle était une Agent de la Corruption, au service du premier Vrakdale, le père de l’actuel. Et encore avant cela, elle avait été une apprentie G-Man. De cette ancienne vie, elle n’en gardait aucun souvenir. Elle savait juste qu’au cours d’une mission avec son maître G-Man, Vrakdale l’avait tuée. Suite à ça, elle avait été ranimée par le Marquis des Ombres, cet individu avec un masque de smiley, qui lui avait fourni une âme de substitution. Lilwen était devenue un cadavre ambulant, sans souvenir, sans émotion, mais avec ses pouvoirs de G-Man de Qulbutoké intacts.

N’ayant d’autre but dans sa nouvelle vie, elle avait loyalement servi les Agents de la Corruption par le biais de Vrakdale. Puis son fils était arrivé. Le colonel Tuno de la Team Rocket, récemment infecté par une formule Sygma qui le transformait peu à peu en hybride de Darkrai, le légendaire Pokemon des cauchemars. Plongé dans la folie et la souffrance et condamné à mourir, Tuno avait été sauvé par la formule G de son père, qui avait stabilisé et arrêté sa transformation. Il était alors devenu le Sygmus ultime, un véritable G-Man de Darkrai, aux pouvoirs décuplés grâce au Gantelet des Ombres qu’il avait aussi reçu de son père. Vrakdale mort, il avait reprit son nom, et s’était accordé le titre de Maître des Cauchemars.

Lilwen en avait fait son nouveau maître, selon les souhaits du premier Vrakdale. Ce dernier avait pensé que son fils irait rejoindre les Agents de la Corruption, mais il avait choisi de fonder son propre groupe. Pour Lilwen, ça ne changeait rien. Elle n’avait aucune émotion et volonté, donc peu importait qui elle servait. Pourtant, elle devait avouer ressentir une pointe d’intérêt à propos du but de Lord Vrakdale. Elle était curieuse de voir comment il allait mettre ce monde sens dessus-dessous, et ce qui allait en ressortir. Et pour elle qui était censée ne rien ressentir, c’était là un quasi-miracle, qui l’avait convaincu qu’elle était ici à sa place, bien plus qu’elle ne l’avait été avec les Agents de la Corruption.

Lilwen revenait de mission de la région Ferrum, avec une unité de trente Réprouvés. La région était en proie à une grande contestation politique et une quasi guerre civile. Une partie de la population voulait soutenir le Grand Empire, l’autre partie la Confédération. Une cible idéale donc pour y amener bouleversement et chaos. Lilwen avait mené des raids avec ses hommes pour affaiblir encore plus le régime. Le gouvernement local était si faible et désemparé qu’il allait se faire renverser sans intervention extérieure, et donc Lilwen était rentrée. Dans la grande cour de l’ancienne prison, elle se dirigeait vers la tour centrale, là où Lord Vrakdale avait pris ses quartiers.

Elle croisa nombre de Réprouvés en chemin, occupés à soulever des caisses de munitions et d’explosifs, à entretenir leurs armes, à dresser des plans d’attaques ou d’attentats. C’était une véritable guérilla qui se montait ici, avec pour cible le monde entier. À cause de la guerre, les différents gouvernants étaient trop occupés pour s’occuper d’eux. C’était le moment idéal pour agir, d’autant que le monde n’avait jamais été aussi désorganisé. Le chaos naissait partout, quand ce n’était pas la corruption orchestrée par les sbires d’Horrorscor. La planète toute entière était en train de sombrer dans les ténèbres, et justement, les ténèbres étaient le terrain de jeu favori du Maître des Cauchemars.

Lilwen frappa à sa porte et entra. La salle de commandement, anciennement la plus grande salle de surveillance de la prison, était constamment occupée par tous les hauts placés des Réprouvés, qui dressaient les plans au plus près du Maître des Cauchemars. Il y avait bien sûr les quatre Sygmus qui ont été réduit en esclavage par les Agents de la Corruption. Aton à la peau de Steelix, Nistu aux crocs d’Arbok, Quinq au cou de Typhlosion, et Wilwia aux bras de Roserade. Comme Lord Vrakdale, ils étaient des mutants mi-humains mi-Pokemon, mais bien moins aboutis que lui. Leurs apparences étaient grossières, et leurs cerveaux avaient été modifié par le premier Vrakdale pour les rendre docile et obéissant. Eux plus que tous les autres étaient de vrais Réprouvés : des individus transformés malgré eux et exploités pour ce qu’ils étaient. À la mort de leur créateur et maître, ils avaient bien évidement rejoint la cause du Maître des Cauchemars.

L’autre personne présente était une Modeleuse ; une femme aux longs cheveux roux, le corps constamment coloré de sang séché. Ancienne membre de la GSR, Althéï Dondariu avait trahi Venamia pour le compte des Agents de la Corruption en sauvant Tuno de la mort que Venamia avait prévu pour lui. Elle avait donc terminé ici, au Pic Démoniaque, jusqu’à ce que le Maître des Cauchemars ne la libère et ne la prenne avec elle. Althéï se fichait pas mal des questions de politiques ou de liberté pour les opprimés ; tout ce qu’elle voulait, c’était du sang. En tant que Bloodmod, elle pouvait le contrôler, et elle adorait plus que tout s’y baigner et même le boire. Venamia ne lui ayant pas fourni assez d’hémoglobine à son gout, elle s’était mise au service d’un nouveau maître, qui lui lui en avait promis en quantité.

