Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 14:32
» Dernière mise à jour le 13/03/2019 à 14:32

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 38 : Un frère en détresse
- Edouard Keyton ne nous a pas prévenu à ce sujet. Non seulement son frère possédait de la technologie Cybérienne mais en plus, sa Codéwatch contenait un programme pirate provenant du Cercle des Proxys, déclara Eleonore Nakano, pensive.

- Oui, d’après les analyses des techniciens, il s’agit clairement d’un programme créé par ces maudits terroristes, confirma calmement Henry Linday en relevant ses lunettes carrées. Cela ne peut vouloir dire qu’une seule chose, Dennis Keyton a sûrement été en contact d’une manière ou d’une autre avec les Proxys.

Avec son supérieur parti pour récupérer son cadet, l’assistant-chef de la Sécurité se devait de présenter un rapport complet de la situation à la directrice. De nombreuses questions se posaient à présent autour d’Edouard Keyton. S’il ne faisait aucun doute que son frère agissait en solitaire, où se situait-il dans ce grand schéma des choses. Etait-il un allié du Cercle des Proxys ? Un ennemi ou un allié d’Axerola malgré leur combat féroce s’étant déroulé il y a peu ?

Si Dennis maîtrisait des applications Cybériennes, les événements survenus sur le circuit Haute-Vitesse confirmaient toutefois que la fameuse « justicière virtuelle » était toujours en possession de CE-01. Peut-être que l’équipe de Henry pourrait déceler des informations en étudiant le corps virtuel de Brave, placé en lieu sûr au sein du Réseau Codélia dans une zone pourvue de droits de modération, afin qu’un individu lambda ne puisse pas y pénétrer.

- Si l’on met de côté le fait que monsieur Keyton n’est pas capable de gérer sa propre famille, si on obtient la confirmation que son frère communiquait secrètement avec les Proxys, il s’agira alors d’un acte de haute trahison envers le Codélia Network Industries.

- Il se peut également qu’Axerola ait piégé Dennis Keyton afin que toutes les accusations se portent sur monsieur Keyton, envisagea l’assistant-chef.

- Brave est actuellement inconscient et sa présence sur la plateforme nous confirme que Dennis Keyton ne peut pas se réveiller. Nous ne pouvons rien confirmer sans son témoignage ou celui d’Axerola. Nous ne pouvons pas être naïfs et simplement accepter que monsieur Keyton soit la victime dans tout ceci, expliqua la directrice.

Le prochain conseil d’administration du CNI aurait lieu d’ici quelques jours seulement. Si le chef actuel de la Sécurité ne pouvait pas changer la donne en sa faveur d’ici là, il pouvait dire adieu à sa carrière au sein de l’entreprise. Mais dans l’état actuel des choses, selon Eleonore Nakano, il ne faisait aucun doute que se débarrasser d’Edouard Keyton restait la meilleure option. Elle avait très bien cerné son bras droit ainsi que ses ambitions.

Henry Linday ne faisait partie de la société que depuis environ six ans. Avoir accédé à son poste d’assistant-chef était déjà assez impressionnant mais cela ne lui suffisait plus. Un homme ayant soif de pouvoir. La directrice de la Sécurité savait qu’une telle personne serait facilement manipulable. L’avoir à la place d’Edouard Keyton, qui devenait de plus en plus gênant, serait optimal. Peut-être même que monsieur Linday se montrerait plus efficace dans la traque de l’entité Cybérienne numéro un.

- Où en est ce fameux projet d’intelligences artificielles capables de livrer des combats Pokémon ?

- L’équipe avance lentement à cause des opérations concernant Axerola, révéla l’assistant-chef. Monsieur Keyton a préféré laisser ces projets en suspens pour se consacrer à la capture de CE-01. Je pense procéder à une accélération du processus en demandant aux techniciens de se concentrer dessus, quitte à laisser l’entité Cybérienne de côté pour le moment.

- Axerola nous a montré avec cette histoire à propos de Brave qu’elle ne compte pas céder l’entité Cybérienne à qui que ce soit. Si nous voulons avoir le dernier mot, je rejoins votre point de vue. Augmenter notre puissance de frappe sera nécessaire, surtout si en plus d’Axerola nous devons avoir affaire à de puissants dresseurs parmi les Proxys.

