Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Requiem pour l'avenir de Myschin



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Myschin - Voir le profil
» Créé le 21/02/2008 à 22:56
» Dernière mise à jour le 18/04/2011 à 15:17

» Mots-clés :   Aventure   Cross over   Science fiction

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Episode 08 : Visite
Le soleil était déjà haut dans le ciel quand Zen, Kat et Q-Ice se réveillèrent. Les trois adolescents avaient sorti la plupart de leur pokémons, histoire de leur proposer un repos bien mérité dans un lit douillet. Mysdibule, Tarsal, Zigzaton, Miaouss, Voltali et Givrali s'étaient tous endormis aux côtés de leurs maître et se réveillèrent presque en même temps que leurs dresseurs. Kat alla observer le ciel.

- Il y a quelques nuages, mais rien de bien méchant.
- De toutes façons, on a le temps de récupérer. Le deuxième tour du tournoi n'aura lieu que dans quatre jours, annonça Q-Ice, aujourd'hui, il y a soixante-dix combats de prévus, demain, il y en aura soixante, après-demain, soixante-six ; et le jour qui suit est une journée de repos.
- En tout cas, je compte profiter de ces trois jours pour aller rendre visite à un ami qui travaille à la Poké-Search, dit Zen.
- Woah ! T'es sérieux ? Tu connais quelqu'un là-bas ?
- Oui, c'est un scientifique que j'ai rencontré le jour où j'ai capturé Tarsal. Il était poursuivi par deux malfaiteurs, mais on a réussi à les mettre en déroute.
- Tu as combattu des malfaiteurs ? s'étonna Kat, tu ne me l'avais pas dit !
- C'était des membres de la Team Rocket.
- Ah ? Mais je croyais que cette organisation avait été démantelée...
- A mon avis, répondit Zen, il doit encore y avoir quelques membres qui essayent de vivre de leurs méfaits.

Le déjeuner se déroula tranquillement à la terrasse d'un café. Givrali, Voltali et Zigzaton avaient eu droit à un bol de nourriture pour pokémon.

- Faites-moi penser à acheter des rations pour nos autres pokémons, sinon ils vont être jaloux, dit Kat en rigolant.
- Hé hé hé, on y pensera petite soeur.
- Alors Zen, tu sais où se trouve le siège de la Poké-Search ? demanda le dresseur des neiges.

L'adolescent examina la carte que lui avait donné Felixus. Une adresse était indiquée : "Douze rue du diamant brut". En examinant le plan, Q-Ice se rendit compte qu'ils se trouvaient à quelques pâtés de maison du siège de l'entreprise.

- Mais c'est parfait ça, on peut s'y rendre direct après le repas.

Ils déjeunèrent donc assez rapidement et partirent vers le bâtiment. En fait, ils ne pouvaient pas le rater ; ils aperçurent une élégante tour blanche surmontée d'une poké-ball géante. Les initiales "P.S & Co. SA" étaient visibles sur la face rouge de la balle.

- Ouah ! s'écria Kat, ce truc est immense et vachement beau.
- On y va ? demanda son frère.
- Let's go ! annonça Q-Ice.

Et ils pénétrèrent à l'intérieur sans se douter que quelqu'un les observait. L'espion tenait un talkie-walkie.

- Allô chef ? Ils sont entrés dans l'entreprise Poké-Search.
- Très bien, ricana une voix froide, ces imbéciles risquent d'y rester toute la journée. Nous allons patiemment attendre qu'ils ressortent.

Dans le hall d'accueil, les trois adolescents étaient en train de patienter dans une salle d'attente. Un employé s'approcha.

- Excusez-moi jeunes gens, es-ce qu'on peut vous aider ?
- Oui, dit Zen en montrant la carte que son ami scientifique lui avait remise, je voudrais savoir si Felixus était ici.
- Je vais aller le chercher.

L'homme s'éloigna. Quelques instants plus tard, un scientifique brun avec des lunettes arriva. Zen reconnu alors celui qu'il avait aidé.

