Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Galaad et Azura de Domino



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Domino - Voir le profil
» Créé le 19/07/2007 à 02:11
» Dernière mise à jour le 19/07/2007 à 02:11

» Mots-clés :   Absence d'humains   Fantastique   One-shot   Romance

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
One-Shot
Je suis un être sauvage. Ma vie s'était toujours résumée à des vagabondages dans les prairies de la ville. J'avais peu à peu grimpé les échelons auprès de mon clan. Je suis un Gallame, fier et puissant, chef du clan de Blanchelame, un troupeau de Tarsal et Kirlia et Gardevoir comme on en voit partout. Les Gallame dirigent ces clans, soit seuls soit par groupe de plusieurs Gallame. Moi j'étais le seul de mon clan. Juste pour être le seul. Mais aussi parce que nous ne trouvions plus le moyen de faire la cérémonie de l'éveil…

Galaad et Azura

-Nous avançons vers une terre de bonne chaire ! Là bas, l'eau et les baies seront à la convenance de tous ! Nous pourrions même y vivre si cela s'avérait possible !
Les Gardevoir, Kirlia et Tarsal du clan me regardaient, certaines heureuses, certains méfiants. Je ne savais absolument pas si ils et elles m'appréciaient. Parce que je suis un être froid et distant. Parce que je n'ai jamais été touché par cette grâce infinie qu'on ressent lorsqu'un autre être s'approche de vous avec la volonté de vous faire ressentir votre existence de manière plus intense encore que tout ce qu'on a pu connaître.
Moi j'ai toujours combattu mais pas réellement pour eux, mais jamais avec eux. Plutôt dans une volonté étrange de protéger ma propre vie. J'aime bien être un chef mais je ne le suis que d'un point de vue purement formel. Je ne connais pas expressément les membres de mon clan. Je sais qu'il y a des Gardevoir à qui je dois un minimum de respect. Je me suis bien sur accouplé avec nombre d'entre elles pour préserver l'avenir du clan, mais ce n'étaient que des relations d'ordre formel. Pour la plupart elles me traitaient avec le respect dû au chef mais pas comme un amant, un ami, ou un allié.
Ma solitude était profonde et grande.
Ce jour là donc je marchais avec les autres pour rejoindre une nouvelle terre d'abondance. La doyenne, une Gardevoir très sage et très âgée, vint à mes cotés durant la marche.
-Galaad, l'œuf de Liséra vient d'éclore…
-Hm.
-C'est encore un mâle.
-Bien. C'est le troisième depuis deux semaines. La situation s'améliore
-Son enfant est jeune et vigoureux, et il se porte bien.
-Oui… Et qu'en est-il des Pierres ?
-Nos guerrières ont tout essayé mais elles n'ont pas trouvé ce que tu cherches.
-Ce n'est pas possible… Nos enfants sont condamnés à devenir des Gardevoir…
-Mais comme tu le sais nous empêchons l'évolution des jeunes mâles, comme il est selon ta volonté.
-Ca ne pourra pas être ainsi éternellement…
-Gallame, et si nous ne trouvions jamais de Pierre d'éveil ?
Je fermais les yeux, abattu à cette idée.
-Nous serions forcés de laisser les mâles évoluer.
-C'est inacceptable, ta position serait compromise et les femelles du clan t'en voudraient de les laisser aux privilèges d'autres mâles que toi…
-C'est surtout à ma position que je pensais.
-Je comprends. Mais prends garde. La moindre rébellion… Pourrait t'être fatale. Sois vigilant.
-Hm.
Elle repartit dans le rang avec d'autres vieilles Gardevoir. J'en avais assez de cette situation précaire. Je ne serais peut-être plus longtemps le chef de ce clan. Et si je me retrouvais seul sans clan, qu'adviendrait-il de moi ?
