Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Apocalyptica de Drayker



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Drayker - Voir le profil
» Créé le 21/06/2014 à 18:51
» Dernière mise à jour le 15/11/2017 à 20:27

» Mots-clés :   Drame   Présence de poké-humains   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 17 : La danse du feu
Lina déposa son morceau de papier dans l'urne installée devant le réfectoire. Loin vers l'ouest, le soleil déclinait lentement au-dessus de l'horizon.

« A voté ! » fit Thrak, debout à côté de l'urne.

Un autre homme dont elle ignorait le nom, lui aussi chargé de superviser les votes, raya la jeune fille de la liste qu'il tenait à la main. Selon la volonté d'Andrew, un hybride et un humain avaient été nommés pour s'occuper de la journée de vote, dans une optique de coexistence.

Beaucoup d'humains avaient râlé, et certains étaient même allés jusqu'à dire que Thrak allait probablement truquer les élections. Mais bien qu'ils proviennent de deux communautés différentes, les deux hommes avaient l'air de bien s'entendre, et Lina se réjouissait de voir qu'il restait quelques humains encore ouverts d'esprit.

« Tiens, tu es la plus jeune votante du camp, l'informa l'humain. C'est la première fois que tu fais ce genre de démarche ?
- Ouais. Joshua n'a pas voté ?
- Joshua... Joshua, Joshua... Ah, Joshua Kamaro. Il est plus vieux de toi de quelques mois, si j'en crois ce que vous avez déclaré tous les deux au recensement. Et si, il est passé toute à l'heure.
- Ça va, vous crevez pas trop de chaud, en plein milieu de la colonie ? » interrogea la jeune fille en voyant le visage en sueur de son interlocuteur.

En effet, le canyon était désert. Tous les survivants s'étaient réfugiés dans les différentes grottes après le discours d'Andrew. La chaleur était à la limite de l'insoutenable et il n'y avait qu'eux trois pour braver le soleil écrasant.

« Moi, ça va... Mais Samson, par contre... fit Thrak de sa voix profonde.
- Je suis en nage. Au début, on avait installé l'urne en plein milieu... Mais on a vite bougé à l'ombre, c'était un coup à cramer sur place. Vivement que ça se termine ! C'est éreintant, de rester là, à attendre que le soleil se couche.
- Il reste beaucoup de monde à voter ?
- Pas tellement. La plupart des gens ont déposé leur bulletin dès l'annonce. On doit encore avoir une dizaine d'indécis, pas plus.
- Quand est-ce qu'on aura les résultats ?
- Un quart d'heure après le coucher du soleil. On n'a pas besoin de plus de temps pour compter une soixantaine de bulletins, de toute façon. » répondit Thrak.

La jeune fille acquiesça en silence et s'en fut chez elle, laissant les deux hommes retourner à leur conversation. Toute l'après-midi, elle avait observé humains et cobayes s'agiter. Plusieurs débats avaient fait rage au réfectoire. Un homme avait même violemment protesté contre le fait que les hybrides soient autorisés à voter, mais son discours radical n'avait pas pris. La tendance, chez les humains, semblait quand même en faveur de Kendall.

Les hybrides, eux, s'étaient tous réunis chez Élise - à la demande de l'infirmière. La caverne avait beau être adjacente à sa propre grotte, Lina ignorait quel genre de propos s'y étaient tenus, les murs de roche étant bien trop épais pour laisser filtrer le moindre son. Quoi qu'il en soit, les cobayes étaient sortis de la caverne quelques heures auparavant, et avaient quasiment tous voté en même temps, les uns à la suite des autres. Nul doute que leur décision était unanime ; ils votaient Andrew. Mais la jeune fille avait eu beau regarder, elle n'avait pas pu trouver Kate parmi la foule d'hybrides. La jeune femme se cachait-elle ?

Lina, lasse et fatiguée d'attendre le verdict final, parvint chez elle. Sa grotte, assez spacieuse, était l'une des rares fermées par une palissade en bois, qui, quoique fragile, était plus stable et plus rassurante qu'un rideau. Les quelques bricoleurs doués du camp lui avaient confectionné une porte, qui, même si elle laissait passer la lumière par de multiples interstices, était largement préférable à une étoffe. Privilège de première femme à avoir rejoint la colonie - avec Amara.

