Accéder au contenu de la page

Pokéscience
Les hypothèses des fans

Cette page regroupe des hypothèses et réflexions qui ont une logique en soi, mais qui malheureusement, sont irréalistes. Elles ne se basent sur aucune donnée scientifique avérée, ignorent des informations qui se trouvent dans les canons, ou sont tout simplement capillotractées.


Index

Hypothèse des énergies spirituelles
Les Pokémon, des cyborgs ?
Des nanorobots dans les Pokéball
Togepin enfant de Latios et Latias ?
Les chaînes d'évolution supposées

Retour à l'index

Hypothèse des énergies spirituelles

Un Pokémon, est-ce vivant?

Les Pokémon sont de simples animaux, c'est-à-dire, des « créatures vivantes appartenant au règne animal ». En effet, les Pokémon possèdent les caractéristiques du vivant : développement, métabolisme, motricité, reproduction, réponse aux stimulis.

Les énergies spirituelles

Cependant, chaque Pokémon a acquis, suivant les principes de l'évolution, le contrôle de certaines énergies spirituelles. Ces énergies proviennent de la « bulle infinie » dans laquelle notre univers est inclus. Elles existent partout et en toute vie, qu'elle soit animale ou végétale. Ce sont ces énergies qui leur permettent de lancer leurs attaques.

Le fonctionnement de ces énergies est régi par la glande pinéale du Pokémon (partie du cerveau qui régit tout le métabolisme). C'est le contrôle de ces énergies spirituelles qui provoque la montée des eaux pour Surf, la sécrétion de l'Acide, la projection des Dard-venin, etc.

Les phases d'attaque

L'attaque se déroule en plusieurs phases :

1) : CONTACT (les adversaires se regardent dans les yeux)
2) : ATTAQUE (variation des énergies dans les Pokémon et leur environnement)
3) : EFFETS (la cible réagit aux variations des énergies)

Le fonctionnement d'une Pokéball

La fréquence d'une énergie peut se mesurer en Herts (Hz) et la fréquence de vibration est unique pour chaque Pokémon. La Pokéball contient un logiciel mesurant la fréquence (en Hertz) du Pokémon.

Lors de la première capture, la Pokéball envoie son rayon sur le Pokémon visé dans le but de le scanner et de vibrer au même niveau. Le délai de trois secondes avant la capture correspond au délai nécessaire pour que la Pokéball scanne l'énergie de la cible.

Le taux de capture correspond aux différents niveaux de vibration des Pokémon. En effet plus la fréquence est élevée (Pokémon légendaire) plus la Pokéball aura de difficulté pour adopter la même fréquence dans le délai imparti. Les Pokéball d'un niveau supérieur sont plus résistantes.

Le problème de Zoroark

Pokémon #571
En se fondant sur ces hypothèses, comment peut-on expliquer les illusions de Zoroark ? En effet des illusions ne sont que des images altérées projetées par Zoroark vers sa cible. Comment parvient-il à utiliser l'illusion pour agir sur la réalité ?


Arcégis, communication personnelle


Haut de page
Retour à l'index


Les Pokémon, des cyborgs ?

Lors des premiers contacts avec les Pokémon, une hypothèse qui a été formée sur leurs capacités et leurs interactions avec l'électronique (Pokédex, ordinateurs) était la suivante : les Pokémon sont des cyborgs. Leurs capacités de reproduction nous ont montré le contraire : les Pokémon sont bien des entités organiques, et pas des cyborgs.

Source

Les archives du forum


Haut de page
Retour à l'index


Des nanorobots dans les Pokéball

L'hypothèse de départ

Il est possible de contracter les atomes des Pokémon (attaque Lilliput). Mais de simples miroirs ne suffisent pas pour contraindre un Pokémon à se contracter jusqu'à la taille d'un poing. La technologie de pointe du Monde Pokémon utilise des nanorobots pour démonter les Pokémon, compresser leurs atomes, envoyer leurs données de position par satellite (ce qui permet de reconstituer le Pokémon ensuite) et faire rentrer le tout dans la Pokéball. Mais même si les atomes du Pokémon sont séparés les uns des autres et enfermés dans des nanorobots, des circuits sont laissés en place pour que le Pokémon puisse continuer de ressentir des choses.

