Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Destins liés ~Crépuscule~ de fan-à-tics



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : fan-à-tics - Voir le profil
» Créé le 01/11/2008 à 14:40
» Dernière mise à jour le 18/02/2012 à 20:51

» Mots-clés :   Présence de personnages de l'animé   Présence de poké-humains   Présence de shippings

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Episode 12 : Une bande d'égoïstes ?
–Épisode 12-


Retrouvons notre groupe d'apprentis dresseurs de pokémons. Après bien des efforts, ils relevèrent le défi d'Argenta un à un, et seule Eléanore ne parvint pas à gagner un badge roche. La jeune fille refusa celui que lui tendait Pierre par charité, criant qu'elle devait remporter un combat pour le mériter, et s'enfuit en courant dans le parc. Samantha, quant à elle, saisit une conversation de son professeur et de l'éleveur, disant qu'elle était la plus faible de sa promotion. Blessée, la jeune fille pleura toute la soirée jusqu'à ce que Mr Yuki vienne lui remonter le moral. Finalement, tout semble s'arranger.

-MINCE, OÙ EST ELEA ?!

Enfin presque...


Le soir commençait à tomber, la plupart des enfants partaient avec leurs mères pour dîner.
Bientôt le parc naturel de la ville devint désert de toute présence.

Sauf d'une.

Eléanore s'accroupit face à ses pokémons et sortit son pokédex, elle l'enclencha et vérifia les niveaux de chacun d'eux avec sérieux. Puis, se disant qu'ils étaient déjà au top, elle le rangea.

Pilou gambadait de nouveau, jouant avec Ash et Happy. Elle semblait beaucoup mieux, cela rassurait Eléanore. Elle avait eut la peur de sa vie en la voyant si faible alors qu'habituellement elle débordait d'énergie.

L'adolescente s'assit au sol et soutint sa tête dans ses mains, se remémorant son match, cherchant sans cesse son erreur, la moindre étape défaillante.

Mais en vain.

Ses pokémons avaient été excellents tout du long ! Ses stratégies inventives et efficaces alors... Alors pourquoi avait-elle perdu ?

Ash s'arrêta dans son jeu et observa sa dresseuse, tourmentée. Il pencha sa tête sur le côté et la rejoignit pour la réconforter. Celle-ci lui caressa le haut du crâne tendrement, appréciant son soutien, mais elle fut rapidement emportée dans ses réflexions.

Peut-être avait-elle mal anticipé le dernier mouvement ? Non, elle savait que Pilou résisterait à l'impact avec Gravalanche, parce que toute la puissance de la rotation se retournerait contre lui et non contre elle...

Elle était tellement concentrée qu'elle ne remarqua pas le Papilusion se poser sur sa tête et lui brandir un morceau de bois. Ce ne fut que quand Pilou lui envoya une décharge qu'elle se rendit enfin compte des efforts de ses amis pour l'aider. Elle attrapa le morceau, le regarda, puis ses pokémon, puis à nouveau la brindille, et n'y croyant pas, elle balbutia :

-Vous voulez vous entraîner ? Vous êtes sûrs ? Vous allez tenir ?

Ash bomba le torse et cracha une petite flamme pour confirmer.
Un sourire se dessina sur le visage de la gamine.

-Très bien ! Mais cette fois on va commencer une autre sorte d'exercice !

Elle se releva d'un bond et, les yeux brillants, elle s'écria :

-Je ne sais pas encore quelle erreur nous avons commis, mais on verra bien !

La jeune fille expliqua son idée d'enchaînement à ses compagnons et demanda d'abord à ce que chacun tente le coup de son côté pour éviter le risque de se blesser.

Ash fit de son mieux pour contrôler la puissance de ses flammes, Happy essayait de manier son attaque Tornade avec plus de précision, et Pilou s'exerçait à la capacité Hâte doublée de Reflet.

Plus loin, Charline, Lalie dans les bras, observait la scène, un regard bienveillant posé sur le groupe.

"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

La nuit finit par tomber complètement sur Argenta. Daniel guettait le hall d'entrée, inquiet, il caressait la tête de son Gobou endormi.

Son badge était déjà au fond de son sac, à moitié écrasé par son piano portatif et la tente. Il n'y prêtait pas vraiment attention, il n'avait jamais voulu devenir champion pokémon, il aimait juste passer du temps avec eux, jouer, les étudier dans leur milieu naturel. L'eau, particulièrement.

Sa mère, en revanche, s'était montrée très fière de lui, ressortant son vieil album photo et racontant encore et encore les mêmes anecdotes à son sujet : la fois où il avait marché jusqu'à la mer perdu dans ses rêves et qu'elle l'avait cru enlevé, la fois où il s'était endormi en s'habillant, la fois où il avait dérapé sur sa peinture et était tombé dans les escaliers pour atterrir direct sur Ramoloss, et toutes les autres, plus ou moins en rapport avec les pokémons.

Il n'était pas resté bien longtemps près de la chambre de Samantha, juste histoire de remonter le moral de Lucas. Cela pouvait paraître égoïste de sa part, mais que la jeune fille soit triste, cela lui était égal contrairement au cas de Lucas.Il avait l'habitude de voir des personnes tristes, et à la longue cela ne lui faisait plus grand-chose, surtout que généralement les gens pleuraient pour un rien. En revanche, quand on cherchait à cacher sa tristesse, là, il savait la plaie profonde et douloureuse.

Comme tout à l'heure ; quand Eléa avait perdu son match, malgré son sourire forcé, il avait bien vu à quel point la déception avait été grande.

Voilà pourquoi il restait sur ce canapé : il voulait être sûr qu'elle rentrerait.

Mais là, il fallait bien l'avouer, il s'embêtait.

Impossible de s'évader dans son monde imaginaire, ses pensées étaient trop tournées vers la gamine perdue ou Lucas. Impossible également d'écrire, de photographier autre chose que la plante verte, et de dessiner... En plus, s'il chantait, il allait attirer du monde et ça il en était hors de question.

Son regard se porta sur la corbeille de journaux sur la table. Ils dataient pour la plupart de la semaine dernière voire plus, mais c'était mieux que rien...

Il en saisit un pas trop vieux et, par habitude, l'ouvrit à la page des annonces.

Il se reprocha immédiatement ce réflexe : il était en voyage initiatique maintenant, plus à la ferme, il n'avait plus besoin de faire des petits boulots après les cours. Danny s'apprêtait à refermer quand un nom attira son attention : Eléanore Sarl.

Son esprit imaginatif fit immédiatement un lien avec Eléa, et le moteur démarré, il put enfin s'évader un instant.

Il songea à cette enfant en fugue, l'affublant du visage de leur amie, parcourant le monde avec ses pokémons, enfin libre comme l'air. Traversant des paysages plus enchanteurs les uns que les autres, jusqu'à ce qu'une toux violente l'emporte.

Hum... Ce n'était pas vraiment joyeux, ce qu'il venait de pondre...

Soudain, un souvenir le frappa. Frénétiquement, il sortit son appareil photo et son carnet de croquis.Il le feuilleta rapidement, toutes les pages –ou presque- montraient Eléa jouant avec ses pokémons, s'entraînant, s'émerveillant... Mais aussi une enfant toussant, prenant en cachette, dans un coin de la feuille, à l'abri du regard des autres, deux trois pastilles...
Le sang de Daniel se glaça, il analysa ses photographies une à une dans le menu, et eu le même constat.

L'horloge sonna : l'heure du dîner approchait, les dresseurs affluèrent dans le hall pour se précipiter vers la salle à manger. Bientôt le centre allait fermer ses portes...Et Eléa qui ne revenait pas !

Samantha, dans sa chambre, avait du s'inquiéter elle aussi, car elle apparut, le sac de Eléanore dans les bras, la cherchant des yeux dans la foule, Lucas et Yuki à ses trousses. Daniel les rejoignit.

-Eléa n'est toujours pas revenue ! Qu'est-ce qu'elle fait, cette idiote ?! S'énerva l'adolescente en enlevant ses dernières traces de larmes sur ses joues rouges.
-Elle doit être en train de s'entraîner...Lança Lucas.
-Non ! Elle ne doit surtout pas faire ça, l'état de Pilou est grave, elle s'est pris beaucoup trop de spores, elle aurait du venir la soigner tout de suite ! Je vais le lui enfoncer dans le crâne à coup de poing !
-Je viens avec toi.

L'assemblée se tourna vers le petit brun au Gobou.

-Je m'inquiète pour elle également, et on la trouvera plus vite à deux. Expliqua-t-il.
-Hein ? Et moi et Mr Yuki ? Vous nous excluez ? S'étonna son meilleur ami.
-Non, mais il faut que quelqu'un reste là au cas où elle reviendrait pendant notre absence, et Mr Yuki est la seule grande personne responsable dans le groupe, il pourra convaincre ma tante de retarder un peu la fermeture du centre !
-Elle a raison, ne t'en fais pas Lucas, on reviendra vite !
-Ouais, j'y compte bien, et ne te perds pas cette fois ! Plaisanta le garçon, légèrement frustré.

