Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Destins liés ~Crépuscule~ de fan-à-tics



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : fan-à-tics - Voir le profil
» Créé le 18/02/2009 à 21:36
» Dernière mise à jour le 14/04/2012 à 18:31

» Mots-clés :   Présence de personnages de l'animé   Présence de poké-humains   Présence de shippings

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Episode 16 : Tremblements
-chapitre 16-

Régis arriva au petit matin dans la vallée où s'était déroulée la compétition. Le souffle court, il constata avec dépit que le soleil colorait déjà le ciel d'une belle couleur rosée entachée par les nuages gris de la pollution. La neige craquait sous ses pas, ses chevilles étaient gelées, et il n'imaginait même pas l'état de celles de son pauvre Arcanin. Par mesure de sécurité, il le laisserait au prochain centre pokémon qu'il croiserait et prendrait un autre pokémon rapide.

Le chercheur s'aventura dans les dédales de caravanes, cherchant de l'oeil celle qu'il avait vu à la télévision la veille. Malheureusement, elles se ressemblaient toutes avec leurs toits rouges à demi cachés par le manteau blanc. En désespoir de cause, il regarda un peu partout à la recherche de tente, puis se disant que le froid devait avoir résigné la plupart des campeurs, il se rua vers le bâtiment de la compétition.

Ce fut avec un délice inattendu qu'il savoura la douce chaleur des lieux - avec tout cela, il en avait oublié son propre confort. Son répit fut de courte durée : entre les dormeurs regroupés dans leurs sacs de couchage autour des radiateurs, il aperçut un jeune homme, baillant bouche grande ouverte, près des tables séquentielles. Il le reconnut immédiatement, et ses doutes se confirmèrent quand il vit une rouquine s'approcher de lui, l'air exténué, et lui tendre un café. Elle aussi, il l'avait vue avec Eléanore.

Régis, pris de court par le soulagement et son impatience, ce qui était inhabituel chez lui, s'avança vers les frères et soeurs, se souciant peu de buter contre un ou deux corps endormis. Ses doigts tremblants se posèrent sur la photo de son amie d'enfance, et il la sortit de la poche intérieure de sa cape. Il se demandait comment aborder les rouquins quand soudain une personne qu'il venait de bousculer se retourna en grognant, avant de s'exclamer, surprise :

-Régis ?

Le petit-fils du professeur Chen pila, et il mit un certain temps avant de se remettre dans le contexte et de comprendre qui lui parlait. Flora. Celle-ci, les cheveux en bataille et des valises sous les yeux, le fixait, encore à moitié assoupie. Le miracle vint alors à sa rescousse, les rouquins se tournèrent vers eux et lancèrent :

-C'est un ami à toi, Flora ? Il vient aider à tout ranger ?

Leurs voix sonnèrent comme une supplique d'un condamné à mort, et vu la masse de travail qui les attendaient pour « ranger », c'était compréhensible. Un garçon aux cheveux verts vint les rejoindre, en tout aussi mauvais état et probablement debout par la seule force du café. Régis se souvenait vaguement de lui, il l'avait vu au mariage de Pierre : Drew ou un truc dans le genre. La chance lui souriait enfin, pour un peu et Régis en aurait crié de bonheur.

-Non, je ne suis pas là pour ça, navré. Je cherche cette fille, vous étiez avec elle hier ! Lança-t-il en montrant le cliché. Pouvez-vous me dire où elle se trouve maintenant ?

Les faces devant lui blêmirent d'effroi. La plus jeune sembla même serrer fortement ses pokéballs à sa ceinture. Leurs bouches se tordirent en des grimaces, comme si elles refusaient de lâcher leurs informations. Impatient et agacé, Régis enchaîna sur un ton plus désespéré qu'il ne le voulait :

-Elle est gravement malade ! Si elle ne retourne pas à l'hôpital très vite, elle risque de mourir !

Cette fois, il en était sûr : ils savaient quelque chose. La gamine porta ses mains à ses lèvres retenant un cri, les yeux écarquillés.

Hors de question qu'il lâche prise.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Silver était debout depuis le lever du soleil, contrairement aux deux autres qui, bien au chaud sous une couette de leur tente, dormaient à poings fermés.

Pendant une seconde, entre deux rayons alors qu'il contemplait impassiblement l'aurore, il se demanda si vraiment ils étaient sains d'esprit. Ils ne pouvaient plus les traiter d'imbéciles, vu de leurs prouesses informatiques, en revanche de fous et de gamins, oui. Après tout, quel adulte dormirait encore avec sa meilleure amie, dans la même tente, sous la même couette, comme si c'était la chose la plus normale sur terre ?

Enfin bon, le rouquin soupira, sa pokémontre émit un tintement et il l'alluma.

C'était Gold.

Quelle mouche lui avait piquée pour se lever si tôt ? Ce n'était pas dans ses habitudes. Il se souvenait parfaitement avoir attendu des heures avant que môsieur ne daigne se réveiller lors de leurs entraînements communs. Alors qu'il descendait de son perchoir, il sentit le froid lui glacer les chevilles, et la vérité le frappa de plein fouet.

Ah oui, la neige.

Les différents évènements ne laissaient aucun doute : partout dans le monde, le temps se détraquait, petit à petit. Parfois, les accidents passaient presque inaperçus, comme l'éboulement de la Cave Taupiqueur, et c'était mis sur le compte des pokémons. Il n'empêche que la réalité était là, et eux étaient les seuls à le savoir, jusqu'à ce qu'une catastrophe plus puissante que les autres ne réveille un peu les habitants passifs de ce monde... Ouais, il fallait au moins un cyclone pour ça.

La voix de Gold lui parvint, simplement, probablement trop endormi pour faire un grand discours :

-J'entre dans le mont Sélénite, et dès qu'on se retrouve dedans, on file vers Carmin sur mer.

La communication cessa. Peut-être plus que la fatigue, Gold lui en voulait. Pourquoi, il l'ignorait et s'en fichait comme de son premier pokémon volé. Il jeta un coup d'œil vers le campement de Samantha. Déjà, ses occupants sortaient un à un, prêts à reprendre la route.

Il soupira, et se mordit la lèvre inférieure : il ne voulait pas partir en mission avant d'avoir éclairci le mystère que constituait cette fille.

Hélas, il ne décidait plus de ces choses-là, plus maintenant.

Un peu plus loin, Samantha s'étira une énième fois et secoua le pied pour enlever la neige qui menaçait de couler dans ses bottes. Les yeux cernés, les muscles endoloris, elle s'approcha des tentes adjacentes à la sienne. Elle fut surprise d'être la première levée ; peut-être que les autres n'avaient pas entendu leurs réveils ?

Elle buta contre quelque chose sur le sol, elle regarda, incrédule et fit face à un reste de cet engin de torture matinal.

Un silence de deuil pour cette pauvre machine s'écoula.

Non mais qu'est-ce qu'elle racontait encore comme ânerie ? Elle ouvrit la toile avec rage et laissa le vent froid faire son œuvre chez son professeur et ses amis. Plusieurs sortirent, le visage virant au bleu, en lui demandant ce qui lui prenait.

Malgré les diverses plaintes, dont les plus véhémentes venaient de Yuki, une phrase de Daniel vint casser l'embryon de querelle.

-C'était l'idée d'Eléa de se lever si tôt, non ? Où est-elle ?

Le jeune garçon, l'air encore plus à côté de la plaque que d'habitude, se grattait le ventre, les cheveux en bataille, retenant un bâillement bruyant à grand peine. Il avait passé la courte nuit à parler avec son petit frère du cas d'Eléanore.

