Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Cinhol, le Royaume Perdu de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 06/12/2013 à 09:33
» Dernière mise à jour le 25/07/2018 à 22:59

» Mots-clés :   Aventure   Fantastique   Médiéval   Présence de Pokémon inventés   Région inventée

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 20 : Le chevalier du prince
Les combats contre la République devenaient de plus en plus violents tandis que nous gagnions peu à peu du terrain. Je crois qu'au début, elle ne nous voyait pas vraiment comme une menace, juste comme une mouche agaçante. Mais l'éclat de nos épées magiques attira bien vite son regard.



*****




Adam sentait l'odeur du brûlé autour de lui, ainsi que la chaleur sur sa peau. Il entendait des cris, des explosions. Quand il ouvrit les yeux, il se rendit compte qu'il était debout au milieu d'une grande place. Il faisait nuit, mais l'énorme incendie tout autour de lui donnait au ciel une lueur sanguine. Adam se rendit compte qu'il tenait une épée dans sa main. Elle luisait d'une lueur dorée à la lumière des flammes. Il la reconnut. C'était Meminyar. Il ne savait pas où il était, ce qu'il faisait là, ni même pourquoi ses pieds bougeaient sans son accord. Il était comme prisonnier de son propre corps. Puis il reconnut l'endroit où il se tenait. C'était la cour centrale du palais de Cinhol, même si elle semblait différente de son souvenir.

Il se rendit compte que tout autour de lui, il y avait des Pokemon allongés. Tous morts, de toute évidence. La plupart étaient tranchés ou avaient sur le corps de profondes coupures. Certains semblaient avoir été à moitié désintégrés par quelques puissances malines. Tout cela le révolta et le dégouta, en même temps qu'un désespoir qui n'était pas le sien gagna peu à peu son esprit. Et puis il le vit. Tout au fond de la cour, aux portes du palais, un homme était assis sur les marches, comme s'il l'attendait.

Il tenait entre ses mains une épée dont la lame noire semblait faite de ténèbres. Du sang coulait dessus, et également le long du corps de l'homme. Adam put voir son visage à la lueur des flammes. Un visage hanté, des yeux habités par la folie, des cernes immenses. Il paraissait jeune, mais quelque chose lui avait volé cette jeunesse pour la remplacer par une désillusion de la vie des plus totales. Il avait des cheveux noirs lisses mais couvert eux aussi de sang. À la vue d'Adam, il se leva et son visage se crispa de cruauté et de malveillance. Adam entendit des mots s'échapper de sa propre bouche sans qu'il n'ait voulu les prononcer :

- Pourquoi ? Pourquoi avoir fait ça ? Pourquoi avoir ouvert les portes aux Républicains ? Pourquoi avoir tué tous les Pokemon de la cité ? Pourquoi m'as-tu trahi ainsi ?

L'homme ricana, en essayant nonchalamment le sang de Pokemon qui coulait de son épée.

- REPONDS-MOI URIEL ! Cria maintenant Adam. N'étions-nous pas amis ? Les meilleurs amis, comme deux frères ?

- Nous l'étions, acquiesça Uriel. Mais nous avons cessé de l'être dès que j'ai empoigné Peine. Sache que tout le désespoir qu'elle renferme, toute cette noirceur qui abreuve maintenant mon âme, c'est à toi que je le dois. Tu m'y as forcé, Castel... Oui, c'est de ta faute. Je ne pouvais pas... Je ne voulais pas...

Uriel leva les bras au ciel et éclata de rire. Adam pouvait presque sentir toute la folie qui l'entourait. Puis il fit tournoyer Peine, et une espèce de rayon noirâtre en sortie, fonçant sur Adam. Ce dernier, ne contrôlant toujours pas son corps - mais était-ce bien son corps ? - bloqua l'attaque avec Meminyar, qui se mit à briller furieusement. Puis Adam fonça sur Uriel, et les deux épées se rencontrèrent en un choc terrible. Si terrible qu'Adam se mit à hurler, à se débattre, et que finalement, il tomba de son lit, et s'empêtra dans ses couvertures.

- Doux Arceus ! S'exclama une voie au timbre qui calma immédiatement Adam. Messire, vous ne devriez pas vous agiter comme ça...