Les deux adolescents se retournèrent d'un même mouvement, et sortirent du centre. Samantha était sur les nerfs, peu remise de son chagrin de l'après-midi, elle râlait méchamment contre un peu près n'importe quoi.

Aussi, quand un jeune homme aux cheveux châtains d'une vingtaine d'années arriva près d'eux en leur montrant une photo elle l'envoya balader rudement avec un « vous voyez pas qu'on a mieux à faire que de chercher votre copine ?! »

Elle avait tort en quelque sorte, car cet homme, c'était Régis, et la photo montrait Eléanore lors de son sixième anniversaire.

"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

-Bravo Happy ! Pilou ! Ash ! Vous êtes supers !

La gamine tendit les bras au ciel et rattrapa sa Pikachu au vol, elle la caressa pour la féliciter tandis que son starter et son Papilusion venaient réclamer leurs lots de félicitations à leur tour.

Elle n'avait pas plus avancé dans ses recherches mais maintenant elle était détendue, et c'était là tout ce que ses amis désiraient.

Alors que l'heure était aux cajoleries, Eléanore perçut distinctement le son de d'applaudissements.

Elle releva la tête et vit la championne d'arène extrême Charline, sa fille assoupie dans les bras, claquer des mains. Elle se redressa, étonnée d'avoir de la compagnie dans ce parc désert.

-Très bel enchaînement...Constata-t-elle. –Comment tout cela te vient-il à l'esprit ?

Eléanore se sentit gênée, non pas par le compliment : elle aimait bien recevoir des compliments, surtout quand ceux-ci étaient fondés ! Mais plutôt par la question, elle n'y avait jamais songé. Pour elle, tout coulait de source, comme si elle se trouvait constamment devant un puzzle qu'elle connaissait par cœur.

-Je... Je ne sais pas trop, ça me vient tout seul...-Puis, comme sa réponse ne la satisfaisait pas, elle tenta de la remplir en arguments, mais tout ce qui sortit de sa bouche n'était que bégayements, morceaux incomplets de sa pensée, bref rien de bien compréhensible même pour elle.

Charline sourit gentiment, elle savait combien il était dur de formuler ce qu'on avait en tête, vu qu'elle était une timide. Aussi, elle décida de changer de sujet.

-Si tu as commencé un nouvel entraînement cela signifie que tu as compris ton erreur, non ?

Le regard de Eléanore se rembrunit.

-C'est-à-dire que... Non, pas vraiment...Balbutia-t-elle, déçue.

La championne extrême haussa un sourcil.

Un silence tendu s'installa.

-Parfois, la chose la plus dure à réaliser, et la meilleure, sont les mêmes. Lança-t-elle simplement.

Eléanore leva la tête, avec une grimace, se demandant l'espace d'un instant si son interlocutrice n'était pas folle. Celle-ci lui renvoya un regard lourd de sens. Elle venait de lui donner un indice, le fil d'Ariane de son labyrinthe.Cependant, Eléanore n'aimait pas vraiment les devinettes et elle ne trouvait pas que cela soit le moment idéal pour en faire.

-Tu ne comprends pas ? S'inquiéta Charline.
-Pas vraiment... Répondit Eléa honteuse.
-C'est pourtant simple.

La championne s'accroupit et caressa la tête de Pilou avec tendresse, contente de la voir rétablie si vite.

-Quand on est à la croisée d'un chemin, la plupart du temps on se demande « lequel dois-je prendre ? Est-ce le bon ? Lequel sera le meilleur pour moi ? », Mais à peine une poignée d'entre eux comprennent que ce n'est pas toujours celui qui semble simple et plaisant, le meilleur pour eux. Parfois, le chemin est dur et douloureux, parfois il faut tout remettre en cause, même ce qui est le plus fondamental pour nous pour parvenir à la vérité.

Plus elle parlait, plus elle repensait à son mariage, à sa vie, et s'en rendant soudain compte, elle rougit brutalement et bafouilla, confuse, un « je ne suis pas sûre de bien me faire comprendre, là... »

Mais Eléa comprenait.

Parce qu'il ne fallait pas croire qu'elle était partie de chez elle sur un coup de tête. Elle y avait longuement réfléchi, elle avait tout préparé avec la plus grande minutie, sa dispute avec sa mère n'avait fait qu'accélérer le processus. Avant, elle était restée longtemps indécise. Car après tout, ce qu'elle quittait, c'était sa famille, tout son cadre de vie, son petit train-train quotidien. Le nombre de fois où elle s'était dit que cela pouvait lui convenir, qu'elle n'allait pas partir, parce que cela ferait de la peine à ses parents, ou simplement parce que ce serait peut être la dernière fois qu'elle les verrait...Néanmoins, malgré toutes les raisons qui la retenaient chez elle, à attendre la fin, l'amour qu'on lui porterait à jamais, elle était tout de même partie.Tout simplement parce qu'elle voulait vivre, elle voulait atteindre ce bonheur qu'elle imaginait depuis longtemps...

Et elle ne regrettait pas ce geste un seul instant.

Alors, son erreur... Serait difficile à avaler ?

Elle réfléchit quelques secondes à ce qu'elle songeait pour acquis, et indubitable.

Ce n'était pas ses pokémons, elle en était sûre et certaine.
Dans ce cas, il ne restait plus... Qu'elle ?
Non, elle avait été concentrée tout du long, elle avait fait de son mieux elle aussi, mais alors, sa tactique ?

Eléanore sentit son estomac se tordre.

Oui, cela devait être ça.

-Mes enchaînements ?

Sa voix habituellement si fière et certaine, ressemblait à un gémissement plaintif d'un enfant battu par ses parents. Elle n'osait pas y penser.

-Exactement. Répondit Charline.

La dresseuse sursauta. Elle n'arrivait pas à y croire. La championne extrême dû décider que c'en était assez, et elle sourit.

-Comprends-tu maintenant ?
-Oui...Murmura la gamine, la tête basse.
-Quelle était ton erreur alors ?

Eléa ferma les yeux et se remémora le combat, la gorge serrée.

-J'ai... J'ai tenté plusieurs tactiques, qui n'étaient pas sûres, que je n'avais pas assez pratiquées... Conclut-elle.

Oui, la Tornade de Happy pour bloquer Gravalanche, son Choc mental, le magnétisme de Pilou... Bien sûr, elle s'était entraînée avec eux, mais pour garder la surprise aux autres, elle n'avait jamais fait d'autres matches pour mettre la théorie en pratique.

Elle avait été vraiment bête sur ce coup-là.

-Ne t'en fais pas pour ça.

Eléanore releva la tête, Charline lui frotta le haut du crâne pour la rassurer. Eléa fit une moue, dépitée d'être consolée ainsi. Habituellement, seul Régis faisait cela.
Régis....

-Maintenant que tu connais ton erreur, tu peux y remédier. Et puis, le combat n'est pas seulement ça, une part de chance doit entrer dans les calculs. Et cette fois, tu n'en as pas eu, essaye demain, je suis certaine que tu réussiras.
-De la chance ? Ça compte réellement dans un combat ?
-Evidemment ! D'ailleurs, il faut savoir la saisir !

Sur ce, la championne se leva et s'en alla avec un au revoir de la main, un sourire ironique sur le visage. Eléanore resta seule.

La jeune maman sortit du parc et, étonnée, elle vit un homme brun cherchant visiblement quelque chose. Elle le reconnut immédiatement, vu qu'il avait été présent à son mariage, avec Sacha.

-Régis ! Qu'est-ce que tu fais là ? S'exclama-t-elle, d'un air enjoué.
-Ah, madame ! Je, -il reprit son souffle- Je reviens du centre pokémon, je cherche cette gamine –il montra la photo-.

Charline plissa les yeux, avec l'obscurité de la nuit elle ne parvenait pas à reconnaître les traits de l'enfant. Elle remarqua en revanche que son interlocuteur semblait fatigué, aussi elle lui proposa de venir chez eux, pour trouver un logis pour la soirée. Après un petit moment de réflexion, Régis accepta. Après tout, si Eléanore passait par Argenta, elle finirait bien par défier Pierre, autant prendre de l'avance.

Un peu plus loin, Daniel et Samantha courraient dans tous les sens, ils ne trouvaient leur amie nulle part.

Le jeune garçon brun proposa à sa camarade d'interroger des passants, mais celle-ci refusa catégoriquement.Pour plusieurs raisons, d'abord parce que parler à des inconnus la nuit, à leurs âges était dangereux, et en plus parce qu'elle venait de voir justement passer le garçon roux et antipathique qu'elle avait renversé ce matin, et elle ne voulait pas s'abaisser à aller lui demander conseil après sa réaction. Non mais !


-Je sais ! Tu as pris ton pokematos OMEGA ? S'exclama d'un seul coup Danny, fier de lui.
-Mais oui, excellente idée !

Dire qu'elle n'y avait pas pensé, quel intérêt d'avoir cet engin s'il ne servait pas ?
Samantha, impatiente attrapa l'appareil et composa le numéro de Eléa.

Elle entendait la sonnerie se répercuter artificiellement dans le combiné.

Pas que dans le combiné d'ailleurs.

