Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 15/03/2015 à 08:52
» Dernière mise à jour le 15/03/2015 à 08:52

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 271 : Coupure nette

Lady Venamia se trouvait assisse derrière le bureau du Boss, sur son fauteuil. Il y a deux ans, elle aurait tout donné pour être à cette position, mais aujourd'hui, elle n'en éprouvait qu'une légère satisfaction. Ce n'était qu'une étape de plus dans sa quête du pouvoir. Elle devait viser plus haut. Bien plus haut. Toujours plus haut. De plus, elle n'avait pas vraiment le titre de Boss. Elle le partageait avec Vilius et Silas. La Team Rocket était sous contrôle de ce triumvirat improvisé qui assurait la transition jusqu'à qu'un chef définitif soit nommé.
Silas était avec elle dans le bureau, contemplant avec un léger sourire la vue du quartier général via la grande fenêtre du bureau. Vilius, lui, n'était pas là. Il s'évertuait maintenant de rétablir l'ordre dans toutes les bases Rockets de la région et d'ailleurs, et d'asseoir la nouvelle position du triumvirat. Venamia le laissait faire avec joie. Que cet imbécile s'occupe donc de la politique, il était doué à ça : discuter. Venamia, elle, se contentait d'agir. Très bientôt, elle viserait la présidence même de Kanto, que Treymar - ou qui qu'il fut d'autre - soit d'accord ou non.

- Ce fut une prise de pouvoir rondement menée, commenta Silas. Comme une lettre à la poste. Très peu d'officiers se sont ouvertement rebellés, et les bases éloignées se fichent un peu de qui commande ici.

- C'était calculé, expliqua Venamia. Ma GSR s'est chargée des officiers dont on était sûr qu'ils allaient poser problèmes. J'ai placé mes propres hommes sur divers points stratégiques depuis des mois. Nombre d'entre eux remplacent désormais ceux qui ont du nous... quitter.

Silas haussa un sourcil, amusé mais aussi inquiet.

- J'espère que vous n'y êtes pas allée un peu trop fort. Les bons officiers, c'est précieux, même s'ils sont loyaux à Giovanni. La plupart de ces vieux de la vieille, comme votre père, possèdent une expérience que vos gorilles de la GSR sont loin de posséder.

- Je ne les ai pas tous fait tuer. J'en garde pas mal prisonniers pour le moment. J'espère qu'avec le temps, ils se feront au nouveau régime, et qu'ils pourront me servir. Sinon, ils pourriront à jamais dans leurs cellules.

- Et Giovanni ?

Venamia haussa les épaules.

- Pareil que les autres. Il restera enfermé tant qu'il n'aura pas fait une déclaration annonçant qu'il se retire et nous passe le flambeau.

- Vous pourrez attendre longtemps. C'est un homme têtu.

- Eh bien, moi, j'attendrai au chaud, lui dans sa cellule.

Silas ricana.

- Vous êtes vraiment impitoyable, hein ? Je n'arrive pas encore à croire ce que vous avez fait au Plateau Indigo.

- Les honnêtes gens n'arrivent jamais bien haut. Je pensais que vous saviez ça, vous autre Agents de la Corruption.

- Vous devriez nous rejoindre. Sérieusement.

Venamia ricana.

- Non merci. La corruption est peut-être nécessaire pour le moment pour parvenir à mes objectifs, mais elle n'est pas une fin en soi. Je ne veux pas gouverner sur une société corrompue. Je veux l'ordre. Je veux la loi. Ma loi !

- Vous confondez la corruption et le chaos, j'ai l'impression, remarqua Silas. Ce sont deux choses différentes. L'ordre peut parfaitement régner dans un monde corrompu. En soi, la corruption est source d'une certaine harmonie. C'est une façon de vivre des gens. Ils pensent à eux avant de penser aux autres. C'est ainsi que les forts s'élèvent au dessus de la masse des faibles, loin de cette blague démagogique que l'on nomme égalité. Le Seigneur Horrorscor veut que les êtres humains se libèrent de leur faux-semblant, qu'ils prennent pleinement conscience d'eux. Corrompre, c'est libérer. Corrompre, c'est le pouvoir. Vous avez corrompu en quelque jours une région entière. Niez-vous que vous y ayez pris plaisir ? Que vous vous êtes sentie puissante ?

Venamia ne pouvait pas prétendre le contraire. Manipuler la plèbe, la retourner contre Igeus, avait été une expérience des plus plaisantes.

