Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Cinhol, le Royaume Perdu de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 13/12/2013 à 11:39
» Dernière mise à jour le 15/02/2016 à 00:13

» Mots-clés :   Aventure   Fantastique   Médiéval   Présence de Pokémon inventés   Région inventée

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 21 : La marque royale
Arceus fit don aux humains de plusieurs années de vie. Comment l'avons-nous remercié ? En faisant tout pour raccourcir notre vie. À croire qu'on avait tellement hâte de l'Enfer qu'on a inventé un enfer sur terre : la guerre.



*****



Le lendemain, Adam failli regretter de ne pas avoir cédé à ses pulsions la veille, car Deornas allait leur faire attaquer un lieu vraisemblablement protégé par les forces de Nirina, et il tenait bien sûr à ce que son nouveau chevalier soit à ses cotés, ce dont Adam se serait bien passé. Mais du reste, tout le monde était venu ; la majorité des personnes importantes de Naglima, ainsi qu'une bonne partie de la population. Adam se demandait pourquoi diable Deornas les amenait tous dans une escapade sur les terres du royaume du Cinhol. Apparement, il voulait montrer quelque chose au plus grand nombre de gens.

Leaf et Anis étaient venues, et même Syal. Elle était retournée rapidement dans le monde réel pour faire un rapport à son amiral Rashok, qui lui avait autorisé à demeurer à Cinhol pour faire valoir les intérêts de Stormy Sky. Syal devait avoir déjà passé une espèce de marché avec Deornas. Adam ne se souciait guère de ce que le prince avait pu lui promettre. Mais si Syal les aidait contre Nirina, c'était aussi bon à prendre pour Adam. Plus vite la reine serait vaincue, plus vite il pourrait rentrer chez lui.
Pour l'instant, il avait beau être en danger de mort sur son foutu cheval et avec cette espèce d'armure qu'on lui avait enfilée de force, il profitait du fait qu'il chevauchait à coté de Deornas pour observer Ylis de tout son saoul. Même elle, une dame de la cour, était présente pour ce grand moment. Quel grand moment ? Adam ne le savait pas encore. Il savait juste que ça avait un rapport avec une marque royale et la revendication de Deornas au trône de Cinhol.

Ils avaient déjà rencontré quelques patrouilles en chemin. Rien de bien inquiétant étant donné que leur groupe comprenait treize Pokemon. Mais Deornas tenait à faire le moins de victimes possibles parmi les soldats de Nirina. Ils ne faisaient que suivre les ordres, affirmait-il. Sur le fond, Adam était d'accord, mais l'indulgence de Deornas avait permis à plusieurs prisonniers de s'enfuir, et à l'heure qu'il est, Nirina devait savoir où ils étaient et vers où ils se dirigeaient. Deornas fit donc accélérer l'allure. Ils devaient obligatoirement prendre le Temple Royal avant que des renforts royaux n'arrivent.

Tandis que Deornas était en train de parler activement avec le duc Isgon - ou plutôt de se disputer sur tel ou tel sujet - Adam en profita pour faire monter son cheval à hauteur de celui d'Ylis. Elle lui sourit, et il lui rendit son sourire. Il fut un temps où la timidité d'Adam ne lui permettait même pas de soutenir le regard d'une fille. Mais grâce à Leaf, puis à Ylis après elle - des filles si naturelles et amicales qu'une quelconque timidité n'avait aucune raison d'être - Adam avait retrouvé confiance en lui et pouvait se comporter normalement même devant celle qui lui avait dérobé son cœur.

- Personne ne nous a bien expliqué à mes amies et à moi ce que le prince comptait faire dans ce Temple Royal, dit Adam à Ylis.

- Oh... Oui, bien sûr, suis-je bête ! Comme vous venez de l'Ancien Monde, vous ignorez tout du rituel de la Marque Royale... Eh bien, quelques années après la disparition de Cinhol de l'Ancien Monde, la maison Haldar bâtit un temple à l'extrémité du royaume. C'est dans ce temple qu'étaient présentés au peuple les héritiers successifs au trône.

- Présentés ?

