Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 26/05/2013 à 08:45
» Dernière mise à jour le 04/05/2018 à 23:01

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 166 : Croisement de Mélénis
Gélonée était en train de préparer le repas dans sa cuisine tout en écoutant les actualités à la télé. Apparemment, le gouvernement avait perdu Parmanie. Cette nouvelle provoqua un frisson dans son dos. Depuis le début de cette guerre, Gélonée suivait sans relâche les actualités. Elle souriait de soulagement quand la Team Rocket était vaincue sur un front ou reculait, et frissonnait de peur à chaque fois qu'elle gagnait ou avançait. Gélonée était bien placée pour savoir que la Team Rocket était le mal incarné. Giovanni, cet homme qui l'avait manipulé et séduite, uniquement pour qu'elle lui fasse un enfant. Et son propre frère, qui l'avait livré à ce porc en échange d'une promotion conséquente. Depuis, Gélonée s'était remariée, avec quelqu'un du camp d'en face, qui pouvait la défendre contre la Team Rocket. Elle ne pouvait pas dire qu'elle l'aimait ; après tout, il devait avoir tué autant de gens que Giovanni. Mais il était bon avec elle et Kyria. Et Kyria avait besoin d'un père qui puisse la protéger de la malveillance de la Team Rocket.

Kyria... Au début, Gélonée avait essayé de la haïr. Elle était la graine que Giovanni avait planté en-elle, contre sa volonté. À chaque fois que Gélonée la regardait, elle voyait les yeux sombres de son géniteur, et quelque chose dans son visage qui le lui rappelait. Mais ce n'était pas la faute de la petite si son père était une ordure. Kyria était une gentille enfant, bien qu'un peu bizarre. Mais cela, c'était la faute de Gélonée. Elle lui avait transféré le gène des Loinvoyant, et son pouvoir s'était révélé quand elle n'avait que huit ans. Depuis, elle avait des visions, souvent terribles, des prémonitions, et elle parvenait à lire à la surface de l'esprit des gens. Aussi Gélonée prenait-elle soin de ne jamais la regarder dans les yeux trop longtemps. La fille pourrait découvrir la vérité sur sa naissance, et Gélonée s'y refusait.

- Maman.

Gélonée sursauta. Comme à chaque fois, elle n'avait pas entendu Kyria arriver. Il lui semblait que sa fille, en plus de vivre dans un autre monde, se déplaçait aussi dans un univers qui lui était propre.

- Oui ma chérie ?

Gélonée fronça les sourcils en voyant sa fille. Elle était habillée comme si elle s'apprêtait à partir en voyage, avec un gros sac à dos et un imperméable. Son Pokemon, Petilouge, était à ses pieds. Kyria n'était pas dresseuse ; Gélonée ne l'aurait pas voulu. Toutefois, parce qu'elle n'avait ni frère ni sœur, ni même des amis, étant donné son caractère... curieux, Gélonée n'aurait pas voulu qu'elle se sente seule, et lui avait donc pris ce Pokemon comme animal de compagnie. Il faisait à peine une trentaine de centimètres, et était drapé dans une couverture rouge qui faisait à la fois habit et capuche. Il portait un grelot jaune au coup, que Kyria lui avait donné, et son visage à fourrure et aux yeux constamment fermés était celui d'un petit loup.

- Il faudra prévenir le collège de mon absence. Je n'aurai pas pu rendre la dissertation de français de madame Rosberty. Elle est sur mon bureau, si jamais.

- Kyria, pourquoi tu es habillée comme ça ?

Sa fille la regarda comme si elle était idiote.

- Je pars bien sûr. Je ne pense pas qu'on se reverra, maman.

Gélonée étant habituée aux excentricités de sa fille, elle tâcha de prendre un ton raisonnable.

- Et où vas-tu, poussin ?

- Je ne sais pas encore bien. C'est assez trouble. Un chemin tortueux...

- Bien sûr bien sûr... Mais si tu ne sais pas, tu ferais mieux de rester ici et d'attendre que le chemin s'éclaire, non ?

- Non. Parce qu'ils vont bientôt arriver.