L'intérieur était constitué d'une seule pièce, de forme irrégulière. Lina ne vivait pas dans le grand luxe - de toute façon, ça n'avait jamais été le cas. Ainsi, outre un matelas poussiéreux, une table, quelques chaises et une commode, elle n'avait aucune possession particulière. Oh, il y avait bien quelques fringues à peu près à sa taille récupérés ça et là, et le strict nécessaire, mais rien de valeur...

Lina fouilla un des tiroirs de la commode et attrapa un miroir brisé, dans lequel elle s'observa. Ses cheveux, depuis toujours roux, hésitaient à présent entre le flamboyant et l'ocre, probablement à cause du sable ; et sa peau était chaque jour légèrement plus foncée - que ce soit à cause du soleil de plomb ou de la poussière qui volait en permanence dans l'air, elle n'en savait rien.
Elle ôta son éternel ruban noir et l'enserra dans son poing en soupirant. Elle n'arrivait pas à se résoudre à arrêter de le porter. Elle ne pouvait pas lui faire ça. Pas encore. Pas à elle.
Ses yeux gris furetèrent un instant dans la caverne, à la recherche de son paquet de cigarettes.

Elle s'était promis d'arrêter après l'épisode du Rhinocorne. Son manque d'endurance l'avait effrayée, et elle savait très bien que ces années passées à fumer finiraient tôt ou tard par lui porter préjudice.

Mais là, elle avait vraiment besoin d'une clope. En grommelant, la jeune fille saisit son briquet et alluma une cigarette. Ah, le plaisir d'une bouffée... C'était devenu un rituel, et ce depuis bien longtemps, mais un rituel ô combien relaxant.

Si relaxant qu'elle faillit ne pas entendre que l'on frappait à sa porte. Intriguée, Lina tourna la tête vers l'entrée.

« Entrez ! »

Le panneau de bois s'ouvrit en grinçant et Joshua entra en clopinant sur ses béquilles.

« Salut. Je te dérange pas ?
- Qu'est-ce que tu veux ? » répondit Lina sans douceur.

Le garçon semblait instable sur sa jambe valide, aussi s'arrêta-t-il et se contenta de rester debout là, l'air pantois.

« Euh... Je...
- Roh, c'est bon, vas-y, pose-toi. » lâcha la jeune fille.

Elle se leva de son matelas en pinçant les lèvres, attrapa une chaise et la posa près de Joshua, qui s'y assit avec empressement.

« Merci.
- T'en as pour combien de temps, avec ta jambe ?
- Sais pas. Encore une bonne semaine, normalement. La balle est ressortie, mais Élise n'a pas tout réparé, même si elle a bien accéléré la guérison.
- Pourquoi ça ?
- Pas trop compris... Elle disait que ses pouvoirs étaient imparfaits, et qu'elle préférait éviter de soigner quand il y avait trop de dégâts internes. Selon elle, j'ai un joli trou en plein muscle, et elle préfère laisser la nature finir son travail plutôt que de tout foutre en l'air. »

Lina haussa les épaules et tira une bouffée de sa cigarette. Elle ne parvenait pas à se figurer tout ce dont Élise était capable. L'infirmière lui avait dit qu'elle n'avait à l'origine aucune connaissance en anatomie, et en effet, si elle parvenait à refermer les blessures peu profondes, Lina ne l'avait jamais vue réparer un organe ou un muscle. Ses pouvoirs semblaient se résumer à des guérisons superficielles - en plus de pouvoir transférer de l'énergie au malade, ou de le maintenir en vie même s'il avait perdu énormément de sang, comme ce fut le cas de Joshua. Quel genre de Pokémon pouvait bien faire ça ?

Bah. Lina n'y comprenait rien.

« T'es allée voter ? demanda Joshua après un silence gênant.
- Oui. Pour Andrew. Et toi Kendall, j'imagine.
- Non. Andrew aussi.
- En vrai ? fit Lina en haussant les sourcils.
- Kendall est dangereux. Et raciste.
- Ah parce que toi tu l'es pas, peut-être ? »

Joshua soupira. Ses cernes en disaient long sur son état de fatigue.