- Bonjour les jeunes, je suis Felixus, scientifique expert dans le domaine de la recherche sur les pokémons. Zen, ça me fait plaisir de te revoir.
- Moi aussi, répondit l'adolescent.
- Enchantée de faire votre connaissance, dit poliment sa soeur.
- Moi de même, annonça le dresseur des neiges.
- Ne restons pas ici et allons dans mon laboratoire, en plus, vous allez pouvoir observer quelque chose d'intéressant.

Le scientifique emmena les trois adolescents vers une salle couverte de feuilles de papier en tout genre. Divers matériels de recherche étaient posés sur les tables : microscopes, tubes à essais, fioles etc...

- C'est... Un peu le désordre, remarqua Kat.
- Excusez-moi, je ne suis pas très ordonné, mais je sais m'y retrouver. Venez voir.

Il avait attrapé un flacon transparent à l'intérieur duquel se trouvaient de petits filaments.

- Ce sont des poils ? demanda Q-Ice.
- Exact, répondit le scientifique.
- Qu'es-ce qu'ils ont de particulier ? demanda Zen.
- Figurez-vous que je suis assez curieux de nature envers les pokémons. Je suis très pointilleux sur tout ce qui peut se rapprocher de ces créatures. Il y a deux jours, j'étais sorti aux abords de la ville pour observer les pokémons dans leur milieu naturel. Une activité banale me direz-vous, mais ce jour-là, j'ai aperçu un pokémon que je n'avais jusque là jamais vu en vrai. Il était assis sur un tronc d'arbre et il semblait observer la ville avec ses yeux azur cerclés de noir. Quand il s'en alla, je suis allé voir le tronc d'arbre et j'ai pu ramasser quelques poils que vous voyez là.

Il tenait fermement le flacon dans sa main.

- Quel était ce pokémon ? demanda Kat.
- J'ai analysé les poils et le résultat m'a énormément surpris. Je croyais qu'il s'agissait d'une illusion mais le pokémon que j'ai aperçu était Celebi.
- Celebi ? dit Q-Ice d'une voix étonnée.
- Le légendaire Celebi ? La créature qui peut voyager dans le temps ? continua Zen.
- Exactement, j'ai vraiment eu de la chance de pouvoir observer ce pokémon.

Les trois adolescents étaient perplexes.

- Mais pourquoi un tel pokémon se trouvait ici ? demanda le dresseur des neiges.
- Je l'ignore, mais en tout cas, il observait la ville. Je ne saurais dire s'il est encore dans les environs.

Zen ne dit rien. Le dresseur aux cheveux bruns repensait encore au fait qu'il n'avait plus entendu la voix dans sa tête. Celle qu'il avait entendue dans son rêve était différente, elle semblait avoir un ton beaucoup plus réfléchi. Mais pourquoi il pensait à ça maintenant ? A cause du fait que Celebi soit venu ? Il essaya de ne plus y penser.

- Au fait Zen, dit soudainement Felixus, tu as utilisé la Change-ball que je t'ai donnée ?
- Non, je ne m'en suis pas servie. Je n'ai pas rencontré beaucoup d'autres pokémons à capturer, à part un Zigzaton.
- Zigzaton est un pokémon plutôt répandu...
- Oui, contrairement à d'autres comme Feuforêve.

Le scientifique posa alors une question anodine.

- Feuforêve... Ce pokémon est introuvable dans toute la région. Tu en as un ?
- Oui, j'en ai une...

Felixus fut étonné.

- C'est marrant ce que tu dis... Les seuls Feuforêve que j'ai vu vivaient sur une île assez isolée qui se trouve au loin de nos côtes maritimes. Ce petit bout de terre reste cependant épargné par les activités humaines trop importantes. Il n'a eu qu'un seul manoir de construit, mais il a été abandonné vu que l'île était quand même difficile d'accès.

Le scientifique fouilla dans ses papiers et retira une enveloppe. A l'intérieur, il y avait des photos de pokémons sauvages : Elecsprint, Feunard, Rafflesia, Milobellus, Cochignon, Coxyclaque et même une photo d'un Dracolosse.

- Waou, s'étonna Kat, cette diversité de pokémons est impressionnante. J'aimerais trop aller sur cette île, ça à l'air chouette !
- Soeurette, dit son frère en soupirant et en rigolant, tu as vu à quelle distance se trouve l'île ? On y ira... Si nous attrapons un bon pokémon eau.