Il s’agissait là d’un projet qu’Henry tenait sérieusement à concrétiser. Fonder une armée d’intelligences artificielles pouvant se battre sur le Réseau Codélia comme n’importe quel utilisateur en leur fournissant les Pokémon nécessaires. Bien sûr, son équipe ne pourrait jamais reproduire le niveau des entités Cybériennes, qui se comportaient comme des êtres humains, mais cela représenterait une sérieuse avancée pour le Codélia Network Industries.

Le bras droit d’Edouard Keyton se posait de nombreuses questions au sujet du Cybéria et de ce qui l’entourait. Cela partait des interrogations habituelles. Qui, comment, pourquoi ? Si l’actuel chef de la Sécurité ne pouvait pas le renseigner, il ne faisait aucun doute qu’Eléonore Nakano devait connaître tous les secrets derrière cette histoire. Quelle relation pouvait bien unir le Cybéria, Axerola, le CNI ainsi que le Cercle des Proxys ? Il mourait d’envie de découvrir le fin mot de l’histoire.

- A moins que monsieur Keyton ne revienne à nos locaux en possession de l’intelligence artificelle d’Axerola, vous deviendrez le prochain chef de la Sécurité à la suite du conseil d’administration. Si j’ai fait pression sur lui au sujet d’Axerola pour accélérer la passation de pouvoir entre vous deux, cela va sans dire que j’attends tout de même des résultats de votre part une fois que vous aurez pris sa place.

- Bien entendu. Je ferai en sorte de ne pas vous décevoir, madame Nakano. En mettant un terme à notre projet d’armée intelligence artificielles dresseuses Pokémon, je pourrais peut-être accélérer les choses concernant le cas d’Axerola !



***


- Vous pouvez garder la monnaie !

Charlotte Linday descendit de son taxi arrivé à destination après avoir délivré un billet supérieur à la somme demandée au conducteur du véhicule. Comme à son habitude, la demoiselle ne se préoccupait pas des problèmes d’argent. Et si Edouard Keyton l’invitait à le rejoindre pour une conversation, il se pouvait que cela ait un lien avec une mission à forte prime dont il ne pouvait pas parler librement par téléphone ou par message privé sur le Réseau Codélia.

L’après-midi était déjà bien entamée et Charlotte venait à peine de se rendre compte qu’elle n’avait pas pris la peine de déjeuner avant de quitter son manoir. Sa servante Lisa étant occupée par les corvées ménagères, elle n’avait pas souhaité demander à Kohaku de préparer le repas. Inutile de prendre le risque d’ingérer du cyanure ou autre substance toxique qu’elle aurait inséré dans la nourriture pour lui mettre la pression au sujet de son augmentation.

Comme si ses soucis d’estomac ne suffisait pas, la météo décidait également de s’en mêler. Le ciel couvert de nuages noirs menaçants avait décidé de délivrer une pluie torrentielle qui forçait Charlotte à utiliser son parapluie de secours pour ne pas finir trempée. La cyber-chasseuse pouvait apercevoir Edouard Keyton qui lui faisait un signe de la main depuis l’entrée de l’hôpital. Même si Charlotte ne le voyait pas bien à cause de la distance, l’employé du CNI semblait bien pâle.

- Me voici comme convenu, soupira-t-elle après l’avoir rejoint, secouant son parapluie. J’espère quand même que cela valait le coup que je me déplace avec ce temps…

- Nous serons plus à l’aise à l’intérieur pour discuter, Charlotte. Je vais te raconter plus en détail ce qui se passe depuis hier et pourquoi j’ai besoin de ton aide.

Une fois au sein de l’hôpital, l’aîné des Keyton profita du bruit ambiant afin d’entamer ses explications sans qu’une oreille indiscrète ne suive leur discussion. Il reconfirma que l’utilisateur Brave qui faisait tant parler de lui depuis la veille était bel et bien son petit frère. S’il n’avait pas pu avoir la confirmation auprès de Dennis, Edouard restait persuadé que la raison derrière ses agissements étaient liées à sa propre mission de capture de l’intelligence artificielle Cybérienne.

