Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Titre de transport
de LunElf

                   


Haha, un billet payant ? Vous y avez cru ?

Scorpions - Catch Your Train


Mesdames et messieurs les voyageurs, le train n°408905 est sur le départ. Ne faites pas attention à une possible fermeture des portes, mieux vaut laisser entrer l'air et les gens, pas vrai ? Ne vous embêtez pas non plus à attacher une ceinture, et préférez déambuler dans notre rame en marche.

Celle-ci est composée notamment d'un wagon-atelier, d'une bibliothèque et de multiples voitures-salons de thé où se tiennent des discussions sur des sujets et d'autres, où toute intervention sera évidemment la bienvenue. Un local technique de ce côté pourra vous être utile (mais surtout au personnel, en fait), comme ce jukebox psychédélique, branché sur tous les wagons. On colporte également un compartiment littéraire, mais celui-ci en relatif abandon (le ménage n'est pas fait), on lui préfèrera les bouts d'écrits ça et là dans le train lui-même. Ça ressemble souvent à des taches de couleur.

Prenez garde à conserver votre sourire, vous pouvez être contrôlés à tout moment.

En plus de la conductrice, tout une équipe contribue au voyage et à la progression du train. Vocalume alimente et contrôle la bonne humeur dans notre véhicule, pourvue d'une casquette fort séduisante et d'une gentillesse à toute épreuve ; Flageolaid, important collègue de notre conductrice, soleil des environs, saura à l'occasion mettre l'animation ou tenir, de temps en temps, le wagon-restaurant ; Gestalt, co-pilote à la retraite, reste une inépuisable source de carburant.
Du reste, nous serons reconnaissants à de nombreux auteurs, dessinateurs, blogueurs et blagueurs, de contribuer activement à l'humeur générale !


En cas de problème, de pas de problème, d'envie de discuter autour d'un thé et de gâteaux, notre cheffe de bord reste continuellement à disposition, toujours ravie de faire de nouvelles rencontres ou d'échanger quelques réflexions sur la météo locale. Son interphone se trouve ici, sinon, vous la reconnaîtrez si vous vous baladez un peu. Ici ou ailleurs, puisqu'elle quitte fréquemment le train pour aller prendre l'air ou rendre visite à des collègues.

Notre véhicule pourra ralentir comme accélérer, selon les moments et le temps extérieur, mais pas d'inquiétude, il avancera toujours !


Bien, attention au départ. Notre vitesse de croisière sera approximativement de 3,7 km/h, histoire de rester abordables aux piétons de passage — et vous laisser regarder les pingouins par la vitre. Ah, nous rappelons aux personnes accompagnant les voyageurs qu'elles peuvent absolument rester à bord !

Nous vous souhaitons un agréable voyage !


Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Le Pokémon Magique
(Un clin d'œil à l'ami Arukazard qui avait posté ça sur son blog, lequel blog a disparu dans des circonstances obscures)


Écrit par un génie du nom de MariaKalos, ceci mérite d'être connu. Je vous laisse voir par vous-même.


Chapitre 1


Sacha : il faut que je prenne un Pokémon chez un dresseur mais malheureusement cela est interdit je dois consulter le registre des pokémons selon la loi afin d'avoir des informations sur les voleurs de pokémons peut-être la team rocket peut m'aider

Carapuce : non

Sacha : ceci est un pokémon de type eau/vol de type magique je ne pensais vraiment jamais en rencontrer un un jour car cela n'est que dans les contes de fée sur les pokémons pas dans la réalité je vais le capturer ! ! ! APITRINI FORCE FEU

Apitrini lance une force feu et carapuce flanche dans l'herbe et il est K.O à cause de l'attaque FORCE FEU*

Carapuce : je suis K.O

Sacha : j'ai un nouveau pokémon c'est un pokémon magique je dois en parler au professeure mais malheureusement il semble absent pour le week-end il a une conférence sur les pokémons de type spectre

je suis absent*

Sacha : c'est écrit sur la porte

Carapuce : oui



Chapitre 2


Sacha : tu es un pokémon de type magique eau/vol mais peux-tu vaincre la ligue pokémon ? c'est très important car nous sommes dans un monde où il faut se battre avec les pokémons...

Carapuce : non

Sacha : pourquoi tu dis non ? veux-tu qu'on se dispute

Carapuce : je ne veux pas cela car notre lien d'amitié est fort j'ai appris à parler avec le professeure PLATANE

Professeur Platane : oui

Sacha : professeure platane je vous cherchais justement car voici un pokémon magique de type eau/vol

Professeur Platane : je suis enchanté de faire ta connaissance faisons un combat de pokémons HEXAGEL A L'ATTAQUE attaque glace

Carapuce : attaque eau

Hexagel est K.O*

Professeur Platane : tu es très fort comme ton père j'ai connu ton père il est mort

Sacha : ha d'accord

Carapuce : je suis un pokémon de type magique mais ça personne n'en parle

Professeur Planta : mais oui


Chapitre 3


Professeur Platane : tu es un pokémon magique non ne dis pas n'importe quoi

Carapuce : je suis magique

Sacha : hexagel à l'attaque !!!!!!!!