Il lui avait confié son désir de la protéger ou tout du moins de tout faire pour conserver la situation actuelle au statu quo. Gabriel s'était montré plus que pessimiste sur ses plans et l'état mental de son aîné. Le gamin avait longuement expliqué qu'il y avait peu de chance que ce rêve se réalise, du moins pas sans se séparer et chercher un remède de son côté. Car ce qu'un pokémon peut faire, un autre peut le défaire, un pokémon spécifique, rare ou shiney pouvait par exemple présenter des capacités différentes ou opposées de ses congénères et former un remède au mal qui rongeait leur amie.

Danny avait préféré à ses songes la méditation sur l'hypothèse de son frère.
Pour que tout reste comme avant, il fallait que tout change. Quel paradoxe. Cette phrase lui rappelait celle d'un livre qu'il avait lu longtemps auparavant.

Samantha se redressa brusquement et marcha jusqu'à la tente de la concernée, surprise par cette remarque véridique. Elle espérait que la gamine n'était pas allée s'entraîner ce matin, sinon cela allait être coton pour la retrouver par ce temps et cela risquait de les retarder. Passer par le tunnel leur permettait d'arriver près d'Azuria dans la soirée en avançant lentement, cette idée de gagner du temps avait réjoui la dresseuse, il ne manquerait plus que ces plans soient contrariés...

Elle poussa un soupir de soulagement quand elle vit la silhouette de la gamine enroulée bien chaudement au fond du sac de couchage, recroquevillée. Rassurée, elle s'avança doucement et secoua avec précaution le paquetage pour réveiller son amie. La tête ébouriffée sortit de l'amas de couverture, elle jeta un œil fatigué à sa camarade et retourna dans son cocon dans un :

« Chuis fatiguée... encore un peu... »

Si cette réaction n'avait pas été si inhabituelle, Samantha lui aurait probablement répondu par un coup sur le crâne bien placé. Seulement, cette phrase inquiéta la brune qui appela les autres et força sa coéquipière à s'asseoir. Elle passa rapidement sa main sur son front et constata qu'elle avait un peu de fièvre.

-Eléa... Qu'est ce qui t'arrive ? Demanda gentiment Sam, plus inquiète que furieuse. Tu préfères qu'on se repose plutôt qu'on se lance dans la traversée aujourd'hui ?

La gamine se retourna vivement, une rougeur aux joues due à la fièvre et à la colère, elle s'écria d'une voix cassée :

-Non, surtout pas ! Je vais bien, je suis juste fatiguée ! On peut y aller !

Elle tenta de se lever et eut une violente quinte de toux. Daniel vint immédiatement lui tapoter le dos jusqu'à ce que ça passe. Mr. Yuki enchaîna sur le même ton que son élève :

-Je ne pense pas que ce soit une bonne idée. On va rester ici aujourd'hui.

Eléanore se redressa, bombant fièrement le torse comme pour montrer qu'elle était capable de faire le chemin.

-Non ! J'ai dit qu'on y allait, on y va ! Cela ne sert à rien de prendre ce chemin, sinon ! C'est rien, c'est juste que hier on a beaucoup travaillé, et j'ai mal dormi cette nuit, c'est tout ! Je vais bien, ça va passer !

C'était vrai, elle avait très mal dormi. Depuis sa plus tendre enfance elle faisait le même rêve chaque nuit. Elle se trouvait dans le froid et le noir jusqu'à ce qu'une douce lumière apaisante l'emporte jusqu'au doux repos souhaité dans une sensation de paix intérieure et d'impatience à la fois. Les seules fois où elle faisait un rêve différent, c'était quand elle s'évanouissait. Cette nuit lui avait laissé une étrange impression de non contentement car elle n'avait pas fait son songe habituel, voilà tout. Cela arrivait de cauchemarder ! D'accord, pour elle c'était la première fois. Mais bon, il en fallait bien une !

Elle frissonna rien qu'à la simple évocation de son cauchemar. Elle revoyait ces milliers de mains la prendre, l'oppresser, la piquer, pour finalement la jeter, aussi glacée que si elle avait gît dans la neige.

Devant sa véhémence, ses amis renoncèrent ; Lucas lui conseilla de rester près de l'un d'entre eux en permanence et de prévenir dès qu'elle se sentait mal.

-Si vraiment ça va trop mal, on se relaiera pour te porter. Conclut-il en jetant une œillade aux garçons de l'équipe – tandis que Daniel faisait un sourire entendu, et que Yuki poussait un gémissement exaspéré.

Les affaires furent pliées le plus rapidement possible et le petit groupe entra péniblement dans la caverne une vingtaine de minutes après cet incident. On les avait avertis du risque d'éboulement et de tremblement de terre, aussi Akira avait sorti trois de ses pokémons pour les protéger : Staross avec son Armure, Chapignon avec Abri et son Mr. Mime avec son attaque Bouclier. Lucas avait également ordonné à son Mentali de se tenir sur ses gardes. Samantha avait son Tarsal sur son épaule et lui avait demandé d'être prêt à utiliser Téléport sur tout le groupe dans le pire des cas.

Le groupe ne partit pas aussi joyeusement qu'il l'avait espéré : même s'ils n'osaient pas l'afficher clairement, ils jetaient sans cesse des regards derrière eux vers Eléanore pour voir si elle suivait toujours.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Régis prit un autre de ses pokémons, laissant Arcanin dans sa pokéball, et il appela son Ptera. Il l'avait sorti de son laboratoire pour l'occasion - heureusement ses coéquipiers de labo étaient trop exténués de si bon matin pour chipoter.

Il monta sur le dos de la créature préhistorique, et s'envola.

Au sol, Christelle, les lèvres pincées, fixait le sol, honteuse. Son frère posa une main sur son épaule mais elle fit un mouvement brusque pour le repousser. Sa main se crispa sur la pokéball dans sa poche.

Flora, les sourcils froncés, derrière eux, lâcha d'une voix compatissante pour la rassurer :

-Je... je suppose que tu as bien fait de lui dire qu'elle prenait le chemin de la montagne pour rejoindre Azuria...

Christelle trembla imperceptiblement, puis elle se tourna vers eux et lança en détournant le regard :

-Oui, je crois que j'ai bien fait...

Un peu plus loin au-dessus des nuages, Régis, une paire de jumelles à la main, se penchait au dessus du vide, scrutant les chemins du mont Sélénite. Il survola sans se soucier l'entrée de la grotte où pénétrait un adolescent roux avec deux adultes extravagants.

Il les ignora superbement en cherchant la chevelure de son amie d'enfance entre les bosquets qui longeait le sentier montagneux.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Le tunnel était sombre et étroit. L'obscurité semblait imprégner l'air, lui donner une odeur rance, elle avalait le chemin à suivre et rendait les murs moites. Les parois suintaient d'humidité, le sol boueux émettait un son de succion à chacun de leurs pas.

Eléanore n'avait jamais été claustrophobe, et pourtant, cet endroit la terrifiait pour une raison qu'elle ignorait. Le froid qui lui mordait le visage s'engouffrait dans les passages terreux dans un bruit de créature d'outre-tombe, l'odeur putride de cette prison lui faisait l'effet d'être entrée malgré elle dans la bouche d'un monstre à l'haleine fétide, prêt à les dévorer goulûment. Elle tremblait de tous ses membres, le cœur au bord des lèvres. Le sol glissant sous ses pieds tanguait dangereusement tandis que le paysage s'effaçait trop souvent à son goût derrière un flash lumineux.

