Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 14:16
» Dernière mise à jour le 13/03/2019 à 14:16

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 31 : Arisa Harriet
- Blizzi, termine-le avec Laser-Glace !

Le Pokémon Arbregelé ne se fit pas prier, générant un Laser-Glace avec ses mains vertes pour le projeter sur un pauvre Ténéfix complètement exténué. Ce dernier, dominé depuis le début de la rencontre, ne trouva pas en lui la force d'esquiver ou contrer cette offensive givrée. Frappé de plein fouet, il s'écroula sur le circuit Haute-Vitesse et fut aussitôt rappelé par son dresseur à l'intérieur de sa Pokéball. Une nouvelle victoire pour Dennis en cette soirée du samedi.

Les Cybéri-attaques se révélaient parfaites pour pallier sa piètre expérience concernant les combats Pokémon. Parmi toutes celles qu'il avait pu stocker, sa préférée restait Cryptage Typé. Elle permettait à son Blizzi de supprimer son type Glace et de le remplacer par le type Normal. Tant qu'il ne se retrouvait pas face à un type Combat, cela se révélait très utile pour annuler les possibles faiblesses de Blizzi. Avec ça, il pourrait même lutter contre des adversaires enflammés.

- Maintenant tu peux respecter ta part du marché et me dire où se trouve ton chef ainsi que son identité ! s'exclama Dennis en tâchant de prendre un ton sûr de lui.

Son entraînement en compagnie d'Elkira n'avait duré que deux jours. La fille ninja souhaita se concentrer ensuite sur son match retour face à Cataclysme plutôt que d'instruire un dresseur débutant. Inquiet pour son frère, Dennis opta pour passer rapidement à l'action. Ainsi, il avait passé la soirée dans les ruelles oubliées de la cité Codélienne à la recherche de ces utilisateurs au fameux manteau à capuche. Après une ou deux victoires, le Proxy suivant l'avait attiré malgré lui sur le circuit Haute-Vitesse.

Si Blizzi se montrait exemplaire depuis le début des combats, il commençait malgré tout à dévoiler quelques signes de faiblesses. Les potions que son partenaire lui donnait entre les batailles ne suffisaient plus à pallier sa fatigue grandissante. Si le Pokémon Glace et Plante effectuait un autre combat, le risque de subir une défaite serait important. Une fois qu'il aurait récupéré les données du Proxy au Ténéfix, Dennis comptait s'arrêter pour la journée et poursuivre son enquête le lendemain.

Le jeune homme souhaitait en terminer avec cette histoire le plus rapidement possible. Il savait que changer son avatar ne cachait pas son pseudonyme. Le nom de Brave ne parlerait pas à grand-monde mais Tsubasa et Edouard n'auraient aucun mal à le reconnaître. Pour libérer le poids sur la première et venir en aide au second, il allait mettre un terme à la menace que représentait le Cercle des Proxys.

- J'ai accompli ma mission ? déclara le dresseur au Ténéfix, peu affecté par sa défaite. Dans ce cas, je vais pouvoir prendre congé.

- Qu'est-ce que... balbutia Dennis alors que l'avatar adverse commençait à disparaître.

Le Proxy ne s'était pas adressé à lui mais visiblement à quelqu'un qui conversait avec lui par le chat vocal. Dennis ne pouvait pas l'entendre mais avait un mauvais pressentiment. Quelle mission venait d'être accomplie alors que ce type venait de perdre lamentablement ? L'amertume s'empara du garçon alors que le sbire encapuchonné disparaissait du circuit Haute-Vitesse sans délivrer les informations qu'il avait mis en jeu au cours du match.

Dennis serra le poing. Évidemment qu'il ne pouvait pas faire confiance à un type comme ça. La seule façon d'attirer l'attention du chef des Proxys serait de continuer à vaincre les membres du groupe de cyber-terroristes un à un jusqu'à ce qu'il décide d'intervenir. Mais cette méthode restait incertaine puisque ce mystérieux chef pouvait très bien se montrer désintéressé des sbires en bas de l'échelle. Cette enquête risquait de se montrer plus ardue que prévue.

- Tu t'es bien très bien battu contre ces gens, affirma le jeune homme en affichant un sourire, caressant la tête de son partenaire givré. L’enquête n’aura pas beaucoup avancé ce soir malheureusement. On recommencera demain, ça suffit pour aujourd'hui.