Le poids du Pokémon et des nanorobots est annulé par une lévitation magnétique s'appuyant sur les parois de la Pokéball.

Les nanorobots fonctionnent à pile, panneau solaire et énergie cinétique (mais finalement non ils ont une batterie et se rechargent au Centre Pokémon) et une sorte d'estomac qui contient les atomes compressés du Pokémon. Les données sont stockées dans un réseau similaire à Internet et ne peuvent donc pas être perdues. Ils sont identifiés par des code-barres. Chaque Pokéball a son propre code-barre.

Les nanorobots dans l'organisme du Pokémon protègent celui-ci de la capture par une autre Pokéball.

Les nanorobots envoient les données des Pokéball par satellite une fois que le dresseur en a plus de six à la ceinture. La Pokéball se dématérialise dans les mains du dresseur et réapparaît dans le Centre de Stockage en étant reconstituée sur place et la Ball d'origine est détruite. En cas de dysfonctionnement le Pokémon est copié plusieurs fois avec tous ses souvenirs et toute sa personnalité.

Les données des souvenirs du Pokémon sont considérées comme indépendantes de la matière dont son cerveau est constitué. Les nanorobots vivent dans les cellules du Pokémon et sont programmés pour se dissoudre après plusieurs jours si le Pokémon ne retourne pas dans sa Pokéball.

Les Pokéball anciennes fonctionne de la même façon mais en injectant du sang de Pokémon dans la Pokéball. Au contact du sang, le Pokémon rétrécit lui aussi. Les Noigrumes, par le passé, coûtaient très cher. Les Pokéball à manivelle pouvaient tuer le Pokémon en le vidant de son énergie.

Pourquoi ça ne peut pas marcher

Un nanorobot est constitué de quelques atomes. Il peut agir sur les cellules à l'échelle de l'ADN, en utilisant des réactions chimiques simples pour générer son énergie, mais il ne fonctionne en aucun cas comme un robot conventionnel à l'échelle nano. Il est trop petit pour pouvoir se diriger dans l'air avec des aimants. La force des aimants est alors contrecarrée par les mouvements de l'air et le nanorobot doit nécessairement se comporter dans l'air comme un colloïde. Il est également trop petit pour porter un code-barre.

Un nanorobot fonctionne au glucose cellulaire. Il ne vole pas l'oxygène dans les cellules sanguines.

Le nanorobot n'est pas « programmé » comme un ordinateur. Il est impossible de lui ajouter un compte à rebours qui ne se déclenche que dans certaines conditions. Son autodestruction ne peut être « programmée » que de manière chimique, à moins qu'il ne soit détruit par le système immunitaire de l'organisme dans lequel il se trouve, avec les symptômes d'une maladie infectieuse (fièvre etc.).

Il en est de même si plusieurs types de nanorobots entrent en conflit à l'intérieur de l'organisme du Pokémon. De plus cette « guerre des nanorobots » entre en conflit avec les canons, dans lesquels c'est le dresseur qui protège le Pokémon des Pokéball venues d'autres dresseurs.

Dans aucun des canons, les Pokéball ne présentent de panneaux solaires sur leur surface. D'autre part, aucune pile miniature ne peut fonctionner indéfiniment. Le fonctionnement d'une pile se base sur le déplacement d'ions. Une fois tous les ions déplacés, la pile doit être rechargée ou changée. Il est impossible de générer de l'énergie (ou un mouvement) perpétuelle.

Le temps nécessaire à avaler et compresser tous les atomes d'un Pokémon, et envoyer les données par satellite, ne peut pas être de l'ordre de la seconde (temps nécessaire dans le canon pour que le Pokémon rentre ou sorte de la Pokéball). Pour en avoir le cœur net, essayez de télécharger quelques Go avec votre téléphone portable, et comparez aux milliards de To nécessaires pour mémoriser précisément la position de toutes les particules du Pokémon. D'autre part, l'hypothèse n'explique pas pourquoi on ne voit pas de « nuage » de nanorobots dans les canons.