Le public applaudit Sacha*

Professeur Platane : QUOI ? MAIS NE CONNAIS-TU PAS LES REGLES ELEMENTAIRES DE POKEMON OU QUOI .
ON NE PEUT PAS APELER AU COMBAT UN POKEMON DE L'AUTRE PERSONNE

Carapuce : non

Sacha : mon Pokémon est Carapuce et c'est un Pokémon magique de type eau/vol Carapuce peux-tu kidnapper le professeur platane stp

SACHA EST LE PREMIER DRESSEUR DE LA SAGA POKEMON A FAIRE CELA A KIDNAPPER UN PROFESSEUR ALORS IL BASCULE DANS LES TENEBRES ET CARAPUCE SE TRANSFORMENT EN ARCEUS*

Carapuce : ok

Sacha : tu es arceus

Arceus : oui

Professeur Platane : mon dieu je n'ai jamais vue cela je dois prendre des photos. hexagel ATTAQUE TOURBE-FEU

Arceus : aïe

Professeur Platane : j'ai l'avantage haha vous avez découvert mon plan

Sacha : non

Arceus : nous fuyons

Professeur Platane : je pense vous retrouver tres vite


Chapitre 4


Sacha : viens Arceus nous n'avons pas de tant à perdre les taux se resservent

Arceus : oui

(Un roucool niveau 100 les attaquent et les empêchent d'atteindre la voiture piégée)

Arceus : oui

Sacha : le professeur Platane va nous ratraper et nous tuer. mais tu es un pokémon magique de type eau/vol alors ne pouvons nous échapper

Arceus : oui

Professeur Platane : Hahahaha !

Sacha : HEXAGEL, À L'ATTAQUE !

Hexagel : hexagel

Professeur Platane : je suis attaquée par mon propre hexagel de niveau 89 avec une attaque glace

Arceus : oui

Sacha : le professeur platane est K.O, nous pouvons nous envoler mais malheureusement le roucool niveau 100 nous attaque

Roucool : hahahaha *Tornade*

Team Rocket : ok

Sacha : la team rocket

Team Rocket : Nous sommes de retour

Team Rocket : pour vous jouer un mauvais tour

Miaouss : oui la guerre

Arceus : oui

Sacha : nous allons nous envoler pour échaper au terrible professeur platane car tu es un pokemon magique

Ils arrivent à s'enfuir heureusement*

Professeur Platane : je ne suis plus KO et je retrouverai ces avortons car c'est un pokémon magique et je dois l'utiliser pour mes expérience :D

Team Rocket : nous pouvons vous aider à retrouver Sacha car nous le connaisons bien nous connaissons ses habitudes alimentaires il est peut-être au Macdo

Au Macdo*

Sacha : je mange un hamburger

Pikachu : oui

Sacha : arceus

Pikachu : non je suis pikachu

Sacha : pourquoi cela

Pikachu : car arceus est mort malheureusement

Team Rocket : nous vous avons retrouver hahahaha

Arceus : je ne suis pas mort

Pikachu : ok

Sacha : oui


Chapitre 5


TROIS ANS PLUS TARD

Sacha : malheureusement Pierre, tu ne peux pas rester dans mon manoir car tu ne paies jamais la facture d'électricité pour ton Elektek de chambre. au revoir

Pierre : je suis un SDF si je pars

Sacha : mais ça je m'en fous car tu ne respectes pas notre contrat de confiance

Professeur Platane : hahahaha je suis de retour après TROIS ANS Hexagel attaque dévorêve

Sacha : au secours

Pierre : je te protège avec mon onix niveau 89 ONIX attaque éboulement stp

Hexagel utilise potion*

Professeur Platane : j'ai des tours dans mon sac HEXAGEL attaque sable il faut en finir avec Sacha notre pire ennemi à cause des événements de il y a trois ans

Hexagel envoie sable*

Arceus : attendez vous souvenez-vous de moi ?

Sacha : oui

Arceus : je savais qu'on se reverraient Sacha... je suis ton Pokémon magique et je vais protéger Onix du sable grace a mes pouvoirs magiques eau/vol

Arceus détruit le sable avec ses pouvoirs magiques*

Arceus : cela est ma technique

Onix : onix onix ?

Sacha : merci Pierre sans toi je n'aurais pas vaincue le Onix du Professeur PLATANE, je te doit une fière chandelle
tu peux rester chez moi pour toujours

Pierre : les infirmières joëlle sont belles haha

Sacha : haha oui c'est vrai

(mais le professeur PLATANE n'a pas dit son dernier mot et tue Pierre)

Sacha : mon meilleur ami... je dois le venger


Chapitre 6


Sacha : le professeur platane (mon pire ennemie) a tué PIERRE

Arceus : je suis là Sacha ne pleure pas car je suis là et je vais t'aider car nous allons retrouver LE PROFESSEUR PLATANE et si on ne le retrouve pas on ne pourra pas le tuer

Sacha : ??? Arceus... tu es un pokémon magique c'est ta destinée

Arceus : oui

(Un Insolourdo de niveau 67 les attaquent et tue Arceus)

Arceus : .... .. . . .

Sacha : arceus je ne supporterais pas ta mort car Pierre est mort

Arceus : oui mais insolourdo m'a attaquer !

Sacha : ok

(soudain le GPS du Professeur PLATANE clignote sur l'écrant)

Sacha : je l'ai repérée

Arceus : oui

Sacha : Arceus tu ne peux pas te battres avec moi car tu es en train de mourire mais je vais venger la mort de pierre

Onix : onix onix

Sacha : Onix . . . .

Onix : je vais combatre

Sacha : oui

Ils vont là ou est le professeur PLATANE*

Professeur Platane : hahaha j'élève mon palkia personne ne pourra me battre car je lui donne des baies prines et il peut se soigner a n'importe quel moment meme si son attaque spéciale diminue hahahaha j'ai pensé à ce plan hier soir

Sacha : tu ne t'attendais pas à me revoire hein

Professeur Platane : merde

Sacha : voilà mon pokémon onix il va se battre

Professeur Platane : attaque feu

Sacha : attaque plante

Professeur Platane : potion

Sacha : super potion

Professeur Platane : non

Sacha : attaque feu

Professeur Platane : attaque vive attaque

Sacha : putain

Professeur Platane : hahahahahaha j'ai battu onix

Onix : ... . . . . . . .. ..

Sacha : je dois faire revivre mon Pokémon MAGIQUe c'est à dire Arceus car avant c'était un pokémon de type eau/vol

Professeur Platane : je suis le meilleur


Chapitre 7


10 ANS PLUS TARD

Sacha : je suis vieux et mon pokémon magique et moi vivons dans un centre pokémon en ruines avec la télévision

Pierre : salut

Sacha : tu n'es pas mort après toutes ces années ?

