Accéder au contenu de la page

Interview d'auteur : Domino



Pour ce numéro, un pilier de la section fanfics répond aux questions en la personne de Domino. Membre depuis 2004, il a écrit tant de choses qu’on ne sait plus que conseiller (Smirnoff est un indispensable, Le Projet Wallace est un indispensable, de manière générale foncez c’est de la bonne), en bref il fait un peu partie de notre mythologie à nous. Louons l’évangile sur l’écriture qu’il nous livre aujourd’hui.

Regard sur les fanfics

Comment définir d'après toi une bonne fanfiction ?
La fanfiction, c’est la réappropriation d’un mythe par un auteur. Une bonne fanfiction, c’est une histoire qui se réapproprie un univers de telle sorte qu’il offre un nouveau point de vue sur ce même univers. Ça vaut pour tout, de la fic-fleuve au simple one-shot, de la réécriture de l’histoire originale à sa sauce à un simple one-shot humoristique ou sentimentale. Même si rétrospectivement je lis peu de fanfics, le peu que j’ai lues m’a intéressé à une vision, à une lecture nouvelle d’un univers que j’apprécie.

Quel format entre le One-Shot et la fanfic longue a ta préférence, et pourquoi ?
J’adore la fic longue parce que c’est l’occasion de développer de nombreux personnages, d’étendre l’univers qu’on a décidé de poser, ça a quelque chose de fascinant de créer une saga entière avec des personnages qui vont évoluer plus ou moins brutalement… Le one-shot présente tout un tas d’avantages – et je suis en train de découvrir qu’en 40 pages, on peut tout à fait écrire une histoire intense et complète. Un de mes grands chocs en la matière, ça a été la nouvelle américaine « I have no mouth and I must scream » de Harlan Ellison qui fait une douzaine de pages mais qui est une œuvre de fiction reconnue mondialement. Voir qu’on peut créer un tel classique en une dizaine de pages, ça a quelque chose de fascinant. Presque autant que d’écrire 120 chapitres et d’arriver à un climax au bout de cinq ans ^^

Y a-t-il un auteur de fanfics en particulier qui ait influencé ton travail ?
Quelques-uns, je parle souvent du fait que Ze_Gobou ait été une des premières personnes qui m’ont encouragées à écrire avec une petite fic sur une dresseuse et son Tarsal qui m’avait impressionné par la sobriété et la simplicité de son histoire pourtant très efficace, avec la fic d’Abralou, « Un futur grand maître ? » qui m’avait complètement subjugué à l’époque, j’avais même posté un des rares commentaires positifs en 2004 (la fic s’est inexplicablement fait basher, j’ai jamais trop compris pourquoi)

Regard sur tes textes

Comment présenterais-tu l'univers de tes œuvres à un lecteur qui voudrait les découvrir ?
Hahahaha. Well… (boit une tasse de thé)
J’écris comme je parle, ça passe ou ça casse. J’essaie de coller à un peu tous les aspects du canon, l’anime, les jeux, les mangas. J’aime les personnages cyniques, détachés, blasés. J’ai des thématiques de prédilection : Individualisme contre collectivisme, amours impossibles, acceptation et dépassement de soi, le non-manichéisme, la valeur de l’intelligence et du savoir, la lutte contre l’injustice… J’ai à cœur d’avoir des personnages divers et variés, souvent hauts en couleur, je n’aime pas trop les descriptions mais je sais en faire quand il en faut (je crois). On dit souvent que mes histoires sont faciles et agréables à lire, c’est le meilleur compliment qu’on puisse me faire !

