Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Destins liés ~Crépuscule~ de fan-à-tics



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : fan-à-tics - Voir le profil
» Créé le 23/01/2009 à 22:29
» Dernière mise à jour le 14/03/2012 à 16:39

» Mots-clés :   Présence de personnages de l'animé   Présence de poké-humains   Présence de shippings

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Episode 15 : Le cliché
Episode - Le cliché.

Je ne travaille pas gratuitement, malheureusement l'auteur de cette fiction ne semble pas comprendre ce fait, aussi je ferai court pour ce résumé. Alors nos habituelles pestes *Se prend un coup sur le crâne* Pardon ! Nos héros, lors du dernier épisode, se retrouvaient pris dans un concours pokémon, obligés d'y participer par un pari. Cependant aucun d'eux ne se révélait être doué.
*Un autre coup*
-Pardon, formés ! Pour être coordinateurs, aussi l'entraînement fut long, rude, mais surtout plein de surprises.
Particulièrement pour Daniel –Je croyais qu'il ne participait pas à la compétition, lui ?
*L'Auteur sort la batte de baseball en titane*
-Bref ! Surtout pour Daniel qui retrouva son petit frère, un surdoué de 9 ans, Gabriel. Après quelques complications et une bonne crise de stress de Eléanore, notre groupe d'amis est sur le point de faire ses premiers pas sur scène...

Je veux une augmentation, je refuse de dire des trucs aussi stupides et cul-cul plus longtemps...

Régis, sur le dos de son Arcanin, voyait le paysage défiler rapidement et disparaître derrière lui. Le monde ne devenait plus qu'un amas flou de masses, de contours incertains et de couleurs disséminées au hasard. Mais il n'était plus là pour admirer la beauté de la nature. Il pianotait sur le clavier tactile de sa Néo-pokémontre, il cherchait à envoyer un message texte à Sacha, mais comme il s'y attendait, il ne reçut aucune réponse en retour. Il se mordit la phalange d'un de ses doigts, agacé. Il ne savait plus vraiment où donner de la tête, il avait peur de s'être trompé également. Eléanore n'était pas bête, comment avait-elle pu participer à une compétition filmée et retransmise en direct ? Plus il y pensait, plus il se remettait en question. Il n'avait pas le droit à l'erreur, le moindre détour inutile pouvait être fatal à son amie d'enfance.

Rapidement, il tapa un message pour le Bourg-Palette. Il devait se dépêcher, Arcanin mettrait toute l'après-midi à parcourir le reste du chemin, malgré sa grande vitesse.

Intérieurement, les dents serrées, il priait pour que l'un ou l'autre des destinataires reçoive son message.

« Regardez la chaîne courante, le concours pokémon, je crois que Eléa y participe. »

Régis, malheureusement, ne savait pas que son ami et rival d'autrefois ne pouvait pas lire ce message.

En revanche, au Bourg-Palette, son grand-père, qui reçut l'e-mail, se rua sur le téléviseur en appelant Jackie, Marina, son mari et Délia.

Charles Sarl, fils unique des Sarl de la génération précédente, héritier de la société familiale, n'avait pas une carrure de chef. Il était frêle, chétif, ses cheveux en épis, noirs, lui retombaient sur les yeux, eux-même camouflés derrière des lunettes carrées. Son nez droit, son costume de marque, sa mâchoire saillante, tout cela n'allait pas du tout avec sa constitution menue, et son regard vert émeraude, qui avait autrefois pétillé de joie de vivre.

Mr. Charles Sarl était revenu il y avait peu, son voyage d'affaire à Sinnoh s'était compliqué, et malgré sa volonté de retrouver sa fille, il n'avait pu revenir plus tôt.
Une personne dans son entreprise détournait des fonds, et les ennuis avec la justice ne seraient pas les bienvenus quand il avait autant besoin d'elle.
La nouvelle avait eu beau le dévaster, le rendre furieux, et plus angoissé à mesure que les jours filaient sans nouvelle, il n'avait pas pu ni découvrir le coupable, ni revenir plus tôt.

Jackie alluma l'écran et expliqua la situation rapidement. Il n'eut pas le temps de finir les réglages qu'un cri le fit sursauter et la télécommande lui échappa des mains.

-Elle a fait quoi ? Gronda son père.
-Charles, arrête ! S'écria Marina.

Mais son mari ne l'écouta pas et d'un geste brusque, qui contrastait avec sa faible carrure, il s'écria :

-Comment peut-elle être aussi idiote ! Un concours Pokémon ?! Mais enfin elle ne sait donc pas à quel point les coordinateurs jouent avec les poudres et la poussière ! Elle pourraient se tuer en respirant ne serait-ce qu'une seule bouffée de Poudre Toxic !
-Calme-toi enfin Charles, on ne sait pas encore si c'est elle... Le tempéra doucement Délia.

Marina attrapa le bras de son mari et tenta de la calmer, mais il fulminait. Une humeur rageuse stagna une seconde, puis un soupir de soulagement retentit quand le chef de la Sarl se laissa tomber dans un fauteuil la tête dans les mains.

-Bon sang, mais comment a-t-elle pu s'enfuir... Comment peut-elle survivre sans argent ! Nous ne lui avions pas appris à survivre toute seule dehors !

L'image apparut sur l'écran du salon. Marina se serra plus fort contre son mari tandis que Délia les soutenait avec compréhension.

Charles Sarl, soupira, il leva un sourcil et fixa à travers le rideau de mèches de cheveux noir jais la vidéo. Sa femme tremblait à ses côtés, ou alors était-ce lui ? Et malgré toute sa volonté, tout son désir de revoir sa petite saine et sauve, il ne pouvait que prier pour qu'elle ne soit pas dans un endroit si dangereux.

Un enfant entra sur scène.

*

Danny et son frère s'installèrent dans les tribunes, à côté d'une grande femme, probablement la certaine Lily vu que Armand se trouvait juste à côté. Celui-ci lança une pique, mais les deux frères étaient trop occupés à régler l'ordinateur sur le serveur.
Un garçon aux cheveux rouges vint également s'asseoir près d'eux et cloua le bec à Armand qui s'arrêta net ; même si le garçon s'était fait une queue de cheval, il reconnaissait son vainqueur.

Eléa arriva dans les coulisses, et s'excusa pour son pic de stress. Chris émit un cri en voyant le carnage : tout son travail de coiffeuse ses dernières heures venait de s'effacer. Cependant ils n'eurent pas le temps de questionner davantage la Sarl.
Marianne venait d'appeler le premier participant.

-Applaudissons maintenant Chris ! »

Christelle reprit Happy le temps de sa prestation. Elle s'avança vers la scène et percuta un homme aux cheveux blancs tressés. Celui-ci parut surpris de voir quelqu'un aller dans la même direction que lui, puis il se tapa la paume de la main, se rendant soudain compte qu'il avait pris un nom d'emprunt, et il retourna vers son amie blonde.

Elle exécuta la même que celle de l'avant-veille, avec Ditto, sauf qu'elle avait rajouté le numéro d'Happy par-dessus. Celui-ci jouait avec les réactions du Métamorph emportant bien la poudre, les bulles, les cœurs et autres divers ornements, parfois jusque dans les paumes du public avec son Choc Mental.

Vint ensuite le tour de Lucas. Le jeune garçon s'avança tout tremblant sur scène, et ce n'est pas les encouragements de Flo et Drew qui le rassurèrent.Complètement tétanisé, il comprit alors pourquoi Danny avait refusé de participer, mais il savait que personne chez lui ne regardait ce genre de compétition, même s'il leur avait dit qu'il participait, parce qu'un match de Marion se jouait depuis une heure sur une autre chaîne.
Cette pensée le rassura et il brandit ses pokéballs.

-Yin, Yang, à vous de jouer !

Un nuage inonda la salle, dans la fumée les tatouages du pelage du noctali s'illuminèrent, tandis que le regard et le bijou frontal de Mentali luisirent en réponse.

-Noctali, Poursuite maintenant ! Lança Lucas en serrant les poings.

Le chat noir sortit de la brume, sa trace noirâtre forma un tourbillon qui aspira comme un cyclone les restes. Il revint auprès de son jumeau, bombant fièrement le flanc et fit une révérence avec son double. Mais la prestation ne s'arrêtait pas là. Il avait déjà mis en valeur les caractéristiques de ses pokémons dans le noir, restait encore quelques tours.

-Noctali, Ball'ombre ! Mentali Choc Mental !

Le chat fit gonfler la sphère ténébreuse, et lança son attaque droit sur le public.
Dès cet instant le regard de Mentali luisit, sa pierre devint bleutée et ses poils se hérissèrent.
La Ball'ombre allait percuter Armand de plein fouet dans le public. (Simple vengeance personnelle... tant qu'à faire ! )
L'adolescent se jeta au sol, mais il ne fut pas le seul, Silver l'imita en voyant la caméra les pointer avec son viseur.

-Mentali, PROTECTION !

Soudain, un bruit de choc leur fit lever la tête. La balle heurta une paroi lumineuse, projetant mille et une étincelles. Le commentaire de la présentatrice retentit :

-Ça alors ! Lucas a réussi à utiliser les visions de son Mentali pour protéger le public de l'attaque Ball'ombre ! Quel magnifique spectacle. De plus, c'est un énorme travail, Mentali emploie deux techniques psy à la fois ! C'est époustouflant.

(Le commentaire « oui vraiment remarquable » d'un des juges leur parvint)

Le brun sourit tandis que la capacité répétait l'enchaînement sur d'autres spectateurs. Certains enfants tentèrent de récupérer les étoiles qui leur tombaient dessus pendant le choc.

-Maintenant, finissons-en ! S'écria Lucas. –YANG, ATTAQUE RETOUR !

Le chat bondit, il tourna gracieusement et heurta sa propre attaque avec un violent coup de flanc. La balle, prise entre le mur de protection et l'offensive, se compressa, puis implosa en un million de particules noires, auxquelles vinrent s'ajouter celles noires du mur psychique et la forme en cœur de la capacité.

Mentali brilla, Noctali revint, porté par le Choc Mental à ses côtés, et ils frappèrent leurs queues l'une contre l'autre avant de saluer.

La foule applaudit vivement, ravie du spectacle. Drew et Flora sourirent, la jeune fille lança en plaisantant : « Un nouveau rival pour nous ! », remarque par laquelle Drew répondit ironiquement : « Oh non, qu'avons-nous fait ? ».

Lucas revint dans les coulisses et poussa un soupir soulagé. Maintenant, il allait se débrouiller avec Arcko pour les combats. Il observa Yuki du coin de l'œil. Il allait le battre à plate couture et montrer à Sam ce qu'il valait.

On appela justement le professeur ; celui-ci vint nonchalamment sur l'estrade et retint un bâillement. Se lever tôt n'avait jamais fait partie de ses plans, m'enfin il devait faire avec. Il lança ses pokéballs avec lenteur. Un déluge de fleurs laissa apparaître un Florizarre.
Lily se dressa d'un bond dans les tribunes et plissa des yeux. La fleur sur le dos du pokémon végétal bougea. Non... Une pokéball s'ouvrit, laissant plusieurs faisceaux de lumière illuminer le végétal comme une scène de Broadway. Une chose rose et bleue arriva et fit une pirouette. Un Porygon Z.
La jeune femme brune grogna et revint s'asseoir en croisant les bras.
Daniel perçut rapidement le sens d'une de ses remarques : « Evidemment, il fallait qu'il participe... Il aurait pu me prévenir ce... »
Il abandonna au premier gros mot, et reporta son attention sur Gabriel qui manipulait toujours son portable, pianotant sur le clavier de son téléphone sans un bruit. Il lui avait expliqué qu'avec son cellulaire, il serait plus discret en hackant le système: après tout, ils étaient filmés.
Akira lança platoniquement :

-Florizarre, Tempêteverte.

L'attaque très rapide s'éleva comme une tornade et augmenta de volume, les spectateurs ne pouvaient presque plus voir la capacité, une masse verte vrombissait rudement, leur envoyant tant de vent que certains fermèrent les yeux.
Ce n'était pas une bonne réaction en concours : certes, l'offensive était surpuissante mais cela n'avait aucun intérêt ici.

-Porygon Z. Distorsion. Déclara calmement Yuki.

Lily sursauta. Une onde de choc lumineuse entoura le pokémon, et d'un seul coup, dans un bruit d'explosion, toutes les feuilles se stoppèrent. Suspendues dans les airs, se déplaçant lentement dans l'espace, la scène était surréelle.

-Florizarre, Danse-Fleur.

Un vent remplit de pétales vint souffler sur le public : maintenant, ils voyaient des mouvements rapides jouer entre les plantes statufiées devant leurs nez. Un parfum de rose vint leur titiller les narines.