Pierre : à l'époque j'ai résisté mais voilà j'ai un volcaropod niveau 75 et depuis les événements de l'époque il n'obéit plus

Sacha : faisons un combat avec ton volcaropod

ATTAQUE FEU*

Sacha : attaque flamme mèche

Pierre : attaque lave brûlante

Sacha : mon pokémon est brûlée

Arceus : c'est une brûlure au troisième degré mais je suis un pokémon magique alors j'ai une trousse de secours que l'infirmière joëlle m'a donnée il y a 10 ans

FLASH-BACK*

Infirmière joëlle : je vous donne une trousse de secours

Arceus : oui

FIN DU FLASH-BACK*

Pierre : oui tu te soignes grâce à cela

Team Rocket : hahahaah

Sacha : vite fuyons la team rocket est présente

Team Rocket : nous avons boucher les entrées vous ne pouvez pas sortire

Arceus : je suis un pokémon magique de type eau/vol niveau 12 je vais grandire TCHHHHHHHHHHHH *bruit de croissance*

Team Rocket : hey c'est quoi sa

Arceus : je suis immense

Team Rocket : vite protégeons miaousse

Un chuchmur tue la Team Rocket*

Sacha : ouf

Pierre : quitton ce centre pokémon désafectée avant qu'il ne soit trop tard

Sacha : oui je dois me venger du professeur platane


Chapitre 8



FLASH-BACK DANS LE PASSÉ TRENTE ANS AVANT*

Père de Sacha : je suis le père de Sacha et je suis champion d'arène

Professeur Platane : je suis un jeune dresseur

Père de Sacha : je te mets au défi de me battre car mes pokémons sont très fort et dressées pour être très forts et je vais te battre car j'ai une baie prine

Professeur Platane : non

Père de Sacha : KULBUTOKE ATTAQUE VOL

Kulbutoke : *VOL*

Professeur Platane : j'ai perdu à cause du vol

FIN DU FLASH-BACK OUI VOUS COMPRENEZ MAINTENANT L'HISTOIRE EN RÉALITÉ TOUT LE MONDE SE CONNAIT MAIS VOUS NE SAVEZ ENCORE PAS TOUT... . . . .*

Sacha : ou est le professeur Platane svp

Secrétaire : non

Sacha : s'il vous plait je dois le voire pour le tuer

Secrétaire : malheureusement il a une réunion sur les glouptis et l'étude des enteis

Sacha : je m'en fous de ça écoute ma vieille je m'en fous de ça

Secrétaire : ha pardon

elle appelle le professeur*

professeur PLATANE : sacha mon vieille ennemi que fais-tu là tu n'étais pas sensé

Sacha : je suis venue pour te tuer car tu as tuer pierre

Pierre : non

Sacha : non c'est vrai mais tu as voulue le tuer alors tu es monstrueux

Professeur Platane : quel ramassis de connerie j'ai pas fait l'armée pour sa moi

Sacha : BALBUTO ATTAQUE TONERRE

Professeur Platane : LE COMBAT COMMENCE

Sacha : TOGEPI PRINPLOUF METAMORF MONSIEUR MIME A L'ATTAQUE

Professeur Platane : ON N'A PAS LE DROIT D'ENVOYER PLEIN DE POKEMONS EN MEME TEMPS OK ??? ? ? ?

Sacha : désolé !

Professeur Platane : c'est bon

Sacha : non je suis.. .. . indigne de mon père . . ..

FLASH-BACK*

Père de Sacha : mon fils... . . . dans le futur tu devras être comme moi sinon ta mère et moi ne serons pas contents car nous avons des espoirs de dresseur pro sur ton dos

FIN DU FLASH-BACK*

Sacha : je vais me suicider


Chapitre 9


Sacha : je vais me suicidée

ondine : non sacha je suis ondine souviens-toi de nos jours heureux quand nous avons traversée Kanto avec des combats pokémon

Sacha : tu es qui

Ondine : tu ne m'a pas oubliée quand même ? nous étions meilleurs amis du monde

Sacha : malheureusement mon pokémon magique ne m'a pas aidée pour battre le professure platane alors j'ai décidée de me suicidée car mon père est mort et il comptait sur moi mais malheureusement je suis trop faible car je ne sais pas utiliser l'amitiée de mes pokémons fort

Père de Sacha : salut

Sacha : attends là j'y crois pas putain

Père de Sacha : oui car ton pokémon magique Arceus m'a redonner la vie avec son pouvoir eau/vol mais EN ECHANGE c'est redevenu un carapuce à la place désolé mais bon on peut pas tout avoir d'accord ?

Arceus : oui

Sacha : mais c'est encore un Arceus je crois

Arceus : non

Sacha : ah ok

soudain le professeure platane arrive et essaye de tuer Arceus avec un pyroli niveau 8 avec un sac de baies et un cherche objet pour trouver des racines de pokémon magique car le professeure platane a en faite créé les pokémon magique mais ne veut pas qui soit dit*

Arceus : putain

Professeur Platane : je t'ai créer mais maintenant je vais te detruire pokémon magique de type eau/vol que tu es

Arceus : non

(Arceus tue le professeur platane)


Chapitre 10


Père Sacha : tout ce temps que nous avons passé éloignées l'un de l'autre c'était beaucoup

(Un lumivole attaque le père de Sacha)

Père Sacha : koi

Lumivole : c'est toi qui a tué mes parents il y a 10 ans

Sacha : as-tu tué les parents de lumivole papa est-ce vrai

Père Sacha : non

Lumivole : mais oui c'est sa allez ATTAQUE SPORE

Père Sacha : le poison m'empoisonne les vennes

Sacha : que se passe-il

Père Sacha : il faut aller cherchée l'anti-dote avec ton pokémon magique ou je vais mourire

