Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Destins liés ~Crépuscule~ de fan-à-tics



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : fan-à-tics - Voir le profil
» Créé le 13/02/2010 à 22:32
» Dernière mise à jour le 15/02/2010 à 23:51

» Mots-clés :   Présence de personnages de l'animé   Présence de poké-humains   Présence de shippings

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Episode 42 : La mise au "poing" !
-Chapitre 42- partie 1- La mise au « poing » !

BON SANG DE BOIS ! WAH j'ai cru mourir en écrivant ce foutu chapitre ! je me disais j'en verrais jamais la fin ! Mais qu'est-ce que j'écris encore, je vais dépasser les 20 pages moi ! Et toutes sorte de chose, à chaque passage je me disais que j'y arriverai jamais…
Et effectivement, ce n'était pas parce que y-avait mon scénario derrière que ça prenait tant de place sur le fichier original. C'est parce que le résultat faisait 44 pages.

Presque mon record ! Wah !

Donc je vous le coupe en deux si vous le voulez bien, vous aurez la suite Mercredi –ou le WE suivant-

J'espère que vous apprécierez beaucoup plus le chapitre que j'en ai pris à l'écrire.
J'en suis venu à un tel agacement pendant le combat que j'aurais bien tué Eléa d'une crise cardiaque en plein milieu rien que pour y mettre fin. (Puis en plus, vous vous seriez pas attendu à une telle chute ! hein ? hein ? Bon ok je sors)

En attendant Bonne lecture et n'hésitez pas à commenter !
Bisous !

Et BON ANNIVERSAIRE MiXY !!!




Un jour où l'autre, on est tous confronté à la mort, celle d'un proche, celle d'un inconnu devant nous, qu'on remarquait à peine auparavant, ou sa propre fin. On subit tous cette sensation de perte un jour ou l'autre, peu importe le statut ou la moralité dont on fait preuve, personne n'est immortel, invincible, vieillards comme jeunes. Étrangement, la mort confère transcende en un sens, c'est affreux de dire ça, mais on est prêt à pardonner aux plus injustes une fois qu'ils sont partis, on est prêt à leur prêter une auréole. Parfois, un étranger, un artiste, ne prend de la valeur qu'une fois décédé, malgré tous les efforts qu'il a fourni durant son existence, ce n'est qu'à son achèvement qu'il en récolte les lauriers, une saveur de gloire qu'il ne goûtera jamais entoure sa tombe, ceux qui lui crachaient dessus lui jettent des fleurs, et l'abondent de compliments.

Mais une personne décédée se soucie-t-elle vraiment de cela ?

La mort est une épreuve pour ceux qui restent, qui y survivent, c'est une étape fondamentale de la vie, paradoxalement. Et ce qui nous rend unique, c'est notre façon de la surmonter. Certains s'en veulent, d'autres font semblant d'ignorer, s'enferment dans le souvenir ou dans l'appréhension de l'avenir.

Au final, même si le dire demeure horrible, le deuil est pire que la mort en elle-même.
Et on a beau savoir qu'on devra irrémédiablement s'y confronter, la douleur n'en est pas moins insupportable.

Les Sarl l'apprenaient à leur dépend. Les policiers avaient beau s'affairer autour de la faille, pour la forme, tous ici présents, savaient qu'ils n'en ressortiraient plus rien. La moitié des décombres filaient déjà vers l'océan, avec la dépouille de leur trésor.

Maximilien Sarl, tapotaient le dos de sa belle-fille avec une constance faible, le regard ailleurs, plongé dans les propres souvenirs de la mort de sa propre femme. Piégé dans son propre chagrin, il ne pouvait guère supporter d'alléger celui d'un autre, malgré toute sa volonté. On ne peut rien faire dans ces cas là.

Charles avaient cessé de courir de long en large, cessé d'espérer, ses jambes ne le portaient plus depuis un bon moment. Assis à même le sol serrant la main de sa femme, il ne pensait plus à rien. N'espérait même plus de miracle. Il se résignait, pour la première fois de sa vie, il lâchait l'affaire. Il n'avait plus la force de garder prise. D'un mouvement las, il tourna la tête vers sa femme.

Il supposait que, comme le demandait l'acte de mariage, il devait toujours l'aimer et la trouver magnifique, dans la joie comme dans la peine, mais c'était faux. Il était tout simplement incapable d'avoir un quelconque avis, une pensée cohérente en cet instant. Tout son être se vidait progressivement, abandonnant une coquille vide.

-Si seulement je l'avais surveillée ce jour là.

Le murmure presque inaudible de Marina ressemblait davantage à une prière sourde envers une divinité étrangère, pleine de regret, de rancœur en un sens. Reprochant au ciel de lui avoir fait détourner les yeux de sa progéniture malade quelques minutes cette après-midi là. La réprimandant pour son manque d'inquiétude, son laxisme. Pourquoi n'était-elle pas partie immédiatement à sa recherche ? Elle avait une petite angine, elle savait qu'Eléanore était sûrement partie rejoindre Régis et Sacha pour jouer. Pourquoi n'avait-elle pas vu l'accident venir ! A la place elle était partie se coucher, dormir un peu, bouquiner, pendant que la chair de sa chair tombait dans un nid d'abo, pour en ressortir mourante.

-C'est de ma faute…

Sa voix se brisa.

Charles n'eut pas la volonté et le courage pour la contredire, la soutenir comme il aurait dut. Ils n'ignoraient pas tous les deux que c'était absurde, ils n'auraient jamais pu savoir ce que le destin leur réservait. C'était idiot de penser ainsi.
Pourtant…
Pourtant il fallait bien un responsable ! Il fallait bien que quelqu'un accepte de porter le fardeau de leur martyr ! C'était tout simplement, horrible de penser que tout ce qu'ils enduraient ici, restait l'œuvre du hasard, la faute à pas de chance. Il y aurait du forcément y avoir un coupable, sur lequel blâmer la perte de leur enfant.

Une agent Jenny vint les trouver là, debout devant eux, pauvres victimes de plus, tremblants, n'osant pas encore verser de larmes de peur d'accepter la fatalité. Elle n'eut même pas à prononcer un mot, Charles Sarl balbutia :

-C'est terminé alors ?

Elle se contenta d'hocher la tête et de leur tourner le dos, les entendre fondre en larmes faisaient déjà assez mal, elle ne voulait pas en plus avoir la vision de cette famille se disloquer dans sa mémoire.

Marina dans les bras de son mari, hantée par la vision de sa petite fille apprenant à marcher, qui lui arborait fièrement ses résultats, se plaignaient quand elle essayait de la coiffer, ne parvint pas à verser une larme de plus…Peut-être avait-elle simplement trop pleuré. Elle sentait les sanglots de son amour couler dans son dos, ainsi que ceux de son beau-père, mais rien, rien ne vint. Juste, juste l'arrêt de tout espoir. De tout.

Elle avait relâché ses propres Pokémons, ses amis, pour sa fille, elle lui avait dédié sa vie entière…Même la vie qui grandissait en elle de nouveau depuis à peine un mois, c'était plus pour suivre le désir de sa fille que parce qu'elle en avait réellement le désir. Comment pouvait-elle espérer en élever un autre, après avoir commis tant d'erreurs avec sa fille ?

Ses poings se crispèrent sur la tunique de Charles.

-C'est terminé. Se répéta-t-elle pour elle-même.

Maintenant, elle n'avait juste plus à se battre, à tenter de garder le sourire, elle n'avait plus à chercher des excuses, de vaines illusions pour espérer conserver Eléanore auprès d'eux.

-C'est terminé.

Elle ferma les yeux, et sinistrement, elle entendit les propres battements de son cœur se calmer, prendre un rythme affreusement normal, comme si rien du tout ne venait d'arriver. Comme si elle s'éveillait enfin d'un immense cauchemar. Une brume engourdissante l'envahit. Elle ne voyait pas le fantôme de sa fille devant elle, elle n'espérait pas la retrouver en ouvrant les yeux.

-C'est enfin terminé. Souffla-t-elle dans un frisson d'épouvante.

Charles Sarl ne comprit que trop tard que sa femme avait fait un malaise dans ses bras.

« « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « « «

A des lieux de là, une agitation semblable se préparait. Inconsciente des tourments de ses propres parents, Eléanore, bien vivante, se préparait pour son combat contre Sam. Régis avait bau lui répéter que ce n'était pas sérieux, dans son état, elle refusait de l'écouter. Elle avait claqué la porte derrière elle pour se changer.

Il pouvait tambouriner dessus autant qu'il le souhaitait, sa décision était prise. Devant le miroir, alors qu'elle ressortait les vêtements que lui avait confectionnés Christelle (les pauvres avaient bien vécus depuis), elle jeta un regard sur son reflet, et grimaça. Ses jambes et son dos étaient constellés de tâches à tel point qu'on ne voyait plus une parcelle de peau. Elle tâta avec appréhension les marques noires et rugueuses, et constata que les bouts de ses propres doigts eux-mêmes commençaient à s'assombrirent, les cicatrices qu'elle avait déjà constaté avant se propageaient, s'élargissaient.

« Ce sont les preuves que je combats le poison dans ton corps. » Lui souffla Miyu comme pour la rassurer.
-C'est…assez moche…Fit simplement Eléa. –Je dois m'en inquiéter ? De ces tâches ?
« Seulement si elles atteignent ton cœur ou ta tête, parce que cela veut dire que le poison est prêt de ton myocarde ou de ton cerveau, et à ce moment là. Ce sera le début de la fin je crois. »

Eléanore se pinça les lèvres, le spectre au dessus d'elle plissa les yeux avec une mine désolée.

« Quand tu utilises trop tes pouvoirs, je ne peux me concentrer que sur un front à la fois, donc ça va plus vite. Et quand tu m'as demandé de te laisser dormir…j'ai aussi laissé le poison se propager… »
-Ce n'est pas grave. Le coupa-t-elle intransigeante, froide.
« Bien sûr que si ! Tu comprends ce que ça veut dire…Tu as déjà peu de temps, mais après tout ça…c'est comme si… »S'emporta l'ancien Pokémon légendaire.

Eléa ne tressaillit pas, elle garda une expression figée, statique, lui tournant le dos.

-Hé, je devais déjà mourir avant. Qu'est-ce que ça change au juste ? Quand bien même je devrais m'arrêter demain, je ne regrette rien, j'ai pu revoir mes amis, mes pokémons. C'est tout ce que je demandais.

Miyu fronça les sourcils, Eléanore balaya tout autre question ou sujet d'un mouvement sec du poignet, puis siffla tout en finissant de se changer :

-Allez, j'ai un combat avec Sam.
« Pourquoi l'as-tu défiée, pourquoi ne pas lui avoir dit carrément ce que tu ressentais ? » Lança Miyu avare, peu enclin à se lancer dans la bataille.

Eléa échangea une œillade complice, malicieuse, et rétorqua :

-Parce qu'un combat permet de régler les comptes.

Sur ce, elle traversa le hall principal, dignement, sans accorder un regard à qui que ce soit, même pas Daniel ou Régis.

Dehors, le ciel nuageux, gris, semblait lui-même s'inquiéter de l'affrontement à venir.

Pourtant, le terrain était déjà préparé, à vrai dire, Shagi lui montra où se trouvaient ceux d'entraînements avec un naturel étonnant, comme s'il n'attendait que cela. C'était le seul véritablement à accepter sa décision, il lui souffla même qu'un combat était la meilleure manière de régler la chose et qu'elle avait bien raison. D'un côté, cette révélation qui la rapprochait de Shagi, ne l'enchantait pas des masses.

