Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Grand-frère de Dagyne



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Dagyne - Voir le profil
» Créé le 16/11/2018 à 23:03
» Dernière mise à jour le 18/11/2018 à 15:10

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Réveil
La bise du matin s'engouffrait dans ses cheveux et embrassait son visage, la faisant ainsi grelotter. Elle observa les alentours et découvrit un lac. Il lui sembla que ce lac était le sien, que ce lac perdu au milieu de la verdure était sa propriété. Pour ainsi dire, elle avait déjà posé les pieds ici et se sentait chez elle, mais pourquoi ?
Elle entendit des rires venant d'un peu plus loin. En se retournant, elle aperçut des enfants qui jouaient près de son lac. Un des trois enfants trébucha, glissa le long du rebord et plongea tête la première dans l'étendue d'eau transparente.




« Hey, p'tite ! »

Une voix lui parvint aux oreilles de façon claire, elle ne l'avait cependant jamais entendue auparavant. Elle ouvrit les yeux dans un sursaut et, lentement, tourna la tête vers celui qui venait de la tirer de son sommeil. Il avait une carrure imposante mais ses cheveux blonds-gris trahissaient son âge avancé. Elle le considéra un instant avant de retomber pareil à une masse contre l'oreiller en poussant un soupir.

« Eh beh, j'ai bien cru qu't'ouvrirais jamais les yeux gamine. J't'ai trouvée endormie près des bois. »

Des bois ? mis à part ceux de ce qui semblait être son rêve, elle ne s'était jamais aventurée vers des bois. Elle ouvrit la bouche mais aucun son ne put en sortir. L'homme la fixa un moment avant d'émettre un rire grave mais bienveillant.

« J'vois à ta tête qu't'es un tantinet surprise. Pour ta gouverne, on s'trouve à Jadielle. »

Jadielle ? En farfouillant longuement dans sa mémoire, elle se souvint qu'il y avait effectivement une forêt près de Jadielle, la Forêt de Jade. Mais que faisait-elle à Kanto ? Elle se crispa en se souvenant également d'un volcan, de l'université voisine et d'une tour, une grande tour dans une ville très animée. Qu'est-ce que tout cela pouvait bien signifier ?

« Mais au fait, c’est quoi ton p’tit nom ? »

Son…nom ? Elle ne s'en souvenait pas, pas réellement en tout cas. Elle fixa alors l’autre individu dans les yeux avec une tête qui trahissait ses pensées.

« Ok j’vois, lâcha-t-il finalement, mais quand même, tu dois bien en avoir un, non ? Tes parents t’en ont pas d’nné un ? »

Les questions de son interlocuteur perturbaient légèrement la jeune femme, elle ne savait pas quoi répondre ; en effet, elle ne se souvenait pas non plus de ses parents. En fait, elle ne se souvenait de presque rien sur elle.

Elle décida donc de se lever, mais alors qu’elle voulut déplacer sa jambe gauche, une vive douleur parcourut son corps. Elle souleva les couvertures et découvrit un énorme bleu à moitié recouvert de bandages. Il s'étendait de son genou jusque vers le milieu de sa jambe.

« J’en sais pas plus que toi p’tite, désolé... avoua l’homme, en tout cas, appelle-moi Bob. J’suis un ancien Champion d’Arène et… »

Bob laissa échapper un soupir. Il se frotta la nuque et détourna le regard.

« Eh bien, j’ai pas fait qu'du bien dans ma vie j’dois t’avouer. »

Elle le fixa encore plus intensément qu’avant et tout son être se remplit d’un étrange sentiment regroupant peine, mélancolie et nostalgie. Elle arrivait à comprendre et ressentir ses sentiments alors qu’elle-même ne se souvenait pas de son nom. L’homme soupira une nouvelle fois et se retourna vers elle.

« Pour le moment, tu s'ras…

-Maëlle. »

La jeune femme avait dit cela sans s’en rendre compte, les mots étaient sortis tout seuls de sa bouche, et elle en était la première surprise. Sa petite voix avait cependant réussi à être entendue par Bob. Celui-ci haussa un sourcil.

« Ma foi, j’ai cru à un moment qu’t’étais muette mais t’as plutôt une jolie voix. »

Elle continua de l’observer sans bouger d’un cil avec ce même regard vitreux remplit de mystères et d'hésitations.

« Euh bref, j'suppose qu't'as faim, non ? »

Faim ? Elle ne savait pas si elle avait réellement faim. Une étrange fatigue s'était emparée de son corps. Après réflexion, elle se demanda si cela provenait d'elle ou si elle ressentait juste l'état dans lequel se trouvait son interlocuteur. La jeune fille le fixa intensément, espérant qu'il comprenne le fond de sa pensée. À la place de quoi, il se leva et s'étira.

« Moi-aussi j'ai la dalle pour tout t'avouer. J'vais nous préparer que'que chose. »

Le ventre de Maëlle se mit à grogner à la seule entente de la phrase du major. Elle posa une main dessus tandis que son regard perdit Bob de vue pour se tourner vers la fenêtre. Celle-ci donnait lieu sur un vol de Roucool. Le ciel, de couleur bleu azur, signalait qu'on était en début d'après-midi. Ce ciel-là, c'était son préféré, il lui donnait des ailes. Elle rêvait parfois de pouvoir voler avec les oiseaux. En tentant de se lever une nouvelle fois, elle fit une grimace, sa jambe la faisant souffrir.

« T'inquiète petite, lança Bob, j'suis sûr qu'ça ira mieux très vite. »

Ce dernier était dans la cuisine mais il semblait avoir deviné ses gestes. Elle tourna la tête vers l'autre pièce avant de prêter à nouveau attention au paysage extérieur.


