Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

La Cendre et la Braise de Ramius



Retour à la liste des chapitres


Evaluation de Soundlowan

Expression


Je suis assez impressionnée par le vocabulaire employé, qui est très varié et fait mouche à chaque fois. On sent ton envie de jouer avec la langue en plus de raconter une histoire, et c’est une très agréable surprise. C’est même prendre un risque en un sens de s’autoriser à couper l’action pour des moments de flottement où il ne se passe rien qu’un dialogue philosophique entre deux personnages, risque payant qui plus est. Il y a même dans ton texte de véritables jeux avec les mots qui leur donnent un autre sens ou un sens proche, mais plus précis. Je ne tombe pas souvent sur un texte si réfléchi et maîtrisé dans son expression.
Pour vraiment chipoter, il y a parfois quelques coquilles ou mots en trop dans certaines phrases, mais c’est infime par rapport à l’ensemble du texte et la qualité de l’expression générale sans la moindre faute d’orthographe. Il manque parfois une lettre ou deux également, ce qui aide à repérer les passages écrits quand tu étais en moins grande forme si je devine bien. De même sans être un véritable défaut, l’utilisation des parenthèses dans le récit est parfois moins habile que le reste, soit que les informations pouvaient être intégrées au texte lui-même directement soit que les phrases concernées paraissent vouloir briser le quatrième mur sans jamais oser sauter le pas. Parfois enfin, certains termes sont un peu détonnants voire déraillants dans le ton général de l’oeuvre, comme “flemme”, surtout employés par un sage qui pouvait parler en termes fournis et soutenus des divinités et de leur essence juste avant.
Il est toujours intéressant d’employer la première personne pour rédiger un texte, et couplé à l’alternance entre deux points de vue ça a quelque chose de presque déstabilisant même si on comprend vite l’enchaînement. Voilà qui donnerait presque envie de relire chacune des histoires à la fois, en ne lisant qu’un chapitre sur deux pour garder le même personnage principal tout du long. Encore que vers les derniers chapitres, le point de vue de l’autre devient tout simplement indispensable je suppose.
En revanche je suis un peu moin fan de l’idée de mise en page pour le combat et surtout l’Essence, consistant à substituer des images à certains mots, même si c’est intéressant de se servir des possibilités de l’informatique pour un peu d’originalité. Simplement dans le contexte ça peut vite sortir de l’action, surtout quand ce n’est pas juste le nom d’un type et qu’on est pas certain du sens du symbole, surtout que ta maîtrise de la langue te permet de t’en passer largement. D’ailleurs tes scènes de combat sont très décrites en dehors de ça. L’utilité de la pratique se voit beaucoup plus dans les dialogues cherchant à expliquer les natures des types et attaques, qui sont d’ailleurs bien écrits et passionnants (même s’il faut parfois s’accrocher pour saisir tous les concepts dès la première lecture). C’est véritablement dans ces moments qu’on voit à quel point ton univers et son fonctionnement ont été réfléchis, ce qui donne d’ailleurs d’autant plus envie d’en savoir plus pour tout comprendre. J’aime la manière dont tu utilises les attaques hors des combats, le Flair par exemple, il est trop rare qu’on pense à s’en servir autrement que comme des attaques pures contre un ennemi.