Même si la nuit venait de tomber, Dennis comptait se rendre au Centre Pokémon situé au coin de la rue où il vivait, afin que Blizzi puisse recevoir de meilleurs soins que ceux procurés par l'utilisation répétée de potions. Le Pokémon Glace et Plante avait bien mérité un peu de repos après ces batailles consécutives, d'autant plus qu'il n'était pas encore pleinement habitué à se battre. Il y avait encore quelques jours, il occupait seulement la place de confident mais maintenant, il était réellement un partenaire de combat.

Depuis quelques jours qu’il expérimentait enfin la Haute-Vitesse, le garçon regrettait d’avoir attendu aussi longtemps pour s'y mettre. Il comprenait pleinement pourquoi ce système avancé de combat Pokémon avait pu se populariser de la sorte. On ressentait un véritable sentiment de liberté à voyager de la sorte en compagnie de son partenaire. Et même si l’algorithme du Réseau Codélia protégeait les utilisateurs des capacités, on avait vraiment l’impression de combattre aux côtés des Pokémon.

Dennis avait grand hâte d’en terminer avec cette histoire et que la situation retourne à la normale. Il pourrait oublier tout ce qui se passait en ce moment avec Tsubasa et l’affronter au sein de la Haute-Vitesse. Il ne savait pas combien de jours cela prendrait avant que les responsables du Cercle des Proxys ne décident enfin de s’intéresser à lui. Il espérait tout de même que ce serait le plus tôt possible afin de ne pas mettre son frère aîné en danger.

- Même si nous n’avons pas vraiment avancé, au moins on aura pu continuer de s’entraîner sans Aya, souffla-t-il en s’approchant de la prochaine intersection qui permettait de quitter le circuit. Quatre Proxys pour ce soir, même s’ils me donnaient l’impression d’être encore moins forts que moi. Faisons en sorte d’être aussi efficaces demain.

- Tu ne connais pas l’expression ? Jamais quatre sans cinq ! s’écria soudainement une voix extérieure à la conversation entre le jeune homme et son Blizzi.

- Qui ? commença Dennis en retournant subitement la tête.

Sans qu’il ne puisse l’expliquer, il sentit un frisson parcourir son échine. Son cœur au rythme constant jusqu’ici commença à accélérer sans prévenir. Un malaise s’emparait de lui alors qu’il avait côtoyé différents Proxys tout au long de la soirée. Après le départ de son précédent adversaire, il pensait s’être retrouvé seul sur le circuit Haute-Vitesse en compagnie de son Blizzi. Mais visiblement, ce n’était pas le cas. Un invité surprise venait de se joindre à la fête.

Une fille se trouvait juste derrière lui, flottant sur une autre planche à seulement quelques centimètres d’écart. Dennis aurait été incapable de dire depuis combien de temps elle se trouvait là et ne l’aurait peut-être même pas remarqué si elle ne s’était pas décidée à prendre la parole. Pris au dépourvu, le dresseur aux cheveux argentés se décala aussitôt vers la gauche pour mettre un peu de distance entre lui et cette nouvelle venue.

Les avatars se révélaient souvent trompeurs, ce qui l’empêchait de pleinement évaluer la situation. Une fille blonde l’avait rejoint. L’expression de son visage, particulièrement vivante, dévoilait un grand sourire presque dément. Ses joues possédaient un teint rouge vif, témoignage d’une intense excitation. Dennis notait sa petite silhouette, lui-même devant la dépasser d’au moins une tête. Mais la première chose que l’on remarquait restait sa dangerosité.

- Quatre sans cinq ? répéta-t-il, incertain de comprendre où voulait en venir.

- C’est pas ça qu’on dit ? demanda-t-elle sur un ton à la fois aigu et tranchant. Bref, je suppose que tu sais pourquoi je suis là. Je viens pour jouer un peu avec toi, Dennis Keyton.

Le concerné tâcha de ne pas le montrer mais ce fut bien plus qu’un frisson qu’il ressentit cette fois-ci. Elle connaissait son nom complet. Cela ne voulait dire qu’une seule chose. Soit cette fille était une hackeuse qui avait étudié attentivement son profil, soit l’un de ses collègues s’était chargé de le faire pour lui passer ensuite le message. Il ne faisait aucun doute que cette nouvelle venue soit elle-même un membre du Cercle des Proxys.

