Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 13/08/2017 à 08:26
» Dernière mise à jour le 13/08/2017 à 08:26

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 325 : Chassé croisé d'âme et d'harmonie
Adélie et Kelifa, dans leur chambre d’hôtel de Mérouville, suivaient en direct à la télévision le déroulé de ce qui était en train de se passer à Algatia, la ville base de la Confédération Libre. Il y avait deux journalistes sur place, en plein milieu des combats ; les deux zozos de la chaîne CTL qui suivaient la X-Squad comme des petits chiens.

- Quel bordel, soupira Kelifa.

Bordel. C’était bien le mot. La ville était en train de déguster sévère ; bien obligé quand l’un des camps se pointait avec deux Démons Majeurs et un détachement de mercenaires de la Garde Noire, des artistes de l’art de la destruction organisée. Les forces de la Confédération, aidée par la fameuse X-Squad, parvenaient à contenir celles du Grand Empire, mais visiblement, le quartier général de la Confédération avait été attaqué, et personne n’avait de nouvelle du Commandant Suprême Igeus.

Ad et Kelifa n’étaient rentrées que récemment de Larousse City avec les vidéos de la bataille, à destination du président de Naya, Balterik. Mais avec ce reportage en direct sur l’attaque d’Algatia, il n’y avait même plus besoin de ces vidéos. Il y avait là tout ce qui leur fallait pour démontrer que Venamia se contrefichait des populations civiles, et était prête à s’allier aux pires personnes pour vaincre ses ennemis. Amener deux de ses Pokemon monstrueux dans une ville habitée était une chose, mais y inviter carrément les barbares de Mandad, c’était de la folie. Balterik ne pouvait pas ne pas réagir, malgré la dette qu’il avait envers la Team Rocket.

- Tu as contacté le président ? Demanda Ad à sa collègue.

- J’y travaille, fit Kelifa en effectuant des branchements sur la télé avec son émetteur récepteur. C’est une chance qu’il y ait eu deux journalistes de la Confédération sur place, sinon Venamia aurait montré à la planète que ce qu’elle aurait voulu que l’on voit.

- La CTL n’est diffusée que dans la partie reconquise d’Hoenn, dit Ad. Mais ce direct se propagera assez vite. On va y veiller. Le Parlement de Naya ne pourra plus rester les bras croisés.

- Tu crois que ce serait une bonne idée, de s’allier officiellement à la Confédération maintenant ? À ce qu’on peut voir, j’ai du mal à imaginer qu’elle survive à ça, surtout si Igeus s’est fait buter ou a été capturé. Se ranger du côté de ceux qui ont toutes les chances de perdre, ça n’a jamais trop réussi à personne.

Ad abandonna l’écran du regard pour adresser un rictus ironique à son amie.

- T’as jamais trop arrêté de penser comme une Rocket hein, même si t’es Gardienne de l’Harmonie maintenant. Tout ne s’arrête pas aux calculs et aux intérêts. Y’a aussi un truc assez vague qui se nomme « justice » et que nous avons juré de servir. Et même si je ne suis pas là depuis très longtemps, je doute que la justice soit du côté de Venamia.

- La justice est toujours du côté des vainqueurs, renchérit Kelifa. Elle l’était du côté du Triumvirat quand il régnait encore chez nous, et depuis qu’on l’a vaincu, elle est du nôtre.

- C’est pas faux. Et combien auraient parié sur notre petite rébellion au tout début, face à la toute puissance du Triumvirat ? C’est pourquoi je n’enterre pas la Confédération immédiatement. Ils ont des gars intéressants chez eux, comme cette X-Squad, ces Dumbass, ce Mewtwo, ce Lance et même leurs dirigeants eux-mêmes, Igeus et Sybel.

Ad put d’ailleurs admirer en direct le combat entre Excalord, ce Pokemon acier incroyable qui appartenait au nouveau leader de la X-Squad, et l’un des Démons Majeurs, Lucifide. Elle aurait pas aimé se trouver entre eux deux. Ce fut tout aussi impressionnant de voir cette nana aux cheveux rouges, Galatea Crust, qui volait dans les airs sans rien en lâchant des rayons et autres boules magiques. Ad aussi avait quelques pouvoirs paranormaux, du fait de sa nature de Gardienne de l’Harmonie. Elle pouvait principalement faire apparaître un arc et des flèches de lumières, et en tirer de diverses sortes à divers débit. Mais voler, ça, elle ne savait pas faire.