Lumivole : hahahahaha voilà

(Le Lumivole s'enfuie)

Arceus : je suis un pokémon magique de type eau/vol et de niveau 47 avec force cachée

Sacha : pourquoi tu ramenes sa pour le moment

Arceus : car cela va nous aider car je vais d'abord aller chercher l'antidote puis après nous devront battre les champions de l'arène car je suis un pokémon pour les battre

Sacha : oui

Team Rocket : hahahaha

Sacha : encore eux

Team Rocket : je vais voler arceus *elle vole Arceus*

Arceus : au secours

(Arceus va chercher l'antidote)

Arceus : c'est bon

Sacha : papa tient bon


Chapitre 11


pendant ce temps dans une autre partie du monde pokémon un combat se faisait rage avec des pokémons de type combat car c'était une compétition et tout le monde voulaient gagner

coach : chenipan attaque coup de pied dans les airs

culturiste : pourquoi

mais retournons a notre histoire car pour le moment le coach et le culturistes ne sont pas interessants pour comprendre

père de Sacha : ou est Arceus

Arceus : je suis là désolée j'ai ramener l'antidote mais malheureusement je me suis cassé une jambe

père de Sacha : ok

Sacha : montre moi ta jambe arceus oh ses superficiel surement un tir d'obus. un smogogo de type sauvage a due te faire cela car en ce moment il y a la guerre avec les infirmières joëlles

Arceus : c'est vrai ce que tu dis

infirmière joëlle : c'est la guerre

Sacha : couvrez vos arrièrent

l'infirmière joëlle tue Sacha*

père de Sacha : mon fils

Arceus : arceus arceus

père de Sacha : utilise tes pouvoires, sales pokémon , sinon il est mort et c'est mon fils je dois le protéger contre le mal et je dois le sauver

ondine : je vais vous raconter toute l'histoire...

Arceus : sacha j'utilise mes pouvoirs magiques de type eau/vol

sacha ne se réveille pas*

Professeur Platane : j'en étais sure. . . tout est de la faute de la team Rocket, il faut reparer le mal par le mal

père de Sacha : professeur platane nous somment d'anciens rivals mais là c'est important donc on va faire équipe

Professeur Platane : mais sacha est mort pour toujours

(Un Simiabraz niveau 100 arrive et prend le professeur platane en otage)

Simiabraz : le professeur platane

ondine : au secours

Père de Sacha : Simiabraz soyez raisonnable car sacha a été tuer par la team rocket et nous devont nous venger

(Sacha revient)

Sacha : stop


Chapitre 12


père de Sacha : nous sommes les meilleures amis du monde platane

professeur Platane : pardi c'est sûr

père de Sacha : je t'ai trahie

FIN DU FLASH-BACK*

Arceus : je suis un pokémon magique et je suis de type eau/vol de type spectre car on m'a ajouté un type depuis que j'ai été soigné au centre pokémon par un cartomanssien

Professeur Platane : tu as une destinée arceus en tant que pokémon magique tu dois combattre la ligue pokémon

(la ligue pokémon arrive sur place dans une fanfare avec beaucoup de bruit)

arceus : cela est donc la fameuse ligue pokémon

ligue pokémon : salut

arceus : suis-je prêt pour les battrent

ligue pokémon : attention

Sacha : arceus je vais t'aider car nous sommes maître/dresseur combattont la ligue cote à cote

LE COMBAT POKEMON COMMENCE*

ligue pokémon : pikachu a l'attaque attaque tonnerre

sacha : arceus attaque bulle d'eau

C'EST SUPER EFFICACE*

pikachu est KO

sacha : yes

pikachu : pikachu

ligue pokémon : spoink

c'est super efficace*

Arceus : la ligue pokémon a été + forte que moi voilà c'est triste mais c'est mon destin et malgré la diversitée je dois accepter d'être battu car cela renforge mon caractère de pokémon de type eau/vol magique

ligue pokémon : hahaha

professeur platane : je suis TELLEMENT décue par ton comportement que je t'enlève ta magie

Arceus : ok . . .

Sacha : tu n'est plus mon pokémon car je dois trouver un pokémon meilleur pour battre la ligue

ondine : Arceus semble triste à cause de cela

(Un Simiabraz kidnappe Ondine)


Chapitre 13


(Ondine kidnappe un Simiabraz)

Ondine : je me venge...

sacha : oui ondine

(Arceus tue Ondine)

Arceus : je n'ai plus ma magie et je me venge contre les femme comme en 40 je suis particulierement à chevale sur la tradition les hommes au pouvoir femme au foyer

sacha : tu as tuer ondine n'es-tu pas un peu malade

(arceus va vers le professeur platane

Arceus : professeur platane

Professeur platane : tu as tuer ondine

Arceus : oui

Professeur platane : tu es la honte des pokémon magique de type eau/vol/spectre et quand je t'ai créé je ne pensais pas que tu ferais ainsi la honte alors voilà

Arceus : c'est quoi le problème

Professeur platane : tu as tuer ondine

Arceus : ok

Sacha : ne vous disputez pas

Arceus : si je veux

(Sacha capture trois pokemon legendaires et attaque Arceus avec son pikachu puis il resuicite ondine avec l'aide d'Arceus)

Ondine : qui etes-vous j'ai perdu la memoire à cause de la mort que j'ai vécuent

Sacha : tu ne connais pas toute la véritée

Team Rocket : hahahaha


Chapitre 14


FLASH-BACK

professeur chen : salut sacha c'est le grand jour tu dois choisire un pokemon starter pour partir a laventure

maman de Sacha : holalala

Sacha : je choisis un mew niveau 100 shiny avec une baie kika

professeur chen : ok attend

(le professeur chen caputre un mew)

maman de Sacha : c'est le grand jour

Sacha : maman

professeur chen : sacha prend bien soin de tes pokemons car nous somme dans un monde dangereux et plein de dangers a cause des mauvais pokemon de type obscur/sol et de la team rocket de type feu

Sacha : koi

professeur chen : tu comprendras en traversant kanto

ondine : putain

FIN DU FLASH-BACK

-----------------------------------

Arceus : ondine

Professeur Platane : Arceus tu as décu de part ton attitude tu n'es pas digne d'un pokemon magique de type eau/vol/spectre

Arceus : c'est bien là le problème

(Arceus tue le professeur platane)

ondine : non mais sa va pas la tête ou quoi ?

