Accéder au contenu de la page

Analyse d'auteur : Dragibus



dragibus57, dite le plus souvent “Dragibus” (pour le panache de la majuscule), est assurément une légende de la fanfiction Pokébipienne. Inscrite et active depuis 2009, elle découvre les fanfictions avec le site et se met aussitôt à publier énormément dans le cadre de concours ou animations lancées sur le forum de Bip ; en résulteront notamment de nombreux One-Shot et Song-fics très divers. Car plus que pour sa grande activité dans la section, même plus que pour la qualité de ses travaux, l’auteure se caractérise par l’originalité de ses textes et surtout sa polyvalence en écriture : elle touche en effet à pas mal de genres et de tons de narration.

Dragibus participe donc à de nombreux concours et défis organisés sur le forum : les thèmes et les contraintes imposés sont un véritable moteur pour elle, et lui servent de point de départ à la rédaction de textes originaux. Elle écrit ainsi également un certain nombre de nouvelles à chute, où les indices disséminés çà et là préfigurent une fin tout de même surprenante, ce qui montre bien la maîtrise qu’a l’auteure de ce genre ! Mais son originalité ne se limite évidemment pas aux One-Shot écrits pour des concours, et en plus d’autres textes à chute, elle écrit de nombreuses nouvelles aux thèmes variés et souvent innovants, comme nous le verrons dans les parties suivantes.

Dans nombre de ses histoires, l’auteure exploite de fond de comble l’univers de Pokémon : on dirait qu’elle se plaît à interpréter à sa façon des zones d’ombres des jeux. Nous avons droit notamment au récit d’un Pokémon épuisé forcé à marcher sans relâche dans son Pokéwalker (L.O.S.T.), ou encore à une vision interne de la Pension Pokémon où il ne se passe pas vraiment ce que l’on croit (À la Pension)... Ces petits récits riches en détails offrent au lecteur une vision insoupçonnée d’aspects qu’il pense connaître. De manière générale, les histoires de Dragibus collent d’une façon ou d’une autre aux jeux : vous ne trouverez pas ici d’univers futuristes peuplés de Pokémon mutés. Son œuvre touche davantage au réalisme qu’elle peut apporter aux éléments déjà en place.

On a également dans certains One-Shot un rapport développé établi entre le jeu et le joueur. Pour reprendre l’exemple ci-dessus, le dresseur martyrisant sans le savoir sa créature enfermée dans le Pokéwalker, en secouant l’objet pour faire atteindre des hauteurs impossibles à son podomètre sans esquisser le moindre véritable pas. Dans des fics comme Noëls ou Les Récrés du Ptiravi, elle inverse les rôles en introduisant des Pokémon jouant à un jeu nommé “Pokéhom” où combattent des humains. Ce genre de concepts offre encore une touche d’originalité à son œuvre globale.

Œuvre globale, d’ailleurs, qui se caractérise par pas mal de choses ; par exemple, on observe de nombreux éléments récurrents dans la bibliographie de Dragibus. Entre autres le concept des Pokémon humanisés se battant à l’aide d’humains, apparaissant pour la première fois dans Dies Irae, est repris et développé avec le principe du jeu vidéo “Pokéhom” évoqué plus haut, et elle s’amuse à caser des clins d’œil à des fics antérieures (une référence au Tengalice de La véritable histoire du Père Noël dans Les Récrés du Ptiravi, par exemple). L’auteure a également certains thèmes de prédilection, notamment dans ses One-Shot centrés sur des humains, où on retrouve souvent les sujets de la vieillesse et/ou de la mort (Le Dernier Voyage, To the stars, Héritage et Ma Cactitude) ; c’est entre autres cette récurrence de certains éléments qui permet de rendre son œuvre particulièrement reconnaissable.

Aussi, on remarque facilement, en se penchant sur la production Dragibusienne, le foisonnement de Pokémon qui occupent souvent le rôle principal. Qu’ils soient considérés comme un moyen de prendre le point de vue d’un animal ou carrément humanisés, nos créatures de poche sont extrêmement présentes. Malgré notamment une exception dont on reparlera plus tard, on peut se douter que l’auteure peut difficilement envisager d’écrire sur Pokémon sans mettre au premier plan les créatures concernées. Même dans ceux de ses textes davantage centrés sur les humains, l’auteure laisse une place importante aux Pokémon.