Le maître des lieux était à son bureau habituel, lisant différents rapports et étudiant des cartes de différents lieux. Ils étaient peu, ceux qui pouvaient dévisager Lord Vrakdale sans frémir. S’il avait bien conservé la majeure partie de son corps humain, une partie de son visage était totalement noire, et les cheveux au dessus décolorés. Mais plus effrayant encore, c’était son œil gauche, au milieu de la partie noire de son visage : d’un bleu électrique terrifiant, sans pupille. Exactement le même que Darkrai. Pour parfaire la comparaison, Lord Vrakdale s’habillait toujours en costume noir avec une cravate rouge. Jadis il avait été un homme gentil et drôle, suivant des idéaux, croyant en l’ordre et en l’autorité. Aujourd’hui, il avait dépassé le stade d’être humain, et était l’incarnation même de l’horreur et de l’anarchie.

- Maître, je suis de retour, s’annonça Lilwen.

- Ah, ma chère Lilwen. J’ai eu des retours de tes agissement à Ferrum. Tu as bien œuvré. La région sera bientôt assez mûre pour être récoltée. Je vais instiller la peur et la folie dans l’esprit de leurs dirigeants, et elle s’effondrera comme un château de cartes.

C’était là aussi le terrible pouvoir d’Aedan Vrakdake : il pouvait emprisonner les hommes dans un terrible cauchemar dont il était le maître, et ce quelque soit la distance. Chaque nuit, il se présentait dans les songes de plusieurs personnes, et en les empêchant de se réveiller, il les torturait dans leur sommeil, soit pour ensuite les contrôler, soit pour les rendre fous, soit carrément pour les tuer. En ciblant des personnes importantes, il avait déjà provoqué un chaos monstre ci et là dans le monde. Et surtout, pour chaque personne dont il pompait les songes, sa puissance augmentait peu à peu. Le Maître des Cauchemars se nourrissait de la peur des êtres humains pour devenir de plus en plus fort.

Malheureusement, il parvenait rarement à atteindre les dirigeants du Grand Empire ou de la Confédération. Ils étaient protégés par la présence de Venamia et d’Eryl Sybel, dont la puissance d’Horrorscor et d’Erubin agissait comme un pare-feu. Mais Lord Vrakdale avait fait contre mauvaise fortune bon cœur, et avait décidé que ce serait plus gratifiant et surtout plus amusant que de faire s’écrouler ces deux superpuissances de lui-même, sans tricher en éliminant un à un ses dirigeants. Comme il vouait une haine féroce à Venamia, la responsable de tout son malheur, il comptait bien la tuer en se trouvant devant elle, et après lui avoir arraché tout ce à quoi elle tient le plus.

- Du coup tu as manqué des événements intéressants à Hoenn, poursuivit le Maître des Cauchemars. Venamia a attaqué Algatia par surprise, avec une flottille de la Garde Noire. Total, Igeus et le prince Julian ont été enlevés.

La nouvelle ne fit ni chaud ni froid à Lilwen… comme à peu près tout d’ailleurs. Elle réfléchit juste aux implications, et à ce que ça pourrait entraîner de leur côté.

- La Confédération vit ses dernières heures alors ? Demanda-t-elle.

- C’est ce que j’ai pensé de prime abord, mais il semblerait que non. Eryl est parvenue à maintenir les états alliés soudés. J’ignore combien de temps ça va durer, et il est sûr que Venamia va accroître la pression pour profiter de son avantage. Eryl n’est pas Igeus. Elle ne tiendra pas longtemps.

- Donc ? Demanda Aton, le Sygmus de Steelix. On fait quoi ? On laisse Venamia détruire la Confédération pour mieux se concentrer sur elle ensuite ?

- Il sera trop tard, si on laisse Venamia gagner, répliqua Lord Vrakdale. Non, il faut agir immédiatement. Concentrer nos attaques sur le Grand Empire, ne pas leur laisser un moment de répit, pour que la Confédération puisse survivre et continuer le combat.

Althéï se suçota les doigts d’un air sensuel. Elle était négligemment affalée sur le seul fauteuil de libre, toute nue. Du reste, elle ne portait quasiment plus d’habit, où que ce soit. Elle disait vouloir sentir le sang de ses ennemis directement sur sa peau.

- En gros, on aide la Confédération ? Demanda-t-elle. Tu fais ça pour tes anciens amis ?

Elle était la seule chez les Réprouvés à tutoyer le Maître des Cauchemars ; peut-être parce qu’elle inspirait presque autant de peur que lui ? Althéï devait se prendre pour son égal, et en cela elle s’était mise à fréquenter son lit.

- Ils ne sont plus rien pour moi à présent, répliqua Lord Vrakdale d’un air agacé. Et je me fiche aussi de leur Confédération. Mais tant qu’elle restera debout, ça sera toujours une épine de plus dans le pied de Venamia. S’ils peuvent m’ouvrir le chemin jusqu’à Veframia, tant mieux. Sinon, ils occuperont le plus possible les forces du Grand Empire pour que nous lui portions ensuite le coup fatal.

Il écrasa du doigt le point qui représentait la capitale du Grand Empire, puis se leva et déclara :

- Faites passez le mot : désormais, plus aucun attentat visant les intérêts de la Confédération. Que tout le monde se concentre sur le Grand Empire et ses alliés. Et ça implique aussi les Agents de la Corruption. Je vais moi accélérer le rythme de mes cauchemars en visant tous ses plus hauts gradés que je peux atteindre, et répandant peu à peu la peur dans ses rangs. Et si ça ne suffit pas, je m’en prendrai à sa population pour la pousser à la révolte. D’une façon ou d’une autre, je plongerai Venamia dans le pire de ses cauchemars. Elle aura tout le temps de se repentir de ses péchés envers moi et de me supplier avant que je ne décide de la tuer !