Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Team Rocket X-Squad de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 27/03/2013 à 17:19
» Dernière mise à jour le 23/04/2018 à 23:12

» Mots-clés :   Action   Fantastique   Organisation criminelle   Présence d'armes   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Film 2 : Arboreden et les Fruits de Vie (2/8)
Tuno s'était arrêté en plein milieu de la forêt, en marge de la plaine où se trouvait la base du gouvernement. Le colonel regarda de droite à gauche, préoccupé.

- Un problème ? Questionna Mercutio.

- Le groupe du commandant Kelluer était censé nous retrouver ici pour nous mener jusqu'à leur base cachée.

- Bah, ils sont pas là.

- Judicieuse observation. Qu'est-ce qui aurait pu les retarder ?

Goldenger se mit à sautiller sur place.

- Je fais du sentage des Pokemon pas loin. Ils sont en train de se battre, pour sûr !

Mercutio aurait pu se vexer que Goldenger, avec sa fâcheuse tendance à inventer des mots ou des tournures de phrases qui n'existaient pas, fut désormais plus utile que lui pour détecter les autres. Le Pokemon possédait une capacité spéciale permettant de communiquer avec tous les Pokemon du monde, qu'importe la distance, et plus ils étaient proches, plus il les sentait. Mais il y a quelque temps, avec le Flux, Mercutio aurait pu repérer qui que ce soit, humains ou Pokemon, bien avant le héros doré.

Plus ils avançaient vers l'endroit où Goldenger les menait, plus ils entendirent des bruits de bataille et des coups de feu. Ils sortirent eux-mêmes leurs Pokemon. Mortali et Eü pour Mercutio, Crimenombre et Lakmécygne pour Tuno. Mercutio aurait pu appeler son Pegasa, mais prendre le risque de faire brûler la forêt n'était guère indiqué. Un groupe de Rocket était en train d'affronter un groupe de soldats de l'armée gouvernementale, reconnaissables à leurs uniformes rouges brodées de jaunes. Il y avait plusieurs combats Pokemon, et beaucoup d'échanges de coup de feu aussi. Mercutio, Tuno, Goldenger et leur Pokemon se jetèrent dans la bataille, allant aider leurs camarades.

Mercutio remarqua que les uniformes de ce groupe de Rocket n'étaient pas vraiment réglementaires. C'était des tuniques noires débraillées avec seulement un petit R rouge sur leurs épaules droites. Un non-respect au protocole militaire de la Team Rocket flagrant, mais Tender les avait prévenu que le groupe de Kelluer était pas loin d'être un groupe de mercenaires, ayant pris ses distances par rapport à la hiérarchie Rocket, et qui se frottait au gouvernement depuis bien longtemps, utilisant le plus souvent l'assassinat. Bref, des durs.

Vu sa position dans la bataille, le groupe de Kelluer présent, qui devait être constitué d'une dizaine d'hommes, dont trois avaient déjà péri, semblait être tombé en embuscade. Sans doute était-ce l'escorte qui devait retrouver la X-Squad. Mais l'arrivée de Tuno, Mercutio et Goldenger par derrière changea la donne. Six soldats des Dignitaires étaient déjà tombés avant que les autres ne se retournent. Mercutio eut le temps de tirer trois fois de plus avant de se planquer derrière un arbre pour se mettre à l'abri de la riposte. Il constata que sur ses trois tirs, un seul avait fait mouche.

À force d'utiliser le Flux, Mercutio avait perdu tout son entraînement en visée. Penan n'allait pas être content, lui qui avait passé des années à leur faire rentrer ça dans le crâne. Mortali et Crimenombre, qui ne craignaient aucunement les balles, se trouvaient en plein milieu de la bataille, mitraillant les soldats gouvernementaux d'attaques spéciales de toutes sortes. Plus vulnérables aux projectiles, Lakmécygne et Eü se tenaient à distance, échangeant des attaques avec les Pokemon des soldats.

Quand les soldats furent trop occupés par les Pokemon adverses pour continuer à tirer sur eux, Mercutio et Tuno sortirent de leur abri, et affrontèrent les dresseurs au corps à corps. Même Goldenger, avec son fameux « Justice Punch », au nom tout aussi ridicule que l'attaque était faible. Toutefois, elle suffit à mettre hors d'état de nuire un soldat. Mercutio remarqua juste les Pokemon qu'utilisaient les Rockets de Kelluer. Il ne les avait jamais vus. Il y en avait de deux sortes, mais c'était tous les même.