L'endroit où elle allait livrer bataille était étrange, une rangée de rectangle sablonneux s'alignait, avec entre chacun d'eux des bancs en fer pour le public. D'immense poutrelles d'acier s'élevaient à la verticale pour faire office de murs, soutenant des parois de verre, mais il n'y avait pas de plafond. C'était un toit totalement ouvert, à peine parcourue par des poutres solitaires pour éviter l'effondrement de la structure.

Samantha patientait déjà à l'autre bout du lieu, mal à l'aise. Peter s'approcha d'elle et demanda, inquiet :

-Tu es sûre de ne pas vouloir attendre que tu te sentes mieux ?

Elle n'aima pas du tout sa familiarité alors même qu'elle le connaissait à peine et l'ignora royalement pour se poster à sa place. Sans un mot elle sortit Caninos de sa pokéball et lui demanda de rejoindre les tribunes. Le petit bébé obéit docilement, et alla se placer sur un banc non loin en gémissant. Daniel en s'installant, se résigna et le prit dans ses bras, le petit être se laissa faire, craintif à cause du regard noir de sa dresseuse. Peu à peu, la foule les entoura, Makanie, Aaron, d'autres membres de divers conseils des 4 là par hasard, Samantha reconnut le célèbre Stevens…

Ses genoux manquèrent de l'abandonner. Akira se nomma officiellement arbitre, il lança une œillade à Sam pour la réconforter mais cela eut l'effet inverse. Eléanore elle, resta indifférente face à une énième question de la part du prof.

Dans un soupir résigné, l'enseignant baissa la tête et lança comme une routine :

-Ceci est un combat officiel, il n'y a pas de limite de temps, le premier adversaire à ne plus avoir de Pokémon est déclaré vainqueur. Ces règles vous conviennent ?

Sam allait les rejeter, ça et le combat, vu qu'elle avait non seulement eut le temps de s'entraîner elle pendant presque une semaine et demi ; et qu'en plus elle avait plus de Pokémon qu'Eléa, mais celle-ci la prit de cours.

-OUI ça me convient.

Et sans plus attendre elle désigna Ash du chef, le Pokémon dragon noir s'avança sur le terrain dans un pas de conquérant.

Samantha se mordit l'intérieur de la joue, pensive, et après une longue réflexion, envoya lainergie pour son type avantageux. Avant d'entamer le combat elle balbutia :

-Eléanore, je suis désolée je peux…

Mais contre toute attente, Eléanore ferma les yeux et lança simplement :

-Ash envole-toi.

La jeune fille se recroquevilla. Elle l'ignorait.

Le public quant à lui, s'étonnait de voir l'une des adversaires se priver de la vue pour une bataille de cette ampleur. Seul Daniel comprit qu'au lieu d'être une gêne, se couper du monde aux alentours pouvait permettre à Eléa de rester calme, pour une meilleure stratégie. Après tout, elle était liée à ses Pokémons.

Samantha voulut balbutier à nouveau :

-Eléa…Je peux vraiment…

Un jet enflammé manqua de la toucher elle et son Lainergie, et Eléanore lâcha simplement :

-Concentre-toi sur le match au lieu de parler pour ne rien dire.

Bien évidemment, elle ne pouvait pas savoir qu'Eléa, elle-même cherchait ses mots, ses phrases planifiaient un pseudo discours. Elle n'avait pas d'autre chance, ce match, c'était le règlement de compte, elle se devait 'être claire, précise, concise, de n'omettre aucun détail, parce que sinon, elle savait qu'elle allait le regretter, vouer à l'échec sa propre campagne.

Samantha fit un pas en arrière, refroidie, puis elle grimaça une nouvelle fois, devant son dilemme et commença la voix brisée, harassée, incapable de pouvoir se défendre, s'expliquer.

-Lainergie, attaque spore côton !

La première chose qu'elle devait faire, c'était réduire la vitesse du Pokémon dragon. Le mouton s'ébroua vivement et des dizaines de petits crins se firent emporter par le vent, mais immédiatement Ash cracha une gerbe de flammes pour s'en débarrasser. Sa peau noire étincela sous le reflet de ses flammes incandescentes, se démarquant brutalement du ciel gris, son royaume.

Samantha baissa du chef, honteuse, et siffla.
Elle leva la tête, espérant pouvoir lancer une phrase à nouveau, essayer de parler, mais Ash fondit sur sa proie, en pique, sans avertissement.

Lainergie pu à peine se jeter sur le côté pour éviter l'offensive.
Peter arqua un sourcil.
Il n'avait pas entendu d'ordre.

Pour la simple et bonne raison qu'Eléanore n'en avait pas donné à haute voix.

Samantha tressaillit, et soutint difficilement le regard, pourtant clos de son adversaire. Son cœur se serra, mais elle refoula ses larmes.

C'était donc ainsi. Juste une bataille, juste un combat pour se venger ? Elle ne prononçait même pas ses ordres distinctement. C'était compréhensible. Mais le fait qu'elle ne lui laissât même pas le loisir de s'expliquer la frustrait, la blessait. Ce sentiment douloureux eut au moins l'avantage de déverser en elle une résignation calme.

S'il fallait se battre alors, soit.

Et après l'avoir vaincue, elle allait lui lancer ses raisons, de telle manière qu'Eléanore ne pourrait jamais y répliquer. Samantha se redressa, sa détermination brûlant en elle comme un brasier indomptable.

Elle avait l'avantage du nombre de Pokémon, du type de Pokémon, et qui plus est, elle s'était entraînée durement ces derniers jours. Elle ne pouvait pas perdre. Et la défaite serait le premier pas pour sauver son amie, qu'elle le veuille ou non.

Décidée, Samantha leva le bras, le cerveau tournant à cent à l'heure pour établir ses stratégies :

-Lainergie attaque chargeur !

Le ciel gris sembla tressaillirent en même temps que son Pokémon emmagasinait de l'électricité. Comme pour réagir à la force que désirait sa dresseuse en cet instant, la petite créature brilla d'un nouvel éclat son corps s'allongea, de même que son cou parut vouloir toucher le ciel où évoluait son adversaire. Bientôt un magnifique Pharamp se dressa, les muscles engorgés d'une nouvelle puissance.

Dracaufeu entama un mouvement sec dans les airs, ses ailes s'agitèrent et il se mit à la verticale, ce fut comme le signal de départ.

-ATTAQUE FATAL-FOUDRE !

Le Pokémon électrike libéra sa charge, la palette d'éclairs pourtant, au lieu de venir toucher le dragon ne firent que contrer l'attaque Lame d'Air qu'il préparait. Les étincelles furent disséminées et emportées par le vent, chargeant l'air d'électricité. Comme elle le désirait.

-Bien maintenant attaque Rayon Gemme !

Dans la foule, Lucas bafouilla un « Elle a dit bien ? Mais son attaque à échouer ! ». Yoann sceptique, pencha la tête sur le côté, avide de savoir tandis que Sunny haussait des bras avec incompréhension. Shagi plissa des yeux, avec un rictus. Il contempla Eléa avec la supplication muette de ne pas se laisser faire.

L'estoc fila droit à l'oblique, partant du joyau du nouveau Pharamp. C'était un coup dur dans sa faiblesse, et Sam le savait, mais Eléa, l'ignorait.

Celle-ci se tendit comme un arc, les poings serrés, à moitié emportée par le feu de la bataille elle se contenait, cherchant encore et encore une raison, un point sur lequel commencer. Les souvenirs de son séjour horrible revenant la hanter, faire vibrer chaque parcelle de son être, renforçant la volonté de l'écraser.

« Griffe acier » pensa-t-elle de toutes ses forces.

Le Pokémon dragon entrecroisa ses serres et celles-ci s'illuminèrent, le poids nouveau de ses pattes antérieures le firent brutalement descendre, la dépression permit à son starter d'éviter le rayon.

Eléa sourit tandis que Sam grommelait.
La colère qu'elle condensait, cette haine presque, elle la tournait en combativité, la transformait. Et à chaque fois qu'elle se remémorait le visage de sa mère la suppliant de leur parler, Ash se renforçait.

« Tranche ! »

Le Pokémon se rua vers son opposant, en rase-motte, soulevant derrière lui un long nuage de poussière.

Chaque fois qu'elle entendait les paroles du psy en écho, Ash devenait plus puissant.

« Flammèche ! »

La queue de son Pokémon s'embrasa, et ce nouveau coup lui permit de combler la vitesse perdu à cause de son poids. Il put ainsi éviter une nouvelle attaque gemme.

Chaque fois qu'elle se souvenait des nombreuses tentatives de suicide, ces échecs qu'elle avait essuyé, Ash lui enlevait cette fureur et la rugissait dans une gerbe embrasée invincible.

« Frénésie ! »

Le dragon atteignit enfin sa cible, et ses serres se crispèrent sur sa proie comme les lames d'une guillotines, il enchaîna les attaques physiques plus puissantes les unes que les autres, emportant avec lui le Pokémon dans sa course folle, le raclant au sol au passage. Lorsqu'il arriva aux limites du terrain il la plaqua contre le verre et le fit remonter, continuant la pluie de coups.

Eléanore se raidit et dans un souffle, où elle eut l'impression elle-même de balancer le pauvre mouton dans un mouvement ample de l'épaule elle ordonna :

« FRAPPE ATLAS ! »

Le mouton retomba au sol dans un cri douloureux. Il essaya de se redresser, de se relever, mais Eléanore ne lui laissa même pas le choix, Ash lui envoya un Dracosouffle qui le cloua à terre.

Samantha resta coite, ébahie. Elle n'avait même pas compris ce qui lui était arrivé. D'un geste furieux elle rappela son Pokémon et grogna. Elle observa le ciel, et fronça les sourcils, plus que jamais déterminée.

Farfuret vint remplacer Pharamp sur le terrain.

Le Pokémon montra ses griffes et se mit en position d'attaque presque immédiatement. Tant mieux car Samantha ne voulait pas subir la même humiliation que précédemment et elle intervint de suite :

-Attaque vent glacé !

Elle pointa du doigt le ciel et sourit :

-Sur les nuages !

Farfuret sursauta, puis haussa des épaules avec résignation avant de cracher une bise froide. Les étincelles argentées passèrent outre le Pokémon adverses et se déversèrent dans le cieux. Ceux-ci frémirent goulument. Et une pluie fine se mit à tomber.

Samantha afficha un rictus fier. Le public lui se couvrit de leurs bras pour se protéger, retenant un « Woah » époustouflés. Les premiers grondements se firent entendre au loin.

Voilà qui allait mettre son Pokémon feu dans la panade. Rien de mieux qu'un bel orage, pouvait-il non seulement protéger sa queue de l'élément eau, mais aussi esquiver tous les éclairs en volant, elle en doutait ! Tout à l'heure, elle avait pensé pouvoir tenir jusqu'au déclenchement naturel de ce phénomène, mais elle n'allait pas reproduire la même erreur, Farfuret en refroidissant le cumulus avait tout accéléré.

Pourtant Eléanore ne tressaillit pas, d'abord on crut, que de par son regard clos, elle ignorait la situation grave de son Pokémon, mais rien n'en était.

Celui-ci le plus naturellement du monde cacha sa queue sous son ventre pour la défendre contre les intempéries. Et Malgré le rideau fin de gouttelettes, il poussa un rugissement puissant. Il cracha alors une gerbe de flammes, qui finirent par l'entourer tout entier. Telle une armure.

Régis dans la foule souffla stupéfait : « L'attaque surchauffe ! ». Bien évidemment cette capacité consistait à chauffer l'atmosphère jusqu'à la rendre totalement inhospitalière pour l'adversaire, invivable. Mais déroulée autour d'un Pokémon feu en pleine tempête…C'était créer une bulle d'accalmie, où chaque liquide s'évaporait dans l'instant.

Ash continuait de voler dans le ciel sans même se soucier de l'eau.