La plaine était recouverte d'une herbe fertile. Tout m'indiquait une terre de sureté pour les miens, et j'étais plein d'espoir, comme si j'allais trouver quelque chose d'important. Espoirs renouvelés à chaque évènement. Espoirs jusqu'ici déçus.
-Hmm… Attention. Nous approchons d'un troupeau de Tauros.
Le rang des miens se resserra. Je gardais un regard dédaigneux envers les Tauros, pokémons normaux potentiellement dangereux à mon sens. Je n'étais pas trop d'humeur à un combat. Je n'étais d'humeur à rien, là. Les Tauros, accompagnés de leurs femelles Ecremeuh, ne semblaient pas menaçants mais sur leurs gardes. Je préférais m'éloigner promptement.
Les Gardevoir du clan semblaient inquiètes. Je me tournais vers elle, faisant cesser le convoi.
-Que se passe t-il ?
Elles me désignèrent un point vers l'horizon. La fumée est soulevée, se sol semble trembler.
Les Tauros près de nous fuient d'un pas leste mais rapide, sans nous gêner dans une fuite éventuelle.
« C'est un danger imminent mais pas fatal. C'est un évènement sans gravité… Mais c'est potentiellement dangereux. »
Je décidais de poursuivre le chemin sans me préoccuper de ce qui se passait là bas. Mais ce fut impossible lorsque cela se rapprocha, à grande vitesse.
Un Galeking poursuivait une compatriote, une Gardevoir. J'étais surpris parce qu'elle était différente. Elle avait une belle chevelure bleue. Sa robe avait les reflets pourpres d'un crépuscule sur la mer, et cette magnifique couleur bleue dont je ne pouvais plus détacher mes yeux. Son cœur reflétait des lueurs dignes d'un cristal de grenat pur, et je voyais en elle comme l'espoir, oui cet espoir de renouveau que je cherchais en menant ce clan, ceux que j'appelais très officieusement les miens.
Elle se perdit dans sa lévitation et retomba au sol. Le Galeking se jeta sur elle. J'arrêtais mon clan, et me précipitais au secours de la mystérieuse inconnue. Les lames de mes coudes se mirent à luire. Je frappais la créature pour la repousser. Le monstre de roche et d'acier me lança un regard meurtrier. Il se jeta sur moi et me frappa de ses griffes Acier. Je ne m'en pris qu'une sous la surprise et esquivais le second. Le combat rapproché s'imposait. Je déclenchais en moi cet état d'esprit si particulier. Etant donné que j'étais très souvent seul hormis pour administrer la vie du clan, j'avais développé une force exceptionnelle, et un rapport très physique par rapport à mes attaques. J'augmentais alors le taux d'une substance donnée dans mon corps, et me voilà parti sur Galeking pour lui assener une série de coups surpuissants. Le monstre reculait maladroitement sur ses grosses pattes courtaudes, et je profitais de mes avantages physiques pour prendre le dessus sur lui. Un violent coup de pied le mit définitivement à l'amende, sans qu'il n'ait à demander son reste.
Je me relevais et me dirigeais vers l'inconnue aux cheveux bleus, l'aidant à se relever – On est galant ou on ne l'est pas.
-Vous allez bien ?
Elle me regarda avec ces yeux qui ne trompaient personne. C'était une innocente, une Gardevoir tout ce qu'il y a de plus pur, moi seul pouvais le comprendre. Elle était d'une couleur qui reflétait sa brillance. Parmi les pokémons nous savions que les êtres qui parmi nous étaient d'une couleur autre étaient ceux qui portaient en eux toute la vérité et la lumière de notre espèce. De plus il était si rare d'en rencontrer…
-Portez-vous un nom ?
Elle se releva, me laissant admirer sa robe aux lueurs indigo.
-Je m'appelle Azura… Je… Merci.
-Tout naturel.
-C'est ce que j'aurais du dire d'abord, Merci… Je suis un peu confuse.