- Tout ceux qui ont en eux du sang royal - autrement dit, du sang de Castel Haldar - ont obligatoirement une marque invisible sur leur main droite. Une marque qui ne s'éclaire que lorsqu'elle est présentée à la statue de Castel dans le Temple Royal. C'est ainsi que l'on prouve l'appartenance à la maison Haldar. Ainsi, on a évité que des usurpateurs ne s'assoient sur le trône. On ne peut s'emparer du trône si on n'a pas la Marque Royale.

- Mais Deornas projette un Coup d'Etat, rappela Adam. Il n'aurait pas besoin d'avoir la marque pour cela.

- Il aurait pu prendre le pouvoir par la force sans la marque, oui, admit Ylis. Mais le peuple de Cinhol ne l'aurait jamais accepté comme souverain authentique. Depuis cinq cent ans, les Haldar gouvernent Cinhol. Le peuple n'acceptera personne d'autre. Même s'il n'y avait pas eu d'autre héritier en dehors de Nirina, le peuple aurait préféré une folle royale à toute autre personne, fut-elle animée des meilleures intentions. C'est ainsi. C'est pour cela que Deornas va aujourd'hui prouver sa lignée à tous les nobles du Rimerlot, pour qu'ils le soutiennent totalement.

- Je vois...

Adam n'osa pas demander comment cela se faisait-il que chaque descendant de Castel naissait avec une marque invisible. Sans doute devait-il y avoir là-dessous encore un peu du surnaturel, et Adam n'était pas très à l'aise avec ce concept.
Après avoir traversé un assez long désert peu habité, le groupe arriva en vu du temple, reconnaissable à l'énorme emblème de la famille royale - deux éclairs croisés qui formaient deux V symétriques - qui brillait à son sommet. En dehors de ça, on aurait dit une ziggourat. Et comme Deornas et ses généraux l'avaient prévu, il était gardé.

Au moins une centaine d'hommes, c'est-à-dire moins que la moitié du groupe de Deornas, les attendaient, armes à la main. Sauf qu'il y avait avec eux deux individus plus inquiétants qu'Adam reconnut. L'un était un type à l'air patibulaire avec une énorme touffe de cheveux couleur paille, et l'autre était une fine femme totalement enveloppée dans une robe grise avec voile intégral, de telle sorte qu'on ne distinguait rien de son visage.

- La Veuve Grise et le Déjanté de l'Ancien Monde, déclara Deornas en usant de leur titre officiel. Pourquoi donc Nirina irait se passer de deux de ses Hauts Protecteurs pour défendre le Temple Royal ?

Surervos, le Haut Protecteur de Foudre, secoua ses deux mains avec seuls ses petits doigts levés.

- C'est une punition, yoooooo ! La patronne était furax que j'ai laissé échapper l'cousin Padreis et les deux morveux quoi ! Alors spicyyyyy quoi, elle m'a envoyé dans c'coin perdu pour garder c'tas d'pierre zy-vaaa !

- Et Lady Venisi ? Pourquoi êtes-vous là ?

- Votre père Astarias savait que vous viendrez ici, répondit la femme voilée d'une voix profonde et terrifiante, pleine de chagrin. Comme Sa Majesté le gardait avec elle, j'ai accepté de venir afin de vous transmettre un message de sa part.

- Et que me veut donc mon père ?

- Il vous supplie de cesser cette folle rébellion. Nirina est la reine authentique, et vous n'êtes qu'un parjure. Il ajoute que quitte à mourir, autant que ce soit dans l'honneur en avouant ses fautes et en jurant à nouveau fidélité à Sa Majesté.

Le duc Isgon eut un petit ricanement.

- C'est bien d'Astarias ça... Il se serait fait couper sa virilité si ça pouvait lui rapporter un tout petit plus d'honneur, foutre de dieu !

- Dites à mon père que c'est justement l'honneur et le sens du devoir qui me fait agir comme je le fais, répondit Deornas. Et dites à Nirina que ses jours de règnes sont désormais comptés. Dites lui bien que je n'ai jamais voulu du trône. Je le jure sur Arceus, sur le Fondateur Castel et sur mon âme. Mais ses actions meurtrières contre son propre peuple m'y ont poussé. Dites lui que je ne souhaite pas sa mort pour autant. Qu'elle prenne son fils et qu'elle quitte le royaume avant que mon armée n'arrive.