De toute évidence des Pokemon Roche, mais au look qui faisait aussi penser à des Pokemon combats. Un petit gars qui semblait porter des gants de boxe, mais en pierre, et un autre un peu plus grand, qui portait une tenue de karaté et un bandeau à la tête, les deux aussi fait en pierres, et avec de fines griffes qui lui sortaient des mains. Quand le combat fut terminé et que les soldats gouvernementaux furent tous morts ou inconscients, la X-Squad alla saluer leurs alliés. Un Rocket se détacha des autres.

- Vous devez être les membres de la X-Squad que nous attendions ?

- Enchanté de vous rencontrer, fit Tuno. Je suis le colonel Tuno, commandant de la X-Squad, et voici le lieutenant Mercutio Crust, et euh... Goldenger, notre Pokemon héros qui fait un peu office de mascotte.

Goldenger salua en levant son pouce et en prenant la pose, comme il avait la mauvaise habitude de le faire. Le Rocket s'inclina.

- C'est un honneur. Je suis le capitaine Sorius, je sers de second au commandant Kelluer. Nous étions partis pour le point de rendez-vous prévu, mais ces salauds du gouvernement nous sont tombés dessus. Sans doute une patrouille qui devait se rendre à leur base. Merci du coup de main.

- Pas de problème.

- Vos Pokemon ont l'air sympa, intervint Mercutio. Je ne les ai jamais vus.

Sorius sourit en rappelant le sien, l'un des gars plus grands avec la tenue et le bandeau en pierre.

- Nous, les disciples du commandant Kelluer, nous utilisons tous les mêmes. Ils sont de la même famille d'évolution, et de formidables partenaires quand il s'agit de s'entraîner au corps à corps.

Mercutio n'en doutait pas. Les Pokemon du double type Roche et Combat n'étaient pas légion, si on excluait le légendaire Terrakium. Mercutio sortit son Pokédex et le pointa sur l'un des plus petits.

- Rocutant, le Pokemon Boxeur Dur. Ses membres sont faits d'une roche solide. Ce Pokemon attaque avec ses poings rembourrés et possède un grand esprit guerrier.

Puis Mercutio le pointa sur le plus grand, qui était sans nul doute son évolution.

- Disciroc, le Pokemon Catcheur Dur. Ses membres ses membres sont composés de plusieurs boules de roches collées entre elles qui sont très flexibles, ce qui permet au Pokemon de porter ses coups très vite et de tous les côtés. Disciroc et la forme évoluée de Rocutant.

- Il existe une évolution à Disciroc, le renseigna Sorius. Rochampion. Sa force dépasse l'entendement. Seul notre chef, le commandant Kelluer, en possède un. Avec l'entrainement qu'il me dispense, j'espère que mon Disciroc évoluera bientôt en Rochampion.

- Et j'espère qu'alors, nous pourrons tester sa force en nous affrontant dans un combat, dit Mercutio en rangeant son Pokédex.

- Je serai bien fou de me frotter aux légendaires membres de la X-Squad. Votre réputation est parvenue jusqu'ici. De grâce, suivez-moi. Je vais vous conduire jusqu'à notre base, où le commandant Kelluer vous attend.

Bah, ils étaient bien aimables, ces Rockets, songea Mercutio. Leur réputation de sauvages était peut-être exagérée, ou alors était-ce parce qu'ils se battaient au corps à corps avec leurs Pokemon. Les huiles de l'armée Rocket, se contentant de donner des ordres aux Pokemon comme s'ils étaient des objets, avaient du mal à saisir ce concept de se battre côte à côte avec eux. Les hommes de Sorius se débarrassèrent des corps des soldats gouvernementaux et enterrèrent ceux de leurs trois camarades. C'est alors qu'un des Rockets poussa un cri stupéfait, et hurla :

- Il y en a encore un en vie !

Mercutio se retourna vivement. En effet, l'un des soldats, qui avait apparemment fait le mort ou était inconscient, s'était relevé et tentait de s'enfuir à toute jambe. Étant le plus proche avec le Rocket qui les avait prévenus, Mercutio s'élança, mais ce fut le Rocket qui le rattrapa avant et le cloua au sol.

- Pitié ! Je me rends, s'exclama le soldat.

