Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Requiem pour l'avenir de Myschin



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Myschin - Voir le profil
» Créé le 04/02/2008 à 21:32
» Dernière mise à jour le 18/04/2011 à 14:46

» Mots-clés :   Aventure   Cross over   Science fiction

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Episode 01 : Découvrons Zen
- Dis Mika, tu ne viens pas d'entendre un cri par hasard ?
- Pour la centième fois Zen, non, je n'ai pas entendu de cris !
- Silence les deux du fond ! dit fermement le professeur.

Le garçon aux cheveux mi-longs et blancs, avec des yeux rouges, Mika, dix-huit ans, se re-concentra sur le livre qui décrivait les effets des différentes baies sur les pokémons. Celui qui avait les cheveux courts et bruns, avec des yeux verts, Zen, dix-sept ans, se tourna vers la fenêtre, l'air pensif. Le professeur s'en aperçu et lui lança une craie dessus.

- Arrête de rêvasser Zen ! dit le professeur, tiens, réponds à la question... Quelle baie permet de soigner la paralysie d'un pokémon ?
- C'est la baie Pecha... répondit l'étudiant.
- Faux ! C'est la baie Ceriz. On ne peut pas tirer grand chose de toi, c'est bien dommage...
- Excusez-moi professeur, fit Zen, mais vous ne venez pas d'entendre un cri juste maintenant ?

Le professeur et les autres élèves se regardèrent.

- Tu as encore mal à la tête ? demanda l'enseignant ?
- Ce n'est pas un mal de tête ! répondit fermement l'adolescent.
- Dans ce cas, ce n'est pas la peine d'interrompre mon cours parce que tu entends des voix dans ta tête.

Zen ne prononça pas un mot jusqu'à ce que la sonnerie de fin de cours retentisse. Mika se tourna vers son ami.

- Sérieux mec, tu devrais consulter un docteur, ça t'arrives de plus en plus souvent d'entendre des cris dans ta tête...
- Mais je ne suis pas malade... Je ne sais pas pourquoi j'entend ces cris dans ma tête...

Il préféra se taire et il remit son chapeau sur la tête avant de se rendre avec son ami au gymnase où devait avoir lieu un cours sur les combats de pokémon. Mika était tout excité.

- C'est cool ça. Je vais pouvoir tester le nouveau pokémon que j'ai capturé, dit joyeusement Mika, c'est le quatre vingt septième de ma collection.
- Tant mieux pour toi...
- Mais toi, Zen, tu n'as toujours qu'un seul pokémon ? Pourquoi tu n'essayes pas d'en capturer d'autres ?
- Parce que ce n'est pas mon point fort, répondit l'adolescent en soupirant, tu le sais très bien. Les pokémons sauvages des environs sont très répandus, un peu trop répandus même, à mon avis. Ce pokémon que je possède, je l'avais trouvé affaiblie et toute seule dans une grotte sombre dans une montagne.
- Ouais ouais, je sais... Ensuite, tu l'as emmené avec toi pour le faire soigner, et finalement, tu t'es attaché à lui et tu l'as gardé. Je comprend pas pourquoi tu n'essayes pas d'en capturer d'autres, même si tu les trouve trop répandus... Tu veux quoi ? Un Dracolosse ?
- Primo, mon pokémon est une femelle. Secundo, je ne suis pas exigent à ce point.
- C'est sûr, vu ton pokémon, soupira Mika, je comprend pas pourquoi tu t'attaches à ce genre de pokémon qui, excuses-moi de le dire, n'est pas du tout pratique en combat...
- Un pokémon ne sert pas qu'à combattre, ce sont aussi des êtres vivants, et elle, c'est mon amie !
- C'est vrai, j'avais oublié à quel point tu étais attaché à "elle", dit Mika en se moquant.

Zen ne dit rien, il savait que Mika adorait l'enquiquiner sur le sujet, comme la plupart des autres élèves d'ailleurs. Ils arrivèrent au gymnase. C'était un immense et vaste bâtiment qui abritait six stades de combats entre dresseurs. Un professeur commença à parler d'une voix assez importante.

- Bienvenue à tous. Aujourd'hui, nous testerons les niveaux de chacun et chacune en temps que dresseur... Venez tirer au sort l'ordre de passage.

Le professeur tendit un panier rempli de papiers pliés aux élèves qui, à tour de rôle, en piochaient chacun un à tour de rôle. Zen avait tiré le numéro treize alors que Mika avait pioché le numéro un. C'était donc lui qui allait commencer, et il était tout excité.