- La corruption est le mode de vie naturel de tous les êtres vivants, poursuivit Silas. C'est une chose née d'un paradoxe. Se battre pour préserver la paix est toujours source de guerre. Et la haine nait de la volonté de protéger l'amour. Toute ces choses sont connectées, une relation de cause à effet qui ne peut être annulée et qui mènera toujours le monde vers une seule chose : la corruption.

Venamia haussa les sourcils.

- Vous vous êtes fait philosophe dans vos heures perdues, Silas ?

- Non, j'ai juste étudié. C'est le précédent Marquis des Ombres, Funerol, qui a écrit cela. C'était un génie de la corruption.

- Et un très bon compagnon, ajouta Horrorscor dans l'esprit de Venamia. On a passé de bons moments à réfléchir sur la corruption, lui et moi. J'ai beaucoup appris de lui.

- Ainsi, tu apprends de tes hôtes ? Lui demanda Venamia.

- Bien sûr. J'étudie aussi votre race. Vous autres humains êtes des personnes fascinantes. Vous êtes si prompt à la corruption... C'est pour cela que je veux un monde libéré des Pokemon, sous la seule direction des humains. J'ai beaucoup appris de toi, Lady Venamia. Et j'espère que tu as toi aussi appris de moi.

Venamia regarda Silas, qui avait l'air interrogateur. Elle se rendit compte qu'elle avait parlé à haute voix tout à l'heure.

- Votre Seigneur est en train de me faire la morale, expliqua Venamia.

- Bien sûr, sourit Silas. Vous avez énormément de chance de pouvoir parler directement avec le Seigneur Horrorscor. Sa sagesse est millénaire, ses pouvoirs infinis !

- C'est surtout un foutu squatteur, répliqua Venamia. Je ne l'ai pas invité dans ma tête.

- Si tout ce passe bien, il devrait bientôt vous quitter pour récupérer son vrai corps. Sa résurrection approche à grand pas. Nous avons fait tomber un autre Pilier de l'Innocence. Il n'en reste plus qu'un, avant que les Sept Péchés Capitaux ne soient totalement libres.

- C'est quoi ça, exactement ? Demanda Venamia. Un concept ?

- C'est bien plus qu'un concept, Lady Venamia. Les Sept Péchés Capitaux - la Paresse, l'Orgueil, la Gourmandise, la Luxure, l'Avarice, l'Envie et la Colère - sont les fondements même de la corruption. Ils sont incarnés par sept êtres, qu'on nomme les Démons Majeurs. Ces démons sont les Agents de la Corruption ultimes, les plus fidèles et puissants soldats du Seigneur Horrorscor. Ils ont été scellés lors de la toute première guerre, par Erubin et les premiers Gardiens de l'Innocence. Un pour chaque Pilier. Mais ce n'est qu'une fois tout les Piliers détruits que leurs pouvoirs reviendront, et qu'ils pourront s'incarner comme jadis, en des êtres surpuissants et quasiment invincibles. Une fois qu'ils se rangeront du coté du Seigneur Horrorscor, ce dernier aura déjà gagné. Les faibles Gardiens de l'Innocence d'aujourd'hui ne pourront rien contre eux, d'autant que l'on vient de saboter la source de leur pouvoir, et qu'on a enlevé le Premier Apôtre.

- Vous voulez dire... votre père ?

- En effet. Il sera bientôt entre les mains du Marquis. Et le Marquis est, comme vous, un maître dans l'art de corrompre. Peut-être pourrons-nous en faire une nouvelle recrue de choix.

Silas Brenwark - non, Mister Smiley - croisa le regard de Venamia. La lueur dans ses yeux violets étaient inquiétantes, et Venamia frissonna malgré elle.

- Jusque là, nous jouions à la guéguerre en secret avec les Gardiens, mais c'est terminé. Les Gardiens ne sont plus rien. Dès que le dernier Pilier sera tombé, nous sortirons au grand jour, avec une armée de la corruption qui dévorera le monde. Nous serons peut-être disposés à vous laisser régner ici, si c'est selon nos désirs.

- C'est une menace ? Vous voulez faire de moi votre chienchien ?

Silas rigola.

- Nullement. Nous voulons faire de vous notre alliée. Réfléchissez-y bien. Car ceux qui ne sont pas nos alliés sont nos ennemis, et le Marquis des Ombres n'est pas spécialement quelqu'un de patient.