-Que s'est-il passé ? Il vous a attaquée ?
-Oui, j'étais seule, et il s'est jeté sur moi alors que je me nourrissais… Je devais probablement être sur son territoire… Oh vous êtes accompagné…
-Euh… Oui évidemment, il s'agit de mon clan, je suis Galaad de Blanchelame.
-Enchantée…
-Puis-je… Puis-je vous demander de rejoindre mon groupe ? Vous y serez la bienvenue ! Nous nous dirigeons vers l'est, en quête d'une terre agréable pour élever nos petits et pour nous nourrir.
-Oh… Vous allez vers les forêts au nord ! C'est un lieu intriguant, vous savez…
-Oui… Vous connaissez ?
Elle hocha la tête.
-Oui.
Elle m'intriguait. Comment ne pas l'être face à une telle créature. Je l'introduisais auprès des autres femelles qui semblèrent s'intéresser grandement à la nouvelle venue. Je repris le commandement de la marche, et fit se diriger mon groupe vers cette terre d'abondance. J'eus de nombreux regards pour l'inconnue. Bizarrement cette nouvelle arrivante, contrairement à des tas d'autres, ne me laissait absolument pas indifférent et m'avait presque déstabilisé de ma route vers cette terre rêvée.
Alors que nous nous approchions d'un bois qui se dressait à l'horizon, elle arriva à mes cotés. Contrairement aux autres femelles et à la doyenne même, je la regardais dans les yeux.
-C'est ici !
-Oui… Merci mais j'avais deviné.
Elle me sourit.
-J'ai remarqué qu'il n'y avait pas de Gardevoir mâle dans votre clan…
-Oui, c'est une spécificité que nous cultivons. Les femelles sont toutes des Gardevoir, les mâles tous des Gallame. Ca vous gêne ?
-Non, pas du tout… Ca m'a étonné, c'est tout… Par rapport à vous surtout, ça vous rend particulièrement unique.
-Un peu comme vous… Je n'avais jamais vu de Pokémon Lumière auparavant.
Elle sembla rougir ce qui la rendit encore plus belle.
-C'est… C'est une spécificité qui m'a toujours rendue plus aimée, et plus seule... J'ai toujours eu le sentiment que c'est le très-haut qui m'avait donné cette apparence pour me rendre un peu spéciale…
Je souris.
-Vous savez ce qu'on dit sur « Ceux-qui-portent-la-lumière », ils ont des choses à accomplir en ce monde. Ce sont des pokémons très spéciaux, en effet… Mais je vous sens plus spéciale que les autres.
Elle sembla embarrassée, et surtout sentir que je la flattais un peu trop. Je fus embarrassé à mon tour. Et comme tout mâle dans le cercle de la séduction je détournais les yeux comme si j'avais fait une bêtise. Elle en sourit et souhaita reparler d'autre chose, comme pour entretenir une flamme qu'elle sentait se perdre un peu dans le néant.
-Galaad, vous êtes chef depuis longtemps ?
-Ca doit faire cinq ans…
-Ce doit être une lourde responsabilité…
-C'est difficile parfois, oui… Mais bon, c'est la vie que j'ai choisi. Je ne peux pas aller à son encontre.
-Et pourquoi êtes-vous le seul chef ? Dans d'autres clans c'était un groupe de Gallame qui protégeait les Gardevoir !
-Voyez-vous, nous n'arrivons pas à obtenir de Pierre d'éveil. Ces pierres nous permettraient d'obtenir plus de Gallame comme moi, mais malheureusement nous ne sommes pas arrivés à mettre la main sur une seule de ces pierres.
Elle me regarda d'un air intrigué, cligna très significativement des yeux, sembla vouloir dire quelque chose, mais elle s'abstint.
-Quelque chose ne va pas, Azura ?
-Non non… tout va bien. Je voulais… Vous remercier encore pour m'avoir sauvée.
Je souris.
-Ce n'est pas la peine, c'est naturel.
Elle me sourit, un sourire si beau, et elle repartit dans le rang, comme un petit zéphyr à l'abandon des vents…