Ce fait poussa Samantha à bout.

-Farfuret attaque éclat glace !

Le Pokémon ténèbres bondit, et entre ses griffes sembla sortir des pics gelés acérés, qu'il lança sur son ennemi, mais les projectiles fondirent avant même de l'atteindre. Le furet atterrit ; et sa dresseuse grommela. Ash courba alors l'échine, et lança une gerbe enflammée en avant.

Heureusement la capacité qu'il usait pour se protéger du temps avait considérablement réduit son offensive, été farfuret n'eut qu'à jouer avec sa vitesse pour esquiver. Donnant ainsi une idée lumineuse à Sam.

Eléanore quant à elle constatait avec étonnement que les attaques feux semblaient moins forte qu'à son habitude.

Farfuret vomit de nouveau un souffle congelé, le sol devint presque une véritable patinoire, mais le Pokémon ne se stoppa pas là, il envoya ses éclats glaces un peu partout. Eléanore ne comprit qu'il formait un escalier jusqu'à son Ash que bien trop tard.

Le Pokémon glace se trouvait déjà devant son opposant, Samantha leva le poing et lâcha :

-ATTAQUE BASTON !

Un rayon rouge partit de sa ceinture pour toucher le Farfuret et la silhouette diffuse de Brasergali vint imiter le mouvement ample de son coéquipier. Mais alors qu'il allait porter dur coup, Ash s'éleva brutalement, comme emporté, soulevé.

Cette fois Régis se leva d'un bond, renversant bon nombre de spectateurs, les yeux écarquillés.

L'attaque surchauffe ! Là encore elle s'en était servie, mais grâce à la queue de dracaufeu, la brusque masse d'air chaud s'était confrontée en moins d'une seconde à celle froide, et s'était réfugié en l'air, emportant avec elle tout ce qui se trouvait sur son chemin.

C'était exactement le même système que celui de la montgolfière.

Samantha elle aussi comprit cela, et elle trépigna. De la physique, la spécialité d'Eléanore. Mais elle ne s'avouait pas vaincu pour autant.

Ash profita du manque de support de son adversaire après cette attaque pour lancer une draco-rage bleutée qui l'envoya rejoindre le plancher des vaches.

Mais Farfuret ne s'avoua pas vaincu, il se remit sur ses pattes et glissa de nouveau, comme un champion de patinage assuré. D'un souffle il créa un tremplin de fortune et retourna faire une pirouette dans les airs.
Mais à nouveau Eléa ordonna à Son Pokémon de jouer avec les masses d'air pour esquiver l'attaque combo-griffe, suivi de celle feinte. Soit elle ordonnait à Ash de relâcher sa surchauffe jusqu'à la rendre quasiment inexistante, soit elle l'augmentait d'un coup sec.

Samantha furieuse contempla le ciel, la mâchoire serrée, et demanda à nouveau à farfuret de lui donner un petit coup de fouet. Les grondements du tonnerre se firent plus nets et la pluie devint grêle abrupte.
La créature de glace bondit une énième fois, infatigable.

Cette fois, Samantha était bien décidée à ne pas se laisser faire, elle allait envoyer une attaque éclat glace en dessous de lui, puis avec une feinte arriver par au dessus pour le prendre en tenaille.

Comme elle le lui ordonna farfuret lança ses projectiles, et Eléanore demanda à Ash de les faire fondre, ce qui le fit monter en altitude légèrement. Farfuret réapparut dans son dos, mais ce qu'elle ne prévoyait pas, c'est qu'Ash se retourne, se fichant éperdument des éclats restant, continuant sa montée fulgurante droit vers lui.

Farfuret atterit sur le ventre du Pokémon dragon, l'estoc eut bien lieu, mais elle parut bien pâle.

Samantha ravie de ce retournement de situation avantageux, lança tout de suite :

-Attaque vent glacé sur ses ailes !

Mais quand farfuret ouvrit la gueule pour cracher son haleine froide, Dracaufeu lui l'ouvrit pour lancer à coup portant son draco-souffle. La pauvre créature se fit littéralement éjectée. Il chuta lourdement et quand Samantha lui demanda s'il allait bien, il gémit. Paralysé.

Akira le jugea inapte à continuer et elle le rappela.

Sa combativité en prit un coup. Brutalement ; elle se rendit compte qu'elle l'avait à peine touché. Paniquée, poussée par la vitesse du combat, elle appela sa carte maîtresse et pria pour que l'orage se déclenche rapidement.

Brasergali entra sur le terrain, comme un rayon de soleil dans la tornade. Le Stater enlaça sa dresseuse avec joie, comme pour lui assurer sa victoire avant de partir à la guerre. Samantha, confiante, enchaîna aussitôt :

-Attaque Stratopercut !

Elle devait à tout pris de réchauffer l'atmosphère plus que de raison si elle voulait éviter que l'orage ne cesse. Le Pokémon bondit poing brandit, tel un super héros. Ash fatigué par tout ces changements de températures, n'esquiva pas, à la place il battit brutalement des ailes pour s'ne débarrasser. Eléanore l'ignorait peut être mais c'était droit dans la faiblesse de son opposant.

Heureusement Samantha ordonna à son Pokémon d'utiliser pied brûleur, celui-ci put éviter la bourrasque en émettant une petite implosion dans les airs. Il repartit aussitôt à la charge grâce à ses jambes musclées.
Cette fois, Ash était dans la mauvaise position, et il prit la riposte de face. Le propulsant droit dans les nuages noirs.

Le contact des deux organismes sembla faire bouger d'autant plus les choses, et cette fois ; les premiers éclairs zébrèrent l'atmosphère, passant à quelques centimètres du dragon.

Eléanore frissonna, mais un sourire orna ses traits.

Bientôt une véritable tempête eut lieu, la foudre tombait de plus en plus près d'Ash, mais si elle osait atterrir, elle tombait sur un terrain mouillé, verglacé, face à un adversaire beaucoup plus rapide grâce à ses jambes puissantes. Comme pour affirmer ses dires, Sam demanda à brasergali d'effectuer l'attaque gonflette.

Eléanore se concentra davantage, et essaya de calmer Ash qui commençait grandement à paniquer, ne sachant jamais où surgirait la prochaine étincelle.

Dracaufeu à son injonction envoya de haut un magnifique dracosouffle sur Brasergali, qui évita d'une glissade gracieuse sur la glace. Ce manque d'attention coûta à Ash un bon choc électrique, un éclair ayant été plus rapide que lui.

Samantha lança alors fièrement :

-Brasergali attaque Rapace, envoie le dans la stratosphère !

Eléa ne put réprimer un ricanement malicieux. C'était ça !

Brasergali sauta vivement et envoyait un coup de bec violent à son adversaire avant de retomber au sol, légèrement vacillant sous le choc de sa propre attaque. Le recul envoya Ash dans les nuages, mais Samantha, qui s'attendait à le voir redescendre en piqué, trempée et paralysé, attendit en vain.

Au lieu de cela, Eléa lui ordonna de passer à travers les nuages et de se rendre au dessus. Malgré la froideur de l'air, grâce à la surchauffe il se protégea du mieux qu'il put, et grâce à une flammèche surpuissante, il alla si vite qu'il ne sentit que quelques engourdissements légers, à peine effleurés par la condensation statique.

Il s'extirpa de la masse brumeuse dignement et rugit comme le roi du ciel avant de battre des ailes aussi vite qu'il put. Un véritable ouragan se forma, les nuages furent emportés dans un tourbillon, comme l'eau dans le siphon de l'évier.

Samantha vit alors sa propre stratégie revenir droite sur elle, la tempête s'abattit sur son starter avec toute l'indifférence de la nature. Les spectateurs se jetèrent à terre sous la violence du choc, plaqués au sol, bras sur la tête, ils osaient à peine regarder la suite de la bataille.

Brasergali émit une plainte lancinante, malmené par les vents ; secoués par l'air électrisant et le liquide glacé. Samantha devant un gémissement pareil en eut le cœur brisé, Ash du haut de sa puissance bomba le torse et rien que pour le plaisir Eléanore lança :

-Canicule.

La flamme de sa queue, débarrassée de cette atmosphère lourde et humide s'embrasa, et une onde de choc brûlante entoura le terrain.

La glace se mit à fondre autour d'eux, alors même que Farfuret avait tant sacrifié pour la former, la chaleur fut telle que l'état de boue ne dura qu'une seconde, redevenant du sable compact. Ash courba de nouveau le cou et cracha alors sa hargne sur le tourbillon, qui s'étrécit, se rabougrit comme un fruit sec, avant de disparaitre dans un souffle doux. Brasergali s'effondra à terre, mal en point. Brûlé gravement, il se força tout de même à se redresser.

Samantha plissa les yeux.

Il n'allait pas tenir longtemps lui non plus, il fallait qu'elle fasse quelque chose… ! N'importe quoi !

Eléanore ne bougea pas, et alors que depuis le début de l'affrontement, elle gardait les yeux fermés, la bouche close, elle se dévoila. Ses prunelles brûlaient du feu de sa volonté inébranlable, mais aussi d'une tristesse froide. Elle savait enfin ce qu'elle voulait dire. Ses lèvres se décrispèrent lentement, et d'un timbre rauque, elle lança, en plein milieu de la bataille :

-Samantha, es-tu déjà allée à l'hôpital ?

La jeune dresseuse, prise entièrement dans le combat sursauta devant ce début de conversation, son cœur battit frénétiquement, la pulsation assourdissant son ouïe ; elle n'osait plus y croire. Elle secoua la tête brutalement, de manière affirmative et s'apprêta à expliquer les raisons de son acte à son amie mais celle-ci lui coupa sèchement la parole. Elle en ravala ses pensées de travers.

-Dans ce cas tu sais ce que ça fait. L'odeur du désinfectant, les murmures des médecins qui t'ignorent royalement, toi et tes sentiments, la solitude la plus complète, le face à face avec les malades, les agonisants. L'attente insoutenable, l'anxiété qui ronge tout du long. « Est-ce que je vais aller bien ? Je crois que j'ai mal quelque part, ça veut dire que ça empire ? Et si tout foirait ? S'ils ne sont pas consciencieux et qu'ils font mal leurs travails ? Je leur confie mon corps, ils pourraient au moins avoir l'air de s'en soucier ! »

Samantha grimaça, et baissa les yeux, elle ne connaissait pas à proprement parler ça, elle ne s'était rendue à l'hôpital que par deux fois, pour un bras cassé –par Armand- et pour l'appendicite. En revanche, elle avait eu un avant-gout du stress engendré, cette lenteur qui animait le service hospitalier, cette impression d'étau se resserrant sur soi, jute cet agacement interminable, la fatigue qui usait au fil des secondes.

Eléanore leva la tête et rugit doucement, montrant l'étendu de sa colère contenue :

-Ce que tu as fait…C'est…C'est immonde ! Pour toi l'hôpital était peut être un lieu plus sûr que le reste, parce que tu en es toujours sortie indemne, soulagée d'une peine ! Mais…Mais moi ça ne cessera jamais !
Elle ravala un sanglot mais ne versa aucune larme, son orgueil faisant office de la meilleure de barrière. A cause de la fille en face d'elle, elle s'était montrée plus que pathétique, cette amie qu'elle adorait, l'avait quasiment poussée au suicide, elle était devenue une espèce de victime que tout le personnel de l'hôpital avait regardée comme une pauvre bête blessée sans réelle compréhension. Compatissant devant l'horreur de la situation et non envers la personne qui la vivait.

Samantha recula, acculée, mais elle secoua la tête vivement pour se reprendre, son regard se porta sur le combat qui faisait rage. Elle ne pouvait pas faire comme Eléanore et se battre tout en parlant, donnant des ordres mentaux à ses créatures. Pourtant, si ses pupilles se posaient sur ses camarades bataillant pour elle, elle ne parvint pas à recomposer sa logique.

