Pikachu
Pokébip Pokédex Espace Membre Forum
Inscription

Codélia Network T.1 : La justicière virtuelle de Kazumari



Retour à la liste des chapitres

Informations

» Auteur : Kazumari - Voir le profil
» Créé le 13/03/2019 à 14:02
» Dernière mise à jour le 13/04/2019 à 21:16

» Mots-clés :   Action   Aventure   Région inventée   Science fiction   Suspense

Si vous trouvez un contenu choquant cliquez ici :


Largeur      
Chapitre 26 : Invitée surprise à l’université
- Tu as la tête ailleurs, Dennis…

- Qu'est-ce qui te fait dire ça ?

- Tu as regardé un point fixe sur le mur pendant l'intégralité de la réunion. Il a fallu que notre professeur principal s'adresse quatre fois à toi pour que tu réagisses et tu ne semblais alors pas du tout avoir suivi la conversation. Ce n'est pourtant pas ton genre…

Dennis Keyton et Aya Milani, tous deux délégués de même classe, sortaient d'une salle de cours spécialement réservée pour une entrevue avec certains des professeurs. Le jeune homme n'avait effectivement pas l'envie de se consacrer à son travail de représentant de classe à l'heure actuelle. Le message privé anonyme reçu la veille occupait son esprit. Il comptait, une fois les cours terminés, se connecter au Réseau Codélia afin de tester le mystérieux programme.

Sa collègue Aya Milani, réputée pour ne jamais montrer la moindre émotion, avait aussitôt remarqué le comportement étrange de Dennis. Même si elle ne savait pas vraiment pourquoi elle lui posait la question, surtout que cela ne la concernait pas, les mots étaient sortis tous seuls de sa bouche. Le garçon avait tenté de discuter avec Tsubasa à propos de ses affaires personnelles sur le chemin de l'université mais cette dernière demeurait muette et échappait à toute conversation à ce sujet.

- Je crois que tu as un problème, nota la fille aux cheveux noirs de jais alors qu'ils traversaient le couloir menant à la cafétéria. Je ne peux pas mentir en disant que je tiens absolument à savoir ce qui te tracasse mais peut-être que tu devrais extérioriser la chose.

- On ne peut rien te cacher, Aya, soupira Dennis. Disons que oui, j'ai des soucis ces derniers temps. Je ne sais pas si tu te penches sur l'actualité du Réseau Codélia mais cette situation avec les Proxys me dérange. J'aimerais pouvoir ramener la paix mais à cause de l'incident d'Alphamarie, j'ai peur de me connecter…

Il prenait tout de même la peine de rester évasif dans ses propos et allait à l'essentiel. Il avait beau avoir des ressentiments enfouis à l'encontre de Tsubasa, ce ne serait pas lui qui dévoilerait la véritable identité d'Axerola à quelqu'un. Dennis ne comptait même pas parler de la fameuse intelligence artificielle qui serait en sa possession et qui mettait son frère aîné dans l'embarras. Mais à force de vouloir tout garder pour lui, sa tête menaçait d'exploser.

Aya l'écoutait attentivement sans l'interrompre. Son expression faciale ne changea pas du tout alors que le garçon à la chevelure argentée discutait des Proxys et son envie de mettre fin à la menace qu'ils représentaient. Mais il s'agissait d'un trait de caractère majeur chez la déléguée, personne à l'Université Vermillion ne pouvait se vanter de l'avoir vue s'énerver, sourire ou éclater de rire. Cela rendait donc difficile de connaître le fin fond de sa pensée.

- Si je ne me trompe pas, ce problème te tracasse depuis le Festival Numérique, non ? Cette utilisatrice qui s'appelle Axerola et qui a combattu ce Proxy, c'est Tsubasa. Et du coup, tu ne sais plus où te mettre.

- Mais comment... ?

Le jeune homme cessa subitement de marcher dans le couloir, perturbé par les propos de son interlocutrice. Il avait beau ne pas être très doué avec l'informatique, il savait que retrouver l'identité d'une personne grâce à son profil virtuel était possible, de même que dissimuler certaines informations. Mais si même le Codélia Network Industries lui-même ne pouvait pas découvrir le lien entre Tsubasa et Axerola, comment Aya avait pu y parvenir ?