Q-Ice se contenta de rire tandis que la jeune fille râlait gentiment contre son frère. Felixus regarda sa montre.

- Il est trois heures, je pense que notre président doit être sorti de réunion. Venez avec moi, je vais vous le présenter.

Le scientifique emmena les trois adolescents à travers les longs couloirs et les ascenseurs jusqu'à ce que le groupe arrive devant une porte sur laquelle une plaque gravée "M. Aokami - Directeur" était apposée. Le jeune homme brun frappa de petits coups sec.

- Entrez, dit une voix de l'autre côté.

Les quatre personnes pénétrèrent dans un bureau qui paraissait assez simplet pour un directeur, à première vue. Quelques tableaux accrochés aux murs, une statue représentant le pokémon légendaire Cresselia était posée sur un bureau noir recouvert de verre. L'homme qui était assis derrière le mobilier avait des cheveux bleus et portait une veste de la même couleur. A ses côtés, immobile, un Natu qui observait les nouveaux arrivants.

- Et bien Felixus ? Qui sont ces jeunes gens qui t'accompagnent ? demanda le directeur.
- Monsieur, je voulais vous présenter celui qui m'a aidé lors de mon voyage à Mystifruit.

Il désigna Zen ; ce dernier s'empressa de se présenter poliment. Le scientifique désigna la petite soeur.

- Sa jeune soeur Kat.

Puis il désigna le dresseur des neiges.

- Et enfin, un de leurs amis, Q-Ice.

Le dirigeant esquissa un sourire.

- Alors c'est donc toi le fameux Zen, commença-t-il, Felixus m'a beaucoup parlé de toi. Tu es quelqu'un de courageux.
- Je vous en prie monsieur, c'est un peu exagéré.
- Appelle-moi Aokami, ce sera mieux.
- D'accord monsieur Aokami, reprit l'adolescent, en fait, j'avais agi sur le coup sans trop réfléchir. Votre ami était en danger et je l'ai aidé tant bien que mal. Au moment où j'ai livré ce combat, je n'étais pas encore habitué à me battre, surtout avec un pokémon que je venais juste de capturer.
- Je te comprends, mais grâce à toi, nous avons pu effectuer nos recherches sur les Change-ball, et le produit fini sera bientôt commercialisé.
- Excusez-moi, continua Q-Ice, dans ma ville, vos produits font fureur, je voudrais vous témoigner toute ma reconnaissance. J'admire votre savoir sur le monde de la technologie et tout ce qui peut se rapprocher des pokémons.
- Vous savez jeune homme, nous mettons parfois des années avant d'élaborer certains produits. Nous préférons toujours la qualité à la quantité.

Tous discutèrent ainsi pendant une bonne heure, jusqu'à ce que Aokami annonce qu'une réunion l'attendait.

- Je suis désolé, le devoir m'appelle... Felixus, montrez-leur nos services particuliers pour les dresseurs et leurs pokémons.
- Bien monsieur, répondit le scientifique.

Le petit groupe quitta le bureau du directeur et Felixus les ramena au rez-de-chaussée où se trouvaient de nombreuses boutiques et d'autres stands. Il y en avait pour tous les goûts.

- Par quoi on commence, frangin ?
- J'ai bien envie d'essayer celui-là, dit l'adolescent en désignant un stand avec une banderole où était marqué "Liens entre les pokémons et leurs dresseurs".

Le jeune garçon se présenta devant une femme qui était en train d'écrire sur son ordinateur.

- Bonjour madame, je voudrais avoir plus d'informations sur votre stand.
- C'est très simple, répondit la jeune femme en souriant, je peux mesurer l'intensité du lien qui vous unit à vos pokémons, vous voulez tenter l'expérience ?
- Bien sûr !

Zen fit sortir Mysdibule, Tarsal et Zigzaton.

- Déjà, à la maison, nous sommes très liés, mais si vous pouvez m'en dire plus.
- Évidement... Faites-moi voir votre Mysdibule.

La pokémon acier fit une petite révérence. La femme analysa la pokémon avec quelques appareils électroniques.