- C’est la demi-sœur de Lady Venamia cette fille, si je dis pas de connerie ? Demande Ad à Kelifa en désignant l’écran.

- Ouais, Galatea. J’ai dû faire une mission ou deux avec elle avant qu’on ne m’envoie à Naya. Une fille sympa, mais un peu gourdasse.

- J’ai vu son frère à la réception du Sommet Mondial, celui aux cheveux bleus, qui ressemble vachement à Ardulio. Je ne le vois pas là…

- C’est le fer de lance de la Confédération, à ce que j’ai saisi. S’il est mort ou qu’il a quitté Igeus, la Confédération est dans la merde.

Ad fit mine de soupirer en se passant une main dans ses cheveux roses.

- Quelle époque vit-on, hein ? Où les guerres dépendent quasiment que de quelque gus anormaux qui savent tirer des trucs lumineux ?

- C’est toi qui dit ça, ô grande héroïne qui a défait le Prince des Ténèbres, l’un des Grands Fléaux de l’Humanité ? Ça a toujours été comme ça, de tout temps. C’était sans doute pire avant, quand les G-Man étaient sans contrôle et se faisaient la guerre entre eux via plusieurs royaumes, ou même encore avant, quand les Gardiens de l’Harmonie affrontaient les Agents du Chaos au grand jour. Et si on remonte plus loin, à l’époque où les Mélénis existaient encore en grand nombre… Ah, enfin ! Président en ligne !

Kelifa bidouilla deux trois trucs sur l’émetteur-récepteur, et le visage du président de Naya remplaça le direct sur la bataille d’Algatia à la télé. Balterik était un homme dans la soixantaine, aux cheveux violets, toujours avec l’air d’un vieux sage qui savait tout et qui débitait des paroles sans queue ni tête. Ancien Maître Pokemon de la région, expert en type Poison, il était devenu un Gardien de l’Harmonie en même temps qu’Ad et les autres, et faisait un peu pour eux office de mentor. À la fin du conflit contre le Triumvirat, quand un parlement démocratiquement élu avait remplacé le règne des familles nobles, le peuple avait réclamé à grand cris que Balterik devienne le président.

D’abord réticent, il avait fini par accepter, mais ceci uniquement après avoir quitté les Gardiens de l’Harmonie et en demandant à Archangeos de lui reprendre son Don. Selon lui, un Chef d’Etat se devait d’être un homme normal, à l’image de son peuple. Il n’avait donc officiellement aucun pouvoir sur les Gardiens, qui étaient un groupe indépendant de tout gouvernement, mais Ad ne s’amuserait jamais à faire quelque chose sans son aval. Archangeos, le Maître de l’Harmonie, était une sorte de symbole, de figure quasi-divine, mais c’était aux humains de régler les problèmes des humains. Il n’intervenait donc quasiment pas dans les décisions que prenaient Ad et Balterik, à moins que cela ne concerne les Agents du Chaos et leur maître Diavil, l’ennemi juré d’Archangeos.

- M’sieur l’Président, le salua Ad. C’est comme qui dirait le seum en ce moment à Hoenn. Comme nous le suspections, Venamia s’est révélée être le genre de meuf qui se serait bien entendue avec mon frère. À ceci près que contrairement à Nathan, elle n’essaie même pas de jouer à la gentille.

- Voilà qui est regrettable, mais effectivement, ce n’est pas trop une surprise, répondit tristement Balterik. Les personnes qui tirent leur pouvoir de la guerre et qui pratiquent le Coup d’Etat institutionnel sont rarement de grands adeptes de la démocratie.

- On a une vidéo d’une des batailles à Hoenn où Venamia a dépêché l’un de ses espèces de monstres, dit Kelifa. Mais mieux encore, en ce moment même, le Grand Empire attaque Algatia, la capitale provisoire de la Confédération Libre. Il y a un direct sur l’une des chaînes locales.

- Une attaque en règle d’une grande ville avec deux Démons Majeurs et un groupe de la Garde Noire en prime, et ceci seulement une semaine après un Sommet Mondial où Venamia a promis de tout faire pour ramener la paix, résuma Ad. Et faut ajouter aussi le fait que la Dirigeante Suprême a très probablement, comme le disent les rumeurs, l’esprit d’un Pokemon maléfique dans le crane. Bref, je crois qu’on en a suffisamment pour engager les hostilités avec le Grand Empire.

