Accéder au contenu de la page

Disney prêt à racheter Pokémon ?

Depuis un petit moment, Disney s'est trouvé une nouvelle passion : acheter à tout va des sociétés bien connues du public, et pas des moindres ! De Marvel à la 20th Century Fox en passant par le rattachement de Pixar à la branche principale de la marque, ce géant du marché de l'animation n'a de cesse de faire croître son influence en absorbant des licences toujours plus prometteuses les unes des autres (quitte parfois à les aseptiser avec). Mais qu'en est-il de Nintendo ? Et surtout, de Pokémon ?

Disney VS Nintendo

Disney est le numéro 1 occidental en matière de films d'animation et de séries pour enfants. Ce n'est, en 2018, un secret pour personne. De l'autre côté de la planète, Nintendo continue d'être une source sûre en matière de jeu vidéo. Il suffit de voir les incroyables guests de Super Smash Bros Brawl et Super Smash Bros 4 pour le constater: qui aurait pu croire au temps de Melee qu'aux côtés de Mario, Link, Kirby et Pikachu combattraient Megaman, Sonic (!), Cloud (!!), Bayonetta, Solid Snake (!!!) ou encore Ryu !

Pokémon reste également une source sûre en la matière et le succès est toujours au rendez-vous, même après plus de 20 ans d’existence. Pokémon Soleil et Lune ont par ailleurs été les jeux les plus précommandes de toute l'histoire des jeux Nintendo. Osons le dire grossièrement : Disney et Nintendo sont deux gros aimants qui attirent à eux les plus petits aimants. Et quand on place un aimant à côté d'un autre, ils se repoussent... mais retourner l'un des deux et ils s'attirent !

Un Pokémon made in Disney

Pokémon restant toujours le succès qu'il a été depuis ses débuts, bon nombre de compagnies ont tenté de surfer sur la vague en proposant leur catalogue de monstres à collectionner : Telefang chez Smilesoft, Monster Rancher chez Tecmo ou encore le très récent Yokai Watch chez Level 5 (Digimon étant l’exception puisque la licence est antérieure à Pokémon). Même Disney venait chasser sur le territoire de Nintendo en 2007 avec la licence Spectrobes, un jeu vidéo sur DS dont le principe était de collecter des fossiles de créatures mythiques afin de les ramener à la vie et de lutter contre une menace alien. Ces créatures devaient combattre pour évoluer, pouvaient s'échanger entre deux consoles, bref un vrai petit clone de Pokémon.


En commandant ces jeux vidéo, Disney avait, comme à son habitude, l'intention de profiter au mieux de la réussite de la marque pour produire des films, jouets et nombreux autres produits dérivés. Le pari était à peine risqué : il suffisait de recycler la formule du "on collectionne des monstres aux pouvoir incroyables" qui avait déjà largement fait ses preuves à l'époque. Et le jeu avait eu un succès suffisant pour produire deux autres opus, l'un sur DS et l'autre sur Wii. Malheureusement, la franchise n'a pas été le raz-de marée escompté : faire comme Pokémon, ce n'est pas faire du Pokémon, et les ventes de ces jeux ont finalement été très décevantes. Après cela, Disney a abandonné la licence et nous n'en avons plus entendu parler depuis 2009.

Un flop (relatif) qui ne semble pourtant pas avoir totalement refroidi The Walt Disney Company, car plus de dix ans après, et forte des bénéfices énormes rapportés par les univers Marvel et Star Wars, la société revient à la charge et se dit prête à ... racheter Pokémon ! Sakana Kabiyo, un des community managers de Disney Japan, a déclaré lors d'une interview par un journal japonais :

"En matière de production animée visant les enfants et la famille, Disney reste le leader [...] Nous nous exportons également en jeux vidéo avec des titres comme Disney Infinity ou Epic Mickey. Au Japon, nous sommes également en collaboration avec Square Enix sur la série Kingdom Hearts".

Ce même Kabiyo en est également venu à parler de ses concurrents vidéo-ludiques :
"Chez Sega, la licence qui se rapprocherait le plus du monde Disney serait Sonic. Il s'est énormément rapproché de Nintendo ces derniers années. Chez Nintendo, plusieurs licences sont intéressantes puisqu'elles visent également les enfants et les grands enfants. Nous avons le même objectif. Pokémon est la franchise qui a le plus réussi dans cette direction, et une collaboration nous semblerait pertinente."

Une déclaration sans équivoque : Disney lorgne clairement sur Pokémon. Et on peut les comprendre : entre les fans des jeux vidéo, de l'animé, des cartes et les collectionneurs de goodies en tout genre, les sources de bénéfices ne manquent pas et sont confortablement installées depuis longtemps. Il n'y a donc pas trop de raison que cela change maintenant, et il serait facile pour Disney d'en tirer profit, moyennant un investissement certain, mais que la société n'aurait pas trop de difficultés à faire au vu de ses acquisitions et négociations récentes.

Le rapprochement américano-nippon semble d'ailleurs déjà entamé grâce aux négociations ayant permis à Disney de placer quelques uns de ses pions dans la première production hollywoodienne sur Pokémon. En 2016, la production annonce que Nicole Perlman et Alex Hirsch seraient tous les deux scénaristes du film Détective Pikachu. Alex Hirsch n'est nul autre que le créateur de Gravity Falls de Disney. Quant à Nicole Perlman, elle a déjà travaillé sur Les Gardiens de la Galaxie et prochainement Captain Marvel (tous deux des films Marvel). Si ce film sera distribué par Universal, rien ne semble pouvoir empêcher Disney de récupérer les droits d'exploitation, au moins partiellement (ils se sont bien débrouillés pour récupérer Spider Man auprès de Sony), pour les suites dores et déjà envisagées en cas de succès.


Quel avenir pour Pokémon ?

Si les petites sociétés englouties par le géant Disney ont parfois du souci à se faire (plusieurs ont été coulées quelques temps après leur rachat car pas assez rentables), Pokémon ne devrait pas trop avoir à craindre ce triste sort puisque l'intérêt économique est important. Il ne faut pas forcément envisager une absorption totale de la branche chez Disney : Nintendo céderait si facilement l'une de ses licences phares, capable de justifier à elle seule l'achat de ses consoles ? Peu probable. En revanche, il est tout à fait possible d'envisager des collaborations futures entre les deux géants, comme cela est le cas pour le film Détective Pikachu ou Kingdom Hearts chez Square Enix où l'univers Final Fantasy reste peu développé par rapport à la licence des Disney (n'espérez pas voir Cloud prendre un thé et des biscuits avec Blanche-Neige, ça n'est encore jamais arrivé). Malgré tout, de là à imaginer croiser un jour Pikachu aux côtés de la Petite Sirène, Dark Vador et Hulk à Disneyland, il n'y a qu'un pas.

En tout cas, les films et la série pourraient être impactés (en bien comme en mal) par l'arrivée du géant américain parmi leurs décisionnaires, au vu de son savoir-faire (ou en tout cas ses formules qui permettent des bénéfices conséquents sans forcément trop prendre de risques vis à vis des univers préétablis) en terme de divertissement, et peut-être les jeux vidéo pour l'aspect scénaristique, dans une moindre mesure.

Pokémon #129 4G
Poisson d'Avril !

News écrite en collaboration avec Statix

par ptirt, le 01/04/2018 à 10:07
Poisson d'avril

Chargement...
Recherche
Communauté Pokébip
Journal des rédacteurs
Réseaux sociaux
Boutique
Tous les produits du Pokémon Center sont disponibles chez Meccha Japan. Économisez 5% dès 50€ d'achat avec le code PKB5 !

Partenaires



Publicité