Un autre ingrédient de l’œuvre de Dragibus : l’adaptation. La dame semble en effet apprécier détourner des récits culturels pour les replacer dans l’univers Pokémon. Qu’il s’agisse d’un conte à la manière de La véritable histoire du Père Noël, d’un récit biblique comme Les Régimages, ou encore d’un récit historique tel Le Mur… le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle fait dans la diversité ! Mais dans chacun des cas, elle remanie ces récits à sa sauce, et y apporte une touche personnelle suffisamment conséquente pour créer des adaptations originales et intéressantes.

Mais les productions de Dragibus n’ont pas seulement une visée divertissante. L’auteure traite souvent de sujets qui lui tiennent particulièrement à cœur, ce qui se remarque dans les thèmes récurrents de ses textes, mais aussi, dans certains, par une volonté de faire réfléchir ou de marquer, à travers des histoires plus ou moins légères. Le dernier chapitre des Récrés du Ptiravi tire parti du ton humoristique de la fic et de l’innocence du narrateur pour aborder une réflexion sur l’homosexualité ; l’ouverture à la fin de son One-Shot Le Mur (référence explicite au mur de Berlin) dénonce des horreurs réelles de notre monde ; enfin, le thème de son texte Au fond du trou (où, attention spoiler, un Obalie est contraint par le chantage et la menace de se faire passer pour une balle de golf en se privant de nourriture) peut aisément être rapproché de certains cas de maltraitance animale derrière son absurdité apparente. Ainsi, on pourrait considérer Dragibus comme une auteure engagée, qui cherche à sensibiliser son public à des sujets importants pour elle.

Un des points les plus remarquables de l’œuvre de l’auteure reste sa très grande diversité. Cela peut s’expliquer par le fait qu’elle construit ses textes autour de contraintes techniques ou thématiques, imposées par des concours ou par elle-même. Si elle garde certaines habitudes au niveau du style ou des sujets abordés, elle n’en demeure pas moins quelqu’un de curieux et touche-à-tout, qui s’est essayé à une grande variété de thèmes ou de types de narrations. Elle alterne sans mal entre des tons humoristiques, tristes, contemplatifs, voire carrément sombres. Elle jongle également entre les temps du récit, les points de vue… Bien que ses textes aient majoritairement des narrateurs externes au récit, elle montre également une maîtrise de la narration interne dont elle semble bien mettre à profit les spécificités (ainsi, Ma Cactitude se repose sur la perception et la subjectivité du narrateur et À la pension devient un véritable cri de détresse). En résumé, vous aurez du mal à ne rien trouver qui vous convienne dans une bibliographie aussi variée que celle de Dragibus ! Globalement, elle garde néanmoins un style simple et vivant, qui transmet bien les images qu’elle cherche à faire passer sans abus de descriptions lourdes.

Histoire vraie et dite en introduction, Dragibus n’avait jamais écrit de fiction avant de pointer le bout de son nez sur Pokébip : comme nombre d’auteurs du coin, c’est après avoir été impressionnée par certaines productions en ligne qu’elle s’est essayée à l’exercice via les concours organisés sur le forum à l’époque. Et malgré cet apprentissage effectué sur le site même, on constate que peu d’évolution est visible entre ses premiers textes, postés en 2009, et le dernier, datant de janvier 2016. Même narration simple et efficace, même ton assez léger, et les mêmes éléments familiers évoqués plus haut. On peut assimiler ça à un bagage littéraire conséquent de la dame avant son inscription, et puis des facilités d’expression écrite en général.

Si vous y avez déjà jeté un œil, vous avez sans doute remarqué que les Song-fics constituent une part non négligeable de l’œuvre de Dragibus. En effet, ce n’en est pas moins de cinq que vous trouverez dans sa liste de fics ! Elles proviennent d’un ancien topic du forum, le “Rock-on baby”, où certains membres proposaient d’écrire un texte sur telle ou telle musique ; la dame a beaucoup participé à ce genre d’animations. En général, il s’agit de morceaux sans paroles : c’est plutôt sur leur ambiance que se base l’auteure pour écrire. Ainsi, elle produit à partir de ces mélodies des textes à l’atmosphère épique ou nostalgique ; elle va même plus loin dans Thursday – In Silence puisque l’enchaînement du texte est basé sur les mouvements de la musique ! On peut d’ailleurs supposer qu’elle s’est prise au jeu, puisqu’elle sort également un peu plus tard une Song-fic, Héritage, qui n’est pas écrite pour le Rock-on baby... Attention cependant : prévoyez un rythme de lecture assez lent pour ces textes, si vous souhaitez être bien en phase avec la musique.