Elle avait l'impression que tout en elle criait, suppliait qu'on la sorte de cet endroit ; malgré ses chaussures et ses chaussettes chaudes, elle crut que des milliers de souris fuyaient sous ses pas, laissant un liquide glacé sur ses chevilles et autres articulations. Elle ferma les yeux, espérant échapper à ce malaise ambiant, ce mal qui compressait sa poitrine et filtrait son souffle. Cela ne produisit pas l'effet escompté, elle crut que le monde se retrouvait sans dessus dessous, sa raison lui murmurait que cela était impossible mais elle était certaine tant l'émotion paraissait réelle, de faire un tour complet sur elle-même et de se retrouver la tête en bas.

Une main vint se poser sur son épaule, elle crut recevoir une décharge électrique et son corps entier se glaça dans un sentiment d'une terreur inconnue. Elle sursauta, bascula et remarqua enfin que c'était Daniel qui la tenait par les épaules. Son sentiment étrange ne la lâcha pas pour autant, elle chercha des yeux de l'aide, mais elle ne voyait que des humains, -non, ses amis, criait sa conscience- ils ne pouvaient pas l'aider. Des larmes menaçaient de couler, ce n'était pourtant pas dans son habitude, mais cet endroit la comprimait toute entière, la paniquait. Elle devait sortir d'ici. Une petite voix qu'elle n'avait plus entendue depuis ses six ans lui murmura de se calmer. Voilà qu'elle se remettait à entendre son amie imaginaire ! Elle devenait folle, enfermée ici !

-Eléa, qu'est-ce qui t'arrive ? Lança Danny.

Samantha se retourna et vint près d'elle ; elle se rendit alors compte qu'elle s'était recroquevillée sur elle-même. Une quinte de toux vint troubler ses esprits, elle mit la main devant sa bouche mais un liquide chaud la heurta, elle douta que ce soit les microbes. Le regard trouble, elle n'osa pas contempler ce qu'elle avait craché, de toute façon sa vision tremblait et elle savait ce que c'était : du sang.

Sa voix rauque lui parvint, mais étrangement elle ne comprit que quelques secondes après, comme si elle n'avait pas été elle, mais un autre, un auditeur inconnu.

-Merde...

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Silver suivait Chris et Angie, perdu dans ses pensées ; il se fichait plus ou moins que les deux adultes le perdent au détour d'un couloir, car cela lui ferait gagner du temps.
L'obscurité de la cavité avait sur lui un effet apaisant, peut être parce qu'il avait toujours grandi dans ce genre d'endroit sinistre.

La chevelure immaculée de l'ex-voleur disparut dans un tournant. Silver leva la tête et tomba nez à nez avec le groupe qu'il suivait depuis quelques jours ; regroupé autour de la petite aux cheveux verts, l'air inquiet.

Cependant ce ne fut pas ça qui le surprit le plus. Ce fut de voir la tignasse de son coéquipier arriver dans le sens inverse, droit sur eux. Gold sursauta en remarquant l'attroupement, puis le roux un peu plus loin. Un sourire se dessina sur son visage. Il ouvrit la bouche pour dire quelque chose quand soudain, un grondement inhumain se répercuta dans tous les coins du tunnel.

Le sol se mit à trembler sous leurs pieds, Christopher se jeta dans les bras d'Angie en braillant d'une voix suraiguë. Silver eut le réflexe de sortir sa pokéball et d'envoyer Cornèbre pour qu'il effectue un Abri. Une lueur à côté de lui indiqua que les autres avaient fait de même. Gold, son Capumain sur l'épaule, se protégeait le crâne des débris rocheux. Une vague inquiétude le submergea mais il la repoussa vite ; pourtant, sur le coup, cette scène ressembla vraiment à la fin du monde : le plafond vrombit, une stalagtite s'effondra sur la protection psychique, menaçant de s'écrouler tout entier sur eux pour les enterrer vivants.

Un hurlement attira son attention - la gamine qu'il poursuivait en était l'origine - elle s'agrippait désespérément à son ami au bandana, un autre gamin tout petit se cachait près d'elle également. Les garçons occupés à diriger leurs pokémons pour se protéger ne l'entendirent même pas. Brusquement, le tremblement de terre se calma. Le sol redevint plus ou moins stable et l'éboulement cessa. Une voix inquiète retentit : « Silver, ça va ? » - celle du brun. Puis, ce fut le trou noir.

L'espace d'un instant, il lui sembla rétrécir, le monde grandit d'un pied, puis il bascula en arrière dans un craquement. Un gouffre ténébreux l'engloutit tout entier et l'attira irrémédiablement vers le fond. Une pensée le traversa, il avait été trop insouciant de protéger seulement leurs têtes au lieu de surveiller aussi leurs jambes. Une fissure du plancher le goba tout entier. Il crut percevoir une plainte inquiète et des visages terrifiés, mais ils s'évaporèrent dans l'obscurité.Sa tête heurta un rocher, et il roula, roula dans une espèce de labyrinthe souterrain morbide, avant de tomber rudement dans la boue et de ne plus bouger.

U peu plus haut, l'assemblée eut à peine le temps de voir un adolescent roux se faire engloutir par la terre bestiale et de voir un autre gamin casqué courir vers le trou, qu'un autre craquement retentit.

Lucas fit volte face au premier cri. Lui et Daniel tendirent la main au même instant pour rattraper les filles, mais la boue céda sous elles et les emporta dans un bruit d'aspiration répugnant. Le cri de Samantha se fit avaler par la matière gluante, Lucas eut beau attraper sa main, suppliant de l'aide, celle-ci, moite, lui échappa. Eléanore et Samantha se firent aspirer par la gravité et se disparurent dans les ténèbres. Daniel, tenant fermement son frère pour qu'il ne subisse pas le même sort, obligea son ami à reculer lui aussi. Les yeux écarquillés, il retint un cri devant son geste : il n'avait pas réussi à sauver tout le monde. L'image de son père s'imprima en lui et il se mordit la lèvre jusqu'au sang. Lui, il y serait parvenu.

Un long silence alarmé suivit cet enlèvement.

Il fut soudain rompu par le jeune garçon qui jetait sa casquette à terre en lançant, rouge de fureur : « Si tu voulais pas me voir il y avait d'autres manières de le dire ! »

Cette exclamation fut vite suivie par une autre d'Angèle, une question qui avait obsédé tous les esprits à l'instant même où le premier avait été pris :

-Et maintenant, qu'est-ce qu'on fait ?

Sur le coup, personne ne put répondre. Gold se redressa d'un bond et se tourna vers l'ex-voleuse en s'écriant :

-Je vais vous dire ce qu'on va faire ! Je vais le chercher et le ramener !

Gold, furieux, laissa de côté sa casquette fétiche et s'approcha de la fissure en tapant des pieds. Il fit un mouvement pour se faufiler lui aussi dans le passage Mais alors qu'il essayait déjà de passer à travers le trou dans lequel avait disparu son ami, Angèle le retint en s'écriant :

-Vous êtes totalement fou ! On ne sait pas à quel point cette fissure est profonde ! Attendez...
Christopher dût lire dans ses pensées et il attrapa le sac que Silver avait laissé derrière lui, avec son pokémon. Ils repoussèrent le garçon brun et lâchèrent l'objet.

Le groupe de Yuki, Daniel, Lucas et Gabriel se rapprochèrent d'eux pour écouter attentivement eux aussi.

Une minute s'écoula sans un bruit, puis deux, puis trois...

