Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

La dernière éruption de Onanar



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Onanar - Voir le profil
» Créé le 29/10/2018 à 10:36
» Dernière mise à jour le 02/11/2018 à 17:03

» Mots-clés :   Guerre   Kanto   Présence de personnages du jeu vidéo   Slice of life

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 7 : Le sort de Kanto
On n’entendit plus, pendant un moment, que le bruit de la bataille qui se jouait en bas du bâtiment et au dehors, le temps que tout le monde enregistre et intègre l’information qu’ils avaient sous les yeux. C’était un visage. Le visage d’un homme autrefois âgé, mais digne et fort. Un visage qui avait toujours imposé le respect. Aujourd’hui, ce visage était à peine humain. Il avait des écailles violettes, des yeux à facettes comme ceux d’un insecte, et semblait avoir des petites cornes sur le crâne. Mais pourtant, il restait parfaitement reconnaissable, ce qui expliquait la stupeur et le désarroi de toutes les personnes présentes, à part Clément, qui ne montra aucune surprise, signe qu’il connaissait depuis toujours l’identité de son maître.

- Maître… Koga, fit enfin Régis. C’est… cela ne se peut !
- Père ? balbutia Jeannine.

Puis d’un coup, elle fronça les sourcils, pointa un doigt accusateur vers l’Orateur et s’exclama :

- Mensonge ! C’est une ruse pour nous troubler ! Mon père est mort, et c’est toi-même qui l’a tué, tyran !
- C’est en un sens la vérité, admit l’être qui fut jadis Koga. J’ai tué cet homme naïf et entravé par ses limites humaines pour m’élever et me transformer en un être supérieur, digne de transformer ce monde.

Jeannine ne devait pas croire elle-même à ses propres paroles, et s’effondra à genoux, n’arrivant pas à assimiler cette cruelle réalité.

- C’est vous qui le premier avait appelé à la résistance contre l’Orateur, fit Régis, désemparé. Vous m’avez demandé de prendre votre place comme chef de K.L. Tout cela… tout cela était donc une comédie ?!
- Tu te trompes, mon garçon. C’était très sérieux, répondit Koga. J’ai effectivement lutté contre l’Orateur. Le premier Orateur, devrais-je dire. J’étais parti pour l’assassiner, quand il a commencé à montrer des signes de totalitarisme. Je voulais bien sûr être sûr de ne pas faire erreur, donc j’ai parlé avec lui. Et qu’ai-je vu ? Un moins que rien avec un masque. Un homme comme tout un chacun, doué dans la comédie, qui était parvenu à soulever les foules grâce à un charisme étudié. Mais il n’avait aucune force particulière ; rien qui lui permettrait de changer le monde, ni même de conserver le pouvoir bien longtemps. Alors, je l’ai tué, et j’ai pris sa place. Puis immédiatement après, j’ai effectué la transformation qui a fait de moi l’être transcendant que je suis, afin d’éliminer, en premier lieu, le Conseil des 4.
- Non… gémit Jeannine. Pas toi… Ce n’est pas vrai !
- Je crains que ce ne soit bel et bien la vérité, soupira Auguste. La réussite de ma stratégie le confirme.

Auguste dut s’expliquer devant les regards interrogateurs des quatre autres anciens champions.

- Comme je vous l’ai dit, il n’existe aucun Pokémon Acier ou Roche qui pouvait utiliser toutes les attaques que l’Orateur a utilisées. Quand il a évoqué le projet Pok Gen +, j’en suis arrivé à la conclusion qu’il ne s’était pas implanté les gènes d’un seul Pokémon, mais de plusieurs. Seuls les membres très hauts placés de la Team Rocket de l’époque pouvaient avoir connaissance de cet obscur projet. Et Koga a travaillé pour la Team, fut un temps. Et moi qui me suis souvent battu avec lui, je connais son équipe de Pokémon par cœur. Sa vitesse lui provient de son Nostenfer et de son Aéromite. Sa protection Acier lui vient de Foretress. Quant à ses différentes attaques, elles proviennent toutes d’un de ses Pokémon ; une équipe de Poison, avec des types Acier et Insecte dans le lot, donc très sensible aux attaques Feu.

