Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 14:27
» Dernière mise à jour le 13/03/2019 à 14:27

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 36 : Le dernier recours
- Bonus Codélien vers la réunion des embranchements. Si tu te débrouilles correctement, tu as une chance de le récupérer avant lui.

Tsubasa ne pouvait pas s’empêcher de penser à l’avertissement délivré par Cyby peu de temps auparavant. Un programme néfaste se trouvait en ce moment dans la Codéwatch de Dennis à son insu. Un programme autre que celui capable de récolter les Cybéri-attaques transmis secrètement par l’intelligence artificielle. Seuls les programmeurs du Cercle des Proxys s’amusaient à créer ce genre de virus, ils étaient certainement l’origine du phénomène.

La jeune fille craignait que ce programme mystérieux ait des conséquences sur la santé de son ami. S’il ne risquait sûrement pas sa vie, cela pourrait entraîner des séquelles mentales terribles. Il suffisait de voir ce qui était arrivé à Héléna Viltrust pour se rendre compte qu’il ne fallait pas plaisanter avec la sécurité virtuelle sur le Réseau Codélia. Afin de calmer le jeu, Tsubasa comptait bien remporter la victoire le plus rapidement possible avant que Dennis ne commette un impair.

Elle n’aurait su dire si Cyby s’était rendu compte de l’anomalie immédiatement ou seulement après un certain temps passé sur le circuit Haute-Vitesse en compagnie de Dennis. Si Tsubasa avait appris l’existence du problème dès le départ, elle ne se serait pas isolée et aurait poursuivi son adversaire sur le même embranchement, quitte à ce que ce dernier continue de la bloquer à chaque tentative de récupération de la Cybéri-attaque. Ce temps de séparation risquait de permettre au garçon de découvrir le virus.

Suivant les conseils de l’envoyé Cybérien, Tsubasa plongea vers l’avant dès que les deux chemins se croisèrent afin de récupérer la sphère lumineuse qui flottait dans les airs. Au préalable, la brunette avait conseillé à Roussil de lancer Psyko sur elle afin de la faire retourner à sa planche sans encombres par la suite. Recevoir une défaite immédiate en tombant sur le circuit Haute-Vitesse ne faisait pas partie des projets, surtout pas lors d’un combat tel que celui-ci.

- Alors ? demanda Dennis, nullement inquiet. Qu’est-ce que te donne ce bonus ?

- Je n’ai pas besoin de te le dire, tu le découvriras bien assez tôt ! répliqua Tsubasa, bien déterminée à ne pas dévoiler toutes les cartes à sa disposition.

- Je vois… comprit-t-il, déçu. De toute manière, je ne pense pas que cela suffise pour venir à bout de mon arsenal de Cybéri-attaques. Tu as certainement profité de ton isolement pour faire le transfert, tu ne me surprendras pas avec ça. Tu n’en as qu’une seule alors que pour ma part, j’ai l’embarras du choix.

En réalité, Tsubasa bluffait vis-à-vis de son bonus Codélien mais ne souhaitait pas donner l’impression à Dennis que la victoire lui était déjà donnée. Il s’agissait d’une altération de type pour une capacité lancée qu’elle pouvait utiliser quand bon lui semblerait. Comme le Blizzi adverse était soumis aux effets de la Cybéri-attaque Cryptage Typé, il disposait pour le moment du type Normal. Type qui ne disposait que d’une seule faiblesse connue.

Ne pouvant pas savoir quand le garçon repasserait à l’offensive, Tsubasa essayait de réfléchir à toute vitesse. Si elle utilisait son bonus Codélien pour transformer Nitrocharge en capacité de type Combat, elle pourrait peut-être prendre l’avantage. Même si Dennis retirait Cryptage Typé avant l’encaissement des dommages, Blizzi restait vulnérable à cause de son type Glace naturel. La jeune fille ne pouvait donc qu’espérer qu’il n’ait pas un contre pour cette situation.

Ce qu’elle ignorait en revanche, c’était que Dennis bluffait également. Comme elle-même ne baignait dans le monde des Cybéri-attaque que depuis peu de temps, elle n’avait pas encore pu se pencher sur la capacité de stockage de ces facultés spéciales. Seulement cinq pouvaient être conservées à la fois, en acquérir une nouvelle nécessitant alors de remplacer une autre. Son camarade de classe allait très vite se retrouver à court d’option vu que chacune d’entre elle ne pouvait servir qu’une fois par combat.

