Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 08/03/2015 à 07:58
» Dernière mise à jour le 09/04/2019 à 22:41

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 270 : Le début du cauchemar
Eryl avait cru contempler le summum de l'horreur à Kalos, avec la destruction de la Tour Prismatique et la désolation d'Illumis. Aussi espérait-elle un peu de réconfort en rentrant au manoir Brenwark, parmi les siens. Rien ne l'avait préparé à ce nouveau spectacle. Le manoir était en partie incendié, des murs étaient brisés, et le grand et beau jardin dans un état de chaos total. Pire que tout, le cimetière des Gardiens de l'Innocence avait été saccagé, plusieurs tombes profanées. Et partout, on se dépêchait de soigner les blessés et de recouvrir les morts.

- Par Arceus… jura Eryl en voyant tout ça. Que s'est-il passé ?!

À ses côtés, Cosmunia ne put répondre. Tout cela devient encore plus inquiétant quand plusieurs Gardiens désignèrent Eryl du doigt, avec crainte et même avec colère, comme si elle était responsable de tout ce désastre. Monsieur Izizi et la comtesse Divalina vinrent vite à leur rencontre, accompagnés d'un homme au costume doré et aux cheveux ondulés qui ne pouvait être que Silvestre Wasdens. Tous trois avaient plusieurs blessures visibles, mais ils entourèrent Eryl comme si elle était une dangereuse criminelle.

- Halte, ordonna Izizi. Plus un geste. Assez de complot pour aujourd'hui.

- Monsieur Izizi ? Fit Eryl, perplexe.

- Que signifie tout ceci ? Demanda Cosmunia.

- Je suis désolée, dame Cosmunia, commença Wasdens, mais nous avons de bonnes raisons de penser qu'Eryl Sybel est soit une traitresse, soit un imposteur.

Eryl fut si atterrée qu'elle ne put répliquer quoi que ce soit. Cosmunia ne se laissa pas démonter.

- C'est absurde. Qu'est-ce qui vous fait dire ça ?

- Nombre d'entre nous ici on vu Eryl commander à des morts-vivants hier soir, et enlever le chef Brenwark, répondit Divalina de sa voix chantante.

- Le Premier Apôtre a été enlevé ? Répéta Cosmunia.

- Et le manoir attaqué, confirma Izizi. Par une personne qui n'était autre qu'Eryl Sybel ici présente !

- Eh bien, c'était cette personne, votre imposteur, répliqua calmement Cosmunia. La jeune Eryl est avec moi depuis une semaine. Et je peux vous assurer que c'est la vraie. Je sens très bien l'emprunte d'Erubin en elle. C'est une chose impossible à imiter.

Izizi se gratta la tête, perplexe.

- Eryl était avec vous à Kalos, vous dites ? Depuis tout ce temps ?

- Depuis tout ce temps, confirma Cosmunia. Elle ne m'a jamais quittée.

- Mais... elle se trouvait aussi dans le manoir, cette semaine ! Serait-ce le complot extraterrestre que je redoutais tant ?!

- Comment pouvait-elle être ici ? S'agaça Cosmunia. C'est Vaslot qui m'a suggéré de l'amener avec moi à Kalos... D'ailleurs, il est où ?

Wasdens prit un air sombre.

- Pas là. Il a disparu depuis l'attaque d'hier soir. Et Vaslot ne nous a jamais dit que la jeune Sybel était partie avec vous.

Divalina enroula une mèche de ses cheveux arc-en-ciel du bout des doigts.

- Ah là là... il s'est fichu de nous alors. Il est de mèche avec les Agents de la Corruption.

Eryl n'arrivait pas à y croire. Elle n'avait bien sûr aucune raison valable de faire confiance à son oncle, mais après qu'elle eut parlé avec lui, elle était certaine qu'il lui avait dit la vérité. Qu'il était un ennemi d'Horrorscor. Et Eryl était douée pour se faire une idée sur les gens. Comment avait-elle pu se tromper à ce point ?

- Des morts-vivants ont attaqué le manoir, vous dites ? Résuma Eryl. Et quelqu'un qui me ressemblait les commandait ?