C'était vrai, que, l'idée simple de vivre éternellement dans une attente vaine, dans un cadre comme celui hospitalier, l'horrifiait, mais elle refusait…Elle refusait de croire ça, Eléanore devait exagérer ! Cela ne pouvait pas être si horrible que ça, elle y recevait des soins appropriés, qui devaient apaiser ses douleurs quotidiennes, elle était près des siens. C'était tout ce qui comptait non ?

Une explosion la ramena brutalement à la réalité. Son Pokémon s'écrasa devant elle, soulevant un nuage de poussière dans sa chute. Ash poussa un rugissement furieux, puissant, Samantha en eut des frissons. Comment pouvait-il être si fort, si au dessus d'elle ? C'était son troisième qu'il mettait hors de combat, alors même qu'elle avait travaillé si dur pendant qu'Eléa était…

Elle sentit de nouveau le haut le cœur. Elle avait profité de l'absence de son amie, et elle avait cru la surpasser grâce à cela. Elle avait bien tort, était-ce un retour de flammes juste ? Jusqu'à présent, elles avaient toujours été à égalité, enchaînant match nul sur match nul. Comment d'un seul coup, la balance avait-elle pu se renverser, de manière si incongrue qui plus est ?

Elle contempla son adversaire, qui elle-même, les poings serrés, la fixait, totalement froide. Une aura de force semblait l'entourer complètement. Pâle reflet de sa volonté inébranlable, et Arcéus savait comme celle d'Eléanore pouvait se révéler l'être. Samantha déglutit. Etait-ce encore un des mystères de son amie ?

-Qu'est-ce que tu attends au juste ? Choisis ton prochain Pokémon.

Le timbre d'Eléa la fit sursauter, elle chercha à sa ceinture, et jeta une œillade désemparée au Dracaufeu la toisant dans les cieux. Le public lui-même le regardait comme un dieu invincible, pourtant, après tant d'efforts, il volait difficilement. Elle pouvait peut-être le battre en changeant de stratégie, au lieu de viser sa faiblesse, être imprévisible pour une fois, comme Eléa. D'un geste peu sûr, elle envoya Vibranif et se pinça les lèvres.

-Tu sais Sam…Commença Eléa, très peu perturbée par ce choix aberrant –évidemment, elle ignorait que Ash en bon type vol se moquait des capacités sol de son opposant dragon –Je me suis toujours battue du mieux que je le pouvais, sans jamais abandonner. Je croyais que tu l'avais compris, après tout ce temps passé ensemble.

Samantha fronça les sourcils et lança furieuse :

-Je le sais ça ! Et c'est justement pour ça que-
-Que tu m'as envoyé là-bas ? C'est POUR CA que tu m'as abandonnée ?

Sam hocha de la tête vivement, les pulsations de son cœur devenant assourdissantes.

-Je savais que tôt ou tard tu intégrerais Twilight ! Je savais que tôt ou tard tu te jetterais pêle-mêle dans une bagarre perdue d'avance, et que rien, Rien ne te ferai changer d'avis !

Eléanore ne répliqua pas, il n'y avait rien à contester dans ces propos là, elle laissa donc son amie continuer, totalement stoïque. Daniel dans la foule, se gratta la joue, mal à l'aise face au comportement des jeunes filles, principalement celui d'Eléa.

Ce n'était pas comme ça, qu'il l'appréciait.

-Quand bien même…Cela aurait été mon choix. Tu n'as pas à me dicter ma conduite. Rétorqua Eléa froide.

Samantha secoua la tête vivement.

-QUEL CHOIX ! TWILIGHT A DECIDE DE TE FAIRE PASSER POUR MORTE ! TES PARENTS TE CROIENT MORTE ! C'EST TON CHOIX CA AUSSI !

Le hurlement fit osciller Eléa, pour la première fois depuis le début du combat, sa frimousse se décrispa. Comme s'il avait été soutenu tout de temps par la détermination de sa dresseuse, Ash tituba et alla se poser sur le sol, la fatigue le rattrapant.

Eléanore frémit, recula devant une Sam confuse de lui avoir balancé la vérité à la figure. Son adversaire secoua la tête, et contempla régis dans la foule, comme pour l'interroger du regard. Le savant baissa les yeux, honteux. L'adolescente blêmit et se remit à hocher de la tête négativement avec de plsu en plus de véhémence.

Samantha profita de ce manque d'attention pour ordonner à Vibranif une attaque sonicboom. Ash réagit au quart de tour, il battit des ailes et s'envola, mais le coup l'atteignit tout de même, trop lent pour esquiver.
La créature de Samantha entama une autre offensive, elle contraignit l'opposant à laisser du terrain, en envoyant un tourbi-sable devant lui. Le coup permit de dresser un rideau de sables entre les deux adversaires, les séparant pour une petite période de sécurité.

Profitant de cette accalmie, la dresseuse au Brasiergali bomba la poitrine et lança avec défi :

-Tu vois ! Cette organisation ne respectera jamais ton libre-arbitre non plus ! Ils n'hésitent même pas à sacrifier les sentiments de tes parents ! Tu te rends compte de ça au moins ? Tes pauvres te parents te croient mortes ! Il va y avoir un enterrement en ton honneur, ils vont faire leur deuil…Alors que…

Brusquement, Eléanore devant elle cessa de trembler, elle releva la tête, avec une mine confuse, de résignation qu'elle ne lui avait jamais connue. Doucement, elle lança :

-C'est mieux comme ça.

La réponse bouleversa Samantha, celle-ci écarquilla des yeux et ne put s'empêcher de lancer un « QUOI ? » dont l'écho fut reprit par Akira dans la foule. Mais digne Eléa, les sourcils froncés, répéta, plus surement cette fois-ci. Seules ses phalanges blêmes témoignaient de son tourment intérieur.

-C'est mieux comme ça.

Puis elle se tourna vers Régis et lança simplement, pâle, presque misérable :

-Je suppose que vous n'aviez pas d'autre solution, hein ?

Régis plissa les yeux, se mordit la lèvre et opina du chef pour confirmer. Ce geste la fit sursauter, mais elle inspira et se remit droite en répétant :

-Je comprends, c'est mieux comme ça.

Cette phrase eut le don de mettre Sam hors d'elle.

Le cou de dragon noir se tendit, et Ash leva la gueule. Elle perçut ce mouvement à la vitesse de l'éclair, il allait lancer une attaque flamme pour avoir une percée dans le voile de sable, et ainsi récupérer un peu de place. Elle tendit le bras et lança immédiatement :

-FONCE ET ABRI !

L'insecte se rua vers la tempête de poussière, et alors qu'il se jetait dans les vents contraires, une bulle verte l'entoura, le jet de flammes que venait de lancer Ash le percuta de plein fouet, mais au lieu de toucher et de briser le cyclone, il heurta la paroi protectrice. Cependant, Vibranif était en danger ainsi, il se piégeait lui-même entre deux « feux » et sa capacité ne pouvait durer éternellement.

C'est alors que les enfants perçurent tous nettement :

-FEINTE !

La silhouette confuse de vibranif à l'intérieur du tourbillon s'évapora, un semblant de raie lumineux brisa le rideau de sable, tout autant la barrière de feu que celle lumineuse. Le Pokémon de Sam réapparut au dessus d'Ash et plongea sur lui. Le dragon noir se reçut l'estoc de plein fouet, et dans le recul, tomba au même endroit que la tempête de poussière vaincue. Tous les éléments en suspensions, chauffés à blanc par le brasier, lui revinrent directement. Il s'effondra au sol avec pertes et fracas. Samantha ne lui permit même pas de se relever, elle enchaîna :

-ULTRASON !

Vibranif se cabra et le cri plaintif qu'il émit atteignit sa cible facilement. Ash ploya sous l'effort, et même s'il se redressa après cette série d'attaque, il tituba dangereusement, avec de poser ses genoux à terre dans un gémissement frustré. Un rayon rouge le frappa, et Eléanore le rappela dans sa pokéball, annonçant indifféremment qu'on pouvait considérer Ash comme K.O.

-Merci d'avoir fait tant pour moi, souffla-t-elle en caressant la sphère rouge et blanche.

Sur ce, elle envoya immédiatement aussitôt Pilou à sa suite avec la même indifférence qu'en début de Match. Cette fois Samantha n'y tint plus, et elle hurla :

-C'est mieux comme ça ? C'EST MIEUX COMME CA ? TES PARENTS TE CROIENT MORTES ELEA ! TU TE RENDS COMPTE DE CELA OU TU ES VRAIMENT IDIOTE ?

Les joues de Pilou crépitèrent, menace bien pâle face à un opposant type sol, mais peu importait.
Eléanore lui lança un regard absolument méprisable.

-Tu es la plus idiote de nous deux ici.

Samantha se redressa, touchée en plein cœur par cette remarque. Eléa détourna la tête et siffla brutalement :

-Dis-moi à quoi cela leur aurait-il servi que je reste auprès d'eux ? Mourante ? Rien. Je leur aurais juste gâché encore plus la vie, ils m'auraient vu mourir à petits feux et en s'en seraient jamais remis. Si tu veux, ils auraient pu tenir ma main, alors que je m'en allais. Si ca te fait plaisir de penser cela, pense-le. Mais pas moi. Au moins maintenant ils sont débarrassés, ils ne souffriront plus.

La dresseuse en difficulté secoua vivement la tête, refusant cette optique, c'était juste absurde. Qui pouvait avoir une logique pareille !

-Ce ne serait pas arrivé avant des années enfin ! Et tout ce temps là, tu l'aurait passé avec eux, en famille ! Tu ne crois pas que tes parents ont le droit de vivre ça ? D'avoir la vérité sur leur fille !

Eléa se crispa. La vérité ? Elle leur mentait déjà à propos de sa nature. Le droit de vivre en famille ? Comme quoi ? Quelle vie cela aurait-été au juste ? Toujours malades, à tenir lui tenir la main, à espérer en vain, à sans cesse voir ses espoirs se briser le lendemain, l'admirer de plus en plus pathétique chaque foutue jour de leur existence ! S'ils avaient eu un autre enfant, ils l'auraient emmené contemplé ça en plus ! Mieux valait arracher le pansement tout de suite pour cicatriser plus vite. La douleur serait vive un premier temps, et ensuite elle s'en irait doucement, jusqu'à l'oublier plus ou moins. Ainsi, ils ne se réveilleraient jamais en pleine nuit, hanté par le souvenir de son dernier souffle.

-Pilou attaque reflet.

Les clones de la souris électriques se dispersèrent, une vingtaine de petites bestioles couvrirent le terrain anarchiquement. Samantha serra les poings, agacée de voir sa question évitée ainsi.

-TU M'ECOUTES AU MOINS ? Lança-t-elle.

Eléanore ferma de nouveau les yeux pour se concentrer sur le match. Ce geste fut la goutte d'eau de trop.

-VIBRANIF ULTRASON !

A nouveau la créature à l'apparence d'insecte se courba, mais alors qu'il émettait un nouveau gémissement acéré ; Une vague d'éclair se dressa entre eux. Les éclairs entourèrent la foule de pikachu, tels des serpents malins, recouvrant le terrain telle une carapace, une coque frémissante.

La cage-éclair.

Personne ne comprit réellement le but de la manœuvre, jusqu'à ce que le cri du Pokémon, atteignant probablement la barrière de foudre, ne se disloque complètement, comme un grésillement à peine audible, un vrombissement désagréable mais inoffensif.

