Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Bolt de orca



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : orca - Voir le profil
» Créé le 11/07/2015 à 00:53
» Dernière mise à jour le 14/08/2017 à 21:42

» Mots-clés :   Action   Drame   Kalos   Présence d'armes

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
La route du sud
Je courais avec mon SVT 40 au milieu d'un champs de bataille horrible, pire que les autres que j'avais vu, un mélange entre le cimetière de char auquel j'avais échappé et celui qu'il y avait sous la montagne.

J' était devenu un excellent tireur et aucun ennemi ne me résistait, engagé dans une mêlé aux côtés de Bolt et de nombreux soldats de l'Est nous chargions les lignes ennemies avec rage, mais aucune trace de Gwen je n'eut pas le temps de la chercher qu'un énorme nuage noir enveloppa la scène.
Cela dura une dizaine de secondes à peine.

Une fois qu'il fut dissipé je me retrouvait seul au cœur de la zone, tout était désert, un désert noir sous un ciel ensoleillé entièrement blanc jonché d'épave et de corps. Il y avait un silence extrême, pas la moindre brise j'entendais uniquement le bruit de mes pas dans la boue sanglante qui recouvrait la terre.

Au loin à environ 100 mètres j'aperçus un reflet rouge éclatant, je me suis approché doucement quand un tir détonna, ce reflet était celui du soleil dans la lunette d'un sniper, je le savais comment avais-je put hésiter je connaissait ça. La balle me traversa le cœur, exactement au même endroit que la ou Guillaume avait reçu sa balle mortelle.
J'avais extrêmement mal, mais au lieu de mourir comme ça aurait du être le cas j'ai ressenti une sensation de force, animé d'une puissance mystique j'ai foncé à toute allure vers le sniper.
Un nouveau tir, la balle arriva une fois de plus dans la région de mon cœur, elle me perfora et ressorti de l'autre côté, mais j' était indestructible, animé d'une détermination incorruptible.

De l'autre côté de sa tranché, je sentais la terreur du sniper qui s'acharnait, parvenant à m' atteindre à chaque tir à des points vitaux mais sans m' affecter. Il avait tiré 10 coups au total tous au but.
J' était sur lui.
Son annihilation était inévitable, Il jeta un dernier regard avant que je ne lui saute dessus, cette fois il ne put pas attraper son fusil par la crosse pour me frapper, j'armais mon SVT-40, braquais mon canon sur sa face encagoulée et pressais la détente l'atteignant entre les deux yeux.
Je regardait son cadavre devant moi, puis irrésistiblement j'enlevais sa cagoule et découvrit horrifié le visage de Gwen.
Mais pourquoi ?!
C'était incompréhensible, pourquoi m'avait elle attaqué ? Pourquoi nous étions nous retrouvés la tout les deux ?
Tout à coup mes blessures commencèrent à me faire mal et mon sang s'écoula par les impact, ma vue se floutait, je suis tombé sur le dos les yeux regardant vers le ciel, mon corps était paralysé et ma gorge sèche, je regardait le ciel devenu un ciel rouge d'apocalypse et y vit distinctement une sorte de Y géant voler avant que le noir ne recouvre tout.

J' avançait à présent dans un long couloir de béton éclairé par des tubes néons, le nom de Gwen était marqué sur les mur avec du sang, il semblait infini et je le parcourait sans en voir le fond quand les murs devinrent progressivement noir comme si la foudre les avait frappés. Au milieu de ce noir j'entendis des petits cris plaintifs et vit Bolt sur le sol.
Il était salement amoché, plusieurs traces de coups et un impact de balle, il me regardait tristement en poussant des petits couinements.
Je le pris sur mes genoux et me mis à le caresser en sentant une grande tristesse en moi, à bout de force il jeta un regard sur un objet à terre, un revolver, et me regarda avec un regard implorant, j'ai compris tout de suite ce qu'il voulait, à bout de force il me demandait d'abréger ses souffrances. En pleurant et en tremblant j'ai saisi l'arme de poing et fermé les yeux au moment fatidique, un grand boum puis plus rien, juste cet horrible silence, je voulais crier pour le briser, je ne pouvais pas, je ne pouvait que continuer à avancer.
Les mètres voire les kilomètres s'enchaînaient dans ce couloir, les murs en béton étaient à présent couverts de « Bolt » en plus des « Gwen » déjà présents. Tout était pareil, pas un gravier au sol, pas un néon qui marchait moins bien, pas un son, finalement je suis arrivé devant une lourde porte blindée, je l'ai ouverte avec difficulté, elle donnait sur une petite pièce minable avec un sol humide et noir ainsi qu'un lit.
C'est ce qui était écrit au mur qui me glaça le sang « TOM » en majuscule avec des caractères en sang de 1 mètre de haut. J'entendis du bruit derrière moi, une silhouette était entrée, TT-33 au poing, brutalement et sans pitié il tira une balle nette et précise qui me faucha violemment, la seul chose que je vit en m'écroulant avant que le nuage noir ne m'enveloppe était son visage... MON visage !

AAAAAAAAAH !!!!!!

J'ai poussé un grand cri puis je me suis réveillé, quel cauchemar atroce, je n'en avait jamais fait d'aussi horrible et perturbant, j'ai tremblé encore un bref instant dans mon lit en y repensant tandis ce que Bolt était monté sur mon lit me réconforter et se frotter à moi, je lui tapotait la tête machinalement en pensant que dans mon rêve je lui mettait une balle dans cette même tête alors qu'il agonisait.