Yuki sourit, prêt à mettre fin à la scène.

-Porygon Z, Reflet Magique puis Triplattaque.

La chose rose s'éleva dans les airs, se confondant entre les ornements floraux. Brusquement, une rafale de feu, des éclairs et un déluge de glace vinrent chasser, brûler, congeler le sort temporel. Un Reflet Magique s'activa, et le tourbillon apocalyptique revint vers le Florizarre. Le pokémon disparut alors soudain, laissant derrière lui une poupée à son effigie.

Le clonage.

La poupée explosa, emportant avec elle ce qui avait tant impressionné les enfants pendant une minute. Porygon Z revint se poser sur la fleur du pokémon plante/poison, et ils poussèrent un cri puissant en même temps pour signifier la fin de leur show.

Et même si le travail les avait bouleversé, personne dans le public n'osa répliquer, trop bouleversé par la puissance des créatures devant eux. Yuki les rappela, confiant, et retourna en coulisse, laissant le temps à Lily de se recoiffer, blanche comme un linge, incapable de proférer à nouveau une seule plainte à son égard.

Samantha, plus loin derrière le rideau, elle, n'en revenait pas... Comment avait-il fait, sans entraînement ? Impossible !
A moins qu'il n'ait déjà participé à ce genre de compétition auparavant...

Marianne essuya la sueur qui coulait sur sa joue, heureuse de ne pas combattre les monstres qu'elle devait juger ici, puis elle annonça le coordinateur suivant.

Un homme, masqué, de longs cheveux blancs, sortit, et se prit les pieds dans le rideau rouge. Il jura, et se promit de casser quelque chose pour se venger, vu qu'il ne pouvait pas s'en prendre à son boss.

On reconnaît tous Christopher ici. Même si aujourd'hui il portait un costume à la mode « vampire », et un léger masque sur les yeux, le simple fait de voir une blonde aux cheveux bouclés qui le menaçait du poing derrière suffit à nous renseigner sur son identité « secrète ».

Eléanore pencha la tête en avant, et elle commença à se demander si ces deux types ne la suivaient pas...

Christopher se releva prestement et s'excusa de sa bêtise. Silver se laissa glisser le long de son dossier et se rassura en se disant que Angie devait pouvoir passer le premier tour, elle.
A la base, les faire participer sous couverture était son idée, et bien sûr il les avait déguisés lui même (il avait trop peur de les laisser faire). Son père ne les avait jamais vu en vrai, et la seule image des voleurs était floue sur les caméras de surveillance, aucune chance qu'ils se fassent prendre du côté des Team Rocket, comme Opale qui partageait les mêmes contraintes.
S'ils parvenaient à se hisser jusqu'en final, il était sûr de ne pas perdre Sam de vue au moins, ne serait-ce que par leurs intermédiaires. Quant à lui, il savait éviter les caméras.

Christopher montra ses deux pokémons. Ptitard et Fouinette arrivèrent, tremblant face à ce public si nombreux.

Chris leur ordonna de jouer un peu, le pokémon écureuil fit donc rouler le pokémon têtard entre ses pattes, à la manière dont il s'amuserait avec un gland. On aurait put croire à une danse amusante, les plus petits de l'assemblée rirent un peu et demandèrent à leurs parents s'ils pouvaient eux aussi avoir un Fouinette.

-Boubou... Balbutia Chris, crispé en s'adressant à Ptitard. –Maintenant, Tourniquet puis Bulles d'Eau.

Les personnes rirent en voyant l'impression générale : on aurait dit une fontaine municipale, un Fouinette dressé sur sa queue faisant tourner un Ptitard crachant un fin filet d'eau et quelques bulles de savon colorées.

-Foufou –dit-il à fouinette-, maintenant attaque Combo-Griffe !

D'un geste, l'écureuil se redressa et fit éclater toutes les bulles, les deux pokémons atterrirent doucement et saluèrent. Chris s'en alla, tout rouge. Certes, sa prestation n'était pas extraordinaire, mais cela devrait convenir, non ?
Il était terrifié à l'idée d'échouer, surtout parce qu'il savait que Silver et Angie l'attendraient au détour.

Ce fut maintenant au tour d'Angèle. La jeune fille, déguisée en danseuse de parade de venise, elle aussi portant un masque simple, lâcha ses amis pokémons.

Mystherbe et Teddiursa.

Daniel aurait aimé voir la suite - tant que lui ne se trouvait pas sur scène, regardé, ce genre de compétition l'amusait un peu, mais son frère se dressa violemment à ses côtés, manquant de le renverser du banc. Gabriel devint blanc comme un linge, si c'était encore possible vu que son teint blafard frôlait la pâleur cadavérique.

Le gamin s'élança dans les couloirs, son cellulaire vibrait, émettant un « bip » strident. Daniel abandonna sans rancune sa place et se lança à la poursuite de son cadet. Ils sortirent de la structure de métal et de tôle, le brun pila alors net.
Son frère, le visage rivé sur l'écran de son portable, le délaissa pour contempler le ciel et fronça les sourcils.
Daniel tendit sa main, paume ouverte vers les cieux et y cueillit un flocon de neige. Le ciel grisonnant déversait peu à peu ces cotons blancs devant eux.
Gabriel se tourna ver son aîné. L'ambiance grise le rendait blême, ou peut être était-ce simplement son imagination... ?

-Grand frère, mon signal... Mon signal vient de sonner, et il neige ! S'écria-t-il.

Daniel ne parvint pas à répondre, incapable de trouver quoi que ce soit de rationnel pour le rassurer.

-On est en MAI ! Il ne peut pas neiger ! Expliqua Gabriel, lentement.

Puis dans un souffle, il ajouta, plus pour lui-même que pour son grand frère :
-Dans l'histoire cela ne s'est produit que deux fois. La dernière, quand un homme a tenté de mettre la main sur les oiseaux légendaires, d'après ce que nous a raconté Ondine....

Il marqua une pause et se tourna vers son frère gravement.

-Et l'autre fois est citée uniquement dans les légendes Sahariennes ! Des MYTHES.

Daniel se mordit les lèvres. Les spectateurs du concours, eux, à l'abri, ne comprendraient que plus tard ce que cela signifiait, en voyant le blanc manteau recouvrir les plaines de Selenite. Partout dans le monde, des curieux levaient la tête, incrédules, et se réjouissaient d'une si belle surprise - quand ils ne s'inquiétaient pas.

Gabriel coupa son téléphone et se massa les tempes, tremblant à cause de la chute de température. Il chercha une chose du regard, balbutia un mot, s'arrêta puis reprit à nouveau.

-Daniel... Je ne comprends pas du tout ce qui se passe... Avoua-t-il.

Cette phrase, bien plus que la neige, glaça le sang de son frère.

*

Angie repartit penaude de la scène et laissa place à deux ou trois autres coordinateurs. Elle avait totalement raté sa prestation, maintenant ils ne pouvaient compter que sur Chris - autrement dit, ils étaient foutus.

Elle se prit la tête dans ses mains et se retint d'étrangler son ami, depuis son sixième anniversaire elle n'avait plus perdu contre lui, ça lui fichait un coup au moral énorme. Dire... Dire qu'elle était moins douée que ça !
Pour confirmer ses pensées défaitistes, Christopher choisit ce moment pour marcher par accident sur un pan de son costume et pour s'étaler sur un pokémon qui lui fit payer au centuple sa bêtise.

Pathétique...

-Maintenant, nous touchons à la fin des premières épreuves ! Plus que deux participantes ! Accueillez Samantha Joëlle, tout d'abord !


La jeune fille retint son souffle, elle avait l'impression d'avoir une boule au fond de la gorge dont elle était incapable de se débarrasser. Elle jeta un coup d'œil à la salle.

Elle vit Daniel revenir à sa place avec son frère, pâles, mais présents. Elle aperçut aussi Lily Brosh, jouant avec une pièce de monnaie, les sourcils froncés, un garçon roux qui lui disait quelque chose et semblait atterré, et enfin Armand. Son petit sourire supérieur la revigora. Rien que pour le plaisir de le voir s'effacer, elle devait gagner !

D'un pas non assuré, elle sortit des rideaux et prit ses pokéballs. Elle respira un grand coup, défia son persécuteur de l'enfance du regard et lança les objets.

Une pluie de gouttes d'eau éclaboussa le public, grâce à ses sceaux. Sortit alors de la brume Magicarpe.
Le commentaire de la présentatrice, étonnée, parcourut la salle : « Ça alors ! Un Magicarpe ! Ça, on peut dire que ce n'est pas courant ! ».

Daniel arqua un sourcil tandis que son frère enchaîna rapidement. « En fait, cela ne s'est vu qu'une seule fois dans toute l'histoire des concours, il y a environ une cinquantaine d'années... Et le type en question a perdu. »

Cependant, hors de sa pokéball, alors que tout le monde s'attendait à voir tomber le Magicarpe et s'affaler à terre, ils le virent continuer à léviter. On aurait dit qu'il nageait dans les airs.
Pourtant, un Magicarpe, à la base, ne sait qu'à peine nager dans de l'eau, alors dans du vide cela semblait impossible...

Celui-ci bondit, il fit un tour de la pièce. Passa au dessus des petits du premier rang. Ceux-ci lui caressèrent les écailles du bout des doigts, intimidés.

Alors que toute l'attention se portait sur la carpe magique, son Tarsal, au centre de la scène, en plein Choc Mental pour faire léviter son coéquipier, s'amusa à former un tourbillon avec l'eau des sceaux.

Les gouttelettes d'eau se regroupèrent gracieusement les unes aux autres et Tarsal leur fit suivre le même chemin que la carpe. Un rideau de vapeur et de gouttes escorta le pokémon poisson, celui-ci fit un deuxième tour puis revint au dessus de son camarade.

La corne de Tarsal luisit tant que le cœur de Samantha se gonflait de joie et de fierté à leur égard.

Le moment du final était venu.

-Tarsal, Reflet !!

Les dizaines de clones vinrent former un cercle autour du Magicarpe qui lévitait, ils tournèrent au sol, quatre ou cinq petites cascades se formèrent sous la force du Choc Mental et revenaient en boucle soulever le Magicarpe. Un peu comme une fontaine dont la base était constituée de statues de Tarsal et dont le sommet crachant l'eau prenait l'apparence du majestueux roi des carpes.

Les cornes sur les bonnets des pokémons psy brillèrent de mille et un éclats, rendant la bonne humeur contagieuse.

Armand, en position de gobe-mouche, n'arrivait plus à articuler un mot, ni même à penser.
S'il en avait été capable un jour, songea Samantha, sentant la confiance en elle lui réchauffer le corps.

-Maintenant, il est temps d'en finir ! S'écria Sam en brandissant son bras. –Magicarpe, Trempette ! Tarsal, Puissance Cachée !

Le pokémon eau se mit à se mouvoir de manière anarchique, projetant de l'eau tout autour de lui. Les illusions de Tarsal levèrent les bras vers le ciel, vers lui, des dizaines de boules de lumière vinrent le rejoindre. Les mouvements des nageoires du pokémon prirent alors tout leur sens : la carpe enfonça les sphères dans l'eau, qui s'éclatèrent sous le choc et se déversèrent, guidée par le courant sur le sol comme des lucioles jouent sur un lac à minuit.

Le public poussa une exclamation émerveillée.

Samantha s'avança à travers la cascade et rattrapa Magicarpe tandis que Tarsal effectuait un Téléport pour venir sur son épaule. Ensemble, ils saluèrent et s'en allèrent sous une ovation.

Décidément, ils plaçaient la barre haute pour ce concours !

Silver était estomaqué. Jusqu'à présent, il n'avait vu en cette jeune fille que la mystérieuse adolescente qui l'avait bousculé et s'était énervée. Aujourd'hui il semblait la découvrir réellement, et bizarrement, cela lui donnait une impression agréable, familière. Sous cette avalanche de lumière, le fantôme qu'il poursuivait avait été totalement absorbé par l'aura de la gamine. Il avait oublié un instant ce qu'il faisait dans les tribunes, et avait juste apprécié le spectacle.

Un garçon se leva et applaudit joyeusement. Timidement, il l'imita lui aussi.

Samantha, le souffle court, derrière le rideau, rougit et chercha à retrouver son calme, ainsi qu'à perdre ce sourire. Mais rien à faire, elle avait beau essayer, sa volonté faiblissait à chacun des cris du public. La félicité la gagnait, et elle ne voulait même pas s'en débarrasser. Pour une fois, elle ne désira pas revenir sur terre et quitter le monde de la tranquillité, du contentement.

Eléa vint la voir et lui sourit. Pour la féliciter, elle lui fit un signe de main et Samantha répondit de même. Occultant leur dispute de la veille, elle se serrèrent la main et Eléa s'avança sur scène à son tour.

