Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Entre Destinée et Fatalité de Malak



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Malak - Voir le profil
» Créé le 17/11/2019 à 09:46
» Dernière mise à jour le 17/11/2019 à 09:46

» Mots-clés :   Aventure   Guerre   Médiéval   Mythologie   Présence de Pokémon inventés

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 18 : Le maître des Cornèbre
An 1681, 26 octobre, 18h30, Mont Argenté, Château Royal de Johkania, bureau du roi



J'étais seul dans le bureau royal, à observer le soleil qui se couchait, éclairant le Mont Argenté d'une lueur orangée. J'avais une vue sur mes jardins, là où ma fille Myrevia et ma jeune pupille Valrika s'amusaient avec les Pokemon domestiques du château. Non loin, Duancelot tâchait d'entraîner mon fils Kieran au maniement de l'épée. Et quelque part dans une des salles du château, Iskurdan devait donner ses cours habituels aux enfants des domestiques et des soldats.

Tous menaient leur vie, en paix, joyeusement. Hélas, celle que je menait moi n'était que l'illusion d'une vie. Une errance terrestre sans but, et ce depuis trois ans maintenant. Trois ans que le vide provoqué par l'absence d'Elsora menaçait de m'engloutir. Le royaume, mes enfants, mes amis, et même cette fillette que j'avais pris sous mon aile il y a deux ans... Rien de tout cela n'arrivait à me sortir de ma léthargie et de mon désespoir. Elsora était morte, et avec elle, toutes les couleurs de ce monde pour moi.

Pourtant, mes proches ne lésinaient pas sur les efforts pour tenter de me redonner le goût à la vie. Myrevia avait toujours été une douce enfant d'une grande bonté, mais aujourd'hui plus qu'hier, elle tâchait de passer du temps avec moi, alors qu'elle aurait dû être bien plus affecté que moi par la perte de sa mère. Mais elle ressemblait tellement à Elsora que la voir ne m'aidait absolument pas.

Iskurdan et Duancelot, mes fidèles compagnons de toujours, me poussaient à sortir du château, à ne prendre qu'un Galopa et qu'une épée pour aller vivre un peu au grand air sur les routes du royaume, à combattre des brigands ou de puissants Pokemon, comme j'ai pu le faire dans ma folle jeunesse, avec eux à mes côtés. Une perspective qui m'aurait enchanté il y a quelques années, alors que l'exercice de la royauté commençait sérieusement à me peser, mais qui ne me disait plus rien aujourd'hui.

Il y avait une lettre sur mon bureau, que je venais de lire. Elle était de la main de l'Oracle Hélène, la guide suprême de Destinal. En tant que successeuse de ma femme au poste d'Oracle, elle disait partager ma douleur, mais me suppliait de la rencontrer, pour maintenir les liens de confiance et de collaboration entre le royaume et Destinal. Mais je n'en avait aucune envie. J'ai été clément avec les Gardiens de la Destiné uniquement pour plaire à Elsora, mais maintenant qu'elle n'était plus là, rien ne m'obligeait à enchaîner les courbettes devant ces imbéciles heureux.

Non, mon salut ne sera ni dans ma famille, ni dans mes amis, encore moins dans la religion. Mais il y avait bien une chose que j'utilisais autrefois. Une chose capable de me faire sentir complet, puissant. Mais une chose dangereuse, que j'avais tenu loin de moi durant toute ma vie commune avec Elsora. Avec elle à mes côtés, je n'en avait plus eu besoin. Mais désormais, peut-être était-ce le seul moyen pour combler ce vide sans fin qui allait immanquablement m'aspirer…

Je me rendis dans la salle du trésor royal, la plus gardée du château. Outre la dizaine de gardes qui se succédaient à ce poste, elle contenait nombre de mécanismes de protection. Il y avait des montagnes d'or et de joyaux, oui, mais aussi des objets plus exotiques, des trésors de régions éloignées, des antiquités avec une immense valeur historique... Tout ce que j'avais pu réunir durant mes décennies de règne.

Et le plus fabuleux des trésors de cette pièce, il appartenait à ma famille depuis son fondateur, mon glorieux aïeul, Urkarkast, le Roi-Dynaste, qui unifia la région Johkania il y a trois-mille ans. Un trésor qui fit la toute puissance des Karkast, mais que seul moi ait eu le courage d'utiliser comme personne avant moi ne l'avait fait.