- Tu es vraiment certain de vouloir continuer ? questionna Tsubasa en levant sa planche afin de ralentir et se placer au niveau de son ami. On devrait mettre fin à cette querelle stupide et chercher une solution calmement, tu ne crois pas ?

- Tu comptes me reposer la question toutes les cinq minutes ? riposta Dennis avec une pointe d’agacement. Ma réponse ne changera pas même à la centième fois. On n’en terminera au moment où tu me céderas ton intelligence artificielle. Que ce soit de gré ou de force.

- L’impression que je m’étais faite de lui à l’université n’était pas celle d’un garçon aussi borné, nota Cyby. Si j’avais su, j’y aurais réfléchi à deux fois avant de lui céder le programme. J’aurais peut-être dû le donner à cette femme qui est venue nous voir à l’établissement l’autre jour…

Tsubasa frissonna rien que d’y penser. Elle préférait ne pas trop se pencher sur la tournure qu’auraient pris les événements si la cyber-chasseuse Charlotte Linday venait à acquérir l’utilisation des Cybéri-attaques. Elle aurait sûrement revendu le programme au CNI pour un prix astronomique. Et la brunette savait que l’entreprise possédait des relations avec le numéro un du classement général. Si un Cataclysme armé de la technologie Cybérienne se mettait en travers de sa route, elle pouvait tout aussi bien abandonner.

Irrité, Dennis décida de mettre un terme immédiat à la conversation et ordonna à Blizzi de se servir de Laser-Glace. Si le Pokémon Arbregelé ne se fit pas prier, Tsubasa et Roussil réagirent presque immédiatement, esquivant le rayon givré grâce à une habile pirouette. Profitant de cette ouverture, la jeune fille répliqua grâce à Nitrocharge et activa aussitôt son bonus Codélien pour changer le type de l’offensive sur l’unique faiblesse du type Normal.

Si Dennis disposait d’une Cybéri-attaque pour transférer les améliorations de statistiques du Pokémon adversaire sur le sien, il s’en était toutefois servi plus tôt dans la confrontation. Il ne pouvait donc plus empêcher le Pokémon Renard de devenir de plus en plus véloce grâce à Nitrocharge. Son adversaire déjà très rapide, Blizzi n’eut pas le temps de se rendre compte de ce qui se passait avant de se faire frapper de plein fouet par l’offensive, se frappant contre la paroi invisible droite du circuit Haute-Vitesse suite à l’impact.

- Blizzi, est-ce que ça va ? s’inquiéta Dennis alors que son partenaire se remettait de ses émotions.

Pour la première fois depuis le lancement de la bataille, le jeune homme commençait à douter de ses chances de victoire. Si le Pokémon Arbregelé témoignait d’une grande endurance, un assaut comme celui-ci laissait de lourds dommages. Si cela se répétait encore, nul doute que Blizzi devrait s’avouer vaincu malgré sa bonne volonté. Sans parler du fait que Tsubasa avait encore en réserve la Cybéri-attaque qu’elle avait récupéré peu avant, il craignait le pire à ce sujet.

Un peu perdu, Dennis commença à consulter sa liste de Cybéri-attaques restantes dans l’espoir d’avoir une illumination. S’il perdait maintenant, comment pourrait-il regarder son frère en face après être allé aussi loin pour lui sans le moindre résultat ? Ce fut là qu’il remarqua quelque chose d’étrange. Lui qui ne pouvait stocker que cinq Cybéri-attaques venait de remarquer la présence d’une sixième qui ne devrait pas être là. Trop concentré sur le combat en lui-même, il ne s’en était pas rendu compte jusque-là.

- Il n’y a même pas de nom… songea-t-il, accélérant pour ne pas montrer son visage perplexe à Tsubasa. Est-ce que cela a toujours été là ? Je n’arrive même plus à me souvenir. Même en tentant d’afficher les effets, je n’obtiens aucune information… dois-je prendre le risque ?

Avec cette Nitrocharge aidée par le bonus Codélien, son amie venait vraiment de frapper un grand coup, ruinant une bonne partie de la confiance en soi du jeune homme. Ce dernier jeta un coup d’œil rapide à son Blizzi qui flottait à ses côtés. Le Pokémon Plante et Glace, bien que montrant des signes de fatigue, restait bien téméraire malgré la douleur. Il ne souhaitait pas faire honte à son dresseur qui avait plus que tout besoin de cette victoire face à Axerola.