Quelle est ta fanfic la plus emblématique de ton travail selon toi, et pourquoi ce choix ?
Ugh. Je suis obligé de dire « Smirnoff » et plus précisément « Le Projet Wallace » qui est un peu la quintessence de mon œuvre.
Déjà, Smirnoff a été le moment où je me suis détaché de Skitty. J’ai adoré écrire la fic Skitty (même si l’infâme saison 5 existe toujours et que j’ai un peu plus ou moins bâclé la fin de la saison 7 pour cause de manque de motivation [la bataille finale initiale devait faire 22 chapitres…] et même siiii clairement les premières saisons auraient besoin d’un bon gros rafraichissement), mais Smirnoff ça a été mon épanouissement d’auteur. Ça m’a suivi comme une seconde peau, j’y reviendrais dans la question suivante, mais quand je relis certains passages je me dis « Mais oui, à cette époque, tu faisais ci, tu étais dans telle situation », et la guerre à la fin de la saison 12 est ce que j’appellerais crûment l’expression écrite d’un mec en pleine dépression parce que sa vie fout le camp. Les saisons 13 et 14 si elles sont contestables du fait que… concrètement j’ai « retconné » la fin de la fameuse guerre, ce qui d’un point de vue d’auteur n’est pas bien, on voit clairement que j’ai mûri en terme d’écriture. Mes personnages sont mieux construits, mes intrigues plus assumées, mes combats mieux faits… Et après ça, Wallace ça a représenté une œuvre à la fois chimérique (Une school-fic où je développe tous les élèves d’une même classe sur 120 chapitres) et gratifiante puisque je suis arrivé au bout et que ça constitue à ce jour, selon moi, l’œuvre la plus représentative de ce que je peux faire de mieux.

As-tu constaté une évolution dans ton écriture au fil du temps ?
Totalement. Et je remercie les innombrables commentaires de lecteurs pour ça. Pour être un bon auteur il faut absolument accepter de se faire retoquer. On vous dit que c’est tout pourri ? Il faut écouter, se remettre en question, voir ce qui ne va pas, travailler dessus. Pas forcément se renier, mais améliorer son style à la lumière de ce qu’on vous en dit. Si vous n’en êtes pas capable, il faut faire autre chose, trouver un autre angle qui vous correspond mieux. Parfois on écrit ce qu’on veut alors qu’on devrait écrire ce qu’on peut. Skitty, c’était ma première marche. Smirnoff, ma confirmation. Wallace, ma transcendance. A tel point qu’aujourd’hui je ne sais plus quoi écrire qui ne paraîtrait pas complètement superflu à côté de ça.

Regard sur ton travail

Comment organises-tu généralement ton travail concernant tes fanfics ?
Document Word pour les biographies des personnages, document excel pour l’agencement des chapitres et des évènements importants, document word pour le corpus de la fic. C’est comme ça que j’ai toujours fait, très simplement. Plus les biographies sont complètes, plus l’agencement des chapitres est bien calibré et réfléchi, plus le corpus sera facile à compléter. Créer des documents de travail est in-dis-pen-sable, ne serait-ce qu’une liste de personnages et une liste de chapitres.

Comment construis-tu tes personnages ?
J’ai une méthode ultra teubée qui consiste à sortir un nom au pif et à lui donner des Pokémon, et après on voit ce qu’on en fait. Je façonne le personnage selon les Pokémon que je lui ai donné. Norbert, par exemple, c’était « Le genre de gars qui a un Hippopotas de compagnie ». J’exagère bien sûr, je pars sur une idée, mais les Pokémon que je donne au personnage influencent grandement la façon dont je vais le mettre en scène. Ça peut paraître idiot mais ça part d’une logique personnelle dans la conception de mes fanfics : Les Pokémon sont intégrés au monde et ils sont intégrés dans la vie sociale, de fait ils façonnent la personnalité de leur dresseur, ils évoluent avec lui. Après je me prends la tête sur des trucs très cons : Le prénom doit sonner « cool », le nom de famille doit être ok (j’ai un vrai problème avec les noms de famille), et la backstory bah… je la fais au pif. Oui oui. Par contre une fois qu’il est créé, le personnage, s’il est majeur, prend vie dans ma tête. Il devient concret. C’est à moi ensuite de le mettre en scène pour qu’on le voie comme je le voie. Bref vous devez l’aimer autant que je l’aime et le détester autant que je le déteste. Sinon j’ai échoué.