Mercutio vit avec horreur le Rocket faire fi de ses supplications et sortir un long poignard. Mercutio lui arrêta le bras avant qu'il n'ait pu tuer ce malheureux, qui ne devait pas être bien plus vieux que lui.

- On ne tue pas les ennemis qui se rendent ! Gronda le jeune homme en retirant le couteau des mains du Rocket. Les lois de la guerre, ça vous dit quelque chose ?

Le Rocket eut un regard sombre.

- Ces chiens ne méritent que la mort. Savez-vous le nombre de mes copains qu'ils ont tué ?

- Comme vous vous avez tué beaucoup des leurs, répliqua Mercutio. C'est ça, la guerre. Et pour éviter qu'elle ne devienne encore plus horrible, il existe quelques règles que les deux camps doivent respecter, notamment celle sur les prisonniers de guerre. La plupart des soldats des Dignitaires ne sont que de pauvres bougres qui obéissent aux ordres. Ils ont une famille, des amis, comme nous.

Le Rocket ne parut guère convaincu, mais le capitaine Sorius intervint.

- Fais ce que le lieutenant Crust te dit, Calvin. Il a raison. Ça nous fera un prisonnier à interroger.

- Bien monsieur, ronchonna le dénommé Calvin en se relevant.

Mercutio craignit que Sorius n'ait pas vraiment compris. Mercutio ne voulait pas sauver ce soldat pour qu'on puisse l'interroger, mais seulement pour le laisser vivre. Enfin, il s'inquièterait de son sort plus tard. Il fallait éviter de froisser leurs nouveaux alliés dès le début. Et finalement, leur réputation n'était peut-être pas si exagérée que ça, s'ils exécutaient froidement les hommes qui se rendaient.

On fit le soldat prisonnier, puis les Rockets finirent de prendre les Pokeball des soldats morts. Mercutio se demanda vaguement ce qu'ils allaient faire de ces Pokemon volés. Il se rappelait que les vriffiens mangeaient les Pokemon qu'ils avaient pris à leurs ennemis. Les hommes de Kelluer ne devaient pas être si sauvages que ça... Leur base semblait être une grotte, assez bien camouflée, certes, mais rien d'inaccessible si les soldats des Dignitaires s'amusaient à faire un raid de repérage dans les environs, ou pire, s'ils avaient des Pokemon avec eux. Quand Tuno le fit remarquer à Sorius, celui-ci répondit :

- C'est vrai, mais le plus difficile pour nos ennemis n'est pas tant de trouver la grotte que de s'y diriger une fois dedans. Elle est reliée à des dizaines de galeries qui sont creusées dans ces montagnes. Nos gars les connaissent par cœur, et ont posé des pièges un peu partout. Les soldats savent plus ou moins où nous nous terrons, mais jamais encore ils n'ont osé y mettre les pieds ; ils se feraient descendre un par un sans avoir réussi à arriver jusqu'au commandant Kelluer. Je crois qu'ils attendent plutôt de posséder tous les orbes d'Arboreden, et de l'utiliser ensuite pour nous écraser.

- Ils ne savent pas que vous avez deux des orbes ? Demanda Mercutio.

- Non. Du moins, pas encore. Mais ils ont capturé, récemment, l'un des nôtres, le frère de Calvin, Gregor. On doit craindre qu'ils n'arrivent à le faire parler, et que Gregor leur dévoile, en plus de notre possession des orbes, le chemin le plus sûr pour arriver jusqu'à nous.

Mercutio dévisagea rapidement le Rocket qui avait tenté de tuer le soldat désarmé, ce Calvin. Si son frère était bien retenu chez l'ennemi, il avait quelques raisons d'en vouloir à l'armée des Dignitaires. Mais le meurtre n'arrangerait rien.

- Bien que nous soyons valeureux, poursuivit Sorius, et qu'un seul de nos hommes, avec ses Pokemon, vaillent cinq soldats des Dignitaires, nous n'avons pas la force de frappe suffisante pour attaquer cette base. D'où notre demande d'aide au QG central.

- Et d'où notre présence, conclut Tuno. On fera tout pour vous aider.

- Pour sûr ! Nous sommes les héééérrrooos de la Team Rocket, après tout, ajouta Goldenger.