(un castorno niveau 75 arrive au milieu des personnage et déclenche une tempete de sable)

ondine : haaaaaaa sacha je suis emporter par la tempete de sable

sacha : ondine

ondine : stp aide-moi je te lance une corde

sacha : je narrive pas a attrapée la corde elle est trop loin

ondine : nooooooooooon

(ondine tombe dans la tempete)

ondine : aaaaaaaaaaaaaaaaaa

Team Rocket : hahahaha

pierre : sacha faisons un combat amical

sacha : salameche bulbizarre metamorf tauros granbull

pierre : branette

sacha : ok

(La Team Rocket tue pierre)

sacha : j'ai perdu un ami malheureusement

professeur chen : mais je suis de retour

sacha : professeur chen après toutes ces années

professeur chen : non

sacha : vous allez m'aidr à percée le mystère du pokémon magique de type eau/vol Arceus qui est un grand amie mais je ne comprend pas son secret

professeur chen : je sais tout sur lui hé oui je suis derrière toute cette histoire

sacha : c'est quoi alors

professeur chen : le pokémon magique est...


Chapitre 14


professeur chen : arceus

Sacha : oui

Arceus : les pokemons de type au vol de ma trempe de type magique ne sont pas respecter sur leur juste valeur malheureusement et malheureusement je suis maltraiter par mon createur

professeur chen : mon vieux collègue le professeur platane

professeur platane : c'est moi souvient toi

professeur chen : ha oui salut j'ai entendu dire des choses sur toi

balbuto : c'est pas de la tarte

(Sacha capture de le balbuto)

Sacha : j'ai un balbuto

ondine : sacha nous devons battre la ligue pokemon car arceus a deja battu la ligue pokemon mais pas nous

sacha : oui attends j'entraine mon balbuto

(sacha donne une potion a balbuto)

(Arceus tue balbuto, le professeur Chen, Ondine et Sacha)

professeur platane : ceci etait un piège

Arceus : hé oui depuis le debut j'ai mis balbuto comme espion pour detruire sacha care je dois être le seul a batre la ligue pokemon

ligue pokemon : oooooh

Team Rocket : hahahaha

Arceus : je suis le pokémon magique et je domine le monde hahahahaha

pierre : c'est impossible

arceus : ok


Épilogue


sacha : cette aventure etait riche en mouvements mais malheureusement je n'ai pas pue y arriver

professeur platane : tu peux choisire un pokemon pour compenser

sacha : oui

ondine : y a quoi

sacha : je choisis feunnec

ET C'EST AINSI QUE COMMENCA LA GENERATION 6 DE POKEMON

FIN


Épilogue - Suite !


non je deconne c'est pas finie car regardez :

sacha : professeur platane c'est a cause de vous que arceus a pris de la puissance alors faisont un combat ultime pour savoir qui gagne le combat

professeur platane : j'ai connue ton père dans le passé

sacha : oui je sais son ame peut reposer en paix

professeur platane : il est mort il y a dix ans

sacha : oui cela est vrai

père de sacha : ne te laisse pas demonter sacha, le professeure platane est a la base de toute cette histoire

sacha : je vais me battre jusqu'au bout ok

(ondine se jette sur sacha)

ondine : yes

sacha : attends ondine je dois me battre contre platane

professeur platane : le combat final de notre vie

(La Team Rocket emprisonne le père de sacha dans un dome de verre)

team rocket : hahahah

sacha : je vais envoyer mon pokemon le plus fort.... . . . . . . . APITRINI, FORCE FEU !!!!

Apitrini : apitriniiii

professeur platane : et moi j'envoie... FLAGADOSS ATTAQUE MIMIQUEUE

Apitrini : MIMIQUEUE JE PERDS MA DEFENSE ET MON ATTAQUE

Sacha : MON POKEMON N'A PLUS DE DEFENSE ET D'ATTAQUE

(Ondine se jette sur le professeur platane)

ondine : hey

professeur platane : je fais le combat !

ondine : pardon

(la team rocket enferme pierre dans un bunker)

ligue pokemon : hahhahaha

dresseur de la route 22 : allez allez sacha on compte tous sur toi

arceus : bon sacha je vais te venire en aide car tu ma beaucoup aidée par le passé

(arceus se transforment en carapuce)

carapuce : carapuce carapuce

sacha : merci de ton aide

professeur platane : HAHAHAHAHAHAHAHAHAHA je t'envoie mon salamèche niveau 97

sacha : je suis foutue

(ondine fonce sur sacha)

ondine : !

sacha : ondine

professeur platane : ce combat est acharnée

professeur chen : qui va gagner

(un cerfrousse niveau 100 intervient dans le conflit)

sacha : hey

professeur platane : ATTAQUE TONNNNNNNNNNEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEREEEE
EEEEEE

Sacha : wwwwwwwwaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaahhhhhhhhhhh

Team Rocket : nous sommes la team rocket

sacha : je promets de ne plus jamais voler de pokemon cela est interdit par la loi

feunnec : feunnec

sacha : AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHHHHHHHH

professeur platane : j'ai perdu

sacha : quelle fin heureuse

(mais dans l'ombre, le pokemon magique prepare sa revanche)

FIN ???



Voilà voilààà
Cette fanfic a donné lieu à une gigantesque propagande, voici...