- Yosh ! C'est parti ! Scorplane, en avant !

Mika fit apparaître une chauve-souris violette avec une queue et des pinces de scorpion d'environ cent dix centimètres. Son adversaire avait sorti un Libegon, qui ressemblait à un dragon vert avec des yeux rouges, des ailes et une queue de libellule. Le jeune dresseur était concentré à fond sur son combat. Zen l'encourageait, mais il avait l'esprit ailleurs. Ces cris qui ne cessaient de se répéter inlassablement dans sa tête le perturbaient. Il ne savait pas exactement d'où ils venaient mais il avait constaté qu'ils avaient commencé à résonner dans sa tête un soir alors qu'il avait aperçu un pokémon dont il ne se souvenait déjà plus de la forme se diriger vers le château abandonné qui tombait en ruine dans la montagne. On surnommait ce lieu les "Ruines hantées" car il était craint même des pokémons spectres et on racontait qu'un monstre vivait en cette bâtisse. Ces cris dans sa tête ne cessaient de se répéter encore et toujours, à intervalles réguliers...

- Hé bien Zen, dit un professeur, on rêvasse encore ? C'est à ton tour de combattre !
- Hein ? Que...Quoi ? demanda Zen, encore perdu dans ses pensées. Oh, pardon professeur...

L'adolescent se dirigea vers son stade de combat. Son adversaire était l'un des professeurs de combat pokémon.

- Si tu as toujours le même pokémon, alors il va se confronter à mon Flagadoss.

Des rires s'échangèrent parmi les élèves qui allaient assister au match. Flagadoss était un pokémon terriblement lent et patraque, mais il parvenait à battre le pokémon de Zen sans souci... L'enseignant appela son pokémon. Flagadoss était tout rose et avait une tête à faire rire, ses oreilles étant repliées sur elles-mêmes. Un gros coquillage était accroché à sa queue. Zen émit un grognement.

- Bon alors, tu l'appelles ta "Didi" ? demanda Mika en se moquant.
- Hey, je t'interdis de te moquer de mon pokémon ! s'écria Zen avec colère. Mysdibule, viens à moi.

Zen envoya sa poké-ball. Il en sortit une petite créature jaunâtre d'environ soixante centimètres avec des mains et une frange noires. On aurait pu croire qu'il s'agissait d'une petite demoiselle habillée d'une jupe mais derrière elle, reliée à sa tête, se trouvait une énorme gueule noire qui ôtait toute envie de prendre le pokémon dans ses bras. Les deux pokémons se firent face.

- Flagadoss, commença le professeur, utilise l'attaque Bulles d'O !
- Mysdi, contre-attaque avec Etonnement !

Les bulles projetées par le pokémon eau furent détruites, mais ce dernier contre-attaqua à son tour avec un Choc Mental, ce qui eut pour conséquence de donner un horrible mal de tête à Mysdibule qui décida de le mordre avec Morsure. Etant donné sa vitesse réduite, Flagadoss ne put éviter l'attaque, mais il mit un temps fou à comprendre qu'il s'était fait mordre. Il décida d'en finir avec une attaque Psyko qui mit définitivement KO le pokémon acier.

- Mysdi, non ! hurla Zen.

Il était dépité.

- Ahlala... Zen, il va falloir que tu t'entraînes davantage si tu veux devenir un bon dresseur, fit remarquer le professeur.

Zen ne dit rien et rappela Mysdibule dans sa poké-ball avant de baisser la tête et d'aller s'asseoir sur un banc, l'air assez dépité. Il n'était pas un bon dresseur et les professeurs étaient des dresseurs de haut niveau... Et l'adolescent préférait s'amuser avec son pokémon plutôt que de le faire combattre, non pas parce qu'il n'était pas doué, mais plutôt parce qu'il se jugeait indigne d'être un bon combattant, comme en attestait sa technique de dressage qui était assez particulière : il laissait Mysdibule apprendre par elle-même ce qu'elle voulait savoir. Il ne voulait pas la forcer à combattre pour gagner de l'expérience. Tout ce qu'il désirait, c'était de tisser des liens solides avec son pokémon. Sa méthode d'apprentissage était limitée, mais assez efficace au final ; et un jour, Zen savait qu'il réussirait à vaincre ses professeurs dans un combat loyal. De toutes, il avait encore le temps vu qu'il n'était qu'en première année et que le cycle d'études de l'académie pokémon de Mystifruit durait cinq années.