Dos au mur, Dennis décida de tenter le tout pour le tout. Cette Cybéri-attaque cachée pouvait parfaitement être la clé qui lui permettrait de mettre un terme à ce combat, récupérer l’intelligence artificielle et montrer à son frère qu’il pouvait l’aider dans sa mission pour le CNI. Sa main tremblante, il pressa le bouton sur l’écran de sa Codéwatch, mettant ainsi fin à Cryptage Typé qui accordait le type Normal à Blizzi depuis plusieurs minutes. Le moment de vérité était arrivé.

- Dennis ? intervint Tsubasa à l’arrière, remarquant que son opposant s’était brusquement dressé comme un pic, comme si quelqu’un lui avait glissé des glaçons dans le col de sa veste. Tout va bien ?

- Je crois qu’on va avoir des problèmes, déclara Cyby. Le programme néfaste de sa Codéwatch que j’avais détecté vient de se mettre en marche. Il pourrait arriver quelque chose de grave à Dennis.

- Ne me dis pas que… balbutia la jeune fille, relevant ses lunettes d’aviatrice avec effroi.

Plaquant ses mains contre son visage, le garçon poussa un hurlement de douleur inquiétant. Sans perdre une seconde, Tsubasa accéléra pour se remettre à portée de son camarade et tenter de voir ce qui n’allait pas. Malheureusement pour elle, ce dernier la repoussa d’un geste, manquant de la faire tomber de sa planche avant qu’elle ne retrouve le contrôle. Lorsque les hurlements cessèrent, un lourd silence s’installa durant lequel elle pouvait entendre les battements de son cœur. Quelque chose n’allait pas.

Avant qu’elle n’ait pu refaire une approche, Dennis posa un genou à terre. Même son Blizzi demeurait dans l’incompréhension et espérait que son dresseur n’avait aucun problème. Lorsque le jeune homme se releva complètement, il tourna la tête en direction d’Axerola. Son visage était déformé par la douleur, chose impossible sur le Réseau Codélia où il n’était normalement pas possible de souffrir, surtout quand l’algorithme de la plateforme protégeait les utilisateurs des attaques lancées par les Pokémon.

- La déconnexion forcée ne fonctionne pas, signala Victoria qui venait de rallumer le micro de son casque. Dennis est coincé sur le Réseau Codélia, je n’arrive pas à comprendre ce qui se passe avec son avatar mais j’ai comme l’impression qu’il en a perdu le contrôle.

- Ce n’est pas bon. Si le programme n’est pas stoppé rapidement, il est possible que Dennis subisse des dégâts mentaux irréparables, renchérit Cyby. Miss Axerola, il faut le battre au plus vite et quitter le circuit pour que je puisse l’étudier correctement et peut-être mettre fin au processus. Je ne sais pas si j’en ai les capacités mais ça ne coûte rien d’essayer.

- Dennis, qu’est-ce qui a bien pu se passer… murmura Tsubasa en serrant le poing. Dans ce cas, on va mettre les bouchées doubles. Roussil, nous n’avons pas le temps de nous reposer.

Le Pokémon Feu acquiesça d’un signe de tête, montrant qu’il cernait la gravité de la situation. Lui-même avait côtoyé Dennis pendant plusieurs années, alors qu’il n’était qu’un petit Feunnec. Même si le jeune homme avait continué de multiplier les mauvais choix récemment, il restait le meilleur ami de sa dresseuse. S’il pouvait contribuer à le sauver de ce programme néfaste alors il n’hésiterait pas un seul instant. Le temps leur était compté après tout.



***


- Je vous demande pardon ?

- Tu m’as très bien entendu, Henry. Il faut couper immédiatement les connexions au Réseau Codélia, répéta Edouard, l’inquiétude clairement discernable dans le ton de sa voix.

- Vous vous rendez compte que des centaines de milliers d’utilisateurs sont connectés en ce moment même et qu’ils seraient tous brutalement ramenés à la réalité, nous ne pouvons pas nous le permettre. Je ne sais pas ce qui arrive à votre frère mais je refuse que notre équipe accepte votre demande, expliqua calmement son bras droit.