Le Marquis... Venamia se rappela alors ce qu'elle avait ressentit au Plateau Indigo.

- Vous m'avez bien dit que les hôtes d'Horrorscor pouvaient se détecter entre eux, c'est cela ?

Surpris par le changement de sujet, Silas n'en acquiesça pas moins.

- En effet. Ce serait comme si votre corps était attiré par un autre, tout comme les morceaux d'âmes du Seigneur Horrorscor sont attirés entre eux.

- Je pense avoir senti quelque chose de similaire au Plateau Indigo. Votre Marquis se trouvait-il là-bas ? Horrorscor n'a rien voulu me dire.

Silas haussa les sourcils, perplexe.

- Bien sûr que non. Il protège l'identité de ses différentes hôtes. Mais le Marquis, au Plateau Indigo ? Ça m'étonnerait... Vous pensez à quelqu'un en particulier ?

- C'était quand je me suis approchée de Vaslot Worm. Il y avait Eryl avec lui. Je n'ai pas su dire de qui ça provenait précisément.

Un éclat de compréhension brilla dans le regard de l'Agent de la Corruption.

- Ah, je comprends...

- Ça ne peut pas venir de Worm, hein ? Sinon, je l'aurai senti la première fois où je l'ai rencontré, lors de cette réunion avec les Apôtres d'Erubin. Mais Eryl...

Le sourire de Silas s'élargit.

- Ce n'était pas Eryl Sybel. Pas celle que vous connaissez, en tout cas.

- Qu'est-ce que vous racontez ?

Mais Silas secoua la tête

- J'en ai déjà trop dit. Vous n'êtes pas l'une des nôtres, je ne peux pas parler comme je le voudrai. Tâchez de le découvrir vous-même.

Avec un autre ricanement, il sorti de la pièce. Venamia se rassit, agacée. Voilà pourquoi elle ne pourrait jamais s'allier aux Agents de la Corruption. Elle n'était pas fondamentalement opposée à leur idéologie, mais ses membres avaient trop de secrets. Jamais elle ne pourrait faire confiance à Silas, et même après deux ans de vie commune, elle se méfiait toujours d'Horrorscor. Il se jouait d'elle. Venamia savait que son seul but était sa résurrection, quitte à la faire tuer par son Marquis des Ombres, pour lui voler son fragment d'âme. D'un autre coté, aurait-elle pu arriver là où elle est maintenant sans Horrorscor ? Venamia devait juste le convaincre qu'elle était un bien meilleur hôte que le Marquis, qui qu'il soit. Alors, ce serait à Venamia d'éliminer le Marquis pour prendre possession de son morceau d'âme. Elle réunirait en elle Horrorscor tout entier, et de fait deviendrait la chef légitime des Agents de la Corruption, qu'elle dirigerait comme elle l'entendait, pour ses propres besoins. Elle allait se servir d'Horrorscor comme il s'était servi d'elle.

Encouragée par cette idée, elle se remit au travail. Elle avait fait ce qu'elle devait ici, à savoir prendre le pouvoir sur la Team Rocket. Elle pouvait laisser Vilius réorganiser le tout et stabiliser la situation, tandis qu'elle retournerait à Johto. Là-bas, elle écraserai Erend et s'emparerai de la région entière. Ce sera son dernier acte qui allait la propulser à la présidence de la région. Elle s'entretint rapidement par hologramme avec son le nouveau général en chef. Il avait bien fallu remplacer Boxtown, et par quelqu'un qui lui était bien plus disposé. Ce quelqu'un était le général Krova, l'un des rares commandants de bases qui avait soutenu l'ascension de la GSR dès le début. C'était un chef militaire compétant, mais un peu imbu de lui-même. Il lui apprit que quasiment tout Johto était dors et déjà conquit, à part la capitale, Doublonville. Ses défenses étaient plus importantes que prévues, et donnaient du fil à retordre à l'armée Rocket sur place. Venamia lui demanda de l'attendre. Elle voulait être celle qui allait écraser Igeus. Avec son Mégador, ses vaisseaux de l'Empire Lunaris et la X-Squad, Igeus ne pourrait rien contre elle. Ensuite, elle fit venir dans son bureau le capitaine Ian Gallad de la GSR, ainsi que Crenden.

- Vos rapports messieurs, exigea-t-elle.