L'hypothèse de départ prétend que s'il n'y a pas de contact entre les nanorobots et l'intérieur de la Pokéball, le poids du Pokémon ne peut pas être ressenti. C'est physiquement absurde. Le poids est l'action à distance de la masse de la Terre (ou de la Planète Pokémon) sur tous les corps situés à portée de son attraction gravitationnelle. Pour que le Pokémon ne touche pas l'intérieur de la Pokéball, une force opposée à celle de son poids doit être appliquée à l'intérieur de la Pokéball. Cette force va empêcher le Pokémon de toucher la Pokéball mais va en même temps pousser la Pokéball en direction du sol (principe d'action-réaction), avec une force identique à celle exercée pour repousser la Pokéball (la même force que le poids du Pokémon). Au final, le Pokémon ne touche pas la Pokéball mais le poids du Pokémon et des nanorobots n'est pas annulé.

La décomposition du Pokémon par des nanorobots est incompatible avec le fait que le Pokémon est conscient de ce qui se passe autour de la Pokéball lorsqu'il est à l'intérieur. En effet si son cerveau n'est plus entier, si les atomes qui le composent ne se touchent plus (enfermés dans des nanorobots et isolés les uns des autres) le Pokémon ne peut plus être conscient de quoi que ce soit. Même en admettant qu'il soit toujours vivant une fois reconstitué, il ne peut pas être considéré comme vivant durant la phase de dématérialisation.

L'hypothèse sous-entend que le Pokémon est entièrement détruit et reconstitué à chaque fois que la Ball est « téléportée » vers ou depuis un Centre de Stockage, ce qui contredit, d'une part, l'éthique globale des canons et d'autre part, le fonctionnement des Centres de Stockage des canons (pas de réservoirs de matière dans les machines de transfert). D'autre part, s'il était aussi simple que ça de copier un Pokémon, le gouvernement ou les organisations criminelles se focaliseraient sur cette technique, plus rapide et beaucoup moins coûteuse en temps que l'entraînement ou le vol de plusieurs Pokémon différents.

Le réseau Internet est composé de serveurs qui gardent les données en mémoire. Si le serveur en question est déconnecté ou pire, s'il est soumis à un crash-disque, les données sont perdues. Le fait de mettre des serveurs en réseau ne sécurise pas les données.

L'hypothèse considère que les souvenirs sont indépendants de la composition matérielle du cerveau, or, la médecine nous montre que lorsque le cerveau est détériore, la mémoire l'est aussi.

L'hypothèse n'explique pas en quoi injecter du sang de Pokémon dans une Noigrume la transforme en Pokéball, ni pourquoi le Monde Pokémon préfère fabriquer des nanorobots à la conception complexe et coûteuse plutôt que de continuer à utiliser le système plus simple et moins coûteux de l'injection de sang.

L'hypothèse de départ indique que les Noigrumes ont un coût élevé alors qu'il est aisé de les cueillir sur des arbres sauvages, même à l'époque des jeux d'aventure où les villes modernes sont certainement plus nombreuses que quelques siècles auparavant (en prenant pour modèle les sociétés de type Occidental de chez nous).

Si toucher un Pokémon sous Lilliput, ou même simplement son sang, transmettait le rétrécissement, alors toute attaque portée physiquement, au contact, à un Pokémon sous Lilliput transmettrait ce changement de taille au Pokémon attaquant. Ce n'est pas le cas dans les canons.

En quoi l'hypothèse ne tient pas debout, même toute seule

L'hypothèse de départ se contredit : Pokémon conscient dans la Pokéball – Pokémon « mangé » par les nanorobots dans la Pokéball – nanorobots présents dans les cellules du Pokémon lui-même enfermé dans la Pokéball.

La Pokéball utilisée par Chen enfant dans le film 4 est considérée comme un canon sûr alors qu'elle n'apparaît que dans ce film et qu'il n'en est pas question ailleurs (autres films, jeux, manga). L'auteur de l'hypothèse sous-entend que ce modèle peut puiser directement dans les réserves d'ATP du Pokémon afin de fonctionner et qu'il peut aisément tuer le Pokémon en question. Afin de puiser dans toutes les réserves d'ATP il faut une technologie à l'échelle nano (rentrer dans toutes les cellules et sélectionner uniquement les molécules d'ATP) or l'auteur de l'hypothèse soutient que cette Pokéball à manivelle fonctionne sans technologie nano.