- Euh oui... effectivement, admit-il, comprenant que ne dire qu'une partie de la vérité se révélait complètement inutile avec Aya. Tsubasa refuse de me dire ce qui se passe. Mon frère aîné, qui a un poste important au CNI, m'a dit qu'Axerola possédait un objet dangereux que l'entreprise doit récupérer au plus vite. J'ai beau me creuser la tête, je n'arrive pas à savoir qui sont les gentils et qui sont les méchants dans cette histoire…

- Et donc, tu veux combattre les Proxys pour qu'Axerola n'ait plus besoin de garder cet objet avec elle. Comme ça, elle pourra le rendre au CNI et tout rentrera dans l'ordre, comprit Aya.

- Voilà qui résume plutôt bien la situation. On peut également ajouter mon manque d'expérience global avec le Réseau Codélia qui m'empêche de prendre une décision radicale.

Aya arrêta à son tour de déambuler dans le couloir, se plaçant près des fenêtres pour ne pas déranger les autres étudiants qui le traversaient. Son regard fixa le visage soucieux de Dennis. Son habituel regard froid et dépourvu d'émotions. Il s'agissait là de la principale raison pour laquelle la déléguée n'arrivait pas à se faire des amis au sein de l'université. Comme il était impossible de savoir à quoi elle pensait la totalité du temps, tout le monde se retrouvait rapidement gêné en sa présence.

Dennis étrangement ne rentrait pas dans cette catégorie. S'il ne connaissait pas sa collègue depuis bien longtemps, il demeurait à ce jour l'une des seules personnes en dehors du personnel technique de l'établissement à entretenir des conversations normales avec elle. Peut-être que sa gentillesse naturelle entrait en jeu, lui permettant de passer outre les absences émotives dont Aya faisait preuve. Même si cela ne se voyait pas, elle semblait vraiment chercher à comprendre ce qui tracassait le garçon.

- Les Proxys sont des personnes dangereuses. J'ai eu la malchance de rencontrer l'un d'entre eux quelques jours auparavant et je n'en garde pas un bon souvenir, avoua-t-elle. C'est quoi qui te pose problème ? La Haute-Vitesse ? Effectivement, cela reste compréhensible si tu n'as jamais tenté de la chevaucher. Ton niveau dans le dressage, sinon ? Si c'est le cas, je peux toujours t'aider à t'entraîner…

- Tu ferais ça ?

Dennis n'aurait jamais deviné que sa camarade déléguée puisse posséder son propre compte sur le Réseau Codélia. Son caractère rendait difficile de déterminer ses centres d'intérêt après tout. Et pourtant, Aya retroussa la manche de sa chemise pour dévoiler un appareil bien connu attaché à son poignet. La fameuse Codéwatch possédée par chaque joueur de la plate-forme, l'objet qui servait de passerelle entre le monde réel et le virtuel.

Peut-être que la politesse et la courtoisie naturelle de Dennis avaient fini par déteindre sur elle. La logique qui animait toutes les actions d'Aya l'incitait à lui venir en aide pour résoudre ses problèmes. Il s'agissait là de l'effet « Dennis ». Ce dernier parvenait souvent, sans même s'en rendre compte, à attirer la sympathie des personnes qui l'entouraient. C'était certainement la raison qui poussait Tsubasa à toujours lui faire tous ses devoirs d'informatique, sans qu'il n'ait besoin de le lui demander.

- Tu... tu accepterais de t'entraîner avec moi ? balbutia-t-il, surpris. Ne te sens pas forcée de le faire parce que je te parle de mes problèmes, je ne veux que tu me prennes en pitié.

- Je vais le faire, trancha Aya d'un ton sans réplique. Tu es libre après les cours ? Comme nous sommes mercredi, il y a un événement libre qui démarre sur le Codélia. On collectera suffisamment de points en combattant d'autres utilisateurs dans des affrontements en double. Tu pourras ensuite les échanger contre une planche de Haute-Vitesse.

- Mais tu... tu es douée pour ça ? Tu occupes quelle place au classement général ? Dans les cent-mille premiers ? Dix-mille premiers peut-être ?

Perplexe, Dennis regarda son interlocutrice toucher l'écran de sa Codéwatch, à la recherche de quelque chose. Si le garçon se tenait constamment informé de l'actualité au sein de la dimension numérique, il ne pouvait tout de même pas connaître l'intégralité des utilisateurs. Ils se comptaient en millions, la dernière mise à jour du système indiquait qu'ils avaient passé la barre des cinq millions exactement. Posséder une position sur le classement général avec cinq chiffres était déjà un exploit au vu de la concurrence.