- En effet, acquiesça Wasdens. Les cadavres en question étaient ceux de notre cimetière.

Eryl déglutit.

- Mes parents...

- Leur tombe est intacte, la rassura Divalina. Elle était trois fois plus grande et solide que les autres. Votre... double n'a pas osé y toucher, ou n'a pas eu le temps. Mais... comment peut-on ranimer des morts ?

- Mister Smiley avait un pouvoir similaire, dit Eryl. Il nous a attaqués avec des zombies, à la Fédération Ranger. Vous vous souvenez, monsieur Izizi ?

- Oui, répondit celui-ci. Les morts se sont soulevés ce jour ci, comme je l'avais prévu. Ce n'était qu'une question de temps.

- Vous voulez suggérer... que cette personne qui vous ressemblez, c'était ce Mister Smiley ? Demanda Wasdens.

- Je ne pense pas que ça court les rues, la capacité de zombifier les cadavres. Ce Mister Smiley doit avoir aussi la capacité de modifier son apparence, et il a pu se faire passer pour moi.

Wasdens se prit le front, gêné.

- Je l'ai rencontré au Plateau Indigo lors de la cérémonie de paix. Vous... je veux dire... elle était avec Vaslot. Ce n'était pas vous, je présume...

- C'est la première fois que je vous rencontre, monsieur Wasdens, répondit Eryl. Si quelqu'un peut m'imiter sans que ça se remarque, je...

Puis elle se souvint alors de quelque chose. Quelque chose qu'elle aurait dû dire depuis le début.

- Silas ! Lui savait que je me trouvais à Kalos ! Quand je l'ai appelé pour lui signaler la position du Septième Pilier, il n'avait pas l'air étonné de me voir !

- Et Silas ne nous a rien dit, poursuivi Izizi d'un ton furieux. Rien sur le Septième Pilier. Nous ne savions rien jusqu'à que nous entendions aux actualités que la Tour Primastique avait été détruite. Nous avons donc fait le lien.

- Et les Agents le savaient, ajouta Divalina. C'est donc que Silas...

- ... est un traître lui aussi, conclut Eryl.

Le propre fils du chef Brenwark, et l'un des six Apôtres... Comment personne n'avait-il pu ne rien remarquer ? Si Vaslot Worm ne faisait rien, il est vrai, pour attirer la confiance des autres, Eryl avait toujours vu en Silas un vrai Gardien de l'Innocence. N'avait-il pas été l'élève de son propre père ? Silvestre Wasdens sembla craquer et jeta sa canne à pommeau par terre d'un geste rageur.

- Nous avons été aveugle. Les Agents se sont joués de nous. Et donc maintenant, il ne reste plus qu'un seul Pilier, le chef s'est fait capturer, et Johkan est plus proche que jamais de sombrer dans l'abîme. Tout est en train de s'écrouler...

- Que ce passe-t-il ici ? S'inquiéta Eryl.

Personne n'osa lui répondre.

- Il vaut mieux que vous voyez ça de vos propres yeux, Eryl, fit enfin Silvestre. Les chaînes de télés ne diffusent plus que l'information de minute en minute.


***


Si Eryl avait pu penser que rien n'aurait pu arriver de pire après la destruction du Septième Pilier, la trahison avérée de Worm et Silas et l'enlèvement du Premier Apôtre, elle en fut pour ses frais. À l'intérieur du manoir, dans le grand salon qui n'avait pas trop souffert de la bataille d'hier soir, elle regardait la télévision et se mettait au courant de tout ce qui s'était passé cette dernière semaine. Et elle eut l'impression d'avoir quitté la région depuis plusieurs années. La guerre avait finalement éclatée entre Kanto et Johto, après une tentative de conciliation ratée qui avait provoqué un scandale. Erend Igeus aurait saboté la cérémonie pour tenter d'assassiner les Rockets présents. Eryl ne pouvait y croire. Elle avait rencontré Igeus. Elle avait senti la sincérité derrière ses paroles de paix. Qu'il fasse quelque chose pareil était totalement fou.

