Accéder au contenu de la page

Une feuille d'automne de Harukaze-Chan


Note : Il est normal que vous trouviez des incompréhensions dans mon texte, c'est fait exprès, idem pour les quelconques répétitions.

Cette nuit, il pleut. Il pleut très fort, mais je ne peux pas me réfugier, tous les abris sont pris, et personne ne veut de moi. On dit qu'une aura bleuâtre me poursuit partout où je vais, mais cette aura, je ne la vois pas, je ne sais pas de quoi il s'agit.
J'ai faim… Mais on dit que je ne suis plus comme avant. Mais… Comment j'étais, avant ? Je n'en sais rien… Je cours, je cherche à manger, il pleut de plus en plus fort, mais je sens que je ne suis plus comme avant, et rien cette pensée… Me terrorise. J'avance, j'avance, mais je ne trouve pas à manger, j'ai peur… J'ai peur… Les larmes coulent, mais elles ne s'arrêtent pas…

« - Tu pleures, petite ? »

Quelqu'un… Quelqu'un m'adresse la parole, à moins que ce ne soit moi… Qui délire dans ma douleur ? J'ai l'impression que mes larmes couleront pour l'éternité… Qu'elles ne s'arrêteront jamais… J'ai peur… J'ai besoin d'aide.

« - Petite, tu parle toute seule ».

Cette voie… Ce n'est moi, ce n'est pas mon délire, enfin, j'espère…

« - J'ai peur, j'aimerais tellement qu'on m'aide… Aidez-moi ! S'il vous plait, qui que vous soyez, aidez-moi ! »

Je suis tellement triste… Personne ne viendra à mon secours, pourtant, je délire ! Je délire tellement et je pense que quelqu'un viendra à mon secours…

« - Comment puis-je t'aider ?
- Je… J'aimerais savoir comment j'étais avant… Et… Et, ce que je suis maintenant ».

Je sens mon cœur battre, il bat si fort… Je continu de courir, laissant mes illusions de côté, je commence à avoir mal au cœur, je vais beaucoup trop vite ! Et j'aimerais tellement qu'on m'aide ! Je m'arrête une instant, je n'arrive plus à respirer, j'étouffe… Je sèche mes larmes, je découvre que ce n'est pas de l'eau qui coulent des mes yeux, mais du sang, des larmes de sang ! Je commence à mourir à petit feu… Mourir juste parce qu'on à été rejeté…

« - C'est pitoyable.
- Pourquoi cherches-tu à savoir qui tu es ? C'est si important que ça, plus important que la vie ? »

Je… Je n'en sais rien ! Savoir qui je suis… Je me le suis demander, comme ça, mais je ne me suis jamais demander pourquoi je pense à ça, pourquoi… Je ne sais pas, c'est… C'est tellement pitoyable ! …

« - Cette aura bleue qui tourne autour de toi, qu'est ce que c'est ?
- Je… Je ne sais pas ! »

Illusions ou désillusions, qu'est ce que j'en sais ? Et cette aura bleue, je n'en sais rien, de ce que c'est ! J'ai… Tellement peur !
Mes larmes de sang n'arrêtent pas de couler… S'arrêteront-elles un jour ? Un jour… Pendant ce temps, oui, pendant que mes larmes de sang coulent, que mon cœur bat la chamade et que le désespoir qui s'abat sur moi se transforme en illusion, je ne meurs pas, mourrais-je un jour ? Je demande le repos. Non, je ne le demande pas, je ne le réclame pas non plus, je l'implore ! Je ne sais à qui je le demande, je ne sais rien, j'ai l'impression que j'ai toujours fait ce qu'on m'a dit de faire, que j'ai jouer la poupée pendant toute mon existence, et que c'est seulement maintenant que je m'en rend compte.

« - Petite, il ne faut jamais désespérer.
- Oui, vous avez raison, je ne sais pas qui vous êtes… Je ne sais pas si vous existez, je ne sais rien, mais pourtant... »

Mais pourtant… Moi qui à tellement de problème dans ma mémoire, je me dis qu'il faut que je cours, sans m'arrêtez, avancer, je finirais bien par trouver quelqu'un qui pourra m'aider… Quelqu'un, qui m'acceptera comme je suis. Où bien… Le repos, j'ai tellement peur, et pourtant ! Mon délire ne s'arrêtera jamais, mes larmes de sang continueront des couler pourraient bien couler pour l'éternité, je veux qu'on m'accepter comme je suis…

« - Cours, cours, et essaye de ne pas t'arrêter, en courant, ton âme pourra décider… »

