Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 14:18
» Dernière mise à jour le 13/03/2019 à 14:18

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 32 : Croiser le fer
Dennis était encore sous le choc. Tous les événements s’enchaînaient à une telle vitesse qu’il éprouvait de plus en plus de difficultés à suivre. Pour lui, seulement quelques secondes s’étaient écoulées entre sa victoire sur le circuit contre le Proxy possédant un Ténéfix et l’arrivée surprise d’Elkira pour le tirer d’affaire. Avant qu’il n’ait pu pleinement se rendre compte de la gravité de la situation, il avait déjà rallié le monde réel malgré lui.

Son cœur battait toujours trop intensément à cause de sa discussion avec la mystérieuse et dérangeante ARiSa. Il transpirait, respirait bruyamment et son premier réflexe une fois de retour dans sa chambre fut de rallumer l’écran de son ordinateur pour surveiller ce qui se passait à présent. Une fois qu’il se serait calmé, il ne manquerait pas de retourner illico au sein du Réseau Codélia. Ce combat contre les Proxys était le sien, pas celui d’Aya. Il ne souhaitait pas qu’elle se mette en danger pour le protéger.

Trop concentré sur la diffusion montrant Elkira et ARiSa, toutes deux ayant leurs Pokéball à la main, Dennis n’entendit pas la porte d’entrée de sa demeure s’ouvrir avec fracas. Ce ne fut que lorsque celle de sa propre chambre suivit dans le mouvement qu’il se rendit compte qu’il n’était plus tout seul chez lui. Comme son frère aîné ne devait pas rentrer ce soir, cela ne pouvait être qu’une seule autre personne. Ce fut pourquoi sa surprise n’atteignit pas des sommets lorsque son regard croisa celui de Tsubasa.

La brunette, éreintée suite à sa course effrénée pour rallier cet endroit, tâchait de reprendre son souffle. Dennis nota tout de même que le soulagement se lisait aisément sur son visage. Loin d’être dupe, il se doutait bien que la raison de sa venue était pour le déconnecter de force. Son passage sur le circuit Haute-Vitesse pour combattre certains Proxys n’avait pas pu passer inaperçu, surtout à cause du programme de manteau utilisé par les cyber-terroristes qui les faisaient grandement se démarquer par rapport aux autres.

- Tu es un abruti ! s’exclama alors Tsubasa sans prendre la peine de le saluer. Qu’est-ce qui te prend d’aller affronter ces gens-là directement ? Moi qui te croyais bien en sécurité à l’écart de cette histoire, imagine ma surprise quand j’apprends que tu es en tête à tête avec une tueuse en série !

- Tueuse en série… murmura Dennis, perplexe.

Il comprit assez vite qu’elle parlait de cette ARiSA et ne tarda pas à recoller les morceaux entre eux. La raison pour laquelle cette fille étrange lui avait semblé familière était finalement toute simple. Arisa Harriet, cette jeune adulte recherchée par tous les services de police pour meurtre. Il avait dû voir un reportage la concernant à la télévision auparavant sans vraiment s’y intéresser. Maintenant qu’il se rendait pleinement compte de la dangerosité de cette demoiselle, il ne put retenir un frisson.

Alphamarie n’était donc pas un cas isolé dans la carrière d’Arisa Harriet. Peut-être même qu’il s’agissait du cas le plus chanceux, la pauvre victime étant encore vivante. S’il se trouvait actuellement en sécurité, la tueuse connaissait à présent son identité et n’aurait sûrement aucun mal à retrouver son adresse à partir de cette information. Le jeune homme risquait bien de recevoir la visite d’une meurtrière qui pourrait le découper comme un simple morceau de viande.

- Tsubasa… je crois que je viens de faire une grosse bêtise, souffla-t-il en se rendant compte peu à peu des conséquences de ses actes.

- Tu n’imagines pas à quel point ! Tu n’y connais rien en informatique, bien sûr que des gens qui s’y connaissent peuvent retrouver ton identité à partir de ton profil si tu ne te protège pas correctement, à quoi tu t’attendais ? En plus, comme nous sommes voisins, tu pourrais bien me mettre en danger. Je t’ai pourtant bien dit l’autre jour que tu n’avais pas besoin de te préoccuper de ça.