- Eh bien... Votre pokémon semble être très attaché à vous. Il est très heureux d'être votre partenaire.

Mysdibule sourit à son maître.

- En même temps, chez moi, je ne laisse jamais bien longtemps mes pokémons dans leurs poké-ball... Ici, c'est différent, je ne connais pas l'endroit et donc j'ai un peu peur de les faire sortir. Tarsal, tu viens essayer ?

La petite pokémon psy se présenta à la femme, qui entreprit de commencer ses analyses.

- Oh... Ce pokémon vous considère comme sa propre mère, il est vraiment content d'être avec vous.
- Tarsal était orpheline quand je l'ai trouvée. Elle était au bord des larmes quand elle s'est jointe à moi. Sa dure vie dans un monde hostile prenait fin à ce moment-là.

La petite pokémon sauta dans les bras de son bras qui lui caressa doucement la tête.

- Il ne reste plus que toi Zigzag.

Le pokémon raton émit un petit cri joyeux et se présenta à l'examinatrice.

- Oh, vous avez un pokémon Shiney, c'est très rare d'en avoir.
- Pourtant, en ce qui me concerne, qu'il soit normal, orange, vert, violet ou bleu, un pokémon reste un pokémon, qu'il soit Shiney ou pas.
- Vous avez un bon raisonnement... Voyons voir quel est votre lien...

L'analyse s'effectua rapidement.

- Votre Zigzaton est ravi d'être avec vous, parce que vous êtes un dresseur attentionné qui prend soin de ses pokémons.
- En même temps, quand j'ai attrapé Zigzag, des voyous étaient en train de le maltraiter...
- Je vois, et sinon, vous avez un autre pokémon ?

Zen hésita.

- Heu, si vous me promettez que ce que vous allez me dire reste entre nous, je vous présente mon dernier pokémon.
- Ne t'inquiètes pas jeune homme, notre président nous dit toujours d'être à l'écoute des clients donc si tu veux que cela reste secret...
- S'il vous plaît...

Le dresseur fit alors apparaître Feuforêve. La pokémon spectre regardait la femme d'un air examinateur avant qu'elle ne hoche la tête de haut en bas.

- Vous avez là un pokémon rare et qui me semble être particulier, mais voyons voir ce que va en conclure mon analyse...

L'examen dura quelques secondes.

- Votre pokémon semble vous considérer comme son sauveur. Elle semble vouloir se préoccuper de vous et de faire en sorte que vous soyez heureux.

Feuforêve émit un petit rire amusé avant d'aller faire un câlin à son maître.

- Tu as envie de t'occuper de moi hein... Tu es une brave pokémon.
- Notez aussi, selon mon analyse, que votre pokémon est prête à tout pour vous protéger d'éventuels problèmes.
- Oh... se dit Zen pour lui-même, alors c'était pour ça que lors du match contre Masato...

La pokémon spectre hocha positivement la tête. Zen remercia la femme et continua à se promener parmi les stands. Pendant ce temps, Kat était en train de faire masser ses pokémons.

- Jeune fille, remarqua le masseur, vos deux pokémons semblent être vraiment sereins avec vous.
- Oui, répondit Kat, je suis très attachée à eux. Ce sont mes amis et mes compagnons.
- Et vous ne songez pas à essayer d'en capturer d'autres ?
- Je ne suis pas beaucoup sortie de chez moi durant mon enfance, je n'ai guère quitté ma ville, Mystifruit, qu'avec mes parents et mon frère quelques fois. Miaouss fut mon premier pokémon que l'on m'a offert pour mes dix ans.
- Ce qui fait qu'en cinq ans, vous êtes devenus très complices...
- Exactement, et c'est grâce à cette complicité que j'ai réussi à attraper Voltali. Ce dernier était un peu craintif au début mais il est vite devenu un pokémon très fier. Mon frère et moi, nous privilégions davantage nos relations amicales avec nos pokémons que des relations de pokémons combattants uniquement pour la gloire et le prestige de leurs dresseurs.
- Ainsi vous êtes proches entre vous. Rare sont les gens comme vous qui pensent à leurs pokémons de la même manière.