Toutefois, les instincts de Dennis lui soufflait que la combattre serait différent par rapport aux sbires précédents. Elle n’avait pas pris la peine de se cacher grâce au programme prenant la forme du manteau à capuche. Avait-il réussi à attirer le chef des Proxys à lui ? Ou bien s’agissait-il simplement d’un membre de grade supérieur ? En tout cas, tous les membres de son corps lui criaient de se déconnecter tant qu’il en était encore temps.

- Tu… tu es un espèce d’admin parmi les Proxys ? interrogea le garçon en tentant de s’armer de courage.

Blizzi montrait des signes de fatigue à cause de ses affrontements précédents mais pourrait sûrement effectuer un dernier combat grâce aux potions qu’il recevait régulièrement. Dennis était prêt à rester sur le circuit Haute-Vitesse encore un peu si affronter cette fille dérangée lui permettait d’obtenir des réponses à ses questions. La regarder suffisait pour le mettre mal à l’aise, elle donnait l’impression de s’enthousiasmer sur tout et n’importe quoi.

- Un admin ? balbutia-t-elle alors qu’elle se frottait les joues. Oh non, je dois avoir le même statut qu’un sbire, on veut pas me donner de promotions.

- Mais.. tu ne caches pas ton pseudonyme avec le manteau… ARiSa ?

- Je savais bien que j’avais oublié quelque chose en me connectant. Je vais encore me faire réprimander en quittant le Codélia, je vais devoir me couper le bras pour me faire pardonner, s’écria la fille blonde à toute vitesse en grattant avec frénésie le membre qu’elle désirait trancher.

Plus le temps passait et plus Dennis hésitait à se déconnecter pour sa propre sécurité plutôt que profiter de cette occasion pour approfondir l’enquête. Elle griffait son bras tellement fort qu’elle aurait certainement saigné s’il s’agissait de son véritable corps. Et ses propos restaient inquiétants. Le pseudonyme ARiSa ne lui disait pas grand-chose, mis à part qu’elle ne devait pas s’être grandement foulée pour le trouver si on partait du postulat qu’elle s’appelait Arisa.

Arisa. Un prénom qui lui semblait familier, sans qu’il ne puisse vraiment l’expliquer. Il était certain de ne posséder aucune Arisa dans son entourage et pourtant, ce visage excité en toutes circonstances lui disait quelque chose. L’avait-il croisé dans la rue un jour par le plus grand des hasards ? Dennis écarta aussitôt cette hypothèse, qui ne permettait de justifier cette impression de déjà-vu vis-à-vis de ce prénom. Il pourrait y réfléchir plus calmement une fois déconnecté.

- Tu ne songerais pas à me fausser compagnie, petit Dennis Keyton ? s’exclama-t-elle avec vivacité alors qu’il ouvrait son menu. Je viens à peine de me faire un copain, tu pourrais jouer avec moi un peu. La dernière fois que je me suis connectée, j’ai été réprimandée pour avoir envoyé une fille à l’hôpital. Pourtant, je le faisais pour la mission donc j’aimerais bien montrer que je suis capable de faire mumuse avec quelqu’un sans le démembrer ou le blesser gravement, tu vois.

Elle s’exprimait à toute vitesse et bafouillait un peu, rendant difficile de suivre tous ces propos. Mais une information lui avait paru clair comme de l’eau de roche. ARiSa avait agressé une utilisatrice, vraisemblablement la fameuse Alphamarie. Dans ce cas précis, nul doute n’était possible. Il devait rejoindre le monde réel le plus rapidement possible avant de terminer dans le même état que la première victime. Edouard n’avait pas besoin de se soucier d’un frère à l’hôpital en plus du reste.

Même si la demoiselle dérangée venait déjà de prendre une Pokéball dans sa main, Dennis décida de miser sur la prudence et de ne pas l’affronter ce soir. S’il continuait de combattre les Proxys régulièrement, il aurait sûrement l’occasion de la rencontrer à nouveau par la suite. Tournant le dos à AriSa pendant l’espace de quelques secondes, il ouvrit son menu pour quitter le Réseau Codélia. Mais avant de pouvoir conclure son affaire, il sentit quelque chose le toucher au niveau de son côté droit et le pousser violemment.

- Mais qu’est-ce que… souffla-t-il estomaqué en manquant de cesser le contact avec sa planche, retrouvant finalement le contrôle.