Samantha baissa la tête et contempla sa camarade de voyage. Elle sourit.

Eléanore s'avança sur scène, elle s'arrêta quelques secondes, chercha du regard Daniel et son frère, et les enfants la saluèrent en levant le pouce. Gabriel pianotait sur son ordinateur, le visage blême mais concentré. Même si Danny semblait inquiet, le voir là et être sûre qu'il tenait sa promesse la rassurait. Elle respira un bon coup, s'étonnant de pouvoir le faire si aisément pour une fois.

Elle leva les yeux, contempla le public et lança ses deux pokéballs dans les airs.

De son côté, Gabriel tapait rageusement sur les touches de son ordinateur portable. Danny voyait sur une fenêtre l'émission retransmise en direct, tout un côté était flou, à tel point que Eléanore paraissait trouble. Il fixa l'écran central de peur que les juges ne le remarquent aussi et interrompent la prestation mais rien ne laissait croire en la mauvaise qualité de l'image. Son petit frère lui répondit avant même qu'il n'ait posé la question :

-Je modifie les ondes émises par la chaîne télévisée, pour que seuls les téléspectateurs s'en rendent compte.

Un problème de micro recouvrit alors le nom de leur amie. Le temps pressant, Marianne ne le répéta pas, fit comme si de rien n'était et fit signe à Eléa de commencer sa prestation. La gamine, un sourire en banane, n'hésita plus une seule seconde. Elle attrapa un mouchoir et le passa sur son visage pour se protéger des vapeurs de sa prestation, puis lança les balls bleutées.

Héricendre et Ouisticram arrivèrent sautillant de joie de faire leurs premiers pas sur scène. Les pokémons feu se tournèrent vers elle, elle ne prononça pas un mot, et ferma les yeux, visualisant les enchaînements à suivre. Elle leur faisait totalement confiance, ils n'avaient pas besoin d'aide.

Les deux petits bougèrent d'eux-mêmes.

« Brouillard » pensa Eléa.

Héricendre ouvrit la bouche et projeta une boule de fumée aussi noire que de l'encre. La brume monta jusqu'au plafond et cacha la lumière des projecteurs, recouvrit le mur du fond et l'écran géant, il ne restait qu'une accalmie dans cette masse ténébreuse que pour le public et les juges.

Eléa, disparue, tenta de respirer le plus calmement possible, elle fronça les sourcils et se concentra davantage sur l'enchaînement. Même sans sa vue, elle avait l'impression de voir comme un plein jour, de savoir parfaitement où se trouvait Héricendre et Ouisticram.

« Maintenant... Météores. » Songea-t-elle.

Ouisticram sauta, ses yeux luisirent dans le nuage, il s'accrocha à une poutrelle et cracha des dizaines d'étoiles lumineuses, dorées.

Eléanore rougit d'orgueil, une exclamation surprise lui parvint, l'assemblée était surprise de voir tomber sur elle une pluie d'astres. Ousiticram bondissait de fierté, comme elle.

Maintenant, le point crucial. Elle avait vu la veille que le Feu Follet ne brûlait pas dans le brouillard, tout du moins il ne l'embrasait pas, là était la clef de sa technique.

Ouisticram pointa du doigt sa capacité Météores et toucha chacune des étoiles avec sa capacité. Les astres se consumèrent dans une lueur bleutée.

Le public se crut en pleine nuit d'août, lors des annuelles nuits aux étoiles filantes. Daniel vit un morceau de météore finir de se consumer juste devant son nez et s'éteindre dans une petite étincelle bleue et dorée.

« Héricendre, je compte sur toi, maintenant : Roulade, attire toutes les étoiles de Ouisticram... Comme à l'entraînement ! »

L'écho de ses propres pensées surpris Eléanore, comme si elle avait entendu elle aussi les ordres, mais de l'autre côté.

Le pokémon feu se roula en boule et se mit à tournoyer au centre de la scène à toute vitesse tandis que Ouisticram concentrait son enchaînement sur lui. Il toucha d'abord une étoile, puis deux, puis une troisième et enfin une quatrième. Sa vitesse s'accélérait à mesure qu'il heurtait une cible. Elle avait atteint son point maximum. Ils n'avaient plus le droit à l'erreur.

Les muscles de Eléanore se crispèrent, imitant ceux des pokémons feu, les cheveux de sa nuque se hérissèrent.

Héricendre, rapide comme l'éclair, emportant avec sa force derrière son séant une nuée d'étoiles filantes, comme un tourbillon. Soudain, Eléanore s'extirpa du brouillard, elle rouvrit les yeux, Ouisticram vint lui sauter sur la tête.

Pour la première fois de la prestation, elle parla.

-Ousiticram, Abri !

Un dôme vert entoura le brouillard, engloba Héricendre qui faisait toujours tournoyer les étoiles. Gabriel s'arrêta un instant pour admirer le travail. Cette fois, à cause de l'espace comprimé, ils avaient vraiment l'impression d'observer la nuit des étoiles filantes d'août. Les nuages opaques formant la nuit, juste percée de temps à autre par un rai de lumière bleue. Une lueur argentée, ronde, perça les ténèbres.

-Boul'Armure, souffla Daniel.

Il porta son regard sur Eléanore, celle-ci pâle, inquiète, balbutia son dernier ordre avec appréhension.

-Héricendre, Flammèche.

Un instant, ils virent la « lune » s'embraser, puis tout explosa. Le dôme protecteur vola en éclat, les étoiles bleues se dispersèrent dans la salle, déversant une sorte de poussière de fée derrière elles.

Héricendre, roulé en boule dans son armure argentée, sembla suspendu dans les airs une brève seconde. Tous les souffles s'arrêtèrent.

Le pokémon retomba au sol en même temps que les dernières paillettes magiques s'estompaient, Ousiticram rattrapa son camarade dans une pirouette digne du singe qu'il était et Héricendre prit la pose.

Il y eut un silence, puis Danny ne put s'en empêcher : il se leva et applaudit.
Il avait appréhendé un moment, craignant de se prendre une étoile sur la tête, craignant pour le pokémon, craignant de se faire prendre dans le souffle de l'explosion, mais finalement, il pensa que ce style de prestation était ce qui convenait le mieux à Eléanore.

Un show plein de fougue, de provocation.

L'adolescente sortit de scène, portant les pokémons dans ses bras. Elle fut accueillit en coulisse par Christelle, les yeux brillants.

-C'était... C'était magique ! Vous êtes tous si forts ! Mais enfin changez de voie, devenez coordinateurs !

Eléanore retira son mouchoir de son visage, et se laissa glisser contre une des poutrelles de métal, essoufflée. Daniel vint les rejoindre avec son frère, elle l'interrogea du regard et il lui souffla discrètement que tout s'était bien passé. Elle soupira de soulagement. Ses épaules s'affaissèrent, débarrassées du poids de l'anxiété.
Elle regarda Héricendre, qui n'avait pas quitté ses bras alors que Ouisticram s'était timidement hissé dans ceux de Christelle, près de Ditto. Il n'allait pas très bien. Enfin, elle exagérait, il avait juste quelques égratignures : sa Boul'Armure ne l'avait pas entièrement protégé. Il leva le museau vers elle et le frotta contre son nez pour la rassurer.

L'attente des résultats n'encombrait pas du tout l'esprit de Eléanore. Elle écoutait d'une oreille les gémissements terrifiés des coordinateurs, craquant sous la pression. Mais elle, elle s'en fichait pas mal. La compétition, bien qu'intéressante, n'était vraiment pas son truc. Elle n'aimait décidément pas les paillettes. Son esprit se tournait plutôt vers Danny, et ses amis.

Daniel papotait avec Lucas, celui-ci lui contait ses stratégies pour l'étape suivante et exprimait son appréhension, vu que lui ne savait pas avec qui il allait se retrouver. Cependant, Drew et Flora lui lancèrent qu'avec son niveau, il pouvait facilement se permettre d'espérer atteindre la finale. Comment Daniel avait-il su ? Déjà savait-il quant à son état ? Il avait été très compréhensif et avait proposé la proposition idéale à son problème, et non celle qu'on donnait aux personnes en proie au trac. Une boule se créa dans son estomac.
Avait-il eu pitié ?

Brusquement, Samantha vint s'asseoir à côté d'elle, la tirant de ses réflexions vers d'autres. Et elle, et eux ? Savaient-ils aussi ? Ou bien la voyaient-ils comme une fille immonde qui ne suivait même pas ses propres conseils et abandonnait son propre pokémon pour sa liberté ?

Elle fronça les sourcils. Non, elle n'était pas horrible, elle avait juste refusé de se faire enfermer. Happy avait parfaitement compris ses sentiments, et elle ne regrettait pas ses paroles. Happy serait très heureuse avec Christelle s'il lui arrivait malheur, et même si jamais elle se faisait renvoyer chez elle ou à l'hôpital, c'était auprès de la coordinatrice qu'elle l'aurait confiée. Ses autres pokémons seraient revenus à Daniel ou Samantha.

Une pensée la traversa. C'était sûrement ce qui se passerait un jour ou l'autre si elle continuait son voyage avec eux.
En prenant la route, elle avait voulu vivre seule avec les créatures toutes ces aventures, parce qu'elle savait que quoi qu'il se passerait, elle finirait par mourir. Alors autant trouver des endroits où ses pokémons seraient chez eux après. En vérité, cet accident lui avait remis les idées au clair.

Samantha se pencha vers elle, mais ne lui parla pas, la contemplant avec inquiétude. Peut-être voulait-elle faire la paix ?

Eléanore sourit. Non, elle règlerait cela sur le terrain, au moment de la finale.
Samantha détourna le regard vers Mr Yuki qui, un peu plus loin, cherchait quelqu'un.
Elle se demandait vraiment ce qui avait pris Eléanore un peu plus tôt, et elle aurait aimé lui demander si l'excuse que leur avait servi son professeur lui convenait vraiment.
C'était vrai qu'elle semblait pâle, la hausse de tension suivie d'une chute de celle-ci était une explication « probable », mais elle espérait avoir la confirmation que tout allait bien face à face.
Cependant, elle ne désirait pas s'excuser, pas encore, après. Pour l'instant, elle était terrifiée par la prochaine épreuve.
Elle verrait après, elle s'excuserait après, elle lui demanderait après ; lui parler lui manquait.
Quelques échos de dehors leur parvenaient. Apparemment il avait neigé. Chose étrange, décidément tout se passait bizarrement aujourd'hui.

*

Silver, dehors, aux côtés d'une Angie déprimée et d'un Chris stressé d'avoir commis une erreur, contemplait, hébété, la couche blanche recouvrant peu à peu la plaine. Le paysage d'hiver s'imposa plus encore à son esprit quand il remarqua les toits rouges des roulottes un peu plus loin parsemer l'étendue de glace.

Une expression indescriptible peinte sur le visage, il alluma sa pokémontre et téléphona.
Plusieurs sonneries retentirent dans le vide, puis Gold décrocha. Il ne semblait même pas étonné de recevoir des nouvelles si vite alors qu'ils s'étaient quittés il y avait peine quelques heures. Surtout que Silver n'était pas un grand bavard.

-Gold... Commença Silver qui recueillit au creux de sa paume un flocon.
-Je sais, commenta le brun.

Silver ne répondit pas. Il n'était pas vexé, mais il venait de recevoir une boule de neige dans la nuque. Il lança un regard noir à Chistopher et Angèle qui, remis et détendus, jouaient un peu plus loin audit jeu.
Cela provoqua un froid, et les deux ex-voleurs se crurent propulsés à Frimapic. Ils cessèrent leur jeu dans la seconde.

Le fils de Giovanni revint auprès de Gold, exaspéré.

-Qu'est-ce que tu en penses ? Lança son coéquipier.
Silver réfléchit quelques secondes et répondit gravement.

-Je pense que Twilight doit prendre de plus en plus d'ampleur.

Gold hocha la tête.
-D'après mes informations, l'opération Artémis a été lancée, il faut se dépêcher.

Silver éteignit la pokémontre. Il le savait déjà, ça, pas besoin de le lui répéter. Finalement, songea-t-il devant la couche de neige, ils ne seraient pas trop de deux.

*

Lily Brosh n'avait pas quitté les tribunes, Armand de même car elle lui avait interdit de bouger sous peine d'avoir un zéro. Elle n'avait aucune envie de jouer les juges entre cette Samantha et son élève, surtout devant Yuki.

Ce n'était pas qu'elle ne l'aimait pas, bien au contraire. Mais elle ne voulait tout simplement pas le voir.

Malheureusement, son vœu ne fut pas exaucé.

Akira Yuki avait quitté la salle d'attente des concurrents et se promenait dans les tribunes. Pour être clair, il la cherchait. Il se tourna vers elle, et l'interpella en criant.
Lily se tassa sur sa chaise devant le regard moqueur d'Armand. Elle lui rappela la performance de Samantha pour le faire taire.