- Ce n’est pas si simple hélas, soupira Balterik. Naya sort d’un conflit civil destructeur, et nous commençons à peine à restructurer notre armée. De plus, aux yeux du peuple, c’est bien la Team Rocket qui nous a aidé à renverser le Triumvirat, et donc Lady Venamia. Une entrée en guerre contre le Grand Empire serait incomprise, coûteuse et très dangereuse.

Ad grimaça. La politique, toujours la politique… Elle pensait en avoir fini avec ça quand le Triumvirat était tombé et le système des nobles mis au placard, mais faut croire que c’était quelque chose d’universel, quelque soit le dirigeant et le mode de gouvernance.

- Ce qui serait le plus incompris, protesta-t-elle, c’est que les Gardiens de l’Harmonie restent sans rien faire quand Horrorscor, qui est donc le frère de Diavil, sévit au grand jour. Que pense le Seigneur Archangeos de tout cela ?

- À toi de me le dire, répondit Balterik. Je ne suis plus un Gardien, et je n’ai donc aucune raison d’être en contact avec le Seigneur Archangeos. Mais quoi qu’il dise, ma réponse restera la même. Le gouvernement de Naya ne peut raisonnablement soutenir la Confédération contre le Grand Empire. Ceci dit, bien sûr…

Le président acheva sa phrase avec le sourire.

- Les Gardiens de l’Harmonie eux-mêmes ne sont nullement liés aux décisions de Naya, et peuvent agir où et quand bon leur semble.

- Je crois que la Confédération aurait préféré des hommes en armes, des Pokemon et du matériel militaire, plutôt que deux trois zozos en capes vertes, renchérit Ad.

- Ce n’est pas toi qui disait tout à l’heure que les guerres se remportés aujourd’hui avec des types qui lancent des trucs lumineux plutôt que des soldats et des armes ? Ironisa Kelifa. À toi toute seule, tu vaux bien une armée. Puis tu es riche non ? Tu n’as qu’à lever des fonds et payer quelques tanks à la Confédération.

Il était vrai qu’Adélie, en tant qu’héritière de la haute noblesse et inventrice de génie, ne manquait pas de liquidités, même si, paradoxalement, elle se fichait totalement de l’argent.

- Bon, on se débrouillera alors, conclut Ad. Si un seul d’entre nous peut gérer un des Démons Majeurs seul, ce sera toujours ça de gagné.

- Je vous envoies les autres alors ? Demanda Balterik.

- Seulement Narek. Cette guerre, c’est du gros bourrinage, et le pouvoir de Noémie serait inutile. Je ne veux surtout pas de Kinan ici, ou je passerai tout mon temps à le surveiller plutôt qu’à me battre. Quant à Killian, pas le temps de trouver où il est et de le rappeler.

- Ça ira vraiment, à trois ? S’inquiéta le président.

- Ce sera toujours mieux que zéro. Veillez contacter ma mère, et lui demander de faire jouer ses contacts dans la noblesse et au Parlement pour lever tout le matériel militaire qu’elle peut. Ah, et prévenez le Seigneur Archangeos aussi. Je sais qu’il est partisan du non-interventionnisme pour les affaires humaines, mais là techniquement, le boss ennemi, c’est un Pokemon de la Trinité des Ténèbres, tout comme Diavil.

- Compris. Je vous souhaite bonne chance. Oh, et Ad… Tu es sûre que ça ne te dérange pas, de te battre contre Venamia ? C’est toi qui ne cessait de répéter que tu avais une dette envers elle pour le soutient de la Team Rocket contre le Triumvirat et Odion.

- Je sais. Et je paies toujours mes dettes, c’est ma devise. Je tâcherai de trouver comment rembourser la Dirigeante Suprême tout en lui bottant le cul.

La communication prit fin, et Ad éteignit la télévision et ses images de la dévastation en cour à Algatia. Kelifa demanda :

- Alors, on part pour Algatia ?

Mais Ad secoua la tête.

- Le temps qu’on y arrive, la bataille sera déjà terminée. Et je veux Narek avec nous avant qu’on commence à se bastonner sec. Son Don offensif est parfait pour les batailles à grande échelle, et aussi dans du un contre un. En attendant qu’il arrive, il y a des personnes que je veux rencontrer. Des possibles alliés, si je dis pas de connerie.

- Je crois que tout le monde dans le coin a déjà choisi son camp. À qui tu penses ?