La vache, il était vachement profond ce trou ! A la tête de Gold, celui-ci avait jugé préférable d'oublier son premier plan.

Mr. Yuki dût penser la même chose, car il sortit son portable de son sac ; Lucas se redressa, prêt à l'aider à appeler les secours dans la seconde. Le professeur composa un long numéro puis attendit qu'on lui réponde.

Les souffles de Daniel, Lucas et Gabriel s'arrêtèrent. Soudain, Akira, d'une voix toute petite, se lança :

-Allô, Lily, à ton avis je peux quand même avoir l'examen si je perds mon élève ?

*silence*

Le cri de la collègue se joignit avec ceux des autres enfants, éberlués.

-Comment j'ai eu ton numéro ? Bah j'ai fouillé dans ton sac pendant que tu avais le dos tourné, tu marques toujours ton numéro sur la coque du portable... Bref, ce n'est pas le sujet, tu penses que je peux m'en sortir indemne alors ? Et si par hasard d'autres enfants qui ne sont pas sous ma responsabilité disparaissent sous mes yeux, je suis pas responsable non plus ? Hein ?

Le professeur sursauta, les bips répétitifs signifiant que l'interlocuteur avait raccroché se firent entendre, le brun se gratta la tête et déclara posément : « je suppose que ça veut dire non... » Lucas faillit lui répondre « non, vous croyez ? » Mais il n'en eut pas l'occasion : finalement, le sac s'écrasa avec fracas au fond du gouffre.

Le groupe l'ignorait, mais il se trouve qu'il arriva pile sur la tête du rouquin inconscient, ce qui le réveilla sur le coup, et lui donna le mal de crâne du siècle.

Un panier d'insultes en tout genre s'éleva jusqu'à Gold, lui promettant la pire mort qu'il pouvait imaginer. Alors que la liste s'allongeait de noms de victimes, le brun au Capumain se tourna vers les ex-voleurs en déclarant, insensible aux menaces :

-Bon, au moins il est vivant...

Le Cornèbre du fils du boss acquiesça les dires avec un croassement plaintif.

Christopher et Angie, terrifiés depuis que leurs prénoms avaient rejoints celui de Gold, se demandèrent si c'était une bonne chose ou non.

Silver, en contrebas, après sa crise de nerfs, n'eut pas le temps de demander si tout le monde allait bien qu'une autre voix lui parvint. Inquiète, elle devait appartenir à celle d'un enfant, probablement un des compagnons de la fille qu'il suivait - celle de Lucas en vérité.

-Monsieur ! Monsieur, est-ce que vous voyez nos amies ? Elles sont tombées elle aussi, elles ne doivent pas être loin de vous ! Est-ce que vous les voyez ?

Le rouquin sursauta et chercha des yeux les silhouettes qu'il avait épiées si longtemps.

Il les découvrit un peu plus loin, allongées, trempées de boue. La plus jeune des deux semblait avoir perdu connaissance, l'autre crachotait vainement toute la terre qu'elle avait avalé pendant sa chute. Son Tarsal l'observait, dubitatif quant à l'efficacité de la tâche.

Elle se redressa et croisa le regard inquisiteur de Silver posé sur elle ; il y eut un bref moment de flottement.

-AH ! AU SECOURS ! Hurla-t-elle en lançant son propre paquetage sur lui.

Un peu plus haut, Lucas constata avec soulagement qu'elle était elle aussi en vie tandis que Silver se prenait une nouvelle bosse et se demandait ce qu'il avait bien pu faire aujourd'hui pour subir ça.

Le moment comique passa, Samantha se calma quand Yuki lui expliqua que le rouquin ne lui voulait aucun mal, mais l'adolescente garda un regard empli de méfiance. Elle se souvenait vaguement de lui au centre pokémon et de son mauvais caractère. Elle se fit même la remarque qu'il était étrange de retomber sur lui à nouveau.

La voix de Daniel lui parvint, étrangement calme pour une situation pareille.

-Sam, comment va Eléa ?

La gamine sursauta, se rappelant soudainement de son amie. Elle la chercha rapidement des yeux avant de la retrouver juste sous son nez, inconsciente. Samantha la prit dans ses bras pour analyser plus minutieusement son état. Elle la secoua doucement mais n'obtint aucune réaction de sa part. On aurait pu croire que sa partenaire dormait paisiblement : son visage semblait serein, comme si elle se trouvait dans un autre monde, à l'abri de tout. Heureusement, sa respiration sifflante, la sueur qui coulait le long de son cou, indiquait clairement que c'était une illusion.

Samantha n'était pas effrayée, mais pas non plus rassurée pour autant : perdre connaissance ne donnait jamais rien de bon. Eléa ne semblait déjà pas bien dans le tunnel, il fallait absolument l'emmener voir un médecin. A part ça, elle avait une plaie ouverte, pas extrêmement grave à un bras, sa mitaine avait une tâche de sang qui devait provenir de là.

Elle décrivit la situation à ses amis en criant les informations. Là-haut, ils prirent la chose beaucoup plus sérieusement qu'elle ne l'escomptait.

Une longue réflexion s'imposa, ils ne pouvaient plus la rejoindre en prenant le chemin par lequel ils étaient tombés avec un blessé. On proposa d'utiliser Tarsal, mais le petit pokémon avait l'air apeuré et refusa d'obéir. Samantha, incapable de proposer quoi que ce soit d'autre, se rendit alors compte qu'elle tremblait en serrant Eléa.

Que se passerait-il si son amie faisait une crise comme dans la forêt ? Elle n'était pas capable de s'en sortir seule, elle savait juste soigner les pokémons, pas les humains ! Elle n'était d'aucune utilité...

Son cœur battait à ses tempes et sa respiration devint saccadée à mesure qu'elle imaginait le pire. Et comment pouvait-elle rejoindre les autres ? Elle ne pouvait décemment pas compter sur son sens de l'orientation plus que pathétique, elle n'était pas non plus assez forte, elle et ses pokémons, pour porter sa camarade.

Une boule de stress encombra son estomac, ainsi que sa poitrine. Non, elle ne devait pas se laisser aller à la panique, sinon elle n'était plus capable de rien ! Doucement, elle tenta de réveiller Eléa ; dans son esprit, c'était la seule chose à faire. Mais son amie ne bougea pas. Pire, alors que sa tête se ballotait lentement de droite à gauche au rythme imposé par Sam, son visage devint blafard et une quinte de toux la prit dans son sommeil. Une gerbe de sang fut éjectée et se mélangea à la boue.

Le corps de Samantha se glaça alors que celui du rouquin derrière elle retenait un sursaut.

Elle fut incapable de saisir le fond de sa pensée : plus rien, plus de peur, plus d'inquiétude, rien pendant une seconde. Ce fut le vide total en elle, les yeux rivés sur le pourpre sanguin se diluant dans le marron boue.

-HEY ! – La voix de Silver la sortit de sa contemplation morbide, mais les battements de son cœur couvrirent à moitié la phrase du jeune homme - Y-EN A UNE QUI CRACHE DU SANG ! QU'EST-CE QUI SE PASSE ?

Une plainte muette parcourut le groupe d'au-dessus. Yuki fronça les sourcils. Chris et Angie s'entreregardèrent, gênés. Gold écarquilla des yeux. Lucas poussa un cri plus semblable à un gémissement étonné et étouffé. Gabriel se mordit l'index. Daniel blanchit.

-Qu'est ce que... balbutia Lucas, incrédule.