Charlotte écoutait attentivement ces propos, continuant de se demander en quoi cela pouvait bien la concerner. Si le chef de la Sécurité avait fait appel à ses services pour enquêter sur Axerola, il s’était toutefois abstenu de trop reposer sur les cyber-chasseurs lorsqu’il s’agissait de la capture de l’entité Cybérienne afin d’éviter que des secrets du CNI ne soient découverts. La demoiselle se doutait bien qu’on ne l’avait pas fait venir juste pour retrouver CE-01.

- L’avatar de Dennis n’a jamais quitté le Réseau Codélia, indiqua Edouard avec amertume pendant qu’ils traversaient le couloir menant à la salle d’opération. Et de ce fait, il ne s’est pas réveillé dans le monde réel. J’ai préféré qu’il soit rapidement pris en charge par une équipe médicale, nul ne sait ce qu’il pourrait advenir de son corps s’il devait rester dans cette situation pour une durée prolongée.

- Je n’ose pas imaginer… souffla la plus jeune des Linday, frissonnante. Dans cet état, il n’est pas capable de se sustenter, son corps va se dessécher ou un truc dans le genre…

En passant devant la vitre donnant sur la salle d’opération, Charlotte put apercevoir le malheureux jeune homme inconscient piégé dans son lit avec des électrodes sur le corps. Dotée d’une excellente mémoire, elle ne tarda pas à se rappeler l’avoir croisé brièvement quelques jours auparavant. Dennis se révélait être le garçon qui se trouvait en compagnie d’Aya lorsqu’elle s’était rendue à l’Université Vermillion pour rencontrer Axerola en personne.

Maintenant qu’elle le savait, l’intervention d’Elkira la veille lorsque Brave combattait ses sbires du Cercle des Proxys avait maintenant bien plus de sens. Sa petite protégée androïde avait-elle fini par développer des notions d’amitié au fil du temps ? Même si ce n’était pas le sujet du jour, elle gardait constamment dans un coin de sa tête le problème auquel Aya faisait face à cause du virus informatique ayant infecté son disque dur, elle ne manquerait pas de lui passer un coup de fil plus tard.

- Venons en fait, déclara-t-elle en s’essayant sur l’une des chaises alignées contre la paroi du couloir. Tu ne m’as pas simplement fait venir ici pour discuter de ton frère, pas vrai ?

- En effet, confirma Edouard en croisant les bras. A cause de mon incompétence concernant la capture de CE-01 ainsi que les accusations à mon égard créées à cause de Dennis, je vais perdre mon poste au CNI dès le prochain conseil d’administration. Ils mettront ton frère Henry à ma place. Et nul doute qu’ils feront passer la capture de CE-01 au second plan pour se consacrer au projet de dresseurs Pokémon IAs, je ne suis pas dupe.

- Tiens, je n’étais pas au courant de l’existence de ce projet, avoua Charlotte avec un sourire malicieux, ne réagissant même pas à la mention de Henry. Tu peux m’en dire davantage ?

- Ce n’est pas le sujet, on y reviendra une autre fois. Si je me fiche de ce qui peut m’arriver, je m’inquiète pour Dennis. Dans l’état actuel des choses, il ne se réveillera pas. Je sais que mon équipe de techniciens est compétente mais je ne peux pas confirmer qu’ils trouveront un moyen de briser le programme qui enferme Dennis sur le Réseau Codélia.

L’homme aux lunettes carrées se doutait bien que mentionner un projet non rendu public auprès d’une personne aussi curieuse que Charlotte allait entraîner ce genre de réactions. Il aurait sûrement tenu sa langue dans d’autres circonstances mais son affiliation avec le Codélia Network Industries prendrait fin d’ici quelques jours. Si la cyber-chasseuse voulait fouiner de son côté pour en savoir plus à ce propos, libre à elle de le faire. Ce ne serait pas lui qui l’en empêcherait.

Si Edouard ne l’avait pas encore formulé clairement, Charlotte comprenait à présent ce qu’il attendait d’elle. Comme la brunette s’en était doutée, le futur employé licencié du CNI souhaitait de l’assistance concernant son petit frère. La demoiselle ne se révélait pas vraiment experte en amour fraternel. Elle-même n’entretenait pas vraiment une excellente relation avec ses trois frères et sœurs, n’ayant plus le moindre contact avec aucun d’entre eux.