L'adaptation en Anime de la fic !!!!!!!
L'adaptation en Film de la fic !!!!!!!!!!!!


Bonne journée o/
Article ajouté le Mercredi 08 Mars 2017 à 14h33 |
24 commentaires
Un nouveau ptit texte ~
Le dernier que j'ai posté, c'était celui sur la patate, et je me rappelle que quelqu'un m'avait dit qu'il espérait que je posterai d'autres petits textes comme ça, je crois que c'était Eliii.
Ce dont je me rappelle aussi, et c'est marrant, c'est que ce texte de la patate, je l'avais posté en même temps qu'un preview de FC et ce texte-là je le poste deux jours après une preview pour ma prochaine fic, c'était pas fait exprès :')
Ce truc-là, je l'ai écrit hier soir, sur trois feuilles dans le noir d'une salle de spectacle, j'ai juste écrit ce que j'ai vu en fait. Mais c'est dur à expliquer, je vous laisse regarder par vous-même ~






3/12/16

Il y a un mec assis à côté de moi ; enfin à côté, il y a deux sièges, vides, entre nous. Il a les jambes croisées, il a gardé sa capuche même si on est à l’intérieur de la salle, même s’il fait chaud ; je crève de chaud.

La salle, c’est la salle des fêtes d’un petit village des Alpes dont j’ai déjà oublié le nom. On est à une soirée poésie-chanson française, parce que la partie chanson c’est Papa qui la fait. Là, c’est la partie poésie.

Le mec à côté mais pas trop à côté de moi regarde à peine, il lève juste la tête de temps à autre, je sais pas si il écoute, en fait. Moi non plus j’écoute pas trop à vrai dire, parce que j’écris. Lui, il écrit pas, il est juste là, la tête baissée, il regarde le sol, qui est moche parce que sol de salle des fêtes d’un village un peu paumé.

Pourtant, c’est assez sympa ces poésies. C’est pas vraiment de la poésie traditionnelle, enfin je sais pas comment définir la « poésie traditionnelle », mais c’est pas ça. Ça, parfois c’est drôle, parfois les gens rient, parfois moi aussi même si j’entends qu’à moitié parce que j’écris. Lui, il ne rit pas, il frotte ses mains contre ses jambes comme s’il avait froid ; mais il fait pas froid.

« Quand j’étais ptit, dit le mec qui est en train de lire ses poèmes pas traditionnels, j’pensais que « paradoxalement », c’était une sorte de supplice chinois. » C’est pas mal, ça, les gens rient. Pas lui, pas moi non plus. Les gens rient parce qu’ils écoutent, je ris pas parce que j’écoute pas, donc j’imagine que pour lui c’est pareil. Pourtant, maintenant il regarde (même si en réalité y’a pas grand-chose à regarder), mais il regarde un peu comme quand dans le bus on regarde son reflet dans la vitre au lieu de regarder le paysage. Il voit mais il ne regarde pas, c’est un des trucs dont j’ai déjà essayer d’expliquer à mes potes la différence entre les deux et qu’elles ont pas compris.

Les gens applaudissent à la fin de chaque poème, heureusement qu’ils sont un peu longs parce que sinon ça serait vraiment chiant. Lui n’applaudit pas beaucoup, tout juste il tape dans ses mains deux-trois fois, mollement, avant de croiser les bras et de fixer de nouveau son regard sur le sol moche. J’applaudis pas trop non plus, parce que pour ça je dois poser mon stylo et j’ai la flemme. C’est un peu con. Ou alors c’est que j’ai pas envie, c’est plus probable et c’est moins con.

Les poèmes continuent, ils sont trois à les réciter en fait, ils font plusieurs passages en alternance. Y’en a un c’est bien, les deux autres c’est moins bien, mais bon. Lui, je sais même pas s’il se rend compte que ça change parfois de personne qui parle.

La partie poésie est finie, là, je crois qu’ils vont faire une sorte d’entracte avec du vin chaud. Il n’attend pas la fin des applaudissements, il se lève, il se dirige vers la porte (il occupait la place qui en est le plus proche). C’est une porte de salle des fêtes, vitrée, avec une barre au milieu qu’il faut appuyer dessus pour ouvrir. Il lève la jambe et il appuie avec le genou, avec violence ; étrangement, ça ne me surprend pas, ça colle au personnage, j’ai envie de dire. Il sort.

Maman me dit d’enlever mon manteau, il paraît que je suis toute rouge. C’est vrai qu’il fait chaud dans cette salle des fêtes. Les gens commencent à se lever ; je passe vers la porte par laquelle il est sorti, comme elle est vitrée, je le vois. Il fume une cigarette en faisant les cent pas devant la salle.
Si j’avais dessiné ce moment-là, je me serais fait au-dessus de la tête un bulle avec trois petits points de suspension. Il m’intrigue, je crois que je suis triste pour lui mais je sais pas pourquoi. J’ai peut-être un peu pitié aussi, mais ça me gêne de l’écrire parce que je ne crois pas qu’il existe des gens qui aiment inspirer la pitié. Je crois qu’il me fait penser à Gladio dans Pokémon Soleil et Lune.

Entracte. Je sais pas combien de temps c’est censé durer, mais c’est l’occase pour écrire. Je vais me mettre dans le coin près de la porte, avec mon livre comme support ; c’est très chiant d’écrire avec un livre comme support, mais j’ai rien de mieux, je pensais pas que j’allais écrire.

J’aime bien l’ambiance des entractes, avec tous ces gens qui discutent, sauf que là ça pue le vin chaud et je sais pas s’il y a une odeur que je supporte moins bien à part celle de la cigarette. Surtout que je suis juste à côté de la table où ils en servent, du vin chaud, mais je ne veux pas m ‘éloigner de la porte, au cas où.

J’écris une dizaine de minutes, pour rattraper le retard ; parce qu’on dirait que j’écris au présent exactement comme je vis au temps réel, mais je ne suis pas aussi rapide, j’ai un temps de décalage.