La fin du cours arriva rapidement et Zen se préparait déjà à rentrer chez lui quand un professeur l'interpella.

- Ah Zen, dit l'enseignant, le proviseur Kurosaki veut te voir dans son bureau. Il t'attend.

Chez le proviseur ? Mais pourquoi ? Zen savait qu'il n'était pas un élève brillant, mais il n'était pas non plus un élève perturbateur. Au contraire, certaines personnes pensaient qu'il était trop calme et replié sur lui-même. Il réfléchit, mais il ne voyait pas pourquoi il pouvait être convoqué dans le bureau du principal. Il se rendit donc chez le proviseur, tout en se demandant ce qui l'attendait et en ayant encore entendu un de ces cris dans sa tête.

- Monsieur, annonça le professeur, Zen est là...
- Qu'il entre, fit une voix calme et sereine.

Zen entra dans le bureau et attendit qu'on lui fasse signe de s'asseoir. Le proviseur était un homme d'âge mûr avec une moustache blanche et des cheveux bruns, ce qui laissait perplexe quant à savoir s'il était déjà proche de la retraite ou non.

- Assoies-toi donc mon jeune ami.
- Vous vouliez me voir monsieur ? demanda poliment Zen.
- Oui, je voulais te voir pour une raison précise. Rassures-toi, ce n'est pas à cause de ton comportement que je trouve exemplaire bien que le travail effectué ne suive pas vraiment, mais ce n'est pas là que je veux en venir... Cela fait maintenant cinq mois que tu es entré dans l'académie et tu n'as toujours qu'un seul pokémon. Ce que je voulais te dire, c'est que dans un mois aura lieu un tournoi pokémon inter académies. Normalement, tu n'étais sensé le savoir que deux semaines à l'avance mais...
- Mais ?
- Mais le problème, c'est que ce tournoi est une compétition officielle homologuée par la Ligue et tous les étudiants sont tenus d'y participer obligatoirement, quel que soit leur niveau. Tu vois où je veux en venir ?
- Je crains de comprendre...
- En effet, il y a juste une seule condition à respecter : chaque participant doit avoir au moins trois pokémons pour combattre, or il se trouve que tu n'en as qu'un seul...
- Et si je déclare forfait pour manque de pokémons ? demanda Zen sur le coup.
- Malheureusement, dit le principal en soupirant, cela nuirait encore plus à ta réputation qui n'est déjà pas très brillante. Les professeurs m'ont déjà rapporté des histoires sur toi, comme des rumeurs ou des blagues sur ton statut, le surnom de ton pokémon et tout un tas de choses. Tu n'es pas sans savoir qu'au moment de ton inscription à l'académie, tu as été enregistré dans les fichiers de la Ligue. Si jamais tu venais à déclarer forfait par manque de pokémons, tu auras beaucoup de mal à remonter la pente par la suite...
- Je comprend...
- C'est pourquoi j'ai décidé de te prévenir un mois à l'avance afin que tu puisses capturer au moins deux autres pokémons. Et bien évidemment, tu n'as pas le droit de te faire prêter des pokémons pour le tournoi...
- Je vois, répondit Zen, demain, c'est samedi. J'en profiterai donc pour partir à la "chasse".
- Zen, en tant que proviseur, je tiens plus que tout à t'aider à progresser. Si jamais tu as besoin d'aide, n'hésite pas à venir me voir... Tu peux maintenant partir.
- Merci de m'avoir prévenu monsieur.

Zen quitta le bureau du principal et devint songeur... Il avait désormais trente jours pour capturer deux autres pokémons. La tâche s'annonçait difficile, d'autant plus que cela faisait plus de sept ans qu'il avait Mysdibule, et il ne l'avait capturée par la méthode conventionnelle. Il ne savait pas comment il devait exactement s'y prendre pour capturer des pokémons sauvages, d'autant plus que ceux qui vivaient dans la région étaient très répandus.
Il ne voulait pas arriver au tournoi avec des pokémons que tout le monde connaissait. S'il voulait avoir une chance de faire bonne impression, il devait surprendre ses adversaires en utilisant des pokémons peu ordinaires. Alors qu'il était en train de rentrer chez lui, perdu dans ses pensées, le soleil était en train de se coucher et de gros nuages noirs commençaient à apparaître dans le ciel. Il entendit encore résonner des cris dans sa tête.