Accéder au contenu de la page

Interview d'auteur : Deadlier



Nous accueillons pour cette interview les réponses de Deadlier, habitué de nos concours de fanfics depuis plusieurs éditions et que nous avons désormais le plaisir d’accueillir au sein du Comité de Lecture ! Le moment est idéal pour reparler de ses écrits, ainsi que de collaboration dans l’écriture !

Regard sur les fanfics

Comment définir d'après toi une bonne fanfiction ?
C'est une question complexe. À mes yeux une bonne fanfiction ce n'est pas seulement une fanfic qui va réussir à s'intégrer dans l'univers sur lequel est elle écrite. C'est une histoire qui va totalement s'approprier l'univers, en prendre possession et en donner sa propre vision. Une bonne fanfiction c'est quand le récit, l'histoire et l'environnement entrent en parfait accord et se complètent l'un et l'autre. C'est ça, à mes yeux, la chose la plus importante qui soit dans une fanfiction. Que tout dedans paraisse naturel, que malgré le fait que l'auteur apporte sa pierre à cet univers, il ne le dénature pas et qu'on s'y sente parfaitement à l'aise.

Quel format entre le One-Shot et la fanfic longue a ta préférence, et pourquoi ?
Indéniablement la fanfic longue. J'ai beaucoup de difficultés avec le format court, tant pour le lire que pour l'écrire. Il me faut du temps pour réussir à entrer dans des personnages, dans un scénario. Bien sûr, je n'ai rien pour autant contre les One-Shot mais clairement, ce n'est pas mon exercice de prédilection.

Y a-t-il un auteur de fanfics en particulier qui ait influencé ton travail ?
J'en dénombre trois. Tout d'abord Domino. C'est lui qui m'a fait m'arrêter sur le Bip et découvrir la section Fanfic. D'abord avec son Skitty, ensuite avec son Smirnoff. Grâce à lui j'ai découvert toute l'importance qu'a le personnage principal, dans son caractère, sa façon d'être et ses objectifs. Entre autres il m'a aussi bluffé par sa capacité à s'approprier l'univers Pokémon et en étendre tous les concepts qui nous paraissent pourtant évidents, comme le dressage ou l'élevage.

Vient ensuite ShiroiRyu, qui lui m'a clairement impressionné tant par la masse de travail et la fièvre d'écriture qu'il avait et a sûrement toujours, mais aussi par sa capacité à étendre les univers, à faire grandir l'univers Pokémon et voir au-delà de la cartouche de jeu. On peut dire que c'était mes premières lectures "extraordinaires" de l'univers Pokémon.

Enfin, en dernier mais pas le moindre, vient, évidemment Malak. Cela fait presque 8 ans que je travaille avec lui comme bêta, écrivant parfois pour et/ou avec lui. Son style, sa forme, ont tout naturellement affecté les miens, de même que sa conception de création mythologie, et surtout sa fascination pour les antagonistes.

Regard sur tes textes

Comment présenterais-tu l'univers des tes œuvres à un lecteur qui voudrait les découvrir ?
Des essais, mais aussi des invitations à l'interprétation. J'aime volontairement laisser des choses floues dans mes histoires, ne pas expliquer toutes les motivations de mes personnages et laisser des trous dans le scénario. Titiller la curiosité, chercher à découvrir et à voir au-delà de l'écriture, c'est ça qui me plaît.

Quelle est ta fanfic la plus emblématique de ton travail selon toi, et pourquoi ce choix ?
R., sans aucun doute. C'est ma plus aboutie, celle que j'ai pris le plus de plaisir à écrire, mais aussi pour laquelle je me suis donné le plus de moyens. Finalement, la Team Rocket et Giovanni ont beau être parmi les personnages les plus récurrents des jeux, on en sait très peu sur leurs buts et leurs motivations, ni même ce qui a mené cet homme à devenir ce qu'il est. Alors je me suis penché là-dessus. C'est aussi la fanfic où le plus de personnes sont venues me partager leur avis et me faire des critiques pour la plupart très constructives. Ces échanges m'ont vraiment fait beaucoup de bien.