- On dirait bien que j’ai raté ma cible, pesta ARiSa en faisant la moue. Décidément, c’est la fête sur cette branche du circuit ce soir. Je ne peux utiliser ce virus qu’une seule fois, j’ai raté ma chance de coincer Dennis Keyton pour jouer avec moi… j’enchaîne les échecs ce soir décidément.

Le jeune homme ne comprenait pas, jusque-là trop préoccupé à manier correctement sa planche avec l’aide de son Blizzi mais eut rapidement une explication. Alors que la jeune fille tenait une Pokéball dans sa main gauche, une espèce d’arme de feu se trouvait dans la droite. S’il était possible de les arborer en accessoires d’avatars, on ne pouvait pas blesser d’autres utilisateurs en les utilisant. Mais à entendre la demoiselle, celui-ci contenait un virus informatique.

- Si tu veux un adversaire, c’est moi que tu vas affronter ! annonça alors une voix extérieure à la conversation.

A l’ancien emplacement de Dennis se tenait à présent une nouvelle personne facilement identifiable. Ces longs cheveux noirs cendrés attachés à l’arrière, cette tenue de kunoichi et ce masque de ninja ne pouvait tromper personne. Aya Milani était apparue sur le circuit Haute-Vitesse sous les traits de son avatar Elkira. Et comme à son habitude, son expression faciale ne témoignait pas de la gravité de la situation, comme si la présence de cette Proxy inquiétante ne représentait rien.

- Déconnecte-toi Dennis. Elle m’a infecté avec un virus qui empêche la déconnexion mais c’est à sens unique, elle ne pourra pas t’attaquer tant que je m’interpose, dit-elle sur son ton habituel.



***


- Arisa Harriet ?

- Je me suis renseignée assez rapidement et apparemment, c’est une tueuse en série recherchée par les services de police. Son premier crime remonte à plus d’une décennie et ils ne sont toujours pas arrivés à l’arrêter, expliqua Victoria. Dennis court un grave danger. Dépêche-toi d’aller le déconnecter, avec les Proxys on ne sait jamais si un programme malsain n’est pas loin.

Tsubasa n’avait quitté le véhicule de son professeur informatique que depuis une dizaine de minutes mais avait déjà reçu un appel téléphonique de sa part. Ne pouvant pas courir jusqu’au domicile de Dennis et se soucier de ce qui se passait sur le Réseau Codélia en même temps, elle laissait Victoria s’en occuper afin de ne pas perdre en efficacité. Mais ce qu’elle apprenait maintenant ne lui plaisait pas vraiment. Si son camarade de classe avait vaincu le Proxy qu’il affrontait, un autre était apparu aussitôt après.

La brunette ne regardait que très peu la télévision mais avait tout de même entendu parler vaguement de cette Arisa Harriet. Qu’une personne de son acabit fasse partie du Cercle des Proxys ne la surprenait pas en soi. En revanche, qu’elle apparaisse subitement sans prendre la peine de dissimuler ses informations et avec un avatar qui ne changeait pas du tout par rapport à sa véritable apparence restait étonnant. Les cyber-terroristes se montraient habituellement très prudents quand il s’agissait de l’anonymat.

Tsubasa garda son téléphone à proximité de son oreille mais ne parla pas davantage afin de progresser à travers la rue sans s’essouffler. Son cœur battait à tout rompre, c’était entièrement de sa faute si la situation avait évolué pour en arriver là. Elle qui tenait à laisser son entourage en dehors de sa guérilla personnelle venait d’impliquer malgré elle son meilleur ami qu’elle souhaitait préserver. Peut-être aurait-elle dû lui révéler davantage d’informations pour le dissuader de se mêler de cette affaire.

- Si tu veux mon avis, tu n’as pas grand-chose à te reprocher miss Axerola. Si tu lui avais clairement expliqué ce qui se passait, je pense que le choix le plus logique de sa part aurait été de vouloir t’aider. Même maintenant, je suis sûr que l’une des principales motivations derrière ses actions est d’alléger ton travail, avoua Cyby.

- Tiens puisque tu es bavard, tu vas pouvoir m’expliquer pourquoi Dennis a apparemment utilisé une Cybéri-attaque si j’en crois les propos de madame Victoria. Je croyais que seuls nous y aurions accès, surtout que le programme de stockage a été terminé tout à l’heure.

- Oh ça ? C’est parce que je lui ai envoyé le code incomplet de Vicky dont j’ai moi-même comblé les trous le jour où elle a affronté Cataclysme. Je me suis dit que puisque les choses traînaient avec les Proxys, on pouvait utiliser une personne extérieure pour les forcer à se montrer. Visiblement, ça a marché.