- Ceux qui défiaient votre nouvelle autorité à Azuria ont été écrasé, madame, fit Gallad. Le Chef d'Etat Treymar a fait une allocution à l'Assemblée, affirmant qu'il soutenait la nouvelle direction de la Team Rocket.

- Bien. Nous ne resterons pas ici longtemps. Qui dit nouvelle direction dit nouveau QG. La Team Rocket a besoin d'un cadre plus... grand et puissant, maintenant qu'elle contrôle la région. Nous bâtirons notre nouvelle place forte à Safrania, le centre de la région. Une mégalopole entière sous le signe de la Team Rocket. Crenden, vous vous rendez là-bas. Je veux que vous supervisiez sa construction. Faite un truc aussi tape à l'œil que le Mégador. Une ville forteresse, avec l'armement qui va avec, tout ça... Je vous fais confiance.

- Ça, c'est cool, affirma Crenden. Ça veut dire que je n'ai plus besoin d'assassiner personne ?

- C'est ça, confirma Venamia. Maintenant que nous sommes aux affaires, si on veut assassiner quelqu'un, on a plus à le faire en secret. Oh fait, qu'en est-il de votre précédente mission ? Tuno est bien en miettes ?

Crenden leva les yeux au ciel.

- Le labo l'est, en tout cas. Et le colonel était dedans.

- Est-ce qu'il a pleuré quand il a entendu Sharon démembrer sa copine Shadow Hunter ? Demanda Venamia, avide de savoir. Est-ce qu'il a crié, imploré ma clémence ?

- Je n'ai pas jugé utile de regarder ça. On n'a pas les mêmes passions, vous et moi.

Venamia lui donna congé d'un geste de la main. Puis elle se retourna vers Ian.

- Je retourne à Johto sur le champ. Vous, vous restez ici. Je veux que vous me localisiez Estelle, la fille de Giovanni. Et si vous pouvez me l'attraper, n'hésitez pas.

- Morte ou vive ?

- Je préfèrerai en vie, mais ce n'est pas une obligation. Faite gaffe, quand même. Elle est très dangereuse, bien qu'elle n'en ait pas l'air, et elle a sans doute Domino avec elle. Ces deux là sont les derniers Agents qui ne se sont pas rangés derrière moi, et les nostalgiques de Giovanni pourront trouver en Estelle un porte étendard. Elle doit disparaître au plus vite. Chargez vous de ça avec Naulos.

- À vos ordres, madame.

Gallad salua et sorti à son tour. Venamia s'affaissa contre son fauteuil, satisfaite de la situation. Ses ennemis étaient soit morts, soit cachés, Johto allait très bientôt tomber sous sa coupe, et sa popularité auprès du peuple était toujours très haute. Plus rien ne pouvait l'inquiéter, si ce n'était peut-être les manigances de Silas et de ses comparses.


***


Après tout ce qui s'était passé ces derniers jours, Mercutio n'avait pas rallumé son portable. La première chose qu'il vit quand il le fit, ce fut un message laconique d'Eryl, qui disait : « ATTENTION. MEFIEZ-VOUS DE SILAS BRENWARK. TRES PROBABLEMENT UN AGENT DE LA CORRUPTION ».
Mercutio dut relire le message cinq fois pour bien assimiler ce qu'il disait. Comment Silas pouvait-il être un Agent de la Corruption ? Il était le fils du chef des Gardiens de l'Innocence ? Il avait aidé Eryl à les combattre ! D'un autre coté, Mercutio ne connaissait pas trop l'Agent 004. En fait, il ne l'aimait pas beaucoup. C'était depuis que Siena l'avait rencontré, et qu'elle avait fondé la GSR avec lui, qu'elle a commencé à changer. Et donc, si ce mec était réellement un Agent de la Corruption, ça pouvait beaucoup de choses sur le comportement actuel de Siena. Se faisait-elle manipuler par ce type ? Comme il n'était pas loin du bureau de Tender, autant le mettre au courant. Il frappa et entra.

- Dîtes, mon général, je viens de recevoir...

Mais il s'arrêta. Tender n'était pas seul. Il y avait Galatea et Zeff avec lui. Ainsi que, penaud et essayant de ne pas se faire remarquer...

- Faduc ? S'étonna Mercutio.