Samantha sentit son corps entier de raidir. Bien évidemment ; l'électricité du pikachu faisait mouvoir les électrons de l'air, par lequel se déplaçait le son ! Encore de la physique ! Mais elle avait combien dans cette matière.

Pour Info Eléanore en math culminait aux alentours de 3, alors qu'en physique elle s'en sortait avec un 18, c'était sa matière phare avec l'anglais et le sport, sans faire efforts qui plus est, mais ça Sam ne pouvait le savoir.

Vibranif voletait toujours dans les airs, les ailes légèrement roussis à cause de sa feinte de tout à l'heure, mais pas vraiment amoché. Il attendait ses instructions patiemment, se croyant hors d'atteinte. Samantha quant à elle, se dépêchait d'imaginer toutes les options que le pikachu offrait à sa dresseuse, mais elle devait bien avouer, qu'elle était incapable de cerner l'imprévisible Eléanore. A quoi les clones pouvaient-ils bien lui servir ? A tromper Vibranif ? Certes, mais cela épuisait son Pokémon plus que de raison pour un résultat peu satisfaisant.

Comme pour lui répondre, les illusions se mirent à courir un peu partout, à sauter, à envoyer des éclairs un peu partout. Ca non plus quel intérêt ? Même si les jets touchaient sa créature, ils se révèleraient inefficaces !

Le chao profond du champ de bataille commençait à la déstabiliser, elle ne parvenait pas à voir tous les pikachu, certains grimpaient sur les poutres, bondissaient sur le mur en verre en faisant des cabrioles, et tout ce bruit la rendait confuse.

Elle ne pouvait plus lui permettre de tenir les rennes du combat, agacée Samantha lança :

-DRACOSOUFFLE !

Le Pokémon dragon tourbillonna comme un oiseau de proie et tira sans commune mesure dans un mouvement cylindrique. Les souris se ruèrent pour esquiver, utilisant des vives attaques ou des hâtes, mais beaucoup disparurent dans un « pouf ». Une aura électrisante parcourut le sol instable, menaçante après une telle attaque.

Samantha fronça les sourcils. Même quand elle avait lancé l'offensive, elle n'avait pas remarqué de mouvement particulier, les clones ne s'étaient pas tous regrouper dans un coin pour servir de leurrer, non tout avait été aussi anarchique que précédemment. Elle ne saisissait pas. N'essayaient-ils pas de camoufler l'original dans cette multitude ?

Elle fut soudain prise d'un doute.

-VIBRANIF tempête de sable ! S'exclama-t-elle.

La réplique fut immédiate, les illusions lancèrent une planelle d'éclairs au dessus d'eux, ce qui fit stagner les sables ravageurs sur le terrain, le vent balaya nombre d'entre eux, sa puissance accru par le rétrécissement de sa surface d'action.

Samantha comprit alors.
Elle leva la tête vers le ciel.

Pilou marchait sur une des uniques poutres au dessus du toit. Ses joues crépitantes appelant la foudre vers lui. Un frisson la parcourut, l'image du match d'arène d'Eléa à Argenta la frappant durement.

Les clones n'avaient été que des leurres pour couvrirent la fuite du véritable, l'absence totale d'harmonie dans leurs mouvements révélaient cette non-volonté de cacher quoi que ce soit.

-VIBRANIF ATTAQUE SONICBOOM ! Hurla-t-elle aussitôt en montrant la souris sur son perchoire.

Mais c'était trop tard.

La queue de Pilou s'illumina, et la créature sauta dans le vide dans un plongeon magistral. La fulguration attirée par l'appel de son congénère zébra le ciel, heurtant la queue de fer que préparait la créature comme un para-tonnerre.

La fluctuation de l'air qu'envoya le Pokémon dragon se dispersa avant même de toucher son adversaire, disloquer par l'ambiance électrique. Bien entendu, Le Pokémon voulut éviter en volant, en se mettant à distance, mais alors que Sam croyait s'être tirée s'affaire, un immense mur lumineux, étincelant se dressa sur le passage du pikachu et un autre juste sur le chemin de son propre vibranif.

Elle vit alors Pikachu prendre appuie sur le premier support et changer d'optique vers le second, donc vers sa créature.

Elle reproduisait la tactique d'argenta avec les polarités sauf qu'elle utilisait l'attaque mur lumière de sa créature ! Elle pouvait se déplacer à son bon vouloir ainsi !

Un sentiment d'impuissance paralysa Sam toute entière. Les parois lumineuses s'amoncelaient partout sur le terrain, piégeant, acculant de plus en plus le dragon. Bientôt, il se retrouva comme prisonnier d'une gigantesque coque de glace, éblouissante. Et à chaque fois que Pilou heurtaint un des murs, elles accéléraient, de nouveau chargé de courant.

C'est alors que le regard de Sam se porta à la tempête de sable toujours contenue par la cage éclair. Une idée fusa. Alors que son Pokémon faiblissait à utiliser feinte sur feinte, elle s'exclama :

- TOURBI-SABLE !

Malheureusement, elle avait sous-estimé la vitesse de Pilou, celle-ci profita de l'arrêt momentané de son adversaire pour frapper. L'attaque queue de fer émit un bruit de gong, de fracas insoutenable. Vibranif chuta, lourdement touché, ses ailes complètement raides, probablement la foudre avait-elle amplifié la capacité statik de l'ennemi. Cependant, le courageux dragon trouva tout de même la force d'ouvrir la gueule et vomir un torrent de sable. Les grains jusqu'à alors vrombissant dans l'emprise statique, s'infiltrèrent de part en part.

La poussière se mit à couvrirent les plaques étincelantes, absorbants le courant dans un remous gourmand. Mais alors que Samantha s'attendait à voir la capacité se jeter sur Pilou –attiré par la polarité- et la stopper il n'en fut rien. La pikachu cessa de faire jouer ses petites joues, comme pour montrer qu'elle n'émettait plus la moindre parcelle d'électricité, et elle chuta elle aussi.

Droit sur vibranif. La créature au sol, essayait de se redresser, affaibli, en vain.
Sa queue ne brillait même pas, comptait-elle l'achever avec une simple charge ? Samantha doutait que cela fonctionne, Vibranif avait encore au moins un quart de sa vie…
Un autre souvenir du match à Argenta lui revint et ses cheveux s'hérissèrent sur sa nuque.
Pilou le plaqua au sol abruptement, une lumière résulta du contact, une aura légère qui prit la forme brève d'un cœur.

L'attaque retour.

Tandis que Pilou revenait sur ses pattes, indemne, Vibranif ne bougea plus. Comme leur maître venait de ployer, les sables virevoltants s'affaissèrent à nouveau, laissant de nouveau les miroirs par dizaines briller.
Samantha soupira, se mordit la lèvre pour s'auto-flageller, et rappela son Pokémon.

Eléanore insensible, se contenta de souffler un « bravo » à l'adresse de Pilou.

Peter dans les tribunes n'en revenait toujours pas. La chaire de poule le parcourait. Jamais il n'avait vu un tel pouvoir, être capable de mener un match, les yeux clos ! Et elle, son adversaire, cela ne la déboussolait même pas ? Elles livraient un combat toutes deux absolument incroyable.

Samantha siffla. Son cerveau tournant à cent à l'heure, le problème c'est qu'elle ne voyait pas quel Pokémon choisir, il fallait qu'elle vienne à bout de ces murs lumières, bien trop dangereux, ils empêchaient toute possibilité de retraite à ses Pokémons. Mais elle ne voyait pas comment, le seul encore capable de ça, le Pokémon le plus gros qu'elle possédait, le seul à qui ça ne poserait aucun problème, était léviathor. C'était un pari risqué…Mais avait-elle le choix… ?

Avec Kirlia, ils étaient les uniques survivants, alors qu'Eléa en avait encore trois en réserves…même si en jetant un coup d'œil à Pilou, elle sut qu'il ne tiendrait plus très longtemps.

Elle plissa les yeux jusqu'à s'en donner mal au crâne, et se résigna, un semblant de stratégie avec elle.

L'immense Pokémon eau se dressa fièrement dans un grondement digne du léviathan maître des océans.

Eléanore arqua un sourcil, puis haussa des épaules, le regard toujours clos.

La suite fut inévitable. Comme Samantha s'en doutait, Pilou avec son move-pool très restreint, le type adverse, et au vu du terrain, ne pouvait lancer qu'une attaque électrique. Aussitôt elle répliqua :

-TENACITE !

Léviathor rugit et s'illumina.

La foudre s'abattit bien évidemment, ce que Samantha n'avait pas vu venir, c'est qu'au lieu d'utiliser son Pokémon comme intermédiaire, qu'Eléa choisisse d'amplifier l'offensive à nouveau avec les murs Lumières. Le résultat fut aveuglant, comme dans un spectacle de vision, les raies fluctuèrent d'une paroi à l'autre avec une ironie fatale.

La pauvre créature marine gémit. Samantha en eut le cœur serré, et elle s'excusa un nombre incalculable de fois en l'espace d'une demi-seconde. Pourtant elle ne se laissa pas abattre, la lumière eut à peine le temps de s'estomper, elle ordonna intransigeante :

-FLEAU !

Léviathor fit un mouvement ample de la queue, celle-ci chasse poussière et condensation, balaya les parois réflectrices comme un château de cartes. Pilou qui avait tenté entre temps de se jeter sur Léviathor pour lui porter le coup de grâce avec une souplesse se fit rembouger violemment. La petite souris vola et s'écrasa contre ses propres miroirs.

Eléanore ouvrit les yeux d'étonnement, elle quitta sa place et se précipita vers la petite créature, inquiète.
Elle s'était faite avoir comme une débutante, en voulant se montrer trop offensive, en asseyant sa puissance, elle n'avait fait qu'accentuer l'attaque de riposte de Léviathor. Si elle s'était contenté d'un tonnerre, Pilou aurait certainement résisté au retour de flammes, contrairement à l'adversaire. Ce genre de stratégie ne fonctionnait guère deux fois de suite.

Elle se mordit la lèvre.
Samantha avait lu en elle facilement sur ce coup là.
Un autre grondement retentit, elle croyait voir là un rire de gagnant, mais elle se trompait. Le serpent d'eau se cabra, parcourut d'étincelles, paralysé, et il s'effondra à son tour.

Un double K.O.

La jeune adolescente serra le petit être mal en point dans ses bras, et avala de travers sa salive tandis que Sam rappelait son « monstre ». C'était la manche la plus rapide qu'elle avait connu dans son existence.

Eléanore secoua la tête.
Non pas question de se laisser intimider. Elle ramena Pilou dans sa pokéball et envoya Evoli.
Plus qu'un à terrasser !
Elle serra les poings pour se donner du courage.
Peter lui sur son banc serrait les poings, mais par admiration.

Samantha, comme prévu, appela Kirla, qui tourbillonna de contentement. C'était sa dernière chance ou voulait-elle utiliser Capumain en prime ? Une telle attitude l'étonnerait un peu. En même temps, Evoli, était le Pokémon qu'elle maîtrisait le plus mal, appartenant anciennement à Daniel, il était élevé pour l'esquive et la défense, cela convenait vraiment peu à la stratégie d'Eléa.

Pour engager la bataille, Evoli se lança droit sur la cible. Une attaque physique, Samantha grimaça.

Lors de sa bataille contre le champion de Carmin, avec ce Pokémon Eléa avait surtout utilisé la vive-attaque, le bélier, la morsure et l'abri…Si elle se contentait des morsures, puisque son Pokémon avait uen défense spé plutôt bonne, elle pouvait résister, mais là, elle devait vite trouver un moyen rapide de mettre fin à ce combat.

Rapidement elle ordonna une attaque hypnose, mais le renard se braqua, tourna des talons et envoya une belle dose de sable sur les yeux de la créature psy. Celui-ci toussa, déstabilisé, aveuglé. Samantha sentit immédiatement le danger. Elle demanda plus par réflexe que par logique de prévoir une estoc prescience.