Les deux enfants baissèrent les yeux vers le sac de Eléa que Sam avait emporté avec elle. Il sonnait.

-RAAHH ! MAIS QUELLE IDIOTE ! QUEL INTERET D'AVOIR UN PORTABLE SI ON NE LE PREND PAS AVEC SOI !
- Samantha, calme-toi, ce n'est pas si grave, on va la retrouver ! Murmura Danny intimidé.

Mais la brune ne cessait de hurler, de répéter l'adjectif « idiote », elle semblait vraiment furieuse cette fois.

-J'en ai assez, assez de cette petite égoïste ! Elle croit vraiment que je n'ai que ça à faire ? Bah non désolée, je m'en fout, puisqu'elle est siiiii forte elle n'a que se débrouiller seule, je m'en fiche !

Elle jeta le sac de Eléanore dans les bras de Daniel et déclara qu'elle rentrait, la mine sombre. Pourtant, alors qu'elle allait s'en aller, Danny pencha la tête sur le côté et déclara :

-Ce n'est pas vrai, tu ne t'en fiches pas du tout.
-Bien sûr que si ! Répliqua Samantha, les sourcils froncés.
-Non. Sinon, tu n'aurais pas pris son sac, tu ne serais pas partie avec moi à sa recherche... Et puis... -Il esquissa un sourire- Tu la considères comme ta rivale, non ?

Sam était bien trop abasourdie par les déductions de cet adolescent habituellement effacé qu'elle ne pensa pas à répondre. Aussi, elle se contenta de revenir sur ses pas, de reprendre rageusement les affaires de son amie en grognant de recommencer les recherches.

Daniel la laissa s'éloigner un peu avant de la suivre à son tour. Question de survie, il ne voulait pas être tué après tout ; mais il ne put s'empêcher d'ajouter pour lui :

-Et comme une amie aussi, non ?

Mais il n'avait pas besoin de réponse. Il la connaissait déjà.

""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

Silver entra au centre pokemon avec Chris et Angèle, juste à temps apparemment, car l'infirmière s'apprêtait à fermer les portes. Quelle ne fut pas la surprise de la tante de Samantha de voir ses anciens employés revenir si vite. A croire qu'elle leur avait manqué.

Le fils du boss chercha des yeux la fille de la matinée, mais il ne la trouva pas. En revanche, il vit le reste de son groupe, les autres gamins avec qui il l'avait vue. Ceux-ci tentaient de convaincre la Joëlle de repousser la fermeture du centre.

Bien que ses deux sous-fifres geignaient bruyamment pour recevoir les explications de ce soudain changement de plan, il ne les entendait pas. Il essayait de percevoir des bribes de la conversation des gamins. Il parvint à grappiller quelques noms, à remarquer la surprise puis la panique chez l'infirmière, mais pas grand-chose de plus.

Agacé, il alla s'installer sur un des canapés du centre, prit une des couvertures à disposition et se couvrit. Ici, il pourrait intercepter n'importe qui entrant ou sortant du centre, il finirait bien par la trouver.

Chris et Angèle vinrent se poser sur les canapés, mais à bonne distance de sécurité de leur nouveau chef. La mine sombre, inquiets pour leur avenir avec un leader aussi lunatique.
Silver du s'en rendre compte, et il se dit alors que les deux limaces qu'il avait devant lui devaient s'ennuyer ferme. C'est vrai, aucune directive, même pas de petit truc sur lequel se concentrer, ils restaient dans le flou, et Silver le craignait, ils devaient se mettre à réfléchir. Aïe, bonjour le mal de tête, et qui se taperait les retombées de cet exploit ? Bah lui, évidemment.

Hors de question qu'il supporte ces deux énergumènes. Il regarda sa montre et haussa un sourcil. Un bon casse-tête les occuperait-il suffisamment pour qu'il ait la paix ?
Cela valait le coup d'essayer.

-Hey, réparez-moi ça, vous deux, et si vous pouvez, trouvez un moyen pour que je puisse appeler des gens aussi. Déclara-t-il froidement en lançant sa pokémontre à ses subordonnés.

Il pensa une seconde avoir fait une erreur en leur confiant un objet fragile, mais vu le regard luisant des deux ex-voleurs, c'était trop tard pour regretter. Silver fut saisi d'un mauvais pressentiment : ils allaient la lui bousiller.

""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

Régis fut accueilli par Pierre et sa famille avec joie. Le champion d'Argenta était trop heureux de revoir une vieille connaissance, ils discutèrent un peu, tout en rangeant l'arène.
Plus ils parlaient du bon vieux temps, de leurs souvenirs, de Sacha, de leurs aventures souvent communes à Sinnoh, plus ils réalisaient combien ils avaient grandi depuis le début de leur voyage.

Neuf ans.

Tout était passé si vite... Aujourd'hui, ils avaient tous plus ou moins un poste, une place dans le monde, une famille comme pour l'éleveur, des responsabilités, et en même temps, ils se perdaient peu à peu de vue.

Cette constatation les rendit mélancoliques.

Régis fut abasourdi par l'état des lieux, et encore plus quand, au dîner, Pierre lui conta les combats. Charline nourrissait Lalie, écoutant d'une oreille attentive, intervenant par endroit, rougissant à d'autres, puis vint enfin la question que tout le monde avait sur les lèvres autour de la table.

-Alors Régis, qu'est-ce qui t'amène ici ?

Le visage du savant s'assombrit.

-Je cherche cette gamine, c'est une amie d'enfance et elle a disparu il y a quelques semaines.
Il posa le cliché sur la table, Pierre l'observa un moment, puis il fit mine triste :

-C'est la petite Sarl, j'ai lu l'article dans le journal... ?
-Oui, c'est elle. Répondit le petit-fils de Chen.
-Je suis désolé, je ne peux pas vraiment t'aider, les gamines de son âge ne sont pas vraiment acceptées à concourir dans l'arène !
-Mais elle a douze ans ! C'est juste que cette chipie a détruit toutes les photos récentes de la maison ! Ou alors elle les a emportées avec elle...

Pierre arqua un sourcil, un long silence s'imposa de lui-même.
Régis baissa les yeux et contempla ce qu'il montrait à tant de passants... C'est vrai qu'elle ne devait plus ressembler à ça maintenant, mais il était bien incapable de faire un portrait plus détaillé, cela faisait deux ans qu'il ne l'avait pas vu, voire plus, il avait perdu la notion du temps.

Eléanore... Son sourire forcé le hantait depuis son départ. Est-ce qu'aujourd'hui, elle riait plus sincèrement, librement ?

-Et Sacha ? Il n'a pas de photo d'elle ? Proposa l'éleveur.
-Je n'arrive pas à le joindre...
-Les différents conseils auxquels il appartient doivent lui demander beaucoup de temps... Mais je suis sûr qu'il appellera. Le rassura Pierre.
Régis soupira.

De toute façon, cet idiot finirait bien par se montrer à un moment ou à un autre, cela il n'en doutait pas une seule seconde. Il espérait juste que cela ne soit pas après la bataille.

-Régis, j'ai préparé ta chambre, c'est la première porte à droite après les escaliers. Je partirai t'aider demain. Annonça la championne extrême.

Régis la remercia et partit dormir. Il n'en pouvait plus. Il avait fait beaucoup de recherches dans sa vie, mais jamais, jamais il n'avait pensé qu'un homme, plus particulièrement une fillette, pouvait être encore plus difficile à trouver qu'un pokémon rare.

"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

Une colonne d'air se dressa vers le ciel, un courant d'air chaud fit monter dangereusement diverses pierres assez impressionnantes et morceaux de bois.

Là, tournoyant de façon apocalyptique, dans un vrombissement peu rassurant, une souris jaune apparut.

Une copie floue se présenta, puis une autre, et encore une autre, alternant les Eclairs mugissants, l'attaque Hâte, et Vive-attaque, les illusions semblaient disparaître pour finalement se reposer sur les divers déchets qui volaient, pris dans la Tornade.
D'un mouvement brusque, les trois créatures s'élancèrent, elles montèrent, portées par le vent chaud, elles firent une pirouette, leurs queues s'illuminèrent, et elles visèrent d'un coup de foudre bien placé l'œil du cyclone. Aussitôt, les petits corps fendirent le vent, attirés vers le sol, ou plus précisément vers le point que l'Eclair avait frappé un peu plus tôt.

L'attaque Queue de Fer percuta une pierre, celle-ci se coupa net en deux, et sous un ordre presque inaudible, la souris disparut dans une Hâte, ne laissant derrière elle que les dégâts de son enchaînement.

Eléanore attrapa Pilou et la prit dans ses bras avec un sourire fier. Maintenant, elle avait compris, elle avait complété son entraînement. Il n'était pas encore parfait, mais, elle le sentait, ils étaient prêts pour la revanche.

Elle entendait déjà les spectateurs crier son nom en signe de victoire.

-ELEAA !!

Huh ? Bah oui, elle les entendait vachement bien d'ailleurs...

Elle eut à peine le temps de se faire cette réflexion qu'un violent coup de poing lui « fracassa » le crâne.