- À nos cousins, en quelque sortes. Ceux qui luttent contre Horrorscor depuis aussi longtemps que nous le faisons contre Diavil. Les Gardiens de l’Innocence. D’après mes recherches, ils se trouvent dans un manoir à Johkan. Je veux parler à leur chef. Nos patrons Pokemon respectifs étant frères, on devrait pouvoir s’entendre.


***


- C’est une très mauvaise idée, répéta une nouvelle fois Fantastux. Très très mauvaise. Fantastux n’est pas le Pokemon de la situation, non non !

Silas commençait à se lasser des incessantes jérémiades du Pokemon Spectre en haut de forme blanc. Plus ils approchaient de l’antre de Giratina, plus elles redoublaient d’intensité.

- Fantastux l’a pourtant dit et répété au Seigneur Marquis, poursuivit l’Agent de la Corruption. Fantastux a été content de le voir, et respecte ses décisions, mais Fantastux lui a bien dit qu’il n’était clairement pas un ami de Giratina…

- Et le Marquis a bien noté tes avertissements, répliqua Silas. Mais ami ou non de Giratina, il n’y a que toi qui puisse accomplir cette mission.

Sous ordres du Marquis, Silas et Fantastux étaient partis pour rencontrer Giratina, le gardien du monde des esprits, et négocier avec lui. Comme ce Pokemon Légendaire pouvait voyager entre les dimensions, le trouver n’était donc pas chose aisée. Fantastux étant une espèce de cousin des Noctunoir, il était capable de se rendre dans le monde des esprits, mais ne l’avait jamais fait, pour la simple bonne raison que contrairement aux Noctunoir, Fantastux n’amenait pas les âmes des défunts à Giratina ; il les gardait pour lui, enfermés à jamais dans le vide éternel de son chapeau blanc, quand il lançait son attaque Néantisation. Voilà pourquoi Giratina ne devait pas trop l’apprécier.

Mais Fantastux était nécessaire à cette rencontre, justement pour négocier avec le gardien des âmes selon les vœux du Marquis. Mais pour cela, il fallait arriver jusqu’à lui. Comme Fantastux n’était jamais allé dans le Monde des Esprits et refusait d’y mettre les pieds, passer par là était exclu, d’autant que Silas ne savait pas trop s’il aurait été autorisé d’entrée, étant un vivant et non une âme en perdition. Fort heureusement, Giratina habitait aussi un autre endroit. Une dimension parallèle qui échappait au sens commun, et où les gens tombaient parfois sans s’en rendre compte. On l’appelait le Monde Inversé, ou encore le Monde Distorsion.

Grâce à ses pouvoirs pouvant influer sur le réel, Silas avait quelque capacités pour voyager entre les dimensions, voir carrément en créer de nouvelles. Entrer dans le Monde Distorsion ne fut donc pas trop compliqué. D’après les légendes, ce monde, où Giratina a été banni par Arceus aux commencements des temps, était toujours relié au monde réel par quelques points ci et là. Les portes pour y accéder étaient toujours des miroirs, ou quoi que ce soit qui pouvait refléter la lumière. Face à une vitre, Silas avait donc utilisé ses pouvoirs imaginatifs pour créer une brèche temporaire et passer dans le Monde Distorsion en compagnie de Fantastux.

- Et puis ce monde n’a ni queue ni tête ! Continua à râler Fantastux. Arceus était saoul quand il l’a créé ou quoi ?

Là, Silas ne pouvait pas lui donner tort. La logique ne semblait pas avoir lieu dans le Monde Distorsion. On y retrouvait des maisons déformées, des escaliers qui donnaient sur nulle part, des arbres qui flottaient dans les airs, des cascades qui tombaient vers le haut plutôt que vers le bas, et d’autres trucs tout aussi dément. Autre chose de notable : ce monde était totalement vide. Il n’y avait pas âme qui vive, ni Pokemon, ni humains. Giratina vivait ici, seul, quand il ne se rendait pas dans son Monde des Esprits pour y régner comme maître de la mort. C’était là sa punition pour avoir tenté de défier Arceus le Créateur quand il a commencé à créer l’Univers.