Dennis était allé plus vite que la musique et devait maintenant en assumer les conséquences. S’inquiétant pour son frère, il voulait le tirer rapidement de cette situation mais ne s’était pas penché sur le côté « hacking » de l’histoire. Mais avec le recul, il maudissait maintenant sa stupidité. Les gens normaux comme lui n'allaient pas plus loin que le pseudonyme après la lecture d’un profil mais ce n’était pas le cas des factions s’affrontant dans cette guerre virtuelle.

A l’heure actuelle, le Cercle des Proxys et le Codélia Network Industries devaient être au courant que Brave, alias Dennis Keyton, était un utilisateur de technologie Cybérienne. Un simple coup d’œil à sa Codéwatch lui apprit la réception de divers appels provenant de son frère aîné, qui cherchait sûrement à obtenir des explications. Trop optimiste, Dennis espérait en terminer suffisamment vite pour pouvoir lui remettre l’IA de Tsubasa sans encombres. Mais comment pouvait-il lui faire face maintenant ?

- Si j’avais su qu’il ne possédait pas la moindre connaissance en informatique, j’y aurais réfléchi à deux fois, souffla Cyby, brisant un silence gênant qui s’installait.

- Mets-là en veilleuse, je te rappelle que c’est à cause de toi qu’on en arrive là. Peut-être que j’aurais pu le tenir à l’écart encore un peu si tu n’avais pas précipité les choses, répliqua Tsubasa en s’adressant à sa Codéwatch. Tu auras le droit à ta correction plus tard !

- Alors c’est ça la fameuse intelligence artificielle…

Dennis en était presque arrivé à oublier que Tsubasa puisse conserver l’IA tant convoitée sur elle en toutes circonstances. Assis sur sa chaise de bureau, il ne voyait pas bien l’écran de l’appareil de sa camarade de classe mais pouvait entendre la voix de l’envoyé du Cybéria très clairement. Une voix masculine, très narcissique et moqueuse. Voilà donc le fameux programme que son frère cherchait tant à récupérer pour le compte de son entreprise.

Maintenant que son identité était connue de dangereuses personnes, le garçon savait qu’il ne pourrait pas rester bien longtemps chez lui tant que cette affaire ne serait pas réglée. Il ne souhaitait pas non plus vivre chez Tsubasa alors qu’elle comptait continuer à se mettre en danger de la sorte. Peut-être qu’en parlant sérieusement avec son frère, il pourrait rester avec lui dans la chambre d’hôtel où il résidait lorsqu’il ne rentrait pas au domicile. Il serait à l’abri d’Arisa Harriet là-bas.

- Tsubasa, tu ne peux vraiment pas me confier cette IA ? Je pense sincèrement que cette affaire se conclura plus facilement si le CNI a les clés en main plutôt que toi, expliqua Dennis en prenant son courage à deux mains. Les Proxys vont finir par la récupérer si tu agis de la sorte.

- Je ne reviendrai pas là-dessus. CE-01 restera avec moi jusqu’à ce que j’ai appris la vérité sur mon passé. Je n’ai pas confiance dans l’entreprise de ton frère, qu’est-ce qu’ils vont faire contre les Proxys après tout ? Quand je n’en aurai plus besoin, j’accepterai de la transmettre mais certainement pas maintenant.

- Dans ce cas, je vais aller immédiatement à l’essentiel. Affronte-moi, Tsubasa. Et si je gagne, tu me remets ce CE-01 sans discuter.

Tsubasa n’en revenait pas. Depuis qu’elle connaissait son ami, il n’avait jamais réussi à la vaincre en combat singulier. Si la brunette se révélait plus douée que lui pour le dressage, la compatibilité des types de leurs Pokémon respectifs jouait également en sa faveur. A cause de l’intervention de Cyby, le jeune homme était à présent capable d’user des fameuses Cybéri-attaques mais est-ce que cela permettait de justifier cet excès de confiance en soi ?

Comme Victoria n’avait complété leur programme que plus tôt dans la soirée, Tsubasa n’avait pas encore pu en collecter. Depuis l’histoire avec Cataclysme, Dennis en avait certainement obtenu un bon nombre diverses et variées. Etait-il vraiment devenu un dresseur incomparable par rapport au garçon timide et maladroit qu’il fut il n’y avait pas si longtemps ? Si auparavant, elle n’aurait pas douté de sa victoire, elle ne pouvait pas l’affirmer avec certitude à présent.

