Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Projet Amaryllis de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 04/09/2019 à 16:12
» Dernière mise à jour le 07/09/2019 à 16:16

» Mots-clés :   Action   Policier   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 9 : L’Elysium
- Madame Linday, est-ce que je pourrais vous parler ?

La troupe piégée dans la simulation virtuelle de Kaminsky Corporation essayait encore d’assimiler toutes les informations apportées par le rusé Harris Elton alors qu’elle s’apprêtait à quitter les locaux de Phoenix System pour passer à la suite des opérations. C’était Minerva Hamilton qui faisait signe à la femme d’affaires, l’expression de son visage laissant clairement supposer qu’elle avait quelque chose en tête qu’elle souhaitait délivrer à voix haute.

Maintenant que Hildegarde savait qu’elle était en réalité une technicienne de la société d’Alphonse Kaminsky, elle voyait Minerva sous un autre angle. Tout comme eux, elle avait été enfermée ici sans savoir si elle pourrait retrouver le monde réel un jour. Pas étonnant qu’elle ait tenté de blâmer la femme aux problèmes de mémoire pour la situation. Au fond, elle n’avait pas vraiment tort. Si Amaryllis était le noyau du problème, tout avait été engendré par l’apparition de Hildegarde dans le jeu-vidéo.

- Alors, madame la tarée aux armes à feu ? Vous voulez encore me menacer ? demanda-t-elle avec un sourire amusé, comprenant où elle voulait en venir.

- Je voulais… m’excuser pour mon comportement lorsque nous étions dans le manoir von Mainstein, lâcha Minerva en s’inclinant. Maintenant que monsieur Elton a fait la lumière sur la situation, je me sens vraiment honteuse d’avoir pointé cette arme sur vous tout à l’heure. Jamais je n’aurais pensé que l’intelligence artificielle que nous programmions aurait pu causer tant de problèmes.

La technicienne savait que leur programme de stockage de mémoire avait été placé au sein du jeu-vidéo afin d’effectuer des tests. Ce qu’elle ne parvenait pas à cerner en revanche, c’était pourquoi la connexion de Hildegarde Linday avait poussé Amaryllis à agir de la sorte. Effacer entièrement la mémoire de la demoiselle pour la reconstruire petit à petit et supprimer ses frères et sœurs de ses souvenirs. Pourquoi donc en arriver à de telles extrémités juste pour altérer le passé de la femme d’affaires ?

Sa fierté de programmeuse l’incitait à garder cette information pour elle-même mais Minerva n’aurait jamais pu deviner qu’Amaryllis serait capable d’accomplir des prouesses pareilles alors que l’intelligence artificielle était encore en phase de test. L’objectif de Kaminsky Corporation avec Amaryllis était tout simplement de s’en servir pour stocker la progression des joueurs au sein du jeu-vidéo. Elle aurait agit en tant que carte-mémoire, analysant le cerveau des utilisateurs pour rétablir leur partie après une pause.

Hildegarde se sentait presque mal à l’aise à voir son interlocutrice tordre son dos de la sorte juste pour obtenir son pardon. La petite femme aux cheveux blonds avait beau être narcissique, elle ne lui en voulait pas spécialement pour cette altercation dans le manoir. Minerva avait agit pour ce qu’elle semblait juste et admettait maintenant qu’elle n’aurait pas pu appuyer sur la gâchette malgré ses menaces. La technicienne avait simplement tenté de faire pression sur Hildegarde pour lui faire cracher le morceau.

- Votre tête va bientôt toucher le sol, Hamilton, fit remarquer l’aristocrate en ajustant son béret. Si vous voulez vraiment vous faire pardonner, offrez-moi un dîner dans un restaurant luxueux une fois que nous en aurons terminé avec cette affaire.

- Pas trop luxueux alors, répliqua aussitôt Minerva en croisant à nouveau son regard. Mon salaire est loin d’être aussi impressionnant que le votre.

Hildegarde lâcha un rire. Malgré son statut dans la société et son impressionnante fortune, elle restait partisan du moindre effort quand il s’agissait de faire des dépenses. Sa relation avec le détective Harris Elton en était la preuve. Elle n’avait clairement pas besoin de lui imposer une dette pareille pour avoir réparé les locaux de son école de dresseurs mais pourtant, elle en profitait pour lui faire les pires demandes dès qu’elle avait un problème.