Comment élabores-tu l'intrigue d'une œuvre, et quelle est la chose que tu soignes particulièrement durant cette phase de création ?
L’intrigue je la pense très grossièrement, elle prend une première forme quand je fais la liste des personnages et leurs Pokémon, elle prend une seconde forme quand j’élabore la liste des chapitres et que je vois comment je vais étaler tout ça. Enfin, je commence à écrire et je vois où ça me mène. Si ça part tout seul et que je sens que je peux aller au bout, c’est partie Simone. Ce que je soigne particulièrement c’est l’agencement des évènements, je fais en sorte que l’ordre des choses soit logique, que je n’aie pas à sortir de la logique que j’ai créée pour que l’intrigue marche. Si je dois le faire, je considère que j’ai échoué.

Regard sur et de Domino

D'où te vient ce goût pour les fanfics découpées en tomes ? Et que penses-tu des fanfics qui au contraire, se poursuivent sur plusieurs dizaines de chapitres en une fois ?
C’est une conception similaire à une saison de série télévisée, mon inspiration première. Et d’ailleurs je réfléchis maintenant à une conception en dix chapitres, comme les tomes de mangas. La poursuite de plusieurs chapitres en une fois, c’est cool aussi, ça évite au lecteur de se perdre ! Je l’ai fait pour Wallace, d’enchaîner les 3x30 chapitres d’un coup et ça a plutôt bien marché. Ça fait une seule grosse fic d’un bloc, le lecteur commence au premier et il continue sans avoir à changer d’histoire, c’est bien plus pratique je pense. Diviser en tomes c’est une volonté de clarté.

Tu as aussi produit plusieurs parodies, qu'est-ce que ce genre t'apporte et qu'aimes-tu dans le fait d'en écrire ?
Eeeeeeeeeeee j’en ai plutôt honte aujourd’hui avec le recul ! ^^ J’adore l’écriture humoristique, j’adore écrire des trucs marrants mais le manque d’expérience m’a fait écrire des choses qui sur le coup avaient un sens pour moi et qui avec le recul n’en ont plus. Si, certes, je me suis pas trop mal amélioré sur la version Unys, j’ai vraiment honte de la version Sinnoh MEME SI je reconnais avoir élaboré bon nombre de bons personnages sur cette histoire et j’ai quand même réussi à aller au bout de ce que je voulais faire (les twists de la trilogie). Mais avec le recul c’était sacrément dégueulasse et si Wallace m’a appris un autre truc c’est que je n’ai pas à être vulgaire pour être drôle. Et ça, c’est une leçon super importante de ces écritures. Aussi, c’est incroyable ce que mon humour (sur les parodies ou sur Skitty) était sexiste et grossophobe avec le recul, j’ai vraiment immensément honte.

Après tant d'années d'écriture sur le site, comment conserves-tu la motivation pour être encore si actif ?
Euh bah je sais pas, je suis en crise de motivation depuis la fin de Wallace en juillet 2018 ^^ Je me suis tellement englué dans Smirnoff que je ne sais plus quoi écrire d’autre, j’ai tenté de reprendre en retconnant à nouveau la fic, ça n’a pas marché (et ça venait genre de moi, les lecteurs semblaient chauds, mais c’est moi qui n’avait plus le feu), et là je ne sais plus quoi écrire, je tente de reprendre un vieux projet mais sans certitude et sans trop savoir où ça va me mener. Si la question porte sur le fait que je suis sur le site depuis 2004 et même avant (j’avais effacé ma toute première fic qui était objectivement très très naze et que vous pouvez retrouver dans mon recueil de fourbi, « Histoires Indifférentes »), c’est juste que l’écriture a toujours été quelque chose de reposant pour moi, une zone de confort. Au départ c’était pour m’amuser, et c’est devenu une occupation quotidienne. Bon, après je me suis mis à bosser et donc j’ai eu moins de temps, mais je suis toujours là… je pense. J’espère.