Elle voulut se lever et faire mine de ne l'avoir pas entendu, mais il fallait bien avouer que cette excuse n'était pas vraiment crédible. Elle se contenta alors de le rejoindre sur le bord de la scène, une moue agacée tirant ses traits fins.

-Lily ! Alors comment va ton voyage encadré ? Cela ne doit pas être facile avec un bestiau pareil. Je l'ai eu en cours, une vraie plaie.

L'enseignante Brosh tourna la tête, les bras croisés, refusant de répondre.
C'était tout lui ça, reprendre la conversation comme de rien. Il la prenait pour qui ? Elle n'allait pas passer l'éponge si facilement.
Mais bien sûr, lui n'avait aucune idée de ce qui la tracassait : comme d'habitude, il ne pensait qu'à lui.

-Tu es encore fâchée ? Soupira Akira, exaspéré.

Lily se braqua, et elle rétorqua plus méchamment qu'elle ne le voulut :

-Si tu veux tout savoir, oui je suis énervée ! Oui, encore ! Encore parce que j'en ai assez de devoir te supporter ! Toi et ton caractère.
Akira sourit, et lança, comme si pour lui tout ça n'était qu'un jeu :
-Mon caractère ?
-Tu es un égoïste ! Un flemmard ! Un pervers puéril ! Un cachottier et pire que tout, tu as TOUJOURS RAISON !
Cette fois, Mr.Yuki rit clairement.
-Je t'avais dit de ne pas tirer à pile ou face pour ton étudiant.

Les yeux sombres de Lily se rétractèrent, elle devint la véritable allégorie du « regard noir ».
Akira n'avait eu droit à ce regard que deux fois depuis qu'il la connaissait. Le jour de leur rencontre lors de l'examen de leur Académie, et qu'il avait mis sa main sur sa cuisse, et la deuxième fois quand leur relation s'était achevée. Assez mal d'ailleurs, rien qu'en y repensant il fut saisi d'un frisson. Plus jamais ça.

Devant l'air hébété de son collègue, la colère de Lily fondit : on pouvait lui reprocher sa folie du jeu, mais pas son orgueil ni même son caractère rancunier pratiquement inexistant. De plus, elle était honnête avec elle-même également, elle n'en voulait pas vraiment à Akira pour sa mise en garde avant le départ en voyage initiatique encadré. Non, elle avait juste du mal à retrouver le statut « d'amis » qu'ils partageaient avant leur relation. Elle se désespérait de voir tout ce que l'amour avait causé comme dégâts dans leur amitié.

Il y avait quelques années, elle se serait ruée sur lui pour l'enserrer dans ses bras et pour le taquiner. Ils auraient parlé de leurs élèves, des responsabilités que bien sûr monsieur n'assumait pas, et évidemment elle aurait tout tenté pour le tirer des situations inextricables dans lesquelles ils se fourraient. Car il se fourrait TOUJOURS dans les ennuis jusqu'au cou.

Mais aujourd'hui, tout se déroulait différemment : le voir lui faisait de la peine, elle ne savait plus vraiment comment se comporter face à lui, elle n'en était plus amourachée et ne voulait pas lui faire croire le contraire, surtout que lui aussi ne désirait pas ça entre eux. Enfin, surtout, elle ne voulait plus faire d'effort pour lui alors que lui n'en faisait aucun.

-Là n'est pas la question ! Maugréa-t-elle, plus pour elle-même que pour son interlocuteur.
-Alors où est-elle, cette question ? Répondit Akira, avec charme.

Lily fuit son regard outre mer, et elle tapota rageusement du pied. Elle en avait tellement des questions. « Où partait-il pendant des semaines ? Pourquoi ne voyait-il plus ses parents ? Pourquoi refusait-il même d'en parler ? Où avait-il appris à se battre ? Pourquoi était-il devenu professeur alors qu'il avait tellement d'autres choix plus lucratifs ? Avait-il déjà participé à un concours pokémon ? » Il y avait beaucoup trop d'interrogations et elle ne se sentait pas le courage de les lui poser une par une pour les voir éluder, aussi elle grogna de manière extrêmement féminine et lança simplement :

-Pourquoi ne te confies-tu jamais aux autres ?

Rien qu'à la tête surprise que Akira afficha, Lily se sentit victorieuse : il était tellement rare de le déstabiliser qu'à chaque fois c'était un plaisir de le voir désarçonné. Il sembla chercher la réponse à cette question quelque part au détour d'un projecteur, puis revint vers elle et lui lança, peu sûr de lui :

-Parce que mes élèves, comme Samantha, me voient comme leur modèle. Ne crois-tu pas qu'un modèle ne doit pas avoir de faiblesse ?
-Mais moi je n'ai pas besoin de te voir comme modèle ! Juste comme ami ! Tu peux me dire la vérité ! S'écria-t-elle, furieuse de voir sa défaite, mais plus que tout de trouver une réponse pleine de maturité devant elle.
Yuki soupira. Elle devait se l'avouer, même si cela lui faisait mal au cœur, il ne lâcherait rien. Rien sur lui, comme toujours, son petit monde demeurait vierge, jamais personne n'y pénétrait, il y veillerait.

Il dût remarquer son regard triste et tenta de la consoler, mais elle rejeta son aide et déclara le plus fermement qu'elle pouvait :

-Non ! J'en ai assez, fais ce que tu veux à présent ça m'est égal, mais ne m'approche plus.
-C'est stupide, Lily. Rétorqua-t-il passivement.
-Et bien je suis stupide !

Et sur ces derniers mots, elle s'en alla et retourna auprès d'un Armand ravi d'avoir assisté à une dispute pareille pour pouvoir s'en servir à son avantage.
Yuki, laissé sur le côté, se gratta le crâne avec lassitude et soupira. Décidément, les filles étaient bien trop compliquées pour lui. Sur ce, il retourna dans la salle principale attendre auprès de Samantha. Elle au moins, il pouvait lire en elle comme dans un livre ouvert.

Cette petite ne lui rappelait ni ce qu'il avait été petit, ni même ce qu'il aurait souhaité être. Non, il n'avait pas de réminiscence devant Samantha, il se sentait serein. Cette enfant, dès qu'il l'avait vue, avait attiré son attention. Tout son être criait à l'aide tandis qu'elle se noyait dans une mer de solitude. Incapable de démêler son propre tissu de sentiments, de comprendre ce dont elle avait besoin, la jeune adolescente était perdue. Sentir qu'un enfant comptait sur lui, le regardait attentivement, que ses actions l'influençaient constamment, c'était un sentiment merveilleux. Il se disait toujours, quand il croisait le regard bleu argenté de son élève, ce qu'elle voyait de si magnifique dans l'être qu'elle contemplait, s'il valait son admiration sans borne... Sûrement non. Cependant, plus elle l'imitait, plus elle montrait de la volonté, et plus la sienne, pourtant si faible, se gonflait. Il avait envie, envie de lui apprendre ce qu'elle ignorait, la rendre heureuse, lui montrer que le bonheur et l'autonomie qu'elle désirait se trouvaient à sa portée. Et inventer des techniques éducatives plus tordues les unes que les autre en ce but l'amusait encore plus.

Un bruit de gong se fit entendre et les juges annoncèrent l'affichage des résultats.
Yuki aurait presque pu battre la mesure des cœurs des coordinateurs tant l'ambiance était lourde et palpable.
Il vit son visage sur l'écran dans les premières places. Suivirent Christelle, puis Lucas, Samantha, Eléanore et enfin un garçon aux longs cheveux blancs en dernier.
C'était sans surprise. Deux autres coordinateurs avaient été choisis, deux garçons, un roux à lunettes ayant montré les exploits de son Carabaffe et de son Rattata. Un autre enfant du même âge, blond cette fois, avait impressionné l'assemblée avec son Dardargnan et son Racaillou, ce qui lui avait valu sa qualification également. Une dizaine d'autres petits voyaient avec ravissement leurs noms inscrits pour la deuxième épreuve sur un autre écran.
Les dés étaient lancés.
Un tirage au sort électronique s'actionna et des traits relièrent chaque participant à un autre. Comme prévu, Yuki se retrouva avec Sam, Eléa avec Chris, et ils virent Lucas faire la paire avec l'homme aux cheveux blancs.
Sur trente-deux participants, finalement seize passaient, et la moitié serait éliminée au cours du second tour.

Sa jeune élève vint immédiatement le voir. Ils avaient une heure pour préparer leur show en duo. Un sourire joueur vint se nicher à ses lèvres et sans un mot, il disparut.
L'improvisation était une de ses spécialités, et il le savait un moyen efficace de progresser, Samantha allait l'apprendre à ses dépens.

Lucas, quant à lui, cherchait son partenaire des yeux. Daniel finit par montrer une masse au dehors, enfouie sous la neige, suppliant une blonde de l'épargner. Les garçons durent faire des pieds et des mains pour sauver le jeune homme des griffes de la furie.

Une fois un peu plus loin, et surtout à l'abri, Lucas présenta clairement les choses à son coéquipier.
-Je vais utiliser mon Arcko pour cette manche, et vous qu'avez-vous l'intention d'utiliser ?
L'adulte l'observa incrédule et lança, aussi désolé que possible :
-Je crois que mes pokéballs sont tombées pendant ma bataille de boules de neige avec Angie...
Sur le coup, Lucas ne parvint à faire aucun commentaire.

Ils passèrent donc presque toute l'heure donnée à la recherche des pokéballs perdues, qui finalement se trouvaient en la possession d'un adolescent roux. Lorsqu'il les leur rendit, il expliqua calmement, une semi menace dans la voix :
-Une boule de neige dans le cou, plus de pokémon, je me suis bien fait comprendre ?
Lucas empêcha son camarade de répondre, de peur de voir la menace s'étendre à sa personne, et dans les dix dernières minutes, ils durent improviser une prestation.

Quoique, ils faillirent ne jamais monter sur scène quand Chris avoua à Lucas qu'il n'avait qu'un Fouinette et un Ptitard, et qu'il ne comprenait pas un traître mot de son vocabulaire stratégique.

Enfin... Finalement, ils parvinrent à quelque chose. Heureusement, car ils furent les premiers à passer.

Chris envoya son pokémon eau et Lucas son pokémon plante, d'emblée. Un déluge de feuilles et de bulles accueillit les deux créatures qui s'entre regardèrent, surprises. Evidemment, ils n'avaient pas eu le temps de faire connaissance.

-Allez, Chris à vous de commencer ! Lança Lucas, impatient d'en finir avec le carnage.
-Hein ? Comment ça à moi ? S'écria l'adulte.
-LA STRATEGIE ! Hurla Lucas retenant un juron à grande peine.
-Ah oui, c'est vrai ! Heu... Boubou attaque Tourniquet !

Le pokémon tétard cracha un mince filet d'eau, Arcko lui fit un petit signe circulaire de la patte et le pokémon bleu se mit à tournoyer sur lui-même à la manière d'une ballerine débutante et maladroite.

La queue de Arcko se mit à gonfler et à luire. Lucas sourit. Il se tourna vers Chris en attendant qu'il entame la prochaine étape, mais...

-Boubou, tu es merveilleux !
Les yeux pleins d'étoiles, son coéquipier avait totalement oublié la suite. Pourquoi fallait-il que ça tombe sur lui... Lucas écrasa la pied du jeune homme pour le faire atterrir sur terre, lui arrachant un cri de douleur, et un rire du public.

-Boubou, attaque Ecume alors, se lamenta-t-il.
Le petit pokémon se mit à cracher ses bulles une à une, toujours en tournoyant. Lucas put enfin entrer en scène. Il ordonna à Arcko, dont la queue verte brillait, de sauter.

-Vive-attaque ! Cria-t-il.

Le pokémon plante sauta, ses pattes se posèrent sur les poutrelles de métal qui composaient la tente ; et il se mit à avancer rapidement le long de la structure.

Le commentaire de la présentatrice retentit, s'exclamant que comme d'habitude, Lucas mettait en valeur les qualités de son pokémon.

-Maintenant, Vol-Vie Arcko ! Enchaîna Lucas.

Le lézard, la tête en bas observa la scène et il ouvrit la gueule. Des boules lumineuses vertes s'échappèrent de chaque bulle de savon, et toutes vinrent se regrouper devant le pokémon accroché en haut du dôme.

-Maintenant, Ecras'face Arcko !

Par mesure de sécurité, il donna aussi un coup de coude à Christopher pour lui rappeler ce qu'il devait faire pendant ce temps.
L'ex voleur, sursauta et murmura immédiatement :
-Boubou, essaye de faire un matelas de bulles en attendant, ok ?