Puis le concert commence. Papa m’a demandé de filmer pour faire un teaser sur son spectacle solo, donc j’allume la caméra antique et je vais la mettre sur le côté de la scène où ça fait un bon angle, un peu plus loin de la porte. J’y jette tout de même des coups d’œil réguliers, parce qu’il est toujours dehors. Ça se trouve il est parti...

Non, il finit par rentrer, il traverse la salle, il va s ‘asseoir par terre, dans le coin du fond de la salle qui est de l’autre côté de la porte. Je suis contente qu’il soit revenu, je sais pas pourquoi.

La caméra se décharge hyper vite. Je filme deux-trois chansons en essayant d’écrire dans le noir, j’essaie de changer de temps en temps de position (je parle pour la caméra). Finalement, en dix minutes plus d ‘énergie, ces vieilles batteries c’est vraiment de la merde, je vais me brancher à la régie comme Papa m’a montré tout à l’heure. Du coup je pourrais plus changer d’angle de prise de vue, dommage. En même temps moi ça m’arrange, je vais pouvoir retourner écrire dans le coin de l’entracte.

« Y’a des choses que je regarde comme ça et je me dis que je m’en fous pas, parce que ça ressemble à la vie... » fait la chanson.
Je le regarde, ou plutôt je regarde le coin sombre où il est assis. Cette chanson-là je l’aime pas trop, mais là je l’aime bien parce que c’est vrai.

J’aimerais être capable, comme dans les livres, les films et la fiction en général, d’aller m’asseoir par terre à côté de lui, juste ça, puis dire quelque chose ou rien du tout, peut-être lui demander si ça va même si c’est con comme question. Je crois que ça ne va pas, c’est pour ça que j’aimerais faire quelque chose, mais non je reste dans mon coin à écrire ce truc que je ne sais pas qui le lira, quoique j’ai bien une petite idée mais je crois que ça ne changera rien de toutes façons. Ça changera rien pour ces gens comme lui, ces gens qui ne vont sans doute aux soirées chanson-poésie que pour s’abriter un peu au chaud, pour s’isoler de toutes les emmerdes qui leur tombent dessus, pour se divertir peut-être, penser à autre chose ; à autre chose que quoi ? À autre chose que ce qu’ils vivent, s’ils vivent quelque chose, ce que les autres gens dans la salle des fêtes ne peuvent sans doute pas imaginer, que je ne peux pas imaginer non plus, et donc que je n’écris pas même si j’en crève d’envie, que je crève d’envie de faire connaître ce que vivent ces fantômes-là, comme lui. Je m’exprime mal, là, ça m’emmerde beaucoup parce que s’exprimer mal pour parler d’un truc comme ça, c’est vraiment pas terrible.

Putain, putain. Il est là, juste à côté de moi, juste devant la porte, il me cache la lumière du lampadaire à l’extérieur qui me sert à écrire, c’est comme ça que je le remarque. Il fait vraiment chaud, dans cette salle. Il regarde la scène avec un semblant d’intérêt, les mains dans les poches de son blouson en cuir, appuyé à moitié contre la porte, à moitié contre le mur à côté de la porte, ses cheveux blond sale tombent un peu devant son visage, c’est vraiment Gladio en fait.

Le concert continue comme si de rien n’était, ça paraît presque étrange alors que c’est normal, parce que ce mec est un fantôme que personne ne voit. Je continue à écrire pour effacer la lâcheté de ne rien faire d’autre et de ne rien dire. Alors qu’il vaut sans doute mieux que je ne dise rien parce que vu ma virtuosité en termes d’expression orale, je ne ferais qu’aggraver les choses, ces choses que je peux pas imaginer mais qui ont l’air de faire mal.

Puis il s’en va, comme ça, le concert n’est pas fini, mais il pousse la barre de la porte, avec la main cette fois, et il sort ; comme ça. Mais il ne se contente pas de sortir une cigarette comme tout à l’heure, non, il s’éloigne dans la rue froide comme une nuit de décembre dans un petit village des Alpes, sous des décorations de Noël connes, niaises, colorées alors que j’ai l’impression qu’il faut pas parce que je le vois marcher à côté et que ça colle pas. Je suis triste de le voir partir, triste est un mot faible mais j’en trouve pas d’autre, là. J’aimerais qu’il reste, même si c’est con parce que ça changerait rien. C’est égoïste, mais j’ai envie de connaître les choses qu’on ne peut pas imaginer, mais je pourrais pas puisqu’il est en train de partir et que j’ai pas eu le courage de lui parler, j’ai envie mais je suis sûre que cette envie sera oubliée dans un mois à peine, et ça ça me fait chier. Ce fantôme, je l’oublierai ; mais au moins j’ai écrit, et c’est peut-être pour ça d’ailleurs, peut-être que comme ça je n’oublierai pas, peut-être que c’est pour ça que j’écris depuis le début de cette soirée, je sais pas.

Il disparaît au détour de la rue, je soupire, déçue, et triste même si le mot est faible, et je retourne écrire parce que je suis décalée par rapport au temps réel.
J’ai froid.





Voilà. Ce type m'a beaucoup marquée, j'ai pas cessée d'y penser depuis, en fait. Je sais pas pourquoi.
Sur le texte, j'ai l'impression que c'est pas mal, mais je sais pas trop, j'ai du mal à me juger moi-même en fait, j'ai peur que ce texte paraisse niais. J'ai que quatorze ans, je pense pas tout savoir de la vie. Donc je veux bien des avis ^^
J'espère que ça vous a plu, en tous cas. Le bonjoir à vous :')
Article ajouté le Dimanche 04 Décembre 2016 à 19h16 |
25 commentaires
Un ptit texte '-' Et une ptite preview ^^
Bonjoir!