Après sa démonstration, Auguste pointa un doigt accusateur vers son ancien ami.

- Dis-leur ce que tu as fait de ta propre équipe de Pokémon, espèce de malade !
- Mes Pokémon ? ricana Koga. Mais mes Pokémon sont là, désormais. Et ils le seront pour toujours.

Il montra son propre corps avec ses mains. Pierre secoua la tête avec dégoût.

- Vous avez sacrifié vos propres Pokémon pour leur voler leurs pouvoirs et leurs capacités ?
- J’ai fait ce que j’avais à faire pour restaurer de l’ordre et un sens à ce monde, répliqua l’Orateur. Pour cette tâche, j’avais besoin de devenir un homme au dessus des hommes.
- Vous n’avez plus rien d’un homme ! s’écria Ondine. Regardez-vous dans un miroir bon sang ! Encore que je pense que votre âme est encore plus monstrueuse que votre corps.
- Tes paroles ne me touchent pas. J’ai pris sur moi d’endosser de multiples crimes et exactions qui sont nécessaires à la reconstruction de ce monde. Pour cela, j’ai sacrifié celui que j’étais avant, mes Pokémon, l’amour des miens, et même mon honneur. Je ne peux plus reculer, et c’est pour cela que vous devez disparaître aujourd’hui !

L’Orateur leva la main, et envoya une nouvelle onde psychique sur le groupe des résistants. Auguste serra les dents et ferma les yeux quand il sentit un bruit horrible se répandre dans son cerveau, rendant ses muscles incapables de lui obéir. Mais avant que son propre corps ne cesse de lui obéir, Régis avait envoyé son Noctali à l’attaque. Se plaçant juste devant Koga, il encaissa toute l’attaque psychique pour l’annuler avec son type Ténèbres. Profitant de ce répit, Ondine appela son plus puissant Pokémon… qui selon les mauvaises langues était très proche de sa dresseuse niveau caractère. Il s’agissait ni plus ni moins que d’un Léviator, qui toisa l’Orateur de toute sa hauteur avec un regard noir.

- Je ne te pardonnerai jamais tout ce que tu as fait, Koga ! s’exclama Ondine en pressant ses doigts contre la Gemme Sésame encastrée sur son gant. Tu vas goûter à toute la colère que tu as causée dans les rangs des dresseurs, traître !

Pierre envoya à nouveau son Steelix, et lui aussi toucha une Gemme Sésame qu’il gardait autour du cou, faisant briller son grand Pokémon Acier d’une lueur éclatante.

- Tes idéaux ont fait de toi un criminel de la pire espèce, et ont souillé ton âme, renchérit Pierre. Tu n’échapperas pas à la justice.

Léviator et Steelix méga-évoluèrent ensemble, prenant une taille et un volume encore plus imposants dans la salle qui commençait à craquer de parts en parts. Ondine et Pierre ne firent pas dans la dentelle : ils ordonnèrent respectivement les attaques Ultralaser et Lame de Roc à leurs Pokémon. Sentant le danger, Auguste se dépêcha d’aller se réfugier sur les bords de la pièce, tandis que le chaos se déchaînait. Ultralaser éventra la forteresse de long en large, tandis que les dizaines d’énormes blocs tranchants de roche transformèrent le sol et le plafond en gruyère.

Quand la fumée et les débris eurent cessé de voler autour d’eux, ils purent voir qu’ils étaient désormais à l’air libre, tant la salle du trône avait dégusté. En bas, tout autour d’eux, la bataille se jouait toujours, au désavantage de Kanto Libre qui était en train de se faire encercler. En haut, le ciel était devenu orageux, et plus beaucoup de Pokémon Vol luttaient encore. Et sur un tas de roche et de béton se tenait Koga. Il avait pu survivre à ces doubles attaques destructrices, en alliant Abri à sa vitesse démesurée, mais il se tenait son bras droit qui semblait en lambeaux, dégoulinant de sang.