Samantha, le souffle court, la fixait de son regard noir et de son sourire qui ne présageait rien de bon.L'adolescente prit son amie par le col et la souleva de terre, d'une voix spectrale elle déclara :

-On t'a enfin retrouvée ! On peut dire qu'on s'est fait un sang d'encre pour rien ! Tu vas voir je vais te tuer, t'écarteler, t'étrangler, t'ébouillanter (quelques arguments plus tard), pour que tu retiennes la leçon ! Mais je te rassure, Danny subira le même sort que toi !

Eléanore vit le concerné sursauter à l'entente de son nom dans cette phrase.

Elle se demanda bien ce qui leur prenait à ces deux là. Pourquoi Samantha avait-elle des envies de meurtres à son égard ? Elle pensait qu'elles avaient dépassé ce stade depuis la forêt de Jade.

Brusquement, la vérité la gifla violemment : il faisait nuit ! Elle avait oublié de rentrer au centre pokémon !

Rouge de honte, elle balbutia penaude :

-Pardon Samantha, tu es fâchée ?
-Moi ? MOI ? FACHEE ?

Daniel et Eléanore fermèrent les yeux attendant la fin de la gueulante. Qui ne vint pas.

-Bien sûr que non enfin, j'étais juste inquiète ! Bougre d'idiote ! Danny et moi, on était fous d'inquiétude...Allez, viens, on rentre au centre.

La jeune fille reposa sa coéquipière à terre, et lui fit signe de la suivre avec un sourire. Elle attrapa Pilou la Pikachu et l'analysa un moment avant de se rendre compte qu'elle était parfaitement remise du match.

Mais elle était trop fatiguée pour y penser maintenant.

Eléa parut bien gênée pendant le trajet du retour. Elle s'approcha de Daniel et lui murmura quelques mots avant de rougir. Elle ramena Pilou, Happy et Ash dans leurs pokéball, en les remerciant, et ils rentrèrent ensemble.

Bien sûr elle se fit passer un savon, surtout par Mr Yuki et l'infirmière Joëlle, mais au final, cela lui fit plus chaud au cœur qu'autre chose. Elle n'avait jamais songé que dans sa fuite solitaire, elle rencontrerait des personnes qui se soucieraient d'elle à ce point. Il lui sembla même qu'un inconnu aux cheveux rouges avait regardé dans leur direction pour voir de quoi il en retournait. Jamais on avait fait attention à elle dans ce sens là ; jamais on n'avait osé la gronder ainsi, comme tout le monde...Eléanore eut un sourire chaleureux en lançant un « pardon je ne le ferai plus » si peu convaincant qu'il n'était même pas possible d'y répondre sérieusement.

Le groupe d'enfants s'installa alors dans les chambres, mais ils avaient tous eu une journée si mouvementée qu'ils ne pouvaient se résoudre à s'endormir si facilement. Aussi les amis s'assirent ensemble sur un lit et discutèrent, emmitouflés dans la même couverture.

-Et Samantha, ça va mieux alors ? Demanda finalement, assez gêné, Lucas.
-Tu n'allais pas bien ? S'exclama Eléa, les yeux ronds.
-Hum ! parlons d'autre chose ! Eluda la jeune fille. Mais devant le refus de lâcher prise de ses camarades, elle sourit et les attira tous contre elle en déclarant : « Ça va, c'est mon problème. Ne vous en mêlez pas ! »

Evidemment, elle était toujours triste, et en proie au doute, elle ne savait pas vraiment quoi faire. Devait-elle s'acharner jusqu'à ce que la solution arrive d'elle-même, ou n'était-elle tout simplement pas faite pour ça ? Toutes ces questions qui lui gonflaient le cœur et qui restaient sans réponse... Mais elle était sûre d'une chose : elle avait enfin des camarades, et elle ne voulait pas les embarrasser de ses soucis.

-Que dirais-tu de t'entraîner avec moi la prochaine fois ? Hein ? Proposa Lucas devant l'air sombre de Samantha.
-Non, avec moi ! S'emporta Eléa.
-Elle était plutôt stressée au début du combat, je suis sûr que Daniel l'aiderait ! Enchaîna le brun.
-Heiiin ? Fit le concerné, très peu enthousiasmé par une séance d'entraînement.
-Mais, bon sang qu'est-ce que vous pigez pas dans « C'est MON problème ! » ?! S'exclama Sam en leur filant deux tapes sur le haut du crâne, ce qui les calma instantanément.

Au bout de quelques minutes de vives discussions, elle parvint tout de même à leur faire changer de sujet, et de se pencher sur le cas d'Eléanore.Dès lors les conseils fusèrent, certains encouragements admiratifs échappèrent à la plupart d'entre eux, mais au final Samantha parvint tout de même à donner quelques leçons sur le type roche.

La discussion dériva, prenant un tournant plus personnel, chacun voulant savoir un peu plus sur l'autre. Cela se faisait instinctivement, ils voulaient savoir à qui ils avaient à faire, en apprendre plus pour mieux s'apprécier, se protéger les uns les autres.

Dans l'esprit de Samantha, mais surtout celui d'Eléanore, cela ne faisait plus aucun doute, ils devenaient vraiment amis.

-Qu'est-ce que vous ferez plus tard ? C'est quoi votre but ? Autant celui dans le dressage de pokémon que dans la vie ? S'exclama Lucas, au bout d'un moment.
-Hey, raconte d'abord les tiens ! Déclara Eléa dans un rire.
-D'accord ! Moi je veux devenir un grand champion pokémon, je veux battre le conseil de 4 de Kantô, ainsi que ma cousine !

Les mots lui avaient échappés, mais il ne regrettait rien, il n'avait pas avoué la raison de sa rivalité avec elle, ni son désir de se faire reconnaître par ses parents, cette information révélée suffisait à apaiser son cœur et à contenter les interlocuteurs.

-Tu as une cousine ? L'interrogea Sam.
-Oui, elle fait partie du conseil, elle remplace Olga la championne des pokémon Glace, on a grandi ensemble.

Daniel vint au secours de son ami, sachant qu'il était préférable de ne pas s'attarder sur ce sujet.

-Et tu veux faire quoi dans la vie plus tard, en dehors des pokémons ? Demanda-t-il, jouant le jeu.
-Je veux fonder une famille, être un bon père et un bon voisin, mais j'aimerais surtout rester dans le domaine des pokémon pour mon travail, peut être stratège pokémon, il parait que ça paye bien, les plus bêtes dépensent beaucoup pour qu'on leur mette en place une stratégie ou une équipe équilibrée.
-Je suis sûre que tu y arriveras, tes stratégies sont brillantes, Lucas. Annonça Samantha dans un sourire.

Le concerné vira au rouge, son sourire charmeur revint et il lui baisa la main, dans un de ses nombreux sketches.

-Mais j'espère que tu feras partie de cet avenir Samantha Chérie.

L'adolescente changea de sujet pour lui communiquer sa réponse négative.

-Eh bien Danny, qu'est-ce que tu veux faire, toi ?

La garçon pencha la tête sur le côté, surpris qu'on lui demande. Il songea quelques secondes avant de répondre simplement :

-Je sais pas !

Les regards ahuris des autres l'obligèrent à argumenter :

-Je veux dire, je n'ai encore aucune idée, pour l'instant je veux juste parcourir le monde à mon rythme, que tout reste comme ça, après on verra bien... Je pense que je m'établirai dans une petite ferme comme ma mère, mais j'aimerais aussi continuer de voyager avec vous...

Non, il était vraiment incapable de s'imaginer dans une situation future. Il ne faisait jamais vraiment de projets, de peur qu'ils se retrouvent chamboulés par un évènement imprévisible. Il préférait vivre au jour le jour, faire ce qu'il lui plaisait dans l'instant, comme ça il n'était pas déçu.

-Et toi, Samantha qu'est-ce que tu veux devenir ? Lança-t-il.
-Bah, vous savez tous que je veux devenir championne d'arène ambulante, comme ça je peux continuer de voyager, de m'améliorer, à chercher mes origines, je ne serai un poids pour personne ainsi. Dans mon avenir, c'est plus compliqué, à cause de ce mode de vie je pense qu'il faudra un mari qui accepte les déplacements, fidèle...
-Tout moi ! S'exclama Lucas.
-Comme Mr. Yuki !
-QUOOI ?

Pendant que le jeune garçon se remettait d'un choc émotionnel grave, Eléa essayait de compter combien d'années séparaient son amie de son professeur. Un peu plus de dix, non ? Ça faisait beaucoup, non ?

Vexée par sa remarque, Samantha se tourna vers elle et posa la question fatale :

-Et toi ? Eléa, on sait que tu veux devenir maîtresse de pokémon feu, mais à part ça ?

La gamine grimaça. Jusqu'à maintenant, elle avait esquivé beaucoup, contant deux trois anecdotes puériles, anodines qui ne mettaient pas sa couverture en péril, mais là, elle était bien embêtée.Elle n'avait jamais prévu quoi que ce soit, elle savait qu'elle allait mourir avant vingt ans au mieux, et c'était beaucoup trop tôt pour démarrer une vie. Elle avait écarté tout futur pour se concentrer sur l'instant, pour vivre au mieux chaque seconde, mais comment le leur expliquer sans dévoiler sa maladie ?