Le chef de la Sécurité savait que cette journée serait décisive pour son avenir. D’ici peu de temps, sa supérieure hiérarchique Eleonore Nakano l’appellerait pour une entrevue au sujet du lien de sa famille avec CE-01. Une entrevue qui déciderait de son futur au sein du CNI bien que madame Nakano ait clairement stipulé qu’il était déjà trop tard. A son grand regret, Edouard n’était pas parvenu à contacter son petit frère pour obtenir des explications et maintenant, Dennis se trouvait sur le Réseau Codélia.

Axerola avait fait preuve d’une discrétion remarquable depuis les événements du Festival Numérique. La personne qui s’était montrée pour combattre Cataclysme sous les traits de la demoiselle fut un imposteur, bien que l’équipe de techniciens d’Edouard n’ait pas eu le temps de briser le programme mis en place afin d’obtenir le véritable pseudonyme de cette personne. La détentrice de CE-01 n’avait effectué aucune connexion sur la plateforme depuis les déboires avec le Proxy Ethergeist.

Les tentatives de déconnexion à distance de Brave effectuées par son équipe provoquaient des erreurs systèmes à cause du programme néfaste de la Codéwatch qui interférait avec les manœuvres. Edouard avait donc pensé à forcer une maintenance du Codélia afin de ramener son frère à la réalité. En temps normal, les maintenances étaient annoncées au moins une semaine à l’avance afin que l’intégralité des utilisateurs récurrents soient mis au courant. En appliquer une sans prévenir allait provoquer le chaos.

- Si vous souhaitez aider votre frère, il va falloir qu’il quitte le circuit Haute-Vitesse pour que nous puissions l’étudier. Et de ce que j’ai l’air de voir, il a l’air très content de pouvoir poursuivre son combat contre Axerola, nota Henry Linday en reportant son regard vers l’écran filmant la branche du circuit.

Effectivement, Brave semblait s’être rapidement repris après la crise provoquée par le programme. Si son visage resté distordu par la douleur, il avait repris le combat avec un style bien plus brutal qu’auparavant. A en voir son Blizzi, même lui ne comprenait pas le changement drastique de comportement chez son dresseur. Edouard imaginait toujours le pire dénouement possible, qu’allait-il se passer si jamais son petit frère remportait la victoire ? Pourrait-il se déconnecter et rétablir son avatar infecté ?

Il ne restait plus qu’une seule alternative pour le chef de la Sécurité. Se rendre dans le bureau d’Eléonore Nakano pour la supplier d’accepter de faire passer le Codélia en maintenance quelques instants. Même s’il restait techniquement plus gradé que Henry, ce dernier avait autant d’autorité sur les techniciens que lui. Et visiblement, ils s’accordaient tous à l’opinion du bras droit. Une maintenance ferait perdre beaucoup d’argent à l’entreprise et ils craignaient pour leur poste. Edouard ne pouvait pas leur en vouloir.

- Mon téléphone sonne, remarqua-t-il en reconnaissant la sonnerie qui retentissait. Nous reprendrons cette conversation un peu plus tard Henry.

Son plan de visite auprès de la directrice de Sécurité mis à mal, Edouard quitta la salle afin de rejoindre le couloir désert et prendre l’appel. Il ne comprenait pas qui pouvait bien l’appeler maintenant, sa réunion en compagnie de madame Nakano étant programmée pour l’après-midi. Pensant se retrouver à converser avec Charlotte Linday, il fut surpris de noter qu’il s’agissait de Dennis. Il comprit immédiatement qu’il s’agissait de quelqu’un d’autre, le concerné ne pouvant pas utiliser son téléphone pour le moment.

- A qui ai-je l’honneur ? demanda-t-il avec prudence en acceptant l’appel.

- Je vais aller à l’essentiel. Dennis Keyton se trouve actuellement dans le cybercafé NetMania du secteur quatre. La déconnexion forcée ne fonctionne pas. Maintenant qu’il a été infecté par un étrange virus, je doute qu’il puisse quitter le Codélia par lui-même, je vous conseille de venir chercher son corps pour le mettre en sûreté.

Edouard sentit son cœur manquer un battement. Le cybercafé NetMania ? Lui qui pensait que son frère cadet se trouvait à la maison en ce dimanche matin n’avait pas envisagé le cas où il se serait rendu ailleurs pour se connecter à la plateforme. Effectivement, laisser Dennis inconscient dans un lieu public risquait de créer des problèmes. Mais pouvait-il faire confiance à une personne qu’il ne connaissait pas et qui ne lui donnait pas son identité ?