Evoli quant à lui, entama une série de vive attaque immédiatement d'un jet de sable. Il commençait à couvrir le terrain d'un nuage de poussière assez élevé.

Comme Sam le prévoyait, elle voulait couper le contact visuel, privé de vu, non seulement son Pokémon, mais elle, la dresseuse également. Elle comprenait maintenant pourquoi elle avait tant entraîné ses créatures à se battre à l'aveuglette.

Elle qui avait prévu d'utiliser Charme pour réduire les risque physique c'était loupé. Elle lâcha un juron furieux.

-Kirlia Téléporte-toi sans interruption ! Lança-t-elle pour gagner du temps.

Elle savait que cette technique ne pouvait fonctionner éternellement, mais au moins, elle espérait réduire les dégâts et lui laisser l'occasion de prévoir une riposte. En attendant, Evoli continuait son œuvre, de plsu en plus rapidement.

Kirlia poussa une plainte sensible, malgré son mouvement perpétuel, Evoli avait su le trouver dans le nuage de poussière et le toucher. Elle ne pouvait pas se permettre ça plus de trois fois. Il fallait qu'elle réfléchisse plus vite, plus vite. Comment déjouer ce move-set ?

Samantha se redressa, un sourire aux lèvres et s'exclama :

-DISTORSION !

Le temps se figea instantanément. Evoli, le nuage de poussière, tout sembla ralentir brutalement. Assez en tout cas pour permettre aux yeux des dresseurs de d'habituer aux sables virevoletants. Akira au loin, sourit fièrement. Sam et Kirlia pouvaient voir Evoli.

-Kirlia, attaque Psyko !

Bien évidemment avec la capacité claque de son Pokémon, cette attaque se révélait deux fois plus puissante, prenant en compte « adaptabilité » d'évoli. Une capacité à la puissance de 90 multiplié par 2 faisait des ravages, même sans frapper dans la faiblesse.

Le Pokémon renard frissonna, il voulut s'enfuir, mais il était comme lié au sol à cause de la perturbation temporelle. A défaut de ne pas pouvoir partir, son poil s'hérissa et une protection se dressa entre elle, une armure verte : Abri. Cependant, la barrière ne se construisit pas entièrement, l'onde de choc toucha tout de même le petit être.

Il se relevait avec difficulté, prêt à mordre, quand l'attaque prescience sortit de nulle part. Venant d'un temps qui lui, n'était pas inversé.

Le Pokémon évolutif ne résista pas. Il s'échoua non loin.

Eléanore parut surprise, mais elle le rappela en lui demandant de l'excuser. Elle grimaça. Maintenant, c'était du un contre un. A contre cœur, elle autorisa feurisson à entrer. Décidée, sa volonté sembla les unir d'autant plus. Ils ne devaient pas perdre.

Alors qu'ils s'apprêtaient à continuer, Kirlia se mit à briller. Samantha se figea, puis elle ferma les yeux résolument. Le hasard mettait fin à son dilemme concernant l'évolution de son Pokémon. C'était peut être mieux comme ça.

Cette pensée la ramena au cas d'Eléanore, et sa fureur revint à la charge. Alors qu'un magnifique Gardevoir apparut en faisant danser son voile gracieusement, elle lança :

-Je ne comprends pas.

Eléanore ouvrit de nouveau les yeux, et prit une mine moqueuse.

-Tu n'arriveras pas à me faire croire que tu ne comprends pas l'évolution de tes propres Pokémon.

Samantha tiqua, relevant l'ironie avec agacement. D'un geste doux elle félicita Gardevoir de son évolution et reprit le plus calmement possible :

-Je ne comprends pas pourquoi tu dis que c'est mieux pour tes parents. Je veux dire, tu as encore du temps devant toi ! Ce n'est pas normal de vouloir les passer avec ta famille ?

Eléa soupira et d'une voix grave, rétorqua :

-J'ai arrêté de me battre.

Samantha se figea, et pencha la tête sur le côté, ne saisissant que brièvement l'ampleur de la révélation. Elle, arrêter de se battre impossible. Eléa ne cessait jamais la lutte.

Régis frémit dans la foule, tandis que Daniel plissa des yeux.

-Je me suis endormie à l'hôpital…Avec le désir de ne jamais me réveiller. J'ai tout simplement décidé que, quitte à choisir, je préférais mourir tout de suite plutôt que de vivre une seconde plus dans un hôpital.

Cette fois le sang de Samantha se glaça. Eléanore leva le bras et pour la première fois depuis son discours, son timbre se brisa :

-ALORS NE DIS PAS QUE J'AI ENCORE LE TEMPS SAM ! QUE C'EST MIEUX LA-BAS ! PARCE QUE…PARCE QUE JE PREFERE CREVER PLUTOT QUE D'Y RETOURNER !

Cette fois Samantha sentit ses jambes en côtons céder sous son poids. Elle tremblait comme une feuille, un spasme violent remontant le long de sa trachée. Elle secoua la tête négativement, les sanglots remontant. Elle tâcha de les chasser, de se contrôler laborieusement.

Qu'est-ce que ça signifiait ?

Qu'elle avait réussi à briser la volonté de son amie ?
C'était impossible ! Ce n'était pas ça, qu'elle désirait ! Elle voulait juste…Elle souhaitait juste…
La vision du monde de Celebi la saisit toute entière prête à la dévorer.
Elle avait juste voulut empêcher cela de se produire.

-Je voulais juste de sauver la vie ! Hurla-t-elle.

La crinière de Gardevoir se hérissa, réagissant à la confusion, à la culpabilité de sa dresseuse. Instinctivement, comme pour réagir à toute cette peine dans l'atmosphère, il lança l'attaque vœu, ce fut comme le signal de départ.

L'expression d'Eléanore se durcit et elle éructa :

-QUAND COMPRENDREZ-VOUS QUE C'EST IMPOSSIBLE !

Régis sursauta, et Daniel se gratta la joue, tous deux touchés.

Le Pokémon feu se courba, et dans un beuglement, une aura enflammée surgit de ses glandes dorsales, comme une immense explosion, une bouffée de chaleur s'abattit sur le terrain. L'attaque du même nom frappa, dévasta tout sur son passage, le sol sablonneux devant insoutenable, rougissant aussi vivement que les flammes impitoyables qui commençait à le parcourir. Bientôt le lieu ressembla à un véritable Enfer. Samantha suffocante, autant que son Pokémon dans cette fournaise, en avait les larmes aux yeux. Le cœur battant à tout rompre dans sa poitrine. Avec une voix branlante, elle balbutia :

-Mais pourquoi refuses-tu notre aide ?
-Parce que je sais qu'elle est vaine ! Vous tous, vous êtes comme mes parents vous ne comprenez pas ! Vous êtes incapables de lâcher prise ! Pourquoi vous ne voulez pas comprendre ! Il faut que je fasse quoi pour ça ! Que je me fasse passer pour morte encore une fois ? Je veux pas en arriver là une deuxième fois ! C'est déjà trop douloureux comme ça ! Alors abandonne !

Une nouvelle vague de chaleur manqua de la faire tomber à la renverse, Gardevoir put se régénérer, mais ce fut une consolation bien faible.

Poussée, Samantha s'exclama :

-Mais si tu intègres Twilight tu…
-JE MOURAI DE TOUTE FACON !

La constatation envoya Samantha dans une impasse totale, la vision de Celbi tournant et retournant dans son crâne elle cessa de regarder le combat. La pulsation de son cœur devint assourdissante, la voix de sa conscience la poignardait de plus en plus.

Au lieu d'arranger les choses elle les avait empirées. Au lieu d'aider son amie elle l'avait poussée dans des retranchements dont elle ne l'aurait jamais cru capable.
Pourquoi ! Pourquoi ça n'avait pas marché ?

Un sanglot la secoua, et là, sa volonté se brisa.

Au même moment Feurisson combinait l'attaque armure, avec celle appelée roulade et celle brouillard. Il envoya un jet de gaz derrière lui, au contact de l'atmosphère infernale, celle-ci s'embrasa irrémédiablement et le propulsa comme un boulet de canon sur gardevoir, roulé en boule, dur comme le roc.

Le Pokémon psy, seule face à l'offensive essaya un psyko pour retenir le coup, mais à la ressemblance de sa dresseuse, ce fut vain, l'estoc bien trop puissante, cruelle, passa outre ses défenses, et la frappa impitoyablement. Brisant au passage sa concentration psychique que ce qu'elle pouvait endurer phyisquement.

Le nouveau Gardevoir s'étala de tout son long sur le sol. Incapable de bouger davantage.

Feurisson lui, roula encore un bout de temps, pour écraser, étouffer ses propres flammes, puis il s'arrêta, l'échine courbée, fier de lui.

Eléanore inspira profondément, les yeux clos.

Elle avait gagné.

D'un pas sûr, elle se dirigea vers son amie à terre, traversant le terrain ravagé sans sourciller. Debout face à elle, elle la toisa. Samantha leva sa frimousse vers elle, vaincue sur tous les fronts, sa bouche de tordit de peine et elle commença :

-Je…
-Tais-toi.

La voix dure d'Eléa, en plus de son visage impassible fut la pire des sentences. Samantha baissa la tête. Daniel de même détourna le regard, déçu.

Pourtant, contre toute attente, Eléanore s'agenouilla un peu, et tendit la main à son adversaire. Paume ouverte vers le ciel, elle lui fit signe de ses doigts de répondre à l'appel. La première jeta une œillade étonnée à sa partenaire, et celle-ci lui offrit son plus beau sourire.

Elle l'aida à se remettre sur ses jambes, et d'une voix dénuée de toute rancœur, elle lança simplement :

-Maintenant c'est réglé. Je te pardonne. Tu as fait une erreur ça arrive. Je ne veux plus jamais en entendre parler. Je me fiche de tes raisons ou de tes excuses, cela ne s'est jamais reproduit. On reprend tout à Zéro.

L'étonnement cloua nette la dresseuse sur place, ainsi que bien des gens du public. Lucas murmura un « C'est vraiment possible ça ? » et Daniel hocha les épaules, même s'il ignorait si cette phrase lui était dédiée. Malgré cela, il se surprit à sourire gentiment. Gabriel eut beau rétorquer un « Pathétique, c'est humainement infaisable. » il souffla, simplement, comme si c'était l'évidence même : « C'est Eléa. »
Et effectivement, les membres du groupe, bien qu'un peu secoué par cette vérité, ricanèrent avant de souffler : « C'est vrai ça…Avec elle on sait jamais… ».

Daniel contempla la jeune fille, bienveillant. Il retrouvait celle qu'il appréciait finalement.
Même si, il ne doutait pas une seule seconde que tout ce qu'elle avait craché pendant le combat était vrai, que cette rancœur n'avait pas été feinte, elle avait su la condenser en elle, pour la lancer une seule et unique fois. Ainsi, elle pouvait reprendre son amitié avec Sam, oui Eléa pouvait fonctionner ainsi. Après tout, elle voulait juste protéger leur amitié. Si elle se disputait avec Sam…Il se remémora une seconde quelques instants émouvants entre elles, qui montraient leur amitié respective. Mais une douleur à la tête lui fit plisser les yeux et brusquement il se demanda à quoi il pensait une seconde avant.

Eléanore haussa les épaules, et avec une mine de défi, elle regarda Sam, fit volte-face et se planta devant Peter.

-J'intègre Twilight officiellement. Personne ne me fera changer d'avis. C'est ma décision, ça ne regarde que moi.