- Qui va arriver ?

- Beaucoup de monde. Mais les méchants arriveront en premier. C'est moi qu'ils veulent. Quand ils vont rentrer, tu vas t'interposer, et ils te tueront, puis ils me captureront. C'est pour ça que je dois partir. Je vais les attirer pour qu'ils ne te fassent pas de mal.

Les paroles de sa fille glacèrent les sangs de Gélonée. Bien sûr, elle vivait toujours dans son monde, mais son don de Loinvoyant n'était pas imaginaire.

- Nous partirons ensemble, trésor. Nous irons retrouver papa.

Mais Kyria secoua la tête.

- Ils nous trouveront quand même. Si je pars seule, les autres me trouveront avant eux.

- Je ne comprends rien ! Kyria chérie, il faut que...

- Désolée maman. Adieu.

Elle fit un geste de la main, et Petilouge s'avança, et ses yeux s'ouvrirent. Deux petits yeux jaunes que Gélonée n'avait encore jamais vu. Ce fut la dernière chose qu'elle vit, avant que l'attaque hypnose du Pokemon ne l'amène dans le pays des rêves. Une expression de chagrin se mura sur les traits fins et charmants de la jeune Kyria.

- Nous ne nous révérons pas, répéta-t-elle. Je mourrai avant. Tu seras très triste. Mais papa sera là, et vous aurez un autre enfant. Un garçon. Lui il vivra longtemps. Et toi aussi.

Kyria prit la main de sa mère entre les siennes et l'embrassa. Puis elle se leva, un air déterminé dans ses grands yeux sombres.

- Allons-y, Petilouge. Notre aventure commence.

Le petit Pokemon aboya son assentiment, et ensemble ils sortirent dans les rues sombres et froides de la ville d'Erkyné. C'est au moment précis où ils quittèrent leur maison que trois personnes pénétrèrent dans la ville. Deux étaient des Mélénis, l'autre un Smiley qui flottait dans les airs.

- Quelle ville pourrie, grommela Joshu. Un vrai trou d'humains.

- Pourquoi, tu as grandi ailleurs avant d'aller au Refuge ? Demanda Esclel.

- Mon père était un humain, mais Arceus merci, ma mère était Mélénis. Elle m'a élevé en pleine nature, où le Flux est bien plus puissant.

- Oh. Je comprends maintenant d'où peut te venir ton sale caractère, si tu as passé ton enfance à manger des racines.

- Eh ! Et moi et moi ?! Sautilla Mister Smiley. Vous voulez savoir où j'ai grandi ?

- Non, dirent les Mélénis à l'unisson.

Ils parcoururent la ville en suivant l'adresse donnée par Nuvos. Ils n'eurent pas besoin de s'y rendre directement. Dans les rues désertes de cette nuit froide, ils tombèrent sur la fille qu'ils cherchaient, qui semblait les attendre calmement, un petit Pokemon à ses côtés.

- Eh bien eh bien, elle ne nous complique pas la tâche, c'est bien, déclara Joshu.

- Je savais que vous viendrez, dit Kyria d'une voix où ne perçait aucune peur. Je vous attendais.

- À la bonne heure, sourit Esclel en prenant un ton maternel. Tu es vraiment une petite fille très précieuse. Notre chef, Nuvos l'Infini, aimerait beaucoup te rencontrer.

- Oui. Je sais. Et je le rencontrerai. Mais pas immédiatement.

Sur ce, elle se retourna et se mit à courir, Petilouge sur ses talons, laissant les deux Mélénis et Smiley ahuris par cette réaction.

- Mais c'est qu'elle s'enfuie, cette petite merdeuse ! Gronda Joshu.

- Ah oui, bien observé, m'sieur Joshu, approuva Smiley. Je dirai même qu'étant donné la vitesse à laquelle elle court, elle cherche à nous fausser compagnie.

- Eh bien rattrapez-là, incapables ! S'exclama Esclel. Vous savez sans doute courir plus vite qu'une gamine de douze ans !