As-tu constaté une évolution dans ton écriture au fil du temps ?
J'ai pris de l'assurance dans ma première personne. Ce qui était dans la première fic juste un essai s'est confirmé comme le style que je préfère. De même j'essaye de plus en plus de personnaliser mes narrations avec les gimmicks de mes personnages principaux. Je pense aussi m'être un peu amélioré pour les descriptions, ce qui est toujours à l'heure actuelle mon point faible. Je travaille toujours là-dessus d'ailleurs, mon penchant pour les dialogues longs, rapides et nerveux étant toujours trop présents. Mes personnages ont tendance à être très bavards en toutes circonstances.

Regard sur ton travail

Comment organises-tu généralement ton travail concernant tes fanfics ?
Je me fais des fiches directives. J'aurai beaucoup trop de mal à m'orienter sans ça. Mes histoires, avant de les écrire, je les imagine, je les rêve presque. Alors quand ça me vient, je prend mes fiches et je note tout ce qui me passe par la tête et que j'aimerais ensuite mettre en place. Ce qui est souvent très fouillis au départ et nécessite une remise en ordre par la suite. Ensuite, j'essaye de me motiver à écrire. Le début c'est le plus difficile pour moi, la fameuse "peur de la feuille blanche", comme on dit.

Mais une fois que j'arrive à me motiver et à faire les premiers paragraphes, j'arrive à enchaîner assez facilement. À la lecture comme à l'écriture, il me faut donc un peu de temps pour me chauffer et me mettre dans le bain.

Comment construis-tu tes personnages ?
Comme des émotions. Mes fics font peu de chapitres et souvent centrées sur un seul personnage. Tout se base donc sur lui, les autres personnages venant se créer autour en fonction de ce qu'ils ont vécu avec lui, et/ou ce qu'ils peuvent lui apporter. Tout s'articule donc avec la création du personnage central. Puis dès que j'imagine ce qu'il a vécu, et ce qu'il vivra, les autres personnages me viennent et se construisent en fonction de cela. Mais si je commence à me pencher sur une histoire longue, alors je fais le même procédé sur plusieurs personnages centraux, qui seront comme le centre de gigantesques toiles qui elles même finiront par se relier à leurs extrémités.

Comment élabores-tu l'intrigue d'une œuvre, et quelle est la chose que tu soignes particulièrement durant cette phase de création ?
L'intrigue, c'est la base, tout part de là. Une bonne intrigue c'est celle qui saura prendre en haleine dès les premiers chapitres et malgré tout surprendre à la fin. Je suis donc très attentif à la destination, le point final du dénouement. Si vous voulez surprendre et le définir, il faut partir de là, de la fin, et rebrousser chemin. C'est ainsi qu'en remontant de la fin jusqu'à ma situation de départ, j'arrive à imaginer quelles seront les péripéties qui auront mené là, les différentes révélations ou surprises, voire même les fausses pistes. De même, je sais que pour arriver à ma situation finale, il faudra que X choses précises soient arrivées. Donc je sais qu'il faut que j'implémente au fur et à mesure ces X choses, parfois de façon limite inaperçue, naturelle, sans trop insister dessus.

Regard sur tes œuvres

Tu n’as écrit que des fanfics dans le cadre de concours, qu’est-ce que cela t’apporte particulièrement ?
Une motivation. J'ai souvent besoin d'un cap et d'un objectif précis pour me guider car j'ai une furieuse tendance à m'éparpiller dans tous les sens. Alors avoir des règles et une date limite, ça m'aide à me cadrer.

Si tu devais écrire une fic hors d’un concours, quel serait son sujet et sa taille ?
J'en coécris déjà une en ce moment avec Malak, Entre Destinée et Fatalité, comme elle est dans son univers elle est publiée sur son compte mais j'en suis bien co-auteur avec lui. Ce sera une fic sur format long donc, avec beaucoup (trop ?) de choses à raconter.

As-tu une préférence pour la taille des fanfics de concours, à savoir quelques chapitres, face à des One-Shots ou des fics très longues ?
Non pas spécialement de préférences entre les formats de concours ou les fics longues en soit. Les One-Shot eux me rebutent plus c'est vrai comme déjà dit précédemment. Après tout est une question de cadre et de motivation pour choisir entre le format concours et le format long !