-Alors ?

Eléa sourit négligemment et improvisa une réponse.

-Je n'en ai pas, tout ce que je veux c'est aller aussi loin que mon corps me le permettra, je veux courir le plus loin possible, combattre, m'améliorer au maximum, après on verra... Peut être que je me marierai avec Régis ou Sacha !

La dernière partie était totalement fictive mais il fallait bien quelque chose pour détourner l'attention. (Et cela avait marché car Samantha avait rougi et, enthousiasmée par cette idée, elle lui avait promis de l'aider à capturer le champion de la ligue dans ses filets !)

C'était fou ce qu'un petit mensonge pouvait aller loin quand même.

Au bout d'une petite heure, Mr Yuki entra dans la chambre et leur somma de dormir, il était tard. Les enfants récriminèrent légèrement, cependant, la fatigue finit par tous les rattraper, et sans s'en rendre compte, ils s'endormirent un par un... Daniel, le seul encore à moitié réveillé, observa Eléa quelques instants.

Il ne savait pas si son hypothèse était juste ou fausse, il ne savait même pas comment aborder le sujet. Il ne pouvait tout de même pas lui demander devant tout le monde ? Si ? Non, ce n'était pas son genre.

Alors que le sommeil le gagnait peu à peu, Danny contempla Eléa avec un sourire. Elle était vraiment mignonne, elle était si forte et déterminée, mais surtout elle semblait se plaire avec eux...Il n'avait qu'à faire plus attention à elle durant l'aventure, comme ça il ne lui arriverait rien et elle pourrait rester plus longtemps avec eux...

Le garçon eut un petit rire satisfait.

Oui, cette option lui plaisait bien : que rien ne change, qu'ils restent pour toujours ainsi.

Même s'il savait pertinemment qu'il rêvait éveillé, qu'un jour ou l'autre ils prendraient tous des chemins différents, il ne pouvait s'empêcher d'y songer. C'était son côté enfantin, son côté rêveur qui parlait et qui espérait.

Il voulait vraiment qu'un jour, ils se retrouvent tous, et s'endorment sous une couette tous ensemble, exactement comme aujourd'hui.

"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

-Allez, debout ! Debout, paresseuse ! Mais c'est pas vrai, t'entends jamais ton réveil, il va falloir que je te pique ta plume tous les matins ?

SHLAK.

Eléanore Sarl avait à peine eu le temps de prononcer cette phrase qu'elle se retrouva à terre, passant le bonjour à la moquette, une Samantha furieuse qui tenait encore l'objet de son crime en main, son oreiller.

-Bravo ! Tu as réussi à la réveiller ! Applaudit Danny avec un sourire en regardant Eléa qui ruminait parce qu'elle avait avalé quelques plumes de l'arme du crime.

Inutile de dire que le brun se fit littéralement incendier sur place, surtout quand il prononça la phrase fatale : « mais je pensais que tu volerais la plume qu'elle utilise comme barrette pas celle de l'édredon ! ».

A croire qu'il voulait se faire tuer, commenta platoniquement Lucas tandis que Samantha descendait du lit, le visage encore marqué par la fatigue.

Cependant le jeune garçon mit un point d'honneur à la réveiller, aussi déclara-t-il calmement :

-Samantha chérie, pendant que Eléa retente le challenge de l'arène, on va tous au musée, dépêche-toi de te préparer !

L'adolescente écarquilla des yeux, Lucas crut que c'était de surprise, voir de joie, mais point du tout.

-Attendez, vous portez TOUS, la MEME tenue qu'hier soir, dans LAQUELLE vous avez dormi ?

Les camarades s'entreregardèrent, surpris, ne comprenant pas où elle voulait en venir.

-Bah oui, autant ne pas se changer, ça nous fait gagner du temps ! Balança Eléa, comme si cela était l'évidence même.

Samantha n'osa même pas relever la remarque. D'un geste, elle saisit le poignet de la gamine aux couettes et l'enferma dans le placard avec quelques uns des vêtements PROPRES qu'elle trouva dans sa valise.La petite eut beau tambouriner, Samantha verrouilla la porte à clef en s'écriant : « Tu ne sortiras de là qu'une fois changée ! Je vais t'apprendre l'hygiène à coup de pied s'il le faut ! » Son regard coula sur les deux autres garçons présents dans la pièce, et d'une voix grondante, elle enchaîna :

-Qu'est-ce que vous attendez pour faire de même, vous ? Que je vous fasse subir le même sort ?

Malgré la réponse positive que faillit lancer Lucas –mais qui fut éradiquée par Danny avant qu'elle ne soit sortie- les deux autres finirent par sortir se changer dans la salle de bain.
Finalement, ils eurent l'approbation de Samantha sur leurs tenues, et Eléa, furieuse s'était contentée de se vêtir d'un T-shirt dix fois trop grand pour elle et d'un short de garçon. Sam avait voulu faire quelque chose pour ses cheveux, totalement dépitée par ce manque de considération pour son physique de la part de la gamine... Mais... Disons simplement que Samantha allait retenir la leçon et ne plus jamais toucher à la tignasse rebelle d'Eléanore, la seule concession qu'elle fit, ce fut de mettre une casquette et d'abandonner ses couettes pour une queue de cheval basse.

Daniel ne put s'empêcher de lancer qu'elle ressemblait plus à un garçon qu'à une fille dans cette tenue, mais si cela acheva Samantha, Eléanore parut plutôt ravie.

Mr Yuki les attendait à l'entrée, ils déposèrent Eléa sur le seuil de l'arène et s'en allèrent visiter ce fameux musée. Elle leur promit de les y rejoindre le plus vite possible.

"""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

Un garçon roux et aux yeux bleu argenté suivait discrètement le groupe. Il passait totalement inaperçu dans la foule. Ses pas ne faisaient aucun bruit sur le béton, c'était à peine si on percevait sa respiration.

Il avait laissé les deux lurons au centre pokémon avec sa montre. Dire qu'il leur suffisait d'un jouet à casser pour qu'ils se la ferment... Silver regrettait de ne pas avoir trouvé cette solution plus tôt pour avoir la paix. Néanmoins, cela allait lui revenir cher en pokémontre... Enfin, on ne peut pas tout avoir non plus ! Il préférait largement se passer d'un mal de crâne.
En plus, s'ils l'avaient suivi dans sa poursuite, ils se seraient sûrement déguisés en arbustes pour passer inaperçu en ville, bref il aurait encore eu honte d'eux. Non vraiment, même s'il perdait son moyen de communication, cela se remplaçait.

Silver eut un sourire en repensant à Gold qui devait toujours poireauter devant la cave des Taupiqueurs. Il le connaissait : à cet instant, il devait paniquer, être sur le point de partir à se recherche, quitte à abandonner son poste d'observation du QG de la Team Opale.

Le jeune garçon leva les yeux au ciel, pensant qu'il serait peut-être temps d'aller le rassurer, puis finalement il décida que non. Cela lui apprendrait à faire mal sa part du marché... (Même s'il savait que ce n'était qu'une excuse pour calmer sa petite conscience car ce que Silver adorait par-dessus tout, c'était surtout en faire voir de toutes les couleurs à son ancien rival).

Le groupe pénétra dans un bâtiment triste, gris et sobre, rien de bien attirant en soit. Pourtant Silver savait qu'il renfermait bien des secrets et des merveilles pour y avoir volé une œuvre d'art.

Cette pensée pour son passé de malfaiteur, si proche, lui donna le haut le cœur, et il observa avec mépris le sol, plus particulièrement ses bottes.

Il n'avait pourtant aucune raison de s'en vouloir : il n'avait pas eu le choix, c'était voler ou mourir. Son père était déjà sur les nerfs à cause de sa fuite à Johto, il n'aurait pas supporté un seul mouvement de rébellion de sa part.

Silver paya le prix de l'entrée. Cette fois, il visitait en toute légalité, et cette idée lui arracha, un minuscule, un tout petit sourire.

Il observa le groupe une bonne partie de la matinée.

Il fixait sans cesse Samantha, mais plus il la regardait, plus une étrange impression le saisissait. Il avait beau chercher, le visage de l'adolescente lui rappelait quelqu'un, mais il n'arrivait pas à se remémorer qui, ni même les traits de celui-ci. Les deux images se superposaient le temps d'une seconde, puis l'illusion s'évaporait avant qu'il n'en prenne conscience, le laissant avec ce mystère, dans les ténèbres les plus complètes.

Bon sang, qu'est-ce qui lui prenait ?

""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

Daniel, les yeux plein d'étoiles, contemplait une peinture accrochée au mur. C'était la première fois que ses compagnons lisaient une lueur de passion dans le regard du gamin. Habituellement, il restait toujours timide dans son coin, le visage soit paraissant las, soit blasé, soit juste complètement shooté. Ce n'était que quand il touchait à son piano, son appareil photo ou son carnet de croquis qu'il semblait vraiment s'animer, sortir de sa torpeur.
Aujourd'hui pourtant il n'avait rien de tel à la main, il se trouvait juste devant une toile, il fallait l'avouer, particulièrement laide.