Mais il n'eut pas le temps de décortiquer sa pensée, Daniel se pencha au dessus du gouffre et s'écria :

-Sam, est-ce qu'il y a de la boue en bas aussi ?
-Que... Quoi ? Balbutia la brune qui, elle, ne pouvait plus détourner le regard du liquide vital qu'avait craché son amie.
-Réponds à ma question ! Est-ce qu'il y a de la boue en bas ? Lança plus fort Daniel, ses pupilles brillantes de détermination.
-Oui ! Oui, il y en a beaucoup, beaucoup plus qu'en haut ! Répondit Silver à la place de la gamine.
-Bien, je vous rejoins alors ! Trouvez un trou d'eau et restez-y, je vous y retrouve !
-Comment ça ? Bafouillèrent les autres.

Ce ne fut pas Daniel qui répondit, mais son frère :

-Quoi ? Vous n'avez toujours pas compris ? Pour qu'un tunnel de cette envergure soit aussi humide, il faut absolument qu'un énorme réseau de rivières souterraines le parcoure, de plus l'eau va toujours vers le bas, donc si nous on trouve un bras, il y a de fortes chances pour que cela nous mène au niveau inférieur.

Lucas se leva d'un bond et secoua la tête :

-On vous retrouve, je viens avec toi !

Gold reprit la même phrase, mais Danny fit un signe de négation.

-Hors de question, tu n'as pas de pokémon eau, Lucas. De plus, on ne sait pas combien de temps il va falloir garder sa respiration, ton record est de 20 secondes la tête immergée, il me semble, alors que moi je suis capable de tenir une minute.
-Mais tu as toujours un appareil de plongée portatif dans ton sac pour moi en double !

Ce fut encore une fois Gabriel qui expliqua les raisons de son frère :

-Le courant dans ce genre de souterrain est toujours extrêmement fort, il est dangereux pour un plongeur inexpérimenté de se lancer là-dedans.

Cette explication refroidit immédiatement Lucas et Gold - lui aussi n'était pas un pro de la plongée, apparemment. Mais l'excuse insupporta le dresseur de Noctali et Mentali.

-Alors il faut qu'un adulte parte avec toi ! Au moins ! Sinon c'est aussi dangereux !

Il fit volte face vers Mr.Yuki. Celui-ci secoua les bras, gêné :

-Ah non ! Moi je ne sais vraiment pas bien nager ! Staross est d'ailleurs devenu mon pokémon en me sauvant de la noyade !

Pas plus découragé pour autant, Lucas se tourna vers Angie et Chris ; ceux-ci se jetèrent un sourire gêné avant d'avouer qu'eux, ne savaient pas nager tout court.

Daniel sourit mélancoliquement, rassuré de voir son ami essayer de lui éviter ce genre d'aventures, et il se gratta la joue et déclara de sa voix calme habituelle :

-C'est gentil, Lucas, mais je suis le seul en mesure de le faire. En plus, je suis tout petit, ce qui m'évitera de me retrouver coincé sous l'eau. Et puis, je serai plus rassuré de savoir que tu protèges Gabriel pendant mon absence.

Les deux concernés se menacèrent du regard, pas du tout ravis de devoir se supporter l'un l'autre.

La voix de Silver, au fond du gouffre, leur parvint à nouveau, leur annonçant qu'il acceptait le plan. Il fut décidé de brancher les pokématos et les pokémontres pour garder un contact omniprésent. Le groupe du dessus se mit en marche, en courant.

Le rouquin prit Eléanore sur son dos, toujours inconsciente, et tenta vainement de convaincre Sam qu'il ne lui ferait aucun mal et qu'il ne l'enlevait pas. La brune, toute tremblante et gelée jusqu'aux os, hocha la tête silencieusement, inquiète.

Elle n'arrivait toujours pas à décoller ses yeux de la tâche sanglante, comme si elle l'hypnotisait.

Silver soupira, exaspéré, quand il vit qu'elle ne le suivait pas, les genoux flageolants. Il revint sur ses pas et posa une de ses mains sur ses épaules. Il aurait bien aimé dire quelque chose de rassurant, de compréhensif, mais son cerveau devait avoir une connexion mal faite dans la région qui servait dans ce but. Il lança simplement froidement :

-Ramasse tes affaires et sort un pokémon pour nous éclairer, on n'a pas le temps de s'émouvoir si tu veux aider ton amie.

La jeune fille sursauta, et il put vérifier à quel point elle était blême, son sourire faible et incertain. A nouveau, l'étrange impression s'imposa à nouveau à son esprit jusqu'à lui en couper les moyens. Il ramena vivement sa main derrière son dos, rouge. L'adolescente se baissa et prit ses affaires éparpillées, ainsi que le sac d'Eléanore.

Intimidée, elle passa la main au dessus de la trace sanguine, elle ferma les yeux jusqu'à s'en fendre les paupières et reprit sa plume argentée tâchée.

Elle se releva, sortit Torch, Pilou, Ash et Galifeu et leur expliqua brièvement la situation avant de se mettre en marche à son tour.Les pokémons feu et la souris électrique éclairaient le chemin devant eux - sauf Ash qui marchait tout près de Silver et donc de sa dresseuse, inquiet.

Les ombres effrayantes se peignaient sur les parois de la grotte, donnant l'impression que des monstres épiaient chacun de leurs mouvements, prêts à les dévorer dès le premier moment de faiblesse. Mais ce n'était pas vraiment cela qui donnait des frissons à Sam. Non, ce qui donnait à cette atmosphère un curieux mélange suffocant et glacial, une ambiance oppressante, c'était le souvenir insoutenable de son amie crachant son sang.

Eléanore lui avait toujours parue si forte, si pleine de vie... Mais aujourd'hui, elle se rendait compte d'une chose - ou plutôt elle redécouvrait tous ces petits instants de malaises de sa part : elle avait encore une fois rêvé, idéalisé quelqu'un. Son amie était peut-être forte mentalement, mais pas son anatomie. Elle le remarquait, à présent : son état physique était bien plus faible que la normale.

Qu'est-ce que cela cachait ?

Elle remit la plume dans ses cheveux et, inconsciemment, elle s'accrocha à la veste de Silver pour y trouver un peu de soutien.L'adolescent se tourna vers elle, surpris. Son regard se posa sur la plume argentée et son visage se figea. Il ne l'avait encore jamais vu aussi proche de lui aussi longtemps.

Le fantôme qui se cachait derrière la jeune fille venait d'apparaître à nouveau, plus net qu'auparavant. Puis, il disparut, totalement absorbé par l'ornement dans la chevelure soyeuse de la gamine.

Il écarquilla les yeux, sans voix, une exclamation muette hurla en lui, pourtant :
« où a-t-elle trouvé ça ? »

Brusquement, Samantha releva la tête ; gênée par le regard indiscret que l'adolescent lui portait, elle fronça les sourcils. Heureusement, comme à chaque fois qu'elle se sentait mal à l'aise, Sam retrouva du poil de la bête et lança, hargneuse :

-Dis donc, tu vas arrêter de me fixer comme ça ? Tu vas gober une mouche, regarde plutôt devant toi !