L'adolescent frémit, et baissa les yeux. Mercutio ne l'avait plus vu depuis un moment. À l'époque où le commandant Penan l'entraînait, il vouait une profonde admiration envers la X-Squad qu'il souhaitait rejoindre plus tard. Mais Siena l'avait pris avec elle dans sa GSR. Ce n'était qu'un gamin, mais le fait qu'il possède un Latios comme Pokemon faisait de lui un atout non négligeable. Mercutio avait apprécié ce gosse par le passé, mais désormais, tous ceux qui portaient l'uniforme de la GSR ne trouvaient guère de grâce à ses yeux.

- Qu'est-ce que tu fous là ? Demanda froidement Mercutio. C'est Siena qui t'envoi ?

Mercutio était inquiet. Siena avait-elle découvert que Tuno était en vie et à la base G-5 ?

- N-non, balbutia Faduc. Pas Lady Venamia. Elle ne sait pas que je suis là. S-suis venu... de mon propre gré.

- Le jeune capitaine Faduc s'apprêtait à nous dire quelque chose d'important selon lui, expliqua Tender. Quelque chose que Venamia ne tiendrait pas à révéler, si j'ai bien compris.

- O-oui, acquiesça Faduc en déglutissant. Elle... elle me tuerait si elle apprenait que je vous l'ai dit, mais... je ne pouvais plus garder ça pour moi. Je ne... je ne supporte plus ce qu'elle fait !

- Comme nous tous, soupira Galatea. Allez mon gars, parle. Ça concerne Tuno ?

- Le colonel Tuno ? Répéta Faduc, surpris. Non. Pourquoi ? Qu'est-ce qu'il a ?

Faduc ne semblait pas au courant de la situation concernant Tuno. Probablement que Siena ne lui avait rien dit.

- Rien qui ne doive te préoccuper, fit Mercutio. Alors, c'est quoi ce secret ?

- Lady Venamia... commença Faduc. C'est elle qui a fait tirer sur miss Kyria, ce jour là, au Plateau Indigo. Elle a détourné le croiseur de Johto. Elle voulait... se débarrasser à la fois de l'Agent 008, détruire cette paix naissante, et accuser Igeus pour pouvoir conquérir Johto et gagner en popularité.

Silence. Grand silence. Puis Mercutio, bouillant de rage, attrapa Faduc par le col de son uniforme et le plaqua lourdement contre le mur.

- Et tu l'as laissé faire ça, petite ordure ?! Tu étais au courant, et tu n'as prévenu personne ?!

- N-non, je... Je ne l'ai appris qu'après...

- Mais tu lui as laissé quand même le temps d'envahir Johto et de faire son Coup d'Etat !

- Je... je ne...

Zeff s'avança et libéra Faduc de la poigne de Mercutio.

- Ça suffit vieux, dit-il. Essais de comprendre la position du gamin. Siena est son commandant, et il a choisi de la trahir pour nous. Il mérite des remerciements, pas des accusations.

Se faire sermonner par Zeff... Mercutio devait vraiment être à cran. Mais cette nouvelle fut celle de trop. Jusque là, il avait toujours vu sa sœur Siena comme quelqu'un bouffi d'ambition, certes. D'arrogante. D'insupportable parfois. De dangereuse aussi. Mais jamais il n'aurait pensé qu'elle puisse faire une chose pareille. Cet acte odieux s'ajoutant à ce qu'elle avait fait au colonel Tuno, Mercutio ne pouvait plus en douter : Siena Crust... non, Lady Venamia était une ennemie, une personne mauvaise. Il ne savait pas ce qui avait pu la faire changer à ce point, mais c'était indéniable. Il ne pouvait plus lui trouver d'excuse. De son coté, le général Tender secoua la tête, accablé.

- J'aurai dû la balancer par la fenêtre quand elle est née...

- Ne parlez pas comme ça, je vous en prie, supplia Galatea. Siena... ça ne peut pas être vrai, tout ça ! Ce n'est pas elle !

- C'est toi qui a été voir ce qu'elle avait fait à Ujianie non ? Demanda Mercutio.

- Oui mais... je pensais... Elle devait considérer qu'elle avait de bonnes raisons. Ujianie était une Shadow Hunter. C'est vrai que le colonel n'aurai pas du rester avec elle. Mais là...

- Oh, je suis sûr qu'elle pourra nous dégoter quelques autres bonnes raisons pour justifier son geste, ricana Mercutio.

Il hésita à leur parler du message que lui avait envoyé Eryl. Ça pousserait sans doute Galatea à accuser Silas et à trouver des excuses à Siena. Hors Mercutio ne voulait pas lui trouver d'excuses. Pas après ce qu'elle avait fait à Tuno. Pas après ce qu'elle avait fait à Kyria. Pourtant, il ne pouvait pas l'ignorer non plus...