« J'ai pas envie qu'on s'engueule.
- Qu'est-ce qui te prends, ces derniers temps ? T'étais le pire raciste que je connaisse, et maintenant tu joues le petit prince tolérant. Tu cherches à te faire pardonner, ou quoi ? grogna Lina.
- Pas la peine d'être agressive, tu sais ? C'est juste que... je me suis rendu compte que je m'étais comporté en connard avec à peu près tout le monde depuis que Jakar a... hésita Joshua.
- Tué ta sœur ? » acheva Lina sans aucun tact.

L'adolescent acquiesça sans un mot. L'espace d'un instant, Lina se dit qu'elle y était peut-être allée un peu fort. La jeune fille tira sur sa cigarette pour se calmer.

« J'étais convaincu que les hybrides étaient un danger, et que n'importe lequel d'entre eux pourrait un jour faire la même chose que ce que ce monstre a fait à Mara. Ok, c'était con, comme raisonnement. C'était pas du racisme. J'avais mes raisons. Et la plupart des humains ont les mêmes.
- Des raisons à la con. C'est quand même du racisme. Thrak est toujours en première ligne quand Salmyre attaque, non ? Et Élise t'as sauvé. Comment on peut penser que les cobayes soient dangereux après tout ce qu'ils ont fait pour le camp ? pesta Lina.
- C'est pas à moi qu'il faut le dire. Lyrian m'a sauvé et a même buté un type pour moi. Alors que la seule fois où il m'avait rencontré, je l'avais traité de monstre.
- Même si certains font les cons à rentrer dans le jeu de Kendall, les hybrides sont plus humains que certains « pure souche », grommela la jeune fille.
- Je m'en suis rendu compte, oui.
- Alors c'est juste pour ça que tu t'es pointé ? Me dire que t'es un gentil repenti, maintenant ? »

Joshua haussa les épaules et attrapa ses béquilles.

« Je sais pas. Je veux juste que tu me considère plus comme le dernier des enfoirés.
- Ouais, ben ça, ça risque de prendre un peu de temps. » rétorqua Lina.

Le garçon soupira à nouveau et se leva avec difficulté. L'air las, il tourna la tête vers la porte, avisant la lumière qui déclinait à l'extérieur.

« J'imagine bien. Je vais te laisser. Le soleil est en train de se coucher, à mon avis, ils vont bientôt donner les résultats. »

Et ce sur, Joshua s'en fut, clopinant tant bien que mal hors de la grotte, tandis que Lina terminait sa cigarette, rendue perplexe par ce changement d'attitude chez le garçon.

~*~
Lorsque Lina sortit de chez elle, la nuit était presque tombée. Le soleil mourant colorait le ciel de ses teintes crépusculaires, et la température commençait déjà à chuter. Un léger vent s'était même levé, balayant ça et là des volutes de poussière ocre.

Toute la colonie -ou presque- semblait déjà s'être amassée devant le promontoire de l'infirmerie, où se tenaient Andrew, Thrak et Kendall. En contrebas, les gens continuaient d'affluer, formant une foule compacte mais silencieuse. De nombreuses torches avaient été allumées et plantées dans le sable, conférant à la scène une atmosphère chatoyante. L'adolescente s'approcha prestement. Thrak était déjà en train de parler. Lina peinait à discerner son visage dans l'obscurité, mais le colosse d'ébène semblait anxieux.

« Mesdames et messieurs, l'échéance est arrivée à son terme ! Moi et Samson avons gardé l'urne et reçu les votes toute la journée, et le décompte est en train d'être fait en ce moment-même. Il n'y aura qu'un seul tour, étant donné que seulement deux personnes se sont présentées. Le candidat ayant reçu la majorité des votes l'emportera sans contestation possible ! Il y a eu très exactement soixante-et-uns votants ! claironnait Thrak de sa voix puissante.
- Et s'il y a égalité ? cria quelqu'un dans la foule.
- S'il y a égalité parfaite, il faudra procéder à un deuxième vote. » répondit Andrew en haussant le ton, l'air serein.

Kendall, debout à quelques pas du maire sortant, affichait un petit sourire narquois. Lina eut envie de le gifler. D'accord, les humains étaient largement majoritaires devant les hybrides, mais peut-être que certains, comme Joshua et elle, avaient voté Andrew... Aux yeux de l'adolescente, rien n'était joué d'avance. Alors pourquoi Kendall souriait-il ?