C'était une pierre, parfaitement poli et ronde, sensiblement transparente, avec une lueur violette. La Johkanroc : la pierre magique et maudite qui conférait force et vitalité à ceux qui s'en servaient, mais en échange de leur âme, disait-on. J'avais passé des années à faire des recherches à son sujet, pour découvrir ce qu'elle était réellement et d'où elle pouvait venir. Je l'avais trouvé, et ça n'a fait que confirmer la dangerosité de cette chose. Mais grâce à elle, j'avais pu anéantir mes ennemis et faire de Johkania un royaume tout-puissant. C'était aussi à elle que je devais ma quasi-immortalité, et mon corps d'homme de quarante ans alors que j'en avais dépassé les cent.

Mais je n'étais pas fou. Je savais que trop se servir de cette pierre, trop la garder avec soi, était le meilleur moyen pour qu'elle corrompe votre esprit. La Johkanroc ne cessait jamais de vous susurrer des idées de mort et de destruction, jusqu'à ce que vous deveniez un être sauvage, réduit aux instincts les plus primitifs. Mais en même temps, la pierre vous soulageait. Elle vous acceptait, et vous réconfortait. C'était de ça dont j'avais besoin aujourd'hui. De personne d'autre. Juste de la Johkanroc…



***



Froid. Mal au dos. Aux bras. Aux jambes. Aux pieds. Aux mains. Mal partout. Garneth Tenzio, héros de la justice divine de Provideum, était pour ainsi dire fourbu. La servante du vil Falkarion avait usé d’une sombre sorcellerie pour aveugler le preux héros qui avait alors fait une sombre chute, et n’y voyait goutte. Tout du moins, c’était la première déduction de Garneth. Car il avait beau ouvrir et fermer les yeux, il n’y voyait rien. Strictement rien. Alors soit il était aveugle, soit il était dans un lieu particulièrement sombre et obscur.

Au bout d'un moment, ses yeux finirent par s'habituer à l'obscurité ambiante. De petites crevasses ci et là laissaient passer la lueur des étoiles et de la lune, mais il se trouvait dans un endroit clôt, vraisemblablement une grotte. Étant donné qu'il était dans une plaine quelque minutes plus tôt, la magie qu'avait dû employer cette Palyne n'était certainement pas de lui troubler les sens. Il avait été téléporté. Une capacité que pouvait utiliser certains Pokemon Psy, et que l'Adepte de la Fatalité avait sans doute copié grâce à sa pierre maléfique. Fier de sa déduction, le jeune homme n'en était pas moins inquiet.

Déjà, si c'était bien Palyne la responsable, elle avait dû les envoyer dans un coin à elle, possiblement la Tour Sombre de Lavanville, base des Agents de la Fatalité. Mais l'endroit ressemblait plus à une caverne qu'à un bâtiment quelconque. Et puis, elle était où, cette fichue Adepte ? Garneth lui avait sauté dessus avec Spinellie, juste avant le phénomène. Et Spinellie d'ailleurs ?

- Spinellie ? Tu es là ? Cria Garneth.

Sa voix résonna dans la grotte, à une telle fréquence que Garneth s'en voulut d'avoir crié ainsi. Il ne savait pas où il était, ni s'il y avait des êtres hostiles. Il ferait mieux de rester discret pour le moment. Prenant son courage et son épée à deux mains, le courageux héros se lança malgré tout à l’aventure, à la recherche d’amis ou d’ennemis, mais surtout de réponses. Mais la faible luminosité faisait qu'il n'avait aucune idée d'où il allait, ni même s'il tournait en rond comme un demeuré. Et fidèle à lui-même, Garneth se prenait les pieds dans tout ce qui traînait et s’étalait lamentablement au sol toutes les deux minutes.

- C'est une épreuve... se dit-il pour lui-même. Une épreuve envoyée par Provideum pour mettre ma foi au défi ! Je dois croire en mon destin, c'est tout…

Mais autant voulait-il y croire, autant il n'était pas un fanatique comme le Père Cilis qui voyait des signes de Provideum jusque dans la disposition des pâtes dans la soupe. Il doutait donc, au fond de lui, que le Maître de la Destinée y soit pour quelque chose dans sa galère actuelle, d'autant que c'était une servante de Falkarion qui en était la responsable.