Et sur ce, voilà qu'Eryl voyait des images de son petit-ami Mercutio, avec d'autres de la X-Squad, qui se battaient en première ligne à Johto, derrière les troupes de Lady Venamia. Une autre trahison de plus pour Eryl, et qui lui fit bien plus mal que celle de Worm ou de Silas. Mercutio lui avait toujours dit qu'il était contre la politique de Venamia et la guerre qu'elle voulait mener à Johto. Pourquoi se battait-il à ses cotés à présent ?

Giovanni avait été évincé de la présidence par le sénateur Treymar, sur proposition même de Venamia, ce qui n'augurait rien de bon. Comment Treymar, qu'elle avait rencontré aussi, pouvait-il s'allier à Venamia ? Lui aussi, il lui avait menti ? Combien de trahison devrait-elle encore supporter aujourd'hui ? Mais le cauchemar ne s'arrêtait pas là. Hier soir, Venamia et ses alliés avaient fait un Coup d'Etat dans la Team Rocket, prenant le pouvoir à Giovanni. Et Silas était dans le coup. Silas et Venamia... Depuis le début, ces deux-là étaient ensemble. Si Silas servait les Agents de la Corruption, ça voudrait dire que Venamia aussi ? Ou bien est-ce Silas qui avait corrompu Siena ? Eryl avait mal à la tête. Le monde était en train de devenir fou. Cosmunia, qui regardait les actualités avec elle, était elle aussi ébranlée.

- C'est pire que je l'aurai imaginé. Horrorscor a fait du bon travail. Johkan nage dans la corruption la plus profonde.

- Vous pensez donc que les Agents de la Corruption sont liés à tout ça ? Demanda Eryl.

- Difficile de ne pas y voir la main du Marquis. Retourner les peuples contre les autres, renverser les gouvernements, mettre des tyrans aux pouvoirs ; tout cela a toujours été son œuvre. Et surtout avec Silas qui est désormais très haut placé dans la Team Rocket. Il doit tirer les ficelles, d'une façon ou d'une autre, en ce qui concerne Lady Venamia. Il faut prévenir nos alliés Rockets. Leur dire de se méfier de Silas.

- Nous ne pouvons faire que ça, dame Cosmunia ? Demanda désespérément Eryl. Le Premier Apôtre est entre les mains des Agents, et le Pilier Céleste a plus que jamais besoin d'être protégé de Vrakdale !

- Je sais tout ça, mais agir dans la précipitation n'apporte jamais rien de bon. On ne pourra rien faire tout seul, mon enfant. Les Gardiens ont subi un coup dur. On ignore où les Agents ont amené le chef Brenwark, et on sait qu'on ne peut rien faire contre Vrakdale.

- La X-Squad nous aidera. Monsieur Izizi en a discuté avec eux. Ils ont sûrement un plan pour arrêter Vrakdale, et pour délivrer le chef Brenwark...

- Je crois que pour l'instant, la X-Squad est légèrement occupée, coupa Cosmunia. Et à présent, ils ont Lady Venamia et Silas Brenwark comme chefs. Ce n'est qu'une question de temps avant que toute la Team Rocket ne se retourne contre nous...

Eryl secoua la tête.

- Non. Pas Mercutio. Pas la X-Squad. J'ai... Je veux avoir foi en eux, dame Cosmunia. On a fait trop de chose ensemble pour que je puisse douter d'eux.

Cosmunia garda le silence, puis fit, doucement :

- La foi est dangereuse, comme on vient de s'en rendre compte. Je ne considérai pas comme acquis qu'on puisse totalement se fier au fils du chef Brenwark, mais en revanche, j'avais foi en Vaslot Worm. Avec le chef et moi-même, il était le seul Apôtre ayant participé à la dernière guerre contre les Agents. C'était un homme désagréable, égoïste et vaniteux, mais je ne doutais pas de son engagement contre Horrorscor. Et vois comme je me suis trompé aujourd'hui. Je souffre de ma propre bêtise, jeune Eryl. J'espère que tu n'auras jamais à connaître pareille souffrance.