--------------------------------

Un peu plus tard nous arrivons à la forêt. Ces mesdames s'installent, mangent, couchent leur petit. La doyenne repère rapidement la rivière. Azura se place devant, mais contrairement aux autres, elle ne boit pas. En plein dans mon « tour du propriétaire », j'arrive et la remarque instantanément, à mes yeux c'est elle qui rayonne plus que cette clairière ou coule un ruisseau.
-Tu ne bois pas ?
Elle me regarda surprise. Qu'est-ce que… Mince, je l'ai tutoyée ! Ca n'est pas du tout dans mes habitudes !
-Euh… Désolé… Vous ne buvez pas ?
-Oh, non je n'ai pas soif.
-Après votre course-poursuite dans la plaine j'ai peine à le croire…
-Ne vous en faites pas pour moi.
-Bon, si vous me cherchez je vais construire mon nid… Enfin, euh…
-Votre nid ? Ah… Oh oui je comprends.
Décidément j'étais trop bête. C'est dur de faire connaissance avec quelqu'un. Mes rapports avec les autres femelles sont bien plus triviaux, pourquoi avec elle ce serait différent…
Je repérais un coin de la forêt ou ne poussaient que de longues tiges de bambou. J'y grimpais en enserrant mes jambes autour d'une tige et en me tractant des deux bras. Puis je tressais les feuilles avec l'aide de mes lames pour constituer une toile tendue solidement au dessus du sol. J'y déposais ensuite des plumes et des fleurs. J'ignorais exactement pourquoi j'y déposais tout cela, on dira que c'est l'instinct. Je parachevais le tout avec une seconde toile qui me protégera des intempéries. Je descendis pour manger quelques baies. Je vis que les autres femelles s'étaient également abritées. Je veillais juste à ce que toutes aillent bien. La nuit tombant, je m'empressais de retourner à mon nid douillet.
Et elle était là. Azura. Allongée dans les plumes et les pétales, elle semblait prête à s'assoupir et se releva à mon arrivée. J'étais confus mais je n'étais pas en colère, disons plutôt que je ne pouvais l'être.
-A… Azura ?! Mais…
-Oh… Pardon, c'était chez vous !!
-Mais oui, évidemment… Vous… Vous ne le saviez pas ?! Toutes les autres femelles savent ça d'instinct !
-Désolé… C'était très beau, alors je me suis permise de…
Comment faisait-elle pour me paralyser à ce point, pour me faire frissonner à chaque mot qu'elle prononçait… Je baissais la tête, les larmes me venant aux yeux.
-Aussi… Aussi étonnant que cela puisse vous paraître vous êtes la dernière personne que j'espérais voir ici.
Elle me regarda, déçue.
-Quoi… Mais je ne voulais en aucun cas… J'ai fait quelque chose de…
-Chaque femelle qui monte dans le nid du mâle dominant de chaque groupe est tenue de…
Je détournais les yeux, absolument dégoûté par l'irrémédiable verité que je venais d'assener. Elle porta ses mains à sa bouche.
-P… Pardon je ne savais pas !
-Ce… Ce n'est rien, descendez, je vous en prie !
-Mais… Ou vais-je dormir ?
Je relevais soudain la tête. Les larmes avaient perlé sur mes grands yeux rouges-orangés. J'étais au comble de l'embarras. Elle, si pure, si belle, se mettre sans le faire attention dans une situation aussi prêteuse à confusion… Quel supplice ! Et là cette révélation qui la rendait encore plus attachante à mes yeux qu'elle ne l'était déjà…
Un long silence se fit.
-Je… Je vous autorise à… A dormir ici. Mais demain par pitié, construisez-vous un abri. Je vous en prie.
Elle hocha la tête. Je descendais dans mon nid, m'apprêtant à me coucher. Et soudain…
-Mais… Je pense à quelque chose !
Je me relève, surpris.
-Quoi donc ?
-Eh bien… Les femelles qui montent ici sont censées s'accoupler avec vous, n'est-ce pas ?
-Exact, il en est ainsi pour les femelles du clan.
-Mais alors j'en suis…
-Euh… Oui… Théoriquement.
-Donc un jour ce…
-Non… Enfin je veux dire… Pas pour le moment ! Ce n'est absolument pas à l'ordre du jour !!
J'étais dans un état incroyable, j'avais chaud, j'étais gêné et surtout j'allais à l'encontre de tous mes principes. Normalement comme tout Gallame qui se respecte j'étais tenu de l'honorer comme il se devait, afin de la féconder et tout le reste… Pourquoi je ne pouvais pas à cet instant même ? Cet être de lumière m'aurait ensorcelé ? De quel sort suis-je donc la proie ?
-Euh… Vous allez bien ?
-Non pas du tout.
Autant être sincère, je n'avais plus rien à perdre.
-Pourquoi ça ?
-Je… Vous me mettez dans un état qui me dépasse.
-C'est ma faute ? Pardonnez-moi…
-Non, absolument pas !
-Si, je le vois bien !
Elle essaie de descendre. Soudain j'ignore ce qui me prend, je me lève et la rattrape délicatement par la main. Elle me regarde, le visage rougi par ce doux sentiment qu'a l'unisson nous ressentions.
Et que nous ne pouvions comprendre.
Je me mis alors à chuchoter :
-Restez…
Ma main tenait la sienne, elle allait quitter ma couche, mais elle y revint, animée par mon bras accueillant. Je décidais de laisser libre court à ce qui m'animait sur le moment, à ce nouvel instinct qui désormais, serait mon guide, à ses cotés…