Le Ptitard pencha la tête en avant et obéit.

Pendant ce temps, Arcko venait de bondir à une vitesse folle de son perchoir, et dans un salto, il posa sa queue en avant, explosant toute l'écume qu'il avait regroupée un peu plus tôt. Une fine pluie rafraîchissante s'abattit sur le public.

Alors que toute l'attention se portait sur le Arcko en chute libre, Chris s'écria :
-Boubou, Hypnose !

Une douce onde rose vint frapper le pokémon plante qui sombra dans le sommeil avant même de toucher le sol. Ses muscles se relâchèrent, et il tomba sur une bulle plus grosse que les autres, rebondit, et se laissa aller mollement sur ce doux matelas d'eau, son corps plante luisant de bonheur.
Ptitard fit un tour sur lui-même et salua.
Lucas vint récupérer son pokémon et fit exploser les bulles par la même occasion. En quittant la scène, il poussa un soupir de soulagement : heureusement cela n'avait pas tourné à la catastrophe ! La fille blonde qui aborda son partenaire fit la même remarque.

Dire qu'il allait encore survivre une manche si la prestation passait. Gabriel, puis ce gigolo, décidément, Lucas commençait à croire qu'il était maudit, heureusement que ses amis étaient là au moins.
D'ailleurs, en parlant de ses camarades, Samantha courait vers lui. Ravi, il lui fit un coucou de la main, mais celle-ci passa devant lui en hurlant :
« PROFESSEUR YUKI C'EST A NOUS REVENEEZ ! »

Il soupira, la prochaine fois peut-être. Il observa les alentours et vit Gabriel tapoter sur son ordinateur, mais il ne voulut même pas savoir pourquoi.


Samantha arriva sur scène, essoufflée. Elle scruta le rideau, inquiète, puis vit le professeur Yuki arriver l'air de rien. Contrôlant un maximum son envie de meurtre, elle se précipita vers lui et souffla d'une voix éteinte : « Monsieur ! Nous n'avons rien préparé, j'espère que vous avez un plan ! Et UN BON ! »
Le brun sourit, il fit la bise à sa main et déposa le baiser transmis sur la joue de la jeune fille, avec malice. La gamine rougit comme une tomate, et elle crut bien que le sang avait inondé ses tympans quand elle perçut la réponse de son sensei : « On improvise, alors ! ».

Mais non, il ne plaisantait pas. Il lui prit la main et l'entraîna au centre de l'arène, murmurant à mi-voix cette phrase : « Samantha, il est temps pour toi de retrouver confiance, tu peux le faire, toi aussi tu peux trouver ton propre style de combat... Ecoute ton intuition et tout se passera bien. »

Samantha retint un rire nerveux. Comme si c'était aussi simple.
Ils s'arrêtèrent, les projecteurs se braquèrent sur eux. Yuki lança à nouveau : « Tu es une fan du maître masqué, il me semble ?
-Comment vous savez ça ? S'étouffa Sam, écarlate.
-J'ai fouillé dans ton sac. Expliqua Akira, peu soucieux de la portée de son geste. –Au fait très beau doudou, en forme de Wattouat.
Samantha faillit défaillir sur place, son rythme cardiaque augmenta si promptement que durant un instant, elle crut qu'il avait cessé tout simplement de battre.
Le professeur de l'académie ignora la fumée inquiétante qui sortait des oreilles de son élève et acheva le discours en messe basse sur cette phrase :
-Bref, ce pokémon devrait te mettre en confiance...

Il lança sa pokéball bleutée. Dans un déluge d'étoiles dorées, une violette tomba du ciel, un joyau rosé luisant en son centre. Un Staross. Samantha écarquilla des yeux.
Son cerveau tournait à cent à l'heure, elle connaissait par cœur chaque mouvement, chaque attaque que pouvait apprendre ce pokémon à force d'observer les combats de son idole. Dans ce genre de situation, quel pokémon lui offrait le plus d'options, de marge ?
Ses jambes flanchèrent sous le stress.
Tarsal était probablement une bonne option avec son attaque Téléport qui lui permettrait de suivre le rapide pokémon eau, mais néanmoins Farfuret, du type glace et ténèbres permettait un choix plus large et une combinaison intéressante.
Elle fronça les sourcils, terrifiée, ses membres tremblaient comme les feuilles en automne. Elle prit une inspiration, et chercha à établir une stratégie.
Au bout de quelques secondes, elle avait analysé un maximum de possibilités, elle tenta de se convaincre qu'elle pouvait y arriver et lança la ball de Farfuret.

Une main rassurante se posa sur son épaule. Elle observa le public, cherchant du réconfort ou du moins une raison de se battre, et la vision d'Armand, supérieur, la heurta.
Un déclic étrange se produisit alors en elle. Sa terreur dût atteindre le point de non retour, et elle craignit tellement de se ridiculiser devant lui que sa peur s'anéantit d'elle-même. Elle n'avait plus rien à perdre, rien ne pouvait être pire que ce qu'elle imaginait en cas de défaite.

Samantha fit un signe à Farfuret pour le rassurer et inspira profondément. La main de Yuki quitta son épaule et elle entendit son premier ordre.

-Staross : attaque...

Elle remarqua la posture du pokémon, penché vers l'arrière, ses pointes moussantes, le joyau brillant de paillettes :

-Bulles d'eau.

Le sang de Sam ne fit qu'un tour. Elle s'écria au même instant, prenant soin de transmettre l'ordre à son pokémon cette fois :

-Farfuret saute, puis Vent argenté vers le bas !

Le pokémon glace bondit en une pirouette contrôlée, puis il ouvrit la gueule et une tempête de neige vint éclater les bulles sur le sol. La scène se glaça sur le coup, des formes étranges dues à l'explosion soudaine des bulles apparurent, on aurait cru voir une mer déchaînée mais pétrifiée dans sa fureur.

L'image de la suite vint à l'esprit de Samantha, elle effectua rapidement un move-set hypothétique au Staross de son professeur, songeant à ses probables idées pour la suite.

Yuki eut un sourire victorieux, il croisa le visage de Lily dans la foule, qui semblait surprise par son attitude. Il fit un signe de la main à son pokémon. Le pokémon se mit à scintiller légèrement.

Samantha sursauta, elle brandit le bras vers son pokémon et cria :

-Farfuret, Poursuite puis Griffe Acier ! Montre-nous tes talents de sculpteur et de surfeur !

Le pokémon furet sembla ravi, et il améliora sa vitesse grâce à l'attaque ténèbres, ne laissant derrière son passage qu'un rai noir. Il fonça droit sur la patinoire et s'amusa à tournoyer, fendre le givre dans des pirouettes agiles, et des cabrioles ingénieuses. S'agrippant à un crochet naturel, il faisait un tour, polissait la glace et repartait aussi sec. La lueur de ses griffes argentées produisit un reflet sur les surfaces miroitantes autour de lui.
Staross entama alors son attaque Psyko. Les gravillons de grêle que projetaient les actions de Farfuret flottèrent, entourant le pokémon ténébreux avec son aura paisiblement violacée. Le contraste des couleurs se refléta comme un miroir, produisant un effet non souhaité par les coordinateurs ; sous l'effet de l'ombre et de la lumière, un étrange arc-en ciel mouvant s'inscrivit dans l'air au dessus de l'assemblée.

Une fausse aurore boréale.

Yuki se perdit un instant dans ce résultat inattendu, mais Samantha enchaîna dans la seconde.

-Farfuret, revient au centre de la scène !
Yuki se réveilla et lança :
- Staross, vient casser cette aurore et lance Armure !
L'étoile obéit : d'un frémissement à peine perceptible, elle se mit à vibrer, puis, plus rapide qu'une balle, elle vint s'écraser contre le mirage et l'éclater en un million de particules. Son corps absorba la lumière à cause de sa capacité spéciale, Lumiattirance, rendant son Armure plus aveuglante encore.

Yuki vit alors Farfuret sauter et atterrir sur le dos de son pokémon en croisant les bras d'acier à la manière d'un guerrier, sous les instructions de Samantha.
La jeune fille se permit alors quelque chose d'incroyable : elle donna un ordre au Staross.

-Staross, Météores ! Farfuret, Poursuite pour créer un tourbillon !

Un trait noirâtre vint contrôler l'amas d'étoiles dorées et le former de façon à faire disparaître entièrement les pokémons. Samantha profita de cet instant de répit pour souffler à son instructeur :

-Utilisez Tour Rapide à la puissance maximale pour remettre le terrain en état, puis rappelez votre pokémon avant que les Météores disparaissent, je ferai de même en vous couvrant !

Yuki fut si étonné, qu'il ne parvint qu'à opiner du chef. Une douce chaleur lui gonfla les poumons : sa stratégie allait au-delà de ses espérances.

Samantha cria les derniers ordres, Farfuret laissa le tourbillon d'astres s'élargir pour obstruer complètement la vision du public, Staross utilisa Camouflage pour passer encore plus inaperçu et d'un geste bref et surpuissant, il rasa la couche glacée du terrain avec sa capacité. Les étincelles froides s'éparpillèrent dans la salle avec les étoiles. Yuki et Sam rappelèrent ensemble leurs pokémons.

Les attaques disparurent peu à peu, et les coordinateurs brandirent leurs pokéballs avant de saluer et de s'en aller sous un tonnerre d'applaudissements.

Derrière le rideau, Drew et Flora se lamentèrent de n'avoir pas pu participer à ce concours tant leur envie de montrer de quoi ils étaient capables les saisit.

A peine Samantha eut-elle fermé le rideau derrière eux qu'elle poussa un soupir énorme à faire fuir des Rattata. Elle aurait bien couru après Mr. Yuki pour l'étrangler, mais elle était trop surprise par sa propre performance pour lui en vouloir.

Lucas s'approcha d'elle, le rose aux joues et s'exclama en écho avec Christelle : « Ouah ! Tout ça en juste une heure ! C'était magique ! »

S'ils savaient. Samantha se tourna vers Eléanore, elles se toisèrent avec défi une brève seconde.
Elles, comme leurs amis, ne surent jamais si en cet instant, elles ressentirent cet esprit de compétition mêlé à de la jalousie et de l'impatience ou bien juste du respect. Cela n'avait d'ailleurs aucune importance, car pendant une brève seconde, une seule, elles oublièrent leur orgueil, leurs disputes, leurs différences, et virent l'une en l'autre ce qu'elles étaient réellement.

Samantha sourit, elle s'approcha de la jeune fille. Le Héricendre dans ses bras s'était remis incroyablement vite, mais elle s'en fichait. Samantha se rendit compte alors combien elle avait envie de se battre contre Eléanore, voir ce qu'elle valait face à elle.
Cette fois, quelque chose lui disait qu'elle y arriverait, qu'elle lui donnerait du mal. Elle était à sa portée.
Elle lui présenta sa main. Les yeux d'Eléanore s'illuminèrent de joie, elle la prit et la serra en guise de serment.

-On se retrouve au troisième tour, je compte sur toi, j'attends ma revanche ! s'exclama Sam.

Elles ne virent pas les sourires sur les visages de Lucas, Yuki, et Daniel, derrière elles, tant elles étaient absorbées par cette promesse. Eléanore rit.

-Compte sur moi ! J'attends ce match avec impatience !

Les deux filles se séparèrent, ravies. Eléanore se fit entraîner par Chris sur la scène, et pour la première fois depuis le début de la compétition, elle aima y prendre part.

*
Marina Sarl plissa les yeux jusqu'à en avoir mal aux paupières, mais rien à faire, l'image demeura irrémédiablement floue. Elle vit une tache verte et bleue lancer un Pikachu tandis qu'une gamine rousse un peu plus visible que sa coéquipière envoyait un Morphéo. Depuis la fin de la première épreuve, voire un peu avant, lors du passage de la dernière concurrente pour être exact, la télé faisait des ratés. Tout un côté de l'image se brouillait, le son sautait de temps à autre, et cela de manière anarchique.
Charles s'énervait sur l'ordinateur du salon, il voulait nettoyer l'image en infiltrant les bases de données pour prendre les images des vidéos endommagées.

Un grognement lui parvint. Le professeur Chen qui apportait son aide semblait perdu, une force électronique repoussait toutes leurs offensives. A croire qu'un cerveau diabolique derrière tout ça prenait un malin plaisir à les ridiculiser.