- Combattre contre toi ? Tu veux dire maintenant ? balbutia-t-elle.

- Disons demain dans la matinée. On se retrouve sur le Réseau Codélia et on s’affrontera sur le Réseau Haute-Vitesse aux yeux de tous. Si je gagne, tu me remets CE-01. Si tu gagnes, je me retire de cette histoire et je te fiche la paix.

- Je n’ai pas à accepter un combat aussi stupide ! répliqua Tsubasa. J’ai complètement limité mes connexions sur la plate-forme depuis la finale du Festival Numérique. Tu te rends compte que les Proxys et le CNI vont tous deux se rendre compte que nous sommes là ? Désolé Dennis, tu sais très bien que ce n’est pas la chose à faire. Les Proxys ne t’ont rien fait, tu n’as aucune raison de t’impliquer. Essaie de me comprendre, j’ai une chance de découvrir ce qui s’est passé il y a douze ans, je ne peux pas la laisser passer.

- Si tu refuses, je révèle l’identité d’Axerola à mon frère, annonça-t-il d’un ton sans réplique.

Il ne pouvait plus faire marche arrière maintenant que sa propre identité était tombée entre les mains de cyber-terroristes. Dennis comptait bien profiter du fait qu’il connaissait personnellement Axerola pour récupérer l’envoyé du Cybéria pour le compte de son frère. Certes, il s’en voulait de la menacer de la sorte alors que ce n’était pas son genre mais dos au mur, il n’avait pas vraiment le choix. Edouard lui pardonnerait sûrement s’il était en mesure de lui transmettre l’intelligence artificielle.

Le garçon se devait en revanche de réfléchir rapidement pour ses projets du soir. Dormir à la maison ou chez Tsubasa était exclu. Il préférait finalement éviter son frère jusqu’au lendemain. Une autre alternative s’offrait à lui mais dépendrait de certaines conditions. Il s’en occuperait une fois que sa camarade de classe aurait pris congé. Le visage de cette dernière était rapidement passé par l’effroi puis la déception. Elle ne s’attendait pas à ça de la part de Dennis, lui qui avait toujours été l’incarnation de la gentillesse.

Tsubasa se rendait bien compte du danger potentiel que représentait à présent son ami. Si jusqu’ici, elle ne s’était pas inquiétée de ses relations avec un membre éminent du Codélia Network Industries, cela posait à présent un sérieux obstacle. Cet affrontement était absurde mais elle ne pouvait pas y échapper sous peine de faire tomber à l’eau tous leurs projets concernant le Cercle des Proxys. Si le CNI apprenait son identité, ce ne serait qu’une question de temps avant que les cyber-terroristes n’en fassent de même.

- Très bien, je vais accepter ton petit manège, soupira-t-elle. Mais je veux ta parole que tu ne diras rien au CNI en échange, peu importe le résultat de la rencontre.

Elle ressentait un mélange d’animosité envers elle-même et Cyby. L’envoyé du Cybéria était responsable de la situation mais tout ceci ne serait jamais arrivé si Tsubasa ne s’était pas liée d’amitié avec quelqu’un dont le frère occupe un poste au CNI. Elle se retrouvait maintenant à devoir prendre des risques inutiles afin de pouvoir conserver l’intelligence artificielle à ses côtés et continuer de faire pression pour le Cercle des Proxys. Elle n’aurait plus le moindre argument si elle devait la remettre à son camarade.

A y réfléchir, combattre sur le Réseau Codélia ne représenterait pas vraiment de danger. L’identité de Dennis était connue de tous à présent et nul doute que dans le cas des Proxys, ils devaient croire que Brave était un allié d’Axerola à cause de la technologie Cybérienne. Nul doute qu’une telle confrontation n’échappera pas à leur vigilance mais ils ne devraient pas intervenir avant de voir comment la situation évoluerait. Mais peu importe qui gagnait ou perdait, il faudrait rapidement mettre Dennis en lieu sûr.



***


- Elkira chérie, tu as l’air un peu pâle ? Qu’est-ce qui t’arrive ?