Au bout d’un certain temps de recherche et de contact divers sur les parois de cette grotte, Garneth vit enfin la lumière au bout du tunnel. Littéralement. Une lueur qui tournait autour de lui. Un genre de petite lumière mauve. Mais à peine la voyait-elle qu’elle disparaissait aussitôt, comme intimidée. Alors Garneth poursuivait son chemin… avant de se retourner rapidement pour voir la lumière qui le suivait et disparaissait aussi sec. Soupçonnant la présence d'un Pokemon Spectre, Garneth tâcha de prendre un ton intimidant en brandissant son épée... même s'il savait très bien que sa lame ne pouvait rien faire à un fantôme.

- Qui que vous soyez, sachez une chose : je suis un servant de Provideum, et je ne crains ni esprit ni démon !

Il ne s'attendait pas à une réponse, donc il sursauta quant une voix se fit entendre :

« Il est là… »

Il tourna sur lui-même, à la recherche de la voix ou de la lueur mauve, mais rien de rien.

« Viens avec nous… »

- M-montre-toi, esprit malfaisant ! Balbutia le jeune homme. Je ne céderai à aucune tentation de ta part. J-je suis le digne écuyer de Sainte Alysia ! Je te ferai face avec toute la bravoure qui sied ààààHAAAAAAAAAAAAAA !

La phrase de Garneth se termina en un cri quand il sentit quelque chose apparaître derrière lui. Une petite silhouette furtive et bleutée. Tout en continuant de crier, Garneth agita sa lame à l'aveuglette.

- Disparais, créature démoniaque ! Par Provideum, je t'exorciste ! Disparais !

Il ne s'entendit pas à ce que la chose réplique d'une voix outrée et inquiète :

- Non mais t'es pas bien, gamin ?! Lâche cette épée avant de blesser quelqu'un !

Garneth sentit quelqu'un le gifler, et ce n'était certainement pas une main humaine. Elle était plus petite, et plus douce. L'adolescent reconnut alors le petit Pokemon à l'allure féline avec une fourrure qui lui faisait office de cape et de chapeau de sorcière. La bestiole qui avait provoqué un début de bataille entre la Sainte Garde et Lord Despero.

- T-toi ? Tu es le Pokemon complice du prince Ametyos !

- Complice, c'est un bien grand mot, dit la créature en croisant ses petits bras. Disons plutôt qu'il n'en fait qu'à sa tête et que j’essaie tant bien que mal de le garder en vie. Mais j'en ai rien à fiche de son combat contre les Héros ou des morceaux de son grand-père, moi.

En regardant le Pokemon d'un air absent, Garneth mit un certain temps à réaliser une chose élémentaire : il parlait.

- Tu... tu es vraiment un Pokemon, toi ? D'où que tu sais parler, au juste ?

- « Pokemon »... encore un bien grand mot. Je suis un spectre, c'est tout. Le beau, le grand, le MAGNIFIQUE Spookiaou ! Et je ne vois ce qu'il y a de sorcier à savoir parler. Si un débile comme toi y arrive, pourquoi pas moi ?

Garneth fronça les sourcils, mais décida d'en rester là. Même si ça allait à l'encontre de son éducation simple de paysan, il ne devrait pas être si étonné que ça que certains Pokemon puissent parler. Bicéphargue, l'un des six Gardiens de la Destinée et chef de l'Inquisition, était un Pokemon, et savait parfaitement s'exprimer en humain. Probablement que c'était aussi le cas du Seigneur Provideum.

Il envisagea d'abord de combattre Spookiaou pour l'arrêter et le livrer à Sainte Alysia, ce que tout bon apprenti-membre de la Sainte Garde aurait dû faire, mais il y avait deux petits problèmes à propos de ce plan. Un : Garneth était seul, et il doutait que sa seule épée face le poids contre un Pokemon, de type Spectre qui plus est. Deux : il était totalement perdu, sans aucune idée d'où il se trouvait ni où étaient ses camarades.