Adam ouvrit les yeux, et crut être encore perdu dans un rêve. À son chevet, le regardant d'un air inquiet qui ne faisait que renforcer la beauté de son visage, il y avait dame Ylis, la si gracieuse fille du duc Isgon sur qui Adam avait flashé dès le premier regard. Il la voyait maintenant de très près, et ses yeux verts au milieu de sa cascade de cheveux roux lui firent momentanément perdre l'usage de son cerveau.

- Je... Que... Mais... Euh... Quoi... parvint-il à bafouiller.

- Ne vous énervez pas, messire Adam, dit Ylis avec douceur. L'épreuve que vous avez traversée fut terrible, et vos blessures ne sont pas totalement guéries. Les ré-ouvrir serait bien mal avisé.

- Où...

- Vous êtes à Naglima, en sécurité. Quand vous avez passé l'anneau, votre groupe est réapparut non loin d'une des cités du Rimerlot. Mon père le duc a vite été prévenu, et on vous ramené ici. Vous êtes resté inconscient deux jours, et...

- Les autres ?! Coupa furieusement Adam. Leaf, Anis, Shinobourge... Syal ! Elle était gravement blessée...

- Ils sont tous en vie, messire Adam, le rassura Ylis. L'état de la capitaine de Stormy Sky était critique, mais nous avons réussi à la maintenir en vie. Ses jours ne sont plus en dangers. Quant aux autres, ils souffraient de blessures légères. Ils attendent tous votre réveil. Le prince Deornas aussi. Il compte vous honorer grandement pour avoir ramené Sifulis au péril de votre vie.

Adam accepta l'aide d'Ylis pour se recoucher dans son lit. Le fait de savoir tout le monde en vie, même Syal, le soulagea d'un grand poids. Il se rendit compte que malgré ses deux jours d'absence, il avait encore sommeil. Deornas pourrait bien attendre pour « l'honorer ». En examinant son corps, il se rendit compte que son bras droit, que Tibaltin avait transpercé avec sa canne, était recouvert d'un épais bandage qui sentait bizarre. Puis Adam remarqua enfin, à sa grande horreur, qu'il était totalement nu. Cela ne sembla pas troubler outre mesure Ylis qui le borda entre les draps du lit comme s'il était un enfant.

- Mes... mes vêtements... balbutia Adam, le visage rouge.

- Oh, ils étaient en mauvaise état, répondit Ylis, l'air de rien. Je vous les ai retirés pour vous soigner...

- Vous... Attendez, c'est vous qui m'avez soigné ?

- Cela vous offense-t-il d'une quelconque manière ? Demanda Ylis, préoccupée. Si c'est le cas, acceptez je vous prie mes plus humbles excuses, messire Adam.

- N-non... C'est très... bien, je vous remercie. J'ai été surpris c'est tout. Vous êtes la fille du duc, et la fiancée de Deornas...

- Mais j'ai suivi un enseignement poussé auprès des doctes sur la médecine, ajouta Ylis avec un sourire de malice. Ne pouvant pas tenir les armes comme mon père, ou manier la plume comme mon frère, il a bien fallu que je serve à quelque chose.

Adam songea qu'il aurait bien aimé être conscient quand Ylis s'était occupée de lui. Puis il secoua la tête. Il ne devait pas avoir des pensées de ce genre. Ylis était à Deornas... Néanmoins, ses pensées furent mises à rudes épreuves par la suite. Durant ses quelques jours de convalescence, ce fut toujours Ylis qui vint s'occuper de lui, vérifier ses blessures, changer ses bandages et s'assurer qu'il mangeait bien. Adam se demandait si Deornas était au courant et s'il approuvait cela. En tous cas, Adam n'était pas pour s'en plaindre. Il serait même resté une semaine de plus au lit si ça pouvait lui permettre de profiter de la compagnie de la fille du duc une heure par jour.