Aya se doutait bien que son visage ne pouvait pas pâlir mais comprenait où cette fille voulait en venir. Depuis qu’elle avait encaissé le virus à la place de Dennis, elle ressentait une étrange sensation dans son organisme. Quelque chose d’inédit pour elle. Elle qui fonctionnait sur la logique ne pouvait pas mettre des mots concrets sur ce phénomène et cela la dérangeait réellement. Une personne de son acabit n’était pas en mesure de tomber malade.

Par moments, sa vision se troublait. Ses facultés motrices diminuaient avant de se restabiliser et même son système cognitif se déréglait pendant des fractions de secondes. Pour Aya, il n’y avait qu’une seule origine possible à ce phénomène. Si le virus utilisé par cette ARiSa empêchait la déconnexion tant qu’elle en aurait décidé ainsi, cela avait dû entraîner des symptômes supplémentaires chez elle. Voilà qui se révélait fâcheux, c’était la première fois de son existence que cela arrivait.

- Tu ne devrais pas te soucier de moi et te préoccuper plutôt de ce combat, répliqua la fille ninja, toujours sans y mettre le ton.

- Mais je me soucie vraiment de ton bien-être Elkira chérie. Puisque je ne peux pas faire mumuse avec Dennis Keyton, je dois me contenter de toi. C’est assez rare que je sois en mesure de jouer avec une copine ces derniers temps ! avoua ARiSa, très excitée.

Lorsque Dennis lui avait confirmé qu’il souhaitait s’entraîner en vue de déranger les Proxys, Aya ne s’était pas interposée. Cependant, la logique voulait qu’elle l’empêche de se mettre en danger. De ce fait, elle n’avait pas hésité à s’interposer lorsque Arisa Harriet s’était présentée à lui sur le circuit Haute-Vitesse. Grâce à ses facultés innées, récupérer le mot de passe de la branche où ils se trouvaient ne fut qu’une promenade de santé. Même les hackeurs expérimentés nécessiteraient davantage de temps.

Scalproie contre Exagide. Acier contre Acier. Le combat entamé depuis quelques minutes permettait à Aya de se rendre compte du niveau de dressage que possédait la tueuse en série. Et comme il fallait s’y attendre au vue de son caractère, elle n’avait pas de style privilégié et se contentait de foncer dans le tas avec les capacités provoquant le plus de dégâts. Pour la numéro deux de la plate-forme, spécialiste de l’analyse, un tel adversaire ne représentait aucun danger.

Toutefois, cela ne prenait pas en compte ce maudit virus qui handicapait grandement la fille ninja. Si l’affrontement aurait probablement déjà pris fin dans une situation normale, elle n’était pas aussi efficace qu’à l’accoutumée. Elle savait que perdre entraînerait pas vraiment de conséquences la concernant, elle ne pouvait pas terminer dans le même état qu’Alphamarie. Mais gagner lui permettrait peut-être d’obtenir les informations que Dennis souhaitait récupérer.

- Qu’est-ce que les Proxys cherchent à faire ? demanda Aya en tâchant de ne pas montrer ouvertement que le virus la faisait davantage souffrir que prévu.

- Je suis en bas de l’échelle, on ne veut pas tout me dire, répondit simplement ARiSa, se grattant à nouveau le bras nerveusement. Les Proxys veulent sauver le monde mais de quoi, je n’en sais rien. Moi je m’en fiche tant que je peux continuer de rester avec monsieur Ivan donc je fais ce qu’on me demande de faire !

- Sauver le monde…

La fille ninja n’eut pas le loisir de se pencher sur ces paroles car Scalproie revenait déjà à la charge avec une attaque Tranche-Nuit. Même si la demoiselle blonde donnait constamment l’impression de ne pas réfléchir, elle persistait à utiliser des capacités de type Ténèbres, auxquelles Exagide restait vulnérable. Un bref coup d’œil vers l’avant permit à Aya de localiser le prochain bonus Codélien. Il se trouvait malheureusement bien trop loin et se reposer sur lui se révélait exclu.

Bouclier Royal, l’attaque signature d’Exagide se montrait parfait pour régler ce genre de problèmes. En plus de mettre le Pokémon Noble Lame hors de portée de tout assaut, la puissance offensive adversaire diminuait dans le cas d'un contact. Si la confrontation continuait, il arriverait un moment où Scalproie deviendrait presque inoffensif. Tout ce qu’Aya avait à faire était de supporter la présence du virus dans son organisme encore quelques instants.