-------------------------------

-Je me sens bien.
C'est la première chose qu'elle me dit après que nous nous soyons accouplés. Nous regardions la lune, et elle était serrée contre moi. Moi aussi, je me sentais bien. C'était différent d'avec les autres femelles, ça ressemblait moins à une formalité administrative.
-Je me sens bien aussi.
La lune était magnifique, ronde et belle, au milieu de l'embrasure des arbres dans la nuit, elle nous avait magnifiquement éclairés pendant que nous nous unissions. J'étais aux anges, car j'avais le sentiment d'être libéré de son emprise sur moi, mais en même temps d'avoir gagné quelque chose de précieux.
Je savais pourtant que d'autres femelles devraient lui succéder, qu'elle ne serait qu'une parmi tant d'autres. Pourtant…
Lorsqu'elle se serra encore contre moi, j'étais plongé dans une quiétude sans fin, un apaisement particulier, qui émanait de soi.
-A partir de maintenant, ceci est ton lit aussi.
Elle me regarda, surprise.
-Je refuse que tu dormes à terre comme les autres.
Je caressais ses cheveux turquoise. Je ne voulais pas qu'elle devienne comme les autres. Je voulais qu'elle soit unique. Plus qu'à l'accoutumée.
-Galaad… J'ai quelque chose à te dire.
Je la regardais, intrigué.
-Qu'y a-t-il ?
-Je sais quelque chose. Quelque chose que je ne peux confier qu'a toi.
Et ce fut en cette belle nuit de lune pleine, alors que le vent seul nous écoutait, qu'Azura me révéla son secret au son de violon des Melokrik

-----------------------------

-Au loin, là bas, plus loin que les arbres, il est un temple ou ces pierres sont faites. C'est un endroit sacré, et seuls les pokémons qui veulent connaître l'éveil peuvent y rentrer sans encombre. J'en ai été la gardienne, il y a fort longtemps. Ce temple permet à la rivière près d'ici de donner des pierres éveil, ces pierres bleu turquoise… Il a été corrompu par un esprit malin, et j'ai été chassée de ce lieu par ce corrupteur il y a tout aussi longtemps… Si tu y vas et que tu vaincs le maléfique individu, tu sauveras ton groupe…

-Est-ce dangereux ?
-Oui, comme toute quête pour la survie des siens.
-Qu'importe. Je m'y tiendrais.
J'aurais dit n'importe quoi.