Histoire


Un cadre original avec cette fanfic en pleine Grèce que tu nous offres, et qui explique beaucoup les philosophes qu’on y croise à tous les coins de rue par ailleurs. J’aime vraiment l’idée, et les petites références glissées partout en plus de la géographie qui reste le plus évident sont sympathiques à chercher. J’ai aussi remis le nez dans mes anciens cours de philosophie et de rhétorique pour avoir tous les concepts mobilisés en tête, ce qui est trop rare pour ne pas être souligné au sujet d’un texte sur les pokémons. J’aime aussi que ton monde soit manifestement très réfléchi, par de petits indices comme le fait qu’on entend pas parler de Pokémon mais plutôt d’Habitants, d’ailleurs un terme qui en soit développe une certaine vision du monde par celui qui l’emploie.
Le plus fou dans le fait d’avoir deux histoires en parallèle avec deux personnages principaux, c’est que ces deux narrations sont tout aussi intéressantes l’une que l’autre et pourtant il aurait été difficile de prendre des personnages et donc des vécus si différents. C’est assez captivant cette faculté que tu as de nous emporter dans une histoire sur plusieurs chapitres, assez longs et denses en plus, quand on se rend compte qu’une fois dépouillée de ton style entraînant l’intrigue peut se résumer de manière très courte. Je suis tout à fait impressionnée qu’on puisse faire durer sur tout de même un certain nombre de pages des péripéties qui ne sont au fond pas si nombreuses, le sort du personnage principal humain étant majoritairement scellé par le bon vouloir de son souverain et c’est un facteur qui change très vite. Si en plus l’intrigue avait été complexe je n’ose imaginer la dimension qu’aurait pris cette histoire, et le nombre de concepts philosophiques et de débats d’idées que tu aurais pu y mobiliser.
Cela dit, si les péripéties ne sont pas forcément nombreuses la première moitié du récit, elles s’enchaînent quand même à un rythme de plus en plus effréné je dirais aux alentours du chapitre quinze : ça commence un peu avant, ça va à toute vitesse à partir de là. Sans parler de déséquilibre dans la narration, ça ne va pas jusque là, ça peut être assez déstabilisant de passer d’un effort pour suivre essentiellement des dialogues complexes à une sorte de course dans l’action. On ne peut pas nier un suspens bien installé, impossible de prévoir ce qui va se passer ; cependant, on a parfois l’impression que c’est surtout parce que le personnage principal sait des choses qui lui paraissent évidentes, et à tout le monde, mais qu’on a oublié d’informer le lecteur. Ce qui est frustrant en quelque sorte. Surtout, je veux insister sur le fait que tout est d’un seul coup très, très rapide. Disons qu’on peut le mettre sur le compte de “l’éclipse” et de l’émoi que ça a provoqué je suppose.

Personnages


C’était un pari osé de faire attendre si longtemps pour faire connaître l’identité des personnages en présence ; mine de rien, passer ne serait-ce qu’un chapitre entier sans le savoir, c’est relativement long quand on voit la longueur totale de la fiction.
La manière de parler de tes protagonistes et même du reste des personnages n’a rien de très naturel, mais ton univers assurément ne cherchait pas à l’être et pour le coup tu réussis très bien à immerger dans ce qu’on pourrait appeler le merveilleux. Je me suis parfois crue dans un conte où chaque rencontre est l’occasion d’un enseignement, et où les personnages correspondent souvent à des archétypes au point d’avoir des rôles comme celui du Sage. Dans le même temps et comme pour les ancrer plus dans le réel, la plupart des personnages, même ceux qui apparaissent très peu comme Ilya, ont au moins une chose particulière pour les caractériser ce qui est très appréciable (même si c’est le fait d’avoir du mal avec les mots compliqués ou des choses encore plus anecdotiques). Un exercice exigeant ici bien exécuté, le moindre dialogue donne l’occasion au lecteur de réfléchir personnellement et cela même après avoir fini sa lecture de la fanfic, ce qui est un tour de force. Si j’osais je classerai même ton oeuvre proche d’un conte philosophique, aussi bien pour sa construction narrative que pour les insolubles débats qui ne manquent pas d’éclater à chaque chapitre. Bien qu’ils ne soient pas exactement des personnages à proprement parler dans ton récit, je voulais souligner que ton utilisation des dieux est extrêmement bien menée, surtout que tu arrives à en rendre toute la complexité. Qu’ils soient mobilisés en tant que concepts, ou qu’on en cherche simplement la trace, personne ne parvient véritablement à les saisir dans leur entier et c’est une autre grande réussite de cette fanfic, surtout qu’ils sont très souvent convoqués dans la narration soit comme objet de réflexion soit comme entité même s’ils restent très lointains.
J’ai évidemment aimé les prénoms donnés à tes personnages et les références qu’ils évoquent, et ça ne laissait rien augurer de bon pour eux dès qu’on les a connu. Ce genre de petites choses donne vraiment du relief à un texte. C’était aussi une très bonne manière, par la réaction des pierres et la transformation d’Icare au combat des dieux, de se réapproprier les informations données par le pokédex au sujet de son espèce.
La façon dont les pokémons sont nommés, et la manière qu’a Icare d’envisager le monde si différente de la perception humaine de Dédale montrent en soi à quel point ton univers a été pensé et travaillé. Chaque personnage apprend de l’autre mais apprend aussi au lecteur dans cet échange, ce qui participe vraiment à la fois à l’atmosphère du récit et à l’attachement qui se met naturellement en place pour les protagonistes. Difficile d’expliquer davantage leurs raisons d’agir et leurs opinions, ce qui permet d’y adhérer vraiment rapidement. On se sent aussi proches d’eux lorsqu’ils souffrent, lorsqu’ils sont déboussolés, et à travers leurs yeux on voit comme le monde reste grand et mystérieux. Les personnages sont dans l’ensemble peut-être pas tout à fait réalistes, mais complexes et leurs pensées nous sont entièrement accessibles ce qui fait qu’on les imagine très bien. Je mettrai un bémol à tous ces excellents points : on sent manifestement qu’on vient à un instant de la vie du héros humain, il est déjà installé dans ses relations et sa position, il connaît les gens depuis longtemps et très bien. Tu ne tombes pas dans un écueil pourtant souvent rencontré en fanfic, qui est que le héros pense systématiquement à la moindre chose de son quotidien de manière totalement artificielle pour pouvoir l’expliquer à l’écrit au lecteur. C’est une très bonne chose de l’avoir évité, mais ça a un prix conséquent, parfois le lecteur manque justement d’informations sur certains personnages au point de se sentir exclu de l’action en cours. Par exemple on sait vraiment très peu de choses sur cet ami artiste de Dédale, en danger on ne sait pour quelle raison exactement, et on en apprend pas beaucoup plus avant sa mort qui de fait nous marque peut-être moins qu’elle aurait pu. De même, de quoi parle Dédale dans son échange avec Minos, des informations assez importantes et connues de tous pour faire basculer la situation et le faire arrêter par ses propres gardes ? Ces données manquent au lecteur, et cette fois c’est embêtant. Surtout qu’on ne comprend pas non plus, au fond, comment et pourquoi Dédale a été si convaincant, c’est tout de même un exploit d’avoir réussi à retourner une foule en sa faveur surtout si désemparée et dans de telles circonstances. Quel monstre de charisme est Dédale, ou plutôt quelles sont les raisons sous-jacentes qui nous restent encore trop cachées ? Son destin final interroge également, j’ai dit qu’on était proche du conte philosophique et je ne le renie pas, voilà bien pourquoi je ne cours pas après le réalisme : mais avoir réussi à faire percevoir toute la complexité des sentiments d’une foule rend assez dommage que le destin du pays ait basculé en un chapitre et presque en arrière-plan finalement.