Le visage de Minerva ne laissait plus la place au doute maintenant. Elle avait réparé son erreur et comptait bien soutenir le reste de la troupe dans cette ultime mission de rejoindre le monde réel et contrer ce qu’Amaryllis pouvait préparer. Même en ayant participé à sa conception, Minerva n’avait honnêtement pas la moindre idée de ce que l’intelligence artificielle avait l’intention d’accomplir en modifiant la mémoire de Hildegarde et en éliminant tous les gêneurs.



***


- Alors Noctis, tu as pu assembler les morceaux grâce à mes révélations ? demanda Harris Elton alors que le groupe venait de rejoindre le hall d’entrée de Phoenix System. Tu es le plus malin du trio, tu as certainement compris pourquoi Amaryllis va aussi loin dans ses ambitions.

Sentant ses joues chauffer à grande vitesse, Aléria ramena immédiatement sa capuche contre son visage pour le dissimuler. Le professeur avait bien sûr dit cela sur un ton amusé mais il n’avait pas vraiment tort sur les difficultés rencontrées par la jeune fille ou son camarade Shingo dès qu’il était question d’enquêter. Si Noctis lui-même était encore loin du niveau de leur bienfaiteur, il avait déjà suffisamment de talent pour résoudre les énigmes.

Shingo ne fit pas attention à la remarque. Avec les piques que lui balançait madame Linday en permanence, il avait acquis une certaine immunité. Du moins, c’était ce qu’il pensait mais il ne pouvait pas s’empêcher de réagir lorsque la demoiselle blonde faisait référence à son amour pour Aléria. Réajustant ses lunettes carrées qui glissaient sur son nez, Noctis tentait de répondre à la question posée par le professeur détective privé. Mais pour être honnête, cela lui posait une colle.

- L’objectif final d’Amaryllis est de complètement supprimer les frères et sœurs de madame Linday de sa mémoire, récita-t-il, la main posée contre son menton. Et également d’éliminer les gêneurs mais jusqu’à présent, elle s’est abstenue pour Aléria parce qu’elle a constamment été en présence de Hildegarde. Et pour moi et Shingo, elle ne nous trouvait pas dangereux parce que nous n’avions pas conscience d’être dans un environnement virtuel.

- Monsieur Elton a masqué sa mort puis a fait en sorte de rester discret pour ne pas être détecté par Amaryllis qui analyse toute la zone en temps réel, ajouta Minerva Hamilton qui venait de rattraper le groupe avec Hildegarde après s’être excusée auprès de cette dernière. Mais pour moi ? J’ai toujours été seule et au courant du problème, Amaryllis n’a jamais tenté quoi que ce soit pour m’éliminer…

- Comme vous avez participé à sa conception, Amaryllis vous considère sûrement comme de la famille et vous a laissé tranquille, je suppose, répondit le professeur. Maintenant que nous sommes tous réunis, il y a fort à parier que notre adversaire tente un grand coup bientôt pour en terminer et recommencer à manipuler les souvenirs de Hildegarde sans qu’un obstacle ne la gêne. Alors Noctis ? Tu as réussi à trouver la réponse à ma question ?

Le garçon brun devait malheureusement s’avouer vaincu. S’il cernait les intentions d’Amaryllis, il ne parvenait néanmoins pas à voir ce que l’intelligence artificielle avait à y gagner. Si leur ennemi accomplissait son plan et que tout le monde en dehors de Hildegarde était éliminé, cette dernière étant laissée avec une mémoire modifiée selon les désirs du programme, que se passerait-il ensuite ? Malgré tous ses efforts, Noctis n’avait pas la solution.

Harris ébouriffa les cheveux de son élève avec un sourire. Il n’était pas déçu que Noctis ne puisse pas connecter tous les éléments entre eux. Les hypothèses du détective lui-même n’avaient pas encore une précision de cent pour cent, même si tout semblait porter à croire qu’il y avait un fond de vérité là-dessous. Pour s’en assurer, Harris aurait pu poser une question précise à Hildegarde pour dissiper tout soupçon. Mais à cause de sa mémoire imprécise, la demoiselle au béret ne lui répondrait jamais clairement.

- Alors ? Intervint Hildegarde en croisant les bras. C’est quoi le problème d’Amaryllis ?

- Je pense que tu auras bientôt l’occasion de lui poser la question directement. Comme je le disais, vu que tous les intrus sont réunis et que j’ai fait la lumière sur la situation, il y a fort à parier qu’elle vienne à nous assez rapidement, expliqua Harris.