Joshu grommela, commença à courir, mais s'arrêta d'un coup. Il tourna son visage vers le sud, comme si il venait de voir ou de sentir quelque chose.

- Qui y'a-t-il ?

- Des Mélénis. Deux. Ils s'approchent.


***


Miry et Seamurd n'étaient sortis que très rarement du Refuge. Kanto était une grande région, et ils n'avaient aucune idée de l'endroit où ils allaient. Heureusement, ils avaient le Flux, et s'en servaient pour repérer d'autres Mélénis comme eux. Dès qu'ils étaient arrivés à Kanto, ils avaient senti de loin les puissants Flux des jumeaux Crust. Il suffisait à présent de les suivre. Pour aller plus vite, ils avaient longtemps volé, mais à une hauteur respectable, pour ne pas se faire repérer. Les gens d'aujourd'hui ne les brûleraient sans doute pas en place publique, mais les habitudes avaient la vie dure. Les Mélénis vivaient dans la clandestinité depuis près de trois millénaires, et ne tenaient pas à attirer l'attention sur eux. Ce que ne manquerait pas de faire Esva Nuvos si on le laissait faire. Après s'être pendant longtemps dirigés par le Flux sans revérifier la proximité des Flux des jumeaux, les deux jeunes Mélénis se posèrent, non loin d'une ville. Miry ouvrit profondément son esprit, et sentit deux présences significatives dans la ville même.

- Tiens, ils sont ici ?! Je ne pensais qu'on s'était tant rapproché d'eux.

- Regarde mieux, lui dit Seamurd. Ce ne sont pas les Flux de Mercutio et Galatea, c'est obligé. Ils sont trop faibles !

La jeune femme constata que Seamurd avait raison. Il y avait bien deux utilisateurs du Flux dans cette ville, mais ce n'était assurément pas les enfants d'Elohius. Et aucun Mélénis n'était censé se trouver dans ce secteur à l'heure actuelle. Aucun sous la juridiction du Refuge, du moins. Seamurd déglutit.

- Tu penses que ça pourrait être... les laquais de Nuvos ?

Miry haussa les épaules.

- C'était sûr qu'ils allaient bouger maintenant que leur patron est de retour. Allons donc dire bonjour à nos aînés.

- Mais... Ce n'est pas la mission que le Haut Seigneur nous a confié ! Nous ne sommes pas censés provoquer le combat contre Nuvos, seulement protéger les Crust.

- Eh bien, si on se débarrasse de ces gars-là, ils seront bien plus protégés. Allez quoi Seamurd, tu maîtrises le Septième Niveau ! D'après le Haut Seigneur, les trois sbires de Nuvos n'ont même pas assez de Flux pour atteindre les trois Niveaux Supérieurs. Ça sera de la rigolade !

L'adolescent hocha la tête, rassuré.

- Tu as raison. Faudra juste éviter que tous les habitants n'assistent à un combat Mélénis en plein milieu de la rue.


***


- On y est, décréta le colonel Tuno. Voici la ville d'Erkyné.

Mercutio songea qu'il y avait de meilleurs endroits pour vivre. Erkyné était la ville typique de la banlieue d'une grande mégalopole comme Safrania. C'était une cité industrielle, pleine d'usines désaffectées, d'immeubles insalubres et sans nul doute rongée par les trafics en tout genre. La X-Squad avait renoncé à s'habiller en civil. Ils étaient à présent trop connus du gouvernement pour ça, surtout en étant si près de la capitale. Mais ils doutaient de tomber sur beaucoup de monde dans ce coin-là. Les soldats étaient réquisitionnés pour protéger Safrania, non pas sa banlieue qui n'intéressait personne.

- Bon, vous vous souvenez, les héros ? Fit Tuno à Mercutio et Galatea. Pas de Septième Niveau, sauf en cas de mort imminente.