------------------------------

J'avais préféré attendre trois jours avant de l'annoncer à la doyenne. La vieille Gardevoir soupira, comme si à ses yeux c'était convenu.
-Je m'en doutais un peu, me dit-elle. Tu n'acceptes plus les autres femelles depuis qu'elle est là.
-Je veux juste savoir si j'en ai le droit.
-Oui. Oui tu en as le droit. Tu n'es pas chef depuis longtemps, donc tu n'as pas cherché à faire ce que tu voulais. Derrière tes apparences de mâle vigoureux et fort, tu es resté un enfant…
-Je peux la garder comme femelle unique ?
Elle grommela devant mon insolence. Non, la doyenne, moi non plus je n'ai jamais pu te saquer. Je sais bien que tu m'en veux d'être le seul mâle évolué.
-C'est gênant à notre niveau, parce qu'on n'a pas de Pierre éveil…
-Ne vous en faites pas pour ça.
-Hmm… Ca fait cinq ans que tu dis ça.
-Et vous m'écoutez toujours.
Je repars, extenué.
-Cette Gardevoir me tuera un jour !
Je retournais au nid. Azura m'attendait.
-Alors ?
-Hmm… Ca semble bon.
Azura baissa les yeux.
-Quelque chose me dit que non…
-Si, si je t'assure ! Elle n'a pas trop apprécié mais bon… C'est dit, c'est dit !
-Je ne voulais pas te causer de problèmes…
Je tapotais l'épaule d'Azura.
-Avec ce que tu m'as révélé, il n'y aura plus de problèmes.
Elle me sourit.
-Mais tu es sur de… De vouloir y aller ?
-Sur et certain. Si je veux… Fonder quelque chose avec toi, c'est le seul moyen.
Elle baissa la tête.
-C'est que… J'ai peur… De ce qui pourrait t'arriver…
Je baissais la tête à mon tour. Puis je la regardais, encore et encore. Ma fascination pour elle n'avait plus de limites, elle était devenue mon hallucination collective à moi, tout le monde pouvait la voir mais moi seul comme ça.
-Il ne m'arrivera rien. Je te le promets. Et même si c'est la mort qui m'attend, qu'elle vienne, je saurais la supporter à la seule pensée de toi.
Elle sourit. Je souris en retour.

-----------------------------------

Le soleil était haut dans le ciel lorsque nous décidions de partir, quatre jours après ma conversation avec la doyenne. J'étais justement en train de lui reparler.
-Nous serons revenus avant la nuit si tout se passe bien.
-Si tu ne reviens pas, que deviendrons-nous ? Me lança la doyenne.
-Vous n'aurez qu'à reprendre votre liberté… Et à laisser les mâles devenir des Gardevoir !
Azura, derrière moi, restait silencieuse. La doyenne me parla par télépathie.
« Et si elle t'a raconté des mensonges ? »
Je fronçais les sourcils, soupirais bien fort, puis à voix haute :
-Impossible !
Et je partis avec Azura, au cœur de la forêt.

-----------------------------------------

Le temple de l'éveil possède une façade très élaborée. Deux entrées menant à la même pièce sont séparées par une statue de Kirlia au centre. Le Kirlia écarte les bras, l'un vers une statue géante de Gardevoir, l'autre vers une statue géante de Gallame.
-C'est magnifique… M'écriais-je.
-Galaad, en rentrant, nous prenons une infinité de risques…
-Qu'importent les risques. Il faut le faire, pour l'espèce.
Nous entrons. L'endroit est assez grand en hauteur. J'aperçois deux statues de Kirlia dos à dos
-C'est ça…
-Oui. Seuls les Gallame peuvent tourner cette statue et ainsi faire couler de nouveau la source de l'éveil. Tu dois le faire si tu veux susciter à nouveau l'éveil chez les mâles de ton clan.
Je la regardais intensément.
-Azura… merci.
-Sois prudent !
Je m'avance dans le couloir de piliers. Je dépasse les huit piliers du temple et j'arrive face à la statuette. Je la fais tourner. La fontaine commence à s'écouler. La source est rétablie.
Azura regarda autour. Moi de même.
-Il était censé se passer quoi ?
-Galaad ! Tu as réussi !
Les portes du temple se ferment. Des torches s'allument. L'atmosphère change radicalement.
-Ah… s'étonna Azura.
Azura se retrouva enfermée dans une cage électrique.
-Ah !! Non !! Galaad !
-Azura !!
Un pokémon sort de l'ombre. C'est un Alakazam. Je le regarde d'un air mauvais.
-Tu as réussi à provoquer l'éveil… Comme tous les pokémons psychiques tu as accompli la quête de ta vie. Nous sommes des pokémons mystiques, notre destin n'a rien à voir avec celui des autres pokémons.
-Qui es-tu ?
-Je suis Hakam, le gardien de ces lieux. Je suis déçu que tu te sois servi à ce point de cette pauvre Azura.
-Quoi ?? Mais…
-Hein ? S'étonna Azura.
-Azura ne l'écoute pas ! Ce n'est pas vrai !!
-Ah oui ? Alors d'où viennent ces règles qui régissent ton nid ? Ne t'es tu pas rapproché d'elle délibérément ?
-Ce sont des règles qui sont dictées par l'instinct de notre famille évolutive ! Quand au fait que je me sois rapproché d'elle…