- Lady Venamia est repartie à Johto, leur dit Faduc. Le siège de Doublonville a commencé. Elle aura certainement appelé la X-Squad.

- Ah oui, ça... fit Tender en soulevant une feuille d'un air dégouté. Je serai bien tenté de lui répondre qu'elle aille se faire voir.

- La gamine est chef de la Team Rocket maintenant, fit remarquer Zeff. Si on s'avise de lui désobéir, on sera taxé de traîtres et punis en conséquence.

- Sa prise de pouvoir n'était pas légale, répliqua Tender. Elle et ses copains 003 et 004 ont renversé le Boss.

- Mais tout le monde semble l'accepter maintenant, renchérit Galatea. Les autres Agents n'ont rien dit. Et le Chef d'Etat Treymar soutient aussi le triumvirat.

- Ça, c'est encore une saloperie de Venamia. Elle et Treymar se sont entendus, c'est obligé. Ils ont collaboré pour déchoir le Boss de son poste de Chef d'Etat, et maintenant, Treymar lui renvoi l'ascenseur. Un foutu faux-jeton, lui aussi...

- Alors, qu'est-ce qu'on fait ? Demanda Zeff. On raconte à tout le monde le mensonge de Venamia ?

- Au stade où c'en est, ça ne changera rien, dit Mercutio. Ça ne sauvera ni Johto ni Igeus, et la GSR contrôle Kanto comme elle veut. Personne ne nous croira, et même si y'en a, Venamia n'aura aucun mal à les faire taire, tout comme nous.

Mercutio s'en voulait. Il avait accusé Igeus à tort, et même tenté de le tuer. Tout ça parce qu'il le suspectait de chercher à lui voler Eryl...

- Général, quels sont vos ordres ? Demanda Mercutio.

- Tu demandes à moi ? Je ne sers plus à rien, fiston. Je n'ai plus aucun pouvoir. Ceux qui ne contrôlent rien n'ont pas à prendre de décision. La X-Squad a encore le pouvoir de s'opposer à Venamia si elle le souhaite. Et en l'absence de Tuno, c'est toi l'officier le plus gradé de l'équipe, et donc son commandant. T'en dis quoi toi ?

Mercutio secoua la tête.

- J'en dis qu'il est hors de question de continuer à servir Venamia. Je ne sais pas ce qu'on peut faire, mais je sais que ça, on ne peut pas le faire.

Tender hocha la tête.

- C'est ce que je pense aussi. Mais étant donné la dangerosité de cette décision, je veux laisser le choix au personnel de cette base. Je ne vais pas les mener dans une rébellion s'ils entendent demeurer loyaux au régime actuel.

- Vos hommes vous sont loyaux, général, dit Galatea. Envers vous, et envers le Boss. Y'en a beaucoup dans cette base qui ont connu Siena plus jeune, et ils ne pourront tous que constater à quel point elle a changé.

- Alors donc, on refuse de l'aider pour gagner Doublonville ? Demanda Zeff.

- Je veux lui parler avant, dit Mercutio. Ecouter ce qu'elle a à dire pour sa défense.

Le visage de Mercutio dut paraître si féroce en ce moment que Galatea plissa les yeux, inquiètes.

- Tu ne feras rien d'autre, hein ?

- Je ne vais pas la tuer, soupira Mercutio. Ou du moins, je tâcherai d'essayer.

- Je... je suis avec vous, intervint Faduc. Je ne peux plus rester dans la GSR après tout ce qu'ils font.

- Au contraire, ça serait bien si tu y restais encore un moment, garçon, lui répondit Tender. Avoir une taupe chez Venamia ne serait pas de refus. Ne fais rien pour la contredire, obéis-lui bien gentiment, quoi qu'elle puisse te demander. Puis trouve un moyen de nous rendre compte.

- Très bien, acquiesça Faduc. Je ferai de mon mieux.

Il quitta le bureau du général avec le sentiment qu'il avait fait ce qu'il fallait, et il se sentait tout d'un coup mieux. Il n'avait toutefois pas parlé de ses soupçons concernant le meurtre du commandant Penan. D'une, parce que ce n'était toujours que des soupçons, et de deux, parce que s'ils se vérifiaient, Faduc voulait être le seul à venger le commandant.