J'oubliais ce rêve horrible en prenant le « petit déjeuner » (3 tranches de pain dur et un verre d'eau, il y avait bien des melons la veille, mais Gwen s'en était servi comme cible) avec Gwen, son Arbok et Bolt, visiblement vu les cernes qu'elle avait, Gwen avait passé une nuit aussi peu agréable que la mienne.
Ce cauchemar ne m'avait pas du tout reposé et j' étais exténué en prenant la route avec mon paquetage et mon arme sur le dos.

Le voyage fut long et sans histoire au milieu de la campagne ou les champs laissaient encore apparaître les traces des chenilles de panzers, cependant aucune trace de combat par la. Il était aux alentours de 13h quand Molzheim est apparue à l'horizon.

- Je pense qu'on devrait abandonner nos armes avant d'entrer dans la ville, ce n'est pas très discret, je peut camoufler ma mitraillette dans mon sac, mais toi avec le SVT ce n'est vraiment pas possible il fait un mètre de long – Me dit Gwen.
Ouais t'a raison, mais je pense que de toute façon avec mon uniforme pour moi la dedans c'est grillé.
Oh oui merde - Pestât-t-elle- C'est vrai qu'avec cette saleté sur le dos même sans arme tu ne passera pas inaperçu... Fait chier !
On devrait contourner un peu la ville et arriver directement par le chemin de fer pour arriver à la gare et prendre un train discrètement.
Ouais c'est une idée complètement folle, mais c'est possible, vu que je suis en civil je pourrait aller voir le panneau d'affichage et on trouvera une destination tranquille au sud genre Port-Granit histoire de rejoindre Shinnoh vite fait et de faire le débarquement avec eux. Le plus dur sera d'arriver à la gare, les voies sont gardés, à cause de mes collègues de la résistance qui les font péter pour détruire les convois de l'armée.
Bon je ne vois pas d'objection, de toute façon c'est moins suicidaire que d'arriver comme sa en ville, restons ici en attendant le coucher du soleil

La nuit venue nous sommes arrivé depuis les hautes herbes à côté de la voie ferré sur une zone non gardée.
Nous l'avons longée sans encombre jusqu'à un passage à niveau, à la lueur d'un lampadaire il y avait 5 soldats armés de pistolets et un plus problématique Démolosse, malgré notre tentative de les contourner le Démolosse nous à repéré en moins de 5 minutes avec son flair.
Il se mit à aboyer alertant les soldats qui avançaient avec leurs pistolets MK23 équipés de lampes. -Taranis, prend les par surprise- murmura Gwen à son Arbok qui se mit a ramper dans les hautes herbes avec agilité à une grande vitesse. Nous le vîmes se redresser autour d'un des soldats en étouffant le malheureux, ses camarades distrait par ce qui se passait se tournèrent vers lui n'osant pas tirer, sûrement de peur de le blesser.

- Maintenant ! - Hurla Gwen, mitraillette en main elle tira quelques coups pour descendre deux des soldats avec perfection. J'en ajustait un avec mon lourd fusil, lâchant une première balle trop vite je le ratait, je réarmais mon fusil quand la lampe de son pistolet se braqua sur moi... repéré je n'avais pas intérêt à le rater, en un superbe tir réflexe je le mettait à terre, l'atteignant au buste.
Bolt quand à lui envoyais ses éclairs sur le Démolosse qui ripostait avec des flammes d'enfer, brûlant les herbes instantanément à leur passage, heureusement le Voltali, agile, les évitaient sans problème, il parvint, pendant que je fauchais le dernier soldat à l'assommer avec une décharge surpuissante.

L'attaque avait été un succès, très brève elle avait duré 5 minutes à peine, cela faisait déjà 5 serviteur de Victoria hors d'état de nuire et ce n'était sûrement pas fini.
J'ai récupéré le MK-23 de l'un des soldats plus les chargeurs des autres, équipé d'un silencieux il ne rameuterait pas tout un régiment en cas d'échange de tir dans la gare à l'inverse de l'encombrant SVT-40 que j'ai laissé sur place.

La gare était un bâtiment impressionnant d'architecture ancienne avec de grandes vitres sur ses hauteurs. J'ai laissé Gwen partir en avant avec Bolt et Taranis pour consulter les horaires et les destinations des trains. Quand elle est revenu elle à dit qu'un train de marchandise en direction de Port-Granit à l'extrême sud partait à 3 heures.
La voie n'étant pas encore indiquée nous nous sommes cachés dans un abri anti pluie sur le quai.

Des soldats armés de M4-A1 patrouillaient en face, accroupis dans notre abris à l'abri de leurs regards nous attendions anxieusement. À 2h45 du matin nous sommes sortis furtivement, le train était sur la voie I, il y avait 2 voies à traverser pour y arriver, seulement les soldats nous verraient à coup sur.

Nous avons donc empruntés les tunnels qui servent aux voyageurs à rallier les voies inaccessibles par la surface, à part Taranis qui rampait sur les voies pour arriver devant l'escalier ou nous devions déboucher.

Nous n'avons pas traînés, au pas de course nous avons franchi le tunnel d'une traite , mais au moment de prendre l'escalier j'ai heurté un soldat qui les descendaient, pas le temps de réfléchir, Gwen m'a arraché mon pistolet et l'à expédié droit en enfer avant qu'il ne se relève, arrivé en haut nous avons rejoint Taranis et bondit dans un wagon du convoi qui commençait à s'ébranler, nous emmenant vers Port-Granit, je regardais une dernière avec tristesse fois cette région ou j'avais tant perdu avant de m'installer avec Gwen et Bolt contre l'Arbok qui posa sa tète près de nous.