- Mes félicitations, leur dit-il. On ne pourra pas prétendre que vous ne m’avez pas atteint, contrairement à Peter. Hélas, je crains que les caméras n’aient été détruites. Nul ne sera témoin de votre courage.

Tout autour des dresseurs, les soldats et machines de l’Orateur investirent la salle à présent à moitié détruite. La scène semblait un reflet en miniature de la situation des forces de KL autour de la forteresse. Pour ajouter à tout cela, une dizaine d’appareils volants se positionnèrent au dessus d’eux, s’apprêtant à les bombarder. Les dresseurs de KL rappelèrent leurs Pokémon - du moins ceux qui étaient encore en vie - et posèrent au sol leurs Pokéballs en signe de reddition. L’Orateur observa le spectacle d’un air satisfait.

- J’imagine que les dresseurs se rendent dans l’espoir que leurs Pokémon soient épargnés non ? Car ils doivent bien savoir que je ne laisserai aucun d’entre eux vivre.
- Tu vas même tuer ta propre fille, Koga ? demanda calmement Auguste. Serais-tu tombé ci bas ?
- Je te l’ai dit : Koga est mort. Je suis l’Orateur, le dirigeant tout-puissant de Kanto, et celui qui va transformer ce monde. L’Orateur n’a nulle fille. Il n’en a pas besoin.

Le regard plus dur que l’acier, Jeannine hocha la tête.

- Il a raison, oncle Auguste. Ce type n’est pas mon père. Il peut me tuer si ça lui chante, et je ne lui demanderai nulle grâce.

Koga leva la main, faisant signe à son armée de se préparer à tirer. Auguste savait que quand il l'abaisserait, ça en sera fini d’eux tous. Il ne voyait pas moyen de lutter plus longtemps. Ils n’avaient pas réussi à éliminer l’Orateur assez rapidement, et son armée les avait acculés. Tout ce qu’Auguste put faire fut de rappeler ses propres Pokémon dans leurs Pokéballs, en espérant qu’il reste assez d’humanité en Koga pour qu’il les relâche après. Mais vu ce qu’il avait fait aux siens, Auguste se doutait que c'était un espoir peu crédible.

Koga s’apprêtait à baisser la main, pour donner l’ordre de tirer, quand deux des chasseurs volants explosèrent soudainement. Auguste en fut surpris, tout autant que Koga ; aucun Pokémon de l’armée de K.L n’était responsable. Les hommes de l’Orateur se retournèrent dans tous les sens, leurs armes braquées, cherchant l’attaquant, quand tout aussi soudainement, une lueur bleue enroba toutes leurs armes qui leur fut arrachées des mains, et envoyées au loin. Et alors, une voix terrible résonna. Une voix qui ne semblait pas posséder de son réel, mais qui résonna dans leurs têtes à tous.

- ASSEZ !

Les réactions furent immédiates. Beaucoup se placèrent les mains sur les oreilles, comme pour se protéger d’un son meurtrier. D’autres se mirent à trembler, et certains firent même un signe religieux censé protéger du mal. Mais tous levèrent la tête d’un même geste, pour voir celui qui avait poussé ce cri mental. C’était une créature humanoïde avec une cape brune, qui flottait dans les airs juste au dessus de la forteresse. Outre sa peau grise, elle possédait une queue surdimensionnée, deux cornes sur la tête, trois doigts bulbeux à chaque mains et un tuyau qui reliait sa tête à son dos. Mais le plus terrifiant dans son apparence était sans nul doute ses yeux violets, où l’on pouvait y lire une puissance et une sauvagerie à peine contenues.

- Je me suis promis de ne plus jamais me mêler des affaires des humains, fit le Pokémon. Vous pouvez vous entretuer à loisir, comme la race folle et meurtrière que vous êtes… mais si votre folie venait à toucher les Pokémon, je ne peux plus rester les bras croisés.

Auguste regarda la créature avec un émerveillement teinté de dégoût. Cette apparence… Cette puissance… Le vieil homme avait entendu des rumeurs bien sûr, au sujet de ce Pokémon mystérieux, apparut de nulle part, d’une puissance phénoménale et qui vivait à l’écart des humains. Sur le coup bien sûr, il n’avait jamais relié ce Pokémon inconnu au fameux projet scientifique qu’il avait mené au Laboratoire de Cramois’île, sur lequel Giovanni de la Team Rocket leur avait accordé un énorme financement. Mais maintenant qu’il le voyait, plus aucun doute n’était permis.