Sorius les mena à travers les galeries sombres. En effet, sans connaître le chemin qu'il fallait emprunter dans cette grotte aux multiples passages, on aurait tôt fait de errer des années. Finalement, ils arrivèrent dans une grotte assez vaste, bien éclairée, où se trouvaient une trentaine de Rockets environs. Sorius confia le prisonnier à d'autres hommes.

- Interrogez-le sur ce qu'il sait de la base de l'armée, ordonna-t-il. Qu'importe les méthodes, mais tâchez de le garder en vie.

Mercutio grinça aux mots « qu'importe les méthodes », mais ne dit rien. La torture était archaïque de nos jours, quand il suffisait qu'un Pokemon Psy se connecte à l'esprit du prisonnier et qu'on connecte le Pokemon à un ordinateur pour voir toutes les pensées de l'homme qu'on voulait interroger. Mais si ces gars-là n'avaient pas de Pokemon Psy...

Sorius les mena ensuite à la « cabine » du commandant. Kelluer était en train de s'entraîner avec son fameux Rochampion. Le Pokemon était bien plus grand que Disciroc, sa pré-évolution. Il possédait en outre une large armure rocheuse qui protégeait son corps, avec des avant-bras et des épaulières, et tout ça avec des pics pointus. Le commandant Kelluer, lui, portait la même espèce de tunique noire que ses hommes, si ce n'était qu'il avait, en signe distinctif, une épaulière blanche avec le symbole de la Team Rocket dessus.

Il avait les cheveux bleus clairs, de petits yeux jaunes vifs, et son visage sombre possédait une belle collection de cicatrices. Il était en train de combattre son grand Pokemon Roche/Combat au corps à corps. Mercutio remarqua immédiatement en lui le pro qu'il était. Ses gestes étaient rapides, puissant, fluides, et il ne portait aucun coup inutile. C'était assurément un maître du combat rapproché. Sorius se mit au garde à vous.

- Monsieur, les envoyés de la base G-5 sont là. Le colonel Tuno, le lieutenant Crust et le Pokemon Goldenger, de la célèbre X-Squad.

Kelluer cessa son entraînement pour étudier ses invités de son regard de ver luisant. Mercutio dut reconnaître que ce type lui fichait un peu la frousse.

- Vous êtes plus que bienvenus ici, commença Kelluer. Votre supérieur vous a-t-il fait part de notre situation ?

- Oui, et votre capitaine Sorius a été on ne peut plus clair, répondit Tuno. Nous sommes prêts à vous porter assistance comme vous l'entendrez.

Kelluer étudia attentivement Mercutio, qui tâcha de rester de marbre.

- J'ai cru comprendre que la X-Squad avait en son sein des jeunes talents prodigieux. Assez prodigieux pour prendre une base entière du gouvernement, peut-être ?

- En temps normal, ça aurait pu se faire, admit Tuno. Hélas, suite à la récente confrontation avec l'Agent traître 002, mon jeune ami ici présent a perdu momentanément l'usage de ses pouvoirs. Quant à sa sœur, qui dispose des mêmes, elle est actuellement au front, où l'on a cruellement besoin d'elle.

Si Kelluer était déçu, il n'en montra rien.

- Je vois.

- Mais nos talents ne se limitent pas au Flux, reprit Mercutio. Nous avons été entraînés pour tous les types d'opérations possibles.

- Je n'en doute pas. Venez, allons étudier tout ça.

Les trois membres de la X-Squad suivirent le commandant dans les galeries de sa base. Il devait être en pétard contre Tender, qui ne lui avait envoyé que deux hommes en plus et un Pokemon on ne peut plus inutile. Mercutio songea qu'il aurait au moins pu leur envoyer Djosan. Face à son Titank, aucune base n'aurait résisté longtemps. Mais justement, parce que Djosan possédait ce Pokemon, sa présence sur le champ de bataille était tout aussi nécessaire que celle de Galatea.

Kelluer les amena dans une autre grotte. Mercutio commençait à être lassé de ces allers-retours dans ces galeries sombres et humides, mais cette fois, ça en valait les quelques pas pour y aller. Dans une petite grotte gardée par pas moins de quatre Rockets armés se trouvait un socle, recouvert d'un tissu. Kelluer le retira d'un geste magistral, pour laisser apparaître deux sphères côte à côte. L'une d'entre elle brillait d'une lueur blanche, l'autre était plus sombre.

- Serait-ce... commença Tuno.