Comme le titre l'indique, donc, voici une petite histoire que j'ai rédigée sur un scénario que j'avais initialement prévu pour un court-métrage qui n'a pas pu être mené à bout :/ Voili voilou:


Clac. Clac. Clac.
Elle prit conscience, là, comme ça, de son environnement. Elle était serrée contre les corps inertes de ses congénères. L’atmosphère sentait la mort. Où était-elle ?

Clac. Clac. Clac.
Ces bruits résonnaient dans toute la pièce, secs et réguliers. Ils inspiraient quelque chose de malsain. Elle ne savait rien de plus.
Lentement, elle ouvrit les yeux.
Elle se trouvait en haut d’une pile formée par une vingtaine de ses semblables, entassés. Visiblement à l’intérieur d’une caisse en bois dont les bords lui bouchaient la vue. Elle se leva et s’en approcha.

Clac. Clac. Clac.
Une vision d’horreur s’offrait à elle. Dans une bassine posée de l’autre côté de la table où se trouvait sa caisse gisaient des morceaux de corps, tranchés net.
Juste devant elle, l’une de ses congénères agonisait. Un couteau découpait les chairs, méthodiquement, par de grands coups assenés avec une violence époustouflante. Sa peau avait été retirée, visiblement avec l’instrument de torture posé juste à côté. Et inlassablement, le couteau luisant tranchait, tranchait, jusqu’à ce que de la victime il ne reste plus qu’un tas de cubes aux arrêtes nettes. Un vrai massacre. La spectatrice sentit la nausée l’envahir.

La main qui maniait le couteau se dirigea alors vers sa caisse. Elle se jeta contre les autres, essayant tant bien que mal de se fondre dans la masse.
La main saisit l’une des infortunées qui attendaient leur heure, et l’arme recommença son œuvre mortuaire. Elle leva les yeux. L’humain qui tenait le couteau avait un air parfaitement décontracté, comme s’il se fichait complètement de celle qu’il était en train d’assassiner. C’était presque plus effrayant que s’il avait arboré une expression de satisfaction morbide, comme elle s'y était attendue.

Clac. Clac. Clac.
Elle devait s’enfuir. Du moins si elle ne tenait pas à finir en petits cubes comme les autres.
Elle examina son environnement. Les bords de la caisse n’étaient pas suffisamment hauts pour lui empêcher le passage. Elle sauta par-dessus et atterrit sur la table avec un petit bruit. L’humain se tourna vers elle ; elle se cacha derrière la caisse. L’assassin reporta son attention sur son activité. Ouf.

La fugitive repéra une fenêtre ouverte, en face d’elle. Trente centimètre de vide la séparait du bord de la table... Il allait falloir sauter. Elle vérifia que l’humain ne la regardait pas, prit son élan... et se projeta dans les airs.
Le temps parut ralentir. Elle eut un instant l’impression qu’elle n’attendrait pas sa cible... et roula finalement sur le bord de la fenêtre. En trois bonds, elle était dehors.

Une petite brise matinale agitait les feuilles des arbres verdoyants, les oiseaux chantaient. Elle se laissa glisser de son perchoir, loin de l’humain, loin de la mort.
Elle fit quelque pas dans l’herbe, hésitante. Tout était si grand... Elle avança, avança encore. Peu à peu, les bruits de couteau s’estompèrent. Elle était libre. Un immense sentiment de joie l’envahit, et elle se mit à avancer par petits bonds rapides. Il y avait tant de choses à voir ! Elle ne se souvenait de rien avant cette caisse en bois, elle redécouvrait le monde.

Toute la journée elle se promena, infatigable, grimpant dans des arbres, visitant des terriers, traversant des ruisseaux, gravissant des collines. Plus elle en voyait, plus elle voulait en voir. Dans ses pérégrinations, elle oublia totalement le sort de ses congénères, se laissant aller au bonheur le plus total. Peu à peu, le soir arriva. Elle ne savait pas vraiment où elle était, mais cela n’avait pas d’importance. Elle n’avait aucun plan d’avenir, sa seule préoccupation étant pour le moment de profiter au maximum de l’instant présent. À la lumière de la Lune, elle grimpa sur le haut muret qui séparait deux jardins, l’un en contrebas de l’autre.

Et elle commença à chanter. Chanter sa liberté. Chanter les louanges des arbres, des fleurs et de la douceur de la nuit, chanter pour ce monde qu’elle n’aurait jamais connu sans s’être échappée.

Et soudain, le vent se leva. Elle était légère, trop légère... elle tomba du muret.
Muret d’environ cinq mètres de hauteur...
La chute parut interminable...
La pomme de terre eut la pensée fugace que c’était vraiment trop bête...
... Et s’écrasa dans un bruit mou, alors que l’écho de sa chanson résonnait encore.



(Ce scénario part d'un délire avec un pote qui avait lui-même un énorme délire sur les patates)
Comment ça, la chute vous rappelle quelque chose? :D


Bref.
Une personne dont je tairais le nom ( :D ) m'a demandé de poster une petite preview de ma fic à venir Flamme contraires. En voici donc un petit passage se situant dans le chapitre 2.


" Eh bien, nous sommes dans la même organisation depuis cinq mois, il était temps que tu me reconnaisses, petite soeur!"
Abasourdie, elle ne répondit pas. Des hoquets de stupeur s'élevèrent dans la salle.
"Nous nous sommes croisées plusieurs fois dans les couloirs, reprit cette femme brutalement ressurgie de son passé, un sourire sarcastique sur les lèvres. Pas une fois tu ne m'as accordé un regard!
Elle resta silencieuse, incapable de formuler ses pensées.



Voilà, je sais que c'est court, maaais bon.
(Je rappelle que vous trouverez des indices sur les personnages principaux de cette fic dans mon précédent article, plus précisément avec l'image que j'y ai mise.)



Voilà c'est tout, bonne journée!
Article ajouté le Dimanche 04 Septembre 2016 à 17h57 |
15 commentaires