Leaf vint le voir aussi quelque fois, lui confier les dernières nouvelles, vu qu'elle était conviée aux conseils de Deornas et des nobles de Naglima. Pour être franc, peu importait à Adam que le Rimerlot ait pris telle ville du royaume de Cinhol ou avait perdu tel secteur. Maintenant que Deornas avait sa fichue épée, Adam n'avait plus rien à faire ici. Il s'était forcé toutefois à rester pour la cérémonie que Deornas avait prévu pour honorer ses « courageux amis de l'Ancien Monde ». Etre le héros d'un soir, avec peut-être le sourire éblouissant de dame Ylis... Ça pouvait bien mériter de rester un jour de plus dans ce monde moyenâgeux et dangereux. Mais Anis abandonna un moment l'étude de la bibliothèque de la cité pour venir lui parler à ce propos. Selon elle, rentrer dans le monde réel pour l'instant était hors de question.

- Nous sommes impliqués dans la mort du Premier Ministre, renchérit-elle. De plus, il y a tout lieu de penser, de supposer, de théoriser que Nirina a secrètement tous les pouvoirs là-bas. Rien ne sera plus facile pour elle de nous faire arrêter. Le mieux est de rester ici à Naglima, hors d'atteinte, et d'aider Deornas. Seule la chute de Nirina nous permettra de rentrer chez nous en toute sûreté.

La première chose à laquelle Adam pensa avec horreur, ce ne fut pas vraiment le fait de rester à Cinhol durant un temps indéterminé, mais le nombre de cours qu'Adam allait rater le temps que Nirina soit déchue. Maudit soit ce Tibaltin ! Lui, Nirina, Uriel, et tous les autres responsables de cette histoire ! En pensant à Uriel, Adam resongea au rêve qu'il avait fait. Il avait vu Uriel, il l'avait combattu... en étant dans la peau de Castel Haldar ! Bien sûr, Adam n'en avait parlé à personne. Peut-être était-ce seulement une fabrication de son esprit trop éprouvée, mais il en doutait. De plus, il commençait à avoir une idée de l'identité de l'homme mystérieux qui logeait sa tête depuis un certain temps. Et ça ne fit rien pour le rassurer. Pourquoi lui, Adam Velgos, un simple orphelin, était-il lié à tout ça ? Qui était-il, en fin de compte ? Ou plus précisément... qu'était-il ?

Quand Adam fut autorisé à sortir de sa chambre, la première chose qu'il fit - et qui l'étonna lui-même - fut de rendre visite à Syal, qui était encore alitée, sa blessure étant bien plus grave que celle d'Adam. Pourquoi une telle inquiétude pour la capitaine Stormy Sky ? Adam se disait que c'était parce qu'elle lui avait sauvé la vie contre Tibaltin. Ça l'agaçait prodigieusement, mais il avait une dette envers cette fille. Il trouva la jeune femme éveillée, en train de lire un énorme volume qui devait sortir de la bibliothèque locale.

- Tiens, le héros de Naglima, comme on le nomme désormais ici si j'ai bien compris, fit-elle avec sa morgue habituelle quand il entra. Que me vaut cet honneur ?

- Je voulais juste faire preuve d'un peu de sollicitude envers toi, mais apparemment, ce n'est pas la peine...

- Allons, commence pas, je suis de bonne humeur. Avoir éventré ce salaud de Tibaltin a de quoi faire rayonner mes jours pendant encore longtemps. Il est bien mort, j'espère ?

Adam haussa les épaules.

- Même s'il avait survécu à ton attaque, je ne vois pas comment il aurait pu échapper à Glacorex.

- Il s'est fait bouffer alors ? Tant mieux. Je ne l'ai jamais supporté ce mec, même quand je devais traiter avec lui au nom de l'Amiral. Je devrais sans doute m'estimer heureuse que tu ais bien voulu me ramener ici plutôt que de me laisser partager le sort de Tibaltin dans cette grotte...

- Pas par bonté, je te rassure, s'empressa de dire Adam. Mais ma conscience se serait mal portée si j'avais abandonné à la mort une nana que je déteste certes, mais qui m'a quand même sauvé la vie.

- Oui, je me disais que ta petite conscience était plus importante que le reste... Alors comme ça, Tibaltin était un pote de la reine que toi et tes amis cherchez à jarter ?

- Oui, mais en quoi ça te regarde maintenant ?

- En tout ça me regarde, petite tête, répliqua Syal. Maintenant que Tibaltin est mort, qui va payer Stormy Sky pour son aide ? Je te rappelle que j'ai perdu toute une escouade plus un camarade capitaine contre ce monstre de Glacorex. J'ai discuté avec ce prince Deornas quand il est venu me voir. Il a accepté d'ouvrir des échanges entre son royaume et Stormy Sky si nous l'aidions à conquérir son fichu trône. Donc maintenant, je suis jusqu'au cou dans votre merde.