- Je sais que tu ne dévoiles jamais les véritables identités des utilisateurs mais je tiens à le savoir. Lorsque je t’ai demandé d’enquêter sur Axerola, est-ce que tu es allée jusqu’à la retrouver dans le monde réel ? demanda alors Edouard, anxieux à l’idée de découvrir la réponse.

- Que cela soit le cas ou non, rien ne change vraiment. C’est regrettable pour Dennis mais je ne peux pas divulguer comme ça ce genre d’informations, c’est contraire à mes principes.

Il préféra ne pas insister, sachant pertinemment que Charlotte serait intraitable sur la question. Elle n’aurait cependant pas répondu de la sorte si elle ignorait l’identité d’Axerola. Même s’il ignorait comment elle avait bien pu s’y prendre pour la découvrir, la cyber-chasseuse demeurait sa seule chance de pouvoir sauver son frère cadet. Que ce soit au sein du Réseau Codélia ou dans le monde réel, il fallait absolument qu’il fasse la rencontre de la concernée au plus vite.

- Seule Axerola sait ce qui est arrivé à Dennis. Je ne peux pas dire si elle est responsable ou non sans une preuve mais il se peut qu’elle sache comment s’y prendre pour résoudre le problème. Je t’en prie Charlotte, tu es mon seul espoir…

La concernée lâcha un long soupir et croisa les bras à son tour. Elle tentait de réfléchir rapidement à un moyen d’apporter son aide à Edouard sans pour autant trahir l’intimité d’Axerola. Après tout, la jeune femme avait promis à Tsubasa que sa découverte resterait secrète parce qu’elle souhaitait que le Cercle des Proxys soit écarté au plus vite. Son opinion restait inchangée et si elle accordait sa confiance à Edouard, peut-être qu’il utiliserait cette information pour récupérer sa place au CNI après le sauvetage de Dennis.

Tout ce que Charlotte pouvait promettre était d’envoyer un message à Axerola pour lui proposer une rencontre, sûrement sur le Réseau Codélia afin de la préserver. Mais avec la prudence dont faisait preuve la « justicière virtuelle », il y avait tout de même de fortes chances qu’elle refuse de se montrer. Elle pourrait tout de même se faire attaquer par un membre des Proxys ou toute autre personne souhaitant s’emparer de CE-01.

- Je suis toujours le chef de la Sécurité, rappela Edouard. Je peux utiliser mes droits de modération pour bloquer une zone et nous permettre de discuter en toute discrétion, Axerola n’aura rien à craindre. D’autant plus que rien ne la force à emporter l’entité Cybérienne avec elle pour me rencontrer.

- Très bien, je tâcherai de lui faire passer le message, annonça calmement Charlotte après un instant de réflexion. Mais je tiens tout de même à te prévenir que si elle ne me répond pas ou refuse, je ne pourrai pas t’aider davantage. D’autant plus que je risque de me montrer très occupée si je dois me renseigner pour mon propre compte sur cette histoire de dresseurs Pokémon IAs, n’est-ce pas ?

Si Charlotte semblait passer pour une personne désintéressée vis-à-vis de Dennis, il n’en était rien. Pour connaître un minimum Tsubasa, elle savait juste que cette dernière n’aurait jamais créé un tel programme qui mettrait en danger la vie d’autrui. Cette entrevue qu’Edouard voulait mener avec elle ne permettrait pas de sauver Dennis. Cela pourrait au moins rassurer l’employé du CNI sur l’innocence de la « justicière virtuelle » dans cette affaire.



***


- Je me doutais bien que tu continuerais tes manigances après le Festival Numérique, je t’avais pourtant prévenu de faire attention. Tu vas bien au moins ?

Une fois déconnectée à contrecœur de la plateforme, Tsubasa avait dû rapidement quitter le cybercafé avec son professeur d’informatique, laissant Dennis sur place. Madame Victoria s’était apparemment servie du portable du garçon afin d’appeler Edouard Keyton et lui donner la localisation du malheureux afin qu’il puisse venir le récupérer par lui-même. Alors que la femme blonde prenait les commandes de son camping-car pour rallier son parking privilégié, la brunette recevait un appel entrant.