Samantha interrogea Lucas, mais celui-ci ne voulut même pas répondre, si ce n'est un : « Faisons comme si nous ne le connaissions pas... ».

Dire qu'il se présentait comme étant son meilleur ami ! Samantha fut outrée par son comportement pendant une seconde ; une seconde seulement ; car elle découvrit bientôt pourquoi Lucas tenait tant à s'éloigner du brun.

-AAHH !! C'est un FAUX !

Les autres se retournèrent d'un bond, surpris par le cri de leur ami. Mr Yuki s'aventura à sa rencontre pour le calmer mais le petit semblait furieux.

-Comment peut-on mettre une fausse toile dans un musée ! C'est une honte ! Surtout qu'il est mal imité !

Le professeur jeta un coup d'oeil à l'œuvre en question, puis sur son guide. Il ne voyait strictement aucune différence, à vrai dire il ne connaissait même pas le nom du peintre.

-Sincèrement Danny, c'est normal de protéger les peintures en exposant des faux, tu ne crois pas ?
-Non ! Pas un tableau de cette envergure ! Vous savez ce que c'est, au moins ?

Yuki et Samantha arquèrent un sourcil tandis que Lucas se pinçait l'arête du nez, désespéré.

-Il s'agit de l'œuvre phare du peintre : Tanao Mins ! Il fut le premier peintre de Kanto à partager la gloire avec ses pokémons et à ouvrir la porte de l'art aux pokémons en 1600, vous vous rendez compte à quel point il était en avance ! Il parait même que ce n'était pas lui qui peignait aussi bien mais son Queulorior ! On dit aussi que ses autres pokémons y aurait insufflé un peu de leur pouvoir ! Des recherches ont débuté pour essayer de trouver des traces d'ADN dans la peinture, mais si les tableaux sont faux comment voulez-vous prouver le génie de ce peintre ?
-Daniel, ça suffit maintenant ! S'il-te-plait, tu attires trop l'attention, là...Balbutia Lucas, tandis qu'une vraie masse de touristes les entouraient.

Le gamin rougit jusqu'à la racine des cheveux et baissa la tête, calmé.

-J'ignorais tout cela... Commenta Samantha, étonnée.
-J'avoue que l'art ne m'a jamais vraiment touché, alors son histoire... Admit Yuki.
-Oh noon... Gémit Lucas.
-QUOI ? S'exclama le brun, les yeux ronds, le visage outré.
-C'est reparti... Si on me cherche, je suis à la buvette.
-Comment peut on ne pas s'intéresser à l'ART ?! C'est tellement magnifique, c'est le seul moyen qu'a trouvé l'homme pour s'évader : l'imagination. Rien ne vaut le doux sentiment de plénitude qu'apporte une toile ou une musique travaillée, sans compter les livres qui emportent l'esprit dans des contrées extraordinaires, dans le monde des pokémons, sans pokémons... L'art est aussi indispensable que l'air que l'on respire ! Autant point de vue esthétique que scientifique ! C'est grâce à l'art que l'on comprend le mieux son prochain, voir une œuvre c'est avoir la clef de la conscience d'un autre individu, humain ou pokémon !

Samantha, jusqu'à maintenant, n'avait jamais compris comment Lucas, un garçon si théâtral, si attaché aux discours grandiloquents, pouvait être ami avec un garçon aussi mou et doux que Daniel. Et bien maintenant, elle savait.

Même si elle aurait préféré rester dans le flou, pour une fois.

L'adolescent était sur le point de partir dans une thèse des pokémons artistes dans l'histoire, quand heureusement le conservateur du musée arriva. Cependant, si Yuki et Sam crurent voir en lui un sauveur, ils avaient bien tort, car il relança la conversation, à tel point que ce fut bientôt tout le musée qui vint les écouter.

Samantha partit donc s'asseoir sur un siège non loin dans un rire jaune, avec Mr Yuki, Lucas, et à côté d'un garçon roux.

-Je vous dis pas la cata quand il va réaliser que tout ce monde l'écoute... Avoua le brun. –S'il ne s'évanouit pas c'est un miracle !
-Comment ça se fait qu'il sache autant de choses ? S'étonna Samantha.
-Il adore l'art, sous toutes ses formes, et les pokémons. D'ailleurs –Lucas fouilla dans le sac de son ami et en sortit avec difficulté un carnet de voyage.- Il est doué, il aime dessiner, filmer, jouer de la musique, photographier, et élaborer des théories sur les comportements à partir de ses œuvres.

Yuki survola les notes du gamin, constatant qu'il voyait surtout Eléanore et ses pokémons en train de s'amuser.

-Il ferait un excellent observateur pokémon. Lança-t-il au bout d'un moment.
-Oui, je trouve aussi ! Enchaîna Sam après avoir évalué le carnet. –Ses théories sont intéressantes en plus : la migration des pokémons aquatiques, le rapport de la météo sur les pokémons... C'est... C'est brillant, il écrit si bien que ça en devient simple ! Pourtant, je témoigne : les théories initiales sont loin d'être un cadeau ! Il pourrait devenir un brillant observateur !

Lucas eut un rire, il reprit le carnet et le rangea.

-Cela n'arrivera jamais !

Ils haussèrent les sourcils.

-Danny déteste attirer l'attention, ou que les choses changent... Tel que je le connais, il n'aspire en aucun cas à devenir observateur, probablement rêve-t-il simplement de toujours parcourir le monde ainsi, libre, loin de toutes responsabilités...

Oui, Danny aimait que tout reste au statu quo, quand il pouvait tout contrôler, tout connaître, ne jamais être surpris, il aimait vivre son petit train-train quotidien. Sa vie avait sans cesse été chamboulée par des accidents imprévus, il avait du faire face à tant de problèmes, Lucas comprenait parfaitement le besoin de son camarade.

BOUM !

-Mon garçon ! Mon garçon, allez-vous bien ?

Lucas étouffa un autre rire. Daniel, les joues carmin, venait de se rendre compte de son public et de tomber sur les fesses, incapable d'enchaîner plus de deux phrases.

Lucas non plus ; il n'aimait pas le changement, mais lui comprenait que, parfois, il avait du bon.

""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""""

Eléanore s'avança dans l'arène, le pas décidé, le visage déterminé. Cette fois, elle ne partirait pas sans son badge. Elle avait compris où était son erreur, ses pokémons étaient gonflés à bloc, sa stratégie au point ; elle n'avait plus aucune raison de stresser.

Charline arriva la première sur le terrain et, étonnée, elle s'avança vers la gamine et lui sourit :

-Bonjour ! Comment t'appelles-tu mon garçon ?
-Hein ? Mais c'est moi, Eléa ! S'exclama la jeune fille ébahie ; mais pas autant que la championne extrême.
-Eléa ?! Oh je suis désolée, je ne t'avais pas reconnue dans cette tenue ! Je suppose que tu es là pour ta revanche ?

La fugueuse opina du chef.

-J'ai une idée, en plus du badge, si tu gagnes contre Pierre aujourd'hui je vous offre, à toi et à tes amis, un beau cadeau ? D'accord ?
-D'accord ! Avec ça, aucun risque que je perde, cette fois ! Déclara la petite avec un sourire jusqu'aux oreilles.

Charline sourit à son tour. Elle alla chercher un paquet dans une sorte de pièce qui servait de nurserie, et apporta un œuf sous une couveuse portative.

Il avait une coquille d'un beige écoeurant, parsemée de tâches bleu clair.

Elle le posa sur une des estrades, et lança :

-S'occuper d'un bébé pokémon renforce les liens, comme ça vous deviendrez de grands amis et j'espère que vous reviendrez pour venir me défier à mon tour !

Eléanore sentit le rouge lui monter aux joues, elle ne savait pas si c'était parce qu'on disait qu'elle avait des « amis » ou parce qu'une si grande championne voulait la combattre un jour.
Elle n'eut pas vraiment le temps de percer ce mystère, deux personnes entrèrent dans l'arène.

Le sang de Eléanore se glaça en même temps que son visage prenait une teinte carmin.

Régis était là, les traits tirés, dénonçant une certaine fatigue, aux côtés de Pierre.
Comment pouvait-il être déjà sur ses trousses ? Elle n'avait même pas encore gagné son premier badge ! Si jamais il la reconnaissait, elle n'aurait même pas de preuves de sa vocation pour devenir maître pokémon.

Mais bon sang, pourquoi avait-il été aussi rapide ? (Ou plutôt comment avait-elle pu être aussi lente ?)

Eléanore voulait fuir, mais ses jambes ne lui obéissaient plus, ses genoux jouaient des castagnettes.

Régis s'approcha d'elle.

Il allait la reconnaître et la ramener.

Le souffle bloqué, elle ferma les yeux et pria, pria de toutes ses forces.

Le brun passa devant elle comme de rien, et s'adressa à Charline :

-Tu es toujours d'accord pour me venir en aide ?

Charline sourit.