Adam haussa les épaules.

- Toi, tu peux repartir quand tu veux, au moins. Leaf, Anis et moi, nous sommes coincés ici, car Nirina voudra se venger de nous dans le monde réel. En revanche, elle ne sait peut-être pas quel rôle Stormy Sky a joué dans la mort de Tibaltin.

- Je vais rentrer oui, quand je serai rétablie, mais je ne compte pas rester. Je vais prévenir l'Amiral de tout ce qui s'est passé, et le supplier de me laisser revenir ici. L'un des buts premiers de Stormy Sky est d'étendre son influence et de se trouver des partenaires et des alliés. Si je peux aider ton prince et qu'il me le rend par la suite, ça me va. Lui n'a pas les mêmes préjugés que toi sur les organisations hors-la-loi.

Adam ricana.

- Deornas lui-même est un hors-la-loi aux yeux du royaume de Cinhol. Bien sûr qu'il ne va pas cracher sur de l'aide, qu'importe d'où elle vient.

- Oui, car d'après ce que j'ai compris, il n'a pas l'avantage, dans cette affaire. Je viens juste de lire que Cinhol avait une puissance militaire trois fois plus élevée que celle du Rimerlot.

Elle lui montra le gros volume qu'elle avait entre les mains : « Histoire moderne du Rimerlot ».

- J'ai demandé à ton prof Anis de me trouver des bouquins qui me permettent d'en apprendre le plus possible sur la situation ici.

La surprise d'Adam dut se voir sur son visage, car Syal prit un air dédaigneux.

- Eh bien quoi ? Tu pensais que nous autres de Stormy Sky étions des brutes écervelées juste capables de racketter les gens ? C'était peut-être vrai quand j'étais dans la Garde Noire, mais Stormy Sky n'accepte pas les idiots. Ne prends pas la grosse tête parce que tu fais partie de la Haute Académie, Velgos. J'en sais peut-être plus que toi sur de nombreux sujets, mon mignon.

- J'ai rien dit, protesta Adam.

- Non, mais tu l'as pensé si fort...

Adam ne savait vraiment pas comment s'y prendre avec cette fille. Il était venu la voir animé de bonnes intentions, pensant que leur combat dans les Monts Déchaînés aurait pu les rapprocher, mais il ne parvenait tout simplement pas à supporter sa présence plus de quelques minutes. Il sortit, préférant aller à la recherche d'Ylis pour entamer la conversation. Quelque soit le sujet d'ailleurs, peu importe. Adam voulait juste entendre sa voix si douce et voir son visage si charmant. Seul problème : il devait s'embarquer dans chacune de ses entrevues ce satané Shinobourge qui semblait vouloir jouer les chaperons. Adam craignit qu'il ne projette en réalité d'aller retrouver Deornas pour lui dire qu'Adam tentait de fricoter avec sa fiancée.

Mais finalement, Adam n'eut pas trop à se maîtriser en présence de la fille du duc. Passé le coup de foudre initial, Adam avait vite remarqué qu'Ylis était ce genre de personne avec qui se lier d'amitié était très rapide et très facile. Elle était franche, ouverte, enjouée, intelligente, et semblait vraiment curieuse de tout ce qu'Adam pouvait lui raconter de son monde. Le jeune homme se prit à apprécier sa compagnie pour autre chose que son visage de mannequin.

Dans le même temps, Adam passait un peu de temps avec son frère Padreis. C'était quelqu'un de plus discret, de plus renfermé, qui s'intéressait plus à la lecture qu'aux relations avec ses contemporains. En clair, il ressemblait beaucoup à Adam. Ce dernier appréciait réellement les deux enfants du duc Isgon, tout en se demandant comment un type pareil, qui était le cliché même du sauvage bourru, pouvait bien être leur géniteur. Mais de ce qu'Adam avait compris, Isgon avait grandi dans le Rimerlot alors qu'il était encore autonome, à l'époque où la seule chose que ses habitants savaient faire était la guerre. Dès que le royaume de Cinhol l'avait conquis, le duché avait bien changé, et en mieux, en apprenant la lecture, l'écriture, les sciences, et la politique. Padreis et Ylis avaient profité de cette éducation moderne que n'avait pas eu leur père.