L'auteur indique que ce procédé est applicable aux marchandises mais qu'il est très coûteux. Pourtant les Pokéball ne coûtent que l'équivalent de 2€ (200¥) et leur fonctionnement doit nécessairement être plus précis que celui du transport de marchandises, les Pokémon devant être toujours vivants à la sortie de la Pokéball, au contraire des marchandises.

L'auteur indique également que l'ADN humain détraque le système. Or l'ADN, humain ou Pokémon, est composé des mêmes bases azotées et il est impossible, à moins de lire les séquences et d'analyser le nombre et la taille des chromosomes, d'identifier une espèce à ses seules bases azotées. Donc le système des nanorobots, s'il fonctionne sur les Pokémon, fonctionne nécessairement sur les humains, et s'il ne peut pas fonctionner sur les humains, il ne peut pas fonctionner non plus sur les Pokémon.

L'auteur se contredit sur la source d'énergie des nanorobots (pile perpétuelle ou batterie rechargée au Centre Pokémon).

Sources

Forum
Page wikipédia sur les nanorobots
Page wikipédia des colloïdes
Page wikipédia sur Internet
Page wikipédia sur la densité des matriaux
Page wikipédia du cerveau
Page wikipédia de la pile électrique
Page wikipédia du mouvement perpétuel
Page wikipédia de l'ADN
Page wikipédia des lois de Newton


Haut de page
Retour à l'index


Togepi, enfant de Latios et Latias ?

Pokémon #381Pokémon #380
Pokémon #175Pokémon #176Pokémon #468
Togépi et ses évolutions présentent les mêmes triangles bleus que Latias et les mêmes triangles rouges que Latios. Sachant que Latios et Latias sont sexués, et que leur forme globale rappelle celle de Togékiss, il se pourrait bien que les deux Pokémon Eons soient les parents de la lignée Togépi.

Source

Forum


Haut de page
Retour à l'index


Les chaînes d'évolution supposées

Pokémon #25 => Pokémon #183
Bébé Kangourex => Pokémon #115
Bébé Kangourex => Pokémon #104
Pokémon #105 => Pokémon #115
Pokémon #150 => Mewthree
Pokémon #133 => tous les autres types
Pokémon #34 => Nidogod
Pokémon #31 => Nidogoddess
Pokémon #486 => forme céleste
Pokémon #233 => Porygon3
Pokémon #128 => Pokémon #626
Pokémon #370 => Pokémon #594
Pokémon #422 => Pokémon #131
Pokémon #149 => Yoshi
Pokémon #389 => Bowser
Pokémon #6 =>
Pokémon #24 => Pokémon #336
Pokémon #151 raté => Pokémon #132
Pokémon #10 => Pokémon #11 => Pokémon #49
Pokémon #48 => Pokémon #12
Pokémon #36 mort => Pokémon #94
Pokémon #141 + modifications génétiques => Pokémon #649

Source

Rumeurs
Souvenirs personnels
Une émission de Pokémon Monday
Pokémon mind possibly blown


Haut de page
Retour à l'index
Recherche
Communauté Pokébip
Journal des rédacteurs
13/12 - Pokémon GO
  • Les Combats de Dresseurs
    Personnalisation avatar masculin/féminin
12/12 - Pokémon Let's Go
  • Soluce Vidéo
    Ajouts récents
    02/12
    Soluce Vidéo
    Généralités sur la stratégie
    Les différences avec les opus précédents
30/11 - Dossier Shasse
  • Pokédex (Let's Go)
    Capture à la Chaîne
    Resetables Let's Go
    Accueil du dossier
    Jargon
    Charme Chroma
    Rencontres (Parfum)
    Info générales 7G
    Shiny Lock 7G
25/11 - Evendex
  • Events du moment / à venir
    Distributions en France depuis 1996
    Fiches Mimiqui Shiny/Lugia/Mew/Leveinard
    Mimiqui PGL (PAL/USA/JAP/COR > Code), Lugia Fula City (PAL/USA/JAP/TAI > Code), Mew Poké Ball Plus, Leveinard Pokémon Center JAP > Code 7G
Réseaux sociaux
Anime
Partenaires




Publicité