Vers le mont Sélénite, Gabriel éternua, occupé devant son portable à brouiller les ondes depuis tout à l'heure sans paraître suspect et à empêcher son stratagème d'être percé à jour. Il avait déjà totalement corrompu les fichiers internet transmis en direct sur le site. Il avait encore un peu de temps pour réécrire une des théories « secrètes » de Daniel sur la pokémonologie. Il les publiait sur la toile sous un pseudonyme et récoltait l'argent des brevets sur un compte inconnu de la famille. Bien sûr, son aîné l'ignorait totalement, sinon il n'aurait jamais accepté, trop timide pour cela, comme ça il n'avait même pas besoin de partager.
Un tintement le ramena à la réalité. On essayait d'intégrer sa base de données. Inutile. Il tapota rapidement sur le clavier et le signal disparut. Entre ses dents, le gamin de neuf ans, diabolique, murmura : « amateurs », avant de retourner à son occupation première.
Il réfléchit quelques secondes avant de tourner dans un autre sens la phrase de son frère pour la rendre plus claire et ôter les métaphores inutiles :

« Nous disons donc que, le peuple de Polis, situé dans une région inconnue de Johto, utilisait dans des temps anciens des esclaves à la place de pokéballs, sacrifiant les âmes des malheureux pour que celles des créatures puissent être enfermées à un corps physique et donc soumises à leur volonté. De nombreux tableaux illustrent ces scènes rituelles, et beaucoup de philosophes pensent qu'au-delà du mythe religieux, on peut y voir une conséquence dans l'évolution des pokémons... »

Gabriel s'arrêta. Satisfait.

Délia retint un rire quand Charles se leva et insulta l'engin pour sa non coopération, surtout quand il le menaça de le virer. Heureusement, ou malheureusement, Charles se rendit vite compte combien sa remarque avait été stupide et se rassit en croisant les bras, déprimé par ses échecs.

La vidéo floue montrait une équipe, un Pikachu à grelot, faire jouer du tonnerre, tandis que le Morphéo derrière lui avait lancé Danse Pluie. L'arène sembla en prise avec un orage des plus violents. Un Laser Glace du pokémon météo congela les nuages et son camarade, au plus grand étonnement des juges.

Marina, les yeux rivés sur l'écran, tentait de voir si sa fille se cachait derrière la silhouette floue, aussi ne vit elle pas qu'en réalité, le Morphéo avait piégé dans son attaque un reflet de la souris électrique, et la véritable brisa la sculpture avec une Queue de Fer avant de faire la pose finale avec son coéquipier.

Un nouveau tressautement de l'écran et cette fois toute l'image devint illisible. Le couple grinça des dents, le cœur lourd.

*
Régis, engourdi par le froid, grelottait sous sa cape. La fourrure de son Arcanin ne le réchauffait pas tellement. Une buée de condensation se formait à chacune de ses expirations et se faisait happer en arrière, surprise par la vitesse de mouvement du dresseur.

Il n'en revenait pas de voir de la neige en plein mois de mai. D'un point de vue scientifique, c'était très mauvais signe, et si l'urgence ne pressait pas ses pas, il se serait arrêté pour analyser la situation. Mais la planète comptait d'autres savants que lui, qui tout oisifs qu'ils étaient, pouvaient s'y atteler à sa place. Pour l'instant, sa priorité restait Eléanore.

Il regarda à sa Néo-pokémontre, mais le temps avait rendu toute communication impossible. Il fronça les sourcils et se concentra sur les souvenirs qu'il avait de la gamine pour se tenir éveillé.

Un peu plus vite, juste un peu plus vite et il atteindrait le lieu du concours avant minuit.
Soudain, sa monture pila net : à cause de la neige, un glissement de terrain avait eu lieu et tout le passage était encombré. Un reflet lumineux qui faisait penser à un chat s'enfuit dans les airs et disparut comme un mirage.

Régis soupira, maudissant la bonne étoile d'Eléanore : ils allaient devoir faire un détour de plusieurs heures...

*
Un enfant arriva dans le centre pokémon de Jadielle, portant son Chenipan et le posant sur le comptoir. Il sonna plusieurs fois avant d'obtenir enfin une réponse. Il put ainsi contempler les réparations opérées dans le centre. Il y avait une dizaine d'années, le centre avait été détruit dans une explosion, mais il avait été reconstruit dans l'année, et seule la plaque montrant les quatre oiseaux légendaires - Ho-Oh, Artikodin, Electhor, et Sulfura - fendillée, témoignait de ce désastre.
Heureusement, Samantha, à cette époque, avait été envoyée chez sa tante pour la semaine et n'avait rien vécu de tel.
Le garçonnet s'impatienta et fit tinter à nouveau la clochette. Il voulait que Samantha vienne s'occuper de son pokémon comme d'habitude, pourquoi mettait-elle autant de temps ?

La mère adoptive de la jeune fille arriva et fut surprise de trouver le gamin ici, surtout quand elle remarqua que le Chenipan devant elle était en pleine forme.
Elle sourit, et lança gentiment au petit gamin :

-Samantha est partie en voyage initiatique encadré, elle n'assure plus l'intérim ici mon petit Claude.

Le blondinet fit une moue déçue. Le sourire de l'infirmière s'élargit et elle lui demanda :

-Dis moi, je regarde le concours pokémon, là, et Sam y participe. Tu veux le voir avec moi ?

Le petit cacha mal sa joie et il se faufila dans les couloirs en reprenant son pokémon. Il se jeta dans le canapé, juste à temps pour voir les résultats du second tour s'afficher.

Il reconnut le visage de Samantha parmi les sélectionnés. Joëlle, revenue dans la pièce, lui expliqua calmement que la télé fonctionnait mal et donc l'image était un peu brouillée.
Cependant, Claude, les yeux brillants, était déjà loin. Il s'émerveillait de voir que l'adulte qui avait soigné son Chenipan si souvent passe à la télé.

Le tour final du concours commença, il ne restait plus que huit candidats, donc quatre combats.

Il vit rapidement s'illustrer un garçon brun avec un coéquipier grand aux cheveux blancs, puis une rouquine avec une autre gamine mangée par le flou de la vidéo, et enfin Samantha.

Tout envoûté qu'il était, le gamin ne remarquait pas non plus que l'infirmière de Jadielle, le sourire aux lèvres, les yeux brillants de fierté, semblait murmurer muettement : « Comme tu grandis, ma fille ».


*
« Ouah ! Ça, c'est ce qu'on appelle une riposte ! »

La voix de la présentatrice fit bondir le public.
Le deuxième match de la demi-finale battait son plein. Devant eux, bataillaient Samantha Joëlle avec son coéquipier Akira Yuki, face à Lucas Di Dargual et Chris Wolklie.

Eléanore et Christelle attendaient impatiemment le résultat pour savoir qui elles affronteraient en final, ayant facilement défait leurs adversaires grâce aux attaques directes d'Eléa et la manière perfide de Christelle pour faire perdre des points à l'opposant.

Daniel encourageait Lucas, en difficulté. Celui-ci voyait leurs points chuter à cause d'une incompréhension de Christopher et de son Fouinette. Le pauvre adolescent regrettait de ne pas être seul dans ce combat, la fouine étant aussi maladroite que le dresseur.

Le Chapignon de Yuki vint frapper d'un Mach Punch le pokémon normal. Arcko parvint à parer l'attaque avec un Ecras'face vers le bas, mais Galifeu semblait anticiper tous leurs mouvements et Arcko évita de justesse une Flammèche bien placée.

Il n'y comprenait rien. Jamais Lucas ne s'était senti si oppressé, si piégé au cours d'un combat. Le regard de Samantha semblait couvrir l'ensemble des possibilités qu'il avait et trouver la parade pour chacune d'elles. Il sourit.
Ce combat s'annonçait plus intéressant qu'au premier abord, et s'il voulait vaincre sa cousine un jour, il devrait surmonter ce genre de sentiments.

-Arcko, attaque Ecras'face sur Fouinette : projette-le dans les pattes de Galifeu ! Rugit le garçon.

La pauvre fouine se roula en boule dès l'impact et glissa, glissa hasardeusement sans se douter de la confusion qu'elle semait dans le camp adverse. Lucas en profita.

« Ouah ! Décidément, je voudrais que les deux camps l'emportent ! » S'exclama Marianne, enthousiaste.

Christelle profita de la pause pour demander gentiment à sa coéquipière :
-Qu'est ce que vous allez faire après le concours ? Vous voudrez participer à la fête ? Si vous voulez, vous pouvez rester dormir près de ma caravane.
Eléanore sourit.
-Non merci, Samantha a beaucoup de retard sur son programme, alors il faut se dépêcher. Je crois qu'on va partir juste après le bal.
-Cela se finit tard, vous aurez le courage ? Pourquoi ne vous reposez-vous pas un peu avant ?
-Samantha a vraiment besoin de rattraper ce retard, c'est important pour elle je pense. Déclara Eléanore après une réflexion plus ou moins longue, à moitié absorbée par le combat de ses amis.
-Tu m'étonnes. Vous ne sembliez pas très proches, pourtant. Pourquoi tu te soucies tant d'elle ? Demanda Chris.
Eléa haussa un sourcil et répondit franchement :
-Je ne sais pas ! Je crois que c'est à force de voyager avec eux, je fais plus attention aux autres personnes et à leurs envies.
La rouquine fit la moue. Elle aurait apprécié passer une soirée de plus avec les autres.
-Et par quels chemins allez vous passer ?
-Par le souterrain, c'est ce que Mr. Yuki avait prévu à l'origine. Expliqua la petite.
-Faites attention, c'est peut-être plus court, mais c'est dangereux : il y fait froid et en ce moment, les éboulements sont fréquents.

Eléanore en avait entendu parler, effectivement. Pendant le chemin, de jeunes débutants avaient confié au groupe à quel point le passage était devenu dangereux, mais l'autre itinéraire prenait deux jours et il montait en altitude. Cela posait problème avec les difficultés respiratoires d'Eléa, aussi ils n'avaient pas vraiment le choix et Yuki avait habilement camouflé cela.

-Allez, restez avec nous, notre groupe arrive dans trois jours à Azuria, le temps de préparer : faites un bout de chemin avec la caravane ! Lança Christelle, son mouvement d'encouragement repris par le Ouisticram dans ses bras.

Eléanore fit non de la tête. Ils ne pouvaient vraiment pas. Christelle parut déçue.
Un autre cri du public vint briser le silence tendu qui s'imposa.

-C'est dommage, j'aurais aimé passer plus de temps avec Happy et vous. Avoua la coordinatrice. C'était sympa.
-L'échange tient toujours, non ? Tu peux prendre Happy, si tu veux.

Chris se redressa, droite comme un « i », les yeux écarquillés devant le sourire de sa coéquipière.

-Je sais que tu aimes bien Happy, et elle semble se plaire avec toi... Je garde Héricendre, j'aimerais juste l'appeler Torch... Promets-moi de prendre soin de mon Papilusion, en revanche : elle est adorable et mérite d'avoir une bonne dresseuse aimante.

Ne pouvant se retenir, Chris lui sauta au cou en s'écriant un « C'est promis ! ».

Le gong de la fin du combat retentit. Les gagnants furent annoncés, Samantha et Yuki iraient en finale.
Les amis revinrent en coulisse, le brun à peine attristé par sa défaite, déclarant que « cela arrivait quelques fois ! ».

Christelle profita de cette interruption pour annoncer la nouvelle, qui eut plus ou moins d'impact. Samantha accusa le coup, tout comme Daniel, mais en règle générale cela fut intégré.
Chris fit alors un geste signifiant de l'attendre, et elle partit.
Elle revint quelques minutes plus tard avec des paquetages.

-C'est pour vous, pour la fin de votre voyage. C'est pas grand-chose, des vêtements que j'ai fabriqué et qui devraient vous aller... J'aimerais que vous les preniez, ainsi que ce « kit du dresseur » que j'ai en trop.

Devant l'ahurissement des enfants, elle compléta avec un sourire :

-En échange, vous me donnez vos numéros pour qu'on se réorganise ce genre de compétition ! Faire un concours avec vous est vraiment passionnant.

Timides et gênés, les adolescents déballèrent leurs cadeaux en promettant. Eléa rangea le kit, et découvrit dans un emballage de papier kraft une tenue jaune vive avec un bandana, un jean simple et de longues mitaines assorties, ainsi qu'un nouveau sac. Samantha vit avec stupéfaction un ensemble de laine et coton bleu, chaud, à col roulé, avec un justaucorps outre mer, une jupe blanche, des bottes et un chapeau. Daniel donna son cadeau à son frère, et ils virent des ensembles presque similaires, une petite cape courte, un coupe-vent, des mitaines, et un pull chaud avec un pantalon large. La seule différence notable était le couvre-chef : un autre bandana pour Danny et un bonnet pour Gabriel. Enfin, Lucas reçu un pull moulant, une écharpe, et un par-dessus chausse.

Ils eurent à peine le temps de remercier la coordinatrice et d'enfiler leurs affaires - il fallait l'avouer, beaucoup plus chaudes - que Marianne vint les chercher pour annoncer la finale.
Les amis se regroupèrent dans les tribunes pour encourager leurs camarades.