Silver, sur le coup de la surprise, sursauta et faillit glisser dans la boue ; aussi, il se mit à fixer ses pieds, les joues aussi rouges que ses cheveux. Cependant il regardait du coin de l'œil cette jeune fille mystérieuse et sa plume. Celle-ci avait troqué son expression furieuse pour en prendre une plus douce et rassurante ; elle tenait le dos de Eléa pour l'empêcher de tomber de Silver, et murmurait à mi ton au salamèche : « Ne t'en fais pas, elle va aller mieux.... » Pourtant, ses traits trahissaient cette même inquiétude que celle du pokémon.
Il devait dire quelque chose, cette ambiance niaise lui donnait encore plus mal au crâne - et dieu savait combien il pouvait se montrer antipathique dans ces moments-là - il n'avait aucune envie de faire mauvaise impression devant cette fille... Par où pouvait-il commencer ? Surement pas par lui expliquer qu'il l'avait suivi depuis au moins deux semaines... Tout doucement, une évidence lui vint à l'esprit, un mince sourire orna ses lèvres et il déclara timidement :

-Au fait... Nous ne nous sommes pas présentés... Je suis Silver, j'ai dix-sept ans.
Samantha se redressa, puis, intimidée par le rictus de son interlocuteur - et en se rendant compte que ce qu'il disait était vrai - elle balbutia une réponse :

-Heu... Oui, effectivement... Excuse-moi alors. Je m'appelle Samantha Joëlle, j'ai quatorze ans... Et la fille que tu portes se nomme Eléa, elle a bientôt treize ans.

Un silence tendu s'installa entre les deux protagonistes. Silver estimait avoir fait sa part des choses et avait vidé tous ses sujets de conversation, tandis que Sam, elle, honteuse de son impolitesse, ne trouvait pas ses mots.

Finalement, au bout de plusieurs minutes où le chemin toujours identique coulait sous leurs pas, Samantha releva la tête et fit doucement :

-Puisque de toute évidence, on en a pour un bout de temps... Autant faire connaissance...

Mais Silver fixait de nouveau la plume dans ses cheveux, loin, loin d'elle.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Un peu plus haut, le groupe suivait Gabriel et Daniel silencieusement. Le jeune gamin tenait son portable, où on pouvait voir un simili de radar. Son frère, lui, tâtait les murs, l'air sérieux. Ils semblaient parfaitement se repérer.

Lucas grommelait dans un coin, la tête basse, inquiet, blessé, légèrement jaloux de voir son ancien ami d'enfance changer à ce point. Même s'il appréciait le changement, il préférait le temps où c'était lui qui le protégeait, lui le plus grand qui donnait conseils et ordres...

Mr.Yuki, derrière lui, fit la remarque que le petit Daniel s'en sortait plutôt bien - et, il devait l'avouer, c'était vrai.

Il devait se faire une raison, son ami grandissait.

Cette constatation lui serrait le cœur.

Il dévia le regard, et ralentit l'allure pour joindre le groupe de fond, Gold, Chris et Angie : il voulait voir ce que faisait Samantha... Mais à mi parcours, il abandonna l'idée.Non, il n'avait envie de rien finalement, juste d'attendre que ce mauvais moment passe, que ce vague à l'âme s'en aille. Pour lui-même, il murmura : « ça ira mieux tout à l'heure... »
Du moins il l'espérait. Cela devait être l'ambiance lourde de la grotte qui le rendait comme ça.

Le gamin à la casquette fixait les nouvelles sur sa pokémontre, mais il n'y avait rien à signaler, Silver continuait de fixer cette fille toutes les trois secondes. On aurait put croire qu'il allait la dévorer. Il détestait ça - à chaque fois que son coéquipier prenait ce genre d'expression - il détestait ça, parce qu'il ne savait plus à quoi il pensait et qu'il était furieux sans raison.

Il remarqua que les deux en bas faisaient connaissance, rapidement, mais connaissance quand même, gentiment, par-ci par-là et on dit quels pokémons on a, ce qu'on fait ici, le rêve. Même si Silver restait évasif, cela faisait enrager Gold. Et puis quoi encore, c'était pour quand, la demande en mariage ? RAH !

-Vous avez l'air sur les nerfs monsieur... Balbutia la femme qui avait accompagné Silver - Angie ou un nom similaire, s'il se souvenait bien.

Gold pila net :

-N'importe quoi ! Souffla-t-il. Et ne m'appelez pas monsieur, on dirait que je suis plus vieux que vous !

Puis, se souvenant qu'il n'avait pas fait les présentations lui aussi, il s'empressa de se nommer auprès des deux voleurs, qui firent de même.

-Oui, on avait entendu parler de vous de la part de Silver. Il ne parle pas beaucoup, mais en général c'est toujours sur vous ou pour nous donner des ordres.

L'intérêt de Gold fut piqué au vif. Comment, le rouquin parlait de lui ? Voilà qui était étonnant, il n'était jamais très convivial avec lui, pourtant... Il ne voulait cependant pas paraître comme une personne avide d'informations, aussi décida-t-il de tenter de garder son calme et de reprendre sur un thème quelconque pour glaner des indices.

Avec un peu de chance, il apprendrait qu'en vérité, Silver respectait ses qualités de combattant !

Ouais, fallait pas trop rêver non plus...

-Ah oui ? Moi aussi j'ai entendu parler de vous... Les ex-voleurs Angie et Chris...

Il omit de donner les qualificatifs qu'avait donnés son coéquipier pour les décrire.
Une vague d'incompréhension passa devant lui, puis se disant que c'était sûrement la seule opportunité qu'il aurait dans sa vie, il se lança directement :

-Pourquoi êtes-vous devenus voleurs ?

Cette question, à mesure qu'il jouait les justiciers, l'avait toujours obsédée. Comment certaines personnes pouvaient-elles choisir cette voie, alors même qu'ils la savait mauvaise ? Surtout que les personnages devant lui ne semblaient pas être des monstres assoiffés de sang, mais des êtres comme tout le monde, voire juste un peu plus bizarres que la moyenne. Mais surement pas des créatures adorant torturer hommes et pokémons.

Le visage d'Angèle s'assombrit, puis elle tenta vainement de sourire.

-Ne croyez pas que nous avons une histoire gnangnan à faire pleurer un Ramoloss, ce n'est pas du tout le cas. A vrai dire, nous n'avons pas vraiment de raison... Moi, j'ai juste suivi Christopher

Elle lança un regard noir en direction du concerné.

-Dans ce cas, pourquoi lui est-il devenu voleur ? Insista Gold.
-Je...

Angèle baissa les yeux, cherchant par où commencer.

-... Nous n'avons grandi ni dans la misère ni dans la richesse, à vrai dire. Assez fortunés pour que nos parents respectifs puissent envoyer leurs aînés à l'école, pas assez pour ne pas connaître la faim. Les parents de Chris se sont acharnés à leurs travaux pour qu'il puisse faire des études prestigieuses au détriment de son frère et de sa sœur. Dans notre cité, beaucoup de sbires de diverses organisations et sectes promettent ciel et terre aux enfants dans ce genre de situation. Chris a toujours été naïf et la gloire rapide promise a dû lui plaire, je ne vois que ça... Il voulait probablement être rapidement digne des efforts qu'avaient fournis ses parents... Je savais bien que c'était une bêtise, heureusement que je l'ai suivi sinon il serait déjà mort !

Elle eut un rire jaune. Gold avala sa salive. Ils étaient partout, ces foutus recruteurs, toujours là, prêt à embobiner les plus faibles, les plus démunis sans aucun scrupule. S'ils voulaient vraiment se débarrasser d'une team, il fallait d'abord les éliminer, eux, aussi nombreux et dispersés qu'ils étaient. Brusquement, Angie se pencha vers lui et lui enleva sa casquette pour attirer son attention.

-Et vous ? Vous semblez bien proche de Mr.Silver - en tout cas assez pour être jaloux - comment vous êtes-vous connus ?