- Deux des six orbes du Pokemon Légendaire Arboreden, oui, acquiesça Kelluer. Selon la légende bien connu, ils seraient dispersés dans cette petite région où jadis Orkan le Béni fut vaincu par le dieu Elohius. Andaor ; c'était comme ça que le coin s'appelait avant. C'était une petite seigneurie rattaché au royaume de Kanteon... qui est plus tard devenu Johkania, puis Johkan. Andaor a beau s'appeler Andoarie aujourd'hui, elle demeure toujours enchaînée à la région-mère... Bref, les orbes. Celui qui ne brille pas, là, serait celui qui a été utilisé par Orkan pour lui donner des pouvoirs terrifiants. Car, toujours selon la légende, ces orbes, qui seraient appelés les Fruits de Vie, contiendraient une grande puissance qui apporterai force et vie éternelle à ceux auxquels Arboreden en ferait don. C'est ainsi qu'Adam, le premier des humains, tenta de dérober un de ces fruits, et fut puni par Arceus, qui condamna l'humanité à souffrir par le travail pour survivre.

- Un vrai idiot, cet Adam, commenta Mercutio. Et alors, cet Orkan a fait de même ?

- Oui, à ceci près que lui a réussi. Il a vidé l'orbe de sa puissance et se l'est enfermé en lui. Grâce à elle, il a ensuite réuni les autres Fruits de Vie pour contrôler Arboreden et se lancer en guerre contre le royaume de Kanteon de l'époque.

- Pourquoi ne pas avoir essayé de vous approprier la puissance de l'orbe plein que vous avez ? Demanda Tuno.

- Je le ferai avec joie si je savais comment. Ces artefacts sont immémoriaux et d'une puissance qui dépassent les simples mortels. Nul ne sait comment Orkan est arrivé à faire sien une telle puissance. Mais peut-être le saurons-nous quand les six Fruits de Vie serons réunis. Comme vous le savez, le commandant de la base gouvernementale de la région en possède trois, et il recherche activement le dernier. Notre but est simple : le trouver avant lui, et voler les trois qu'il possède.

- Nous pourrions mettre en œuvre un plan de bataille contre la base ennemie, alors, suggéra Mercutio.

- J'ai une meilleure idée, si vous permettez, fit le capitaine Sorius qui venait de les rejoindre.

Kelluer lui indiqua de parler.

- Nous avons fini d'interroger le prisonnier de l'armée des Dignitaires.

- Vous avez fait vite ! S'étonna Tuno.

- Notre homme n'était pas un client difficile, sourit le capitaine. Il nous a dit tout ce qu'on voulait savoir sans qu'on ait eu trop à le bousculer. Le groupe auquel il faisait partie ne venait pas de la base ennemie, mais était des renforts qui justement devaient s'y rendre aujourd'hui. Qu'ils nous aient croisés n'était que pur hasard. Et une grande aubaine pour nous. Notre prisonnier se nomme Gavin Drent. Bien que son nom soit sur les fichiers de la base, personne ne l'a encore jamais vu là-bas, puisqu'il devait seulement arriver aujourd'hui.

Sorius regarda Tuno et Mercutio, qui comprirent où il voulait en venir.

- L'un d'entre vous pourrait se faire passer pour Drent, infiltrer la base ennemie, et dérober les orbes, sans qu'on ait à perdre un temps considérable et beaucoup d'hommes et de Pokemon dans un assaut que nous ne sommes pas sûrs de remporter.

- C'est très risqué, votre truc, objecta Mercutio. Si on se fait prendre...

- Il n'y a pas de raison pour que ça se passe mal. Drent a promis de tout nous dire sur lui si on lui laissait la vie sauve. Les gars du gouvernement de la base nous connaissent tous, à nous, le groupe du commandant Kelluer, car nous les affrontons depuis des mois. Mais vous, ils ne vous ont jamais vu.

- La X-Squad est assez célèbre, même si c'est censé être une équipe secrète, dit Tuno avec un pauvre sourire.

- Andoarie est une région assez en marge de Kanto, fit Kelluer. Je doute que les hommes du gouvernement du coin aient déjà entendu parler de vous. Et même si c'était le cas, ils ne connaissent rien de vos visages. Mais on peut toujours vous teindre et vous couper les cheveux, pour plus de sécurité.

Tuno réfléchit un moment, puis acquiesça.

- Très bien, alors ça peut le faire. Mercutio, au boulot !

- Eh, pourquoi moi ? Vous auriez très bien pu le faire aussi, colonel !