Malgré l’échec de sa tentative, ARiSa persista. Son Scalproie continua d’enchaîner les Tranche-Nuit sans se reposer une seconde. A cause de sa proximité, Exagide ne pouvait plus user de sa capacité de protection pour se mettre à l’abri et se contentait d’esquiver en espérant trouver rapidement une ouverture. La numéro deux du Réseau Codélia, maintenant très proche du bonus Codélien suivant, s’apprêta à sauter afin de le récupérer.

- Pas maintenant…

Ses jambes ne lui obéissaient pas au pire moment possible. La sphère lumineuse fut bientôt de l’histoire ancienne pour elle et ce n’était pas le pauvre Exagide qui aurait le temps de la récupérer à sa place. Si Aya naviguait à l’avant pour obtenir l’avantage des bonus Codéliens, ARiSa en profita. Au même moment, le Pokémon Noble Lame fit un mauvais mouvement et encaissa le Tranche-Nuit qui le projeta contre la paroi invisible du circuit située sur la gauche.

- Doubler l’attaque de la prochaine offensive, en voilà un joli cadeau. Merci Elkira chérie, faudra que je pense à te remercier comme il se doit ! s’exclama ARiSa à voix haute tandis que la sphère disparaissait dans la paume de sa main.

Aya tenta d’analyser calmement la situation du mieux qu’elle le pouvait. Exagide ne semblait pas sonné par son arrivée brutale contre la paroi et se montrait déjà prêt à reprendre la bataille. Mais s’il encaissait une autre attaque de type Ténèbres, l’affrontement deviendrait risqué pour lui. Comme elle ne pouvait même plus compter sur la fiabilité de son propre corps, la numéro deux décida de ne plus se soucier des bonus Codéliens. Elle devait en terminer directement sans artifices.



***


- Il ne répond toujours pas…

Suite aux événements survenus au Codélia Network Industries, Edouard avait décidé de cesser son travail pour la journée et de retourner à sa chambre d’hôtel. La circulation était malheureusement bien trop dense pour qu’il puisse retourner à son domicile situé à l’autre bout d’Ebravia. Et avec les accusations contre lui qui remonteraient bientôt jusqu’à la directrice de la Sécurité, il ne pouvait pas se permettre d’arriver en retard à l’entreprise le lendemain.

Assis à l’arrière de son taxi, il faisait de son mieux pour entrer en contact avec son frère cadet sans le moindre succès. Dennis ignorait visiblement tous les messages envoyés sur sa Codéwatch. Surveillant minutieusement ce qui se passait sur le circuit Haute-Vitesse, Edouard fut soulagé d’apprendre que Dennis avait rallié le monde réel sans difficulté, Elkira étant apparemment intervenue pour le tirer d’affaire. Le garçon ne prêtait toutefois pas attention à ses appels téléphoniques.

- Comment as-tu pu entrer en contact avec de la technologie Cybérienne, Dennis ? se demanda-t-il, amer.

Pour le moment, Edouard s’inquiétait davantage du danger encouru par son cadet plutôt que du sien vis-à-vis de son emploi. Mais il aurait tout de même bien aimé que Dennis lui explique clairement pourquoi il avait subitement décidé de s’attaquer aux Proxys et son possible lien avec Axerola. Si le jeune homme continuait de faire le sourd, il rentrerait à la maison le lendemain pour discuter avec lui, qu’il soit licencié ou non par Eléonore Nakano.

Edouard ne savait pas quoi en penser mais si Dennis était l’actuel propriétaire de l’entité Cybérienne numéro un et qu’il acceptait de la lui remettre, il aurait une chance de laver son nom auprès des supérieurs du CNI. Dans le cas contraire, le plus jeune des Keyton aurait accéléré l’éviction du plus âgé de son entreprise. Comme leurs parents voyageaient à l’autre bout du monde et que Dennis poursuivait ses études, il allait alors devoir trouver rapidement un autre emploi.

- Un emploi, ça peut se retrouver mais une vie, ce n’est pas possible. Je préfère encore être renvoyé que de te perdre alors sois prudent, s’il te plaît Dennis… songea-t-il en espérant avoir une réponse textuelle ou vocale de sa part très bientôt.