Décider ? Qu'est ce que mon âme doit décider ? Je ne sais pas, mais je pense que je ne dois pas insister, c'est mon cœur qui me le dit. Je ne dois pas m'arrêter… Je me remets à courir. Oui, je cours si vite… Mais mon cœur ne s'arrête pas de battre comme un animal en cage, peut-être le fait que je ne meurs pas… Peut-être, à ça, j'y crois et je n'y crois pas, voilà tout.
Qu'est ce que je suis devenu, qu'est ce que j'étais avant… Le savoir… Je ne sais… Non, je ne dois pas penser à ça pour le moment, je ne dois plus tomber dans les ténèbres, jamais plus !
Toutes ces pensées qui tourbillonnent dans ma tête… Je ne dois pas me laisser aller, je dois continuer, même si je ne sais pas où je vais, même si je ne sais pas ce que je vais devenir, même si je ne sais rien et que je ne fais que penser la même chose depuis le début de la nuit, je dois continuer.

« - Oui, je suis de ton côté, tu réussiras.
- Mais… Je suis sensée courir, comment ce fait-il que je vous entends ? Et… Je ne vous vois même pas.
- C'est toi qui doit le découvrir, je peux ne pas être comme je le suis là selon tes pensée, tout dépend de toi, et… Pourquoi tu ne me vois pas, c'est également toi qui dois trouver cette raison, ta raison… »

Je plonge peut-être peu à peu dans la folie… Mes propres délires me terrorisent. Ce sont les miens, ils m'appartiennent, pourtant, je me pose des questions sur eux, ils me terrifient moi-même, qu'est ce que cela signifie ? Pourquoi tant de questions ? Je me demande bien ce que je veux, au fond de moi… « Je veux qu'on m'aide. » C'est vraiment ce que je pense ? Je ne peux donc pas me débrouiller toute seule… Je ne suis qu'une gamine. Mais maintenant, c'est clair, je peux savoir comment j'étais avant, même si tout cela est… Pathétique.
Toute cette histoire, depuis A à Z est pitoyable, je veux qu'on m'aide, je veux savoir comment j'étais avant et comment et qu'est ce que je suis devenir, je veux mourir, je veux qu'on « m'aime » …
Je réclame tellement de choses… J'aimerais tant, n'avoir à ne rien demander à personnes… J'aimerais aider les gens, et non leurs poser des problèmes comme je le fais maintenant, ma victime étant mon délire.

« - Tu ne pense donc qu'à t'accuser, tu ne sais rien faire d'autres ?
- Co… Comment ?
- J'ai fouillé un peu partout dans ta mémoire, jusqu'à présent, tu t'étais comportée comme une jeune Mentali sage et courageuse, mais là, je vois une sale gamine pleurnicharde qui n'arrête pas de se lamenter. »

Mon délire me sermonne, je n'ai pas l'impression de rêver, mes larmes de sang s'arrêtent peu à peu de couler, toujours avec cette même tristesse dans mon cœur.

« - Je dois voir à quoi je ressemble. »

La voie ne me répond pas, et moi je me dirige vers la fontaine la plus proche de moi, avec ce regard de rage qui me donne de l'espoir. « Je dois savoir à quoi je ressemble », je veux le savoir, et je le saurais. Enfin arriver devant cette magnifique fontaine d'eau, je me regarde. Ce que je vois ? Un Mentali tout blanc, d'une extrême pâleur, un regard rempli d'énergie qui commence à se vider, des ailes aussi blanches que le corps, et une espèce d'aura bleue.

« - C'est donc à ça que je ressemble.
- Je te retrouve enfin comme je te connaissais ».

Mes larmes de sang se sont arrêtées de couler, je commence à comprendre pourquoi tout le monde me rejette, mais je n'ai toujours pas eu la réponse.
Mon cœur se rempli d'une autre énergie, pas celle de la rage, mais celle du courage, de la déception, celle de touts les sentiments du monde.
Je deviens peut-être folle, mais qu'importe, tant que je n'aurais pas les réponses à mes questions, je continuerais mes âneries, c'est peut-être pitoyable, et ce qui devra advenir adviendra.

« - C'est ta persévérance… »

La pluie continue de verser des larmes. Je vois des personnes et des Pokemon se réfugier, râler, pleurer, mais aucun d'eux ne font attention à moi, et pendant ce temps, une feuille tombe juste devant moi, une feuille bien rouge, une feuille d'automne.
Je sens quelque chose en moi s'en aller, c'est mon âme, là où j'irais, je sais que je trouverais la réponse à ma question, tant que j'aurais ce beau souvenir d'automne enfoui dans mon cœur…

>> Retour à la page du concours
Recherche
Communauté Pokébip
Journal des rédacteurs
Réseaux sociaux
Boutique
Tous les produits du Pokémon Center sont disponibles chez Meccha Japan. Économisez 5% avec le code PKB5 !

Partenaires



Publicité