*
Le moment était enfin venu. Samantha sentait son cœur battre à tout rompre dans sa poitrine. Voir Eléanore en face d'elle, de l'autre côté du terrain, la ramenait des semaines en arrière. Lors de leur rencontre. Cette image la fit sourire. Dire qu'elle la détestait, au début de ce voyage ! Jamais elle n'aurait pensé que cela tournerait ainsi à cet instant.

Cette envie de la combattre lui brûlait l'estomac. Bizarrement les cinq minutes lui semblaient bien courtes pour avoir son reste. Elle se sentait prête à lui faire voir, cette fois ! Battre Lucas lui donnait la foi sur ses compétences.

Yuki envoya son Chapignon et elle Galifeu. Ils savaient que cette combinaison présentait une grosse faiblesse face au type vol, mais le professeur l'avait fait exprès : il ne devait pas trop aider son élève, avait-il expliqué.
Eléanore, de son côté, envoya Ash, tandis que Christelle lançait Métamorph.

Samantha se concentra. Elle allait devoir affronter une ennemie imprévisible, mais cela ne signifiait pas qu'elle était totalement désarmée : ses analyses pouvaient toujours servir.

Les regards des filles se croisèrent, le signal de départ tomba. Les souffles se coupèrent.

-Ditto, Morphing sur Galifeu ! S'écria Eléanore.
-Ash, attaque Draco-Rage ! Lança Christelle.

Les yeux s'arrondirent. Samantha avait imaginé beaucoup de choses mais jamais que Eléa ne confiât son précieux starter à une autre, même le temps d'un combat. Si c'était pour les déstabiliser, c'était réussi !

Le pokémon rose brilla pour laisser place à un clone du pokémon de Sam. Celle-ci se mordit la lèvre. Evidemment le sien, après tout c'était celui que connaissait Eléanore et en plus il ne présentait aucune faiblesse, entouré de types comme Chapignon.
Ash, pendant ce temps, donna un coup de queue sur le sol et une onde de choc vint frapper leurs adversaires, profitant de la baisse d'attention. Les points diminuèrent, tous comme les points de vie des créatures.

-Surprise ? Lança Eléa avec un rire.
-Ne crois pas m'avoir comme ça ! Je n'ai encore rien dit ! Répliqua Sam, l'amusement prenant son emprise sur elle. Galifeu, en avant !

Le pokémon oiseau bondit, Yuki en profita pour lancer son Chapignon derrière lui, en lui donnant l'ordre d'utiliser Abri dès que le danger approchait.

Cinq minutes étaient décidément bien trop courtes pour satisfaire leur appétit.

-Ditto, attaque maintenant ! S'exclama Eléa, un sourire aux lèvres.

Peine perdue, pensa Samantha. S'il y avait bien un pokémon au monde qu'elle connaissait par cœur, c'était Galifeu, alors se trouver devant lui comme adversaire était une aubaine.

Toutes deux s'exclamèrent au même moment : -Flammèche !
Les deux jets de billes enflammées se rencontrèrent. Chapignon enclencha son Abri pour éviter à son coéquipier de se prendre une Griffe Acier par derrière, vu que Ash avait profité de la fumée pour se faufiler discrètement dans leur camp.

C'est alors que le sang de Sam se glaça. Immédiatement elle lança son pokémon sur Ditto pour qu'il bloque son Picpic avec un coup de pied. Samantha soupira, ils l'avaient échappé de justesse... Profiter de la fumée et d'une attaque par derrière pour attirer l'attention du pokémon et l'avoir avec sa faiblesse... Intelligent.

Quelque chose clochait. Eléa ne savait rien sur les types complémentaires.

-Galifeu, JET DE SABLE ! Hurla Samantha.
-Ditto, copie-le ! Répondit immédiatement la voix de Christelle.

Les deux poignées terreuses manquèrent leurs cibles respectives.

Ses craintes se réalisèrent. Chris et Eléa venaient de changer à nouveau de pokémon, et avec Ash sous les ordres de sa dresseuse, ils avaient des problèmes.
Ditto fit un large mouvement de pied, Chapignon protégea à nouveau en envoyant un Mach Punch pour éloigner la créature copieuse.

Samantha chercha du regard Ash, et elle le trouva non loin, immobile, comme s'il attendait les instructions muettes de sa dresseuse. Samantha fronça les sourcils. Le pire que son adversaire pouvait faire était son célèbre combo Brouillard+Flammèche, qui pouvait les terrasser, mais elle avait encore deux trois autres possibilités de mouvements. Sans oublier que pour la couvrir, Ditto remplissait son rôle, et qui plus est, au besoin il pouvait se transformer en un autre pokémon.
La jeune adolescente ferma les yeux et tenta de maîtriser son souffle. Elle n'y parvint pas : l'adrénaline menaçait de faire défaillir son cœur. Cependant, si ses jambes de coton et sa gorge rêche l'avait tant paralysé à Argenta, aujourd'hui il en était tout autre.

Elle allait y arriver, elle pouvait y arriver, Yuki le lui avait dit, Eléa même l'encourageait, elle savait qu'elle pouvait le faire. Elle aussi, elle avait un style de combat finalement.

Elle rouvrit les yeux. Plus que trois minutes. Elle avait déjà visualisé tout ce qui allait se passer. Christelle allait commencer l'offensive pour permettre à Eléanore une ouverture.

-Ditto, attaque Flammèche !
Comme elle l'avait prévu, Yuki ordonna à Chapignon de faire un Abri tout neuf pour se protéger de l'attaque.
Et là elle le vit : comme elle pensait, Ash se précipitait à l'intérieur de la bulle de l'Abri pour se retrouver enfermé avec Chapignon et le piéger.

-Galifeu, DOUBLE PIED ! S'écria Samantha. Du coin de l'œil, elle vit Eléanore sursauter quand son pokémon se fit propulser plus loin, et plus encore quand Galifeu rebondit sur Ash pour aller attaquer Ditto avec le deuxième coup. Le regard de la gamine en face brûla d'enthousiasme.
Très peu découragée par cet échec, Christelle envoya Ditto à nouveau à l'attaque.

-Allez vas-y, Puissance puis Double Pied ! Lança-t-elle.

Enchaînement prévisible mais inutile si Galifeu se faisait interrompre, même très légèrement.

-Attaque Jet de sable ! Riposta Sam.
L'effet fut celui escompté : pour éviter la perte de précision, le Métamorph évita la capacité et perdit toute sa concentration. Les points chutèrent.
Seulement voilà, Eléanore avait vu son coéquipier en danger et elle ordonna le Brouillard pour mettre de la distance entre les deux opposants. Galifeu recula. Samantha ne put s'empêcher de sourire : tout se passait comme elle le voulait. Elle jubilait : maintenant, plus aucune attaque feu n'était possible, car Chapignon maîtrisait toujours Abri et pouvait les protéger, et alors l'explosion ne toucherait que le Salamèche et Ditto.

Elle murmura à son professeur de se tenir prêt au cas où. Soudain, un mouvement dans le nuage la fit frissonner. Ditto, métamorphosé en Galifeu, venait de bondir, Ash sur son dos. Ils allaient tenter une attaque en piqué !

-Galifeu ! S'écria Samantha. DOUBLE PIED, VITE !
Une des pattes de son pokémon contra le Picpic qui visait Chapignon mais l'autre loupa Ash, beaucoup plus agile, et celui-ci lui envoya une Draco-Rage dessus.

Le choc fut terrible : Galifeu s'écrasa au sol, dans le nuage de brouillard. Il ne devait plus rester beaucoup à son pauvre pokémon. Alors que Ditto atterrissait près de Chapignon, il se produisit quelque chose que Samantha ne pouvait pas prévoir.

La capacité naturelle de son starter s'enclencha : « Brasier », en plein dans un nuage d'essence ! Ash n'eut pas le temps de se mettre à l'abri, seul Ditto se cacha sous l'abri de Chapignon. Le souffle de l'explosion propulsa les starters contre les piliers, et Galifeu écrasa complètement le shiney.

Le gong retentit.
Les deux pokémons ne se relevèrent pas.
Il y eut un silence complet.

Marianne, la présentatrice, bafouilla un mot, puis deux, et déclara finalement un match nul. Des exclamations déçues fusèrent du public tandis que Eléanore et Sam venaient récupérer leurs pokémons. Elle s'entre regardèrent puis, en plaisantant, elles lâchèrent l'air faussement exaspéré : « Encore ! ».

La remise des prix fut plus compliquée : comme le comité n'avait prévu que deux rubans, ils ne purent en donner à tout le monde, aussi fut il décidé de suivre les règles et ils confièrent les rubans aux maîtres dont les pokémons étaient encore debout à la fin du combat c'est-à-dire Yuki et Christelle.

L'assemblée applaudit lentement, certains contents, d'autres clamant à l'injustice, mais finalement ils durent bien s'y faire, et la salle se vida peu à peu.

Lily jeta un coup d'œil par-dessus son épaule et à la scène où Yuki accrochait son prix sur le buste de son Chapignon, puis elle partit avec son élève, reprenant leur voyage sans se retourner.
*
La nuit recouvrit son manteau parsemé de paillettes argentées au dessus de leurs têtes. L'air froid se fracassa sur leurs visages, mais l'euphorie, l'ivresse du moment était telle qu'ils sentirent à peine sa morsure âpre.
Eléanore sauta avidement dans la neige, fit quelques pas, prenant soin d'envoyer le plus d'eau glacée autour d'elle. Son rire clair sembla se répercuter dans toute la plaine.

Les lampions avaient été installés d'une caravane à une autre durant la compétition et un banquet somptueux patientait jusqu'à l'arrivée des invités affamés. Une piste de danse provisoire semblait prier pour qu'on vienne l'inaugurer. Une douce musique entraînante titillait leurs oreilles, mais avant de se laisser aller à la fête, les amis devaient d'abord régler quelques détails.

Tandis que Flora se jetait sur le buffet avec son Goinfrex, à peine retenue par un Drew gêné, Eléanore s'avança vers Samantha.
Celle-ci, assise sur une chaise près de la piste, était perdue dans ses pensées, malgré les efforts de Lucas pour entamer la conversation.

-Allez ! Sam, vous avez livré un superbe combat ! Et c'est mieux comme ça, personne n'a gagné de ruban qui aurait été inutile.
La brune constata la présence de sa rivale et répondit avec un enthousiasme étonnant au brun :
-Je sais ! Je suis fière de notre combat aussi !
Elle se leva alors et s'approcha de la gamine, désormais sans couettes. Daniel vint jeter un coup d'oeil à la situation, les jeunes filles se toisèrent un moment sans se rendre compte qu'elles étaient devenues le centre de l'attention de leur petit groupe.
Même Christelle, Flora et Drew avaient arrêté leurs activités pour assister à la bataille.

Cependant, elles n'étaient pas d'humeur à faire querelle, bien au contraire. Samantha pencha la tête sur le côté et demanda sarcastiquement :

-Je suppose que tu ne vas pas me dire pourquoi tu t'es coupée les cheveux ou la raison de ta crise d'angoisse au début de la compétition ?
Eléanore prit un air faussement désolé :
-Un jour, je te dirai peut-être la vérité, mais en attendant, c'est mon secret. Tu n'y vois pas d'inconvénient ?
Samantha caressa les fourches mal équilibrées des cheveux de sa camarade.
-Je suppose que oui... C'est dommage pour tes cheveux, mais cette coupe te va bien.
-C'est Danny qui me l'a faite ! S'exclama Eléa, toute fière.
Un silence tendu s'instaura entre les deux adolescentes, un moment pendant lequel elles n'osèrent plus se regarder dans les yeux, puis soudain, une petite voix timide s'éleva, celle de Samantha :
-Je suis désolée d'avoir été si désagréable avec toi l'autre jour. Je ne pensais pas vraiment ce que j'ai dis, tu es une excellente dresseuse et tu aimes tes pokémons, je le sais.
L'héritière des Sarl rougit, et lança instinctivement :
-Moi aussi, je m'excuse de t'avoir frappé...
Elle hésita un instant, puis s'arrêta, estimant que sa faute consistait juste en cela. Un nouveau calme tendu régna entre les deux filles. Soudain, Samantha détourna la tête, rouge de honte et de froid en déclarant :
-Et je voulais te dire que j'avais eu tort aussi de te dire que nous n'étions pas amies.

L'assemblée se tut, certains se curèrent aussi une oreille histoire d'être sûrs de bien avoir entendu, puis, une fois certains, une douce ambiance chaude, rayonnante de joie, étouffa l'air glacial de la vallée. Le visage d'Eléanore s'illumina d'espoir. Samantha osa enfin la regarder dans les yeux, elle se rendit alors compte à quel point elle avait grandit. Sans s'en rendre compte, elle avait maintenant atteint la même taille qu'Eléa, autant point de vue mental que physique.