La rancœur de Giratina envers Arceus était précisément la raison qui faisait qu’Horrorscor cherchait à recueillir son soutient. Ça, et le fait qu’il gouvernait sur le Monde des Esprits. Arceus, tout puissant soit-il, n’avait aucune emprise sur la mort, et n’avait pas pu empêcher Giratina de recueillir les âmes des défunts. Depuis la nuit des temps, Giratina emmagasinait les morts dans son monde. Selon le Marquis, il comptait à terme envahir le monde des vivants avec toutes les âmes qu’il a pu récolter, et prendre la place d’Arceus. Ce qu’il voulait donc, c’était des âmes, tout simplement. En clair, des morts, des morts en pagaille. Et ça, Horrorscor pouvait les lui fournir.

- Fantastux le sens, fit le Spectre avec une grimace. Là-bas, sur cette île sombre…

Il désigna une île noire et désolée qui flottait - à l’envers - dans le ciel. Silas n’essaya pas de trouver un chemin pour y parvenir. Il s’imagina seulement qu’il pouvait voler, et vola. Flottant dans les airs, Fantastux le suivit à contrecœur. Quand ils mirent pied sur l’île, une voix profonde et sombre retentit :

- QUI OSE VENIR ME DERANGER DANS MON MONDE ?

Fantastux sa cabra, comme s’il était en danger. Silas se contenta de s’incliner poliment.

- Nous sommes des envoyés du Seigneur Horrorscor, Maître de la Corruption. Nous venons seulement vous parler, ô grand Giratina.

La terre trembla, et Giratina se montra enfin. On aurait dit un serpent volant, gigantesque, le corps serti de six piques grises aux extrémités dorées. Son corps, de la couleur du platine, possédait des rayures rouges et noires centrées et cerclées. Il avait six ailes d’allures serpentines, chacune terminée par une pique rouge. Enfin, sa tête terrifiante était protégée par des plaques jaunes, qui par l’arrière faisaient offices de cornes. Ses yeux rouges à sclérotique noire étaient tout bonnement terrifiants, même pour Silas.

- Horrorscor ! Cracha Giratina avec mépris. Que peut bien me vouloir ce pleutre qui ne cesse d’user de subterfuge pour m’échapper ? Son âme aurait dû m’appartenir depuis bien longtemps, mais il l’a scellée dans son caillou et ne cesse depuis de vivre tel le parasite qu’il est, dans le corps des autres !

- Allons, ne soyez pas de mauvaise foi, sourit Silas. Vous n’avez pas eu l’âme du Seigneur Horrorscor, il est vrai, mais grâce à lui, depuis des siècles, vous bénéficiez d’un apport en âme régulier. La corruption requiert des morts.

Giratina pencha sa face de cauchemar vers Silas, qui resta de marbre.

- Tu es bien insolent, pour un humain. Et ton maître aussi, s’il a choisi comme émissaire le Pokemon qui t’accompagne !

Il toisa alors Fantastux qui aurait aimé se faire tout petit.

- Ce Pokemon est un voleur ! Alors qu’il était censé m’amener les âmes des morts, comme tous les Noctunoir qui me servent, il a préféré se les garder pour lui, et ose se prétendre comme le seigneur de tous les Pokemon Spectre !

- Fantastux aime bien faire parler de lui, mais n’y voyez aucune offense, répondit Silas. Et si je l’ai amené avec moi, c’est justement pour vous faire un petit présent. Cinq cent âmes qu’il garde précieusement dans son chapeau de néant.

- Quoi ?! S’écria Fantastux. Fantastux n’était pas au courant de ça !

Suspicieux, Giratina dit :

- Pourquoi me donneriez-vous des âmes ?

- Le Seigneur Horrorscor désire seulement être ami avec vous. Il a le même dédain que vous pour Arceus. En échange d’âmes pour votre Monde des Esprits qu’on vous fournira régulièrement, le Seigneur Horrorscor ne désire qu’une seule chose.

Giratina était clairement intéressé maintenant.

- Parle.

- Que vous ouvriez les Portes de la Mort, un mois durant.

D’abord surpris, Giratina rugit ensuite de colère.

- Que j’ouvre les portes du Monde des Esprits ?! Pour que les âmes puissent s’enfuir ?! Quelle est cette folie ?

- Oh, les âmes n’iront pas bien loin sans corps physique. Je crois qu’elle préféreront rester à l’abri chez vous plutôt que d’errer éternellement dans le vide entre les dimensions. Peut-être certaine tenteront-elles l’aventure, mais vos pertes seront minimes. Le fait est que nous avons besoin que les portes soient ouvertes pour invoquer certaines âmes pour la future armée du Seigneur Horrorscor.

- Quelles âmes ? Demanda Giratina.