Une fois de plus animée par la logique, Aya se dit que servir de professeur à un dresseur débutant ne pouvait pas lui faire de mal. Cela lui permettrait également de s'entraîner en vue de la prochaine édition du Festival Numérique. La demoiselle avait bien l'intention de présenter une meilleure performance par rapport à celle qui venait de s'achever. Après tout, elle s'était faite dominer du début à la fin par le grand Cataclysme malgré ses efforts.

- Voilà ma place au classement en ce moment, déclara-t-elle d'un ton neutre en montrant l'écran de sa Codéwatch à Dennis.

- D-Deux ? Comment ça, deux ? Tu es en train de me dire que tu es deuxième au classement général ? Dans ce cas, ça veut dire que tu es El…

- Aya !

Cette intervention extérieure empêcha le jeune homme de terminer sa phrase. Les deux compères tournèrent la tête vers le fond du couloir pour voir une personne qui arrivait dans leur direction. Une personne qui ne semblait pas familière, du moins concernant Dennis. Contrairement aux étudiants, cette femme était vêtue d'une robe blanche qui la mettait en avant. Les chaussures à talon qu'elle portait rendaient difficile l'action de courir mais cela ne l'empêchait pas d'avancer à toute vitesse.

Tous les passants avaient le regard rivé sur elle, qui ne fondait pas du tout dans le décor. En se fiant uniquement à son apparence, difficile de lui donner davantage que la vingtaine, qui était la moyenne d'âge des gens étudiant au sein de l'Université Vermillion. Pourtant, Dennis s'en serait souvenu s'il avait déjà rencontré une brunette avec un haut-de-forme noir d'une dizaine de centimètres et à la tenue aussi extravagante. Ce n'était certainement pas une élève de l'établissement.

- Dis-moi Aya, tu ne pourrais pas me rendre service ? Je cherche cette fille, expliqua l'inconnue en lui montrant une photo après s'être rapprochée. Elle s'appelle Tsubasa Albiki et elle étudie ici mais retrouver quelqu'un est très compliqué ici, je suis contente d'être tombée sur toi. Bonjour, jeune homme, ajouta-t-elle à l'intention de Dennis en remarquant sa présence.

Pendant qu'elle reprenait son souffle, la déléguée lui répondit sur son habituel ton morne qu'à cette heure-ci de la journée, Tsubasa se trouvait sûrement dans l'une des salles informatiques de l'université. Quand elle n'avait pas cours et qu'elle ne pouvait pas encore rentrer chez elle, c'était là qu'elle passait le plus clair de son temps. Dennis put le confirmer sans mal d'un signe de tête. Comme leur classe avait un amphithéâtre de physique dans l'après-midi, Tsubasa était encore au sein de l'établissement.

- Merci, Aya ! Tu ne saurais pas où sont ces salles informatiques par hasard ? Je n'aurais jamais deviné que tu faisais des études dans un endroit aussi grand…

- Les escaliers au bout du couloir jusqu'au deuxième étage, répondit simplement la jeune fille en lui montrant d'un geste le chemin à suivre.

- Je vais me dépêcher. On se voit le mois prochain pour ce-que-tu-sais, je ne te dérange pas plus longtemps.

Et la nouvelle venue disparut aussi vite qu'elle était arrivée. Dennis ne put même pas l'interroger à propos de son envie de faire la rencontre de Tsubasa. Dans quel pétrin son amie s'était encore fourrée après son affrontement avec Cataclysme de la veille ? Qui pouvait bien être cette personne ? Le plus troublant pour le garçon fut le fait qu'il avait l'impression de l'avoir déjà vu par le passé, sans toutefois pouvoir dire avec certitude où et quand.

- Marie-Anne Charlotte Geneviève Linday de Fravière, répondit la déléguée à sa question muette. Elle travaille en tant que cyber-chasseuse sur le Codélia. Je suppose que pour avoir envie de rencontrer Tsubasa, elle doit travailler pour le compte du CNI ou faire sa propre enquête…

- Linday.. tu veux dire LA Marie-Anne de la famille Linday ? balbutia Dennis, estomaqué. Mais ça fait des années qu'elle n'est pas apparue à la télévision, je n'aurais jamais deviné qu'elle s'était reconvertie de la sorte. J'espère quand même qu'elle ne veut pas de mal à Tsubasa.