Comme ses souvenirs de sa famille n’étaient plus présents, Hildegarde émettait des réserves vis-à-vis des réelles intentions de l’intelligence artificielle. Mais si on se fiait à cette rencontre au sein de son propre subconscient, lorsqu’elle avait touché le morceau de papier, alors il n’y avait aucun doute à avoir. « La protéger des mauvais souvenirs et les conserver pour que Hildegarde puisse vivre une existence heureuse et parfaite ». Peut-être qu’Amaryllis n’avait pas un mauvais fond.

Si Harris s’était attendu à une intervention rapide de l’ennemi une fois leur départ de Phoenix System, il demeurait surpris que cela se fasse aussi rapidement. Le groupe réuni au sein du parking de la société de robotique pouvait immédiatement noter un changement majeur dans l’environnement virtuel d’Ebravia qui les entourait. Amaryllis avait montré grâce grâce à l’apparition d’un aquarium qui n’existait pas à l’origine que l’altération de la zone ne représentait pas grand-chose pour elle.

Il y avait quelques heures, lorsqu’Aléria avait quitté le train en compagnie d’une Hildegarde complètement privée de sa mémoire, cette dernière avait enchaîné les questions en tout genre. L’une d’entre elles concernait la tour la plus grande du secteur neuf d’Ebravia, visible de n’importe où. L’Elysium, le lieu où étaient prises toutes les décisions politiques concernant la mégapole. Le lieu de travail d’Archibald Linday, l’aîné de la fratrie dont Hildegarde était la première fille.

- C’est… une fleur ? balbutia Shingo en se frottant les yeux pour s’assurer qu’il ne rêvait pas.

- Une amaryllis, plus précisément, compléta son professeur. On dirait bien que l’endroit où cette affaire se conclura vient d’être décidé. Amaryllis nous envoie une invitation pour le moins difficile à éviter.

L’habituelle tour noire qui surplombait la zone venait de changer d’apparence sans crier gare pour prendre celle d’une fleur rouge ouverte. Si Harris Elton savait que l’intelligence artificielle surveillait l’intégralité du jeu-vidéo en permanence pour suivre l’avancée d’Hildegarde dans la récolte des papiers et localiser en permanence les gêneurs, il s’était en revanche montré incapable de trouver d’où elle procédait pour le faire. La réponse venait de lui tomber dessus sans ménagement.



***


Les six prisonniers du jeu-vidéo posèrent le pied à l’entrée de ce qui était il y a encore peu de temps l’Elysium. Maintenant qu’ils se trouvaient à proximité, ils remarquaient tous qu’Amaryllis s’était contentée de modifier l’apparence du bâtiment sans en modifier certains aspects, tels que la porte d’entrée ou les fenêtres. Harris mettrait presque sa main à couper que l’intérieur de l’Elysium n’avait pas non plus été retouché par l’intelligence artificielle.

Le détective privé ne s’attendait pas non plus à voir une reconstitution parfaite du quartier général des politiciens, l’équipe technique de Kaminsky Corporation n’aurait jamais pu obtenir le droit de visiter les lieux et de prendre de nombreuses photos pour en faire une reproduction. Tout comme le manoir von Mainstein ou Phoenix System, il s’attendait donc à retrouver une structure simpliste une fois à l’intérieur. Ce qui n’était honnêtement pas plus mal.

- C’est vraiment la fin, n’est-ce pas ? demanda Aléria, peu rassurée.

Si Shingo devait se tenir à l’écart de trois mètres vis-à-vis de la jeune fille, il avait décidé d’ignorer cette restriction le temps d’en terminer avec cette affaire. Il était évident aux tremblements qui parcouraient le corps d’Aléria que cette dernière n’était pas très rassurée. Jusqu’à présent, elle avait bénéficié d’une protection indirecte en ne se séparant jamais de Hildegarde trop longtemps pour qu’Amaryllis puisse tenter quoi que ce soit.

Mais maintenant, il y avait fort à parier que cette protection n’existait plus. Si leur adversaire les éliminait tous dans les prochaines minutes, rien ne l’empêcherait de supprimer toutes les personnes présentes de la mémoire de madame Linday, en plus des membres de sa fratrie. La peur d’Aléria concernant les fantômes n’était pas anodine. La mort l’effrayait et rien que l’idée de risquer sa vie la terrifiait. Pour tenter de la rassurer, Shingo attrapa sa main.

- Si quelque chose survient, je te protégerai, c’est promis ! assura le garçon blond avec un sourire éclatant.