- Celles qui seront le plus susceptibles de servir la corruption. Nous aurons juste besoin d’un mois, le temps nécessaire pour que notre armée asservisse le monde et le plonge entièrement dans la corruption. Après ce délai, nous vous renverrons les âmes que nous avons empruntés, et vous pourrez refermer les portes.

- Et comment comptez-vous invoquer les âmes en question ? Comme tu as dit humain, sans corps, elles n’iront pas loin, et ne pourront pas interagir dans le monde des vivants.

- Les âmes que nous voulons sont toutes connues du Seigneur Horrorscor. Il pourra les appeler sans problème. Quant à leurs corps, ce ne sera pas une difficulté non plus. Vous voulez que je vous montre ? En échange des cinq cent âmes que Fantastux va vous donner, nous en demandons une en particulier.

- Fantastux ne veut PAS se séparer de cinq cent âmes ! Protesta Fantastux. Ça lui a demandé énormément de temps et de meurtre pour les accumuler !

- C’est le désir du Marquis des Ombres, et du Seigneur Horrorscor, riposta froidement Silas. Tu veux vraiment affronter leur déplaisir, et risquer de devenir toi-même une âme jetée en pâture à Giratina ?

Ça coupa la chique à Fantastux, qui se soumit en silence en prenant son chapeau.

- Quelle âme veux-tu, humain ? Demanda Giratina.

Silas le lui dit, et l’échange eut lieu. Giratina ouvrit une petite porte vers le Monde des Esprits, et attira à lui une petite lueur blanche ; l’une de ses milliards de milliards d’âmes qu’il conservait. Fantastux, et bien malgré lui, relâcha cinq cent âmes de son chapeau, qui furent toute aspirées par la porte. Nul doute qu’elles se plairaient mieux dans le Monde des Esprits, en compagnie de leurs semblables, plutôt que dans le vide sombre et froid du chapeau de Fantastux.

Ce fut maintenant à Silas de jouer. Il puisa dans son pouvoir imaginatif, et commença à confectionner un corps pour l’âme errante revenue de la porte. Il avait l’image de ce corps en tête, et la proximité de l’âme de son détenteur l’aida à le recréer. Il ne serait pas à 100% identique avec le vrai, et n’aura pas ses pouvoirs passés, mais ça suffirait pour le moment. Une fois venu le temps de lever l’Armée des Ombres, Silas fera équipe avec le Marquis et Lyre pour recréer les corps originels avec toute leur puissance. Quand le corps fut terminé, l’âme fut irrémédiablement attirée vers lui. Quelque instant plus tard, l’individu, revenu à la vie, se leva avec hésitation.

- Voilà comment je fais, ô Giratina, sourit Silas.

- Tu es un humain bien intriguant. Ton pouvoir ressemblerait presque à celui d’Arceus, capable de créer tout ce qu’il désire.

- Je n’irai pas jusque là, mais ça peut être utile oui, répondit Silas, flatté que Giratina le compare au dieu tout puissant. Alors, vous êtes d’accord pour ce marché ? Le Seigneur Horrorscor est prêt à vous fournir au minimum un milliard d’âme durant le mois de l’ouverture des portes, et une arrivée régulière après.

- Ainsi soit-il, répondit Giratina, enthousiaste à la pensée d’un tel chiffre. Quand voulez-vous que les portes soient ouvertes ?

- Ce n’est pas pour tout de suite. Le Seigneur Horrorscor a encore des choses à faire. Nous vous recontacteront le moment venu.

Giratina acquiesça, et ouvrit une porte vers le monde réel pour les renvoyer chez eux. Une fois de retour, Silas se tourna vers l’homme qu’ils avaient ressuscité, qui semblait totalement perdu.

- À nous. Comment vas-tu, mon ami ? La vie t’a-t-elle manquée ?

L’homme regarda Silas avec incompréhension, puis son propre corps.

- Que… Pourquoi suis-je là ? Murmura-t-il.

- Tu étais mort. Nous t’avons ramené pour une bonne raison. Tu étais un digne serviteur d’Horrorscor de ton vivant. Nous voulons que tu le serves à nouveau.

L’homme cligna des yeux. Des yeux très différents l’un de l’autre. Celui de gauche était normal, clair, presque jaune. Mais celui de droit était grossier, en métal, cybernétique, avec une pupille rouge.

- Nous avons besoin que tu nous dises, Zelan Lanfeal, où tu as caché le Cœur d’Horrorscor, conclut Silas.