Avis


Comme je le disais je me suis crue dans le monde des Mille et une Nuits, avant tout par cette aisance au dialogue philosophique et les véritables figures que sont tes personnages très bien peints. Le tout forme un tableau bigarré et ouvrant à la réflexion permanente, ce qui je le répète n’est pas évident à réaliser. Je le dis, du point de vue de l’histoire comme des dialogues c’est une réussite en tous points. En revanche il ne faut pas se le cacher, ce n’est sans doute pas un texte qui saura séduire tout le monde car ce n’est pas le plus accessible qu’on puisse trouver. Cela demande un certain état d’esprit de se plonger dans la lecture, et je comprends que tout le monde n’y soit pas à l’aise. Cela dit ce n’est pas un conseil en soi et cela n’impacte en rien la qualité intrinsèque de ta fanfic, plus une constatation sur le fait que cette oeuvre peut ne pas toujours plaire malgré l’excellente maîtrise de la langue et des concepts théoriques que tu as employé tout du long.
Je ne cache pas mon admiration pour ta maîtrise de la langue et de la narration depuis le début de cette évaluation, j’en profite pour le souligner de nouveau. Je vois de quelle information donnée par le pokédex tu as pu partir pour le dénouement de la fanfic, auquel les noms même de tes protagonistes nous préparaient depuis longtemps, encore que Dédale n’a pas un destin si tragique qu’on pourrait le croire. Sa conclusion n’est pas une fin heureuse pour autant quand on y réfléchit bien sûr, et c’est l’occasion d’une dernière réflexion sur la société humaine qui laisse un goût amer. Cette fanfic vient manifestement d’un travail conséquent, d’un style solide et d’une écriture maîtrisée, l’occasion d’oser certaines prises de risque qui ont été payantes et que je salue. Je suis vraiment allée très loin dans mon analyse pour trouver ne serait-ce que des choses à redire, qui ne remettent absolument pas en question la qualité de cette fanfic que j’intègre avec plaisir à notre Panthéon. Merci pour cette lecture !

21 chapitres lus, évalué en 04/2020

Note : 18.6 / 20