- Mewtwo… murmura-t-il pour lui-même.

Le clone amélioré de Mew pointa un de ses doigts ronds et courts sur Koga, qui le regardait d’un air stoïque.

- Humain, je te regardais de loin, me questionnant chaque jour s’il fallait que j’intervienne contre toi ou non. Mais maintenant que j’ai vu ce que tu étais, je n’ai plus à hésiter.
- Ce que je suis ? répéta l’Orateur. Et toi, qu’est-ce que tu es au juste, pour prétendre avoir le droit de me juger ? Une horreur génétique, tout comme moi. Le résultat de recherches humaines horribles et du désir de puissance d’un criminel.
- En effet, acquiesça Mewtwo. Je suis tout cela. À ceci près que contrairement à toi, je n’ai pas décidé d’être ainsi, pas plus que je n’ai sacrifié d’innocents Pokémon pour y parvenir. J’ai décidé que mon existence, si elle est une aberration à la base, n’aura que pour seul but de protéger les Pokémon de cette région. Toi, tu veux leur disparition, car eux seuls peuvent lutter contre toi. Je n’ai pas le cœur pur du jeune garçon qui m’a arrêté à l’époque où j’avais le désir fou de conquérir ce monde, mais tout comme lui, je t’arrêterai.

Koga pointa sa main vers Mewtwo, donnant l’ordre à ses troupes d’ouvrir le feu. Les tirs des chasseurs aériens se heurtèrent à un bouclier bleu tout autour de Mewtwo, tandis que le Pokémon artificiel envoyait les chasseurs les uns contre les autres avec ses pouvoirs psychiques. L’apparition de Mewtwo, même si elle était aussi surprenante qu’imprévue, redonna l’espoir aux combattants de la liberté, qui retournèrent au combat. Auguste lui-même rappela ses Pokémon. À l’inverse, les troupes de l’Orateur, qui pour la plupart étaient désarmées, nageaient en pleine confusion.

Koga décida d’aller se frotter à Mewtwo lui-même. Il voyait bien qu’aucune arme humaine ne marcherait contre lui. Lui en revanche, qui possédait une ADN composée de six Pokémon différents, avait de quoi se dresser face à lui. Il sauta d’un bond surnaturel jusqu’au Pokémon psychique, qui était en train de faire un ravage au milieu du tir nourri des chasseurs. Arrivé à sa hauteur, il croisa ses bras inhumains, pleins d’écailles, d’épines et de poison, pour lancer Plaie-Croix, qu’il tenait de son Coatox.

À cette courte distance, Mewtwo ne pouvait pas le repousser avec Psyko à temps. Il choisit, plutôt que de lancer une attaque, d’utiliser sa puissante queue en un retourné pour contrer Koga, mais se fit quand même toucher par l’attaque Insecte. Koga ne se laissa pas retomber, affrontant la gravité grâce aux aspects qu’il tenait de Nostenfer et Aéromite, et revint sur Mewtwo avec une Vive-Attaque si parfaitement exécutée que même l’œil aguerri du clone de Mew ne vit rien du tout.

Momentanément sonné, il recula en activant son bouclier bleu d’énergie, tandis que Koga retombait au sol en bombardant Mewtwo de Rayon Signal et de Bomb Beurk. Quand le Pokémon se lança à sa poursuite avec son bras droit qui luisait d’une lueur rose en forme de lame, signe d’une attaque Coupe Psyko, Koga se démultiplia avec Reflet, ce qui fit soupirer Mewtwo d’ironie.

- Tu crois que je ne suis pas capable de te détecter à travers toutes tes illusions ? Ton aura pue l’immondice et la noirceur.