Sa surprise fut absente en lisant le nom de Stella Wilson sur l’écran de l’appareil. Sa tutrice se trouvait au siège de son travail en ce moment-même, un affrontement d’Axerola sur le circuit Haute-Vitesse n’aurait jamais pu échapper à sa vigilance. Prête à se faire réprimander par la journaliste, Tsubasa était partie s’asseoir à l’arrière du véhicule, devant les ordinateurs qui affichaient diverses zones du Réseau Codélia, afin de pouvoir répondre à l’appel.

- Oui… je vais bien, répondit-elle simplement, se sentant mal à l’aise à cause de l’angoisse clairement perceptible dans le ton de son interlocutrice. Je ne voulais pas t’inquié…

- Tsubasa, je suis responsable de toi. Bien sûr que je m’inquiète. En permanence d’ailleurs. Imagine que tu aies une crise à un moment où je ne suis pas là pour te venir en aide ! Tu ne seras probablement jamais une personne comme les autres à cause de cet incident passé, tu le sais bien.

Si le rythme de ses crises nocturnes avait accéléré suite à la révélation de l’existence du Cercle des Proxys, il s’en était toutefois retrouvé diminué depuis les événements du Festival Numérique. Peut-être cela avait-il un lien avec le fait que Tsubasa dispose enfin des bonnes cartes pour avancer dans son investigation de l’Incident Effacé après toutes ces semaines à faire chou blanc. Il était également possible que la raison du phénomène se trouve ailleurs, la présence de Cyby pouvait y être pour quelque chose.

La jeune fille n’aurait pas pu rêver avoir une meilleure tutrice que Stella. Elles se connaissaient depuis l’orphelinat qu’elle avait rejoint une fois sauvée de cette affaire. Son statut de journaliste pouvait lui permettre bien des choses, notamment révéler l’identité d’Axerola au grand jour ce qui aurait certainement gravement compliqué ses actions. Une chance qu’elle faisait passer Tsubasa avant son propre travail même si leur situation financière n’était pas toujours des plus favorables.

- Je n’ai pas vécu l’Incident Effacé, rappela Stella. Il y a des choses que je ne peux pas comprendre même si tu me les racontes, c’est normal. D’accord, tu veux savoir comment et pourquoi tu t’es retrouvée embarquée dans cette histoire mais fais tout de même attention.

- Brave est Dennis. Je ne sais pas vraiment ce qui lui est arrivé pendant notre combat mais je ne m’y attendais clairement pas en acceptant de l’affronter, expliqua Tsubasa en prêtant attention au choix de ses mots. Je te promets de me montrer prudente mais je n’ai jamais été aussi proche de découvrir la vérité. J’ai même trouvé une alliée inestimable qui m’aide dans cette tâche.

- J’adorerais que tu laisses tomber et retourne à un quotidien des plus ordinaires, tu le sais bien, avoua la journaliste d’un ton las. Je ne vais pas m’interposer dans tes petites manigances mais s’il te plaît, ne me fais pas de cachotteries. Quand nous serons toutes les deux à la maison, tu me parleras un petit peu de ce qui se passe de ton point de vue ces derniers temps.

Même s’il n’y avait aucun risque que Stella divulgue les informations, lui dévoiler son partenariat avec Victoria Viltrust ou l’existence de Cyby la dérangeait quand même. Mais d’un autre côté, elle ne souhaitait pas lui mentir pour autant. La brunette ne manquerait pas d’en toucher deux mots à son institutrice pour qu’elles élaborent ensemble une version édulcorée qui suffira pour rassurer Stella au niveau des événements actuels.

Après lui avoir assuré une nouvelle fois qu’elle ne se mettrait pas en danger, Tsubasa mit fin à la conversation avec sa tutrice. Lâchant alors un soupir, elle ne put s’empêcher de penser à Dennis. Son camarade de classe devait avoir été récupéré par son frère à présent. Avait-il fini par reprendre connaissance ? La jeune fille espérait vivement que ce soit le cas, elle ne voulait pas avoir à se soucier de l’état de son ami en plus du reste.