- C’est gentil, Shingo…

Plutôt que de rappeler l’existence de la règle des trois mètres, Noctis préféra rester silencieux. Il se souvenait de la question posée par la jeune fille lorsqu’ils se trouvaient encore entre les murs de Phoenix System. Complètement ignorante, elle n’avait pas la moindre idée du comportement de Shingo à son égard et en avait même conclu qu’il pouvait la détester. C’était dans ce genre de moments qu’elle pourrait peut-être comprendre les sentiments du garçon.

Mais à en croire l’expression de son visage, Aléria ne paraissait pas assimiler cela à de l’amour. Elle pensait simplement qu’en tant que camarades de classe, Shingo souhaitait lui venir en aide concernant sa phobie des fantômes et de la mort. Lorsque Noctis s’en rendit compte, il plaqua aussitôt sa main contre son visage. Décidément, il y aurait encore un long chemin à parcourir pour résoudre ce problème. Bien plus long que celui qui permettrait de régler le souci posé par Amaryllis.

- Ne perdons pas davantage de temps si vous le voulez bien, intervint le détective privé, lui-même au courant de la relation étrange entre Aléria et Shingo. Je ne pense pas trop m’avancer en affirmant qu’Amaryllis doit être impatiente de nous rencontrer.

De toutes les personnes présentes en dehors de Minerva qui avait participé à sa conception, Harris Elton était le seul à avoir réellement rencontré l’intelligence artificielle. Au sein de ce jeu-vidéo, Amaryllis avait pris l’apparence d’une petite fille plus jeune encore que les trois élèves du détective, avec des cheveux et un accoutrement entièrement composé de noir et de blanc. Dans le monde réel, elle aurait eu de grandes difficultés à passer inaperçue.

Le professeur ouvrit la porte d’entrée dans un bruit grinçant. Si l’Elysium était en temps normal constamment abreuvé de personnel, le silence se révélait pesant ici. Tout comme le reste de la mégapole ou tous les autres bâtiments visités jusqu’ici, il n’y avait pas âme qui vive. Comme il s’y attendait, le hall d’entrée était de forme circulaire et ne comportait aucune porte menant à une autre pièce. En revanche, un immense escalier leur faisait face et semblait mener à un étage supérieur.

- Amaryllis est au sommet, allons-y ! souffla Harris alors que la dernière entrée Minerva refermait la porte derrière elle.

Mais il n’eut pas le temps d’ajouter quoi que ce soit d’autre car des Pokémon sauvages venaient subitement d’apparaître dès l’instant où la troupe s’était réunie au centre du hall. Des programmes créés instantanément par Amaryllis afin de bloquer leur progression. Parmi leurs opposants se trouvaient notamment des Malamandre similaires à ceux qu’Aléria et Hildegarde avaient rencontré en se rendant à l’appartement de Harris.

La jeune fille eut un haut-le-cœur en notant la présence d’un groupe de Spectrum et de Fantominus parmi les arrivants, certainement les mêmes qui avaient envahi les locaux du professeur. Cette fois-ci, elle n’aurait pas de fenêtre pour sauter et échapper à la menace. Elle ferma les yeux en tentant de se persuader qu’aucun Pokémon Spectre ne se situait à proximité d’elle en l’instant présent. Conscient de son dilemme, Shingo ne lâchait pas sa main.

- Je suis ravie que vous ayez accepté de faire le déplacement tous ensemble, ce sera bien plus simple pour moi afin de me débarrasser de vous ! intervint alors une voix que Hildegarde reconnut immédiatement, résonnant à travers le bâtiment.

- Monsieur Elton, nous allons nous occuper d’eux ! s’exclama aussitôt Noctis en attrapant la Pokéball de son Aflamanoir. Dépêchez-vous de grimper les escaliers avec madame Linday pour rejoindre Amaryllis. Aléria, tu ferais mieux d’aller avec eux, tu ne pourras pas combattre ces Pokémon Spectre…

- Non, je vais rester ici ! décréta Aléria en tentant de rassembler son courage. Nous sommes les élèves de monsieur Elton alors nous allons nous serrer les coudes.

Elle prit aussitôt la Pokéball de son Fragilady dans la main, Shingo en faisant de même avec celle de son Rondoudou. Le détective privé lâcha un sourire en voyant la solidarité dont faisait preuve ses petits protégés. Même si cela le peinait de devoir les laisser s’occuper d’une armée de Pokémon sauvages, il avait toutefois entièrement confiance en leurs capacités pour faire face à la menace. Sans même se retourner, il prit la direction des escaliers, Hildegarde sur ses talons.