Le visage de Peter s'illumina et celui-ci accepta de serrer la main de la gamine, ravi, enjoué il lança :

-Twilight a besoin de membres comme toi, tu as un énorme potentiel. Et si tu veux, je connais quelqu'un qui t'aidera à contrôler les pouvoirs qui sont les tiens.

Eléa sourit faussement, à peine intéressée par le discours de bienvenu. Elle lança une œillade par dessus son épaule pour observer la réaction de son amie.

Le visage de Samantha se décomposa, elle tourna des talons et s'enfuit aussi vite qu'elle put.

Eléanore se ferma, et soupira de soulagement, comme pour vérifier qu'elle n'omettait pas d'objection de dernière minute. A vrai dire, sa réaction aurait du demandé un peu plus de réflexion, mais elle voulait mettre les points sur les « i ». Devant sa frimousse peinée, Miyu lui murmura un « ça va ? » inquiet, mais elle l'ignora. Son cœur sembla imploser dans sa poitrine.
Lucas voulut poursuivre Sam, mais il se réfréna, le cœur gros. Akira lui-même, lui fit un « non » muet.

Elle avait perdu la partie, peut-être, était-ce mieux pour elle d'apprendre à digérer la défaite seule cette fois. Il se posait plus sérieusement cette interrogation quand un cri stupéfait échappa à la foule.

Eléa avait rejoint Daniel, et elle s'était effondrée dans ses bras. Genoux à terre, incapable de faire un pas de plus, respirant avec mal, elle pleurait silencieusement, la frimousse cachée contre le torse de son ami. Régis vint se joindre au Kazamatsuri, prendre la relève pour la rassurer.

Peter embarrassé, s'avança vers la jeune fille et bredouilla :

-Cela te dérange tant que ça de devenir membre de Twilight ?

Eléa secoua la tête faiblement, montrant bien qu'elle ne pleurait pas pour si peu. Peter se pinça les lèvres et Régis demanda :

-C'est à cause de tes parents alors ?

Encore une fois, elle fit une négation tremblante de la tête. Ses poings se crispèrent pourtant sur le t-shirt de Daniel. Elle mentait, même si elle avait donné une explication logique à Samantha, même si elle savait qu'ils n'avaient pas eut d'autre choix, l'idée de leur faire ça la tourmentait tout de même. Elle comprenait juste qu'à présent, c'était trop tard, qu'elle n'avait plus la possibilité de choisir à ce sujet. Peut-être que ça ; plus que le reste, la meurtrissait, elle et son stupide orgueil. Daniel regarda maladroitement autour de lui, et rougit brutalement, gêné que tous l'observent, même si indirectement, ils fixaient plutôt Eléa que lui. D'une main malhabile, il attrapa les épaules de son amie et bafouilla :

-Tu sais, tu n'avais pas à jouer les dures devant elle, je suis sûr que Sam…S'attendait à te voir malheureuse après son acte. Tu n'avais pas besoin de faire tout ça.
-SI justement !

La gamine redressa la tête, le regard flamboyant malgré les pleurs. Sa bouche se tordit en une grimace frustrée et elle s'écria :

-Je voulais remettre les choses au clair, régler les comptes ! Si…Si j'avais pleuré devant elle…Si je lui avais montré à quel point ça…A quel point ça m'a fait mal… On…On…

Cette fois les larmes s'écoulèrent sans retenue, elle n'essaya même plus de les cacher, et s'écria dans un souffle :

-Notre amitié serait morte !

A jamais entâchée par ce malaise entre elle, leur amitié n'aurait pas survécu à l'éternelle repentance d'un acte, voilà pourquoi elle avait voulu tout effacer, faire comme si de rien n'était, affronter l'acte de front, le battre, l'effacer. La colère était mieux que la peine, avec elle, on fracassait le problème, alors qu'en sanglotant comme elle le faisait, elle aurait attiré de la pitié qui n'aurait jamais pu s'effacer. Comme elle savait pour ses parents, elle ne pouvait ignorer avoir fait le bon choix ici. Mais…Malgré tout, alors même que comme à son habitude, elle avait décidé d'ignorer et pardonner, elle ressentait tout de même la douleur de cette trahison encore trop fraîche.

Personne ne trouva rien à répondre à cela, ils conservèrent la tête baissée, peut-être songèrent-ils à la stupidité, la simplicité du mode de pensée de la gamine, mais ils n'en dirent pas un mot. Au final, Silver, Gold et Cristal partirent les premiers à la recherche de Sam. Eléanore quant à elle, après un énième hoquet, finit par se calmer, et lentement, elle se défit de l'étreinte de Daniel. Celui-ci ne bougea pas, pantelant, ayant du mal à comprendre sa réaction.

Même si c'était cette facette d'Eléa qu'il aimait, il n'arrivait pas à croire qu'elle veuille encore rester auprès de Sam. Cependant, c'était son choix, pas le sien, elle tenait bien trop à son libre arbitre pour qu'il la contredise, au risque de se disputer avec elle.

La gamine les joues encore rouges, prononça quelques mots, appela Ash et monta sur son dos. Celui-ci s'envola avec elle, pour une balade en vol malgré leur fatigue respective. Peter contempla la scène, et une fois la tension évaporée, redevint le chef de Twilight.

Alors qu'il demandait à Daniel, Sunny et Lucas de le suivre à son bureau, Eléa elle, savourait ses retrouvailles avec son starter, essayant de faire passer l'amertume dans sa gorge, et Cristal trouvait Samantha agenouillée au fond d'une ruelle, en larmes.

La cadette de Gold parut déstabilisée un premier temps, et sa première réaction fut de claquer aussitôt la porte pour se cacher et ne pas être indiscrète. Ce ne fut que quelques minutes plus tard qu'elle se rendit compte de l'absurdité de son geste. Après s'être donnée une petite tape pour s'encourager, elle finit par rejoindre la jeune fille sanglotante.
Elle grimaça.
Ce n'était pas vraiment ainsi qu'elle imaginait démarrer une véritable amitié avec elle, mais Gold et Silver tenaient à elle, alors, le temps qu'ils viennent prendre son relais, il fallait bien que quelqu'un s'en occupe. Et dire que cette scène ne lui serrait pas le cœur aurait été un énorme mensonge.

Elle s'avança vers la dresseuse et s'assit à ses côtés, embarrassée. Mince, elle ne savait pas vraiment quoi dire pour la consoler non plus, elle n'avait jamais eu d'amie fille de son âge. Tout simplement parce qu'elle ne réfléchissait pas comme tout le monde, elle s'entendait avec Mixy ou les gamins, mais pas ses congénères féminines. Rah, elle voulait que son frère soit là.

-Heu…T-tu as bien combattu…balbutia-t-elle, hasardeuse.

Pathétique, dire ça après une défaite c'était comme jeter de l'huile sur le dos d'un héricendre. Elle se moquait de Silver et de son incapacité à être agréable, mais là, elle devait au moins avoir atteint son niveau.

Samantha secoua la tête vivement, hoquetant et Cristal se sentit encore plus dépassée par les évènements.

-Heu…Non c'est vrai ! Tu as très très bien combattu ce coup avec farfuret, ouah ! J'ai été sur le…

Elle avait envie de hurler, mais pourquoi se bornait-elle à ce sujet là alors qu'elle savait que cela faisait plus de mal que de bien. Idiote, idiote ; trouve autre chose se répétait-elle de plus en plus vivement sans pour autant y obéir.

-Elle ne m'écoute pas…Elle m'en veut…Bredouilla Samantha au bout d'un moment, le visage ravagée, son timbre brisé.

Cristal arqua un sourcil, et manqua de lui filer une accolade brutale pour la remercier d'avoir elle-même ouverte une nouvelle discussion. Mais elle se retint et au lieu de ça enfonça le clou.

-Bah, c'est compréhensible comme réaction après ce que tu as fait…Murmura-t-elle.

Elle allait se pendre, non pire, si Silver avait assisté à ça, il allait LA pendre. Mais pourquoi, pourquoi était-elle aussi nulle dans les relations humaines dès qu'on en venait aux moments sérieux ? Pourtant Samantha n'en tint pas rigueur et balbutia, essayant tant bien que mal de camoufler las cascade de larmes qu'elle avait tant retenu ces derniers jours :

-Je…je voulais juste qu'elle survive…Si elle entre dans Twilight, elle va mourir…Et…Et…Elle a refusé de m'écouter ! Elle…J'ai rien pu faire pour m'expliquer…

Cristal fut déstabilisée et commença à paniquer :

-Woh !Calme-toi ! Rien ne dit qu'elle va mourir à cause de Twilight, bien évidemment on risque tous notre vie en tant que membre, mais pour l'instant personne n'est mort pour la cause, tu n'as pas à…
-Mais Elle c'est sûre qu'elle va mourir ! S'exclama brutalement Samantha, la ton de sa voix prenant un ton désespéré, de par son engorgement.

Cette fois Cristal s'avoua totalement perdue.

-Mais enfin qu'est-ce que tu racontes ? Elle est malade oui, donc elle court un plus grand danger, mais Peter, malgré ses défauts, est assez intelligent pour prendre ça en compte et éviter de…
-IL VA LA TUER ! JE L'AI VU ! CELEBI ME L'A DIT ! MERDE C'EST SI DIFFICILE QUE CA DE ME CROIRE !

Samantha avait explosé, tellement fort, que Silver et Gold qui courraient dans les couloirs à ses recherches pilèrent net. Cristal, balayée, complètement dans le brouillard, resta figée plusieurs secondes, incapable de comprendre quoi que ce soit.

La jeune fille elle-même, ne parvenait pas à croire à son propre cri de l'être, elle qui s'était jurée de garder cela secret, qui avait eut trop honte de croire plus en un stupide rêve incertain plutôt qu'en son amie, venait de lâcher le morceau, à une parfaite inconnue qui plus est. La douleur si vive qui martelait son cœur et lui montrait sans relâche Eléanore s'engageant pour Twilight suivi des souvenirs de la vision, redoubla. Elle plaqua une main sur sa bouche et grimaça, encore une fois elle fut incapable de stopper les larmes, comme secouée par un spasme incontrôlable.

Maintenant la honte s'en mêlait, Eléa ne lui avait pas laissé le temps de s'expliquer, et elle se tournait en ridicule devant Cristal, elle se montrait puérile et incapable de contrôler ses propres émotions. Mais c'était plus fort qu'elle, la souffrance contenue depuis son acte avait tout simplement implosée, détruisant toutes ses barrières, les vestiges de son orgueil, de sa réputation criaient toujours en elle, mais ils ne montraient plus aucun pouvoir face à ce débordement de sentiments.

Pantelante, Cristal se redressa, et sans un mot de plus, elle sortit une pokéball. Un magnifique animal à la crinière bleutée, apparut. Le souffle de Sam, s'il n'avait pas été aussi malmené, se serait coupé.

Suicune.

Un Pokémon légendaire aussi rare en sa possession ?
Elle fixa la jeune adolescente, mal à l'aise. La concernée rougit brutalement et croisa les bras vivement.

-Je…Il est sorti tout seul !

C'est ça, et le Pape est un roigada.

-Et…Et moi quand je suis inquiète pour mon frère, Suicune arrive toujours à me rassurer…Et… Ne crois pas que je te crois, parce que je te crois pas capable de me croire enfin je crois que tu crois un peu trop en…

Elle s'emmêlait un peu elle aussi dans ses propres mots, et Samantha arqua un sourcil tandis qu'elle balbutiait :

-Je…je crois me souvenir qu'une croyance dit que les Suicune protègeaient les Celebi donc…je crois pas que tu aies vu Celebi mais si Suicune te croit…Heu, je crois que je vais chercher mon frère !!