Elle déteint sur moi, en bien comme en mal. Songea-t-elle une seconde.

-Tu veux dire que nous sommes vraiment amies maintenant ? Bafouilla Eléa.
Samantha douta, puis balaya ses craintes sur le côté : à quoi bon, dorénavant ? Elle ne pouvait plus nier la vérité, c'était puéril de se borner à la solitude.
-Bien sûr ! Lâcha-t-elle dans un rire cristallin.

Daniel s'approcha alors des filles avec son appareil photo et Lucas avec un papier et un crayon. Les adolescentes n'eurent pas le temps de demander quoi que ce soit.

-Allez, signez cela, qu'on ait la paix, maintenant ! C'est un contrat pour approuver votre amitié, comme cela vous ne pourrez plus la remettre en cause.
-Lu et approuvé par Mr. Yuki et envoyé au ministère par Gabriel dès sa signature.
Les deux filles rigolèrent mais le garçon aux yeux vairons riposta : « Ne riez pas, il en est capable. »
Comme pour approuver ses dires, le jeune génie brandit son portable et prit en photo le contrat. Prises par la plaisanterie, Samantha et Eléanore signèrent, un cri de triomphe s'éleva du groupe et sans qu'elles ne comprennent comment, elles se retrouvèrent emportées un peu plus loin sur la piste de danse.

-Il faut célébrer ça ! S'exclama Yuki. Une photo !

Il obligea un passant à prendre un cliché avec l'appareil de Danny et ils prirent tous ensemble la pose. Amusées, les filles se prirent mutuellement dans les bras et sourirent de toutes leurs dents tandis que le professeur leur frottait la tête paternellement.
Samantha parvint à entendre indistinctement la voix de Lucas s'exclamer à côté d'elle : « et moi alors tu me prends pas dans tes bras ? », puis un flash suivi d'un fou rire sur le « Pokémon » que comme le voulait la coutume, tout le monde avait dit trop tard, et le moment fut immortalisé.

Tous ensemble, ils venaient de capturer leurs instants de bonheur, la naissance de leur amitié, la paix qu'ils ne retrouveraient plus avant longtemps.
Mais cela, ils l'ignoraient encore.

La musique vint les prendre, le groupe se scinda en petits morceaux, chaque membre emporté par un inconnu pour le temps d'une valse.
L'ambiance chaleureuse faisait oublier la neige qui craquait sous leurs pas et dont les lumières de la fête se reflétaient sur la surface encore lisse par endroit.

Samantha tomba dans les bras d'un grand roux par accident, celui-ci vira au carmin et l'envoya poliment vers un autre sous les moqueries des deux adultes qui l'accompagnaient. La brune tournoya maladroitement, fit un vague pas dans les bras de Mr Yuki, confuse et intimidée, puis elle partit.
Galifeu l'emmena à nouveau sur la piste un peu plus tard, mais elle ne parvint pas à faire plus de deux pas avec lui tant cela lui paraissait surréaliste.
Lucas arriva alors, il fit la révérence et l'emmena sur une valse.
Voyant son malaise, il lui demanda gentiment :
-Tu n'as pas envie de danser avec moi ?
-Non ! S'écria Sam. Ce n'est pas ça ! C'est juste que je ne sais pas bien danser ! Avoua-t-elle.
Lucas rit et la rapprocha de lui.
-Alors mets tes pieds sur mes pieds, et laisse toi conduire, tu vas voir c'est très amusant...

Samantha se blottit contre lui avec timidité et se laissa aller, elle ferma les yeux quelques instants pour savourer le rythme de la valse. C'était plus agréable qu'elle ne le pensait. Galifeu vint les rejoindre, et ils firent bientôt une sorte de nouvelle danse à trois.

Daniel, assis sur une des chaises entourant la piste, observait ses amis, chantonnant à mi voix la mélodie. Gabriel, à côté de lui, toujours sur son ordinateur, soupira et pointa Eléanore du doigt. Celle-ci dansait avec enthousiasme et vivacité, alternant les partenaires toutes les minutes sans se soucier des convenances.

-Vas-y ! Déclara le gamin. Sinon je te jure que tu vas le regretter.
Pour obliger son aîné, il donna une petite tape dans son dos.
L'adolescent se leva et se faufila dans la foule. Il croisa Drew et Flora qui, eux, valsaient amoureusement, puis Christelle avec son grand frère... Enfin il arriva près d'Eléa.
Rouge et tremblotant, il lui tendit sa main qu'elle accepta sans complexe, abandonnant son cavalier du moment, Ash.

A la plus grande surprise du gamin, ils connaissaient tous deux les pas. Eléanore n'était pourtant pas le genre de fille à savourer la sérénité de ce sport.

-Tu danses bien... Avoua-t-il, rouge de voir comme ses propres paroles, si claires dans son esprit, paraissaient stupides et cul-cul une fois prononcées.
Eléa, pourtant, ne s'en formalisa pas et répondit au tac au tac :
-Toi aussi. Où as-tu appris ?
-Avec douze frères et sœurs, c'est venu naturellement, il faut savoir éviter les projectiles, les plats... Bref ! Soupira Danny. Et toi ?
Le visage de la gamine s'assombrit un bref instant avant de reprendre son masque de spontanéité habituel.
-C'est mon père qui m'a appris tout ça. Je connais une bonne dizaine d'autres danses venant du monde entier.

Elle songea à ses soirées où sa mère battait la mesure avec ses applaudissements et où elle livrait bataille dans un concours acharné avec son géniteur. Elle n'avait jamais vraiment réalisé à quel point ils lui manquaient, sans pour autant qu'elle se résigne à rentrer. Cette pensée pour son « chez elle » la ramena à des questions plus importantes dans le moment.

-Tu sais ? Bredouilla-t-elle à Daniel, en baissant les yeux.
Son attitude envers elle avait été étrange aujourd'hui : il s'était montré compréhensif, doux, protecteur, et sa réaction face à l'évènement de ce matin l'intriguait. Au fond d'elle-même, elle se disait qu'évidemment il devait avoir percé à jour son secret, mais elle voulait se convaincre du contraire, car elle préférait avouer la vérité elle-même, une fois le moment « venu », ou peut-être jamais.
Daniel parut étonné de la question puis il souffla un « ah , ça », comme s'il venait de comprendre le fond de la phrase. Il détourna le regard, absent, cherchant une réponse.
Un silence tendu fendilla le cocon protecteur qui les séparait du monde.
Il savait... Pensa Eléanore sentant ses jambes vaciller. Est-ce que cela changerait quelque chose ? Certainement, plus rien ne serait pareil.

Daniel se pencha vers elle et lui murmura alors au coin de l'oreille :

-Ne t'en fais pas, je ne dirais rien à personne pour ton trac maladif.

Eléanore eut un sursaut, elle contempla le visage de son ami pour y dénicher une trace de mensonge, mais l'air zen de son coéquipier acheva tous ses doutes. Son cœur bondit dans sa poitrine, comme un athlète qui se trouve déchargé de ses poids. Un rire léger lui échappa. Soulagée, elle se détendit et lança joyeusement :

-Et si nous faisions un pas de danse plus sympathique ! J'en ai assez de toute cette conformité ! La danse traditionnelle de Celestia, tu la connais ?
-J'adore les arts, évidemment que je connais, et ensuite on enchaîne sur celle rituelle de Cimetronelle ?
Eléanore opina du chef, et termina :
-Et on achève avec un enchaînement typique d'Irisia et une technique de Cramois'île ?
-Ça me va, je te suis.

Sans rien ajouter de plus, les deux enfants commencèrent leurs mouvements. On aurait cru assisté à un combat, un combat gracieux, parfois roulant sur le dos l'un de l'autre, leurs mouvements fluides comme de l'eau, était effectué avec une force semblable à celle de la terre, du feu, avec autant de légèreté que de l'air pourtant. Ils s'amusaient comme des fous, jouant sur les roues, les saltos, tapant du pied, des mains lorsqu'ils se recroisaient dans leurs enchaînements synchrones.

Hélas, le temps passe tellement vite quand on s'amuse. Yuki, lui, vit la fête s'écouler avec lenteur puisqu'il chercha Lily tout du long de la soirée, alors que les élèves, eux, ne la virent pas finir.

L'heure de la dernière danse était venue. Exténué, Daniel alla s'asseoir sur un siège près de son frère et, remarquant que celui-ci s'était endormi, il l'enroula dans une couverture, rangea ses affaires et le prit dans ses bras pour lui tenir un peu plus chaud.
Lucas, fatigué mais heureux, vint le rejoindre en poussant un soupir d'aise quand il déchaussa ses pieds meurtris.
Yuki, attristé de ne pas trouver sa collègue, se fit inviter par Samantha, plus sûre de ses aptitudes cette fois.

Eléanore chercha Christelle des yeux, elle la trouva en train de pousser Drew et Flora sur la scène pour qu'ils rejoignent d'autres couples. Eléa crut y revoir le couple qui lui avait remis son Salamèche au début de son aventure, mais elle était trop occupée pour vérifier.
Elle vint donc près de la rousse et lui demanda de lui laisser Happy pour la danse : elle voulait lui dire au revoir.
La coordinatrice hocha de la tête, mélancolique, et la remercia une nouvelle fois, lui promettant de lui donner des nouvelles régulièrement du pokémon vu qu'elle avait son numéro maintenant.
Eléanore approuva. Bizarrement, Chris lui semblait beaucoup plus sympathique à présent.
Elle emmena son Papilusion sur la piste, lui prit les pattes avant et tenta de suivre le rythme de la chanson « I hope you dance » de Lee Ann Wolmack.

Son pokémon la regardait avec incompréhension. Plus les secondes s'écoulaient, et plus Eléanore sentait l'inquiétude grandir en elles, le regret, la crainte, la culpabilité.
Elle se concentra, essayant de transmettre à Happy, par la pensée, à quel point elle l'aimait, qu'elle restait fière d'elle. Ce n'était pas parce que le papillon était un mauvais pokémon qu'elle la laissait avec Christelle, bien au contraire.
Elle sentait au fond d'elle-même que la créature se plairait aux côtés de la coordinatrice, sans cesse dans cette ambiance festive et joyeuse.
Eléanore savait ce qu'il adviendrait d'elle, savoir son pokémon en sécurité, loin de la peine, de sa mort, ayant encore tout à vivre, la comblait de joie.
Elle pensa mélancoliquement que le temps viendrait pour Ash et Pilou, un jour...
Elle trouverait un endroit rien que pour eux, où ils seraient heureux, à l'abri du besoin, choyés et aimés, ainsi ils pourraient vivre par devers elle.

Eléanore, quand elle avait compris qu'elle allait mourir, avait appris à se résigner, à prendre les choses que la vie lui accordait en sachant qu'elle la lui reprendrait. Cependant, si son existence cessait, celles des autres continuaient, et savoir qu'un être, quelque part, pouvait être heureux grâce à son action, lui donnait l'impression de prolonger le temps qu'on lui accordait sur cette terre. Ainsi même si elle disparaissait, son souvenir perdurerait.

Les dernières notes de la mélodie arrivèrent. La gamine croisa le regard embué de larmes de son pokémon, elle la prit dans ses bras et murmura sur le ton de la plaisanterie :

-Allons, allons Happy, ce n'est pas comme si nous nous reverrons jamais. Tu peux à tout moment venir me voir, il suffit de le faire comprendre à Christelle... Si jamais elle s'occupe mal de toi, tu peux compter là-dessus, je viendrai tout de suite te récupérer ! Ne pleure pas, je ne pleure pas, moi...

Le son de la mélodie mourut dans la nuit.
On annonça la fin de la fête, chacun partit se coucher tour à tour. Les lieux se dépeuplèrent peu à peu. Eléanore enlaça son pokémon une dernière fois puis la ramena auprès de Christelle.

Les au revoir furent de courte durée, la fatigue amoindrissait leurs sentiments. Christelle fit ses adieux à un Héricendre indifférent, que Eléa avait décidé de nommer Torch avec l'accord de la dresseuse d'origine. Les pokémons du groupe saluèrent Happy.
Les humains, quant à eux, s'enlacèrent, se promettant muettement de se revoir. Drew et Flora semblaient impatients de faire un concours avec eux.

Puis, sans plus ajouter, ils s'en allèrent.
L'entrée du mont Sélénite était à une heure de marche, ils camperaient devant. Daniel, portant son frère sur son dos, Lucas cassé, Samantha courbaturée, Eléa la respiration sifflante, Yuki la tête ailleurs, ils ressentaient enfin les conséquences de cette journée d'enfer.

Mais aucun regret ne vint gâcher ce délicieux souvenir.