***


Ithil était dans une position difficile : il ne savait plus trop quoi faire. Ce qui était absurde, car, toute sa vie s'était résumée à ça : comment servir au mieux sa famille. Avant, il obéissait aux ordres de son père. Il tuait qui il disait qu'il fallait tuer, il espionnait qui il disait qu'il fallait espionner. Puis son père était mort, et Erend avait pris la tête de la famille Igeus. Pour Ithil, rien n'avait vraiment changé. Il servait Erend comme il avait servi leur père avant lui.

C'était sous les directives d'Erend qu'Ithil avait rejoint la X-Squad. Erend voulait qu'il les espionne, certes, mais aussi qu'il gagne leur confiance, afin d'en faire, dans le futur, de possibles alliés contre Venamia. Ithil avait obéi. Il avait renoncé à sa nature solitaire pour se rapprocher de ces gens-là. Il avait fini par les respecter, même par les apprécier. Mais voilà : Erend lui avait aussi donné pour instruction de les éliminer si jamais ils s'avisaient de rejoindre Venamia contre lui. Et c'est ce qu'ils avaient fait, du moins une partie d'entre eux. Mercutio, Galatea, Zeff et Tuno avaient rejoint l'armée de Venamia et s'étaient battus en premières lignes à Johto.

Ithil aurait dû dès lors les éliminer, même ceux qui étaient restés à Kanto, à savoir Djosan, Goldenger et Solaris. Mais il ne l'avait pas fait, car il n'était pas certain que ce soit là la volonté d'Erend. Ithil ignorait encore ce qui s'était exactement passé au Plateau Indigo. Erend avait vraiment fait tirer sur l'Agent 008 et la foule ? Ça ne lui ressemblait pas. Oh, Ithil ne doutait pas qu'il en fut capable, si ça pouvait servir ses projets, mais là, une telle action ne lui servait à rien si c'était la paix qu'il recherchait.

Ithil attendait des instructions. Le problème, c'était que Johto était envahi, et Erend probablement retranché à Doublonville. L'holoprojecteur-récepteur miniature qu'il gardait caché dans son estomac pour contacter Erend ne lui servait à rien en ce moment, Venamia ayant bombardé tous le réseau satellite de Johto. Ithil était dans le noir. Privé d'instructions, c'était comme s'il était aveugle, lui qui avait passé sa vie à obéir à ses maîtres. Il n'avait pas appris à penser de lui-même.

Il attendait donc, à la base G-5, tandis que la guerre se déroulait là-bas, tandis que la Team Rocket était passée aux mains des Agents 002, 003 et 004. C'était mauvais, ça. Ithil avait vite identifié l'Agent 002 Venamia comme l'ennemi numéro un d'Erend. Ithil n'avait pas à penser ni à donner son opinion, mais cette femme ne lui plaisait pas. Elle jouait avec les autres pour son propre bénéfice. Elle ne croyait en rien, si ce n'était en son pouvoir. De plus, elle était inutilement cruelle. Ithil en avait eu la preuve tout récemment.

C'était le lendemain matin de la Nuit des Flammes, comme on l'appelait déjà. On venait de retrouver le colonel Tuno, blessé et en état de choc, dans la cour de la base. Personne n'avait pu dire comment il s'était retrouvé ici, alors qu'il était censé être à Johto. Tuno avait d'abord déliré pendant un certain temps, puis il était tombé dans une léthargie terrible. Ithil avait compris qu'il avait dû se passer quelque chose avec Ujianie. Et lui seul savait où Tuno l'avait envoyé. Quand Mercutio et Galatea étaient rentrés de toute urgence, il avait dévoilé le secret de Tuno aux jumeaux. Ça ne les avait pas choqué plus que ça ; apparemment, avec leur Flux, ils s'étaient doutés de quelque chose concernant Tuno. Puis Galatea était partie, aussi vite que son Flux le lui permettait, vers la maison à Lavanville où Tuno avait caché sa famille. Il craignait le pire. De toute évidence, Venamia avait fait quelque chose.

- Pourquoi le colonel ne nous a rien dit ? S'énerva Mercutio à côté de lui. On se doutait qu'il avait conservé un contact avec Ujianie, mais qu'elle était enceinte... Bon sang ! Il aurait dû partir depuis longtemps ! Quitter la Team Rocket ! Il pensait que Siena ne le remarquerai pas, elle qui cherche depuis des mois à prendre le contrôle de la X-Squad ?!