En revanche, peut-être pouvait-il l'embobiner un peu pour qu'il l'aide à s'échapper d'ici ? Vu la façon dont elle parlait d'elle, cette bestiole devait être sensible à la flatterie. Garneth admettait bien volontiers qu'il n'était pas le plus futé des humains, mais caresser les gens importants dans le sens du poil, ça y savait faire... surtout quand les gens importants en question avaient bel et bien des poils.

Il sortait de cette grotte grâce à Spookiaou, puis il l'amenait jusqu'à Alysia, qui le capturait. Bicéphargue allait ensuite lui soutirer des aveux sur Ametyos Karkast, ce qui conduirait également à sa capture. Toute la gloire rejaillirait sur Garneth, qui se retrouverait propulsé membre officielle de la Sainte Garde. Un plan infaillible, sans nul doute tiré du glorieux destin que Provideum avait prévu pour lui. Mais alors que Garneth souriait bêtement en s’imaginant tout ça, Spookiaou le regarda d’un air inquiet.

- Euh, arrête de sourire comme ça, tu fous les jetons. T'es qui au juste ? Un de ses Grenousse de bénitier servant Provideum ?

- Garneth Tenzio, apprenti de la Sainte Garde, et écuyer de Sainte Elysia, la Quatrième Héros !

- Dis pas ça avec un tel ton, tu pourrais commencer à te croire important, ironisa Spookiaou.

- Oserai-je demander... Si tu es un Pokemon Spectre, alors tu es du côté des Agents de la Fatalité ?

Il avait effectivement entendu dire que les Pokemon de type Spectre et Ténèbres étaient nombreux du côté du Prédicateur, qui de plus régnait sur une tour habitée par de nombreux fantômes. Mais Spookiaou secoua sa petite tête.

- Absolument pas. Je ne suis ni du côté des Agents, ni de celui de Destinal. Pas plus que je ne suis du côté des Héros, ou de celui des royalistes restants. Je suis d'un seul côté : le mien.

Même si Garneth était sceptique quant à sa non-appartenance à aucun camps, le fait d'être arrogant au point d'imaginer un côté qui nous est propre allait l'aider dans son plan.

- Eh bien, cher Spookiaou, dans ce cas nous avons aucune raison d'être ennemis, fit Garneth avec un sourire avenant. Le destin nous a fait nous croiser dans ce lieu vil et sombre pour une bonne raison. Je serai honoré de faire équipe un moment avec un Pokemon si intelligent et célèbre que vous. Entraidons-nous pour sortir de cet endroit hanté !

Le Pokemon cligna des yeux, surpris.

- Hanté ? Cet endroit ? Je sais reconnaître la Grotte Sombre quand j'y mets les pieds, crétin de rouquin. La fille de la Fatalité qui tenait Ametyos voulait sans doute se téléporter à Lavanville, avec son espèce de joyau magique, mais elle s'est ratée dans le feu de l'action.

- Je... je vois, fit Garneth, inquiet d'être si près du fief maléfique des Agents. Mais ils sont alors, le prince et cette Adepte ? Et mon amie Spinellie ? Elle était juste à côté de moi, je suis sûr qu'elle a été téléportée aussi.

- Aussi incroyable que cela puisse paraître, je n'en sais rien. Je ne maîtrise pas Téléport. On a sans doute été séparés un peu avant de nous matérialiser, et dispersés ci et là dans la grotte. Bref, pour en revenir à ce que je disais, y'a aucun fantôme ici...

Mais juste après avoir assuré cela, il poussa un cri strident et sauta pour agripper le corps de Garneth, le faisant crier lui aussi au passage.

- Q-q-qu'est-ce qui te prends ?! Tu m'as fais une de ses…

- Un… un f-f-f... un fantôme ! Balbutia le Pokemon terrifié. Je l'ai vu juste derrière toi avant qu'il ne disparaisse ! Il avait des yeux mauves !

Le jeune homme se demanda si Spookiaou le faisait marcher, mais son attitude de pure terreur ne semblait pas feinte.

- Tu es toi-même un Spectre ! S'indigna Garneth. Comment tu peux avoir peur d'autre fantôme ?!

- Ça n'a rien à voir, demeuré ! J'ai beau pouvoir me dématérialiser, je suis bien vivant ! Je ne suis pas un esprit, ou autre chose... Les apparitions de l'Au-delà, je ne les supporte pas ! Les morts devraient rester où ils sont, que j'en dis !