Gold vira au pourpre et reprit son couvre-chef - pas assez vite, car Angèle discerna rapidement un objet qui était cousu à l'intérieur, bien protégé, une sorte de chose aux couleurs de l'arc-en-ciel. La voix de Gold l'empêcha de pousser plus loin sa réflexion.

-C'est... C'est une longue histoire ! Pas le temps de l'expliquer. Marmonna-t-il dans sa barbe. Puis, c'est pas vrai, c'est qu'un idiot puéril et égoïste, je me fiche totalement de lui, c'est juste mon coéquipier voilà tout !

Angèle n'eut pas le temps de repartir à l'attaque : le gamin de devant venait de trouver un point d'eau. Elle décida de laisser la partie de côté ; après tout, cela n'avait pas d'importance, et puis Silver semblait déjà fou amoureux de la gamine aux cheveux noirs aux reflets bleus.Elle se dépêcha d'attraper Chris par le bras et de l'entraîner jusqu'au groupe de tête.

Les parois se distançaient au fur et à mesure qu'ils avançaient. Bientôt, ils débouchèrent sur une grande cavité souterraine, ressemblant à un immense dôme. Un courant d'air provenait d'au-dessus de leurs têtes, un trou laissait entrevoir le ciel entre les diverses racines d'arbres entrelacées. Un pâle rayon solaire vint se poser sur une cascade. Elle tombait d'une rivière située à l'extérieur - probablement d'un lac, quarante ou cinquante mètres plus haut. Daniel fit remarquer que ladite eau provenait probablement d'un glacier se situant encore plus haut. Le grondement sourd et sinistre du liquide s'écrasant au sol n'avait rien de rassurant, cela ressemblait plus à une machine à tuer qui s'apprêtait à engloutir le gamin. Si les circonstances avaient été autres, peut-être les visiteurs auraient pu trouver la scène enchanteresse, mais malheureusement, la vision des hommes dépendait trop de leur état d'esprit.

Or, en cet instant, tous ne songeait qu'à une seule chose : comment un si petit être pouvait-il défier une telle force ? Nul doute qu'il allait être réduit en poussière.

Lucas ne put s'empêcher de frissonner.

Daniel longea la rivière souterraine. Un peu plus loin dans la pièce naturelle, elle disparaissait sous la paroi. Le jeune garçon fit signe aux autres de venir, et ils obéirent. Son jeune frère vint installer son ordinateur, à l'abri sur une housse imperméable ; il trafiqua la batterie de son portable pour qu'elle tienne, vérifia deux trois données à l'écran et lança :

-C'est bien par là, elle continue en dessous et descend profondément.

Il fut surpris de constater un tressautement dans son timbre habituellement impassible.
Yuki s'approcha et redemanda au garçon s'il était sûr de vouloir faire ça. Ils échangèrent un regard étrange, comme s'ils partageaient un même secret, un secret qui les poussait à se comporter ainsi.

Lucas ne put s'empêcher de baisser la tête.

Auparavant, c'était lui qui savait tout de son ami ; il avait dû louper quelque chose d'important. A force de trop faire attention à Samantha, il avait dû louper quelques épisodes... Lesquels ? Qu'est-ce qui justifiait qu'il risquât sa vie au lieu d'appeler bêtement les secours ? Il serra inconsciemment le médaillon à son cou.

Evidemment, Lucas ignorait que demander de l'aide aux services spécialisés revenait à livrer Eléanore à la police, et que Daniel comme Yuki l'avaient compris depuis longtemps. Ils étaient livrés à eux-mêmes, incapable de compter sur autre chose qu'eux-mêmes. Cette idée avait un côté attrayant et effrayant à la fois. Que cela tourne bien ou mal, tout serait de leur faute.

Daniel enleva son sac de son dos, ainsi que tout ce qu'il portait de lourd ou de sensible à l'humidité. Pendant qu'il cherchait dans son sac une boîte plastifiée faite pour ce genre d'occasion et son appareil de plongée, il demanda à Gold :

-Est-ce qu'ils ont trouvé un point d'eau, de leur côté ?

Le jeune garçon transmit la question à son partenaire, l'interrompant alors qu'il souriait à une remarque de Sam. Le rouquin se renfrogna, puis il déclara passivement qu'il entendait vaguement le bruit familier d'une rivière et qu'ils se dirigeaient vers elle immédiatement.

Gold ne put s'empêcher d'être content d'avoir mis fin à ce petit jeu. Pour une raison qu'il ignorait, cette gamine lui sortait par les trous de nez.

Ladite fille passa un coup d'œil vers lui et il put la voir distinctement pour la première fois. Sa poitrine le fit souffrir. Elle était magnifique. Un détail pourtant retint son attention : « qu'est ce qu'elle a dans les cheveux ? ».

Un choc sec le fit revenir sur terre, ou plutôt sous terre : Daniel venait de nouveau de délaisser son bagage immense, qui s'était effondré à terre.

Yuki lui passa son portable pour qu'il puisse garder le contact avec eux, l'adolescent enregistra le numéro de son frère et celui de la néo pokémontre de Gold, avant de le ranger dans la boîte insensible à l'eau.

Il s'arrêta un instant et poussa un soupir. A cet instant, Gabriel, qui grimaçait depuis plusieurs minutes, décida enfin d'abandonner son matériel pour s'avancer vers son aîné.
Il tendit la main et ordonna sur un ton ne supportant aucune réplique :

-Donne-moi ton pokédex. - Puis il se tourna vers les autres et continua - Vous, passez-moi toutes vos pokéballs de libre !

Le jeune garçon passa l'appareil haute technique à son cadet, celui-ci ouvrit le boîtier et, d'un coup sec mais précis, il arracha un fil ; l'objet émit un grésillement et s'éteignit.

-Qu'est-ce que tu fais ? S'étonnèrent Yuki et Lucas, tandis que les autres observaient, ébahis.
-Je lui sauve la vie ! Répliqua le brun. On ne sait pas ce qui t'attend derrière, je veux que tu puisses capturer le premier pokémon que tu croises si ça peut te sortir d'une situation compliquée, et un pokédex, c'est une entrave. Ne t'en fais pas, je te le réparerai plus tard. En attendant, prends les pokéballs libres et tiens-les à portée.

Daniel ne sut pas quoi répliquer et se gratta la joue, rouge. Il prit les objets et les compta ; il y en avait au moins une trentaine, avec ça il était paré. C'était vrai que dans certaines situations, mieux valait être prêt à attraper les pokémons sur le terrain, car eux survivaient dans ce genre de région, ils savaient où passer, où s'abriter, comment survivre. Il balbutia un merci à tout le monde. Yuki lui promit que même s'il ne savait pas très bien nager, au moindre problème, il arriverait avec Staross. Lucas s'approcha de lui, il avait l'air déprimé quand il lui tendit ses cinq pokéballs vides. Daniel le regarda dans les yeux. Quelque chose n'allait pas.

-Fa... Tu fais gaffe, hein ? Balbutia son meilleur ami, sans oser ajouter plus.

Quelque chose allait vraiment mal : il ne lui disait même pas de ramener Sam saine et sauve.
Instinctivement, il arracha son médaillon - le jumeau de celui que Lucas arborait, une espèce de breloque en argent. Ce petit bout avait pourtant beaucoup de valeur à leurs yeux : ils l'avait volé à Marion, la cousine de Lucas, pour lui faire une farce.