- Je crois qu'il avait prévu de démissionner, avoua Ithil. Mais il tenait encore à terminer le travail. Cette affaire avec ce Vrakdale...

Ithil hésita à lui en dire plus, mais y renonça. Pas besoin que Mercutio soit au courant de l'autre secret de Tuno concernant son lien avec Vrakdale.

- Et toi ? Continua Mercutio. Pourquoi tu n'as rien dit, si tu étais au courant ?

- J'en ai fait la promesse au colonel, Mercutio Crust. Puis, il n'était pas... prudent que trop de monde soit au courant.

- Siena l'était, elle, apparemment, grommela Mercutio. Tu crois qu'elle... aurait essayé de tuer Tuno ?

- C'est plus que probable, en effet. Combien de ses ennemis sont morts hier soir tandis qu'elle prenait le pouvoir ? Elle voulait se débarrasser de tous en même temps. J'ignore comment le colonel s'en est sorti, mais il était destiné à mourir lors de la Nuit des Flammes. Désormais, nous abritons un traître au nouveau régime.

Mercutio serra les poings.

- Merde ! Qu'est-ce qui ne va pas, avec elle ?! Attaquer Johto est une chose, mais un Coup d'Etat contre le Boss ? Et tenter de tuer le colonel ? Elle a pété les plombs !

Ithil garda le silence, mais selon lui, ça faisait un moment que Siena Crust agissait ainsi. Son frère avait simplement été trop aveugle. Tuno était toujours en bloc opératoire. Les médecins n'avaient pas encore trouvé ce qu'il avait. Sa main gauche avait noircie, mais n'était pas brûlée. Et cette chose, quoi qu'elle fût, était impossible à enlever. Galatea revint deux heures plus tard, toute essoufflée.

- Tu as fait vite, commenta Mercutio.

- J'ai volé à l'allée et au retour, expliqua Galatea. Les flics étaient déjà sur place, mais j'ai réussi à m'infiltrer en leur brouillant l'esprit. Je... c'était...

Galatea était toute pâle, vraisemblablement choquée. Elle mit un moment avant de trouver ses mots.

- Ujianie était bien là. Avec la mère du colonel. Cette dernière a été décapitée. Il y avait aussi le Badapunk du colonel, brisé en deux. Quant à Ujianie...

Galatea déglutit.

- Elle... Oh, par Arceus Mercutio, elle était en morceaux ! Je n'ai jamais vu un truc pareil ! On lui a arraché tous les membres, et ou-ouvert le ventre... Et il y avait... par terre...

Elle ne put continuer, mais c'était inutile. Mercutio et Ithil avaient bien compris ce que le meurtrier avait fait. Ithil sentit la colère le gagner. C'était ça, la justice de Lady Venamia ? Tuer les nourrissons alors qu'ils étaient encore dans le ventre de leur mère ? Mercutio, qui avait pris sa sœur dans ses bras pour la réconforter, avait lui aussi un regard de pure haine. Et d'incompréhension.

- Pourquoi faire ça ? Demanda-t-il. Ujianie ne faisait plus rien de mal. Elle voulait juste vivre heureuse avec le colonel... Pourquoi ?

Galatea secoua la tête, les yeux pleins de larmes. Ithil, quant à lui, s'interrogeait. Même en étant enceinte, Ujianie restait une Shadow Hunter. Qui Venamia avait-elle pu envoyer pour qu'on la retrouve dans cet état ? Ithil n'avait que peu de doute sur la question. Ça sentait le travail de Sharon. Il avait rejoint la Shaters après la création de cette fille, mais il en avait entendu parler par les autres. L'être humain avec la plus forte résonnance au Fanex. Un être fabriqué que pour tuer les autres, avec aucune émotion. Un être qu'au final, même les Shadow Hunters n'avaient pas pu contrôler.

- E-est-ce qu'on... doit le dire au colonel ? Demanda Galatea en regardant la porte de la chambre.

- Je crois qu'il le sait déjà, Galatea Crust, fit Ithil. Venamia n'aurait sûrement pas résisté à l'envie de le tourmenter encore plus.