Non pas que le duc fut un mauvais bougre, au contraire. Adam n'avait jamais rencontré quelqu'un d'aussi franc. La notion même de subtilité lui échappait totalement. Il disait ce qu'il pensait, et il pensait ce qu'il disait, en se fichant bien de pouvoir offenser ses interlocuteurs. Adam aimait bien ça. Ça avait quelque chose de rafraichissant dans ce monde où tout le monde semblait avoir des arrières pensées à propos de tout. Le meilleur exemple était le prince Deornas lui-même, qui devait renfermer dans son esprit quantité de choses qu'il n'osait partager avec son entourage. En même temps, Adam songea que c'était lui qui était en guerre contre sa propre cousine pour lui voler le trône, il aurait également deux trois choses à réfléchir.

La cérémonie que Deornas avait prévu se déroula un soir dans la salle des fêtes de la forteresse. Tous les nobles et chevaliers, ainsi qu'une bonne partie des habitants, étaient présents, et bien sûr, les costumes d'époques étaient de rigueurs. Adam se sentait d'autant plus ridicule que c'était lui qui marchait en tête sur ce tapis rouge, vers le prince Deornas et la famille ducale qui l'attendaient au bout de la salle sur leur estrade. Et il était seul. Il n'y avait ni Leaf, ni Anis, ni Syal. La culture Rimerlot n'acceptait pas que les femmes soient honorées de la sorte. Un peuple de machos, mais au moins Adam eut droit à lui tout seul au sourire d'Ylis quand il s'agenouilla devant l'estrade. Deornas s'avança vers lui et leva Meminyar au dessus de sa tête.

- Adam Velgos, commença-t-il d'une voix cérémonieuse. Tu es un habitant de l'Ancien Monde, pourtant tu as risqué ta vie pour ce monde et la cause qui est la nôtre : la restauration de la justice dans le royaume de Cinhol. Ta force et ton courage nous ont permis de récupérer l'épée Sifulis, qui nous aidera à triompher de nos ennemis. Sire Shinobourge t'a reconnu dès le début en te confiant l'anneau. Ainsi, à mon tour, je te reconnais, comme héros et comme ami. Je te fais chevalier de Cinhol, mon tout premier. Mes terres seront les tiennes, ma demeure sera la tienne. Tu seras mon bras droit défenseur de la justice, et par ce geste je lie à jamais nos destinées. Tu es désormais Sire Adam de Cinhol. Ainsi je l'annonce à tous, moi, Deornas, fils d'Astarias, de la maison Haldar, prétendant au trône de Cinhol.

Adam manqua pouffer de rire devant le ridicule de la situation. Lui, chevalier ? Deornas n'aurait pas tout simplement pu lui dire merci ? Mais ça ne s'arrêta pas là, car l'un des généraux d'Isgon revint avec l'épée à la lame d'argent qu'Adam avait arraché de la glace aux Monts Déchaînés.

- Je te remets l'épée pour laquelle tu as risqué ta vie, continua Deornas. Une épée puissante et noble. Il est dit que jadis, Castel et Uriel, les premiers possesseurs de Meminyar et Sifulis, se battirent côte à côte pour un monde juste, tels des frères. Arceus veuille qu'il en soit de même pour nous deux. Relève-toi, mon frère.

Adam se leva et accepta l'épée qu'on lui tendit. Elle était lourde, mais il sentait toujours cette étrange chaleur se dégager de la garde quand il la saisit. Puis Deornas lui donna l'accolade. Adam était mille fois gêné. Tout cela était fort ridicule, mais étrangement, ça lui fit plaisir. Toute sa vie durant, il n'avait été personne, juste un orphelin qui ne connaissait ni ses parents ni son propre nom. Aujourd'hui enfin, il était quelqu'un. Il avait un titre, aussi pompeux et absurde soit-il, mais un titre quand même, qu'il avait gagné de lui-même. Il essaya de trouver quelque chose à dire. Quelque de chose de circonstance...