-Evidemment -puis elle se tourna vers Pierre- Chéri, j'ai laissé Lalie à ta mère.

Vu la tête de son mari, ce n'était pas une bonne nouvelle.

-Bon et bien allons-y, j'ai déjà cherché les alentours du centre pokémon hier, le musée, et je me suis arrêté au parc.

Régis et Charline partirent de l'arène, sans un regard en arrière.

Eléanore haussa un sourcil de surprise, puis les fronça, vexée.

Il ne l'avait pas reconnue.

D'un côté ça lui faisait plaisir, mais d'un autre cela l'offensait.

Heureusement le champion d'Argenta la rassura un tant soit peu quant à la capacité de reconnaissance de son ami d'enfance :

-Alors, mon jeune garçon, tu veux relever le défi d'Argenta ?

Etait-elle si peu féminine ? Quand même ! Si ?

-C'est moi... Eléa... Je suis revenue pour prendre ma revanche ! Déclara-t-elle dépitée.
-Ah excuse-moi, tu as changé de tenue, je ne t'avais pas reconnue ! Expliqua-t-il honteux.

Ils étaient tous bigleux ici, à croire qu'ils avaient la même garde robe tout au long de l'année... Enfin, elle n'allait pas s'en plaindre, puisque ça lui permettait de vivre son voyage initiatique tranquillement.

Les deux adversaires du jour se placèrent à chaque extrémité du terrain, d'accord sur un « un contre un ». Le champion envoya sans sourciller un Racaillou. Eléanore vérifia son niveau sur son pokédex : 16. Cette fois il ne s'était pas trompé de pokéball, elle savait qu'elle pouvait y arriver !

Elle repensa quelques secondes aux conseils de ses camarades. Samantha lui avait demandé d'utiliser les attaques de types acier contre le type roche. Et c'était exactement ce qu'elle allait faire.

-Pilou, c'est l'heure de ta revanche ! S'écria-t-elle en lançant sa pokéball.

Même si la deuxième partie de son conseil, (c'est-à-dire choisir Ash), elle n'allait pas la respecter et plutôt écouter Danny, qui lui avait simplement dit de suivre son instinct.

Pilou fit grésiller ses joues de contentement, un pendentif ornait son cou, une sorte de bille lumineuse brillait d'une lumière douce. Eléanore sourit.

Cette fois sa tactique était au point, ils ne perdraient pas. Lucas lui avait même donné cette « balle lumière » pour augmenter ses chances.

-Racaillou, attaque Ampleur ! S'écria Pierre en initiative.

Eléanore réagit au quart de tour.

-PILOU ATTAQUE ECLAIR SUR TOI PUIS SUR RACAILLOU !

Le même enchaînement que la veille se produisit, la Pikachu évita l'attaque sol fatale grâce au magnétisme, logique puisque Racaillou lévitait, il n'était pas touché par l'ampleur, Pilou ne risquait rien !

-MAINTENANT, ATTAQUE QUEUE DE FER ! Lança-t-elle.

La force d'attraction, conjuguée à l'élan de Pilou, rendit son attaque particulièrement violente.

Pilou eut tout juste le temps de s'auto-infliger une autre attaque Eclair pour se mettre à l'abri de toute contre-attaque, que le Racaillou s'effondra au sol pour ne plus se relever.

-Racaillou, reviens !

Un rayon rouge frappa le pokémon roche et il retourna dans sa pokeball sans rien ajouter.

Eléanore était stupéfiée, tout comme Pilou. C'était déjà fini ? Mais elle n'avait quasiment rien fait, elle n'avait même pas eu le temps de montrer son nouvel enchaînement !

Pierre s'approcha d'elle avec un sourire, lançant : « Tu vois, quand je te disais que tu avais le niveau ! »

Mais la gamine était bien trop étonnée de sa propre victoire qu'elle ne l'entendit pas. La bataille d'hier qui l'avait tant tenue en haleine lui semblait bien loin maintenant.

-Hey... Ça ne va pas ? Demanda le champion au bout d'un moment de silence et de regards ahuris.

Eléa sursauta enfin, son visage s'illumina comme si elle venait de réaliser sa victoire, elle ouvrit ses bras et attrapa sa Pikachu pour lui donner son lot de félicitations. C'était sa première victoire en arène, elle n'était pas dupe, elle savait qu'elle revenait à ses pokémons, et aux conseils de ses amis, mais elle n'était pas idiote non plus, elle reconnaissait avoir une grande part du gâteau également.

La gamine regarda l'œuf qui l'attendait sur une des marches de l'estrade. Finalement, il n'était pas si moche, et Charline avait raison ; cela représentait bien l'amitié qui liait chaque membre du groupe et leurs pokémons.

-Tend la main, voici ton badge.

Eléanore analysa la preuve de sa ténacité, celle qu'elle présenterait à quiconque tenterait de la ramener chez elle, qui lui permettrait, elle l'espérait de continuer de parcourir les plaines si librement avec ses camarades.

Cette preuve était fendillée.

L'adolescente interrogea l'éleveur, mais celui-ci répondit simplement :

-C'est le badge que je t'ai donné la première fois, il n'y a pas de raison de le changer, même s'il est un peu abîmé. Au moins, comme ça tout ceux qui viendront te défier sauront à qui ils ont affaire.

Eléanore ne put que rougir, car après tout il avait raison.

Les au revoir se firent simplement, elle lui demanda d'embrasser sa femme de sa part et de la remercier pour le cadeau, elle lui promit également que si elle pouvait, elle reviendrait le défier un jour, lui, Charline, ou même Lalie si elle grandissait bien.

C'est ainsi que Eléanore repartit en direction du musée avec son premier badge accroché à son sac, et l'œuf dans les bras.

Elle se demandait évidemment ce que devenait Régis, son cœur se serrait quand elle repensait à lui, à Sacha, à sa mère, à tout ce qu'elle avait laissé derrière elle pour vivre son rêve... Mais plus elle y songeait, plus elle gagnait en volonté.

Elle avait fui pour être libre, pour comprendre, pour sentir, pour vivre réellement.

Elle ne croyait pas au destin, mais en ses capacités, et elle était sûre d'une chose, une fois son voyage achevé, si son corps le pouvait encore, elle reviendrait chez elle pour leur raconter ses aventures avec ses pokémons et ses amis.

Dans sa course, la petite aperçut dans la vitrine d'un magasin, un écran de T.V allumé.

Il retransmettait un combat de Sacha en tant que champion de la ligue de Kanto....

« Mesdames et messieurs, c'était Sacha Ketchum, l'actuel maître de la ligue Kanto, Johto, Hoenn et Sinnoh !»

-Oh non, j'ai loupé le combat de Sacha ! Soupira la gamine, déçue.

« Passons maintenant aux concours Pokémon en duo de Kanto : les favoris du public, Flora et Drew, font pour l'instant un carton plein, regardons l'une de leurs prestations. »

Eléa arqua un sourcil. Elle n'aimait pas les concours, elle trouvait cela futile, mais surtout fait pour les personnes superficielles. Néanmoins, elle avait déjà entendu ces noms quelque part.

Un fondu de l'image du téléviseur et apparaissait un couple.

Une femme assez jolie, avec de longs cheveux chocolat attachés négligemment et des yeux d'un bleu intense arriva, pokéball à la main, vêtue d'une tenue de princesse du désert.
Elle fut suivie de près par un garçon à la coupe rétro des années 70, les cheveux verts et les yeux tout aussi verts, Eléanore se demanda même s'il n'était pas son frère caché, celui là. Il arborait lui aussi une tenue de prince des dunes.

Les deux coordinateurs envoyèrent leurs pokéballs avec un synchronisme travaillé, et leurs pokémons sortirent dans un déluge de confettis.

Bientôt, ceux-ci se firent happer par une tempête de sable et s'embrasèrent l'un l'autre, à la façon d'un feu d'artifice.

Un énorme pokémon rouge, que Eléa reconnut comme étant un Brasegali, entra dans le cyclone de sable.

Il faisait une vrille, son pied enflammé en avant.

Une autre créature vint le rejoindre, se joignant à sa danse du vent. Il ressemblait à un immense dragon vert portant des lunettes protectrices au niveau des yeux.

Son pokédex l'informa qu'il se nommait Libegon.

Le dragon cracha une gerbe de feu également, bientôt toute la tornade de sable s'enflamma, et les deux pokémons disparurent dans ce brasier.Cependant, les deux coordinateurs s'écrièrent ensemble : « Stratopercut ! » et « Dracosouffle ».

Le mur de feu qui retenait captif les pokémons implosa de l'intérieur, une onde de choc projeta de étincelles dans toute la salle, sous les yeux émerveillés du public.

Libegon descendit en planant, reposant habilement son coéquipier au sol, et ils prirent la pose.
Derrière eux, leurs coordinateurs saluaient l'assemblée.

-Ouais, tout ça c'est que de la poudre de fée jetée au public, contesta Eléa, dubitative.

Malgré tout, elle savait combien les attaques feu étaient destructrices et difficiles à manier. Elle ne pouvait donc qu'admirer un si beau résultat, dû probablement à des semaines d'entraînement.