- Oui, mais c'est moi le chef.

Mercutio leva les yeux au ciel.

- Bien sûr, où avais-je la tête...

- Et puis, tu te rapproches plus de l'âge de ce Gavin Drent que moi, ajouta le colonel. En outre, j'ai quelques mauvaises habitudes qui font de moi un piètre agent double...

Mercutio voyait ce qu'il voulait dire. Tuno aurait pu jouer le rôle de Gavin Drent seulement si ce dernier était un fainéant chronique doublé d'un coureur de jupon. On fit venir Gavin Drent. Mercutio l'étudia en détail. Le jeune soldat ne cessait de trembler et de jeter des coups d'œil nerveux tout autour de lui. Il avait les cheveux bruns et courts, et des yeux noirs, mais il était vrai que Mercutio et lui devaient avoir sensiblement le même âge.

- Nous t'écoutons, chien, fit Sorius. Dis-nous tout sur toi.

- Eh bien... Je... je...

Mercutio espérait ardemment que le bégaiement de Gavin n'était dû qu'à la peur, et qu'il n'était pas comme ça en vrai, sinon, il allait avoir du mal à jouer son rôle. Sorius dut le faire piquer avec une dose d'anesthésiant qui le rendit docile et très bavard.

- Je me nomme Gavin Drent, j'ai dix-neuf ans, et je suis soldat de seconde classe dans l'armée des Dignitaires de Kanto. Je sers à la base de Lavanville, sous le commandement du colonel Hurios. J'ai été envoyé il y a quatre jours à la base d'Andaorie, avec quinze compagnons. J'ai une femme, Elysia, et un fils de huit mois, Jek, qui sont restés à Lavanville. Je suis aussi dresseur ; j'ai un Hypotrempe et un Castorno. Mais je ne suis pas très doué. Je n'ai jamais gagné un seul badge...

Merveilleux, songea Mercutio. Il allait devoir jouer un dresseur nul. Absolument pas son truc...

- Quel est ton caractère, tes habitudes ? Demanda Tuno.

- Je n'aime pas la violence. Je me suis engagé dans l'armée parce que mon père m'y a obligé, mais je n'aime pas ça. Je suis un lâche. Au moindre combat, je me cache ou je fais semblant d'être mort. Il m'arrive de me faire pipi dessus en pleine action.

Mercutio secoua la tête. De mieux en mieux... Sorius lui fit un sourire rassurant.

- Je doute que ces informations soient sur son dossier. Vous pourrez même garder vos Pokemon à vous ; chez les chiens du gouvernement, on enregistre jamais quels Pokemon les hommes possèdent ni leur niveau en tant que dresseur. Evitez quand même de les sortir, au cas où.

- Tant que je n'aurai pas à jouer les lavettes ou à me pisser dessus...

Mercutio demanda à Gavin de lui répéter les infos sur lui et sur sa famille, et se força à les retenir. Ensuite, il retira son uniforme et passa celui de Gavin. Elle était à sa taille. Ils échangèrent aussi leurs armes. Les pistolets du gouvernement étaient sensiblement différents de ceux de la Team Rocket. Par contre, Sorius lui donna une de leur propre radio, que Mercutio devrait faire passer comme l'une de l'armée gouvernementale pour qu'ils puissent rester en contact.

- Si nous n'avons plus de contact au bout d'une journée entière, nous vous considèrerons comme perdu et nous passerons au plan B, lui dit Kelluer. Attaquer la base avec tout ce que nous avons.

- Ça roule.

- Eh eh ! S'écria Goldenger en sautillant. Je peux venir moi aussi ? Ça a l'air marrant ! Je pourrai me faire passer pour un Pokemon de Gavin Drent...

- Surtout pas ! S'exclama Mercutio. Tu aurais tôt fait de nous faire démasquer toi. Tu restes ici bien sagement avec le colonel.

Tuno s'avança pour lui souhaiter bonne chance.

- N'oublie pas que tu n'as plus le Flux à l'heure actuelle. Ne cherche pas les ennuis.

- Je ne cherche jamais les ennuis, répliqua Mercutio. Ce sont les ennuis qui me cherchent, qui me trouvent presque toujours. Mais je tâcherai de faire gaffe.

- Bien. Alors, bonne chance, soldat de seconde classe Gavin Drent.





***********

Images de Rocutant, Disciroc et Rochampion :