- Charlotte n'est pas une mauvaise personne, assura Aya, alors que leur conversation était masquée par le brouhaha ambiant. Elle veut probablement lui poser quelques questions sur ses actions pendant le Festival Numérique.



***


Partie la première de la réunion à cause d'un appel téléphonique, Victoria venait enfin d'arriver dans son bureau, où elle n'aurait pas de cours à donner avant l'après-midi. En temps normal, elle aurait ignoré l'appel et se serait contentée d'attendre la fin de la réunion pour recontacter la personne par la suite mais lorsqu'elle vit le destinateur, elle avait préféré s'éclipser. Car celui qui cherchait à lui parler n'était autre que son vieil ami Takeru Lerendal.

Cela faisait déjà plusieurs semaines que Victoria tentait d'entrer en contact avec lui, ce dernier ayant décidé de ne plus montrer le moindre signe de vie après avoir commencé à se pencher sérieusement sur ses concours. Mais avec les derniers événements en date et la révélation de l'implication de Tsubasa dans l'Incident Effacé, elle n'avait jamais autant souhaité lui parler que maintenant. Takeru avait affirmé qu'il essayerait de l'appeler dans la semaine. C'était donc tombé le mercredi.

- J'espère qu'il va répondre maintenant... s'il avait simplement réservé un créneau de cinq minutes, on va encore tourner en rond, soupira-t-elle, composant le numéro de son ancien camarade de classe après s'être installée dans son fauteuil.

L'institutrice sentit son cœur s'accélérer alors qu'elle attendait que Takeru lui réponde. Chaque seconde devenait une éternité insurmontable et elle espérait toujours ne pas tomber sur le répondeur. Elle n'avait aucune idée de la date des concours auxquels son ami comptait participer. Si elle devait attendre un autre mois pour avoir la chance de lui parler, elle allait très vite regretter de ne pas avoir accepté l'appel au cours de la réunion.

- Alors Vicky, on ne peut plus se passer de moi ?

- Idiot... répliqua-t-elle en lâchant un soupir de soulagement. Tu vas bien ? Comment se passent tes révisions ?

La conversation tourna d'abord autour des problèmes du garçon. Ce dernier souffrait de sa négligence vis-à-vis de ses études et se retrouvait maintenant piégé dans une spirale infernale. Heureusement pour lui, il pouvait enfin apercevoir la lumière au bout du tunnel. Ses examens terminaux qui lui permettront d'obtenir le diplôme nécessaire pour enseigner auraient lieu en début de semaine suivante et s'étaleraient du lundi au vendredi. Par la suite, Takeru récupérerait enfin le temps libre qui lui manquait tant.

Ce fut ensuite à lui de poser les questions, demandant à Victoria comment se déroulait sa nouvelle vie de professeur, un destin qui l'attendrait prochainement. La femme blonde n'avait pas parlé avec Takeru de ses aventures secrètes depuis l'incident de Héléna. Il lui avait envoyé un message le jour même de la publication de l'article de Shironeko pour lui dire qu'il était avec elle pendant ces moments difficiles, même si ce n'était pas vraiment le cas.

- Je rendrai visite à Héléna après mes concours, déclara-t-il. C'est horrible ce que les Proxys lui ont fait. Comment va-t-elle d'ailleurs ?

- Toujours dans le coma... murmura Victoria, amère. Je vais la voir au moins une fois tous les deux jours mais il n'y a aucun signe d'amélioration. Le CNI s'occupe de tous les frais médicaux, il y a une équipe entière qui essaye de la sauver.

- Tu ne sais pas pourquoi les Proxys s'en sont pris à elle ? Même s'ils font beaucoup de bruit ces temps-ci, c'est le seul cas de cyber-agression connu, c'est bizarre que ce soit tombé sur Héléna…

- A vrai dire…

Comme il s'agissait d'une discussion téléphonique, qui pouvait être interceptée même si les probabilités restaient faibles, Victoria ne voulait pas lâcher trop d'informations qui pourraient être retournées contre elle ou Tsubasa. Elle se contenta donc d'aller à l'essentiel en indiquant que l'intervention d'Axerola pendant le match d'Elkira et de Cataclysme était en partie de sa faute et qu'à l'heure actuelle, elle enquêtait pour se venger du Cercle des Proxys.