Stressé par la situation, le chef de la Sécurité ne pensa même pas à demander à cette personne inconnue comment elle pouvait assimiler Dennis à l’utilisateur Brave qui combattait Axerola en ce moment même sur la plateforme. Il ne pouvait pas s’agir non plus d’Axerola elle-même, cette dernière n’ayant pas quitté le Réseau Codélia aux dernières nouvelles. Un peu naïf, Edouard ne doutait même pas des propos de ce mystérieux interlocuteur.

- Puis-je savoir à qui ai-je l’honneur ? insista-t-il. Si vous dites vraiment la vérité, il faudra que je vous remercie de m’avoir indiqué la localisation de Dennis.

- Je ne peux pas répondre à cette question, monsieur Keyton. Estimez-vous déjà heureux que j’ai eu la décence de fouiller le téléphone portable de votre frère à la recherche d’un membre de sa famille. Mes compétences s’arrêtent là et il est évident que je ne serai plus présente dans le cybercafé quand vous passerez récupérer Dennis.

La personne à l’autre bout du fil était une femme sûrement adulte qui forçait apparemment sur sa voix pour la rendre différente de l’habituelle. Edouard ressentait étrangement une certaine familiarité avec elle, sans toutefois se souvenir du lieu ou de l’instant où il pourrait avoir rencontré cette demoiselle auparavant. Quand il commença à reprendre ses moyens et à poser d’autres questions sur la situation, il se fit raccrocher au nez sans préavis.

Edouard aurait voulu savoir si Axerola se trouvait également à l’intérieur de ce cybercafé. Sans parler de la relation qui unissait cette femme à son frère. Elle le connaissait personnellement, il s’agissait d’une évidence. Avant de partir en catastrophe de l’entreprise, le chef de la Sécurité tenait à obtenir une confirmation des propos de cette inconnue. Retournant dans la salle technique, il interrogea aussitôt un technicien au sujet du lieu de connexion de Dennis. Une donnée détenue uniquement par le CNI.

- L’information n’existe plus sur le profil d’Axerola. En revanche, Dennis Keyton s’est rendu sur le Réseau Codélia depuis un cybercafé appelé NetMania, indiqua l’employé. Il se trouve dans l’une des avenues industrielles du secteur quatre.

- C’était donc vrai… murmura Edouard sur un niveau sonore presque inaudible.

Il ne saurait peut-être jamais qui venait de discuter avec lui l’espace de quelques secondes mais il ne pourrait jamais assez la remercier pour son intervention. Sans cet appel, Edouard aurait continué de penser que son cadet était au domicile, ce qui lui aurait fait perdre un temps précieux. Maintenant, il pourrait aller le chercher et en profiterait pour l’interroger au sujet de la situation une fois qu’il aurait rallié le monde réel. Mais au moment où il se rendait à nouveau vers la sortie, son bras droit s’interposa.

- Je peux savoir où vous compter aller monsieur Keyton ? souffla Henry en relevant ses lunettes carrées. Vous n’avez pas d’appel téléphonique en attente cette fois-ci, vous ne pensez tout de même pas déserter votre poste alors que nous avons besoin de votre présence ici ? Sans parler de votre entrevue avec madame Nakano, le renvoi ne sera pas qu’une éventualité.

- Désolé Henry mais il s’agit de mon frère. Ma famille passera toujours avant le travail. Je préviendrai madame Nakano de mon absence pour reporter notre réunion. De toute manière, je sais déjà que tu vas hériter de ma place au CNI très bientôt si je ne récupère pas CE-01 dans les plus brefs délais. Sois heureux, tu vas obtenir une promotion. C’est ce que tu voulais, pas vrai ?

- En effet, confirma l’assistant-chef. Je convoitais votre poste mais je pensais l’obtenir après une promotion de votre part. C’est bien dommage que les événements aient pris une telle tournure.

Il laissa passer Edouard qui ne perdit pas une seconde pour quitter la pièce. Indiquant à son équipe qu’il se rendait dans son bureau personnel pendant un moment, Henry Linday ne tarda pas à s’absenter à son tour. Il comptait bien prévenir madame Nakano du départ de son chef en pleine heure de travail, surtout quand leur cible Axerola était connectée sur le Réseau Codélia. L’homme brun jubilait déjà à l’idée de devenir le prochain chef de la Sécurité.