Pendant que Kat et le masseur discutaient, Q-Ice s'était arrêté devant un marchand de glaces. L'adolescent et ses pokémons, Farfuret et Givrali, dégustaient des glaces de toute sorte.

- Jeune homme, vous me surprenez. Vous êtes un vrai dresseur des glaces.
- Oui, je suis né dans une ville montagnarde, Neiglace, réputée pour ses stations de ski. Par chez nous, nous admirons les pokémons glace.
- Et avez-vous d'autre type de pokémons ?
- Bien sûr, je vais vous montrer...

Q-Ice se saisit d'une troisième poké-ball. Il en sort un Jungko, pokémon lézard vert avec une grosse queue semblable à une fougère.

- Vous ne faites pas dans la demie mesure.
- J'ai capturé Arcko lors d'un voyage. Il est très pratique, il me permet de diversifier un peu mes types, et puis il est plutôt balèze.

Le dresseur fit un sourire à son pokémon qui lui en fit un à son tour.

- Vous aussi, vous privilégiez les relations amicales plutôt que les relations guerrières ?
- Je partage équitablement ces deux types de relations. Je suis en même temps proche de mes pokémons et ils savent très bien se battre.
- Par contre...
- Oui ?
- Je vois une quatrième poké-ball à votre ceinture, vous ne faites sortir votre pokémon ?

Q-Ice observa la dernière ball d'un air joyeux.

- Non, c'est une femelle très très timide que j'ai recueillie dans la montagne. D'ailleurs, faites-moi penser à acheter quelques pots de glace supplémentaires.

Et il continua ainsi à discuter tout en mangeant des glaces. Les heures passèrent plutôt vite. Lorsque les trois adolescents se retrouvèrent, le soleil était déjà couché.

- Bon, il est temps de rentrer non ? remarqua Kat.
- Et comment soeurette, cette journée était géniale.

Le petit groupe quitta le bâtiment de la Poke-Search et marcha tranquillement dans les rues calmes.

- Ca va, remarqua Q-Ice, il n'y a pas un Miaouss dans la rue. Les habitants sont des couche-tôt on dirait.
- Pourtant, il y a de nombreuses fenêtres éclairées... Quelque chose cloche, remarqua Kat.
- On est observé, dit doucement Zen, j'ai vu une ombre courir dans une ruelle sombre.

En effet, plusieurs ombres cachées dans les rues adjacentes observaient le petit groupe.

- Je n'aime pas du tout ça, dit le garçon brun, j'ai un mauvais pressentiment... Mais ?
- Qu'es-ce qui se passe frangin ? Hé ? Qu'es-ce qui m'arrive ?
- Urks, je ne peux plus bouger, cria Q-Ice, tout mon corps est paralysé.
- Qu'es-ce qui se passe ? Hé !

Les trois adolescents se mirent à marcher contre leur volonté. Ils ne pouvaient pas contrôler leurs mouvements.

- Où est-ce qu'on veut nous mener ? demanda Kat d'une voix effrayée.

Ils pénétrèrent dans une ruelle sombre et arrivèrent en face d'un groupe important de personnes inquiétantes.

- Des racailles, murmura Zen.

Parmi les voyous, les trois adolescents identifièrent le trio qui avait maltraité le Zigzaton.

- Vous ? s'étonna Q-Ice, vous nous en voulez encore d'avoir gâché votre distraction merdique ? Dis à ton Alakazam d'arrêter de nous entraver !
- Nous ? remarqua le boss du trio, désolé, on ne t'en veut plus pour ça, et ce n'est pas mon Alakazam qui vous paralyse... D'ailleurs, voilà mon boss qui arrive.

Quelqu'un s'avança dans la pénombre. Il était impossible de distinguer son visage. Tous les voyous s'étaient rassemblés en cercle autour du petit groupe. Ils étaient plus d'une centaine.

- La situation pue un max, remarqua Q-Ice.
- Frangin, j'ai peur !
- T'inquiètes pas soeurette, je te protégerais !

Le fameux boss s'arrêta alors d'avancer, son visage étant éclairé par la lumière d'un réverbère. Son oeil gauche vert et son oeil droit rouge fixaient sans rien dire les trois dresseurs prisonniers.

- Là, fit Zen, on ne pouvait pas tomber plus mal...