Garneth secoua la tête, n'étant pas assez cultivé pour discerner la subtilité de la différence. Bien qu'il n'en menait pas large lui-même, il tenta néanmoins de tirer partie de la détresse de Spookiaou en se donnant l'air plus rassuré qu'il ne l'était.

- Eh bien, reste derrière moi, ami Pokemon. Contente-toi d'éclairer notre chemin, et moi, Garneth de la Sainte Garde, je nous ferai sortir d'ici, car j'ai foi en mon destin.

- Et moi j'ai foi en ton inutilité, répliqua Spookiaou. Tu ne savais même pas qu'on était dans la Grotte Sombre ; comment veux-tu nous sortir d'ici au juste ?

- Provideum guidera mes pas !

Le Pokemon eut un soupir moqueur, et se mit à avancer en laissant Garneth derrière, mais avec tout de même une certaine prudence dans ses petits pas, et en regardant constamment partout autour de lui, comme s'il craignait qu'un fantôme ne sorte soudainement des murs. Même si Garneth était toujours aussi paumé, il se servit du corps luisant d'une douce lumière bleutée de Spookiaou pour éviter de se ramasser à chaque pas. Mais ce n'était pas assez puissant pour réellement éclairé leur chemin, ni même les possibles menaces que cette grotte pouvait receler.

- Tu ne pourrais pas, euh... je sais pas moi, utiliser une attaque pour nous éclairer plus ?

- Une attaque ? Répéta Spookiaou d'un air outré. Tu me prends pour un Pokemon, ou quoi ?

- Eh bien euh... oui. Tu ne l'es pas ?

- Je suis Spookiaou, c'est tout. Je dispose de formidables pouvoirs bien sûr, mais ça n'a rien à voir avec de vulgaires attaques de ces bestioles tout juste capable de répéter leurs noms à longueur de temps ! Admire.

Spookiaou sembla canaliser la lueur bleue au centre de sa poitrine, pour d'un coup la faire surgir partout autour d'eux, éclairant entièrement près de dix mètres à la ronde. Pour Garneth, ça semblait être une simple attaque Flash, mais il évita de faire cette remarque qui aurait sans doute pas plus à Spookiaou. Trop bizarre, ce Pokemon. Entre lui et Spinellie, décidément…

- Pourquoi faut-il toujours que je tombe sur les cas désespérés... fit-il pour lui-même.

- Qu'est-ce que tu marmonnes ?

- Rien rien. Je te suis avec attention et reconnaissance, ô puissant Spookiaou.

Tout en prenant garde à ne pas tomber sur ce fameux fantôme, Garneth en vint à penser à la suite, qui allait dépendre de la situation. Soit il arrivait à trouver la sortie, et auquel cas il devrait retourner au plus vite auprès de Sainte Alysia, quitte à abandonner Spinellie si elle était ici elle aussi. De toute façon, Garneth était le mieux placé pour savoir qu'elle serait tout à fait à même de se débrouiller seule contre n'importe qui, avec sa force abusée.

Mais si jamais il tombait entre temps sur le prince Ametyos ou cette Palyne... il devrait sans doute se battre, et peut-être même contre Spookiaou lui-même si ce dernier défendait le Karkast. La logique aurait voulu que Palyne et Garneth s'allient pour capturer Ametyos ensemble, et le remettent au Conseil des Héros. Mais ça, c'était la théorie bien sûr. En pratique, Destinal et les Agents de la Fatalité n'hésiteront pas à se battre pour être celui qui empochera le mérite de la capture du dernier Karkast en liberté. Garneth était sûr que Sainte Alysia ne lui pardonnerait pas d'avoir fait équipe avec une Adepte de la Fatalité, même si c'était contre le seul ennemi commun aux deux camps : la lignée Karkast.

Perdue dans ses pensées, Garneth ne vit pas que Spookiaou s'était arrêté devant lui, et lui donna un coup de sa botte par mégarde. Étant donné la différence de taille, ça suffit pour propulser le Pokemon vers l'avant et le jeter au sol. Ce dernier insulta copieusement Garneth en se relevant ; des jurons si colorés qu'ils manquèrent mettre mal à l'aise le pieu adolescent.

- Désolé, désolé... Mais pourquoi tu t'es arrêté d'un coup ?