Mewtwo envoya une Aurasphère pile sur le vrai Koga, qui se servit des protections de ses propres types Insecte, Poison et Vol pour la repousser d’un revers de bras. Mewtwo arracha alors un pan de mur avec ses pouvoirs psychiques pour le lancer sur son adversaire, qui l’encaissa de plein fouet avec sa peau soudainement changée en acier, du fait de son ADN de Foretress. Et c’était précisément ce qu’attendait Auguste, qui regardait l’affrontement à une distance respectable. Dès qu’il vit que Koga avait eu recours à son type Acier pour se défendre de Mewtwo, il cria à Régis :

- Maintenant !

Régis fit signe de la main à son Alakazam, qui exécuta l’ordre donné plus tôt. Il téléporta le Maganon d’Auguste directement devant Mewtwo, sur la trajectoire de Koga, qui ne put qu’écarquiller les yeux de surprise devant cette apparition soudaine. Puis vint le Lance-Flamme de Maganon, que l’Orateur ne put esquiver. Mewtwo y ajouta sa propre attaque Psyko, envoyant la silhouette enflammée de Koga sur un des rares avions encore dans les cieux. Le choc fit exploser l’appareil, et une pluie de débris en flammes retombèrent, dont parmi eux le corps brisé et brûlé de l’Orateur.

- Tu n’avais pas à intervenir, vieil humain, reprocha Mewtwo à Auguste. C’était à moi de châtier ce fou.
- Nous ne le combattions pas pour le « châtier », rétorqua Auguste.

Il s’avança vers Koga, qui bien que brûlé à divers degrés et plusieurs membres broyés, était toujours en vie, ses yeux insectoïdes braqués sur Auguste.

- C’est donc ça… la voix que vous avez choisi… Ce Pokémon… sera la perte de notre monde. Avec lui… jamais l’humanité ne pourra atteindre son plein potentiel…
- Nous n’avons pas besoin d’atteindre notre plein potentiel, répliqua Auguste à son vieil ami. Nous n’avons pas besoin d’être forts comme toi. Car nous avons nos Pokémon avec nous. Et nous les aurons toujours. C’est ce que tu as oublié, Koga. C’est ce qui fait de nous les dresseurs que nous sommes.

Auguste n’était plus en colère, mais plein de pitié pour cet homme autrefois bon et juste qui s’était fourvoyé. Peut-être pouvait-il être sauvé médicalement, mais Auguste ne voulait pas lui infliger une vie d’humiliation et de privation. Koga était un ninja. Il aurait préférait la mort à la captivité. Mais avant qu’il n’ait pu donner l’ordre fatidique à son Maganon, Jeannine passa devant lui.

- C’est à moi de le faire, mon oncle, dit-elle simplement.

Auguste aurait voulu protester, voulu épargner ça au père et à la fille, mais le regard de la jeune femme le dissuada. Jeannine tira un kunaï de sa ceinture et se pencha vers son père, qui la dévisagea avec un mélange d’ironie, de résignation et de tristesse.

- Je l’ai fait… pour toi… pour ton futur…
- Je n’avais pas besoin d’un tel futur. J’avais besoin de toi.

Jeannine abattit son arme tranchante sur la gorge du tyran, mettant un terme au règle sanglant de l’Orateur de Kanto.


*-*-*-*

Auguste plongea son regard vers le soleil, ses yeux protégés par ses lunettes noires. Cela faisait deux mois depuis la chute de l’Orateur et la libération de Kanto. Le continent était bien sûr en plein chamboulement politique tandis que des groupes et d’autres tentaient de ramasser les miettes du pouvoir. Auguste était vite reparti sur son île, dans la crainte d’être pris dans ce maelstrom. Il préférait laisser Régis Chen s’occuper de tout ça. Il était jeune, dynamique, doué, et avait un nom célèbre. Bref, il avait tout ce qu’il fallait pour diriger la communauté des dresseurs et participer à un nouveau gouvernement de paix.