Tuno n'oubliait jamais de leur rappeler ça à chaque mission et à chaque bataille. C'était inutile. Mercutio n'était pas idiot. Il savait qu'en période de guerre, la Team Rocket ne pouvait pas se passer de ses Mélénis le temps qu'ils récupèrent le Flux après une activation du Septième Niveau. Il avait commencé à enseigner les bases à Galatea, même s'il n'était pas aussi doué que Maître Irvffus. Sa sœur était donc loin de pouvoir maîtriser le Septième Niveau, mais sans doute le devrait-elle pour la bataille finale. Giovanni avait d'ores et déjà prévu d'utiliser les deux Septième Niveaux pour conquérir Safrania et vaincre une fois pour toute les Dignitaires. Mais au rythme où avançait le front, ce n'était pas demain la veille.

- Si on est si compétant à tel point qu'on eût besoin de leur Septième Niveau contre une fillette de douze ans, que l'on a du souci à se faire pour la suite de la guerre, m'est avis, plaisanta Djosan.

- Quelle mission pourrie, grommela Zeff. Je ne peux ni me battre, ni trancher, ni éviscérer quoi que ce soit face à une gamine...

- Faut voir le bon côté des choses, ricana Galatea. Ça sera sans doute une adversaire à la hauteur de Goldenger. Il pourra nous montrer tous ses talents cachés sur ce coup-là.

- L'héroïsme qui fait du constituage de mon âme ne me fait pas du permettage de blesser une jeune humaine, répondit très sérieusement le Pokemon doré.

- Peut-être qu'elle sera fort heureuse de nous suivre, au contraire, déclara Djosan. Nous allons la tirer de sa morne vie de gueuse pour en faire une héritière du glorieux Boss, avec tous les privilèges qui vont avec.

Mercutio ne paria pas là-dessus. Même lui n'aurait pas échangé sa place contre celle d'un des nombreux enfants de Giovanni. Sans compter les pressions et les multiples tentatives d'assassinat dont-ils devaient faire les frais, le Boss ne paraissait pas être un modèle de paternité.

- Bon, conclut Tuno. 004 a dit qu'un de ses hommes nous retrouverait à l'entrée de la ville...

- Une femme plutôt, colonel.

Mercutio sursauta. Non pas parce que cette voix féminine l'avait surprise, mais parce qu'il la connaissait. Sa détentrice s'avança jusqu'à eux et la lumière de la lune qui éclaira sa silhouette.

- Emmy ? C'est vraiment toi ? Glapit Mercutio.

- Ça fait un bail, Mercutio.

- Apparemment, vous vous connaissez, fit Tuno.

- C'est son ex, précisa Galatea avec un fin sourire.

Ex était un bien grand mot. Emmy Angurs était une amie d'enfance des trois Crust. Elle avait leur âge, et étant la fille d'un officier de la base, elle avait grandi quasiment enfermée dans cette enceinte, comme les Crust. Plus tard, elle était devenue la première fille avec qui Mercutio était sorti, mais ça n'avait duré qu'un mois à peine. Il était jeune à l'époque, à peine adolescent, et n'entendait rien au sexe opposé. Cela n'avait été qu'une distraction de deux jeunes gens immatures, une amourette destinée à se prouver quelque chose, mais rien de centré sur les sentiments. Il n'y en avait eu aucun.

Pour autant, Emmy et lui s'étaient séparés tout en demeurant amis, ce qui était déjà un signe de maturité en soi. Mais Emmy était partie peu après pour suivre une formation dans une autre base Rocket, et Mercutio ne l'avait plus revu depuis. Mercutio était surpris, parce qu'il lui semblait qu'Emmy avait fichtrement changé. Elle était... eh bien, elle était devenue une femme, alors que lui ne se sentait pas si différent d'il y a quatre ans. La jeune femme avait des formes et une silhouette admirable, et son visage s'était encore plus affiné pour faire ressortir une vraie beauté. En revanche, sa longue chevelure rousse, et ses yeux verts foncés rieurs, eux étaient restés les même.

- Comme toujours, Mercutio a le talent si utile de choisir les plus belles créatures, susurra Tuno en s'inclinant galamment et en lui faisant un baisemain.

Emmy sourit au colonel, et Mercutio, étrangement, sentit naître en lui une pointe de jalousie, qu'il réfréna au plus vite. Qu'importe que Tuno fasse son numéro de séducteur sur Emmy ; Mercutio avait déjà une petite-amie.