- Ah oui, bien sûr... J'ai oublié que t'étais si limité au point de ne pas pouvoir sentir cette aura de dingue.

- Une aura ?

- Y'a un Pokemon non loin, expliqua Spookiaou. Et ce n'est pas un Racaillou ou un Nosferapti. Je ressens une énergie obscure, probablement de type Ténèbres, qui n'a rien à faire dans cette grotte…

Spookiaou frissonna, ses poils hérissés. Il craignait autant le type Ténèbres que le Spectre. Et pour Garneth, c'était du pareil au même, dans le genre Pokemon terrifiant, mauvais et bien souvent affilié aux Agents de la Fatalité. Puisant dans son courage déjà bien entamé, il leva son épée, se mettant en garde, tandis qu'effectivement, il entendait des bruits de pas devant eux. Et même plus que cela : une voix, chantonnant une étrange mélodie lugubre.

- « Marchant gaîment, tout en chantant, il arriva dans un village où on pleurait un disparu. Bernille, la gueuse du village, ne voulant plus être séparée de son enfant, de l’aide lui demanda. Alors de bonne humeur, il s’exécuta, et dans sa grande bonté, sauvagement l’égorgea. Repartant en chantant fier lui et prêt de nouveau à aider qui l’aurait voulu ! »

Proprement pétrifiés et ayant perdu toute fierté, Garneth et Spookiaou se serrèrent l’un contre l’autre et poussèrent un vrai cri de terreur quand le propriétaire de la voix apparut devant un. C'était bien un Pokemon. Humanoïde, de la taille d'un homme adulte, mais couvert de plumes mauves et noires. Il portait un masque qui lui semblait lui faire comme un bec, et ses deux yeux rouges, proprement terrifiant, semblait pouvoir scruter la moindre parcelle de votre âme. Mais le Pokemon n'avait pas l'air hostile. Il s'arrêta en voyant Garneth et Spookiaou, et même si c'était difficile à voir sur son visage de volatile masqué, il sembla sourire. Sur son épaule se trouvait un Cornèbre, qui croassait au rythme de la ritournelle.

- Eh bien, quand nous ne cherchons pas de la visite, c'est la visite qui vient à nous. Crécrécré... Bien le bonjour, gents damoiseaux, en ce lieu des plus accueillant ! Comment avez-vous trouvé notre petite chanson ? Sympathique, n’est-il pas ?

Garneth songea qu'il devait sérieusement réviser sa vision des Pokemon, car voilà qu'il venait d'en rencontrer deux sachant parler en moins d'une heure. Mais si Spookiaou semblait relativement inoffensif, le jeune écuyer ne pariait pas qu'il en soit de même pour celui-là, malgré son air débonnaire.

- T-t-t-t-t'es qui toi ? Bafouilla Spookiaou. Si t'as l'intention de me bouffer, autant de le dire tout de suite : je suis dégueulasse ! En revanche, cet humain roux avec moi, il doit avoir un goût d'enfer…

- Hein ?! Non mais c'est pas vrai ! Protesta Garneth. Je ne me suis pas lavé depuis une semaine, même ! Vous attraperez sûrement la peste si vous me mangez !

- Vous manger ? Répéta le Pokemon mystérieux. Nous n'en ferons rien. Nous ne mangeons que les cadavres en décomposition. D'humains ou de Pokemon, peu importe, mais faut que ce soit mort depuis un petit moment. La chair fraîche ne nous réussit pas trop, crécrécré…

Il semblait avoir dit cela pour les rassurer, mais ça ne fit que faire grimper en flèche leur niveau de terreur, surtout avec son rire inquiétant.

- S-si je peux me permettre, mo... monsieur, fit Garneth en prenant l'initiative, qui êtes vous ?

- Qui ? C'est étrange comme ce si simple et petit mot s'avère être le plus difficile auquel répondre, n'est-il pas ? Oui, qui pouvons-nous bien être…

Ce ne semblait pas être une question rhétorique : le Pokemon se le demandait très sincèrement, comme s'il avait oublié son identité, ou qu'il ne l'avait jamais su.

- Qui sommes-nous dépend avant toute chose de la personne qui est devant nous, reprit le curieux Pokemon. Si vous vous trouvez être des serviteurs de la Tour Sombre, ma réponse pourrait être différente.