Attends les résultats avant de te penser vainqueur, gros lard, pensa Lina.

Samson émergea soudain l'infirmerie et rejoignit Thrak. L'homme, dans la trentaine, murmura quelque chose à l'oreille du colosse d'ébène, qui sembla soudain s'éclairer.

« Le décompte a été fait ! Le vainqueur est Andrew Sepherd, réélu maire de la colonie avec trente-neuf voix favorables ! »

La foule explosa. Les radicaux hurlèrent, pestèrent, crièrent à la fraude. De nombreuses protestations s'élevèrent. Un Roucarnage hurla dans le ciel nocturne. Lina entendit à peine Thrak annoncer qu'il y avait eu onze abstentions. Les flammes de la torche peinaient à éclairer le visage décomposé de Kendall, qui semblait bouillir d'une colère noire. Andrew, victorieux, serra toutefois la main de son adversaire d'un air humble.

Un immense soulagement s'empara de Lina. Oui ! Andrew l'emportait ! Andrew l'emportait ! Tout allait bien. Ils avaient frôlé la catastrophe, mais le discours du maire semblait avoir fait son effet. Les gens avaient pris la bonne décision.

Et là, soudain, sans que Lina ne comprenne ce qui se passait, le monde bascula.

Une détonation assourdissante retentit, et Andrew tomba en arrière, un trou rouge dans le front.

Et tout s'accéléra. La foule paniqua et les survivants s'éparpillèrent, terrorisés. Kendall se précipita à l'intérieur de l'infirmerie. Thrak hurla en voyant que le maire était à terre, inanimé, mais Lina n'eut pas le temps d'en voir plus.
Quelqu'un la bouscula et elle tomba par terre. Un caillou qui sortait du sable lui entailla l'épaule. Autour d'elle, la foule fuyait en criant, tandis que les balles pleuvaient. D'autres silhouettes tombèrent. Une femme s'effondra sur une torche et commença à crier quand le feu se mit à ravager ses vêtements.

Lina se releva et se précipita vers la grotte la plus proche, cherchant l'endroit où étaient embusqués les tireurs. Les balles semblaient venir du sommet du canyon. Comme la dernière fois. Bon sang, pourquoi le Guériaigle qui planait en permanence autour du camp ne les avait pas prévenus ?!

Soudain, la douleur déchira sa chair et Lina s'effondra dans le sable ocre, qui commença bientôt à se teinter du sang qui coulait de sa hanche droite. Ils l'avaient eue.
Faisant fi de la peur vibrante qui embrumait ses pensées, l'adolescente essaya de ramper en s'aidant de ses mains, mais le sable glissait entre ses doigts désespérés, n'offrant aucune prise. A l'aide...

Un autre éclair de douleur lui arracha un cri quand une balle se planta dans son avant-bras gauche. Ses larmes salées et son sang brûlant se mêlaient dans un macabre torrent de souffrance. Une étrange sensation d'euphorie s'empara d'elle.

Lina tourna la tête et aperçut les étoiles qui scintillaient paisiblement, là-haut, loin d'elle. Les cris et les tirs autour d'elle semblèrent s'atténuer à ses oreilles, et bientôt, elle n'entendit plus que son cœur qui battait de moins en moins fort.

Les étoiles... Ce qu'elles étaient belles. L'adolescente resta là, allongée, à contempler ces astres à la lumière rassurante. Tout allait bien. Tout allait bien.
Ses paupières devinrent lourdes. Non... Ne pas dormir. Elle voulait voir les constellations...

Soudain, l'une de ces étoiles sembla se détacher du ciel et fusa à toute allure vers la falaise, explosant dans une déflagration sanglante. La boule de feu fut bientôt suivie d'une autre, puis d'une autre, et les tirs cessèrent.

La dernière chose que Lina crut voir fut Lyrian, debout sur le promontoire de l'infirmerie, le regard embrasé. Les flammes des torches plantées un peu partout semblaient s'étioler, s'envoler et danser autour de lui, formant des arabesques de lumière. Quel beau spectacle...