Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Bolt de orca



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : orca - Voir le profil
» Créé le 10/07/2015 à 05:35
» Dernière mise à jour le 14/08/2017 à 19:29

» Mots-clés :   Action   Drame   Kalos   Présence d'armes

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Résistante
Il pleuvait, peu m'importais, je marchais la mort dans l'âme vers le petit village en ruine.

Bolt marchais a mon côté la tête penchée vers le bas l'air aussi déprimé que moi, il n'y avais plus que nous. Il était mon seul moyen de défense, j'avais vidé mon fusil d'assaut en chargeant le tireur d 'élite et mon TT-33 sur le mastodonte dans l'accès de rage qui avait précédé la mort de mon meilleur ami.

Plus déprimé que jamais nous sommes entré par les portes taillés dans la muraille du village fortifié.
A l'intérieur un chaos morbide régnait, mais maintenant j'avais l'habitude, j'avançais lentement dans les décombres.

Soudain au milieu de cette horreur monotone des voix se firent entendre de l'autre côté d'une maison en ruine, je n'entendais pas précisément, je reconnus la langue de Kalos. Je m'approchais doucement en passant à l'intérieur de la ruine, par une brèche je vit deux soldats de Kalos braquant une jeune fille d'environ 18 ans qui pleurait adossée à un mur criblé de balle et recouvert de sang, plusieurs cadavre à ses pieds.

« - Regarde moi ça Wolrad, celle la on à bien fait de pas la tuer tout de suite elle est plutôt mignonne .

- Oh que oui ça fait longtemps que j'en ait pas vu une comme ça depuis notre départ d'Illumis, du moins vivante parce que des jolies résistantes les potos en dégomme pas mal sans réfléchir depuis le début de cette offensive, un vrai gâchis.

- Ouais ça fait du bien d'en trouver une vivante, je suis bien content qu'on soit resté pour défendre en fait.

- Bon je comm... »

Il n'eut pas le temps de terminer sa phrase qu'un éclair le foudroya, n'écoutant que mon courage j'ai accompagné l'initiative de Bolt en frappant le deuxième soldat d'un uppercut qui le fit lâcher son arme – D'où tu sort lardon ? Je vais vous exterminer toi et ton animal de compagnie! - me cria t-il en dégainant son couteau de survie, j'esquivai un premier coup de son arme blanche qui me passa tout près du nez quand Bolt le mordit au mollet en utilisant croc éclair. Son mollet paralysé le fit tomber par terre, j'ai attrapé le premier parpaing qui traînait par terre et lui ait fracassé le crane avec sans réfléchir.

Je me suis retourné vers la fille, toujours en pleurs.

« C'est bon ne t'en fait pas, il sont morts ils ne te feront plus de mal. Je suis un soldat de l'armée de l'Est, je suis ton ami, ne pleure plus. »

Toujours en larme elle me raconta en sanglot comment elle s'était retrouvée face à ces deux brutes.

«  Victoria à lancé un assaut depuis Illumis pour aller exterminer les force de l'Est dont tu fait parti et la résistance des villages et des villes non soumis à son autorité, il y à deux jours la majeure partie du village à été pilonnée par un bataillon de panzers - Sûrement celui à cause duquel moi, Bolt et Guillaume nous étions retrouvé seuls – ensuite le régiment de ses deux soldats à achevé la tache des tanks et éliminé les résistants survivants dont je faisais partie – effectivement l'un des deux soldats avait dit qu'elle était une résistante – ainsi que ma famille, ils les ont tous tués ils sont la ... à nos pieds »

Elle éclata à ce moment, ainsi donc toutes ses dépouilles criblés balles qui étaient à nos pieds c'était sa famille. Je me suis sentit d'abord très mal pour elle, puis ma détermination à détruire le régime de Victoria se raviva avec violence et je lui fit une proposition.

« Tu sais, avec mon Voltali nous partons vers l'Ouest pour rejoindre les forces de Shinnoh et débarquer avec eux pour reprendre Kalos et détruire le régime, si tu veut te venger tu peut venir avec nous, on à tout perdu nous aussi, notre armée et mes amis, le dernier qui me restait est mort sous le feu d'une sulfateuse il y à seulement quelques heures, on à plus rien à perdre et envie de tuer ces enflures, on ferait une bonne équipe

- Je marche avec toi ! Je sais magner les fusils, mes parents m'ont appris, j'ai une cache d'arme chez moi et je me ferais un plaisir de massacrer la commandante qui à tué les miens si je la retrouve, enfin elle est parti vers l'Est donc peu de chance mais je tuerais les autres soldats pour leur faire payer ça, tu verra on les tuera tous sans pitié et après la guerre on leur rendra honneur »

J'avais l'impression d'entendre la conversation que j'avais eut avec Guillaume en descendant de la montagne quelques heures avant seulement, cette fille était déterminée elle aussi et savait se battre elle serait une alliée très efficace dans ma quête. Je ne lui ait pas tout de suite parlée d' Yveltal car je n'avait encore aucune idée de comment le vaincre, ni même de ce qu'il était, pour l'instant le but était Victoria, le Pokemon annihilation attendrait.