- Euh, rassurez-vous alors, monsieur, fit Garneth. Nous ne sommes pas des Agents de la Fatalité, pas plus que nous ne sommes à leur service.

- Vraiment ? Insista le Pokemon

Garneth acquiesça. Peut-être que ce Pokemon avait eu une mauvaise expérience avec les fidèles de Falkarion ? Auquel cas, Garneth pouvait s'en faire un allié.

- Mais oui, naturellement, nous ne le sommes pas, dit le Pokemon comme avec un certain soulagement. Mais si nous ne sommes pas de la Fatalité... alors qui sommes-nous ?

Garneth avait un peu perdu le fil, ne sachant plus trop bien si le Pokemon voulait parler de lui ou d'eux, avec son étrange façon de parler de lui à la première personne du pluriel. Spookiaou lui avait échangé sa terreur primaire contre du scepticisme.

- Euh, moi, je suis Garneth Tenzio, écuyer de la Sainte Garde.

Le Pokemon à plume acquiesça, comme si ça lui était revenu d'un coup.

- Oui... Mais oui c'est ça ! Nous sommes Garneth Tenzio, écuyer de la Sainte Garde ! Ravi de faire votre connaissance !

- Euh... non, c'est moi, Garneth Tenzio.

- Non, nous sommes Garneth Tenzio ! Répliqua le Pokemon d'un ton sans réplique.

Garneth échangea un regard avec Spookiaou, qui secoua la tête.

- Me regarde pas, vieux. Je ne parle pas le fou.

- Vous n'auriez pas croisé Minerva, par hasard ? Demanda le Pokemon.

- Minerva ?

- Oui, notre chère Minerva. Un charmant petit volatile un peu trop volage, crécrécré... Oh mais, la voilà ! Reste-là, gentille... Non non, ne nous fuis pas !

Il désigna un endroit dans le vide, et tenta d'attraper quelque chose de vraisemblablement invisible... ou qui n'existait tout simplement pas. Pas plus avancé, Garneth plissa les yeux, essayant de comprendre ce dont parlait leur loufoque interlocuteur.

- Si tu veux mon avis, ce Pokemon est totalement fêlé, le renseigna Spookiaou. Soit il est resté trop longtemps dans cette grotte, soit il est sénile. Vu son aura, je pencherai pour la seconde option. Il a l'air d'être sacrément vieux…

- Nous sommes effectivement vieux, mais pas au point de ne pas entendre ce que tu dis, notre jeune ami à poil, intervint le Pokemon avec malice. Nous ne sommes point fou. Nous faisons que chercher ce qui est perdu. Et nous continuons, depuis des années, car ce qui est perdu ne pourra pas être retrouvé.

Garneth, en accord avec son cerveau, décida de lâcher l’affaire.

- Bon bah... on va vous laisser chercher, du coup, dit Garneth pour fuir le lieu et la conversation. Bonne journée à vous.

Il passa devant lui, et cru que le Pokemon allait le laisser passer sans rien dire, trop occupé qu'il était à fouiller l'endroit du regard, quand soudain :

- PLUS UN GESTE !

Le cri soudain fit avoir un frisson à Garneth. Cette fois il allait les attaquer, c’était sûr et certain. Les tuer, puis dévorer leur cadavre ! L'écuyer passa ses mains sur la garde de son épée, tremblotant, n’osant pas vraiment se retourner. Spookiaou, quant à lui, vint simplement se cacher contre le ventre de Garneth dans un grand élan de courage.

- A-accomplis ton devoir, Saint Garde ! Protège-moi de ta vie !

- Elle est là, juste là…. Je la tiens ! S’exclama le Pokemon.

Hésitant, Garneth se retourna enfin… pour voir la lueur mauve qui le suivait depuis son arrivée dans la grotte. Elle lui tournait autour à grande vitesse et le Pokemon la suivait du regard intensément. Plus que jamais il arrivait à lui distinguer l’apparence d’un Cornèbre fantomatique. Le Pokemon tendit une main vers cet esprit ou quelque fantôme que ce soit. Aussitôt, l’espèce d’oiseau spectral fut comme aspiré par le Pokemon et retourna dans son ombre, laissant Garneth et Spookiaou sans voix.