- TU AS FAIT QUOI ?

- Tsubasa ? Tout va bien ? intervint Victoria avec inquiétude, son élève tenant toujours son téléphone portable au niveau de son visage.

Tsubasa savait que ce n’était pas le moment d’entrer dans une dispute avec l’intelligence artificielle. Jamais elle n’aurait pensé que CE-01 puisse agir de la sorte à leur insu en impliquant quelqu’un d’innocent. La brunette se rappela alors que même s’il s’était fait discret, l’envoyé du Cybéria avait été présent lui aussi au sein de l’amphithéâtre lorsque Dennis avait tenté de lui soutirer des informations. Cyby avait sûrement découvert sans difficulté le lien entre Dennis Keyton et Edouard Keyton, employé du CNI.

Dans le fond, l’IA n’avait pas vraiment tort. Le garçon aurait forcément fini par s’impliquer d’une manière ou d’une autre. En lui transférant un moyen d’utiliser des Cybéri-attaques, le processus avait simplement été accéléré. La faute en revenait toujours à Tsubasa qui n’aurait jamais dû donner son pseudonyme à Dennis. Mais comment aurait-elle pu savoir des années auparavant qu’elle tenterait de combattre un groupe de cyber-terroristes qui pouvait potentiellement avoir été responsable de l’Incident Effacé ?

Jusqu’ici rongée par l’inquiétude, Tsubasa sentait également la colère et la frustration monter en elle. Cette soirée représentait bien trop pour elle. Si la jeune fille pouvait au moins parvenir à forcer la déconnexion de Dennis, ce serait au moins une bonne nouvelle pour la soirée. Mais son collègue de l’université ne serait pas sauvé pour autant. A l’heure actuelle, les Proxys devaient avoir récupérée sa signature et appris sa véritable identité. A cause de ses lacunes en informatique, Dennis avait commis une erreur impossible à réparer.

- Quelqu’un d’autre vient d’apparaître sur le circuit ! signala Victoria alors que Tsubasa arrivait au niveau de la porte d’entrée du domicile de son camarade. C’est Elkira sans l’ombre d’un doute !

S’attendant pendant l’espace d’une seconde à apprendre une autre mauvaise nouvelle, jugeant qu’elle n’était certainement pas à une ou deux près, Tsubasa poussa un soupir de soulagement. Elle ne pouvait pas savoir pourquoi la numéro deux de la plate-forme avait décidé de se mêler de l’histoire ni comment elle s’y était prise pour entrer sur le circuit Haute-Vitesse illégalement en aussi peu de temps mais décida de ne pas s’en soucier pour le moment.

- Je n’ai pas accès au son mais à en croire l’image, Arisa Harriet a tenté d’infecter Dennis avec un virus similaire à celui que Ethergeist a utilisé contre toi pour bloquer la déconnexion. Elkira s’est interposée et l’a reçu à sa place. Tu devrais donc pouvoir ramener Dennis parmi nous, signala l’institutrice qui semblait elle aussi soulagée.

- Il faudra que je pense à remercier Elkira alors. Sans elle, Dennis aurait été pris au piège par une tueuse en série par ma faute…

- Malheureusement, ce sera difficile. Tout comme toi, aucune information sur sa véritable identité n’est récupérable de son profil.

Arrivée à destination, Tsubasa décida de raccrocher et de ranger son téléphone portable dans sa poche, indiquant à Victoria qu’elle pouvait lui envoyer des messages si jamais la situation évoluait. En temps normal, elle sonnait avant d’entrer mais cette fois-ci, elle décida de s’en passer. Ouvrant la porte sans crier gare, elle pénétra à l’intérieur de la demeure sans s’annoncer. Elle n’était pas venue chez son ami depuis un moment mais savait encore où se trouvait sa chambre.

Prenant très rapidement la précaution de retirer ses chaussures, la brunette se précipita à l’escalier menant au premier étage et rejoignit la première porte sur la droite dans le couloir. Un écriteau « ne pas déranger » avait été placé sur la poignée, malgré que Dennis se trouvait seul chez lui. Encore une fois allant à l’encontre des règles, Tsubasa tourna la poignée, la porte s’ouvrant dans un bruit strident. Elle comprit rapidement que forcer la déconnexion serait inutile. Dennis avait déjà rejoint le monde réel.