Une interview devait suivre l'intermède entre la fin des prestations et l'annonce de la fin du premier tour. Soudain, en voyant le couple de coordinateurs apparaître à l'écran, Eléanore se souvint : Sacha lui en avait parlé dans une de ses (rares) lettres : cette fille l'avait accompagnée lors de son voyage à Hoenn, il lui avait même envoyé une photo du groupe. En revanche, elle ne connaissait l'autre qui l'accompagnait que de nom : il s'agissait de son rival.

Drôle de manière de vivre leur rivalité, se battre ensemble au lieu de se combattre pensa-t-elle.

« Alors Drew, Flora, vous pensez pouvoir remporter votre 3ème ruban ? Demanda un journaliste.
-Ce serait mentir que de dire non, mais il y a de nombreux coordinateurs exceptionnels en compétition comme Aurore et Kenny, Soledad et Harley... Alors rien n'est encore gagné ! Déclara calmement Drew.
-Ouais, le ruban est à nous ! S'exclama Flora au même moment.

*échange de regards étonnés*

-Heu...Vous semblez très proche tous les deux maintenant, mais ne regrettez-vous pas cette époque où vous vous battiez l'un contre l'autre dans de magnifiques compétitions, je fais référence bien sur aux grands festival de Hoenn et Kantô, ainsi que Jotho il y a peu ?
-Je pense que combattre ensemble nous permet de mieux progresser. Répondit Drew.
-Evidemment, mais cela ne veut pas dire que c'est fini ! Un jour on sera de nouveau face à face et je vaincrai ! S'écria Flora.

*Silence tendu*

Le journaliste eut un rire crispé.

-Drew et Flora, nombre de vos fans vous demandent si vous êtes plus que des amis, que répondez-vous ?
-BIEN SUR QUE NON !

Le hurlement gêné des deux protagonistes suffit à calmer l'interviewer, et une dizaine de gamins, plus particulièrement des filles, poussèrent un soupir de soulagement.

-Au moins un point sur lequel on est d'accord ! Rétorquèrent les coordinateurs, visiblement profondément vexés de la réponse de l'autre.
-Heu, une dernière question pour la suite... Drew, vous ne quittez jamais votre col roulé, même pour votre tenue de prince du désert, une raison particulière ?

Alors que le jeune homme s'apprêtait à répondre ce fut sa coéquipière qui le fit, avec un rire :

-Oh ça ! Vous pouvez toujours essayer de lui enlever ! Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai essayé : il ne le quittera jamais son col roulé !

*L'assemblée retient son souffle*
*Drew soupire, consterné*

-Oh ! Mesdames et messieurs, c'est un scoop : Drew et Flora sont donc bien en couple !!

*Le temps que l'information monte au cerveau de la concernée*

-QUOI ? Mais-Mais ! Drew pourquoi tu ne m'as pas empêché de dire un truc aussi bête !
-J'ignorais que tu allais dire une chose pareille... Enfin si, quand même. »

Le téléviseur fut soudain coupé, le gérant du magasin s'approcha de Eléanore et l'air furieux hurla :

-Dites, si vous regardez seulement, achetez-en un, c'est pas gratuit, ici !

Eléa du bien s'en aller. Hors de question d'acheter une télé !

Elle rejoignit les autres au musée en ronchonnant, heureusement sa grimace s'évapora dès qu'elle montra son badge et qu'elle reçut de vives félicitations.

Ils passèrent le reste de la matinée ensemble au musée, Eléanore dévorait littéralement les glaces, alors que le regard de Danny s'illuminait devant chaque œuvre d'art. Samantha passa beaucoup de temps devant la vitrine des fossiles et elle fut ravie de donner un cours sur la fossilisation, et sur les différents pokémons disparus et les savants qui avaient réussi à les ramener à la vie. Lucas était subjugué, Yuki prenait des notes, et Eléa, quant à elle, écoutait plus avec ses pieds qu'avec ses oreilles.

En revanche, Daniel et elle eurent une discussion très active sur une sculpture, et pour la première fois, Samantha découvrit un discours structuré et argumentatif à la petite, en tout cas d'un niveau plus élevé que le puéril « c'est moi qui ai raison et toi tu as tort parce que c'est toi ».

Après la visite ; ils partirent à la salle de bal, comme le voulait Samantha. Elle était presque pleine, ils eurent de la chance et purent tout de même tous entrer et avoir des tickets.
La première partie était vraiment magnifique, Eléanore et Daniel en restèrent béats d'admiration : il s'agissait d'un opéra pokémon, tous les pokémons chanteurs étaient réunis, ainsi que les musiciens, Toudoudou et ses évolutions, Korillon, Eoko, Chuchmur, Pijako... C'était un enchantement qui, très relaxant, faisait oublier tous les soucis.

Samantha crut pendant un instant ne jamais avoir entendu le commentaire du champion et de Mr Yuki sur sa façon de combattre la veille.

Peu de temps après l'entracte, ils eurent droit à un concert exceptionnel, un groupe tout nouveau mais qui allait en faire voir : les Pokégirls ! Il était composé d'une femme guitariste chanteuse nommée Jos, mi-gothique, mi-décontractée ; d'une danseuse très fillette et froufrou du nom d'Adeline ; d'une bassiste aux cheveux rouges et noirs, l'air cool et calme, appelée Chouki ; pour couronner le tout, la batteuse, légèrement insipide, mettait du rythme dans leur chanson rock pendant que les Rondoudou et les Psykokwak faisaient office de métronome.

C'était une cacophonie des plus intéressante et réjouissante.

Le groupe d'amis partit, le cœur léger, plein d'entrain, avec une envie irrépressible de chanter les mélodies qu'ils avaient écoutées dont ils ignoraient pourtant les paroles.
Eléa, par contre, remarqua un drôle de garçon roux sur le chemin qui lui semblait plutôt avoir mal supporté le concert. Il se tenait le crâne, victime d'un furieux mal de tête.

Et oui, il fallait quand même être habitué au bruit et ne pas se mettre près des Ramboum si on voulait s'en sortir indemne !

La journée s'acheva au centre pokémon, autour d'un festin préparé par la tante de Samantha. Tout cela était délicieux, mais tout de même ce qu'Eléa trouva le plus impressionnant, c'était surtout le Leveinard qui servait le repas.Alors qu'on entamait le dessert, et que Eléanore avait raconté pour la trentième fois son combat express, la gamine décida de sortir le cadeau de Charline.

-Tenez, la femme de Pierre me l'a offert pour nous, elle a dit que c'était pour qu'on s'en occupe tous ensemble et qu'on renforce nos liens.
-C'est une bonne idée. Analysa Mr. Yuki – Rien ne vaut un bébé pokémon pour rapprocher des gens. Tiens, j'ai une idée, Samantha, ce sera ton 1er examen : veiller à ce que le petit naisse en parfaite santé !

Décidément, tout était bon pour lui éviter des copies à corriger, à celui-là.

-C'est un œuf de quoi ? Demanda Lucas.
-Je sais pas, il est pas très beau.
-C'est un œuf de Barpau, déclarèrent Daniel et Samantha. –C'est reconnaissable par la couleur de la coquille, -Commenta Danny. –C'est extrêmement rare, on en dénombre très peu, à peine un sur un million de pokémon dans une mer de superficie moyenne. Acheva Samantha.
Inutile de dire que les deux autres n'en avaient rien à faire à partir du mot « rare ».
-Ouah c'est cool ! Et c'est long à éclore ? S'impatienta Eléa en secouant légèrement la couveuse pour faire réagir le trésor.

Lucas lui reprit rapidement des mains et le mit à l'abri dans les bras de Danny.
Il fut décidé d'un commun accord que la fillette s'occuperait de l'œuf de loin.

Ils se chargèrent ensuite de leurs pokémons, et ils prirent la décision de partir le lendemain à l'aube pour Azuria. Le chemin était long, et ils avaient pris du retard. En plus, un concours pokémon se préparait non loin, avec un peu de chance ils pourraient y assister. (Même si Eléanore rechignait sur cette étape du voyage).

Avant de partir dormir, Daniel attendit que les autres soient hors de vue pour s'approcher du professeur. Celui-ci allait les accompagner, et cette fois, il préparait l'itinéraire, sérieusement.

Daniel voulait lui demander s'il était au courant pour Eléa, ou même avoir la confirmation qu'il avait déliré, mais il se ravisa.

Après tout, il était capable de protéger ceux qu'il aimait, tout seul, il n'avait pas besoin d'elle. C'était lui qui avait retrouvé son petit frère quand il s'était perdu dans les bois, pas son père. Il pouvait très bien s'occuper de Eléanore.Et puis, il voulait que tout reste comme en cet instant. Il voulait vraiment continuer de voyager avec eux, à raconter des histoires au coin du feu, à s'occuper ensemble de leurs pokémons.

Etait-il égoïste de préférer garder Eléa auprès d'eux au lieu de la dénoncer pour son bien ? Il faisait cela uniquement pour que tout continue, que la vie suive son cours, qu'ils restent ensemble, pour son bon plaisir, en somme.

Donc probablement oui, mais il était comme ça.