Parlant de tes années d'expérience sur le site, quel serait selon toi le changement le plus important auquel tu aies assisté vis-à-vis de la section fanfics ?
Sans aucune hésitation, les boutons « chapitre suivant – chapitre précédent – liste des chapitres » qui améliore mais teeeellement le confort de lecture et de relecture. J’ai connu une époque où il fallait envoyer ses chapitres par mail.

Répondons enfin à LA question : pourquoi Domino ?
Parce qu’au départ c’était Loafing Around (l’effet du talent « Absentéisme » de Parecool en anglais), puis c’était « Qulbu », et un membre du site (un kéké de 12 ans) m’a dit que ça faisait gamin, du coup j’ai changé pour Domino, ça faisait plus bonhomme. *insérez une pose thug life*

Regard sur autrui

Penses-tu qu'un bêta-lecteur ou une bêta-lectrice soit indispensable à un bon travail sur une fanfiction ?
Grave de ouf. Smirnoff n’aurait pas été moitié aussi bon si je n’avais pas eu l’émérite membre Smeargle-Gaga pour relire mes chapitres et me donner des coups de bâton pour me dire à quel point c’était pourri et que je devais recommencer. Un œil extérieur avant publication c’est l’assurance de faire moins de fautes idiotes et de pouvoir retoquer les erreurs en dernière minute. Bon après ça m’ennuie parce que j’aime publier juste après avoir écrit.

Quel est le commentaire le plus pertinent que tu aies reçu ?
Super-Echarpe a passé toutes les saisons de Smirnoff à me dire à quel point ce que je faisais était perfectible. J’aurais limite pu la créditer en tant que co-autrice…

Quel conseil concernant l'écriture aurais-tu aimé recevoir, et/ou plus tôt ?
Je ne sais plus qui (je dirais un nom mais ce ne serait pas lui) m’a demandé de mettre des espaces après mes tirets et de sauter mes lignes entre la narration et les dialogues. Je n’arrive plus à écrire autrement depuis, et quand je relis des fics avant que je mette ça en place, j’ai l’impression de lire des hiéroglyphes.

Regard sur l'avenir

Selon toi, comment pourrais-tu améliorer ton écriture à l'heure actuelle ?
Si seulement je me décidai à travailler mes descriptions… oui, si seulement… Il faut aussi que je sois plus rigoureux sur mes intrigues et que je m’étale moins, que j’agrandisse mon vocabulaire… j’ai encore de la marge. Personne n’est parfait eeet surtout pas moi. Oh que non.

Aurais-tu un projet d'écriture dont tu voudrais nous parler ?
Je veux écrire un roman mais je n’arrive pas à le sortir, je voudrais écrire cette fic sur des dresseurs aux Pokémon hyper puissants mais humainement très faillibles mais je ne sais pas si je fais une fic sérieuse, humoristique, les deux… courte, longue… Je voudrais avoir un projet en cours, long, prenant, qui me comblerait en tant qu’auteur… mais je suis dans une sorte d’impasse de productivité. J’attends d’avoir l’étincelle. C’est frustrant ^^

Un dernier mot pour conclure cette interview ?
Mon défi perso pour répondre à ces questions, c’était de ne pas faire référence une seule fois à mon affection pour les thématiques LGBTQI+ et j’ai grave trop bien réussi.


Interview par Soundlowan

Retour en haut de page
Recherche
Communauté Pokébip
Journal des rédacteurs
Réseaux sociaux
Boutique
Tous les produits du Pokémon Center sont disponibles chez Meccha Japan. Économisez 5% dès 50€ d'achat avec le code PKB5 !

Partenaires



Publicité