- Je vais quand même lui parler, dit Mercutio. Faut que je sache ce que les toubibs ont trouvé sur lui, et que je sache qui a bien pu le sauver.

Ithil laissa Mercutio entrer dans le bloc. Le G-Man assassin éprouvait de la compassion et de la tristesse pour Tuno, qui était un homme de bien, selon lui. Mais d'un autre côté, cette situation était favorable à Erend. Après un coup pareil de la part de Venamia, Ithil doutait que la X-Squad ne la soutienne bien longtemps.


***


Ce que lui avait raconté Galatea avait déjà pas mal bouleversé Mercutio, qui ne s'était toujours pas remis de la mort de Kyria. Mais là, les médecins venaient juste de l'achever, avec leur rapport. Et Tuno venait de ressurgir, quittant sa léthargie. Mercutio se devait de lui dire. Mais le colonel pourrait-il l'encaisser, après tout ça ? Les toubibs l'avaient laissé faire, étant partis mettre Tender au courant. Mercutio ne se faisait pas trop de souci par rapport au général. Même si Venamia voulait la mort de Tuno, Tender ne le trahirai jamais. Le vieux général n'avait pas avalé l'éviction du Boss hier soir, et la mort de nombre de ses amis officiés, tués par la GSR parce qu'ils étaient trop proches du Boss. Ça faisait aussi office de message envers les autres Rockets : soutenez Lady Venamia, ou mourrez.

Mercutio s'approcha prudemment de Tuno. On l'avait sanglé sur le lit. Le choc qu'il avait subi, suivi de la nature de sa... pathologie faisaient que les médecins se devaient de prendre leur précautions. Le colonel était conscient, mais son regard vide. Il regardait un coin du mur comme s'il n'avait jamais vu quelque chose d'aussi passionnant. Son bras contaminé était couvert de bandage. Mercutio s'éclairci la gorge. Tuno ne le regarda qu'à peine, pour ensuite revenir à la contemplation de son coin de mur.

- Colonel. Je suis désolé pour...

Pour quoi était-il désolé, au juste ? Pour sa fiancée ? Pour son bébé ? Pour sa mère ? Pour son Pokemon ? Et puis d'ailleurs, qu'est-ce que Tuno en aurait à faire, de ses excuses ?

- Nous... aimerions savoir ce qu'il s'est passé, colonel ? Continua Mercutio. Vous avez été enlevé ? La GSR vous a menacé ?

Tuno soupira, et fit un vague geste de sa main libre.

- Quelle importance, maintenant ?

- Ça en a, colonel. Il nous faut savoir de quoi Siena est capable.

- Pourquoi ? Tu l'ignores, Mercutio ? Ou bien, tu as fait semblant de ne pas le voir ?

- Je suis désolé, répéta Mercutio.

Il avait vraiment mal pour Tuno. Son impayable supérieur, toujours joyeux, toujours insouciant, dragueur et un incorrigible fainéant. Il lui semblait aujourd'hui voir un homme qui plus jamais n'aurait une seule once de pensée positive.

- Où vous ont-ils amené, colonel ? Réessaya Mercutio. Était-ce au laboratoire du professeur Lirian, à Johto ?

- Bravo. Un point. Venamia voulait le faire sauter en même temps que moi. Comment tu as deviné ?

Mercutio indiqua le bras bandée de Tuno.

- Votre main... Vous êtes entré en contact avec une des formules qui étaient stockées là-bas, n'est-ce pas ? Le truc qui transforme les humains en G-Man ?

- Et alors ? C'est si moche que ça ? Demanda Tuno avec un désintérêt notoire.

- Les toubibs disent que votre ADN a déjà commencé à se transformer. La contagion se fait à partir de votre main. Très lentement, mais elle remonte le long de tout votre corps. On ne sait pas encore... comment stopper ça.

- Suffit juste de couper la partie contaminée, non ?

- Ça ne suffira pas. Ça pourrai ralentir la contagion, mais ce sont toutes vos cellules qui sont touchés, et au-delà de votre seul bras. Et comme vous le savez... ces formules étaient foireuses. Les cobayes de Lirian n'ont jamais survécu à une transformation complète.