Plus aucun mot ne me vint. Comment l'exprimer ? D'où venait ce sentiment bizarre que j'avais créé envers elle ? Comment nommer ce lien ?!
-Eh bien… C'est… C'est comme ça.
Son regard s'était embué de larmes que je ne voulais pas voir
-Galaad, si tu veux quitter ces lieux de ton vivant, tu devras me vaincre. Je suis ton épreuve finale. Ton chemin s'arrête ici.
-Tout ce que je voulais c'est que les miens puissent continuer à vivre… Relâchez Azura, elle n'a rien fait de mal…
-Souvent il faut sacrifier sa vie pour que les siens poursuivent leur voie. Tu l'apprendras à tes dépends. Bats-moi, et ta vie ainsi que la sienne, seront sauves.
Je me mis en garde.
-Qu'il en soit ainsi.
Hakam agita ses cuillers et il s'empara d'un pilier.
-Nom d'un…
-Ainsi tu mourras pour de bon !
Il m'envoie le pilier dessus, sans autre forme de procès. Azura est apeurée.
-Galaad attention !
Grâce à mes lames je détruis le projectile mais au terme d'efforts très éprouvants.
-Sale monstre…
Je lui fonce dessus et lui assène des coups par centaine et avec force. Soudain, il érige grâce à ses cuillers deux boucliers ronds qui me bloquent.
-Ce genre de truc ça m'énerve !
D'une manchette j'essaie de casser son boulier mais il me repousse avec ses pouvoirs psychiques. Je résiste à son affront. Soudain il s'empare psychiquement d'un autre pilier.
« Il est très fort. Utiliser ses pouvoirs pour manier un pilier, la doyenne elle-même n'y parviendrait pas. »
Mon terrible adversaire Alakazam disloque le pilier en milliers de cailloux ronds.
-Meurs !
L'attaque est dirigée vers moi, impossible à esquiver. Les boulets de pierre me percutent avec force. Ca fait mal, tellement mal… Je te regarde, Azura, et ta tristesse me transperce. Je vais mourir ici…
L'attaque cesse enfin, et mon ennemi ricane de me voir si affaibli.
-Comparé à moi tu es ridicule. Tes efforts sont vains… Ta survie ne tient qu'a un fil.
-Galaad…
Hakam s'empare d'un nouveau pilier. J'observe, désabusé. Le pilier est sculpté par son incroyable force psychique
Il le transforme en bélier. La chose me fonce dessus et me frappe avec violence.
-GALAAD !!! Non !
Je reste à terre, abattu. Mon adversaire s'empare de deux autres piliers qu'il croise. Puis il les taille en une sorte de shuriken.
-Ceci, pour t'abattre, j'imagine que cela te suffira.
Je me relève. Ca y est.
Le shuriken tournoie et fonce sur moi. Je saute pour l'esquiver.
-Pour te servir de ces piliers…
Je tranche le vide au dessus du shuriken. Puis je prends appui sur un des trois derniers piliers et je fonce vers Hakam. Ce dernier doit déployer ses boucliers. Le shuriken chute à terre. Azura est étonnée. Je souris.
-Tu les coupe à la base avec une technique de découpe psychique, puis tu les façonne, et enfin ce sont tes boucliers protecteurs qui permettent la manipulation. Je l'ai compris après t'avoir frappé au corps à corps, je me suis étonné que tu ne te serve pas d'un de tes piliers pour te défendre. En réalité tu ne peux pas les déplacer si tu n'as pas avec toi ces toiles psychiques dans lesquelles tu les manipules. Ce qui signifie qu'en maintenant un corps à corps avec toi je m'assure de ne pas être attaqué par tes piliers, et j'aurais l'occasion de te toucher.