Minerva cernait parfaitement qu’elle serait davantage utile pour contrer Amaryllis plutôt que face à des programmes ayant pris l’apparence de Pokémon sauvages. Décidant de partir avec le détective privé et la femme d’affaire, elle tendit la sphère rouge et blanche qui contenait son Guériaigle à Aléria, qui la prit dans ses mains avec surprise. Avant de les quitter, la technicienne lui souffla que cela lui permettrait de servir d’excuses pour son attitude dans le hall.

Le groupe était à présent divisé en deux trios. Harris, Hildegarde et Minerva grimpaient les marches à toute vitesse pour rallier l’étage supérieur, espérant y trouver l’intelligence artificielle. Si elle tâchait de ne pas le montrer, la femme d’affaire émettait toutefois des appréhensions à l’idée de laisser les enfants en retrait pour combattre les Pokémon et leur permettre d’avancer. Harris, qui la connaissait mieux que personne à ce stade, déposa sa main sur son épaule.

- Tu devrais faire confiance à mes élèves, ils pourraient te surprendre.

- Oh, je n’ai aucun doute concernant le Rocabot et ton génie mais c’est plutôt Aléria chérie qui m’inquiète. De ce que j’ai pu voir pendant ses moments en ma compagnie, sa peur des Pokémon Spectre n’est pas une blague, j’espère qu’elle ne se laissera pas submerger.

- Les Pokémon à l’entrée de la tour ne sont que des programmes, je doute qu’Amaryllis puisse les utiliser pour nous éliminer. Cela lui demandait de changer intégralement la structure du jeu-vidéo. Les Pokémon ne sont pas censés pouvoir tuer les utilisateurs, autrement le jeu aurait du mal à se vendre une fois commercialisé, expliqua le détective.

- En effet, confirma calmement Minerva. Si Amaryllis a évolué bien plus que je ne le pensais pour tout ce qui est gestion de la mémoire, elle n’a pas les droits d’accès pour modifier notre projet à ce point-là. Modifier l’apparence physique de l’environnement reste de l’esthétique. N’oubliez pas que monsieur Kaminsky est à l’extérieur avec le reste de l’équipe technique pour surveiller le code.

Cela rassurait quelque peu Hildegarde. Si les Pokémon sauvages ne représentaient pas que des obstacles et avaient réellement la capacité de tuer alors elle n’aurait eu aucune hésitation à rester en arrière pour apporter son assistance. Elle avait un Tritosor après tout. Amaryllis se serait certainement lassée au bout d’un moment d’envoyer des programmes à leur rencontre et serait venue personnellement. Si tout allait bien, les trois élèves viendraient rapidement les rejoindre.

Une minute plus tard, le trio qui s’était échappé arriva enfin au sommet des escaliers. La pièce qui se trouvait là était absolument identique au hall d’entrée de forme circulaire sans pièce annexe où l’intelligence artificielle pouvait se cacher. Au fond de la salle était posé un immense écran d’ordinateur qui recouvrait presque tout le mur, accompagné par un clavier de proportions similaires. Il s’agissait bien du poste duquel Amaryllis contrôlait tout ce qui se passait dans le jeu.

- Il est temps d’en finir, vous ne pensez pas ?

Avant que l’un d’entre eux n’ait pu répondre à la nouvelle intervention de la voix d’Amaryllis, cette dernière fit aussitôt son apparition sur l’une des touches du clavier dans un flash de lumière. Assise en balançant ses jambes, Hildegarde n’eut aucune difficulté à l’identifier. Il s’agissait bien de la jeune fille qui était apparue lors de l’altération de ses souvenirs. Celle qui assurait qu’elle n’aurait rien à craindre et qu’elle s’occuperait maintenant de la protéger.

La petite fille aux longs cheveux blancs et noirs dévisagea les uns après les autres chacun des arrivants, en s’attardant quelques instants supplémentaires sur Hildegarde. Malgré son statut d’intelligence artificielle, elle affichait un grand sourire sur son visage d’enfant. Si la femme d’affaires n’était pas déjà au courant de sa véritable nature, elle aurait presque pu la confondre avec une réelle fille. Leur adversaire cessa de remuer ses jambes et se leva sur la touche du clavier où il était posé.

- Harris Elton. Minerva Hamilton. Je n’ai pas besoin de vous, décréta-t-elle. Pour protéger Hildegarde Linday, je vais devoir vous éliminer pour de bon. Et il en est de même pour Aléria Danelly, Shingo Soralia et Noctis Icelonne que vous avez laissé en retrait afin de retenir mes programmes.