Takeru fut interloqué en apprenant cela, surtout que son amie ajouta avoir affronté Cataclysme la veille parce que le numéro un du Codélia avait établi une alliance provisoire avec le Codélia Network Industries. En étant piégé dans son travail personnel, le pauvre garçon ratait beaucoup de choses. Même si l'idée que Victoria puisse se mettre en danger contre des cyber-terroristes ne lui plaisait pas vraiment. Il tenait beaucoup trop à elle pour prendre le risque de la perdre.

- La fille avec laquelle j'ai monté une alliance... elle est victime de l'Incident Effacé comme toi, Takeru. Et contrairement à toi, j'ai l'impression qu'elle n'a toujours pas surmonté cette épreuve. J'aurais aimé que tu la rencontres pour lui parler. Elle ne l'avouera jamais mais elle en a besoin.

Victoria nota un temps de silence à l'autre bout du fil. Même si Takeru se considérait comme rétabli à environ quatre vingt-dix pour cent par rapport à cette terrible affaire, il n'appréciait pas spécialement d'en reparler et tentait d'enterrer l'histoire pour aller de l'avant. Le garçon n'aurait jamais pensé qu'une autre personne partageant le même passé que lui ferait soudainement son apparition au sein de son entourage douze années après.

- Elle... elle était là pendant ces six mois ? Comme nous étions confinés dans des espaces réduits, je n'ai jamais pu interagir avec les autres, je ne sais même pas combien nous étions…

- Elle est un peu différente de toi, poursuivit Victoria. Il me semble plutôt que l'incident constitue une source de stress et elle le revit constamment par des flashs. Toi, tu t'étais éloigné de toute forme de technologie alors qu'elle est devenue une hackeuse aussi talentueuse que moi.

- Je ne suis pas certain que je serais d'une grande aide. Certes, nous sommes peut-être passés par le même enfer mais de là à pouvoir lui venir en aide comme tu as pu le faire avec moi…

- J'insiste Takeru. J'essaie de lui parler comme je peux mais je pense que cela lui fera le plus grand bien d'en discuter avec toi.



***


- Miss Axerola, tu penses vraiment que pirater les serveurs du gouvernement depuis l'université est une bonne idée ? questionna Cyby à voix basse pour ne pas être entendu par les autres élèves présents dans la salle informatique.

- Ne m'appelle pas par mon pseudonyme en public, répliqua Tsubasa avec colère. Tant qu'on y est, ne m'adresse pas la parole en public non plus et fais-toi discret.

La brunette savait que c'était sur les serveurs gouvernementaux qu'elle avait appris autrefois que l'Incident Effacé se nommait également le Projet Proxy. Si à cette époque, elle n'était pas parvenue à découvrir davantage d'informations, elle avait décidé de retenter l'expérience pour essayer de trouver de nouvelles données à se mettre sous la dent. Peut-être l'instigateur de cette affreuse opération. Tsubasa aimerait beaucoup le rencontrer pour le frapper au visage.

En effectuant la tâche de hacking depuis son établissement plutôt que chez elle, la jeune fille diminuait ses chances de se faire attraper. L'Université Vermillion comptait des centaines d'étudiants, cela restait donc sûr. Il lui suffirait d'effacer toute trace de ses activités avant de déconnecter sa session sur l'ordinateur qu'elle utilisait. Toutefois, ses recherches ne montraient aucun résultat pour le moment. Il semblerait que même le gouvernement ait essayé d'étouffer l'affaire, même le nom des victimes n'apparaissait pas.

Tsubasa avait beau être parfaitement concentrée sur ses actions, elle ne manqua pas de sursauter quand la porte de la pièce s'ouvrit dans un vacarme assourdissant, une personne apparaissant sur le seuil. Comme si son accoutrement ne la rendait pas déjà suffisamment visible, cela fut suffisant pour que tous les étudiants présents lèvent les yeux de leur écran pour voir ce qui se passait. La jeune fille nota l'arrivée d'une étrange personne en robe blanche avant de retourner ses affaires, jugeant que cela ne la concernait pas.

- Est-ce que madame Tsubasa Albiki se trouve ici ? tonna alors la nouvelle venue.