Son petit discours fit son effet dans ses propres rangs, et de nombreux soldats de Naglima l'acclamèrent. Venisi resta de marbre, tandis que Surervos fit danser sa longue chevelure en secouant sa tête.

- Geeeennnnnre ! Mais c'qui s'y crois, l'cousin quoi ! Spicy, on n'est pas des facteurs. Tu vas plutôt tâter de nos Pokemon, quoi !

Il prit sa Pokeball pour sortir son Kaïdastros, quand Venisi l'arrêta d'un geste.

- Non. Se battre serait inutile. Nous perdrons. Nous allons nous retirer, et transmettre les messages du prince Deornas.

Ce dernier hocha la tête.

- J'apprécie votre sagesse et votre discernement, Lady Venisi.

- Et moi, j'apprécie votre naïveté, prince Deornas. Nous n'avons pas besoin de garder ce temple, car vous allez être très vite désenchanté.

Elle fit signe à ses soldats de la suivre pour s'en retourna, non sans avoir lancé :

- Vous combattez le mauvais ennemi, tous autant que vous êtes, alors que votre véritable ennemi est avec vous en ce moment même !

Adam ne pouvait quitter cette femme des yeux. Il ne voyait rien de son visage ou du reste de son corps, pourtant un sentiment inexpliqué l'envahit. C'était le même genre de chose qu'il ressentait en voyant Ylis. De l'amour. Du désir. Et une certaine pointe de tristesse, de regret, de perte... Il ne comprenait pas pourquoi il éprouvait tout ça pour cette femme voilée qui servait l'ennemie. Il ferma les yeux, secoua la tête et regarda à nouveau Ylis jusqu'à que ces sentiments très bizarres ne disparaissent.
Deornas lui, semblait perdu.

- Que voulait-elle dire ? Nous abriterions notre véritable ennemi ?

- N'écoute aucune des paroles de cette folle, renchérit Isgon. Cette femme est maléfique. D'après ce que m'ont dit Rushon et ton père, elle servait déjà le royaume à l'époque de Festil le Conquérant, ton grand-père. C'est une sorcière, sans l'ombre d'un doute...

Deornas haussa les épaules, puis posta quelque gardes à l'entrée du temple, avant d'y entrer lui-même avec sa suite. Le Temple Royal comprenait une seule et unique salle, grande, assez grande pour y faire rentrer un millier de personne. Tout au bout, en haut de quelques escaliers, siégeait la statue d'un homme aux traits nobles, richement vêtu, et tenant dans ses mains une réplique de Meminyar ainsi qu'une fourche. Tout le monde s'arrêta un instant pour s'incliner respectueusement devant la statut. Pour ne pas paraître idiot, Adam et ses amies firent de même.

- C'est donc lui, Castel...

- Oui, acquiesça Ylis à coté de lui. Castel Haldar, le Fondateur, dit le Sauveur du Millénaire. Je n'y ai jamais fait attention, mais je trouve qu'il vous ressemble beaucoup, sire Adam.

Adam examina de plus prêt le visage dans la pierre, et en effet, il aurait pu y croire, si ce n'était que Castel était plus âgé et avait les cheveux plus longs.

- En fait, je vais vous avouer quelque chose, dit Adam d'un air conspirateur.

- Quoi donc ? demanda Ylis, curieuse, en s'approchant.

- Je suis Castel Haldar.

Ylis éclata de rire et Adam fut content d'avoir gagné ces quelques points avec elle. Quand la foule fut entièrement réunie dans la salle, Deornas monta sur les marches et s'adressa à tous.

- Mes amis, vous qui m'avez soutenu depuis le début... Le moment est arrivé où vous serez plus que mes amis, mais aussi mes sujets. Devant vous je vais prouver mon lignage royal. Puis nous chasserons Nirina et établirons la paix et la justice dans tout le royaume.

La foule l'acclama une nouvelle fois. Deornas avait le pouvoir de soulever les masses rien qu'avec quelques phrases toutes simples. Pour un homme qui disait détester les responsabilités et préférer le calme et la solitude, il avait un charisme bien réel. Le prince se prosterna devant la statut de Castel.