Les antagonistes semblent avoir souvent une place de choix dans tes œuvres, R. en tête bien sûr ; y a-t-il une raison à cela ?
Un bon antagoniste c'est une chose nécessaire à une bonne intrigue. Après tout à vaincre sans péril on triomphe sans gloire, il faut donc de l'opposition au héros. Mais ce qui me fascine le plus chez les méchants c'est leurs motivations. D'un côté il n'y a rien de plus terrible qu'une personne qui fait le mal pour de bonnes raisons. De l'autre il n'y a rien de plus horrible qu'une personne qui fait le mal juste parce qu'être méchant c'est sa raison d'être. Toutes les variantes se valent et peuvent amener à des résultats surprenants et différents.

Le méchant porte la plupart du temps l'histoire sur ses épaules car c'est ses agissements qui font avancer l'histoire et donnent naissance à l'aventure que va parcourir le héros. Donc pour le bien de l'histoire et du héros, il est vital d'avoir un bon méchant !

Si tu devais toi-même organiser un concours, quel serait son thème et ses règles ?
Si je faisais un concours, je pense que je demanderai à traiter des aspects peu connus du l'univers Pokémon. Par exemple comment un Champion devient Champion.

Regard sur autrui

Penses-tu qu'un bêta-lecteur ou une bêta-lectrice soit indispensable à un bon travail sur une fanfiction ?
Absolument. Déjà d'une part parce que je suis moi-même bêta-lecteur, mais aussi parce que ma fic la plus aboutie, R., est celle où j'ai su le mieux m'entourer. C'est extrêmement important d'avoir quelqu'un qui vous donne son avis sur vos écrits de façon objective, et sait remettre en cause vos idées, vous montrer les points faibles de votre récit. Mais aussi vous encourager lorsque vous doutez. C'est une relation importante, presque une synergie en soi. Travailler seul c'est se mettre des œillères, se priver de tout recul et se mettre à se braquer au moindre commentaire négatif reçu sur la fic après publication.

Quel est le commentaire le plus pertinent que tu aies reçu ?
Il y a près de dix ans, lorsque je m'amusais à écrire pendant des intercours voire pendant les cours eux-même et que je m'ennuyais. Une camarade de classe a lu ce que j'écrivais par dessus mon épaule et m'a encouragé à continuer en disant que j'écrivais vraiment bien. Tout du moins figurativement car au sens propre ma calligraphie est vraiment déplorable... !

Quel conseil concernant l'écriture aurais-tu aimé recevoir, et/ou plus tôt ?
Des conseils pour la forme. Oui ça peut paraître chiant et rédhibitoire, mais quand on ne sait pas mettre de l'ordre dans ce qu'on écrit, on peut avoir les meilleures idées du monde, ça repoussera n'importe qui. Faire un texte propre, aéré, bien espacé et rédigé, c'est important, et ce dès le début. C'est un peu la carte de visite de votre histoire. Quelqu'un qui arrive et vois 5 gros pavés de 75 lignes chacun aura sans doute envie d'aller voir ailleurs.

Regard sur l'avenir

Selon toi, comment pourrais-tu améliorer ton écriture à l'heure actuelle ?
Travailler mes descriptions, sans la moindre hésitation. C'est mon grand point faible, j'ai du mal à montrer mes environnements, mes lieux.

Aurais-tu un projet d'écriture dont tu voudrais nous parler ?
Je l'ai déjà évoqué plus haut mais mon grand projet actuel est une fic collaborative avec mon complice de toujours, Malak. Je peux apporter ma pierre à son univers déjà bien fourni sur le bip. Cela dit la fic que je coécris avec lui étant la première chronologiquement parlant de son histoire, vous pouvez aller la lire sans avoir lu les autres, elle se suffira parfaitement à elle-même.

Un dernier mot pour conclure cette interview ?
Salsifis.


Interview par Soundlowan

Retour en haut de page
Recherche
Communauté Pokébip
Journal des rédacteurs
Réseaux sociaux
Boutique
Tous les produits du Pokémon Center sont disponibles chez Meccha Japan. Économisez 5% dès 50€ d'achat avec le code PKB5 !

Partenaires



Publicité