- Altesse, fit-il avec hésitation, j'accepte l'honneur que vous me faite. J'essaierai de me montrer digne de votre confiance et de votre amitié, ainsi que de l'épée que je tiens. Je ne peux retourner chez moi tant que Nirina n'aura pas été renversée. Donc je ferai tout ce que je peux pour vous aider à récupérer le trône. Vous le méritez plus qu'elle.

C'était un peu brouillon, mais Deornas accueilli cette tirade avec le sourire. Puis toutes les personnes présentes se mirent à applaudir, saluant le premier chevalier du prince. Adam remarqua rapidement Anis dans la salle, qui prenait des notes si rapidement qu'elle avait les mains couvertes d'encre. Sans doute n'avait-elle jamais assisté à un adoubement pour de vrai. Leaf paraissait mi-fière mi-effondrée de rire. Il y avait même Syal, qui applaudissait doucement de façon on ne peut plus ironique.

Adam fut vite entrainé avec Deornas et ses généraux pour un bref conseil de guerre, durant lequel le prince les informa de son plan de se rendre à un certain Temple Royal pour dévoiler une certaine Marque Royale. Tout le monde hocha la tête, sauf le duc Isgon qui ne paraissait pas content. Ils partiraient demain, et tous devaient être prêts, car le temple serait sûrement bien gardé par les forces de Nirina. Encore du combat en perspective, et Adam serait obligé de venir, surtout après avoir fait sa déclaration de fidélité à Deornas. Le prince remarqua son air soucieux, puis lui sourit.

- Ne t'inquiète pas. Si nous nous préparons bien, tout devrait bien se passer. Le terrain est parfait pour une embuscade, et Nirina ne peut pas aligner en permanence beaucoup d'homme pour protéger le temple alors qu'on est en guerre. Allons donc, ne t'en préoccupe pas pour ce soir. Cette nuit est la tienne, Sire Adam. Va donc retrouver tout ces braves gens qui ne rêvent que de te couvrir d'éloge !

Deornas raccompagna son tout nouveau chevalier vers la foule, qui l'entoura rapidement. Adam eut du mal à croire que tout ces regards admiratifs étaient pour lui. Jamais encore on ne l'avait regardé de la sorte, surtout en si grand nombre. Jamais encore il n'avait eu une telle reconnaissance. Et ça lui plut. Quoi de plus normal après avoir passé des années à astiquer les vitres et à laver le plancher pour une gouvernante sévère et rigide ? Adam se surprit à prendre en main une coupe de l'alcool local, et à badiner insoucieusement avec ses admirateurs, leur racontant de façon très édulcoré son péril dans les Monts Déchaînés, et son face à face avec Glacorex et Tibaltin.

- Vous avez vraiment affronté le Haut Protecteur de Nirina, Sire Adam ?! S'exclama une jeune femme qui le couvrait de regards contemplatifs.

- Hum... Oui. J'étais avec Shinobourge, et les a affronté ensemble, lui et son Pokemon. À un moment, je me suis jeté sur lui, et c'est là qu'il m'a transpercé le bras avec sa canne. Regardez.

Il leur montra sa blessure tout juste refermée, et la plupart des filles se mirent à pousser des exclamations d'horreurs et d'admiration. Une en particulier, aux cheveux bleus, ne cessait de s'accrocher à lui avec en lui lança des œillades qui se passaient d'interprétation. Adam se rendit compte que ce soir, si l'envie lui en prenait, il pourrait connaître enfin le bonheur dans les bras d'une fille, voir même de plusieurs. Il était Sire Adam, le preux et beau chevalier de l'Ancien Monde, qui avait affronté l'un des plus féroces sbires de Nirina aux cotés de Shinobourge, un Pokemon royal. Il n'avait pas à être timide ou réservé. Il faillit répondre aux coups d'œil que lui lançaient cette jeune beauté, quand son regard passa sur Ylis, qui discutait plus loin avec Deornas.

Il se dégagea immédiatement de l'étreinte de ses admiratrices. Il ne pouvait pas. Non, pas alors qu'Ylis était dans la même salle que lui. Il savait que c'était stupide, que la fille du duc ne lui appartiendrait jamais, qu'il aurait pu se consoler avec une autre, celle de son choix, mais c'était plus fort que lui. Il avait vu le véritable amour en voyant le visage d'Ylis, et il savait qu'il ne le trouverait nulle part ailleurs à présent.