Rapidement, Daniel fit l'échange : contre les pokéballs, il déposa dans la paume de son camarade le trésor, et lança mollement :

-Bien sûr, que je fais gaffe. D'ailleurs, en plus de veiller sur mon frère, tu surveilles ça, je veux pas le perdre dans le courant !

La bouche de Lucas se tordit, il se mordit une lèvre pour retenir une grimace et ses yeux brillèrent de larmes contenues. Il hocha la tête et serra le médaillon pour confirmer. Le grand dadet attrapa Gabriel par les épaules mais le petit jeta un dernier commentaire à son frère avant que celui-ci ne plonge :

-Hey, m'oblige pas à changer de nom ! Je refuse de porter le même qu'un idiot mort dans une rivière souterraine !

Pourtant, il était dans le même état que Lucas. Daniel se retourna, sourit, et déclara, ironique :

-Moi aussi, je t'adore, petit frère !

Puis il rejoignit son Ramoloss, son Gobou et son Carapuce dans l'eau. Bientôt, sa chevelure hirsute disparut, engloutie sous une vague.

Gabriel essuya une larme qui avait échappé à son contrôle ; il fixait une aura bleutée indiquant que le Ramoloss de son frère venait d'entamer un Choc Mental pour ralentir le courant, et murmura dans un souffle :

-J'ai jamais dit ça, idiot.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

Le tunnel que suivaient Samantha et Silver déboucha enfin sur quelque chose. Ils avaient renoncé à parler pour trottiner, et le rouquin fut soulagé d'être enfin arrivé - pas qu'il était fatigué, mais tout de même, la gamine qu'il portait lui faisait mal au dos.

La cavité naturelle dans laquelle ils entrèrent n'avait rien de naturel, là était tout le problème.Un long escalier taillé dans la pierre descendait en contrebas, et des fils reliés à des ampoules accrochées aux parois éclairaient le chemin. Du bruit provenait du sous-sol, très peu rassurant. Comme des cris de souffrance, et ce n'était sûrement pas le vent s'engouffrant là qui devait en être à l'origine.

Brusquement, Eléanore eut un soubresaut, elle faillit tomber en arrière et vomit tout son long. Silver se retint de la lâcher sur le coup ; heureusement, même inconsciente, la gamine fut assez polie pour vider son estomac au sol et pas sur sa veste.

Le cri de Samantha l'alerta, il n'osa pas regarder mais la petite devait encore se vider de son sang.

Il chercha la rivière du regard et il la trouva, là, camouflée derrière un renfoncement dans le plancher, une sorte de cachette qui pouvait les dissimuler facilement. Il se pressa et y déposa la jeune fille, aidé par Samantha.

Les pokémons venaient apporter du soutien, mais à chacun des mugissements, ils se recroquevillaient sur eux-mêmes, tremblotant comme des feuilles - Ash, particulièrement, se réfugia dans les bras de sa dresseuse.

Le mouvement de son starter eut plus d'effet que tous les efforts de Sam. Eléa battit des paupières en émettant un faible gémissement. Elle laissa apparaître ses yeux verts voilés par la fièvre et le délire.

-Ash... Sam ? Balbutia-t-elle, mais sa voix semblait pâteuse et fut presque inaudible.

Samantha porta sa main à sa bouche et ne cacha même pas ses larmes. Ses prunelles étincelaient étrangement, encore remplies d'inquiétude et en même temps reluisant d'espoir. Elle porta sa main sur l'épaule de son amie et lui donna à boire, en lui soufflant doucement qu'elle avait eu peur. Eléanore ne semblait même pas voir la présence des autres, surtout de lui. Elle perdit vite même tout contact avec Samantha et se recroquevilla vers son starter, à peine consciente de ce qui l'entourait.

Le rouquin analysa à quel point elle était blême : elle transpirait à grosses gouttes, sa respiration était rauque et difficile. Un nouveau gémissement s'éleva d'outre-tombe, et elle vomit à nouveau du sang, mais elle ne sembla même pas s'en rendre compte.

Silver comprit alors qu'il ne savait pas du tout quoi faire - rien. Il n'avait jamais dû faire face à ce genre de regard aveuglé par la maladie. Et cette constatation lui montrait à quel point il était impuissant. Il détestait ça.

Sa nouvelle liberté se voyait bizarrement limitée, à présent ; le pire, c'est que ces barrières dépendaient entièrement de sa propre incompétence.

Samantha tenait la main de Eléa et tentait vainement de la ramener à la raison, mais celle-ci se parlait à elle-même, ou à Ash, elle ne l'entendait plus. La fille de Joëlle parvenait à saisir quelques phrases, mais elles n'avaient aucun sens :

« Ne t'en fais pas Ash, ils ne t'attraperont pas, je suis là. – Miyu arrête de m'embêter, je n'ai plus cinq ans. – C'était donc ça ? – Comment est-ce possible ? - Je n'y arrive pas... »

Brusquement, un bruit de pas les fit sursauter. Instinctivement, Silver plaqua Sam au sol et fit taire Eléanore. Deux silhouettes les surplombèrent sans les remarquer - bien à l'abri derrière le rocher, ils pouvaient voir et entendre clairement.

Les pupilles de Silver se rétractèrent, luisant dans la pénombre de leur reflet bleu argenté.

Il reconnaissait cet uniforme pour l'avoir porté beaucoup trop longtemps : celui de la Team Rocket. Deux sbires faisaient la conversation, une cigarette à leurs bouches, probablement la raison de leur sortie.

Silver resserra sa prise autour des épaules de Samantha et tendit l'oreille.

-Alors, on a des nouvelles de notre prototype volé ? Demanda le premier.
-Non, il parait qu'on n'a toujours pas retrouvé notre Salamèche. Répondit le plus petit des deux après avoir inspiré une grande bouffée de fumée.

Ash camoufla presque toute sa tête dans les bras de sa dresseuse, laquelle, même perdue dans les méandres de la fièvre, forma de ses bras une sorte d'abri pour son starter. Silver en déduisit facilement que ledit pokémon devait être celui-là, et visiblement il gardait un très mauvais souvenir de son passage ici.

-Enfin, ça n'a pas d'importance. Le seul véritable problème, c'est que la formule pour transformer le spécimen en shiney reste inscrite dans ses gènes, il ne faut pas qu'il tombe dans les mains des autres teams voilà tout.
-Ouais, l'important c'est d'avoir réussi à stabiliser la formule, maintenant on peut en créér d'autres plus utiles et rares.
-Moui... Allez, dépêchons-nous de rentrer, je dois m'occuper du Riolu : il supporte mal le processus final et on a déjà assez traîné, la pause est terminée.

Il partit en jetant sa cigarette au sol et en l'écrasant d'un geste du talon désinvolte, son camarade lui emboita le pas et ils disparurent derrière une porte blindée.

Silver se redressa, et un frisson lui parcourut l'échine, Samantha l'imita, ayant la chair de poule. Elle était couverte de boue mais sur le coup, elle s'en fichait comme de l'an quarante.
Silver porta sa pokémontre à ses lèvres et brisa le silence angoissant qui venait de s'abattre sur eux :

-Gold, tu as entendu ?

La voix de son coéquipier, vibrante, se répercuta dans tous les coins de son esprit :

-Ouais, on a tous entendu...

Ils décrochèrent, ils avaient un problème. Il fit volte face vers Samantha, et là, il s'arrêta, tétanisé.La jeune fille essuya un de ses yeux, où de la boue s'était infiltrée. Le fantôme revint et se superposa trait pour trait avec elle. Et là, Silver se souvint.

Ils avaient un gros problème.