Plusieurs jours défilèrent avant qu'elle ne parvienne à marcher et, accessoirement, sortir enfin de son lit. Elle en profita pour explorer plus attentivement la maison de son sauveur. Celle-ci se trouvait à la périphérie de Jadielle, non loin des bois justement. Les papiers peints jaunes et bleus électriques apportaient plus de lumière encore à la demeure. De plus, le mobilier était plutôt sobre et ordinaire. Elle aperçut une petite photo dans un cadre en bois posé sur une commode. On y voyait le major accompagné de deux autres personnes qu'elle ne connaissait pas.

« Koga et Morgane. »

Maëlle se retourna et croisa le regard de Bob. Il venait de lire dans ses pensés pour la énième fois. Il laissa ensuite échapper un soupir. Ce même sentiment étrange enveloppa la jeune femme, comme lors de leur première rencontre.

« Pour tout t'avouer, j'viens de Carmin-Sur-Mer, mais j'ai déménagé à Jadielle. Et ces deux-là, ce sont mes amis. Malheureusement, ça fait une paye que j'les ai pas vu. »

Elle comprenait maintenant d'où venait ce sentiment. Des souvenirs à la fois tristes et joyeux se mélangeaient dans une douce harmonie. Elle laissa tomber la photo – ainsi que Bob, déjà loin dans ses souvenirs – pour se diriger vers la porte d'entrée. Elle l'ouvrit et posa ses pieds nus sur la verdure. Celle-ci la chatouillait.
De l'herbe.
Elle avait l'impression que cela faisait des lustres qu'elle n'avait pas marché ainsi à l'extérieur.


« Maëlle ! »

Elle reconnaissait à peine cette voix même si elle l'avait déjà entendue. Une silhouette lui faisait signe un peu plus loin. Une connaissance sûrement. Elle fit un pas en avant et se rendit compte que ce n'était pas une simple connaissance. C'était un membre de sa famille. C'était son grand-frère. Ils jouaient dehors tous les deux, près du volcan. Elle avait dix ans.



« Eh, tu m'écoutes ?! »

La voix de Bob la ramena à la réalité. D'autres souvenirs lui étaient parvenus. Une question dansa dans sa tête, pourquoi un volcan ?

« Tu semblais perdue, tout va bien ? »

Elle opina du chef même si elle se sentait surtout troublée par les quelques bribes qui lui étaient revenues. À quoi pouvait bien ressembler son frère ? avait-il un visage aussi arrondi et des yeux aussi dorés que les siens ?

Maëlle fit un pas, puis un autre et, petit à petit, se dirigea vers la forêt, suivie de près par Bob. Des Pokémon s'amusaient paisiblement.

« Gamine, j'dois t'avouer un truc. Cet endroit n'a pas toujours été aussi calme. »

Elle tourna la tête vers lui. Après avoir gardé ses remords et ses méfaits pour lui toute sa vie durant, il trouvait enfin le courage de ce confier à quelqu'un. Du moins, c'est le sentiment qu'elle avait. Elle aussi aurait bien aimé lui raconter son passé si seulement elle s'en souvenait.

« Pendant un moment, la Forêt de Jade fut tourmentée à cause de la Team Rocket. »

Il prit une pause, soupira un grand coup et reprit.

« J'en étais un des lieutenants et...j'ai organisé pas mal de casses du coup. »

Toutefois, Maëlle l'entendait sans l'écouter. Ses pensées divaguaient entre les souvenirs du major et les siens. Comment arrivait-elle à aussi bien ressentir toutes ses émotions ? Elle mit de côté toutes ses questions et se tourna vers son sauveur.

« Où m'as-tu trouvée ? »

Celui-ci l'observa un moment avant de pousser un profond soupir. Il lui désigna ensuite un rocher non loin.

« Ici. »

La jeune fille s'en approcha et posa une main dessus. Le vent ébouriffa sa chevelure rosée. Elle ressentit d'autres émotions, d'autres sentiments, différents de d'habitude. De l'inquiétude, de la peine et de la colère aussi, peut-être. Ce rocher lui insufflait les émotions de celui qui l'avait envoyé ici. Si elle le retrouvait, peut-être pourrait-elle alors retrouver la mémoire, peut-être pourrait-elle savoir qui était son grand-frère et ce qu'il était devenu, mais surtout, peut-être pourrait-elle enfin savoir qui elle était réellement. Elle se releva, jeta un coup d'œil vers le ciel et regarda passer les oiseaux puis plus rien.

Elle sentit son corps chanceler, basculer et chuter. Sa vision devint floue avant de totalement s’obscurcir.


« Tout va bien ?.....comment t'appelles-tu ?....Maëlle ?....c'est un joli nom....dis-moi, que faisais-tu là ? .....ton grand frère risque de s’inquiéter.....lui-aussi d'ailleurs va s'inquiéter....laisse-moi t'aider, humaine.....en échange, promets-moi de ne jamais, je dis bien jamais, t'approcher de Crévis.... »


Maëlle se réveilla dans un sursaut. Crévis ? ce nom lui disait quelque chose, mais qui cela pouvait-il bien être ? Quoiqu'il en soit, elle était de nouveau dans son lit, dans la maison de Bob. Le Soleil pointait à l'horizon, elle avait du rester inconsciente au moins une demi-journée. Elle s'assit sur le lit et prêta attention aux moindres bruits. On frappa à la porte. Le major l'ouvrit.

« Je viens chercher Maëlle. »