- C'est toi l'agent de Bonouarg alors ? Fit Galatea.

- En effet, je travaille pour l'Agent 004. J'étais contente quand j'ai appris qu'il envoyait ici la célèbre X-Squad. Beaucoup de mes collègues me harcèlent de question parce que j'étais amie avec les légendaires Crust. Siena n'est pas là ?

- Le colonel Crust est officiellement en congé maternité. Officieusement, elle doit être en train de comploter pour s'emparer de la Team Rocket...

- Colonel ?! Sacrée Siena, elle n'arrêtera pas de m'impressionner... Oui, j'ai entendu parler de son heureux évènement. Je suis contente pour elle.

- Si nous commencions ? Proposa Tuno.

- Oui. La cible doit être chez elle à cette heure-ci, probablement en train de dormir. La mère se couche assez tard, il vous faudra l'assommer pour qu'elle n'alerte pas le quartier. La maison ne bénéficie d'aucune protection particulière. Quant au mari de Gélonée, il ne rentre que fort rarement.

- Vous l'avez déjà vu ? Qui est-il exactement ?

- Je ne l'ai vu que de loin. À chaque fois qu'il arrive, je m'éloigne. Vu qu'il travaille au gouvernement, l'Agent 004 ne tient pas à ce qu'il repère ma présence, ce qui lui indiquera alors qu'on enquête sur sa famille. Il ne mettra pas longtemps à découvrir alors les dons de sa fille, et les Dignitaires pourront s'en servir contre nous. Cet enlèvement doit donc réussir du premier coup.

- Ça ne devrait pas être bien compliqué, affirma Zeff en jouant avec sa pistolame. On embarque la gamine, et on revient immédiatement au front. C'est ce qu'il y a de plus intéressant, ces temps-ci.

Ils pénétrèrent discrètement dans la ville, qui semblait totalement désertée. En plein jour, elle devait être des plus agréables, mais en pleine nuit, elle était carrément lugubre. Plus ils approchaient de la destination qu'Emmy indiquait, plus Mercutio se sentit mal à l'aise. Il commença à percevoir quelque chose de tout près. Des présences inhabituelles. Ce fut Galatea qui mit en premier le doigt dessus.

- Les gars... je crois qu'il y a des Mélénis pas loin.

- Tu peux répéter ça ? Fit Tuno en prenant son pistolet.

- Elle a raison colonel, acquiesça Mercutio. Il y a bien des utilisateurs du Flux quelques rues plus loin. Je dirai... deux.

- Non, quatre, rectifia Galatea. Y'en deux présences assez puissantes, mais deux autres plus ténues.

- Qui sont-ils, et que viendraient-ils faire...

Il se passa beaucoup de chose en même temps avant que Tuno n'est pu terminer sa phrase. Déjà, il y eut une explosion un peu plus loin. Une explosion typique de Flux. Puis une silhouette leur passa à coté en courant. Elle ne se retourna pas, mais Mercutio pu voir son visage et ses longs cheveux bruns. Elle était suivie par une petite bestiole toute couverte de rouge.

- Eh ! C'est la gamine qu'on recherche ! Elle se fait la malle !

- Poursuivons-là, ordonna Tuno.

- Mais... et les Mélénis ?

- Ce n'est pas notre mission.

- Vous êtes bien assez pour rattraper Kyria, énonça Galatea. Mercutio et moi, on va voir ce qui ce passe là-bas.

Les jumeaux partirent dans l'autre direction sans tenir compte des jurons de Tuno. Ils désobéissaient à un ordre, c'est vrai, mais il y avait des Mélénis juste à côté. Et en dehors de Maître Irvffus, les jumeaux n'avaient jamais rencontré personne de leur race. En courant, ils ne virent pas passer à côté d'eux le Smiley jaune qui flottait vers la direction où était partis Kyria et le reste de l'équipe.


***


- Rappelle-moi ce que tu disais sur les combats Mélénis en pleine rue ? Soupira Miry avec une grimace à l'adresse de Seamurd.