10 minutes après on est arrivé chez elle, du moins ce qu'il en restait. A l'intérieur de sa grange toujours debout elle à ouvert une armoire remplie de fusils dépassés, principalement des modèles à verrou utilisés dans des périodes très reculées.

« M1 Garand, Mauser 98, Mosin Nagant, SVT 40, Lebel, SMLE, ce sont des armes très anciennes, plus de 500 ans, elles ont connues les deux premières guerres mondiales. C'est tout ce qu'on avait pour résister aux tanks de Kalos, la plus efficace que j'ai c'est cette mitraillette Madsen 50, à peine plus récente mais au moins elle tire en rafale, je la garde pour moi, toi tu peut te servir dans ce qui reste, au fait j'ai oublié de me présenter, je m'appelle Gwen et toi ?

- Je m'appelle Tom, content de te connaître et mon Voltali se nomme Bolt- répondis-je en attrapant le SVT 40 et quelques chargeurs.

- Ok, Tom et Bolt, je m'en souviendrai, bon maintenant on prend un peu à manger et on se met en route pour Molzheim et on part avec les trains vers le sud, on devrait pouvoir prendre un bateau pour Shinnoh depuis l'un des ports qui sera desservi j'ai vraiment hâte de leur faire payer - Elle finit sa phrase avec un mélange de rage et de sanglot presque effrayant.

- Ça me paraît un peu rapide comme plan mais on à que ça alors allons y, si on pouvait juste récupérer un peu ici en attendant demain, tu pourrait m'entraîner un peu au tir, je ne suis pas très bon.

Gwen m'a conduit dans une grande cours avec un de ses fusils. Elle mis debout un bloc de dimension humaine. Elle m'a entraîné avec un Lee Enfield Mark III (SMLE) de son armoire.

« Ok, tout d'abord le secret c'est de te concentrer totalement et de garder ton sang froid même contre un ennemi armé aussi, si tu est le plus concentré c'est toi qui le touchera, retient ta respiration quand tu ajuste ta cible pour être stable, maintenant va y dégomme moi ce gravât. »

Le bloc de ciment était à 50 mètres, bien épaulé je l'ai ajusté sur de l'avoir et je l'ai superbement raté.

Après une heure d'entraînement j' était capable de le toucher cinq fois sur dix, une balle sur deux. C'était encore faible mais c' était déjà mieux que mes performances dans l'armée avec l'AK. Gwen quand à elle arrivait à anéantir un melon à la même distance avec le même fusil en mettant chaque balle au but.
Nous somme entré dans la grange pour y dormir, j'ai posé mon sac de couchage et Gwen s'est posée sur un canapé.

Soudain sans prévenir un Arbok est entré brusquement et c'est dressé devant Gwen, surprise, j'ai épaulé mon fusil quand elle m'a crié « Non ne tire pas, c'est mon Pokémon ».

J'ai baissé mon arme soulagé, elle possédait donc un Pokémon et pas des moindres, un Arbok de 2,50 m de long.

« Il s'appelle Taranis, il est très affectueux ne t'en fait pas, papa me l'avait ramené de Kanto quand j'étais petite, c'était mon cadeau d'anniversaire, il était tout petit à l'époque, j'ai grandi avec, dans tout mes moments difficiles c'était mon confident. Il s'est enfui sous mon ordre quand les panzers ont pilonnés le village, je croyais qu'il était mort, ça fait plaisir de voir que non. Allez mon grand, fait moi un câlin tu est le seul qui me reste »

Elle serra l'Arbok contre elle en sanglotant doucement avant de s'endormir, l'ambiance était vraiment déprimante, j'étais comme elle en train de me lamenter en pensant à Guillaume mais on devait dormir, le lendemain une grosse journée nous attendait, nous devions prendre le train pour le sud à la gare de Molzheim.

Je m'endormis rapidement, mort de fatigue après les récents événements.