Jusque-là, ce sont surtout les One-Shot de Dragibus qui ont été abordés : elle dit elle-même être moins à l’aise avec les histoires longues, par manque d’inspiration pour construire un long scénario complet. Pourtant elle a tenté l’aventure, en 2010, avec une fic d’une vingtaine de chapitres sur le thème, notamment, de la maladie : Je voudrais pas… En voilà la courte description pour situer l’esprit du récit : “Une (en)quête à la fois policière et spirituelle, menée par des personnages à la fois atypiques et ancrés dans le réel.
Nous ne sommes certes pas dans une analyse de fanfic, mais sans trop s’attarder sur celle-ci, on peut retirer quelques points intéressants concernant l’auteure.

Les One-Shot nous ont donné l’habitude d’avoir affaire à des Pokémon humanisés en tant que personnages principaux ; mais ici, ce sont les humains qui sont à l’honneur ! Cela sans doute dans un souci de réalisme et pour mieux interpréter l’une des idées principales de la fic, à savoir profiter de son temps de vie. Ces personnages “ordinaires” nous offrent donc une vision très concrète de l’histoire avec leur vie (plus ou moins) de tous les jours. Leur humanité permet également à l’auteure de développer leurs dialogues et surtout leurs réflexions internes, plus qu’elle ne l’avait jamais fait auparavant. Toutefois, on retrouve son amour pour les Pokémon au travers d’un certain approfondissement de la personnalité des créatures présentes : chaque membre de l’équipe entourant le personnage principal pourrait être considéré comme personnage à part entière !

Le format long étant bien plus propice au développement que les O-S, cette fic-là n’en est pas privée, côté scénario comme côté personnages et relations entre eux. On découvre donc les talents scénaristiques de l’auteure : l’intrigue policière est simple mais bien menée et haletante, elle se lit d’une traite. Les actions des personnages sont cohérentes et font avancer l’histoire, les relations entre eux se tissent petit à petit, de manière naturelle. On voit que l’auteure n’a négligé aucun point de son histoire pour que tout s’enchaîne de manière réaliste. Même la maladie grave de l’un des personnages, destinée d’abord à faire passer un message crucial à travers le récit, a une utilité scénaristique réelle. Rien n’est laissé au hasard ! Si Dragibus a conscience de ses faiblesses concernant les histoires trop longues, elle a su jauger ses capacités pour gérer correctement une fic pas trop prétentieuse.

Ainsi, Dragibus est une auteure impliquée aussi bien dans les animations du forum que ses projets personnels, qui doit son succès tant à la qualité de ses écrits qu’à leur diversité : assurément, pas mal de lecteurs de toutes sortes trouveront leur bonheur dans sa bibliographie, d’autant plus que ses textes restent très accessibles d’un point de vue stylistique. C’est probablement pour ces raisons que son œuvre a laissé une empreinte si profonde dans l’espace fanfictions, faisant d’elle un véritable monument ; il suffit de voir le nombre de ses textes affichés au Panthéon pour s’en rendre compte !


Citations :

L.O.S.T. [One-Shot]
À la Pension
Noëls
Les Récrés du Ptiravi
Dies Irae [One-Shot]
La véritable histoire du père Noël [One-Shot]
Le Dernier Voyage [One-Shot]
To the stars [One-Shot]
Héritage [One-Shot]
Ma Cactitude [One-Shot]
Les Régimages [One-Shot]
Le Mur [One-Shot]
Au fond du trou [One-Shot]
Thursday - In Silence [One-Shot]
Je voudrais pas...


Par LunElf et Vocalume

Retour en haut de page
Recherche
Communauté Pokébip
Journal des rédacteurs
Réseaux sociaux
Boutique
Tous les produits du Pokémon Center sont disponibles chez Meccha Japan. Économisez 5% dès 50€ d'achat avec le code PKB5 !

Partenaires



Publicité