Le garçon s'était lâché avec une puissante attaque de Troisième Niveau dès qu'ils furent arrivés devant les deux autres Mélénis.

- Vraiment désolé, s'excusa l'autre, l'air sincère. Je pensais qu'ils créeraient un bouclier de Flux pour bloquer.

- Et ils l'ont fait. Mais il n'était apparemment pas très puissant.

La fumée et les flammes laissèrent place aux deux sbires de Nuvos, apparemment épuisés d'avoir levé un si piètre bouclier de Flux. Leurs visages correspondaient bien à la description que les Maîtres du Refuge en avait fait. Ils étaient Joshu et Esclel, deux anciens déserteurs qui s'étaient rangés à la solde de Nuvos.

- Petits merdeux... grogna Joshu. Qui êtes-vous, bon sang ?! Vous nous voulez quoi ?

Miry se décida d'y mettre les formes.

- Miryalénié Ilkasio et Seamurd Porov, apprentis Mélénis au Refuge. Au nom du Haut Seigneur Gideor, vous êtes en état d'arrestation, pour d'innombrables manquements commis contre les règles Mélénis, notamment la Règle du Secret, et pour collaboration avec le criminel et traître Esva Nuvos.

- Oh, nous avons attiré sur nous les toutous de Gideon, fit Esclel avec morgue. Ils auraient pu au moins éviter de nous envoyer des gamins.

- Comme si y'avait besoin de plus pour vous, se moqua Seamurd. Vos Flux sont ridiculement bas !

Joshu rougit et s'invectiva en insultes de toutes sortes. Esclel resta calme, et se permit un sourire.

- Il est vrai, mes chéris, que vos Flux sont bien plus conséquent que les nôtres. Mais il y deux choses que nous avons et pas vous. L'expérience, et puis, l'enseignement de Nuvos l'Infini !

Esclel fit des mouvements précis avec ses mains, tout en invoquant le Flux. Alors, une écriture inconnue se matérialisa dans l'air en lettres brillantes. Miry recula prestement, en dressant un bouclier de Flux.

- Attention Seamurd ! C'est de la Graphiria !

Si les jeunes Mélénis en avaient lu le principe, ils n'avaient jamais été amenés à la rencontrer. La Graphiria, ce savoir perdu, consistait à la manipulation des mots pour créer ou contrôler des choses qui se reportaient à ces mêmes mots utilisés. L'alphabet utilisé pour la Graphiria était un ancien alphabet perdu ou oublié des tous premiers Mélénis, que bien peu de gens connaissaient, même parmi les plus vieux Mélénis. Miry et Seamurd n'avaient donc aucune idée de ce que voulait dire le mot invoqué par Esclel, et donc de la nature de l'attaque qu'elle allait lancer. Elle ne vint pas d'elle, mais de sous les pieds des jeunes Mélénis. Des filins de Flux, qui s'enroulèrent autour de leurs pieds avant de remonter peu à peu, les entravant momentanément. Puis Esclel utilisa un autre mot, qui fit disparaître le bouclier de Flux de Miry. Ils étaient sans défense.

- À toi Joshu ! Ordonna Esclel.

Son compagnon croisa les mains, et invoqua une attaque de Troisième Niveau tout à fait respectable, en forme de pieux tranchants, prêt à transpercer les corps de leurs cibles impuissantes. Miry se sentit honteuse plus que terrifiée par la certitude de sa mort. C'était sa première mission en dehors du Refuge, et elle se faisait avoir du premier coup par deux Mélénis au rabais ! Son maître, le Seigneur Rothan, serait si déçu... Mais l'attaque de Joshu n'atteignit pas sa cible, pour la simple bonne raison qu'elle fut annulée par une attaque de même type provenant de leur droite. Deux personnes venaient d'arriver. Une fille et un garçon. Et leurs corps luisaient du Flux le plus puissant que Miry n'avait jamais vu !

- Eh bien, on s'amuse bien ici à ce que je vois, dit le garçon aux cheveux bleus. Permettez qu'on se joigne à vous. Entre potes Mélénis.






*************

Image de Petilouge :