- Vous l’avez retrouvé pour nous, vous êtes fort aimables, les remercia le Pokemon.

- Euh... Ce fut un plaisir, marmonna Garneth qui n'avait rien fait de particulier. Mais euh, c'était quoi ce truc ?

- Minerva. Nous vous l'avons déjà dis non ? Et c'est nous qui sommes séniles ?

- Mais qu'est-ce que c'est, Minerva ? Insista Garneth. Un Pokemon, un fantôme, ou bien…

- Oh, elle a été bien des choses. Aujourd'hui, elle est nous, et est en nous.

Garneth secoua la tête. Il ne tirerait jamais rien de cette créature, pour la simple et bonne raison qu'il ne comprenait rien à son parler sibyllin.

- Le fait est, chers amis, que nous vous sommes redevables. Et ne pas rembourser une dette attire sur nous le mauvais œil. Il ne faut pas plaisanter avec ces choses là. Du cous, nous, Corbarex, Maître des Cornèbre et défenseur des causes perdues, devons accéder à l'un de vos désirs.

- Corbarex ? Répéta le jeune homme. C'est donc votre nom ?

- Notre nom est Garneth Tenzio, écuyer de la Sainte Garde, répliqua Corbarex. Nous vous l'avons déjà dis !

Garneth laissa tomber. Mais si ce Pokemon était si désireux d’exaucer un de ses désirs, ça ne le dérangeait pas.

- Eh bien, Cor... je veux dire, Garneth Tenzio, il se trouve que nous sommes perdus.

- Perdu, oui, c'est bien le mot, acquiesça le volatile humanoïde. Tu es perdu depuis très longtemps, en réalité. Ou plus précisément, tu fais mine de l'être. Tu suis un chemin erroné duquel tu te refuses à dévier.

Corbarex s'était dangereusement approché pour fixer le visage du jeune humain, qui recula, mal à l'aise.

- Euh, si vous dites... Mais pour l'instant, je suis perdu dans cette grotte. Une amie à moi se trouve peut-être pas loin. Si vous pouvez... m'aider à la retrouver, ou du moins à sortir à l'air libre…

- Une amie, hein ? Répéta Corbarex. Curieux choix de mot. Ah, que le destin peut-être cruel parfois... C'est ce que nous avons toujours dis ! Mais soit. Nous te mènerons jusqu'à elle. Ou du moins, Sire Cornèbre le fera.

Le Cornèbre juché sur l'épaule de Corbarex croassa soudain et vola pour aller se placer devant Garneth.

- Il a été adoubé il y a peu pour ses talents de pisteur, précisa Corbarex. Suis-le, et tu trouveras ce que tu cherches.

Pas spécialement convaincu mais ayant regagné un peu d'espoir, Garneth s'inclina devant le Pokemon.

- Je vous remercie, monsieur.

- Tu dois faire vite. Ton... amie a besoin de toi. Nous nous reverrons, Garneth Tenzio. Il est des forces en ce monde qui l'ont décrété depuis longtemps, et contre lesquelles il est futile de lutter, crécrécré…

Et sur ces mots, Corbarex s’enfonça dans l’obscurité en recommençant à chanter une autre macabre ritournelle.

« Un deux trois, Rattata, trois vilains petit rejetons,
L’autre nuit, sans permis, sont entrés dans ma maison !
Le premier cassa mes verres, j’ai vidé ses tripes par terre,
Le second vida mes provisions, et me sert désormais de paillasson,
Le dernier, apeuré, ne m’a rien fait, alors par bonté je l’épargnai,
Après avoir vu ses frères, je l’ai tondu, et il m’a juré que je ne l’y reprendrai plus !
»

Sire Cornèbre s’agita, se mettant à voler devant Garneth pour lui indiquer la direction, ce dernier restant béat à regarder dans la direction où Corbarex avait disparut aussi soudainement qu’il n’était apparu.

- J'ai révisé mon jugement sur cet endroit, commenta Spookiaou. Cette grotte est non seulement hantée, mais en plus habitée par des dingues.
Garneth tenta d'effacer cet étrange Pokemon de son esprit et se mit à courir à travers les galeries sombres pour suivre le Cornèbre, espérant retrouver Spinellie au plus vite.







*************

Image de Corbarex :