Raide, elle marcha comme un soldat de plomb vers la sortie, et avant d'empoigner la porte, elle fit demi-tour brutalement, se précipita vers Sam, et la poussa droit vers le Pokémon légendaire. La dresseuse se retrouva plaquée contre le pelage de la créature mystique, et elle vit la jeune fille s'enfuir aussi sec.

Elle supposait que c'était une manière comme une autre de pousser quelqu'un à se ressaisir. On pouvait nommer cela de méthode particulièrement spéciale.

D'un geste imprécis, elle caressa le poil lisse du Pokémon si convoité, et immédiatement les battements de cœur s'apaisèrent. Suicune, digne et fier, posa sa tête contre la sienne et la frotta affectueusement. A son contact, elle se remémora de nouveau les visions du monde de Celebi, et pourtant, pourtant, elles s'agrémentaient de passages connus, de souvenirs heureux passés avec Eléanore. Au lieu de la phrase fatidique de son amie, le « Je m'engage officiellement à Twilight », elle revivait cet instant où elle s'était penchée vers elle et lui tendait la main, murmurant : « On recommence à zéro, je ne veux plus jamais entendre parler de cette histoire et je te pardonne. ». Alors qu'elle avait vécu cela comme une trahison, une simple couverture posée sur un brasier de haine, comme une phrase hypocrite, les paroles d'Eléanore sonnèrent enfin sincèrement.

Suicune poussa un petit gémissement de contentement, et se recula de quelques pas. Samantha sentit brièvement le lien tenu qui les avait unis pendant une seconde, et elle bafouilla, honteuse un « Merci », adressé tout autant au Pokémon, qu'à Cristal.

« JE LE CROIS PAS ?! »

Quand on parlait du loup, c'était pas sa voix qui venait de hurler si fort ?

Effectivement, Si Samantha ne bougea pas, encore bien trop déprimée pour se sentir apte à faire quoi que ce soit, elle n'avait pas tort. Cristal quelques secondes plus tôt était sortie de la pièce pour chercher son frère et Silver afin de demander de l'aide. Et elle les avait surpris enlacés l'un contre l'autre. D'où le hurlement.

Pour comprendre la scène correctement, il lui manquait cependant quelques précieuses explications.

Lorsqu'ils avaient entendus le cri de Samantha complètement désespéré, les deux adolescents s'étaient pétrifiés. Bien entendu, eux pouvaient aisément saisir le moment où elle avait pu communiquer avec Celebi, et ils ne pouvaient en douter une seule seconde.

Les conséquences coulèrent alors immédiatement jusqu'à eux, l'épée de damoclès planant irrémédiablement au-dessus d'Eléanore, la réaction de Sam, un voile de clarté, de compréhension passa dans leurs esprits, aussi vivement que le sentiment d'impuissance face à la fatalité et au secret.

Gold avait fait volte-face vers Silver et avait lancé brutalement :

-Va la consoler maintenant, et explique-lui que c'est normal, et qu'on l'aidera à changer les choses, qu'il faut qu'elle nous raconte ce qu'elle a vu, qu'on va empêcher ça de se réaliser !

Le rouquin avait affiché une mine sombre, décontenancé, et son rictus habituell s'était tordu avec peine quand il avait murmuré :

-Je peux pas faire ça…

Bien entendu, Gold savait combien avouer ses faiblesses coûtait cher au Rouquin, mais dans l'urgence de la situation, il ne put retenir un : « Quoi ? » Enraillé, ébahi. Silver fronça les sourcils vivement, la mâchoire serrée, et il lança froidement, durement :

-Comment veux-tu que je la réconforte ? je sais pas faire ça ! Tu le sais bien, tu veux que je m'avance vers elle comme ça et que je lui dise : Désolé c'est impossible pour toi de changer le futur tu es un être atemporel ! Comment je le sais ça, bah je suis ton frère, c'est ma mère morte qui l'a dit à Gold qui me l'a répété !

Il jeta un regard acide et siffla méchamment :

-Ca t'arrive de réfléchir des fois ?

Gold avait reculé, acculé et murmura à nouveau un « Quoi ? » cette fois beaucoup plus marqué par l'incompréhension. Son ami soupira agacé.

-Holly a changé Sam en un être Atemporel je te l'ai dit, ça signifie que peu importe ce qu'elle fera, son passage sera effacé, les gens qui ne tiennent à elle que précairement ou qui ont décidé de se séparer d'elle finiront par l'oublier au bout de quelques temps, et tous ses actes seront inefficaces sur le destin. C'est pour ça que ma mère refusait d'en venir à cette extrémité.

Le brun cilla légèrement, puis brusquement, ne comprenant même pas lui-même le cheminement de sa propre pensée, lâcha :

-Mais c'est ta sœur ! Tu dois faire quelque chose !

Cette fois, Silver rétorqua, avec une voix beaucoup plus vibrante qu'il ne le désirait :

-Et tu veux que je fasse quoi au juste ? Lui dire la vérité ? Ca lui fera encore plus mal ! Lui dire qu'on changera les choses à sa place ? C'est impossible à partir du moment où c'est elle l'évènement déclencheur de cette action, elle en devient responsable, et donc elle sera vaine !

Gold secoua la tête avec colère :

-Je ne te parle pas de ça, on trouvera une solution quoi qu'il arrive pour ça, Crois-moi, mais pour le moment elle souffre, alors va la voir et la réconforter, même en lui mentant ! L'important c'est que son frère soit là pour elle !
-Elle ne sait même pas quel lien nous unit ! S'écria Silver.
-Elle le sentira ! C'est obligé !
-Qu'est-ce que tu en sais de toute façon ! Et en quoi ça te regarde ?
-Tu es mon ami ! Ce qui te touche me touche aussi !

Un long silence s'abattit sur le groupe pendant qu'on entendait Cristal délirer avec le verbe « croire » de l'autre côté de la cloison. Des frissons parcourent imperceptiblement les corps des deux adolescents, et Silver détourna le regard, embarrassé, avant de murmurer :

-Encore là-dessus ?

Pourtant, malgré la situation dramatique, malgré toutes les précédentes révélations, il ne renia pas ce fait comme sur Carmin-sur-mer, et ce fait réchauffa le cœur de Gold aussi vivement qu'une journée d'été ensoleillée. Il sourit de toutes ses dents et lâcha, camouflant mal son ricanement bienheureux :

-Evidemment !

Silver détourna la tête, bien incapable de montrer ses émotions, et il lança à contre-cœur :

-Malheureusement, tu as du le remarquer à Azuria, mais je suis assez nul pour réconforter les gens.
-Ca c'est clair, Même Angie et Chris sont plus doués que toi. Constata le dresseur au capumain, complètement objectif pour une fois.

D'une façon ou d'une autre, cette remarque véridique déprima un peu Silver. Dire qu'il avait fait de son mieux pour lui remonter le moral, entendre dire que ça avait été pathétique portait une sacrée atteinte à son orgueil. Surtout la dernière comparaison.

-Enlace-la alors, tu sais, rien que ta présence lui fera plaisir. Quand ma sœur pleure, c'est ce que je fais, et ça marche toujours. Lui conseilla gentiment Gold, tout sourire.

Silver le dévisagea quelques secondes, laissé sur le carreau, puis piqua un léger fard tout en avouant honteusement :

-Je n'ai jamais fait ça…Elle risque de croire que…

Avant même qu'il ait fini sa phrase, Gold se plaqua contre lui, entoura son cou de ses bras et lui frotta le dos d'une main.

-Il faut faire comme ça, tu vois c'est pas compliqué !

Heureusement que ni l'un ni l'autre ne pouvait lire dans les pensées respectives de son camarade. Parce qu'avec le brun dont la conscience répétait « Profiteur ! Tu voulais te borner à l'amitié ! » tandis que tout son être se réjouissait de ce premier contact, premier pas entre eux, Silver aurait pris peur.

-Heu…Comme ça ? Balbutia Silver, rouge, mal à l'aise, en essayant de reproduire le même geste que son coéquipier.

Mais la destinée voulut que cette étreinte, toute aussi délicieuse et embarrassante soit-elle, ne dure pas. Silver prit effectivement peur, mais pas à cause de la joie de Gold, mais parce qu'il vit Cristal débouler dans le couloir et son visage virer au bleu.

« JE LE CROIS PAS ! »

Après s'être rapidement interposée entre les deux garçons, et avoir blêmit encore plus devant la frimousse déçue de son frère, elle devint véritablement terrifiante, hurlant aux explications. Silver décida de battre en retraite très rapidement, en laissant Gold se dépatouiller lui-même, après tout : « Tu es son frère, console-là ». C'est avec cette phrase qu'il abandonna le brun. Puis de toute façon, il avait engendré ce mouvement ambigu, qu'il en assume les conséquences.

Néanmoins, malgré la séparation plus que brutale entre eux, ils sentaient tous deux, sans pour autant l'avouer, le contact perdurer jusqu'au plus profond de leurs êtres. Et si l'un savait exactement pourquoi, et ne le regrettait pas le moins du monde, quitte à passer sous cette engueulade, l'autre se posait réellement des questions.

Quand il entra dans le placard où Samantha avait trouvé refuge, il fit quelques pas vers elle, et s'installa à ses côtés. Il caressa Suicune qui miaula, heureux.

-Les Suicune sont liés à Celebi d'une façon ou d'une autre, tu sais ? Lança-t-il simplement en guise d'introduction.

Sam baissa la tête et rougit, comprenant qu'il avait entendu son exclamation de tout à l'heure. Et alors qu'elle essayait encore vainement de lui cacher ses sanglots il lui prit les mains. D'un geste sûr il essuya les traces rouges sur ses joues avec le pourtour de sa manche, et souffla :

-Je te crois pour Celebi.

Alors sans crier gare, sans même demander la permission, elle se jeta dans ses bras, et laissa libre court à son chagrin. Silver bien que surprit de ne pas avoir à faire le premier mouvement, reproduit les mêmes gestes qui lui avait montré Gold quelques secondes plus tôt, même s'il ne ressentit dans cette étreinte qu'une profonde mélancolie, et non pas un semblant de coup au cœur comme précédemment.

-Je…Je voulais vraiment la sauver ! Je…Hoqueta Sam.
-Je sais…

Il resserra sa prise sur elle et lui frotta le dos.

-Mais maintenant, maintenant c'est trop tard, c'est foutu hein…Je…Elle…
-Gold, Cristal et moi, nous t'aiderons…Suicune aussi, avec toute cette aide, on ne peut pas échouer…

Le Pokémon gémit à leurs côtés, comme pour affirmer les propos. Et Silver se sentit coupable de sortir de telles énormités, de tels mensonges.

-Mais…même si je la sauve de ça…Elle sera toujours malade…Et…Bredouilla Samantha, les paroles abruptes d'Eléanore au cours du combat tournant et retournant dans son crâne.

Et Cette fois, Silver ne prononça rien, il attendit juste, juste que les pleurs s'estompent. Cette bataille contre la mort, aucun humain ne pouvait la gagner malheureusement.

Ce ne fut que bien plus tard, que Samantha se calma enfin. Silver l'aida à se relever, et Suicune repartit voir sa dresseuse, son rôle joué. Ils trouvèrent Gold et sa sœur toujours en train de se disputer à propos de l'homophobie –comment en étaient-ils venus à ce sujet ? Se demanda Silver une seconde-.

Finalement, il laissa Samantha au bon soin de son professeur qui l'enlaça avec compassion, tout en la complimentant sur son merveilleux match. Remarquant la mine, triste mais plus misérable de sa cadette, il jugea qu'on n'avait plus besoin de lui, et s'en retourna.

Malheureusement, en revenant, il vit Eléanore parler avec Christopher et Angèle à l'entrée du Chalet, tels des comploteurs. Cela n'annonçait rien de bon.