Tuno haussa les épaules, comme si mourir lui importait peu, ce qui était probablement le cas maintenant.

- Mais ne perdez pas espoir, colonel, reprit Mercutio. On va mettre Natael sur le coup, il trouvera comment vous guérir. Il trouve toujours tout...

- Quel Pokemon ? Demanda Tuno.

- Hein ?

- De quel Pokemon était tirée la formule qui m'a contaminé ? J'ai vu ce que sont devenus les Sygmus de Vrakdale. Par curiosité, j'aimerai bien savoir à quoi mon cadavre va ressembler.

- Je... En fait, c'est un Pokemon peu commun, ce qui n'arrange pas le boulot des médecins. On a jamais, même dans la Team Rocket, eut l'occasion de l'étudier. Je me demande même comment Lirian a fait pour obtenir cette formule, je...

- Mercutio, coupa Tuno.

Le jeune homme soupira.

- Le Pokemon des cauchemars, Darkrai. Votre corps est en train d'hériter de son type Ténèbres. La moitié de votre bras est déjà entièrement noir.

Tuno resta silencieux, le regard vague. Puis soudain, il éclata de rire. Un rire très différent de celui dont Mercutio avait l'habitude. Un rire sans joie, froid, de dément.

- C'est drôle, n'est-ce pas ? Ricana-t-il. Mon âme est prisonnière d'un cauchemar sans fin, et voilà que mon propre corps en prend maintenant l'apparence.

Tuno repartit dans son rire. Mercutio était désespéré. Il attendit patiemment que Tuno ait fini. Puis au bout d'un moment, le colonel demanda :

- Combien de temps il me reste, si vous ne trouvez aucun remède ?

- Il ne faut pas penser à ça, protesta Mercutio. On a encore beaucoup de temps pour...

- Combien ?

Mercutio soupira.

- Les toubibs estiment à environs huit mois le temps que mettra votre corps pour être totalement contaminé. Mais vous serez mort d'ici là. Votre organisme ne pourra pas supporter ces changements brutaux. Trois à quatre mois, au plus.

La nouvelle laissa Tuno de marbre.

- Je vois...

Il sourit, puis dit :

- C'est marrant de voir sa fin arriver au ralenti sans pouvoir rien faire. Je sais ce que mon vieux a du ressentir tout ce temps, à présent.

Mercutio fronça les sourcils, perdu, mais Tuno ne donna pas plus d'explication. Il se contenta de dire :

- Vaut mieux que vous me remettiez à Venamia. Elle pourra m'achever convenablement, et vous, vous n'aurez pas d'ennuis.

- C'est hors de question qu'on vous abandonne, colonel !

- Et qu'allez-vous faire ? J'ai appris que Venamia avait pris les commandes. Si elle apprend que je suis en vie ici...

- Elle n'en saura rien. Le labo de Lirian est en cendre, à présent. Seul celui qui vous a sauvé sait que vous êtes en vie en dehors de nous. D'ailleurs, vous ne vous rappelez pas qui c'était ?

Tuno secoua la tête.

- Pas vraiment. Une femme je crois, mais je ne m'en souviens plus. Mais quelle importance ? Je n'ai plus envie de vivre, Mercutio. Même toi, tu peux le comprendre. Je n'ai plus rien, plus de famille, et je suis un traître envers la Team Rocket.

- Selon Siena seulement, répliqua Mercutio. Vous ne serez jamais un traître ici. Pas dans cette base. Et vous nous avez nous. La X-Squad. C'est votre unité, colonel. On tient tous beaucoup à vous.

Tuno le regarda avec son même regard froid qui tétanisa Mercutio.

- Je ne suis plus le colonel Tuno. Il est mort dans ce labo. En même temps qu'Ujianie, et que ma fille. Laisse-moi, maintenant. Laisse-moi me plonger dans ce cauchemar qui est désormais mon corps et mon âme.

Et il se remit à rire. Mercutio ne put que battre en retraite, le cœur en morceau. Après Penan, après Kyria, il venait de perdre une autre personne qui lui était chère.