Ici, à Cramois’île, la vie poursuivait tranquillement son cours, comme elle l’avait toujours fait, sans trop se soucier des évènements de la métropole. Une chose avait changé cependant, et ce n’était pas négligeable : les challengers recommençaient à venir. Comme l’arène d’Auguste avait été détruite par le sabotage des bacs de lave, il avait, à son retour, rouvert temporairement son ancienne arène dans le volcan. Mais il s’était très vite rendu compte d’une chose : il n’était plus ce qu’il avait été. En quatre défis, il avait perdu le badge Volcan trois fois. Ses réflexes étaient moindres, ses analyses mettaient plus longtemps, et sa voix pour donner les ordres ne portaient plus bien loin. Bref, il était plus que temps de passer la main. Il s’était dit qu’il resterait Champion jusqu’à sa mort, mais ç’aurait été irresponsable.

- Vous êtes sûr de votre décision, maître ? demanda Ren derrière lui. J’ai encore tellement à apprendre…
- Balivernes, répliqua Auguste. Tu sais déjà tout ce qu’il y a à savoir sur les Pokémon Feu et le combat Pokémon. Le reste, tu le gagneras avec l’expérience. Tu continueras à progresser. Moi, ce n’est plus le cas. J’ai cessé de progresser. Pire, je commence ma chute. Si on ne veut pas que notre arène devienne la plus faible de tout Kanto, tu dois la prendre en charge au plus vite.

Ren argumenta peu. Il connaissait assez son maître pour savoir que quand il avait une idée, il n’en démordait pas.

- Je tâcherai de m’en montrer digne, alors. Comme de vos Pokémon…

En effet, Auguste avait laissé à son disciple son Maganon, son Pyroli et son Volcaropod, qui étaient toujours en âge de se battre. Auguste n’avait gardé avec lui que son fidèle Arcanin. Ils avaient prévu de faire un petit voyage, tous deux. Leur dernier.

- Mais vous, maître ?
- Ne m’appelle plus comme ça. C’est toi le maître, désormais. Moi, j’avais initialement prévu de finir mes jours dans mon lit sur cette île, mais j’ai changé d’idée. Ce serait… relativement chiant. Et un bon ami a accepté de me prendre avec lui.

Auguste sourit quand une énorme silhouette ailée atterrit près d’eux, sur le pan du volcan, provoquant des braises à chacun de ses battements d’ailes.

- S-Sulfura ? balbutia Ren.
- Lui-même. Je veux voir l’immensité de ce monde avant de le quitter. Je suis trop resté à Cramois’île toute ma vie. Quoi de mieux de le faire sur ce divin Pokémon, celui qui a marqué mon existence ?

Avec l’aide de sa canne, Auguste marcha jusqu’à l’oiseau légendaire et grimpa sur son dos enflammé avec son aide. Ren regarda le visage de son maître, et vit un énorme sourire comme aurait pu en tirer un adolescent émerveillé. Il fut heureux pour lui.

- Où comptez-vous aller, Auguste ? demanda le nouveau champion.
- Ci et là, fit vaguement le vieil homme. Je pense d’abord faire un petit tour de Kanto, que j’ai un peu trop négligé. Je vais voir comment s’en tirent Régis, Jeannine et les autres. Puis après… qui sait ? J’ai toujours rêvé de visiter Kalos, ou d’arpenter le Mont Abrupt de Sinnoh. Peut-être même que je croiserai ce gamin avec sa casquette qui m’a vaincu il y a vingt ans…

Auguste posa ses mains sur la crinière en feu de Sulfura, sans en ressentir la moindre brûlure, mais juste une douce chaleur.

- Allons-y, mon ami, lui murmura Auguste. Montre-moi toute l’immensité du monde comme tu la vois toi.

Sulfura décolla, et Auguste ne se retourna pas une seule fois pour voir son île s’éloigner. Il comptait revenir avant la fin. Il allait revenir. Même si les mystères du monde l’attiraient, c’était à Cramois’île qu’il voulait terminer sa vie. Mais avant cela… Avant cela, Auguste, le maître du quizz, le scientifique ardent, allait connaître une dernière éruption.



FIN






Note : Il s'agit de mon premier concours, et même de ma première fic. J'espère qu'elle vous aura plu un minimum. Un grand merci au passage à Flageolaid, pour son attentive correction. Si je gagne quoi que ce soit avec cette fic, je lui dédierai cette victoire... mais en conservant le lot bien sûr :D