Hakam était surpris.
-Tu es un grand adversaire. Ton sens de l'analyse est de ceux qui déstabilisent.
-Et tu n'as rien vu.
A toute vitesse je lui assène un coup de pied dans le ventre. J'enchaine les coups. Je veux le vaincre. Lui plus que tout autre adversaire.
Ma lame l'écorche à la poitrine. Son recul lui permet de déployer ses boucliers et de me contrer.
-Hm…
Il me projette à distance avec ses pouvoirs.
-Tu es allé trop loin… Je suis peu clément avec ceux qui le blessent. Il me reste trois piliers, puissent-ils causer ta perte !
Il s'approprie un pilier et le façonne pour en faire une sorte de vrille. Elle part sur moi.
-Galaad non !
Je regardais Azura. Pour elle je devais réussir !
La vrille me fonça dessus, alors je fonçais sur la vrille. Hakam sourit lorsque soudain je me téléportais pour trancher mon adversaire en deux dans le dos.
-QU….
Je souris.
-Ne jamais tout dévoiler à l'adversaire. Tu pensais m'avoir ? Moi je t'ai eu sur toute la ligne. Je n'allais pas te montrer la capacité à me téléporter, ça t'aurais rendu hyper méfiant à l'égard de cette éventualité que je puisse te toucher n'importe où, n'importe quand. C'est ton absence de connaissance de mes capacités réelles qui t'ont fait perdre le combat. D'un point de vue technique tu es plus fort que moi, d'un point de vue intellectuel c'est moi qui te surpasse.
Soudain, un pilier arrive sans que je ne l'aie vu.
-Surprise… S'écria Hakam, à terre, affaibli mais vivant.
L'obus me frappe mais je m'en débarrasse. Azura est libérée. Je cours vers elle et la serre contre moi.
-Azura…
-Galaad !
Nous fondons en larmes.
-C'est fini… Tentais-je de rassurer.
-Dis-moi que c'était faux ! Dis-moi que tout était faux ! Tu… Tu ne t'es pas rapproché de moi exprès pour que je t'aide, hein ?
Je n'eux même pas besoin de mentir, car tout ce que mon cœur disait était la pure vérité.
-Non. Je me suis rapproché de toi parce que je ressens quelque chose à ton égard.
-Quoi donc ?
-Eh bien… Nous les pokémons nous n'avons pas de mos pour cela… Je crois que les humains appellent ça « Amour ». Oui, j'ai de l'amour pour toi.
Elle se serre un peu plus contre moi, heureuse, et moi de même, heureux qu'enfin les miens soient sauvés d'une probable extinction…
Hakam, à terre, eut un rictus dernier avant une mort certaine.
Les portes du temple s'ouvrirent peu à peu, les torches s'éteignirent. Je regardais Azura en souriant, et elle aussi me sourit.
Dans cette harmonie parfaite au creux de laquelle une fleur aurait pu pousser, nous fûmes transpercés par une lance de pierre, longue et effilée, bâtie dans le dernier souffle de vie de l'affreux mécréant que je venais d'occire.
Nous, enlacés dans notre dernière étreinte, nous étions unis, l'un resterait à jamais le linceul de l'autre. Une dernière fois avant de sombrer dans les interstices de la mort, j'eus voulu prononcer une dernière fois son prénom.
-Azura…
-Galaad…
Nos jambes lâchèrent, et l'un de s'effondrer sur l'autre dans la grâce de l'inconscience. Jamais nous ne serions séparés, figurant là tel un dernier symbole en ce temple de l'éveil, du sommeil éternel dans son artifice le plus splendide…