- Ô noble ancêtre, créateur de ce royaume et désigné par Arceus, nous t'implorons de faire jaillir ta lumière divine pour nous révéler ceux de ton sang, où qu'ils puissent être.

- C'est la formule d'activation, expliqua Ylis à Adam à voix basse. Maintenant, les trois marques vont s'activer les unes après les autres.

- Les trois marques ?

- Oui, il y en a trois. Une couleur bronze, une couleur argent, et une couleur or, selon la place des gens dans la lignée royale. La marque de bronze ne révèle que ceux qui sont des cousins très éloignés de la famille. La marque d'argent désigne les collatéraux, autrement dit les frères, oncles et neveux. Enfin, la marque d'or désigne les héritiers ainés directs. Pour prétendre au trône, il faut au moins une marque d'argent. La marque de bronze ne sert que dans le cas extrême où tous ceux avec une marque d'or ou d'argent seraient morts, ce qui n'est encore jamais arrivé. Tenez, regardez...

Ylis montra le dos de sa main à Adam. Une marque couleur bronze venait de s'y illuminer. Le symbole de la famille Haldar.

- Vous êtes membre de la famille royale ? S'étonna Adam.

- Membre très éloignée, rectifia Ylis. Jadis, une princesse cadette du royaume a épousé l'un des chefs du Rimerlot. Depuis, la lignée des Isgon possède une marque bronze. Regardez mon père et quelque autres.

En effet, la marque brillait aussi sur la main du duc Isgon, ainsi que sur celle de quatre autres Rimerlot.

- Si la statue de Castel détecte une seule marque dans cette pièce, toutes les marques de la même couleur s'illuminent elles aussi, où qu'elles soient dans le monde, expliqua Ylis.

- Euh... mais alors, Nirina va savoir que nous sommes là en ce moment même non ?

- Non, car la marque de Deornas est argent. Il n'y a aucune marque or dans cette pièce en ce moment. Les deux seules existantes actuellement sont celles de Nirina et de son fils le prince Alroy. Et les deux seules marques d'argent sont celles de Deornas et de son père Astarias, qui fut le frère cadet du roi Rushon.

- Je vois... répéta Adam.

- Maintenant, c'est au tour de la marque d'argent d'apparaître. Regardez bien Deornas.

Le prince était dos à la foule, apparemment en train de contempler sa propre main. De sa position, Adam pouvait voir le visage de Deornas. Il paraissait stupéfait, comme si le fait d'appartenir à la lignée royale lui causait un grand choc. Sauf qu'il ne se retourna pas pour présenter sa marque à la foule. Il avait l'air perdu, ne sachant plus quoi faire.
La foule commença à murmurer, à s'impatienter. Deornas lui fit face, sa main cachée dans l'autre. Au moment où il s'apprêta à la montrer à tous, Adam cria de douleur. Il venait de sentir une cuisante brûlure sur sa propre main. Quand il regarda, ce fut le choc pour lui à son tour. La marque royale venait de s'y afficher. Pas bronze, ni argent.
Couleur or.

Il resta là, comme assommé, contemplant sa propre marque royale. Ylis, à ses cotés, avait l'air encore plus stupéfaite que lui. Puis à peu à peu, tous les gens présents remarquèrent la marque d'Adam. Et tous avaient cet air de profond ahurissement sur le visage. Deornas, le duc Isgon, ses nobles, Leaf, Anis, et même Syal. Mais pourquoi le regardaient-ils tous comme s'il venait de voir Arceus le Créateur ? Il s'agissait d'une erreur, bien sûr. Ou d'une farce. Qu'est-ce que ça pouvait être d'autre ?
Mais juste au moment où il s'apprêtait à dire quelque chose, tout le monde se prosterna devant lui à l'instant, même Deornas sur ses marches, même Ylis à coté de lui. Puis Deornas se releva, toujours surpris, mais avec un large sourire sur le visage. Il déclara alors d'une voix forte :

- Voici le véritable héritier ! Longue vie au roi Adam !

Et tout le monde reprit :

- Longue vie au roi Adam !

- Vive le roi !

Adam, quant à lui, ne put dire que :

- Heinnnnnnnn ?!


***


La reine Nirina était en train de planifier les attaques des différentes villes du Rimerlot avec ses généraux quand elle ressentit soudain un picotement sur sa main droite. Elle y jeta un coup d'œil, et faillit sursauter. Le dos de sa main venait de s'illuminer en or, montrant sa marque royale.
Elle en resta un moment pantoise. Pourquoi la marque venait-elle de s'activer ? Normalement, elle ne pouvait le faire que si quelqu'un d'autre avec une marque identique se trouvait dans le Temple Royal. Or, à part son jeune fils Alroy, personne n'avait une marque or actuellement. Qu'est-ce que cela signifiait ?

- Ma reine ? fit doucement l'un des généraux.

Nirina avait eu le bon geste de ne pas montrer sa main aux autres. Elle agita celle de gauche à leur adresse.

- Sortez tous. Immédiatement.

- Ma reine, y'aurait-il un problème ? Que...

- J'ai dit SORTEZ ! hurla-t-elle. FICHEZ-MOI LE CAMPS, ET FAITES MOI VENIR RYATES SUR LE CHAMPS !

Tous ses généraux s'empressèrent d'obéir, effrayés. Restée seule dans ses appartements royaux, Nirina contempla sa marque royale qui brillait toujours. Elle savait que Deornas allait un jour ou l'autre se rendre au Temple Royal pour montrer sa marque à ses soutiens du Rimerlot. Il pouvait même y être à ce moment même. Mais cela n'expliquait pas pourquoi sa marque à elle s'était activée, alors que celle de Deornas devrait être en argent.
Un disfonctionnement du système ? Non, impossible. Il avait été conçu par les plus brillants savants de Castel Haldar avec l'aide d'un fragment de la météorite qui avait servi à forger Meminyar, Sifulis, Peine et les anneaux. Cette magie ne pouvait se tromper. Il n'y avait qu'une seule explication.
En ce moment même, quelqu'un dans le Temple Royal, possédait une marque d'or, comme Nirina. Les implications étaient énormes. Cela signifiait soit que Nirina avait un frère ou une sœur dont elle ignorait tout, soit que Deornas était plus que ce qu'il paraissait. En tous cas, Ryates allait devoir répondre de tout ça. Et vite...


***


Adam, au milieu de tous ces gens qui le vénéraient presque, avait bien envie de dire à tout le monde de cesser leur cirque. C'était quoi, une blague pour l'adoubement d'un nouveau chevalier ? Quoi que c'était, ce n'était plus drôle. Seul Shinobourge, restait en retrait, paraissait s'amuser de la situation. La blague venait-elle de ce fichu canard vert ? Ça n'aurait pas étonné Adam.
Il décida qu'il en avait assez, et força Ylis, toujours agenouillée devant lui à se relever.

- Arrêtez ça s'il vous plait. C'est absurde.

- Mais... la marque ne peut se tromper... balbutia Ylis.

- Non, en effet, fit une autre voix.

C'était une voix grave et onctueuse, qu'Adam connaissait. Il se rendit compte que c'était la voix qu'il entendait dans sa tête depuis un moment, sauf que cette fois, tout le monde l'entendit. Une ombre commença à apparaître au dessus d'Adam. Peu à peu, ses contours s'éclaircirent, devinrent plus lumineux. On aurait dit un fantôme qui flottait dans les airs. Il était transparent, mais dégageait une espèce de lueur dorée.
C'était un jeune homme au beau visage, les cheveux blonds soyeux et les yeux clairs. Adam le trouva aussitôt familier, car il avait l'impression de se voir devant un miroir avec quelques années de plus. Et surtout, car il avait le même visage devant lui en statue.

- Mes amis, je suis venu pour vous parler et vous expliquer certaine choses, déclara l'apparition. Je vais d'abord me présenter. Je suis Castel Haldar.

Encore un moment de silence stupéfait. Puis, comme tout à l'heure, tout le monde se prosterna à nouveau devant Adam, d'où partait l'image de Castel Haldar.